Navigation – Plan du site

Représentations de la montagne et du danger dans les publications du CAS

Analyse du corpus, Les Alpes, année 1996 
Cédric Gumy

Texte intégral

Préambule

1Le travail présenté dans cet article nous a parfois rappelé les difficultés de l’ascension d’une montagne exigeante, nécessitant persévérance, patience et sang-froid. Ainsi, nous nous sommes permis quelques analogies entre les pratiques scientifiques et sportives en ce qui concerne les intitulés des chapitres.

La « préparation de la course » : problématique de cette étude

  • 1  Le titre de la revue est en fait quadruple (Les Alpes, Le Alpi, Las Alps et Die Alpen) en raison d (...)

2Le but de ce travail était de mettre en lien d’une part différentes théories psychosociales relatives au domaine de l’insécurité et d’autre part une revue institutionnelle de montagne, à savoir la revue Les Alpes1 du Club Alpin Suisse (CAS).

3Pour réaliser ce projet, nous avons souhaité analyser le contenu d’un certain nombre d’articles relatifs à la problématique du danger, du risque et de l’accident en milieu alpin à l’aide d’un logiciel d’analyse textuelle, le logiciel Alceste. La question de base de ce travail d’analyse est celle de la protection de soi face au danger, nous essaierons de comprendre comment les gens gèrent la question du danger, comment ils expliquent l’exposition et la vulnérabilité face à un certain nombre de périls.

  • 2  Pour d’avantage d’informations sur ce sujet, on peut lire avec profit l’ouvrage de Peretti-Watel, (...)

4Outre les connaissances, l’expertise et l’expérience que chaque adepte des sports de montagne peut acquérir, il se pourrait que d’autres dimensions, tout autant, voir plus explicatives et pertinentes que les précédentes, soient mises en œuvre par les personnes pour gérer la peur ou l’anxiété face au danger. En effet, les campagnes de prévention face au sida, par exemple, ont vite buté sur les réactions et des croyances « irrationnelles » ou « erronées » des populations visées par les messages de prévention. Les approches de la question du risque en sciences humaines sont passées d’une logique « naïve » de type stimulus-réponse, où l’on percevait la cible du message comme une personne à modeler ou influencer, à une perception plus fine prenant en compte les logiques propres aux individus et surtout les logiques sociales et les représentations sociales2.

Le « choix des guides » et l’« expérience des participants » : aperçu des théories pertinentes dans le domaine de la gestion de la peur et de la prévention du danger en psychologie sociale

  • 3  Comme exemples de stratégies du paradigme de l’appel à la peur, on peut citer le fait de montrer à (...)

5L’approche classique appelée l’appel à la peur est certainement la plus familière aux personnes connaissant peu ou pas de théories ou modèles de psychologie sociale. C’est aussi certainement la plus intuitive. Elle consiste à exposer les personnes à des messages préventifs3 sensés provoquer une peur menant à une prise de risque moindre. Mais cette approche produit des résultats très contrastés. Alors qu’elle semblait pleine de promesses au début, elle a été passablement délaissée par la suite en raison de ses résultats très contradictoires. Ces échecs ont montré qu’il ne suffit pas de se fier à un message de type persuasif adressé à une personne (émission de l’information) mais qu’il faut aussi comprendre comment chaque individu va réagir (réception de l’information), ce qui dépend d’un grand nombre de facteurs individuels et sociaux. L’estime de soi des personnes et la valorisation personnelle de la pratique (ou l’importance de la pratique dans l’estime de soi et l’identité de la personne) pourraient être des variables expliquant les résultats contradictoires et problématiques des études du paradigme de l’appel à la peur. Une réaction très fréquente face à ce genre de message consiste à se protéger contre l’anxiété qu’il peut générer à l’aide de différentes stratégies de protection de soi. Le déni, la rationalisation, la comparaison avec d’autres dangers sont quelques exemples des stratégies mises en œuvre.

6L’appel à la peur n’est donc pas une approche très fiable pour nous. Par contre, trois paradigmes théoriques issus de la psychologie sociale nous semblaient particulièrement intéressants pour notre sujet.

L’optimisme comparatif et irréaliste

7Il existe différents paradigmes liés à l’estimation des risques pour soi et pour les autres. On parle en principe de biais d’optimisme ou d’ « illusions » que l’on peut catégoriser de la manière suivante.

  • 4  On peut parler de biais dans la mesure où il est statistiquement impossible dans la réalité que le (...)

8Premièrement, certaines études portent sur l’optimisme irréaliste qui consiste à être exagérément optimiste par rapport à une donnée objective, c’est-à-dire un risque que l’on peut scientifiquement estimer. Plus fréquemment, on observe un optimisme comparatif (comparaison avec autrui ou un autre groupe), que l’on peut définir comme la tendance des gens à estimer les risques négatifs pour eux-mêmes comme étant inférieurs aux risques pour autrui. En revanche, les risques positifs (comme gagner à la loterie) sont perçus comme plus probables pour soi que pour les autres. Certaines études montrent que ce « biais »4 est modéré ou annulé lorsque ces autrui sont des gens proches comme des gens de notre famille ou de notre groupe d’appartenance. On voit donc déjà ici apparaître une tendance à associer la sécurité au soi et le risque à l’altérité. L’explication de ce phénomène d’optimisme comparatif est double, comme nous l’expliquent Milhabet et ses collègues (Milhabet, Desrichard & Verlhiac, 2002).

9Il y aurait une composante cognitive (traitement de l’information) qui avance qu’il est plus facile d’estimer le risque pour soi dans la mesure où nous avons des connaissances plus précises et claires que pour les autres. Nous aurions ainsi tendance à généraliser pour les autres en se basant sur des exemples prototypiques ou qui ont une certaine saillance.

10Une autre explication est de type motivationnel et serait en fait double, la défense du Soi et la réduction de l’anxiété. Cet optimisme remplirait donc une fonction de protection et de restauration du sentiment de sécurité face à des risques que l’on connaît et auxquels on se sait plus ou moins exposés. C’est cette explication théorique qui  nous intéresse ici et qui justifie le lien que nous faisons entre les différentes théories et modèles exposés ici.

Le blâme de l’autre

11Le deuxième champ théorique est celui que l’on pourrait appeler « ce n’est pas de ma faute, c’est l’autre » pour reprendre le titre de l’ouvrage de Joffe, Human responses to risk : « not me », « the other is to blame » (1999). Elle observe que, de tout temps, les hommes ont tendance à associer le malheur et la maladie aux autres groupes (nations, ethnies, etc.), ce qui permet ainsi de s’en distancer et de se sentir protégés.

12Les autres groupes sont ainsi perçus comme étant à l’origine du mal et également la cible privilégiée du mal. C’est l’idée qu’il existe plusieurs groupes « à risque » qui ne sont jamais notre groupe d’appartenance.

  • 5  Au début de l’épidémie, on appelait le sida « la peste des homosexuels ».

13L’explication de ce phénomène, qui est essentiellement de type identitaire et qui s’ancre dans la théorie psychanalytique de Mélanie Klein, est d’un grand intérêt pour le psychologue social, le sociologue ou l’historien qui trouveront sans difficulté plusieurs illustrations de ce phénomène. De plus, la dimension sociale apparaît de manière essentielle au niveau de l’expression des préférences et de la valorisation du groupe d’appartenance au détriment des autres groupes. Nous nous trouvons ici autant dans les niveaux d’analyse intra-individuel qu’intergroupes définis par Doise (1982). L’explication en termes de stratégies identitaires de protection de soi est la suivante : il y a un lien direct entre l’identité sociale et personnelle chez un individu. Si le groupe d’appartenance est à la source d’un acte blâmable, les conséquences négatives vont se répercuter sur l’identité personnelle de ses membres et les affecter négativement. Associer le « bon » et la sécurité au groupe d’appartenance permet donc non seulement de rehausser son identité personnelle (et probablement aussi d’augmenter son estime de soi), mais associer le « mal » et le danger aux autres groupes permet aussi de s’en sentir protégé. L’image que l’on a de soi et le sentiment de sécurité personnel éprouvé dépendraient très directement du groupe d’appartenance et du niveau d’exposition de ce groupe au danger. Cette considération est centrale dans la présente étude. Ainsi, dans le domaine de la prévention du sida, on s’est aperçu que les théories sur l’origine du virus illustrent parfaitement ce phénomène. Le virus viendrait d’Afrique et aurait été transmis par le singe à l’homme pour certains occidentaux alors qu’il aurait été créé dans un laboratoire occidental pour les Africains. De même, au début de l’épidémie, on avait tendance à associer la maladie aux homosexuels5, aux hémophiles, aux Haïtiens et aux héroïnomanes. Il a fallu ensuite faire un grand travail de prévention pour que les hétérosexuels se sentent également concernés par l’épidémie.

La « terror management theory »

14Le troisième paradigme théorique est celui de la théorie de la gestion de la peur (terror management theory) de Solomon, Greenberg & Pyszczynski (1986).

  • 6  Un bon exemple de ce phénomène est l’augmentation des ventes de drapeaux américains et de symboles (...)

15Pour résumer brièvement cette théorie, on peut dire que l’idée de la mort provoque chez l’être humain une « peur paralysante » qui fragilise l’individu (et entraîne une baisse de l’estime de soi). Cette peur pousserait l’individu à chercher du réconfort dans l’identification et le sentiment d’appartenance à son groupe social. En effet, cette menace de disparition l’amène de manière générale à survaloriser son groupe d’appartenance et les valeurs, idéologies de son groupe. (ce qui peut s’exprimer par la recherche de héros, par la mise en avant et l’attachement accru à des symboles culturels, nationaux6). L’appartenance à une communauté et l’adhésion à un système de croyance apportent un réconfort à l’individu en lui donnant le sentiment d’appartenir à une communauté qui survivra à la mort de ses membres actuels. L’estime de soi est une variable centrale à cette théorie. De multiples résultats scientifiques montrent qu’une estime de soi élevée est généralement associée à un faible niveau d’anxiété. Ainsi, on peut comprendre que le sentiment de faire partie intégrante d’un groupe ou d’une communauté puisse renforcer l’estime de soi sociale des personnes, et donc les protéger davantage contre différentes sources de menaces. Il en découle logiquement l’hypothèse qu’en cas de situation générant de l’insécurité, les personnes vont davantage rechercher du réconfort dans leurs groupes d’appartenance ou de référence.

  • 7  Une telle induction peut être réalisée, par exemple, en demandant à des gens de penser à leur mort (...)
  • 8  La méthode utilisée est l’expérimentation ; on demande aux membres du groupe « A » de penser à leu (...)

16On observe parallèlement que les autres groupes sont moins bien perçus en situation d’insécurité car ils menacent la solidité des croyances du groupe et remettent ainsi en question une source d’estime de soi positive pour les personnes. En effet, suite à une induction de la peur de la mort7, on observe en général une augmentation des stéréotypes, de la discrimination et de l’intention d’agresser autrui ou un autre groupe qui menace nos valeurs8.

17Ce qui nous semble particulièrement intéressant dans ce modèle, c’est le fait que l’appartenance à un groupe et l’adhésion aux valeurs de ce groupe pourraient être un très bon moyen pour se prémunir symboliquement contre le danger. Cette protection symbolique pourrait être fortement activée dans un domaine en fin de compte aussi incertain que le milieu de la montagne ou les connaissances et l’expérience ne sont pas suffisantes pour garantir une totale sécurité.

Le « repérage de l’itinéraire » : source d’inspiration et genèse de ce travail

  • 9  Cette différence tend à s’amenuiser avec le temps. À tel point que le ski a récupéré des aspects d (...)

18L’idée de réaliser cette étude nous est venue de l’observation d’une association fréquente entre les personnes pratiquant le snowboard (surf des neiges) et le risque et le danger (danger d’avalanche en particulier). Les snowboarders pourraient remplir une fonction de bouc émissaire par rapport à la problématique du danger. En plus de la nouveauté de ce sport (la nouveauté fait souvent peur car elle nous plonge dans l’inconnu), le monde du snowboard se distingue radicalement de celui du ski en général9, et du monde du ski de randonnée en particulier, par le partage de codes vestimentaires, verbaux et culturels très différents. Pour ces raisons, nous pensons qu’il peut être perçu par les skieurs comme un groupe antagoniste qui, de par ses caractéristiques, s’oppose sur certains points à la culture du ski alpin. Le snowboard est souvent associé à la recherche du plaisir avant tout (avec si possible un minimum d’effort) et une volonté de profiter de l’instant présent ce qui peut s’opposer aux normes de prudence habituelles en montagne.

  • 10  Robert Bolognesi est docteur ès sciences de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL).
  • 11  La neige, de Robert Bolognesi, Ed. Nathan, 65 p.

19Quelques exemples pris ça et là nous permettent d’illustrer cette hypothèse de départ. Robert Bolognesi10 est un expert suisse du danger d’avalanche. Un article paru dans le quotidien 24 Heures pour la présentation de son dernier ouvrage11 concernant la prévention du danger d’avalanche débute en ces termes :

Il y a deux catégories de snowboarders : une qui s’intéresse à la montagne et l’autre qui s’en fout et tire son origine du skate dans la ville.

20Il est intéressant de noter que la présentation d’un ouvrage sensé exposer de manière scientifique et « objective » les nouvelles méthodes de prévention du danger d’avalanche soit à ce point investie de dimensions sociales. On y retrouve des logiques de pensée en termes de groupes sociaux d’appartenance – les snowboarders des villes versus ceux qui s’intéressent à la montagne – et normatives (on sous-entend qu’il faut s’intéresser à la montagne pour y pratiquer un sport). L’amalgame entre snowboarders et avalanche n’est pas déclaré ouvertement, mais l’association des deux termes dans un même article ne nous semble pas anodine. Voici un autre exemple issu d’une publication du CAS sur les urgences dans les montagnes suisses en 2001 :

 Ce qui frappe également, c’est le fait que, lors des accidents d’avalanches, les victimes ne sont pas particulièrement les jeunes et sauvages snowboarders qui se tuent en-dehors des pistes, comme on l’entend souvent dans l’opinion publique : sur les 9 victimes d’avalanche dans les descentes hors-pistes, on trouvait durant l’année de rapport 2001 8 skieurs et 1 snowboarder (l’année précédente, toutes les victimes d’avalanches étaient des skieurs). 

21Cette phrase est intéressante à trois niveaux. Premièrement, on voit que les statistiques ne confirment pas ce préjugé sur les snowboarders comme étant davantage exposés au danger d’avalanche et se distinguant des skieurs par leur imprudence. Deuxièmement, on voit dans cette phrase que les termes utilisés (« sauvages », « jeunes », « se tuent ») reprennent les représentations habituelles des catégories qui dérangent et qui semblent s’opposer à un monde alpin par excellence. Ce monde alpin se caractériserait par la culture et le respect des normes (normes comportementales envers la montagne et normes de sécurité à adopter), l’expérience acquise souvent avec des années de pratique et d’efforts, et l’adoption d’un comportement de type préventif et prudent (bien préparer une course, prévoir, planifier, savoir renoncer). Ce qui est également intéressant, c’est le fait que les auteurs de ce rapport se réfèrent à l’opinion publique, ce qui pourrait aussi être perçu comme un moyen commode d’émettre un jugement de valeur sans en assumer la paternité. Cela nous montre aussi qu’il peut être difficile pour un chercheur de trouver dans un discours sur la montagne et ses pratiquants des positions marquées de type discriminatoire ou excessivement critique envers une population. Toutefois, les théories mobilisées nous semblent solides et les exemples suffisamment nombreux pour faire le pari que les résultats feront apparaître cette association du danger et des snowboarders.

22L’exemple qui suit est plus intéressant par rapport à la revue Les Alpes. La photo de couverture du premier numéro de l’édition actuelle (janvier 1996) montre un snowboarder en train de réaliser un saut dans la poudreuse, comme nous pouvons le voir sur la figure 1, p. 273.

23Voici deux réactions intéressantes et significatives par rapport à la problématique de ce travail. Ce sont des extraits de deux lettres parues dans le courrier des lecteurs du numéro suivant (février 1996) :

Où nous conduira, en effet, le nouveau départ de notre association d'amis de la montagne, si l'on met en première page un sujet qui, au premier abord, peut paraître « supercool », mais qui, de fait (on pardonnera ce conservatisme à un représentant de la génération des fossiles), exprime non seulement le pur esprit du temps mais encore une stupidité dangereuse? 

24Et encore :

La revue du CAS sous sa nouvelle forme donne une impression plaisante [...] n'était-ce la page de couverture spectaculaire (du numéro de janvier, qui montrait un surfeur. Récif.). Instantané réussi, certes [...] mais danger évident. 

Figure 1 : Page de couverture de la revue « Les Alpes », janvier 1996

Figure 1 : Page de couverture de la revue « Les Alpes », janvier 1996

25L’association entre le snowboard et le danger, et surtout le jugement de valeur qui l’accompagne, semblent ici très clairs. Mais cette représentation du monde du snowboard comme synonyme de danger n’est semble-t-il ni l’apanage des skieurs ni des non-sportifs. L’exemple qui suit est très instructif à plus d’un titre. Ce texte est issu d’un document de présentation de la station de Verbier en Valais et présente l’ « O’Neill Xtreme Freeride Snowboard Contest » qui a lieu chaque année sur les pentes nord du Bec des Rosses. Ce sommet, culminant à 3222 mètres d’altitude, offre des couloirs dont la déclivité va de 45 à 55 degrés, pentes qui comprennent de nombreuses barres rocheuses. La compétition regroupe les meilleurs snowboarders et snowboardeuses du moment et consiste à descendre ces pentes abruptes de la manière la plus rapide, fluide et stylée que possible. Les critiques envers de telles compétitions ne manquent pas, et les accusations envers les organisateurs et les participants sont fréquentes. Voilà une illustration de la façon dont l’organisation se justifie de mettre sur pied un événement a priori dangereux où la recherche du risque et des sensations fortes semble être la seule motivation aux yeux des non-pratiquants :

  • 12  « Rider » signifie coureur ou concurrent en anglais.

Si le spectacle de la compétition est unique, ce contest d’envergure a été mis sur pied dans un but précis : il s’agit de faire passer un message de prévention, de mise en garde contre les dangers que peut représenter le hors-pistes, trop souvent négligés par les jeunes adeptes de poudreuse. En effet, la sécurité est l’un des aspects principaux de la manifestation : la face nord du Bec des Rosses est contrôlée depuis le début de l’hiver après chaque chute de neige, la montée se fait à pied, les concurrents sont entourés par des guides professionnels et les passages dangereux sont sécurisés. Les riders12 portent l’équipement adéquat.

26Il est très intéressant de voir à quel point cette association entre jeune snowboarder et imprudence réapparaît dans ce discours. Cela nous fait penser que l’on est ici en présence d’une véritable représentation sociale du snowboard dont les éléments principaux seraient articulés autour du risque et de la recherche de sensations, éléments qui seraient partagés par l’ensemble des groupes mais probablement avec un positionnement idéologique différent selon l’implication et la pratique personnelles. Une fois la question du risque évoquée par les organisateurs de cette compétition, on voit apparaître à nouveau une dichotomisation entre un « nous » prudent et responsable et un « eux » (réel ou imaginaire) imprudent et inexpérimenté. Le monde du snowboard semble donc ici fonctionner de la même façon que n’importe quelle communauté. L’exemple présent nous semble cohérent avec les théories du bouc émissaire ou encore de la « brebis galeuse » (Marques, 1988). Dans la perspective du bouc émissaire, on charge une personne avec les maux de la communauté avant de l’exclure pour éloigner à jamais la disgrâce. Par contre, le déviant est à l’intérieur du groupe dans le modèle de la brebis galeuse et doit être remis à l’ordre. Il est davantage stigmatisé qu’un déviant qui se trouve en dehors du groupe car il fragilise ce dernier de par sa présence à l’intérieur des limites de la communauté. La mise à l’index de la brebis galeuse permet au groupe de sauvegarder une identité positive, de préserver son image. On pourrait également penser dans notre exemple que cela permet de restaurer un sentiment de sécurité en suivant les explications de Joffe au niveau des stratégies identitaires. Cela serait une nouvelle hypothèse explicative dans ce champ théorique. Le blâme de la brebis galeuse permettrait de sauvegarder ou de restaurer une identité groupale positive mais également de gérer la peur en dissociant les mauvais élèves du groupe du reste des membres.

27Malgré le nombre élevé d’exemples que l’on peut trouver dans la revue du CAS ou dans d’autres médias, il nous semblait scientifiquement plus intéressant et plus crédible de ne pas s’arrêter à une superposition des modèles psychosociaux présentés. En effet, le risque est élevé de ne rechercher que les éléments qui vont confirmer l’hypothèse ou la théorie que l’on a dans un domaine.

La « marche d’approche » : sélection du matériel et description de la procédure

28Une méthode plus objective consiste à analyser un corpus de texte avec les outils de la statistique. On perd évidemment une certaine finesse subjective propre à chaque texte, mais le logiciel Alceste permet de faire ce travail d’analyse tout en nécessitant en fin de compte un travail d’interprétation. L’avantage étant que cette interprétation se base sur une réalité « objective » ou en tout cas mathématique.

29Notre but était donc de sélectionner une période de publication de la revue Les Alpes et de faire une analyse textuelle pour voir si l’on y retrouve des traces de ces phénomènes. Les différentes étapes de ce travail ont été les suivantes. Premièrement, il convenait de choisir une période pour l’analyse (année 1996 dans son intégralité), ensuite définir quels articles étaient intéressants à conserver (les rubriques sur le danger, les éditoriaux et le courrier des lecteurs) dans chaque numéro de la revue. Cela fait, il fallait ensuite scanner les articles puis effectuer la reconnaissance de textes et transférer le tout dans un fichier de texte. Finalement, nous devions effectuer un travail de codage (chaque texte devant être précédé dans le corpus par une ligne étoilée contenant des informations – les variables indépendantes appelées aussi mots étoilés - fondamentales pour la suite de l’analyse) et la correction de certains termes du corpus pour obéir aux exigences formelles d’Alceste. L’hypothèse était donc précisément que l’on devrait trouver dans les textes qui se réfèrent au danger un pôle plutôt positif lié au ski, au CAS et au familier, s’opposant à un pôle négatif se référent au risque, au snowboard et à l’altérité, l’étrangeté.

30Le choix de l’année 1996 avait un double avantage. Comme dit précédemment, elle est la première année de l’édition actuelle (mensuelle et « moderne ») ce qui implique un changement radical avec la version précédente. On pourrait ainsi s’attendre à trouver une trace d’un discours autour de la revue dans les résultats de l’analyse. Aussi, l’année 1996 correspond assez bien à la période de l’essor du snowboard et de l’apparition des snowboarders dans l’espace socio-géographique qui était jusqu’à ce jour le terrain de jeu exclusif des skieurs. Une telle collusion devait presque immanquablement créer une remise en cause de la part des skieurs de leur univers et une confrontation physique et symbolique avec ces nouveaux pratiquants porteurs d’une culture assez différente de la leur.

31La logique dans le choix des textes à insérer dans le corpus était la suivante :

  • 13  Apparaît dans l’analyse sous la forme suivante : *t_edit, ce qui signifie que le titre de la rubri (...)
  • 14  Apparaît dans l’analyse sous la forme suivante : *t_cdl, ce qui signifie que le titre de la rubriq (...)

32L’éditorial13 devait permettre de bien cerner les représentations de la montagne, les idéologies, les projets et les soucis du CAS. Le courrier des lecteurs14 allait nous ouvrir la porte des représentations et des polémiques autour du monde de la montagne, comme la question de la sécurité, de l’équipement des voies, de la politique concernant les refuges, etc.

  • 15  Apparaît dans l’analyse sous la forme suivante : *t_sms, ce qui signifie que le titre de la rubriq (...)
  • 16  Apparaît dans l’analyse sous la forme suivante : *t_asr, ce qui signifie que le titre de la rubriq (...)
  • 17  Apparaît dans l’analyse sous la forme suivante : *t_asm, ce qui signifie que le titre de la rubriq (...)

33Pour l’attitude face au danger et à sa prévention ainsi que l’analyse des accidents, on trouve plusieurs rubriques : « Sécurité, médecine, sauvetage »15, « Pour l’alpiniste, le skieur et le randonneur »16 et « Alpinisme et autres sports de montagne »17.Le corpus final est composé de 83 u.c.i. (sortes de paragraphes), représentant 44 332 mots et 281 012 signes.

Les « outils et l’équipement » : quelques mots sur Alceste et son fonctionnement

34Alceste est un logiciel complexe qui permet d’avoir accès à la structuration des représentations qui sous-tendent le discours. Il effectue un certain nombre de tâches que nous n’allons pas énumérer ici se limitant aux résultats les plus pertinents. Son analyse commence avec un simple décompte de l’apparition de chaque mot, puis il regroupe les mots dans des classes pour finalement projeter ces classes  et les mots étoilés sur deux axes (dimensions à interpréter).

  • 18  Nous verrons plus loin un autre exemple avec le terme « jeune ».

35On stipule que l’environnement lexical de chaque mot est important pour comprendre le sens que le locuteur lui donne dans le cas précis du texte analysé. Par exemple, le mot « risque » peut être perçu comme négatif ou positif. Un footballeur qui tente un tir compliqué et spectaculaire sera défini comme une personne dont la prise de risque s’est révélée payante (ou pas). En revanche, une personne qui prend des risques au volant sera perçue beaucoup moins positivement. Ainsi, une association entre le terme « risque » et « victoire », « gain », « argent » et « loterie » ou « risque » et « accident », « aléatoire », « traumatisme » traduira deux perceptions ou représentations très contrastées de l’acte et de l’acteur18. Pour cette raison, il est important de reconstituer les « mondes lexicaux » qui sont une trace parmi d’autres des intentions et des représentations du locuteur, lorsque l’on s’intéresse à analyser le contenu d’un texte.

Le « rapport de course » : présentation des principaux résultats

36Les premiers résultats numériques intéressants sont la constitution par le logiciel de 4 classes de mots. Le classement se fait selon le principe des co-occurrences : les mots sont regroupés dans une classe s’ils sont proches les uns des autres ou sont liés dans les phrases.

  • 19  Le test du 2 (khi carré) permet de mesurer l’écart entre une fréquence attendue (ou théorique) et (...)

37Il y a plusieurs informations disponibles : le nombre d’apparitions pour un mot dans l’ensemble du corpus, dans la classe en question, le pourcentage et surtout la valeur du 2 19. Seule cette dernière indication sera retenue ici car elle indique la spécificité ou typicité d’un mot par rapport à un ensemble d’autres mots. Nous ne nous intéressons pas à savoir, par exemple, à combien de reprises on utilise le mot « danger » dans le corpus, mais quels mots apparaissent lorsque le danger est évoqué, ces mots apparaissant aussi ailleurs mais avec une fréquence moindre. Le tableau 1 montre les 4 classes et les mots les plus typiques de chaque classe avec la valeur du 2.. Nous avons mis en évidence dans chaque classe un mot qui résume à notre avis particulièrement bien le contenu ou le thème de chaque classe.

Interprétation des classes

La classe 1, « le risque et l’aléatoire »

  • 20  L’alpinisme est en Suisse la première cause d’accidents mortels et la randonnée estivale la premiè (...)

38Cette classe regroupe des termes connotés plutôt négativement. Elle traite en grande partie de la question de l’utilisation de bâtons de marche pour la randonnée estivale, mais ce qui est essentiel par rapport aux hypothèses de départ, c’est bien l’association risque-danger-surf qui apparaît clairement. Les termes « glisser », « crevasse », « glacier » et « terrain » font penser au risque difficile à prévoir mais toujours présent en montagne et pouvant entraîner de graves conséquences physiques20. La présence du mot étoilé *t_cdl traduit comme nous l’avions supposé une forte composante normative (faut-il ou non utiliser des bâtons pour aider la marche lors de randonnées) et représentationnelle.

La classe 2, « le CAS et l’avenir »

39Elle regroupe des termes essentiellement positifs comme « féliciter », « discussion », « réjouir », « nouveau », « jeune », « plaire » et essentiellement des verbes. Le mot étoilé « *t_edit » en est très typique de même que « club_alpin_suisse ». On a affaire aux discours issus de et concernant le CAS et la revue « Les Alpes ». On touche à la dimension politique et organisationnelle, à l’ouverture vers l’avenir, aux choix qu’il va falloir opérer, aux évolutions de la vie du club. Aucun terme lié au danger n’apparaît dans cette classe, contrairement aux trois autres classes.

La classe 3, « prévention et secours »

  • 21  Le terme A.R.V.A signifie « Appareil de Recherche de Victimes en Avalanche ».

40Elle est très clairement liée à la recherche des victimes d’avalanche. Elle traite de la question des conseils techniques et physiques de la recherche des victimes d’avalanche, comment procéder, comparaison des A.R.V.A.21, des moyens et des nouvelles méthodes de secours.

  • 22  Cela contraste fortement avec les comptes-rendus d’accidents d’avalanche qui paraissent dans la pr (...)

41Ce n’est donc aucunement une surprise que le mot étoilé *t_sms soit très significativement lié à cette classe. « Accident », « victime », « secours », « statistique » et « avalanche » ressortent également de par leur 2 élevé. Il est intéressant de noter que des termes comme « responsable » « provoquer » ou « causer » n’apparaissent pas ici. La victime d’avalanche est supposée être innocente, c’est en tout cas une interprétation que l’on peut faire. Le discours du CAS, à travers des experts en secours alpin n’est donc que très peu normatif ou évaluatif, on reste à un niveau très technique et descriptif22.

La classe 4, « l’accident imprévisible »

  • 23  Par exemple on explique que certaines ruptures de cordes pourraient s’expliquer par le contact ave (...)

42Ici se regroupent clairement les termes liés aux problèmes d’assurage, d’escalade (rupture de corde, équipement). On retrouve beaucoup de termes techniques liés au matériel et aux problèmes qui peuvent survenir. Beaucoup de verbes d’action composent aussi cette classe ce qui est plutôt positif car l’action est en général socialement valorisée. On peut interpréter les termes liés aux accidents ici comme une forme de malchance ou de fatalité23. Nous trouvons des termes très négatifs comme « rupture », « chute » et « grave » mais également positifs comme « heureux » et « spontané ». Cette classe est plus difficile à interpréter que les trois précédentes et moins intéressante pour nous car elle se compose aussi et surtout de termes qui ne sont pas spécifiques aux autres classes.

43Ce qui est important à retenir de ce qui précède c’est bien le fait que l’on retrouve à l’intérieur des classes les associations de mots que nous espérions retrouver. On peut donc déjà dire que les résultats confirment plutôt bien les attentes de départ. En effet, on retrouve bien un pôle négatif où le risque et le danger sont associés au snowboard (surf) et un autre pôle relatif au CAS où la plupart des termes sont très positifs et exempts de termes liés à la problématique du danger et du risque. Ces deux classes (la 1 et la 2) sont aussi celles qui s’opposent le plus, comme le montre le dendrogramme (figure 2).

Figure 2 : Dendrogramme des classes stables. Classification descendante hiérarchique

img-2.gif

44Ce qui ressort aussi de ce dendrogramme (qui se lit de gauche à droite), c’est la relative proximité des classes 1 et 3 qui sont les premières à se rejoindre et qui s’opposent aux classes 4 et 2. On trouvera une représentation graphique de ces relations dans la figure 3 qui nous donnera plus d’éléments pour l’interprétation.

45La suite de l’analyse qu’effectue Alceste doit nous permettre d’avoir une représentation graphique de ces classes et des mots étoilés. L’analyse factorielle des correspondances (AFC) est une représentation graphique des distances entre les classes et entre les mots à l’intérieur des classes. Cette analyse met en évidence l’organisation de nos 4 classes dans un univers structuré. Les 2 premiers facteurs (sur 3 donnés par l’analyse) expliquent 73,6% de la variance totale, ce qui est conséquent. Nous allons donc nous limiter à l’interprétation de ces deux facteurs

46La figure 3 montre le résultat du croisement des facteurs 1 et 2 et la projection des 4 classes et des mots étoilés :

47Interprétation de l’AFC

48Avant de partir dans l’interprétation proprement dite, il peut être intéressant pour le lecteur de repérer sur le graphique où se situent les quatre classes qui sont représentées par les symboles #01, #02, #03 et #04. Les classes 2 et 4 sont bien distinctes des autres classes et facilement repérables alors que les classes 1 et 3 sont plus superposées, plus proches (comme cela apparaissait déjà à la figure 2). La classe 1 se trouve en bas à droite de la classe 3.

49Intéressons-nous d’abord au premier facteur, c’est-à-dire à l’axe horizontal. C’est en regardant surtout les extrémités, mais aussi la répartition des classes et des mots dans chaque classe que nous réussirons le mieux à interpréter ce facteur. On trouve à gauche le CAS, la « base », les « membres », l’ « association » et « Berne » (ville du siège du CAS). Tout à droite, on trouve des termes comme « pente », « glacier » et « rocher » en haut et « chuter », « faux », « grimper » en bas. Par opposition, il semble que la question de la sécurité soit pertinente ici. Lorsque l’on regarde le positionnement des classes, on observe que ce sont surtout les classes 2 et 4 qui s’opposent. La classe 2 étant liée au CAS et aux éditoriaux, elle ne traite pas directement de la question de la sécurité en montagne, alors que la classe 4 traite du risque peut-être le plus brutal et radical en montagne, les ruptures de corde, l’ouverture des mousquetons et la rupture des points d’assurage. Le fait que la classe 1 soit à la droite de la classe 3 renforce cette idée dans la mesure où la question de la prévention et du secours semble conceptuellement plus proche du pôle sécuritaire que la classe du risque et de l’aléatoire.

50Au niveau des mots étoilés, on voit également une opposition assez nette entre les éditoriaux et les autres rubriques plus spécifiques au danger (*t_sms, *t_asr et *t_asm).

51La position du mot étoilé *t_cdl est intéressante car celui-ci se trouve à mi-chemin entre les mots étoilés à peine cités. La question du danger est donc d’avantage abordée dans le courrier des lecteurs que dans les éditoriaux, comme nous nous y attendions.

52La classe 3 nous conforte encore un peu dans cette interprétation car on y trouve à gauche des termes liés au sauvetage et à droite plutôt des termes liés aux conséquences des accidents. « Action » et « accident » s’opposent assez nettement.

  • 24  Le manque de relève au sein du CAS est un problème qui préoccupe passablement ses dirigeants car e (...)

53L’interprétation du deuxième facteur est plus délicate. La présence de montagne tout en haut du graphique nous a fait abandonner l’interprétation en termes de positif/négatif pour celle de stabilité/instabilité. Les termes de « structure », « ligne », « jeune »24 et « statut » semblent très clairement se référer à la stabilité du CAS. Il est intéressant de voir apparaître ici le mot « jeune » alors que précédemment on le trouvait associé à des termes comme « sauvage » ou « se tuent ». Cela démontre d’un côté le sentiment ambivalent qu’une communauté peut éprouver vis-à-vis de sa jeunesse (« nouveauté », « espoir », « relève », mais aussi « désordre », « instabilité », « incompréhension ») et d’un autre côté l’intérêt et la pertinence de prendre en compte le contexte lexical de chaque mot pour comprendre le sens que le locuteur lui attribue. Les termes « montagne », « course » et « accident » peuvent surprendre, mais on peut trouver assez facilement une logique à cette position. En effet, si la montagne n’était pas perçue comme instable, on ne se préoccuperait pas autant de la sécurité et de la prévention des accidents. La course étant la mise en pratique d’une passion pour la montagne, il semble logique de la retrouver aussi ici. Il est clair que l’on aurait pu s’attendre à une association de ces termes avec des notions plus positives comme le plaisir et l’épanouissement, mais les textes sélectionnés ici portent sur la question du danger. Cela ne veut donc pas dire que l’on associe montagne et course qu’aux questions du danger, bien évidemment. En ce qui concerne le croisement des deux axes, on observe que c’est bien la classe 1, celle qui nous intéressait particulièrement qui se trouve être celle qui cumule le plus les notions d’instabilité et d’insécurité. Bien que notre interprétation des axes puisse être discutée et remise en cause, il reste toutefois que c’est bien la classe qui se trouve la plus distante géographiquement de la classe 2 se référent au CAS.

  • 25  Les représentations des snowboarders dans l’opinion publique semblent être fortement influencées p (...)

54Ce résultat nous semble bien aller dans le sens des théories présentées plus haut qui stipulent que l’on a tendance à mettre à distance le danger et les individus ou les groupes qui y sont associés (à tort ou à raison). Toutefois, pour modérer notre propos, nous remarquons que la position du mot « surf » n’est pas la plus distante de la classe 2 au sein de la classe 1. Ceci pourrait signifier que, malgré une association du snowboard et du danger, les personnes qui écrivent dans la revue du CAS n’excluent pas cette catégorie de leur propre monde et n’ont d’ailleurs pas forcément qu’un jugement négatif. Pour preuve, la proximité des termes « équilibre » et « raide » n’est pas forcément négative et pourrait même être l’expression d’une certaine admiration mêlée d’incompréhension25.

La « descente dans la vallée » : conclusion

55Il convient de rappeler que, malgré l’utilisation d’un logiciel d’analyse textuelle, il reste dans un tel travail toujours une grande place pour l’interprétation. Malgré tous nos efforts, il se peut que nos présupposés théoriques aient en partie influencé ces résultats. Toutefois, il nous semble que les résultats obtenus sont suffisamment clairs et proches de ce que nous nous attendions à trouver pour avancer l’idée que les modèles théoriques de départ sont pertinents pour l’étude de la gestion de l’insécurité et des représentations du danger dans le milieu montagnard.

56On retrouve en effet une structure assez logique, proche de celle qui était attendue, qui est une association du familier au positif et à la sécurité et de l’étranger au danger et au risque.

  • 26  Des phénomènes de ce genre se sont produits et se produisent encore même dans des cultures de « je (...)

57Nous tenons également à préciser enfin que de tels processus psychosociaux ne sont en aucun cas l’apanage du monde des skieurs ou des alpinistes et encore moins du Club Alpin Suisse26. On trouvera évidemment au sein du CAS, ou du monde des skieurs, des gens qui activent ce genre de processus et d’autres qui ne les activent pas. Des phénomènes de rejet de l’altérité existent dans tous les groupes sociaux et le réflexe « not me, the other is to blame » n’est en aucun cas exclusif aux groupes dominants.

  • 27  On parlait à l’époque de séparer les skieurs des snowboarders en faisant des pistes distinctes et (...)
  • 28  Un ce ces processus, la croyance en un monde juste (Lerner, 1980) en est certainement le meilleur (...)

58Finalement, il convient de rappeler que le corpus étudié ici concerne l’année 1996 et qu’il n’est pas du tout certain qu’il reflète la situation actuelle. Après les discours sécuritaires envers le monde du snowboard27, de gros efforts ont été faits pour former les pratiquants aux méthodes de prévention des avalanches par exemple. Il se pourrait même bien que cette focalisation sur les snowboarders les ait rendus encore plus prudents que les skieurs et davantage aptes à renoncer à une trop grande prise de risque ! En effet, bien que les processus défensifs mis en évidence ici aient des effets positifs dans la mesure où ils permettent aux individus de gérer leur peur, et donc de s’adonner à leur pratique favorite avec une certaine tranquillité, ils peuvent avoir un effet pervers. Une trop grande confiance en soi issue du sentiment d’appartenance groupal, la croyance d’avoir la « bonne » approche de la montagne et du danger, l’exagération de son expérience et de ses propres capacités à faire face à un accident sont autant d’éléments pouvant pousser à une prise de risque exagérée. La montagne est aveugle et ne prend pas que les vies des « jeunes et sauvages snowboarders ». De même, l’expérience et le respect de la montagne n’empêcheront jamais à la malchance et à l’aléatoire de se produire. Mais l’être humain ne semble tolérer que très difficilement cet état de fait et réactive continuellement des processus de type défensif ou explicatif28. D’où l’intérêt, voire le besoin impérieux, de faire un travail de fond pour comprendre les différentes dimensions pouvant expliquer la gestion de la peur et la prise de risque, sans oublier la question de la perception (sociale) du danger.

Haut de page

Bibliographie

Doise, W. (1982), L’explication en psychologie sociale, Paris, PUF.

Greenberg, J., Pyszczynski, T. & Solomon, S. (1986), « The causes and consequences of the need for self-esteem : A terror management theory », in R.F. Baumeister (Ed), Public self and private self (pp. 189-212), New York , Springer-Verlag.

Joffe, H. (1999), Human responses to risk : « not me », « the other is to blame », Cambridge, Cambridge University Press.

Lerner, M.J. (1980), The belief in a just world : A fundamental delusion, New York, Plenum.

Marques, J. M. & Yzerbyt, V. Y. (1988), « The black sheep effect : Judgmental extremity towards ingroup members in inter- and intra-group situations », European Journal of Social Psychology, 22, p. 331-352.

Milhabet, I., Desrichard, O. & Verlhiac, J.-F. (2002), « Comparaison sociale et perception des risques : l’Optimisme Comparatif », in J.-L. Beauvois, R.-V. Joule & J.-M. Monteil (Eds), Perspectives cognitives et conduites sociales, Tome 8, p. 215-245, Rennes, PUR.

Peretti-Watel, P. (2000), Sociologie du risque, Paris, Armand Colin.

Pyszczynski, T, Solomon, S. & Greenberg, J. (2003), In the wake of 9/11 : The psychology of terror, Washington, APA.

Haut de page

Annexe

  

Tableau 1 : les 4 classes obtenues après analyse du corpus par Alceste.

Cl. 1

Classe 2

2

  

2

  

2

  

2

  

24.63

facile+

21.64

decide+

26.00

Modifica

tion+

59.67

Presen

tat+ion

77.27

baton+

29.05

financier+

49.86

numero+

65.59

presid+ent

15.75

chaussure+

52.21

nouveau+

26.00

page+

47.90

redact+ion

33.51

chemin+

129.

22

nouvel+

24.86

projet+

50.87

aarau

38.93

danger+

24.70

positi+f

34.73

proposition+

26.00

bale

27.50

descente+

101.

41

assemblee+

39.11

reglement+

93.17

club_alpin_suisse

30.86

glacier+

42.12

avenir+

97.25

revue+

85.96

revue_alpes

39.05

itineraire+

34.73

budget+

44.33

section+

27.83

notre

42.97

marche+

21.64

cahier+

86.35

statut+

26.48

vous

24.63

montee+

38.09

centrale+

29.05

accept+er

20.63

AD

20.63

passage+

88.49

club+

34.73

cotis+er

81.59

*s_h

21.63

rocher+

52.31

commission+

29.14

exprim+er

400.

31

*t_edit

22.30

terrain+

33.44

conferenc+e

20.58

form+er

  

  

20.85

crevass+er

41.52

contenu+

21.64

plaire

  

  

22.33

gliss+er

24.86

discussion+

21.64

rejou+ir

  

  

27.65

neig+e

30.36

felicitation+

21.64

renov+er

  

  

29.31

risque+

21.64

felicite

25.05

associat<

  

  

21.15

surf+

43.51

formule+

119.

54

delegue+

  

  

20.18

pouvoir

25.68

ligne+

50.03

direct+ion

  

  

41.65

*t_asm

24.86

majorite+

23.71

jeune+

  

  

24.19

*t_cdl

25.78

membre+

55.26

polit+16

  

  

  

Cl. 3

Classe 4

2

  

2

2

2

34.49

conducteur+

65.42

boucle+

50.16

chut+er

22.49

brancard

27.28

suisse+

25.43

grave+

75.75

decroch+er

42.62

fig

44.99

accident+

21.10

heur+eux

183.

56

degain+er

53.33

moulinette+

32.04

annee+

32.54

Interme

diaire+

32.54

frott+er

293.37

Mous

queton+

70.36

chien+

53.33

mur+

47.82

grimp+er

128.91

piton+

25.71

cours

107.20

spontane+

21.10

ouvrir.

64.06

relais

30.97

intervention+

60.01

arete+

38.16

produire.

53.33

Sulfuri

que

43.11

personne+

42.62

auto+

22.49

resist+er

85.59

torsion

44.21

recherche+

32.54

batterie+

35.35

retenir.

32.54

tract+

23.54

sauvetage+

61.35

charge+

22.49

retourn+er

74.81

tyrol+

55.16

secours

51.11

contact+

64.06

rompre.

43.19

avait

41.72

victime+

293.69

corde+

96.38

sangl+er

37.53

etait

21.63

ensevel+ir

22.49

essai+

22.49

survivre.

47.47

deux

39.04

act+ion

38.90

exercice+

21.10

transport+

er

21.99

huit

91.50

avalanch<

22.49

mouvement+

25.85

us+er

93.91

*t_sms

36.41

montagn+e

85.59

noeud+

24.63

utilis+er

  

  

23.27

mort+el

38.71

produit+

85.59

verrouill+er

  

44.21

statisti<

31.93

residu+

118.

05

acid+e

  

  

27.12

urg+ent

32.54

resistance+

42.62

artific<

  

  

25.28

formulaire+

124.50

rupture+

21.54

assur<

  

  

20.52

DVA

32.54

test+

183.

56

echantillon<

  

  

24.68

*t_asr

22.49

usure+

42.62

autoverrouillable

  

  

37.15

*t_sms

22.49

accroch+er

22.49

baudrier+

  

  

Figure 3 : analyse factorielle des correspondances avec les 4 classes et certains mots étoilés

Figure 3 : analyse factorielle des correspondances avec les 4 classes et certains mots étoilés
Haut de page

Notes

1  Le titre de la revue est en fait quadruple (Les Alpes, Le Alpi, Las Alps et Die Alpen) en raison des quatre langues nationales suisses. Toutefois, elle ne paraît qu’en français et en allemand.

2  Pour d’avantage d’informations sur ce sujet, on peut lire avec profit l’ouvrage de Peretti-Watel, Sociologie du risque , qui résume bien les avantages et les limites des différentes approches théoriques dans ce domaine.

3  Comme exemples de stratégies du paradigme de l’appel à la peur, on peut citer le fait de montrer à un fumeur une photographie de poumons abîmés par le tabagisme pour qu’il baisse ou arrête sa consommation de tabac ou montrer les conséquences d’un accident de voiture à un chauffard pour qu’il conduise avec prudence.

4  On peut parler de biais dans la mesure où il est statistiquement impossible dans la réalité que les risques soient ainsi répartis dans la société. Si chaque individu pense que les risques sont plus élevés pour les autres, il n’y a donc théoriquement de risques pour personne. Or, évidemment les accidents arrivent et touchent une certaine partie de la population.

5  Au début de l’épidémie, on appelait le sida « la peste des homosexuels ».

6  Un bon exemple de ce phénomène est l’augmentation des ventes de drapeaux américains et de symboles culturels à la suite des attentats du 11 septembre (Pyszczynski, Solomon et Greenberg, 2003).

7  Une telle induction peut être réalisée, par exemple, en demandant à des gens de penser à leur mort et de rédiger des phrases pour exprimer ce qu’ils ressentent à cette idée, et comment ils imaginent ce moment.

8  La méthode utilisée est l’expérimentation ; on demande aux membres du groupe « A » de penser à leur mort et aux membres du groupe « B » de penser à un événement ne créant aucune anxiété (comme regarder la télévision). Ensuite on compare les réponses des membres des deux groupes sur une mesure de jugement d’une personne qui transgresse les valeurs du groupe, de la société (par exemple une personne critiquant le néolibéralisme américain). On trouvera que cette personne est évaluée plus négativement dans la condition « mort » que dans la condition « télévision ».

9  Cette différence tend à s’amenuiser avec le temps. À tel point que le ski a récupéré des aspects du snowboard (style freeride et freestyle, technologie pour le carving) ce qui aurait semblé impensable il y a une dizaine d’années.

10  Robert Bolognesi est docteur ès sciences de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL).

11  La neige, de Robert Bolognesi, Ed. Nathan, 65 p.

12  « Rider » signifie coureur ou concurrent en anglais.

13  Apparaît dans l’analyse sous la forme suivante : *t_edit, ce qui signifie que le titre de la rubrique est « éditorial ».

14  Apparaît dans l’analyse sous la forme suivante : *t_cdl, ce qui signifie que le titre de la rubrique est « courrier des lecteurs ».

15  Apparaît dans l’analyse sous la forme suivante : *t_sms, ce qui signifie que le titre de la rubrique est « Sécurité, médecine, sauvetage ».

16  Apparaît dans l’analyse sous la forme suivante : *t_asr, ce qui signifie que le titre de la rubrique est « Pour l’alpiniste, le skieur et le randonneur ».

17  Apparaît dans l’analyse sous la forme suivante : *t_asm, ce qui signifie que le titre de la rubrique est « Alpinisme et autres sports de montagne ».

18  Nous verrons plus loin un autre exemple avec le terme « jeune ».

19  Le test du 2 (khi carré) permet de mesurer l’écart entre une fréquence attendue (ou théorique) et observée, mesurée. On parle aussi d’écart à l’indépendance Prenons un exemple : si l’on observe que le mot danger apparaît 100 fois dans notre corpus et que nous avons 4 classes, l’indépendance signifierait qu’il se trouve avec la même fréquence dans chaque classe, donc 25 fois. S’il apparaît 50 fois dans une classe 20 et 30 puis 0 dans les autres classes, on voit spontanément qu’il est plus typique de cette classe que des autres. À partir d’un certain seuil statistique, on estime que le 2 carré est suffisamment élevé (significativement) pour parier que c’est autre chose que le hasard qui explique le « déséquilibre » que l’on observe.

20  L’alpinisme est en Suisse la première cause d’accidents mortels et la randonnée estivale la première cause d’accidents non mortels.

21  Le terme A.R.V.A signifie « Appareil de Recherche de Victimes en Avalanche ».

22  Cela contraste fortement avec les comptes-rendus d’accidents d’avalanche qui paraissent dans la presse non spécialisée où les informations factuelles sont souvent remplacées par des informations sur les caractéristiques sociales et identitaires des victimes. On donne en général peu d’informations sur la dynamique de l’accident ou le niveau de danger d’avalanche, informations qui sont pourtant certainement les plus intéressantes pour qui veut comprendre les raisons de l’accident et donc les situations à éviter.

23  Par exemple on explique que certaines ruptures de cordes pourraient s’expliquer par le contact avec de l’acide sulfurique provenant d’une batterie de voiture.

24  Le manque de relève au sein du CAS est un problème qui préoccupe passablement ses dirigeants car elle met en cause la stabilité dans le futur de l’institution.

25  Les représentations des snowboarders dans l’opinion publique semblent être fortement influencées par des événements très médiatiques et à fort contenu spectaculaire comme l’ « O’Neill Xtreme Freeride Snowboard Contest » dont il a été question plus haut. Les réactions des « profanes » à un tel événement vont évidemment de la dénonciation la plus plate à une forme d’émerveillement et pourraient expliquer cette association entre le surf, les pentes raides et des qualités de funambule hors du commun. Qualités qui ne sont pas recherchées, et de loin, par la majorité des skieurs de randonnées et certainement encore moins au sein du CAS.

26  Des phénomènes de ce genre se sont produits et se produisent encore même dans des cultures de « jeunes » comme les communautés de surfeurs ou de windsurfers. Avec l’essor du kitesurf (cerf-volant de traction), on a assisté au même discours sécuritaire voire ségrégationniste qui visait à éloigner les pratiquants des « spots » des windsurfers, voire d’interdire tout simplement la pratique du cerf-volant de traction.

27  On parlait à l’époque de séparer les skieurs des snowboarders en faisant des pistes distinctes et même d’interdire le hors-pistes alors même qu’avant l’arrivée des snowboarders de nombreux skieurs profitaient des plaisirs de la poudreuse en toute quiétude.

28  Un ce ces processus, la croyance en un monde juste (Lerner, 1980) en est certainement le meilleur exemple. Cette croyance serait très répandue dans la société et consiste à croire qu’il arrive des bonnes choses aux personnes justes et des mauvaises aux autres. En résumé, les gens ont ce qu’ils méritent. Cette croyancepermet de donner du sens à des événements traumatisants qui mettent en évidence notre condition insécurisée d’êtres humains et peuvent mener au paradoxe du blâme de la victime voire à l’auto blâme comme dans des cas d’agressions ou de viols. L’être humain semble préférer stigmatiser une personne innocente plutôt que de devoir abandonner sa croyance rassurante qu’il ne lui arrivera rien de fâcheux s’il se comporte correctement. Cette théorie nous semble également très pertinente dans le domaine de la peur et du danger en montagne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Page de couverture de la revue « Les Alpes », janvier 1996
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 3 : analyse factorielle des correspondances avec les 4 classes et certains mots étoilés
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1073/img-3.png
Fichier image/png, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Gumy, « Représentations de la montagne et du danger dans les publications du CAS  », Amnis [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 11 mai 2010, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://amnis.revues.org/1073 ; DOI : 10.4000/amnis.1073

Haut de page

Auteur

Cédric Gumy

IHES, Université de Lausanne

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org