Navigation – Plan du site

L’écrit des Excursionnistes marseillais, écho des montagnes

Marie-Françoise Attard-Maraninchi

Texte intégral

1Quelques précisions tout d’abord : à sa création, la Société des excursionnistes marseillais n’est pas une société alpine à proprement parler, et de ce fait n’édite pas de journaux de montagne. Le thème proposé peut donc surprendre. Cependant, si les organisateurs m’ont fait l’honneur d’accepter une contribution, c’est parce que cette société de citadins, s’intéresse beaucoup aux Alpes.

2Les rapports d’excursion de haute montagne, publiés dans le Bulletin annuel de la Société des excursionnistes marseillais, sont originaux à plusieurs titres : plus que tout autre compte rendu d’excursion organisée en Provence, ils constituent une accumulation de connaissances, une expression de l’épanouissement individuel ou d’un petit groupe. Ils se présentent sous une forme de re-écriture mythique du passé qui constitue un patrimoine de références pour l’ensemble de la collectivité. Sublimé par le prodige et la performance, ce type de sortie se présente rapidement comme un idéal de pratique pour cette Société créée en 1897, dans la tradition des sociétés de gymnastique de la fin du XIXe siècle.

3L’impact de ces textes est renforcé par l’image, car ces « excurs », comme ils se nomment volontiers,  ont inscrit également leurs exploits sur plaques de verre, n’hésitant pas à porter un matériel lourd et fragile. Ainsi, la collection de photographies et cartes postales donnée aux Archives de Marseille, en croisement avec les Bulletins, fait l’écho de la témérité et de la compétence de ces citadins dès la fin du XIXe siècle.

4Nous aborderons l’écrit des excurs aux débuts de la Société, entre 1897 et 1914. Cette période permettra de souligner l’importance de la montagne pour ces Marseillais, à partir de leur écriture ; nous étudierons le fonctionnement de ces récits, et nous aborderons enfin le sentiment d’appartenance à une identité « excur» véritable qui doit beaucoup à la montagne.

5Les Bulletins des Excursionnistes marseillais médiatisent la force du symbolique, témoignent d’une dynamique collective, et illustrent une forme importante de la célébration communautaire : à ce titre, ils inscrivent la mémoire collective et font émerger une conscience identitaire dont la trace est toujours perceptible, plus de cent après.

Production de l’écho

  • 1  Dominique Lejeune, Les « Alpinistes » en France, (1875-1919), Paris, CTHS, 1988,p. 104.

6L’écho des montagnes remarque un groupe de sociétaires à part : les alpinistes. Leur approche de la haute montagne est rapide, lorsque celle-ci commence à se démocratiser, et leur attirance semble exprimer une revanche sur les classes dominantes qui ont ouvert la voie. La progression de l’effectif des alpinistes s’appuie sur un recrutement hétérogène : ils sont principalement issus de classes intermédiaires (comptables, représentants de commerce, instituteurs, employés, commerçants). Il s’agit de personnes issues des « couches nouvelles »1, catholiques, répondant aux mêmes gages de respectabilité proches des alpinistes que D. Lejeune a étudiés.

7Les excursions de haute montagne sont tout d’abord présentées comme l’expression d’un sentiment patriotique : les fondateurs, comme dans le cas italien ou catalan, expriment leur souci de constituer des troupes bien entraînées pour défendre les frontières. Les récits, dont le vocabulaire s’inspire du discours militaire, diffusent des valeurs fondées sur la responsabilité du citoyen, sur une conception du monde où la morale assure la maîtrise de soi, du risque, et où seul l’instinct de conservation est toléré.

  • 2  Bulletin S.E.M., éd. 1904, L. Robach, « Autour de Zermatt », 11 août 1903, p. 46.
  • 3  Olivier Hoibian, « Les alpinistes à l’aube du XXe siècle. Usage et construction des typologies soc (...)

8Le choix des massifs à escalader témoigne de la dimension nationale : ils partent principalement à l’assaut des Alpes françaises, italiennes et suisses, plus tard des Pyrénées. Ils s’entraînent d’abord dans les calanques, s’exercent dans la montagne de Lure ou le mont Ventoux, qualifié comme le « géant de Provence », avant de s’attaquer aux cathédrales de la terre. Les massifs du mont Blanc ou du mont Rose, vice-roi des Alpes, « drapé dans l’hermine de ses glaciers »2, représentent l’ascension suprême. Cependant, le massif des Ecrins, le Pelvoux, ou l’Oisans donnent également aux excurs des sensations fortes dont les Bulletins se font l’écho. La différenciation des alpinistes est sensible par la formation de sections comme les « Pas-Bileux », les « Pieds-Ferrés », les « Piolets », ou le « Rocher-Club », proches de la classification d’O. Hoibian3 : les alpinistes « sans prétention », ceux qui se contentent de demi-sommets, et les passionnés de pics élevés au dessus de 3000 m.

  • 4  Georges Vigarello  « Le temps du sport », L’avènement des loisirs (1850-1960), sous la dir. de A. (...)

9La structure des Bulletins permet d’apprécier la place consacrée à la montagne chez les Excursionnistes marseillais. La plupart des rubriques des Bulletins insistent très tôt sur les sorties en montagne. La Chronique du président distingue les exploits de l’année, et les comptes rendus de conférences rappellent les massifs découverts : les textes qui leur sont consacrés sont particulièrement détaillés, illustrés de cartes ou croquis, emphatiques et lyriques. Ces ascensions sont plus rares que les sorties à la périphérie de Marseille (organisées chaque dimanche), mais occupent un espace plus important dans le livre commun. Le calendrier complet affirme la légitimité de l’entraînement qui aide à inventer de nouveaux records. Enfin, la publication du livre d’or des membres ayant dépassé 1000 m progresse chaque année, et souligne parfaitement un souci d’affichage de leursprouesses. Comme le remarque G. Vigarello « chaque performance crée une information neuve, chaque rencontre sportive, chaque geste de champion font événement»4. Les Bulletins sont bien au service de cet événement, même si on n’atteint pas chaque fois le niveau de l’inoubliable. Le rapport peut donner à une sortie un caractère exceptionnel par divers éléments : le climat, une attitude héroïque ou anecdotique, la solidarité particulière d’un membre ou d’un guide, une curiosité à signaler, ou la bonne humeur des participants. Le récit insiste sur ce qui marque le souvenir, et concourt à sa longévité.

10Le projet d’écriture est souple, il autorise toute liberté de style, et même des exagérations que le lecteur saura doser et apprécier comme un clin d’œil « typiquement » marseillais. L’auteur qui est aussi alpiniste, donc acteur, inscrit dans ce rapport son identité, grave sa personnalité en même temps que ses souvenirs. Le récit de montagne se situe sur un double plan : il mêle le récit intime et le récit collectif ; il passe du discours familier aux informations les plus techniques et géographiques. C’est un va-et-vient entre la transmission d’une expérience extraordinaire, et l’expression du plaisir individuel procuré par l’ascension.

  • 5  Bulletin S.E.M., éd. 1912, E. Bellanger, « Traversée des Trois Pics de Belledonne », 15 juillet 19 (...)

11Les excurs portent sur la montagne un regard imprégné de la littérature alpine comme Coolidge, Saussure ou Thorand, « ce hardi pionnier de l’alpinisme que la terrible Meije devait ravir à l’affection des siens»5. On mesure l’influence de l’écrit des glorieux prédécesseurs que chacun souhaite imiter, voire dépasser :

  • 6  Bulletin S.E.M., éd. 1912, E. Bellanger, « Traversée des Trois Pics de Belledonne », 15 juillet 19 (...)

la lecture du rapport si intéressant de notre Président sur cette ascension (les Trois Pics de Belledonne), publié dans notre Annuaire de 1902, ainsi que celle de la monographie complète et détaillée des Trois Pics, par le célèbre alpiniste Thorant, avaient encore avivé ce désir6.

  • 7  Cité par M. Tailland, « Les mises en récit d’un demi-siècle d’ascensions anglo-saxonnes au mont Bl (...)

12Comme Albert Smith, étudié par M. Tailland7, les excurs alpinistes en profitent pour célébrer au champagne leur ascension au col Emile Pic, en juillet 1903 : 

  • 8  Bulletin S.E.M., éd. 1904, J. Bourgogne, « Col Emile Pic, (3.502 m.) », 11-14 juillet 1903, p. 132

un collègue prévoyant avait eu l’ingénieuse inspiration de garnir son sac de deux bouteilles de Champagne que nous enfouîmes sous la neige. Au bout de dix minutes, le vin frappé pétille dans nos quarts : nous buvons à la santé de nos guides ; nos guides boivent à notre santé8.

13Le style et la sensibilité de l’auteur peuvent prendre des allures bibliques, humoristiques, ou très pédagogiques. Le texte soigne toujours l’image de la Société, le bon esprit excur dont le dévouement, la solidarité, la prudence et l’astuce sont toujours mis en exergue. Le succès de ces textes emportés d’un romantisme désuet répond sans doute à l’attente du lecteur, nourri de la même culture. Il s’agit de la création d’une fiction qui fonctionne avec des règles de composition : le contexte, le climat, la pente, le suspense, les difficultés contribuent à faire apprécier davantage l’issue heureuse. La longueur des récits est très variable, elle répond plus à la personnalité de l’auteur qu’à une ligne éditoriale. Ainsi, dans l’été 1903, L. Robach qui enchaîne des sommets choisit une rédaction sobre mais précise et efficace :

  • 9  Bulletin S.E.M., éd. 1904, L. Robach, « Autour de Zermatt », 14 août 1903, p. 49.

en six heures, nous atteignons le Sattel (4.350 m.), ligne de crête aiguë et dangereuse où le rocher découpé en aiguilles, alterne avec la neige ; celle-ci forme des lames aiguës dont il faut entailler la tranche pour poser le pied. Cet exercice quelque peu acrobatique dure une heure et demie sous un vent violent et par une température de moins 5 degrés. A 11 heures nous foulons aux pieds les 4.683 mètres du Mont Rose, cime Dufourspitze. Nous nous accordons cette fois dix minutes d’extase devant l’armée de géants alignée sous nos yeux9.

14Le lecteur a suffisamment d’informations pour apprécier l’événement.

  • 10  Bulletin S.E.M., éd. 1900, V. Gruet, « Le Glacier Blanc, col Emile Pic », 14-15-16 juillet 1899, p (...)

15Le recours aux sens est une pratique très récurrente dans tout rapport d’excursion ; pour les ascensions, l’ouie et la vue sont des sources majeures d’inspiration. La montagne impose aux excurs un silence religieux, qui ne suffit pas seulement à exprimer l’effort. Ils se taisent pour mieux entendre la nature : « les torrents, les ruisseaux, les cascades qui tombent des sommets jusque dans les abîmes continuent à jeter leurs longs murmures qui forment, en se mêlant, une harmonie grandiose»10.

  • 11  Bulletin S.E.M., éd. 1900, « Montagne de Lure », p. 71.
  • 12  Bulletin S.E.M., éd.  

16La SEM devient très vite une école du regard. L’approche esthétique est prépondérante, elle est chargée de sens. Elle propose simultanément un apprentissage à la rêverie devant des paysages grandioses, et une victoire sur soi-même en approchant ses propres limites : « on regarde avec les yeux, avec l’âme on admire, on met des noms sur chaque sommet»11. L’expression est parfois très naïve, très spontanée, sous une forme orale pour mieux exprimer un retour de l’homme  à la nature : « oh ces cascatelles sur la surface du glacier : elles étincellent et brillent comme des coulées de diamants»12.

17L’écriture de la montagne se fait avec des présupposés et un lyrisme de citadins dont les affinités avec les romantiques du XIXe siècle sont nombreuses. L’alpinisme défini par les Bulletins présente essentiellement une approche culturelle, fondée sur une sensibilité esthétique, un goût marqué pour la littérature de récits d’ascension ou des connaissances scientifiques.

18Le récit insiste sur ce qui marque le souvenir et concourt à sa longévité, parfois rendant compte d’informations pratiques précises (sommes engagées, itinéraire, vivres…), le plus souvent relatant ce qui est anecdotique ou exceptionnel. La mission du récit de montagne dépasse le devoir d’inscription de la mémoire, il construit l’histoire de la Société dans ce qu’elle considère de plus prestigieux, l’exploit. C’est pourquoi, les écrits des Excursionnistes marseillais ne mettent pas en valeur un accident qui aurait pu compromettre la survie du groupe ; en tant qu’événement tragique, il est parfois mentionné, mais le style, dans ce cas, ne se prête ni au long récit, ni aux détails. L’accident est assimilé à de la négligence, donc à une faute, indigne d’un excur. Ce non-dit confirme bien l’objectif  du Bulletin : valoriser la Société, ses membres téméraires, mais toujours prudents, compétents.

19Cet écho répété répond sans doute à une stigmatisation de l’exception, de la complicité, de la solidarité. Par son amplification, il participe à la consécration de quelques heureux élus.

Consécration par l’écrit

20Le succès de l’écho des montagnes s’inscrit sur le registre du symbole et de l’imaginaire. Le parcours établit une sélection même au sein des alpinistes, il souligne la performance de l’individu et non plus celle du groupe.

  • 13  Bulletin S.E.M., éd. 1912, E. Bellanger, « Le Mont Pelvoux » du 12 au 15 août 1912, p. 154

21L’inscription de l’exploit commence dès le sommet où les alpinistes prennent toujours un « instant pour inscrire, selon l’usage, nos noms et la date de notre ascension»13. Rien d’exceptionnel dans ce comportement, mais c’est la première étape de la consécration : les excurs, par leur signature sur le registre ou sur le livre d’or du refuge, inscrivent leur passage, et participent eux-mêmes à la glorification de leur victoire. Leurs successeurs ne manqueront pas de s’enthousiasmer de trouver trace écrite des membres de la SEM… L’expédition de la carte postale envoyée au siège dès le retour dans la vallée confirme l’importance du lien avec la Société, et le besoin d’avertir le plus grand nombre des membres restés à Marseille.

  • 14  Yves Ballu, Les Alpinistes. Chronique raisonnée de leurs aventures remarquables dans les Alpes, Gr (...)

22En tant que récit du passé, la temporalité joue un rôle très important dans la production de cet écho et de sa transmission. Le compte-rendu est tout d’abord produit lorsque cette minorité exceptionnelle redescend vers le monde agité et on assiste à une « inversion des contrastes : minuscule face à la montagne, l’alpiniste devient grand devant les autres»14. Ce regard va inspirer un nouveau type de narration, chargée de donner un sens à l’exploit. Dans un deuxième temps, l’événement, souvent immortalisé par des photographies, mérite une causerie au siège de l’association, qui lui donne un prolongement. Ces deux phases sont donc essentiellement orales, et iconographiques. La troisième est inscrite dans le Bulletin, pour laisser une trace aux plus jeunes, voire à la postérité. La distance avec l’événement permet toutes sortes d’ajouts, et surtout d’effets littéraires. Les auteurs n’écrivant pas « à chaud », rédigent leur rapport pour inscrire une performance, pour faire entrer quelques personnes du groupe dans l’histoire de la Société. Comme le précise Pierre Vidal-Naquet :

  • 15  Pierre Vidal-Naquet, « L’histoire, la mémoire, le présent », Rives, n°4, 1997, p. 6.

restituer le passé, c’est entrer dans une aventure qui, toute scientifique soit-elle, doit savoir aussi en restituer la vie15.

23Il n’y pas de spontanéité ou d’instantanéité dans le récit excur qui est le fruit d’un travail appliqué, réfléchi, pour ne pas dire commandé. L’immédiateté de l’émotion est parfois recherchée dans le style, mais c’est un effet littéraire qui tente précisément de restituer ce moment.

24L’ascension prend son authenticité par l’énumération des sommets visibles et des vallées dominées.  Il est parfois difficile de savoir si la précision quasi-obsessionnelle de description répond à un devoir imposé par la communauté éditoriale ou par l’auteur pour donner de l’authenticité à son récit. Le plaisir de nommer demeure une attitude classique dans les sociétés alpines et peut simplement justifier cette pratique. Les récits d’ascension instaurent une forme de complicité par niveau de difficultés partagées, sensible à la lecture du livre d’or des sociétaires ayant dépassé 1000 mètres. Cette liste introduit ainsi des groupes de plus en plus restreints mais redondants, à partir de 2500 mètres : l’accès aux sommets les plus hauts reste le critère majeur des alpinistes excurs qui instaurent une hiérarchie, un étalonnage de leurs exploits.

  • 16  Bulletin S.E.M., éd. 1907, Excursion au lac d’Allos (2173 m.), 3-5 juin 1906, p. 45

25Le mythe déjà ancien du promontoire est très lisible à travers la rhétorique excursionniste : on mesure l’altitude, les degrés définissent la pente « extrêmement rapide, dépassant assurément 40 degrés, et le précipice qu’elle forme n’a pas moins de 200 à 300 mètres de profondeur. »16 Ces descriptions verticales soulignent le prodige de cette élite à la recherche de l’expérience du relief, de l’élévation de l’esprit et du corps, au-delà de la fascination de la nature :  

  • 17  Bulletin S.E.M., éd. 1904, « Col Emile-Pic (3502 m.), 11-14 juillet 1903, p. 132.

Grisés par l’orgueil de la victoire (…), nous jetons de nos 3502 mètres d’altitude un regard de commisération sur la pauvre humanité qui grouille sous nos pieds17.

  • 18  Bull. de la S.E.M., 1904, « Le Massif de Marseilleveyre et ses jalonnements », p. 76.
  • 19  Bulletin S.E.M., éd. 1904, L. Robach, « Autour de Zermatt », p. 47
  • 20  Bulletin S.E.M., éd. 1904, L. Robach, « Autour de Zermatt », p. 49

26La logique interne de l’alpinisme met l’accent sur ce qui sépare, dans la mesure où l’excellence renvoie obligatoirement à la sélection. Le Bulletin n’est d’ailleurs pas très tolérant à l’égard du « touriste de sens rassis », ou du simple « promeneur aux jarrets timides»18. L. Robach précise le clivage : « tout ce monde ne va pas au Cervin, une bonne partie sont des gens économes qui s’offrent une jolie promenade en même temps qu’un gîte à bon marché. »19 Les termes ne sont pas plus flatteurs à l’égard des admirateurs de la Mer de glace considérée comme « le rendez-vous de touristes élégants qui viennent chercher sans fatigue l’illusion des grandes altitudes »20.

  • 21  Paul Ruat, Le Cicérone Marseillais nouveau guide pratique de l’étranger à Marseille, Marseille, Li (...)

27Dans les récits de montagne, l’exception produit le discours le plus séducteur. C’est pourquoi le Pic de Bartagne (1043 m.), « fier sommet »21 accessible au plus grand nombre, emblématique dans l’histoire de la Société, n’a pas droit à autant de récits détaillés que le Cervin ou le massif du Pelvoux.

  • 22  Pierre Laborie, « Entre « honneur inventé » et invention du futur : mémoire et appropriation de la (...)
  • 23  Bulletin S.E.M., éd. 1900, V. Gruet, « Le Glacier Blanc, col Emile Pic », 14-15-16 juillet 1899, p (...)
  • 24  Bulletin S.E.M., éd. 1900, V. Gruet, « Le Glacier Blanc, col Emile Pic », 14-15-16 juillet 1899, p (...)
  • 25  Bulletin S.E.M., éd. 1902, « Barre des Ecrins », p. 47.

28Cet affichage de « conduites collectives »22 s’inscrit dans une tradition de recherche du sublime : l’éternité du monde se révèle au sommet ; l’alpiniste découvre une lutte en lui-même qui le transcende ; la régénération par l’air pur donne une valeur morale à l’ascension. Les éléments naturels servent de mise en scène à une méditation sur la Création, la fuite du temps, ou la place de l’homme. L’auteur raconte une histoire qui appartient au registre du merveilleux : le cadre est séduisant et enchanteur lorsqu’ils se dirigent vers le Glacier Blanc, il offre aux neuf participants « un spectacle tellement surhumain qu’il nous arracherait des cris d’épouvante et d’effroi. »23 Cette même excursion plonge largement son auteur dans une expérience mystique : « c’est le sublime dans toute sa beauté, c’est une page de la création subitement révélée dans un gigantesque et féerique décor. »24 L’extase du regard les transporte hors du monde sensible, et « l’être ne se sent plus dominé par rien. »25

  • 26  Bulletin S.E.M., éd. 1902, « la Barre des Ecrins », p. 51.

29Les émotions suscitées par l’arrivée sur les sites recherchés donnent une véritable vision affective de la montagne, considérée de façon contradictoire tantôt comme « un colosse tant désiré qui a ses crevasses qui engloutiraient 50 personnes à la fois » tantôt comme une femme inoubliable. « La plus ensorceleuse des sirènes »26 fait émerger les plus méritants, en les autorisant à une fusion avec la nature, indispensable pour toute ascension réussie. C’est pourquoi le recours au guide fait l’objet d’une contradiction : souvent présenté comme une précaution nécessaire, il n’exclut pas une grande fierté de s’en passer, et le livre d’or en fait toujours mention. De même, les ascensions solitaires ne sont pas recommandées, mais elles suscitent l’admiration des Marseillais pourcelui qui a transgressé les règles collectives.

  • 27  Bull. de la S.E.M. éd. 1900, « Excursion dans le massif du Pelvoux ». Causerie faite le 27/09/1899 (...)

30L’un des principaux facteurs de reconnaissance qui va conférer la notoriété est la confrontation au danger. Les récits de courses en montagne sont souvent élaborés comme une apologie du courage et de la douleur, soulignant le goût du dépassement de soi, de l’effort. La causerie retranscrite dans le Bulletin de 1900 à propos d’une excursion dans le massif du Pelvoux27 témoigne du souci de dramaturgie, du don de soi :

ces préparatifs de lutte entre la volonté et l’inertie, entre les forces humaines, toujours épuisables, et celles brutales de la montagne, toujours vigoureuses, nous angoissaient.

  • 28  Gérard Bruant, « L’effort et ses représentations dans les récits d’alpinisme », Deux siècles d’alp (...)

31L’affrontement de l’homme et la montagne est un thème classique, sur la longue durée, que G. Bruant28 a retrouvé également dans le cas de l’Annapurna après 1950. Là se trouve la source de futurs héros que la société désigne comme exemplaires. Des hommes comme C. Pellicé, ou C. Servières, sont de grands alpinistes et ont prouvé leur dévouement à la collectivité. Pour entrer dans la légende excur, il ne suffit pas d’avoir atteint le sublime panorama : il faut, en plus, avoir prouvé des qualités à l’égard de l’ensemble de la SEM.

32Le récit de montagne est donc indispensable à l’existence de l’exploit, par la glorification qu’il fournit à l’événement. Comme le précise J.-L. Bonniol,

  • 29  Jean-Luc Bonniol, « La légende du Larzac : un récit au temps de la mémoire », Montagnes, Méditerra (...)

la mémoire collective convoque le passé selon le système de valeurs des acteurs sociaux qui la portent, impliquant une relation sensible et affective avec ce passé29.

33Les souvenirs que la Société a choisi de garder et de valoriser pour écrire son histoire sont consacrés par l’imprimé comme support des vertus et des modèles à inculquer.

Consolidation d’un sentiment d’appartenance

34L’écriture satisfait une quête d’identité, très sensible dans les Bulletins des Excursionnistes marseillais qui relatent des ascensions. Il s’agit d’un véritable média : il transmet des codes, des valeurs ; il est le lien visible et lisible entre les membres ; c’est un outil d’information précieux sur le passé immédiat ; il structure la construction de la mémoire collective et répond à des choix dans le passé à transmettre ; il constitue enfin un élément de sociabilité par sa diffusion et par l’appropriation des membres qui sont à la fois acteurs et lecteurs. L’usage du Bulletin est commun au sein de la Société, et individuel puisque chaque membre en est destinataire. Cet outil de communication interne se présente comme objet d’échanges et de diffusion des mérites de la Société. La lecture des Bulletins est riche d’enseignements pour l’historien car elle permet de se familiariser avec un système de représentations, et un sentiment d’appartenance.

35Ces ouvrages annuels se présentent comme un élément de prosélytisme particulièrement efficace, en conduisant le lecteur sur un parcours initiatique où l’excursionniste change de statut. En effet, ce long voyage de Marseille vers les sommets des Alpes implique des qualités humaines et physiques qui placent l’excur au-dessus des autres. Il n’en revient pas tout à fait pareil, il a acquis des connaissances, une sagesse, une approche mystique ou religieuse qui le grandit aux yeux des autres. L’alpinisme permet aux excurs de changer d’état : ils vont sur des lieux presque sacrés ou inscrits historiquement comme lieux de mémoire majeurs, pour retrouver la part la plus authentique d’eux-mêmes, et découvrir de nouvelles émotions.

  • 30  Betty Lefèvre, « Mythologie de la solidarité sportive », Corps et Culture, « Sport et lien social  (...)

36Ainsi, le récit de montagne s’apparente à un catalogue des vertus excursionnistes : image de pureté et d’épanouissement, école de volonté et d’amitié. Ces principes sont adoptés par tous les excurs qui choisissent ce pacte comme un rituel communautaire, comme élément constitutif de tout membre, alpiniste ou marcheur dans le massif de la Sainte-Baume. Cette adoption générale des qualités de l’alpiniste pour mode de fonctionnement de la SEM crée la base de la foi excursionniste dans la mesure où « tout processus de socialisation s’élabore à partir de l’intégration des normes et des lois de la culture d’appartenance»30. La codification des émotions s’inscrit dans cette culture d’appartenance, c’est pourquoi les rapporteurs d’excursions en Provence littorale ou sur des sites historiques composent leur récit sur le modèle de celui des alpinistes. Le résultat est différent, mais prouve que chacun souhaite un jour pouvoir connaître ce changement de statut, avoir accès –sans fournir la même performance physique- à cette fusion avecla nature qui régénère et purifie dans la sublimation.

37Le besoin d’enracinement passe par l’exploit qui se présente comme un héritage. L’appartenance à une communauté « large » qui n’a pas de légitimité historique ou politique, repose sur un passé commun, fondateur d’une classe sociale. L’originalité vient du fait que la communauté se définit par une activité  pratiquée dans le temps des loisirs, et non dans le cadre plus habituel du travail. C’est une particularité qui assure le point d’ancrage de l’identité. Le récit de montagne « incarne », aux yeux des membres, l’identité collective, mais d’autres critères y contribuent.

38La conscience d’appartenir à une grande famille est le premier aspect d’identification. On constate toujours la grande facilité de remémoration de la généalogie excur. La mise en valeur d’une mythologie de l’ascendance construit l’identité excursionniste. Cette classe moyenne a trouvé le moyen de s’inscrire dans une filiation prestigieuse par l’alpinisme. La Société aime se reconnaître dans ses grands hommes (Pellicé, Robach, Servières). Sans parler d’un panthéon, des personnalités se distinguent, et la SEM leur rend hommage comme le prouvent la toponymie (en Provence, et non dans les Alpes, à notre connaissance), les photographies ou les récits. Le fait que les grands hommes soient alpinistes, donc des personnalités qui se sont élevées physiquement et moralement, confirme l’aspect exceptionnel de cette minorité distinguée.

39Le rite identitaire prend forme, dès l’intronisation, à deux niveaux. Le numéro d’adhésion donne immédiatement une information chronologique dans l’histoire de la Société (très important pour le livre d’or…). L’inscription et le numéro d’adhésion construisent une nouvelle identité, car la numérotation qui sert souvent de signature, donne une indication précieuse sur la place du nouveau venu, à partir de ce critère d’entrée dans l’histoire commune. La remise de l’insigne, considéré comme attribut de conformité au groupe, est également fondateur d’une appartenance lisible sur tous les sentiers de Provence ou les sommets des Alpes, et mentionnée dans de nombreux comptes rendus.

40Le deuxième aspect d’identification souligne le rapport au territoire. Avec la montagne, cet aspect prend une forme de représentation complexe, du fait qu’elle repose sur un espace particulièrement étendu. En effet, les excursionnistes marseillais revendiquent haut et fort leur appartenance à la Provence, alors que l’identité excur passe par les Alpes. Le passage de la terre natale à la terre d’adoption ouvre une difficulté à définir une identité, à marquer une frontière précise. Un alpiniste excur tient à son identité marseillaise, mais apprécie d’être admis et reconnu dans la grande famille des alpinistes. La meilleure connaissance du lieu tente de compenser ce problème. Une fois l’œil comblé, l’excursionniste a le plaisir de thésauriser des connaissances, d’accumuler des photographies et une littérature spécialisée et scientifique sur cette région nouvellement appropriée. Comme si l’effort donnait une qualification identitaire…

41Des marqueurs emblématiques engagent l’adhésion de l’ensemble de la communauté. En effet, la constitution de l’identité excur s’appuie sur la perception de la différence de l’Autre, avec un regard stéréotypé très marqué dans le cas présent :

  • 31  Bulletin S.E.M., éd. 1904, J. Bourgogne, « Col Emile Pic (3.502 m.) », 11-14 juillet 1903, p. 130.

Il est pourtant une ombre au tableau : cette vallée si riante est, par une ironie du sort, une de celles où la misère est des plus sordides : crétins et goitreux y abondent.(…) ce pays pauvre, à la population chétive et rabougrie est en revanche le paradis de l’alpinisme 31.

42La narration symbolique et simplifiée de l’Autre repose d’une part, sur le constat objectivement fondé de la différence − culturelle ou physique −, et d’autre part, celuiplus subjectif, produit par un ensemble de stéréotypes qui mélange admiration et moquerie. A la curiosité ethnologique s’ajoute le jugement d’un retard de la société alpine. La production  de symboles ou de proverbes crée au sein de la communauté l’unanimité, le lien, l’adhésion par la répétition, tandis qu’elle augmente la distance avec les populations visitées. Ces clichés participent au maintien de la cohésion du groupe par des moyens d’ordre communicatif et sociologique.

  • 32  Pierre Laborie, Montagnes, Méditerranée, mémoire, Mélanges offerts à P. Joutard, Grenoble, Aix-en- (...)
  • 33  Anne-Marie Granet-Abisset, « Entre histoire et mémoire. Les migrations comme révélateurs d’une ide (...)

43La montagne est le révélateur de l’identité excursionniste marseillaise qui s’impose dans les fictions proposées par cet écho. Il est paradoxal de retenir comme élément fédérateur et vecteur du sentiment identitaire, l’exploit d’un petit groupe, mais cette mise en relation de deux facteurs de nature différente met bien les  représentations au cœur du sentiment collectif d’appartenance. Pourtant, l’adhésion de l’ensemble du groupe au « mythe rassembleur »32 est une constante, comme si la foi excur, s’inspirant de la religion chrétienne, attribuait une importance majeure au stoïcisme et à la souffrance. Le récit de montagne, en faisant intervenir une notion de transfiguration et de ressourcement prône un standard du bonheur primitif par l’effort physique, dans une perspective hygiéniste manifeste. Il apparaît une sorte de consensus d’identification autour d’un excursionniste-type, comme A.-M. Granet-Abisset l’avait distingué dans le cas du queyrassin-type33.Le compte rendu, élaboré à partir d’une histoire partagée, nourrit l’ensemble de la communauté par la proposition de modèles.

  • 34  Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1950.

44Le sentiment d’appartenance à la Société résulte de la conjugaison de la mémoire collective34, et d’une prise de conscience du rôle que les Excursionnistes marseillais peuvent jouer dans l’histoire sociale de Marseille, voire dans l’histoire de l’alpinisme.

45Aujourd’hui, le rôle des Bulletins a bien changé de sens, mais il est intéressant de voir à quel point c’est le désir de continuité qui se lit. Loin de chercher une prise de distance, l’ouvrage paru pour fêter les 90 ans de la Société montre le souci de maintenir vivante la mémoire des fondateurs. Il continue à faire écho aux origines, consacre toujours le passé dans le présent, à la fin du XXe siècle. Au-delà de la fidélité filiale, il révèle une peur du changement qui peut apparaître comme un réflexe de défense identitaire. Cet excès de mémoire autour d’un patrimoine commun de références cache probablement des clivages, dans la mesure où le passé fait plus facilement l’unanimité du groupe.

Haut de page

Notes

1  Dominique Lejeune, Les « Alpinistes » en France, (1875-1919), Paris, CTHS, 1988,p. 104.

2  Bulletin S.E.M., éd. 1904, L. Robach, « Autour de Zermatt », 11 août 1903, p. 46.

3  Olivier Hoibian, « Les alpinistes à l’aube du XXe siècle. Usage et construction des typologies sociales », STAPS, n° 51, hiver 2000, p. 63.

4  Georges Vigarello  « Le temps du sport », L’avènement des loisirs (1850-1960), sous la dir. de A. Corbin, Paris, Aubier, p. 218.

5  Bulletin S.E.M., éd. 1912, E. Bellanger, « Traversée des Trois Pics de Belledonne », 15 juillet 1911, p. 160.

6  Bulletin S.E.M., éd. 1912, E. Bellanger, « Traversée des Trois Pics de Belledonne », 15 juillet 1911, p. 156.

7  Cité par M. Tailland, « Les mises en récit d’un demi-siècle d’ascensions anglo-saxonnes au mont Blanc, voyage initiatique entre science et aventure (1787-1851)», Babel, n°8, 2003, p. 51.

8  Bulletin S.E.M., éd. 1904, J. Bourgogne, « Col Emile Pic, (3.502 m.) », 11-14 juillet 1903, p. 132.

9  Bulletin S.E.M., éd. 1904, L. Robach, « Autour de Zermatt », 14 août 1903, p. 49.

10  Bulletin S.E.M., éd. 1900, V. Gruet, « Le Glacier Blanc, col Emile Pic », 14-15-16 juillet 1899, p. 72.

11  Bulletin S.E.M., éd. 1900, « Montagne de Lure », p. 71.

12  Bulletin S.E.M., éd.  

13  Bulletin S.E.M., éd. 1912, E. Bellanger, « Le Mont Pelvoux » du 12 au 15 août 1912, p. 154

14  Yves Ballu, Les Alpinistes. Chronique raisonnée de leurs aventures remarquables dans les Alpes, Grenoble, Glénat, 1997, p. 389.

15  Pierre Vidal-Naquet, « L’histoire, la mémoire, le présent », Rives, n°4, 1997, p. 6.

16  Bulletin S.E.M., éd. 1907, Excursion au lac d’Allos (2173 m.), 3-5 juin 1906, p. 45

17  Bulletin S.E.M., éd. 1904, « Col Emile-Pic (3502 m.), 11-14 juillet 1903, p. 132.

18  Bull. de la S.E.M., 1904, « Le Massif de Marseilleveyre et ses jalonnements », p. 76.

19  Bulletin S.E.M., éd. 1904, L. Robach, « Autour de Zermatt », p. 47

20  Bulletin S.E.M., éd. 1904, L. Robach, « Autour de Zermatt », p. 49

21  Paul Ruat, Le Cicérone Marseillais nouveau guide pratique de l’étranger à Marseille, Marseille, Librairie P. Ruat, 1898, p. 98.

22  Pierre Laborie, « Entre « honneur inventé » et invention du futur : mémoire et appropriation de la Résistance », Montagnes, Méditerranée, mémoire, Mélanges offerts à P. Joutard, Grenoble, Aix-en-Provence, Musée Dauphinois, Publications de l’Université de Provence, p. 507.

23  Bulletin S.E.M., éd. 1900, V. Gruet, « Le Glacier Blanc, col Emile Pic », 14-15-16 juillet 1899, p. 74.

24  Bulletin S.E.M., éd. 1900, V. Gruet, « Le Glacier Blanc, col Emile Pic », 14-15-16 juillet 1899, p. 74.

25  Bulletin S.E.M., éd. 1902, « Barre des Ecrins », p. 47.

26  Bulletin S.E.M., éd. 1902, « la Barre des Ecrins », p. 51.

27  Bull. de la S.E.M. éd. 1900, « Excursion dans le massif du Pelvoux ». Causerie faite le 27/09/1899, p. 27.

28  Gérard Bruant, « L’effort et ses représentations dans les récits d’alpinisme », Deux siècles d’alpinisme européens. Origine et mutations des activités de grimpe, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 119-133 (cit. p. 125).

29  Jean-Luc Bonniol, « La légende du Larzac : un récit au temps de la mémoire », Montagnes, Méditerranée, mémoire, Mélanges offerts à P. Joutard, Grenoble, Aix-en-Provence, Musée Dauphinois, Publications de l’Université de Provence, p. 611.

30  Betty Lefèvre, « Mythologie de la solidarité sportive », Corps et Culture, « Sport et lien social », n° 3, 1998, p. 34.

31  Bulletin S.E.M., éd. 1904, J. Bourgogne, « Col Emile Pic (3.502 m.) », 11-14 juillet 1903, p. 130.

32  Pierre Laborie, Montagnes, Méditerranée, mémoire, Mélanges offerts à P. Joutard, Grenoble, Aix-en-Provence, Musée Dauphinois, Publications de l’Université de Provence, p. 508.

33  Anne-Marie Granet-Abisset, « Entre histoire et mémoire. Les migrations comme révélateurs d’une identité queyrassine », Monde Alpin Rhodanien, « L’identité vécue. Discours, rites, emblèmes », 1-2/1993 p. 28.

34  Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1950.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Françoise Attard-Maraninchi, « L’écrit des Excursionnistes marseillais, écho des montagnes », Amnis [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://amnis.revues.org/1067 ; DOI : 10.4000/amnis.1067

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Attard-Maraninchi

UMR Telemme MMSH - Aix-Marseille 1

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org