Navigation – Plan du site

Populisme et gestion national-populaire du pouvoir en Bolivie : l’expérience du Mouvement nationaliste révolutionnaire – MNR– (1952-1964)

Christine Delfour

Résumés

En Amérique latine, et tout particulièrement en Bolivie, le populisme est indissociable du nationalisme. Le nationalisme ne s’exprime pas seulement au moment de crises mais il contribue, tout au cours de l’histoire, à la création d’une nation, voire à la constitution d’une communauté de citoyens englobant défavorisés et Indiens. Par ailleurs, il est marqué par la porosité, voire la fusion, entre le public et le privé, qui se nourrit des traditionnels rapports de réciprocité sociale et de domination étatique et qui se constitue en un véritable mode de gestion du politique. L’étude du « Mouvement nationaliste révolutionnaire » en Bolivie (1952-1964) offre l’exemple d’une démarche nationale populiste caractéristique de cette nation. Elle permet d’analyser les constantes de la gestion national-populaire en Bolivie (I), de poser la problématique du populisme en Amérique latine (II), d’identifier les fondements du Mouvement nationaliste révolutionnaire (III) et de présenter quelques exemples de politiques publiques inspirées du national populisme (IV). On retrouve, dans cette période, les ambiguïtés classiques du populisme, mais on constate aussi que, malgré ses insuffisances et ses dérives, la gestion national-populaire incarnée par le MNR, inventée par une nouvelle génération progressiste, peut aussi être considérée comme une transition, voire comme une étape vers la démocratie.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Amérique, Bolivie, populisme

Keywords :

America, Bolivia, populism

Palabras claves :

América, Bolivia, populismo
Haut de page

Texte intégral

1En Amérique latine, et tout particulièrement en Bolivie, populisme rime avec nationalisme. Il ne s’agit pas seulement de valoriser le national à un moment de crise, mais de contribuer, tout au cours de l’histoire, à la création d’une nation, voire à la constitution d’une communauté de citoyens englobant défavorisés et Indiens. Autre dénominateur commun de la problématique latino-américaine, la persistance d’une matrice socio-économique caractérisée notamment par la porosité, voire la fusion, entre le public et le privé, qui se nourrit des traditionnels rapports de réciprocité sociale et de domination étatique et qui se constitue en un véritable mode de gestion du politique. Populisme rime donc également avec gouvernance.

2En Amérique latine, comme ailleurs, le populisme se nourrit des crises politiques économiques, sociales et culturelles. La spécificité régionale est qu’un pays comme la Bolivie étant quasiment en crise permanente, la gestion national-populaire, la démarche populiste, n’est pas un moment d’exception mais fait partie intégrante du paysage politique. Certes, il y a des moments où le populisme s’affirme avec plus de force, mais il est toujours présent sous des formes parfois brutales, violentes et fascisantes, parfois, au contraire, sous des formes progressistes, solidaires et démocratiques, parfois encore, sous de formes ambiguës où les apparences démocratiques masquent des comportements autocratiques.

  • 1  Pour reprendre les expressions de l’historien bolivien Arguedas, Alcides in « La Fundacion de la R (...)

3On retrouve en Bolivie (et dans toute l’Amérique latine) la figure du « chef » qui est à l’écoute du peuple, qui incarne les valeurs de la nation, qui se pose au dessus de partis, qui ouvre un dialogue direct avec les citoyens et qui s’engage à lutter contre toutes les formes de corruption et d’inégalité. Mais ce qui distingue l’Amérique latine, c’est que toute son histoire est ponctuée par des leaders charismatiques dont certains apparaissent comme des « caudillos barbares » (Melgarejo, parmi bien d’autres en Bolivie) et d’autres comme des « caudillos lettrés » (l’exemple latino-américain paradigmatique étant Simon Bolivar)1.

4L’étude du « Mouvement nationaliste révolutionnaire » en Bolivie (1952-1964) offre un exemple, parmi bien d’autres, d’une démarche nationale populiste caractéristique de cette nation. Elle permet d’analyser les constantes de la gestion national-populaire en Bolivie (I), de poser la problématique du populisme en Amérique latine (II), d’identifier les fondements du Mouvement nationaliste révolutionnaire (III) et de présenter quelques exemples de politiques publiques inspirées du national populisme (IV). Cette étude souligne les ambiguïtés classiques du populisme, mais elle montre également que, malgré ses insuffisances et ses dérives, la gestion national-populaire incarnée par le MNR, inventée par une nouvelle génération progressiste, peut aussi être considérée comme une transition, voire comme une étape vers la démocratie.

Les constantes de la matrice socio-politique bolivienne

  • 2  Pour une typologie des caudillos en Amérique latine, voir Chevalier, François, L’Amérique latine d (...)

5La première constante du mode de gestion politique bolivien est la capacité de mobilisation qui est soit imposée par le peuple à l'élite dirigeante, soit encouragée, voire suscitée et, en fin de compte, instrumentalisée par cette élite. La participation du peuple - par des voies autres que le suffrage universel - est la condition sine que non de la légitimité du dirigeant. Il n'est pas de caudillo2,ni de chef civil ou militaire, ni de président de la République, ni de juntes civile ou militaire qui, en Bolivie, ne fonde sa légitimité sur le soutien - souvent extra constitutionnel - du peuple ou d'une faction de la nation. Pour faire face à la mobilisation des masses, les gouvernements boliviens jouent sur les armes classiques de la répression/séduction. Le « leader » peut recourir successivement à l'arme de la répression, puis de la séduction, puis encore de la répression, sans que l'on puisse s'offusquer de ces comportements apparemment contradictoires. Il s'agit là d'un mode de conduite à vue, sans plan de route visible.

  • 3  Rouquié, Alain, Amérique latine : introduction à l'Extrême-Occident, Paris, Le Seuil, p. 267.

6La seconde constante du mode de gestion bolivien (et plus généralement latino-américain) est le fonctionnement en réseaux hiérarchisés. La forme primitive et purement sociétale de ce mode de fonctionnement a pour origine les rapports de réciprocité sociale et de domination étatique hérités du système inca et adaptés au contexte colonial sous les formes de parentèle, de compérage et de clientélisme. Pendant la période coloniale, ce système de réseau primitif permet une exploitation des Indiens en évitant les affrontements quotidiens. Dans la période de troubles et d'anarchie d'après la guerre d'Indépendance, la parentèle, le compérage et le clientélisme s'instaurent en véritable mode de gestion du politique. Les liens personnels, l'allégeance à celui qui est capable d'offrir une certaine protection sont à la base de la structure politique d'alors. Le caudillo développe cette pratique du pouvoir fondé sur des relations de dépendance et d'inter-dépendance privées qui sont un des fondements du national-populisme. Alain Rouquié, politologue et diplomate remarque que « le caudillo est moins un homme de charisme que celui qui s'est créé ses réseaux de loyautés »3.

7La troisième constante du système national-populaire est la faiblesse relative des partis politiques et des syndicats ainsi que leur dépendance vis-à-vis d'un État qui est lui-même fragile. C'est aussi la force d'un mouvement multiforme, voire informe, dont la cohésion est assurée par un homme. Dès l'époque des caudillos, tout fusionne, tout se confond, tout se fond en la personne du leader du peuple. L'État (le peu d'État qui émerge) se confond avec le leader qui est parfois porteur d'un projet national. Le public se confond avec le privé remarquent Daniel Van Eeuwen et Yolande Pizetty :

  • 4  Van Eeuwen, Daniel, Pizetti Van Eeuwen, Yolande, « Existe-t-il des États ans la Caraïbe », in Cahi (...)

Le développement d'un système politique relationnel et prébendier - au détriment de la logique gestionnaire - aboutit à une confusion de la société et de l'État à la non différenciation de l'espace public et de l'espace privé, à la paralysie même des institutions étatiques.4

8Dans la gestion « caudilliste » du pouvoir, on trouve les germes de l'invention national-populaire - ce que Manuel Antonio Garreton, politologue argentin, nomme la "matrice sociopolitique" latino-américaine caractérisé par un rapport indifférencié entre l'État, le système de représentation et la base socio-économique. A ses yeux,

  • 5  Garreton, Manuel Antonio, « Nouveaux rapports entre État et société en Amérique latine » in Bradfo (...)

Les sociétés latino-américaines ont privilégié une matrice qui incluait, selon les cas, une relation de fusion, d'imbrication, de subordination ou d'élimination de certains éléments de cette relation entre État, système de représentation et acteurs sociaux.5

9C'est à partir de la révolution nationale de 1952 que se développent plus particulièrement des rapports incestueux entre l'État, les partis politiques, les syndicats ouvriers et le mouvement paysan. Et c'est au cours de cette même décennie que l'État se renforce et réalise, en quelques années, la transition entre un État, déjà mobilisateur mais faible, vers un État hypermobilisateur et relativement puissant.

10La quatrième constante de la gestion national-populaire est le fait que les acteurs politiques, économiques, culturels et sociaux ne se cantonnent pas, dans leur démarche ou dans leurs luttes, à un ou l'autre de ces secteurs (le politique, l'économique, le culturel ou le social), mais qu'ils abordent la réalité bolivienne simultanément dans la quadruple dimension politique, économique, culturelle et sociale. Cette démarche est à la fois source de forces et de faiblesses. Côté négatif, on peut dire qu'il n'y a pas d'idéologie nationale unifiée, pas de véritables partis politiques en Bolivie, qu'il n'y a pas non plus de syndicats réellement indépendants et que, jusqu'à une date récente, les mouvements associatifs étaient peu puissants. Côté positif, on constate en revanche que chaque problème tend à être abordé de façon globale. Chaque combat, chaque étape dans la construction de la nation, chaque avancée dans la modernité combine une approche qui est à la fois anticolonialiste (ou anti-impérialiste), anticapitaliste et progressiste, intégratrice et moderniste.

11On retrouve cette démarche holistique chez les caudillos civils et militaires : un Andrès de Santa Cruz (1829-1836) mène simultanément une politique d'affirmation du territoire bolivien face aux ennemis de l'extérieur, une politique d'aménagement du territoire national, une politique de renforcement d'une petite bourgeoisie d'affaires. Un Manuel Isidoro Belzu (1848-1855), métis porté au pouvoir par les masses métisses et indiennes, s'affirme contre les élites nationales représentées par le pouvoir législatif et emploie toutes les méthodes - y compris celles qui sont à la marge de la légalité - pour développer le processus d'intégration (qu'est la « cholification ») dont l'expression ultime se réalise dans les années 1950. Mais, c'est à partir de la prise de pouvoir du MNR que se multiplient les exemples d'une démarche intégrant la lutte contre l'impérialisme, contre le capitalisme et pour la création d'une nation moderne et intégrée.

Le débat sur le populisme en Amérique latine

12Le populisme est l'expression la plus achevée, la plus ambiguë, la plus imprécise aussi de la gestion national-populaire du pouvoir. Il implique une relation directe entre le peuple et son chef, une mobilisation du peuple, un abandon de la fonction programmatique des acteurs politiques au profit d'un discours d'amplification des aspirations populaires, une volonté de contrôler le peuple par un mode autre que celui de la représentation-fiction. Le caudillisme est une préfiguration du national-populisme, de même que les régimes militaires autoritaires des années 1960 et 1970 en sont l'expression tardive, hybride et brutale.

  • 6  Vernet, Daniel, « La tentation populiste » in Le Monde, Paris, 6 mai 1995 ; Herder Johann Gottfrie (...)

13Le populisme est rejeté localement par tous ceux qu’il attaque ou court-circuite : l'establishment, l'élite politique et économique, les partis et les syndicats, les idéologues et les intellectuels, qu'ils soient de droite ou de gauche. Personne ne se veut "populiste". Pourtant le populisme a eu des théoriciens ou au moins des partisans chez les intellectuels influencés par le romantisme allemand et les théories völkisch de Johann Gottfreid Herder et de Johann Fitche, respectivement géniteurs du concept de nation-génie et du compromis entre la nation-contrat et la nation-génie6. Les intellectuels contemporains se situent dans un spectre qui va du rejet absolu du populisme, considéré comme le moyen nouveau de contrôle des masses, à la reconnaissance du populisme comme force de mobilisation des masses, susceptible d'être inspiré par des valeurs démocratiques et d'assurer la transition entre des régimes oligarchiques et des régimes démocratiques.

  • 7  Badie, Bertrand, Hermet, Guy, Politique comparée, Paris, PUF, 1990, pp. 260 et suivantes.

14Pour certains politistes, le populisme latino-américain s’inscrit dans la lignée du « parlementarisme simulacre » qui caractérise une grande partie du XIXème siècle latino-américain. Ils soulignent la parenté, au XXème siècle, entre le populisme et l'autoritarisme bureaucratique des militaires7. Ils montrent la consanguinité entre le populisme et le clientélisme d'État. Il est vrai que le clientélisme de masse et d'État s'accompagne souvent d'une dimension idéologique qui détruit les solidarités latérales. C’est ce que remarque Alain Rouquié :

  • 8  Rouquié, Alain, Amérique latine…, op.cit., p. 282.

Au nom du 'peuple' ou de la 'révolution', on s'efforce de freiner l'action autonome des classes dominées. L'accent mis sur la solidarité nationale peut être utilisé contre les puissances extérieures et les minorités dominantes liées à l'étranger - la antipatria dans le jargon du péronisme - mais ce nationalisme répudie également les 'idéologies étrangères' qui pourraient servir d'armes aux groupes sociaux subordonnés ou contestataires.8

15Bertrand Badie et Guy Hermet sont encore plus radicaux dans leur analyse : dans les « nations orphelines » que sont les pays d'Amérique latine, ni occidentales ni indiennes à leurs yeux, le clientélisme apparaît exclusivement comme un mode de gestion de l'inégalité, le populisme comme ouvertement sinon explicitement autoritaire. Ils concluent :

  • 9  Badie, Bertrand, Hermet, Guy, Politique..., op. cit., p. 262.

En bref, les stratégies populistes procèdent d'une réinterprétation de la ressource clientéliste dans une perspective urbaine, plébiscitaire, étatique et ouvertement dictatoriale dans la plupart des circonstances.9

16Pour d’autres,le populisme est d'abord une réaction contre un modèle de modernisation venu de l'extérieur. C'est une réaction contre la priorité donnée aux investissements dans le modèle occidental. C'est une volonté d'insister sur la participation sociale et l'intégration de la société nationale. A propos de l’Amérique latine, Alain Touraine affirme :

  • 10  Touraine, Alain, La parole et le sang, Politique et société en Amérique latine, Paris, Odile Jacob (...)

Le populisme est cette réaction de 'type national' à une modernisation qui est dirigée du dehors. Son thème central est de rejeter les ruptures imposées par l'accumulation capitaliste ou socialiste, de compenser la modernisation induite par un accroissement du contrôle collectif, des changements économiques et techniques, bref, de maintenir ou de recréer une identité collective à travers des transformations économiques qui sont à la fois acceptées et rejetées. Le populisme est une tentative de contrôle antiélitiste du changement social.10

17Dans cette perspective, le populisme apparaît comme une invention politique majeure des Latino-américains dans la mesure où il s’oppose au modèle rationaliste de développement considéré comme universel.

18Tous ces populismes sont soit des expressions de protestation face aux institutions, aux mutations, à la stagnation des classes moyennes et à l'augmentation de l'exclusion, soit, au contraire, des choix de comportement politique dans un contexte caractérisé par la carence, voire l'inexistence de l'État, des partis politiques, des syndicats et des mouvements associatifs. Leur dénominateur commun, c'est en fin de compte qu'ils mobilisent la base, créent un profond mouvement d'opposition et incitent à la participation. Cette mobilisation/participation peut, certes, être récupérée par l'élite au pouvoir (oligarchies de toute nature). Mais il semble aussi que, lorsqu'elle se fonde sur des valeurs d'humanisme, sur l'intérêt général, sur la défense des plus faibles, elle peut être un antidote à la langue de bois et à la technocratie. Elle peut enfin permettre la transition - et cela nous paraît être le cas jusqu'à dans une certaine mesure de la Bolivie du MNR - entre un système oligarchique et un mode de gestion démocratique.

Les fondements du Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR)

19Les principes fondateurs du Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR), diffusés en juin 1942, sont ainsi résumés par Augusto Céspedes qui - avec Carlos Montenegro, José Cuadros Quiroga et Walter Guevara Arze - est l'un des principaux théoriciens du mouvement :

  • 11  Céspedes, Augusto, El Dictador suicida,40 años de historia de Bolivia, Santiago de Chile,Universal (...)

(1) Contre la démocratie vendue (à l'étranger). (2) Contre le pseudo socialisme, instrument d'une nouvelle exploitation. (3) Avec le nationalisme révolutionnaire. (4) Pour la consolidation de l'Etat et la sécurité de la patrie. (5) Pour la libération économique et la souveraineté du peuple de Bolivie.11

  • 12  Ibid, p. 249.

20Ces principes ne constituent ni un programme (par définition limité), ni une doctrine (par définition abstraite), mais ils expriment une vision qui engage l'ensemble de la nation et surtout qui intègre la pensée, l'intuition et l'action. Il s'agit de « 'consignes émotives' qui ne disparaîtront jamais parce qu'elles brûlent du feu de la vérité »12.

21Il s'agit d'un « mouvement national » ancré dans la réalité bolivienne, « inscrit » dans la terre, qui a assimilé une dose suffisante de "substance nationale" pour consolider ses conceptions fondées sur une critique de l'histoire de la Bolivie et formulées dans les principes de base.

  • 13  Guerre du Chaco : conflit qui oppose la Bolivie et le Paraguay - entre 1932 et 1935 - au sujet de (...)

22La première caractéristique de la génération du MNR en cours de constitution à partir de la fin de la guerre du Chaco, c'est sa volonté de lutter contre le pouvoir oligarchique. Cette contre élite, civile et militaire, est constituée d'intellectuels, d'enseignants, d'avocats, de journalistes, d'employés, de fonctionnaires, de jeunes officiers, anciens combattants de la guerre du Chaco (1932-1935)13, qui veulent en finir avec le pouvoir des grands patrons miniers soutenus par les grands propriétaires terriens, les grands importateurs et la majorité de la hiérarchie militaire. Ils se disent de la classe moyenne, en fait ils descendent des grandes familles libérales qui ont fait l'Indépendance et qui appartiennent à la poignée de citoyens qui ont exercé des droits civiques.

  • 14  Oriente : région subtropicale, située à l’Est de la Bolivie, riche en pétrole et gaz naturel
  • 15  Rosca : concept inventé par Augusto, Céspedes, « un groupe d’autochtones et d’étrangers qui, de l’ (...)

23Dès l'après-guerre du Chaco, les futurs fondateurs du MNR s'engagent contre l'oligarchie bien avant de créer le Mouvement et d'accéder au pouvoir. En 1937, par exemple, Carlos Montenegro, éminence grise du gouvernement de David Toro (1936-1940), obtient la création du ministère du travail et la nomination d'un ouvrier à la tête de ce ministère, insuffle les idées progressistes qui sont à l'origine du "socialisme militaire" qui débouche sur la nationalisation des gisements pétroliers boliviens. Tout au cours de l'année 1938, les députés de gauche - tels que Victor Paz Estenssoro, Walter Guevara, Rodolfo Soriano, le prêtre Chavez Lobaton et les députés indépendants de l'Oriente14 bolivien dénoncent au Parlement le « super-État » et ses manifestations parasitaires. Dans les commissions parlementaires auxquelles ils appartiennent, ils jettent les bases de la future législation sociale, en élaborant par exemple le code du travail, ils proposent des lois qui concernent le statut et la vie réelle de tous les citoyens y compris les autochtones, ce qui provoque, de la part de la rosca15, une vaste campagne de désinformation et de calomnie. Ils participent également à des coups d'État contre des gouvernements de la rosca qui permettent les triomphes de David Toro en 1936 et de Gualberto Villaroël en 1943. En août 1949, ils organisent un soulèvement national contre le gouvernement conservateur de Mamerto Urriolagoitia qui échoue. Tous partagent, dès la fin de la guerre du Chaco, l'analyse de la situation bolivienne telle qu'elle est faite par Augusto Céspedes en 1956 :

  • 16  Ibid, p. 247.

C’est un pays hispano-métis et indigène, semi-féodal, colonial et capitaliste en même temps, sans économie propre, dépendant du marché étranger16.

  • 17  Movimientista : du Mouvement Nationaliste Révolutionnaire.
  • 18  Ibid, p. 247.

24La seconde spécificité de la pensée movimientista17est le rejet, dès l'origine, des idéologies marxistes, trotskistes et communistes. Ce rejet, comme celui de la démocratie-simulacre de la rosca, procède d'une méfiance à l'égard des idées venues d'ailleurs - de l'Occident comme de l'Union soviétique. Il procède également d'une volonté de valoriser le patrimoine idéologique national et de s'intéresser plus à la terre et à la race indigène qu'à des concepts universels et abstraits. Le marxisme et le trotskisme sont refusés, car leurs militants considèrent leurs idéologies comme des vérités révélées qu'ils appliquent à la réalité bolivienne : le peuple bolivien devient un instrument, un champ d'expériences pour tester leurs théories, « une masse tactique pour les opérations de la IIIème ou IVème Internationales, selon les affinités particulières du manipulateur »18.

  • 19  Montenegro, Carlos, Documentos, 1954, cité par Céspedes Augusto, Ibid, p. 250.

25Dans un pays sous dépendance, l'exploitation ne saurait se limiter à une dimension capitaliste ou impérialiste, dans un pays où la majorité de la population est constituée par des indigènes, il n'est pas possible de gommer la dimension ethnique des revendications populaires, ni la volonté d'intégration des exclus. L'analyse de classe de type marxiste ne correspond pas à la réalité complexe et mouvante de la société bolivienne. En 1954, Carlos Montenegro dénonce « l'acharnement à faire des déclarations classistes ou 'classistoïdes' »19. Il considère que la classe ouvrière montre le chemin, mais qu'elle n'a pas d'avenir en dehors de sa fusion avec les autres classes nationales. L'oligarchie est l'obstacle à l'unité du peuple. Une fois l'oligarchie disparue, le peuple retrouve son unité. C'est là que se situe le fondement du multiclassisme du MNR. Et c'est à partir de ce multiclassisme, donnée fondamentale du populisme, que devrait être érigée la future bureaucratie de l'État.

  • 20  Cholo : Indien de la campagne qui a émigré à la ville.
  • 21  Canelas Orellano, Armado, Mito y realidad de la industrializacion boliviana, La Paz, Los Amigos de (...)

26Une troisième caractéristique de l’idéologie du MNR est sa volonté de reconnaître officiellement les cholos20et lesmasses indiennes qui n'avaient jusqu'alors aucun statut d'homme, ni de citoyen. Le movimientismo entend s’appuyer le peuple constitué de paysans, d'ouvriers, de cols blancs, d'artisans, de commerçants, de représentants des professions libérales - tous métis ou indo-métis - qui se rassemblent, au-delà de leurs revendications catégorielles, au nom de leur appartenance à la nation bolivienne. Mais il cherche à entraîner les représentants de l'ancienne oligarchie terrienne qui ont souvent perdu leurs terres mais pas leur statut social. Il cherche aussi à entraîner les représentants de la « nouvelle » rosca, constituée par les mineurs moyens ainsi que par ceux qui gravitent autour d'eux et par tous ceux qui participent à l'émergence de la nouvelle économie endogène. A peine installé au gouvernement, le MNR veut renforcer le tissu industriel national et promouvoir une véritable bourgeoisie industrielle. Victor Paz Estensorro, alors président de la République, est considéré comme le politicien qui joue le plus clairement la carte du développement de l'économie et de la bourgeoisie nationales21. Le but du nouveau pouvoir est moins de casser les oligarchies, anciennes ou nouvelles, qu'à les mettre sous contrôle, les convaincre de se moderniser, leur faire accepter un certain degré de redistribution et un pacte social moderniste.

27Comment s'étonner dans ces conditions que le rêve multiculturel ne se soit que très partiellement réalisé ? Comment une véritable intégration du Blanc, du cholo et de l'Indien est-elle possible dans une nation qui s'intéresse moins à l'altérité radicale de l'Indien ou à une politique de « pollenisation » (« cross-fertilization ») qu'à la volonté d'intégrer l'Indien en tant que producteur/consommateur participant à la modernisation économique de la nation ? Victor Paz Estensorro analyse en termes mesurés, mais néanmoins parfaitement clairs, le rôle du capital humain que constituent les Indiens à cette époque dans la construction de l'économie nationale :

  • 22  Paz Estensoro, Victor, Pensamiento de Paz Estensorro, La Paz, 1954, p. 72.

La réforme agraire n'est pas seulement la réparation d'une injustice séculaire d'un point de vue humain, mais aussi l'occasion de libérer les forces productives et de créer les conditions d'un développement économique national en incorporant les paysans dans l'économie monétaire et en accroissant le marché interne pour accompagner le développement industriel22.

28Si l'ancienne élite parlait de « civiliser » l'Indien, la nouvelle élite parle de l' « intégrer ». Dans l'un et l'autre cas, on retrouve, une fois encore, l'incapacité de reconnaître l'altérité radicale de l'Indien, la volonté d'imposer à l'Autre son mode de développement, le refus d'une véritable politique pluriculturelle. La nation est fondée sur des cholos ou des Indiens qui acceptent d'être « cholifiés ».

  • 23  Barons de l’étain : noms donnés aux trois plus grands propriétaires de mines d’étain qui contrôlai (...)

29Quatrième caractéristique du nationalisme révolutionnaire, le tryptique : État, développement, nation. L'objectif des gouvernements est le développement d'une économie dépendante affaiblie par la crise. C'est aussi un accompagnement social d'une politique de développement soutenue par les masses. C'est enfin une stratégie non dénuée d'ambiguïtés qui s'oppose à l'impérialisme et au capitalisme mais qui développe une forme nationale de capitalisme et qui cherche à renforcer l'économie nationale tout en l'articulant sur les marchés internationaux. En 1953, la nationalisation des mines appartenant aux trois barons de l'étain23 est la manifestation la plus symbolique et la plus ambitieuse de la stratégie « nationaliste » du MNR. James M. Malloy, sociologue nord-américain spécialiste de la Bolivie, a bien montré la symbolique des nationalisations boliviennes qui fournissent l'articulation entre les deux principes fondamentaux du parti : la consolidation de l'État et la sécurité de la patrie, d'une part ; la libération économique du peuple bolivien, de l'autre. Il précise :

  • 24  Malloy, James. M, Bolivia, la revolucion inconclusa, La Paz, CERES, 1989, p. 156.

Ces deux derniers slogans soulignent les préoccupations fondamentales du MNR originel. En premier lieu, il pose le problème de l'État national bolivien dans un monde d'États-nations ; en second lieu, il propose que l'économie (oligarchique) locale soit soumise au contrôle de l'État dont la mission est de renforcer le pouvoir et la dignité de ce dernier. Ceci revient à dire que le MNR se préoccupait surtout du contrôle de l'économie bolivienne et du pouvoir de l'État bolivien. Le nationalisme était le lien symbolique et réel qui articulait les deux objectifs fondamentaux.24

30Les politiques économiques du MNR favorisent le développement des petites et moyennes entreprises, par exemple dans le domaine des industries de la chaussure et de la bière. Elles encouragent le développement des associations professionnelles (Chambre nationale des industries, Association des banques, Chambre nationale du commerce, Associations des mines moyennes, etc.). Mais elles induisent aussi des effets négatifs : le premier est le renforcement des disparités territoriales. Le second est l'accentuation des inégalités sociales dans la mesure où se creuse un fossé entre une classe que l'on peut à peine qualifier de « capitaliste » tant elle reste relativement faible et les salariés sur lesquels se conjuguent la pression patronale et celle de l'État pour maintenir les salaires au plus bas niveau. Le troisième est la création d'un environnement favorable aux investissements étrangers fourni par le proto-capitalisme encouragé par l'État bolivien qui accroît encore la dépendance.

31Fernando Calderon, sociologue bolivien, note que le bloc social au pouvoir est tiraillé entre deux conceptions opposées de l'État pour la réalisation de son projet : d'une part, la recherche d'une hégémonie populaire d'un État national et démocratique qui contrôle, en grande partie, l'alliance pendant les deux premières années de la Révolution ; de l'autre, la création d'un État capitaliste, national, indépendant, fondé sur la propriété des moyens de production par l'État, sur la diversification économique et sur l'indépendance politique dans le cadre d'un marché capitaliste. Il cite les propos du président de la République, Victor Paz Estenssoro, dans son discours inaugural :

  • 25  Calderon, Fernando, La politica en las calles, La Paz, CERES, 1982, p. 44.

Nous sommes un gouvernement anticapitaliste, sérieux et dénué de toute démagogie. Nous voulons faire progresser les classes qui constituent la majorité du pays. La Bolivie est un pays extrêmement riche, mais elle a besoin de capitaux. Nous exigeons que ces capitaux servent à l'exploitation de nos richesses dans de nouvelles conditions. Nous concèderons des avantages aux capitaux investis avec un souci de justice.25

Les politiques publiques du MNR

  • 26  Albo, Javier, Lengua y sociedad en Bolivia 1976, La Paz, Instituto Nacional de Estadisticas (INE) (...)

32En ce qui concerne la politique éducative et culturelle, le bilan de l'action gouvernementale est plutôt positif, ainsi qu'en témoigne la diminution rapide du taux d'analphabétisme des Boliviens qui passe de 67,9 % en 1950 à 37,3 % en 1976. Cette régression est particulièrement sensible dans la population masculine qui n'en compte plus que 24,8 %26. A la campagne, le processus est moins rapide, mais non négligeable, puisque deux tiers des hommes ne sont plus analphabètes. De nombreuses écoles sont créées tout particulièrement dans les campagnes où les enfants ont désormais accès à l'enseignement secondaire, aux écoles normales d'instituteurs, parfois même à l'Université. La castillanisation - toujours de rigueur, notamment dans les campagnes - est contrebalancée par la pénétration dans les villes des langues quechua et aymara que continuent de parler les paysans indiens qui affluent dans les centres urbains. C'est ainsi que le bilinguisme se développe et que s'estompent les différences entre villes et campagnes.

  • 27  Comadre : littéralement « commère », terme féminin équivalent du compadre (« compère »).
  • 28  Le katarisme est un mouvement né dans la ville de La Paz dans les années 60 en particulier parmi l (...)

33La nouvelle génération de paysans indiens scolarisés remplit des fonctions, auparavant occupées par les maîtres des haciendas ou par leurs serviteurs, fonctions de médiation sur le plan économique (multiplication de commerçants indiens) ou sur le plan administratif : les Indiens deviennent policiers, juges, maires, etc. D'autres deviennent écrivains - tel que Jesus Lara qui publie ses romans en quechua -, d'autres encore accèdent aux plus hautes fonctions de l'État : c'est le cas, par exemple, de José Rojas qui devient ministre des affaires paysannes dans le gouvernement de Hernan Siles Suazo (1956-1960), de Victor Hugo Cardenas, élu vice-président de la République en 1993 et de la chola, comadre27Remedios Loza, élue député aux élections de 1989. A partir des années 1970, cette nouvelle génération d'Indiens scolarisés constitue le noyau du mouvement katariste28.

  • 29  Calderon, Fernando, La politica....op.cit., pp. 59 et suivantes.

34En ce qui concerne les politiques urbaines, la Bolivie est le premier pays latino-américain à développer une politique cohérente en faveur des défavorisés. Sans doute cette solidarité est-elle intéressée dans la mesure où le MNR est arrivé au pouvoir grâce aux forces populaires urbaines et qu'il convient, dans la logique clientéliste, de répondre aux attentes des nouveaux citoyens des villes. Il n'en reste pas moins que ce pragmatisme s'insère dans un projet politique, voire dans une idéologie où il ne s'agit pas seulement d'accroître la consommation collective, mais aussi de promouvoir un système d'organisation sociale. L'originalité de la politique urbaine du gouvernement MNR est qu'elle s'inscrit, d'une part, dans une vision centrée à la fois sur l'État et sur le peuple et, d'autre part, dans une approche globale qui ne se limite pas à l'organisation du sol. Le projet urbain est un projet pluriel qui combine plusieurs dimensions : une dimension monétaire (puisqu'il convient de lutter contre l'inflation) ; une dimension de survie (puisqu'il s'agit de réguler le ravitaillement de la ville) ; une dimension sanitaire (puisque l'objectif est de développer les services municipaux de base) ; une dimension politico spatiale (puisque les pouvoirs publics entendent lutter contre la spéculation foncière)29.

  • 30  Ibid, p. 62 à 70.
  • 31  Plan, Eder : en référence à Jackson Eder, auteur du premier programme de « réajustement » économiq (...)

35Fernando Calderon a montré la dynamique créée par l'État qui met en place une structure d'alliances multi-classes faisant une large place à la participation populaire30. Mais il souligne également les dérives, liées aux sempiternelles pratiques clientélistes qui faussent ce système de distribution au point que les caciques du parti, tout au long de la chaîne allant de l'État au quartier, détournent des biens de consommation qu'ils revendent dans un cadre privé ou même qu'ils exportent. La petite classe moyenne qui se sent coincée entre les classes défavorisées et la machine du parti prend ses distances vis-à-vis du MNR. Les fractures se multiplient au sein du parti entre ceux qui profitent du système de distribution et les autres. De plus, la pression nord-américaine se fait plus forte soit sous la forme de dons humanitaires (souvent perçus comme de la charité par leurs bénéficiaires), soit sous la forme d'un plan de rigueur anti-inflationniste (le Plan Eder)31 inspiré par les États-Unis.

  • 32  Lavaud, Jean-Pierre, L'instabilité politique en Amérique latine. Le cas de la Bolivie, Paris,L’Har (...)

36On retrouve, dans la politique agraire du MNR, un mélange des mêmes ingrédients que dans les politiques menées dans d'autres secteurs de la vie économique et sociale : un interventionnisme vigoureux, teinté d'une idéologie égalitaire et fondé sur le clientélisme, qui se conjugue avec la volonté de faire participer les bénéficiaires locaux. On peut observer deux variantes dans la démarche du MNR à l'égard de la paysannerie : d'une part, la mobilisation des paysans précède, dans certaines circonstances, l'intervention de l'État (c'est le cas des paysans de la vallée de Cochabamba) ; d'autre part, dans le domaine agraire, l'interventionnisme d'État ne réussit pas toujours à utiliser le relais des collectivités locales. La réforme agraire se fait « par le haut », bureaucratiquement, sans tenir compte des pratiques historiques culturelles de la paysannerie, ni du caractère même de la structure agraire. La commission chargée de l'élaboration du décret est composée d'un représentant de l'Agence américaine pour le développement (United States Agency for International Development - USAID) et d'intellectuels qui méconnaissent l'environnement paysan. C'est néanmoins une réforme démocratique parce qu'elle répond aux intérêts des paysans, donc de la majorité de la population bolivienne. En 1950, 74,4 % des habitants vivent à la campagne dans des villages de moins de 2000 habitants et 70,5 % de la population active travaille la terre32.

Eléments d’évaluation

37Quelle évaluation peut-on faire de l’expérience national-populaire du MNR ? Côté soleil, l’inspiration est clairement progressiste : un noyau d’intellectuels qui ont découvert la réalité sociale et ethnique en combattant aux côtés des Indiens dans la guerre du Chaco ; la volonté de créer un mouvement politique et social « multiclassiste » en marge des idéologies simplificatrices du socialisme traditionnel ; la capacité à mobiliser les différents secteurs de la société (mineurs, paysans, femmes, etc.) ; la conscience que l’avenir économique de la nation s’inscrit, à la fois, dans les politiques de nationalisations et dans l’économie monde ; l’invention d’une utopie fondée sur une communauté de citoyens intégrant les exclus de l’Histoire (Indiens et défavorisés de toute catégorie), etc.

38Côté ombre : l’important décalage entre la rhétorique et la réalité. S’il est incontestable que le MNR a réussi à construire une nation « chola », il n’en reste pas moins que les inégalités subsistent entre paysans et ouvriers, entre les Indiens des campagnes et les Cholos des villes, entre l’élite dirigeante (fusse-t-elle progressiste) et le peuple. Sur le plan de l’éducation, l’incontestable progrès en faveur des Indiens qui accèdent à l’école ne saurait masquer le fait que l’objectif premier est de transformer l’Indien en consommateur beaucoup plus que de reconnaître son altérité radicale. La faille la plus profonde réside dans le système hiérarchique, autocratique et clientéliste du pouvoir du MNR qui - parfois concurremment avec le pouvoir syndical, lui-même prébendier – tout à la fois alimente et contrôle l’ensemble de l’organisation politique et sociale du pays.

  • 33  Ovando Candia, Alfredo, El pensamiento de la Revolucion, n° 6, La Paz, Ministerio de Informaciones (...)

39En 1964, un coup d’Etat militaire met fin à l’expérience de gestion national-populaire du MNR. Toutefois, l’esprit national-populaire subsiste au moins en partie dans les gouvernements civico-militaires qui se succèdent de 1964 à 1971 : c’est ainsi que le président Alfredo Ovando Candia consacre un de ses ouvrages à La pensée de la Révolution (El Pensamiento de la Revolucion)33. Et on retrouve la même rhétorique populiste - notamment en ce qui concerne la reconquête de la côte pacifique (« la salida al mar ») - dans les gouvernements autoritaires (1971-1982) suscités et encouragés, en Bolivie comme dans tout le Cône sud, par la politique de « sécurité nationale » des Etats-Unis.

40Non moins révélateur de la prégnance de la gestion national-populaire en Bolivie, le fait que, au retour de la démocratie en 1982, les deux premiers présidents élus –Hernan Siles Suazo et Victor Paz Estenssoro - ne sont autres que les deux présidents de la République pendant la révolution nationaliste bolivienne. Mais également révélateur des limites du national populisme, le fait qu’il faudra attendre 1995 pour que soit reconnu dans la Constitution la multiethnicité et multiculturalité de la Bolivie. Comment s’étonner que, dans ce contexte, les formes toutes récentes du populisme bolivien soient incarnées en la personne de Evo Morales, un « cholo » qui invente une nouvelle rhétorique populiste et propose un nouveau programme centré sur une renationalisation des ressources naturelles (en particulier le gaz) et sur une affirmation de l’identité indienne.

Haut de page

Bibliographie

Albo, Javier, Lengua y sociedad en Bolivia 1976, La Paz, Instituto Nacional de Estadisticas (INE) - Naciones Unidas, 1976.

Almaraz, Sergio, El poder y la caida (el estaño en la historia de Bolivia), La Paz, Los Amigos del libro, 1969.

Arguedas, Alcides, Pueblo enfermo, Barcelona, Viuda de Tasso, 1910 ; « La Fundacion de la Republica », in Obras Completas, t. 2, Madrid, Aguilar, 1959.

Arnade, Charles W., The Emergence of the Republic of Bolivia, Gainseville, University of Florida Press, 1957.

Badie, Bertrand, Hermet Guy, Politique comparée, Paris, PUF, 1990.

Bedregal Gutierrez, Guillermo, La cultura del estaño. Conciencia y estructura social, La Paz, Juventud, 1983.

Bradford, Colin I. Jr (dir.), Redéfinir l'État en Amérique latine, Paris, OCDE, 1994.

Calderon, Fernando, La politica en las calles, La Paz, CERES, 1982.

Canelas Orellano, Armado, Mito y realidad de la industrializacion boliviana, La Paz, Los Amigos del libro, 1966.

Céspedes, Augusto, Metal del Diablo, La Paz, Juventud, 1940 ; El Dictador suicida,40 años de historia de Bolivia, Santiago de Chile,Universal, 1956.

Chevalier, François, L’Amérique latine de l’Indépendance à nos jours (1977), Paris, PUF, 1993.

Condarco Morales, Ramiro, Origenes de la nacion boliviana, La Paz, Instituto Boliviano de Cultura, 1977.

Delfour, Christine, L’invention nationaliste en Bolivie. Une culture politique complexe, Paris, Coll. Recherches Amériques latines, L’Harmattan, 2005.

Fellman Velarde, José, Victor Paz Estensorro : el hombre y la revolucion, La Paz, Burillo, 1955.

Fichte, Johann, Discours à la nation allemande (1807), Paris, Imprimerie nationale, 1984.

Garreton, Manuel Antonio, « Nouveaux rapports entre État et société en Amérique latine » in Bradford, Colin I. Jr (dir.), Redéfinir l'État en Amérique latine, Paris, OCDE, 1994.

Herder, Johann Gottfried, Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité (1784-1791), Paris, Agora, 1991.

Klein Herbert, Origenes de la Revolucion nacional, La Paz, Juventud, 1968.

Lavaud, Jean-Pierre, L'instabilité politique en Amérique latine. Le cas de la Bolivie, Paris, L’Harmattan, 1991.

Malloy, James. M, Bolivia, la revolucion inconclusa, La Paz, CERES, 1989.

Marof, Tristan, La tragedia del Altiplano, Buenos Aires, Claridad, 1934.

Mitchell, Christopher, The Legacy of Populism in Bolivia from the Military Rule, New York, Praeger, 1977.

Montenegro, Carlos, Nacionalismo y Coloniaje (1ère édit. 1942), Buenos Aires, Pleamar, 1967.

Ovando, Candia Alfredo, El pensamiento de la Revolucion, n° 6, La Paz, Ministerio de Informaciones Cultura y Turismo, décembre 1969.

Paz Estensoro, Victor, Pensamiento de Paz Estensorro, La Paz, 1954.

Peñazola Cordero, Luis, Historia del MNR 1941-1952, La Paz, Juventud, 1963.

Querejazu Calvo, Roberto, Masamaclay (historia politica, diplomatica y militar de la guerra del Chaco), La Paz, Los amigos del Libro, 1965.

Rios Reinaga, David, Civiles y militares en la revolucion boliviana, La Paz, Difusion, 1967.

Rouquié, Alain, Amérique latine : introduction à l'Extrême-Occident, Paris, Le Seuil, 1987.

Touraine, Alain, La parole et le sang. Politique et société en Amérique latine, Paris, Odile Jacob, 1988.

Van Eeuwen, Daniel, Pizetti Van Eeuwen, Yolande, « Existe-t-il des États dans la Caraïbe », in Cahiers d'Amérique latine, n° 16, Paris, 1993,pp. 131 à 146.

Vernet, Daniel, « La tentation populiste » in Le Monde, Paris, 6 mai 1995. 

Zavaleta Mercado, René, Bolivia : el desarrollo de la conciencia nacional, Montevideo, Dialogo, 1980.

Haut de page

Notes

1  Pour reprendre les expressions de l’historien bolivien Arguedas, Alcides in « La Fundacion de la Republica », in Obras Completas, t. 2, Madrid, Aguilar, 1959.

2  Pour une typologie des caudillos en Amérique latine, voir Chevalier, François, L’Amérique latine de l’Indépendance à nos jours (1977), Paris, PUF, 1993.

3  Rouquié, Alain, Amérique latine : introduction à l'Extrême-Occident, Paris, Le Seuil, p. 267.

4  Van Eeuwen, Daniel, Pizetti Van Eeuwen, Yolande, « Existe-t-il des États ans la Caraïbe », in Cahiers d'Amérique latine, n° 16, Paris, 1993, p. 137.

5  Garreton, Manuel Antonio, « Nouveaux rapports entre État et société en Amérique latine » in Bradford, Colin I. Jr (dir.), Redéfinir l'État en Amérique latine, Paris, OCDE, 1994, p. 262.

6  Vernet, Daniel, « La tentation populiste » in Le Monde, Paris, 6 mai 1995 ; Herder Johann Gottfried, Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité (1784-1791), Paris, Agora, 1991 ; Fichte Johann, Discours à la nation allemande (1807), Paris, Imprimerie nationale, 1984.

7  Badie, Bertrand, Hermet, Guy, Politique comparée, Paris, PUF, 1990, pp. 260 et suivantes.

8  Rouquié, Alain, Amérique latine…, op.cit., p. 282.

9  Badie, Bertrand, Hermet, Guy, Politique..., op. cit., p. 262.

10  Touraine, Alain, La parole et le sang, Politique et société en Amérique latine, Paris, Odile Jacob, 1988, p. 165.

11  Céspedes, Augusto, El Dictador suicida,40 años de historia de Bolivia, Santiago de Chile,Universal, 1956, p. 249.

12  Ibid, p. 249.

13  Guerre du Chaco : conflit qui oppose la Bolivie et le Paraguay - entre 1932 et 1935 - au sujet de la région du Chaco, riche en pétrole. Défaite de la Bolivie

14  Oriente : région subtropicale, située à l’Est de la Bolivie, riche en pétrole et gaz naturel

15  Rosca : concept inventé par Augusto, Céspedes, « un groupe d’autochtones et d’étrangers qui, de l’intérieur, aide le Super-Etat à dépouiller la nation ». Voir la préface de son ouvrage : El Dictador..., op.cit., p. 13.

16  Ibid, p. 247.

17  Movimientista : du Mouvement Nationaliste Révolutionnaire.

18  Ibid, p. 247.

19  Montenegro, Carlos, Documentos, 1954, cité par Céspedes Augusto, Ibid, p. 250.

20  Cholo : Indien de la campagne qui a émigré à la ville.

21  Canelas Orellano, Armado, Mito y realidad de la industrializacion boliviana, La Paz, Los Amigos del libro, 1966, pp. 55-64.

22  Paz Estensoro, Victor, Pensamiento de Paz Estensorro, La Paz, 1954, p. 72.

23  Barons de l’étain : noms donnés aux trois plus grands propriétaires de mines d’étain qui contrôlaient, dans les années 1940-1050, 78,6 % de l’étain extrait en Bolivie – Simon Iturri Patiño, Carlos Victor Aramayo et Mauricio Hochchild.

24  Malloy, James. M, Bolivia, la revolucion inconclusa, La Paz, CERES, 1989, p. 156.

25  Calderon, Fernando, La politica en las calles, La Paz, CERES, 1982, p. 44.

26  Albo, Javier, Lengua y sociedad en Bolivia 1976, La Paz, Instituto Nacional de Estadisticas (INE) - Naciones Unidas, 1976.

27  Comadre : littéralement « commère », terme féminin équivalent du compadre (« compère »).

28  Le katarisme est un mouvement né dans la ville de La Paz dans les années 60 en particulier parmi les residentes (indigènes résidant à La Paz) et les étudiants aymara, qui entreprennent de revendiquer la culture et l'histoire indienne incarnées plus particulièrement par Tupac Katari. Ce dernier dirigea en 1781 une insurrection indienne qui fit le siège de La Paz.

29  Calderon, Fernando, La politica....op.cit., pp. 59 et suivantes.

30  Ibid, p. 62 à 70.

31  Plan, Eder : en référence à Jackson Eder, auteur du premier programme de « réajustement » économique, imposé par le gouvernement des Etats-Unis et le FMI (1956) sous la présidence d’Hernan Siles Suazo (1956-60).

32  Lavaud, Jean-Pierre, L'instabilité politique en Amérique latine. Le cas de la Bolivie, Paris,L’Harmattan, 1991, p. 173.

33  Ovando Candia, Alfredo, El pensamiento de la Revolucion, n° 6, La Paz, Ministerio de Informaciones Cultura y Turismo, décembre 1969.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Delfour, « Populisme et gestion national-populaire du pouvoir en Bolivie : l’expérience du Mouvement nationaliste révolutionnaire – MNR– (1952-1964) », Amnis [En ligne], 5 | 2005, mis en ligne le 01 septembre 2005, consulté le 29 mai 2017. URL : http://amnis.revues.org/1039 ; DOI : 10.4000/amnis.1039

Haut de page

Auteur

Christine Delfour

Université de Lille 3 Charles de Gaulle, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org