Skip to navigation – Site map

Les périodiques du Club Alpin Suisse 1863-1925

Gianni Haver

Full text

1En Suisse, pendant la période que nous prenons en considération, la presse de montagne est abondante et diversifiée. Elle comprend les récits d’excursions, les manuels, les revues, les guides etc. Assez régulièrement, des périodiques généralistes publient en outre des articles sur l’alpinisme. Certains, comme l’important illustré La Partie Suisse, ont même un rédacteur qui s’occupe exclusivement de cette rubrique. L’histoire de cette presse spécialisée reste à écrire : ce que nous proposons ici, c’est un simple parcours au travers des périodiques institutionnels du Club Alpin Suisse pendant les soixante premières années de son existence. Nous souhaitons par ailleurs mettre l’accent sur deux aspects précis. Le premier est que les périodiques du CAS ne doivent pas être compris uniquement comme de simples supports informatifs internes mais au contraire comme participant pleinement aux raisons d’être du Club. Le second tient aux particularités du CAS qui le distinguent de ses homologues étrangers : selon le canton où ils habitent les membres du Club peuvent parler trois langues différentes, une spécificité, qui va largement marquer l’histoire de la presse de l’association.

  • 1  Henri Dübi, Les cinquante premières années du Club alpin suisse, Berne, Club alpin suisse, 1913, p (...)

2Le Club Alpin Suisse est fondé à Olten le 19 avril 1863 par 35 personnes provenant de neuf cantons de la Suisse alémanique. Dès cette réunion constitutive, les fondateurs expriment clairement la double préoccupation de donner à la fois une visibilité publique au nouveau club par la presse et de mener en même temps une politique éditoriale propre. C’est ainsi que l’ordre du jour de cette première séance rapporte la discussion autour d’une offre de l’imprimerie Bodmer à Wallenstadt qui propose d’insérer toutes les communications du CAS dans son journal Schweizerische Bade-Kur und Touristenzeitung, opération grâce à laquelle les membres pourraient compter sur un abonnement réduit de trois francs suisses1. Cette solution permet certes une certaine visibilité et un suivi régulier des activités associatives, mais ne donne pas au CAS un support éditorial lui permettant de satisfaire un de ses buts principaux. Le premier paragraphe des statuts définit en effet que :

La Société a pour but d’explorer nos Alpes en les parcourant en tout sens et, avec l’aide de l’Atlas fédéral, d’apprendre à les connaître, particulièrement au point de vue de la géographie, de l’histoire naturelle et de la reproduction artistique de leurs beautés naturelles. Comme résultat pratique de ces efforts, elle entend rassembler une collection de descriptions exactes, vivantes et captivantes des paysages alpestres et des panoramas de nos cimes. Cette collection qui, avec les années, embrassera tout le territoire des Alpes suisses, deviendra en quelque sorte le commentaire écrit de notre Atlas topographique.

3Le cinquième paragraphe revient sur les moyens que l’association entend se donner pour poursuivre ce but :

La Société fait connaître chaque année au public les résultats de ses travaux par un rapport imprimé accompagné de vues, de panoramas et de cartes. La rédaction de ce rapport est confiée à une commission spéciale.

4Pour la réalisation de tels projets, il semble évident qu’un bulletin associatif normal ne suffit pas. Déjà parce que l’«imprimé» dont il est question n’est pas destiné à être un lien entre les membres, mais plutôt un moyen pour propager beaucoup plus largement des acquis et des études réalisées sous l’égide du CAS. L’idée de donner une part importante aux illustrations, planches et cartes soulève également la question de l’exigence d’une publication plus ambitieuse. C’est ainsi que, dès Olten, les bases de ce qui deviendra le Jahrbuch des Schweizer Alpenclubs sont établies.

5L’importance que l’on souhaite donner à l’activité éditoriale est également soulignée par les trois obligations que les statuts imposent aux sections. Celles-ci ne doivent pas seulement envoyer les contributions sur les cotisations à la caisse centrale et un rapport annuel sur la liste des membres, mais également «collaborer autant que possible aux publications du CAS».

6Cette logique qui pose, dès le départ, l’activité de publication plus parmi les «buts» plus que parmi les «moyens» laisse envisager deux explications. La première est que le modèle principal que les fondateurs ont devant les yeux est celui de l’Alpine Club britannique. Celui-ci édite depuis 1859 l’Alpine Journal qui constitue pour les Suisses le miroir le plus évident des activités de l’association anglaise. Il ne s’agit pas seulement de reproduire le modèle, mais également d’éviter que l’essentiel des informations sur les Alpes suisses passe avant tout par une revue étrangère. La deuxième explication est directement liée à l’enracinement social et professionnel des membres fondateurs. Parmi eux nombreux sont ceux qui proviennent du monde scientifique et académique, ils ont donc l’habitude de s’exprimer par la voie de l’imprimé et pour eux une activité de publication fait forcément partie intégrante des activités qui donnent sens à l’« expérience sur le terrain » du Club.

7Mais la nouvelle association ne  compte pas seulement dans ses rangs de nombreux professionnels de l’écriture, elle compte aussi plusieurs membres issus des professions de l’édition.

  • 2  A ce propos, voir : Hans Ulrich Jost , « Sociabilité, faits associatifs et vie politique en Suisse (...)
  • 3  Elles sont publiées notamment par L’Echo des Alpes, n°4, 1870, p. 266.

8Précisons par ailleurs, que, lorsque le CAS est fondé, le phénomène de l’associationnisme en Suisse est déjà important et en pleine expansion2. Ces diverses sociétés qui couvrent toutes sortes d’intérêts et qui réalisent souvent leurs propres publications, périodiques ou occasionnelles, représentent un marché important que les éditeurs et les libraires ne peuvent pas négliger. Il n’est dès lors pas surprenant de trouver les métiers liés à l’édition bien représentés dans les statistiques des membres du CAS. Selon celles de l’année 18703, qui concernent les professions des 1078 membres, nous pouvons repérer la présence de  seize libraires (1.48%), cinq lithographes et imprimeurs (0,46%), trois graveurs (0,28%) et deux rédacteurs (0,19%). D’autres métiers liés aux arts graphiques peuvent augmenter cette première liste. On trouve ainsi encore cinq photographes (0,46%), dix-neuf peintres (1,76%) et cinquante ingénieurs cartographes (4,64%). Rejoindre une association ne signifie pas uniquement partager sa passion avec d’autres personnes, cela peut également signifier rejoindre un réseau de connaissances qui peut rendre plus facile l’établissement d’opérations d’ordre plus commercial.

  • 4 Dübi, op. cit., p. 263.
  • 5 Dübi, op. cit., p. 73.

9C’est en 1864, un an seulement après la fondation du CAS, que sort le premier numéro du Jahrbuch. Il est intéressant de remarquer qu’il s’agit d’une opération financière privée, qui n’est donc pas directement assumée par le CAS. Elle est menée par le libraire Charles Schmid, membre de la section de Berne : il s’agit d’un volume de 542 pages enrichi de dix-neuf illustrations, de trois panoramas et d’une carte4. Le tirage en est de 1000 exemplaires, alors que le nombre de membres est d’environ 4005. C’est une opération qui se révèle plutôt positive : la publication est épuisée après quelques années et la maison d’édition (qui changera cependant de raison sociale plusieurs fois) s’assure la production du Jahrbuch jusqu’en 1907.

  • 6  L’Echo des Alpes, n°1, 1968, pp. 27-28.
  • 7  Rappelons, à titre d’exemple, qu’à ses débuts le Club Alpino Ticinese (de la partie italophone de (...)

10Le Jahrbuch a pourprétention d’être représentatif de toutes les sections suisses, mais il se révèle vite comme n’accordant qu’une importance minime aux sections romandes. En 1867, il est ainsi décidé de réaliser une version du Jahrbuch en français. L’investissement est relativement lourd car aux frais supplémentaires d’impression s’ajoutent ceux de traduction. En effet, cette version en français ne serait qu’une simple adaptation du Jahrbuch : dans cette perspective,  elle risque de continuer à décevoir les sections romandes qui sont non seulement mécontentes du surnombre d’articles rédigés en allemand mais qui perçoivent également les thèmes de ceux-ci comme éloignés de leurs intérêts spécifiques. Pour assurer la réussite du projet le Comité central demande aux sections romandes d’une part de participer aux frais de traduction, d’autre part de garantir la vente d’au moins 150 exemplaires6. L’Annuaire (traduction de l’allemand Jahrbuch) déçoit et coûte cher, il est boudé en Suisse romande et le projet sera définitivement interrompu dès 1869. Les enjeux d’ordre linguistique marquent ainsi l’histoire des publications du CAS, constamment ballotté entre l’unité de l’association et la satisfaction des différentes sensibilités culturelles de ses membres7.

11Entre-temps, la section de Genève, fondée en février 1865, avait conduit une des premières expériences de publication de section. Cette même année paraissent en effet quatre cahiers sous le titre de L’Echo des Alpes,  tirés à quatre-vingt exemplaires et distribués aux membres de la section genevoise. Sur ces quatre cahiers, deux sont publiés par les soins du comité genevois et deux aux frais personnels du président, M. Thioly (il s’agit des 2e et 3e cahiers,tous deux contenant pour l’essentiel les récits de deux ascensions qu’il a lui-même réalisées).

  • 8  L’Echo des Alpes, n°1 1868, p. 27.

12L’année suivante, l’Echo accède au statut officiel de journal de la section, il est désormais pris en charge par le comité et envoyé par abonnement : c’est à ce moment que le tirage tourne autour de 250 exemplaires. Ses premiers rédacteurs en sont le pasteur Albert Freundler et le libraire John Jullien. A la fin de l’année 1867 l’Echo a atteint les 160 abonnés payants, ce qui dépasse largement le nombre des membres de la section genevoise, qui ne sont à cette époque que 948. Au même moment, les dirigeants appellent les membres de la section à prendre la plume pour enrichir les pages de la revue avec des récits de course :

Pour cela, un article de longue haleine n'est pas nécessaire ; un résumé d'une ou de deux pages sera tout aussi utile qu'un long récit détaillé. Ces résumés, qui manquent à notre journal, donneraient un résultat pratique que le Anglais ont parfaitement compris et atteint dans les miscellanées de leur Alpine Journal.

  • 9  Ibid.

Nous espérons aussi voir se grouper autour de notre Echo quelques écrivains pouvant fournir de bons articles spéciaux sur la géologie, la botanique et l'histoire naturelle de nos montagnes9.

  • 10  L’Echo des Alpes, n°1 1870.

13L’abandon du projet de la version française du Jahrbuch en 1869 se solde par la transformation de l’Echo en journal officiel des trois sections romandes du CAS : Genève, Vaud et Valais. Dès lors, le journal a droit à une subvention de la caisse centrale qui est, du moins au début, très modeste : l’Echo va ainsi recevoir 300 francs suisses en 1870, 600 en 1871 et 1000 en 1874 lorsqu’il compte déjà 400 abonnés. Vu son nouveau statut, la rédaction de l’Echo est réorganisée et se compose désormais de trois représentants de la section genevoise, deux de la section des Diablerets (Vaud), et deux de celle du Mont-Rose (Valais)10. La revue continue à se développer pour atteindre un tirage de 1100 exemplaires au début de l’année 1875. Entre-temps, une nouvelle section romande a vu le jour, celle du Moleson (canton de Fribourg), en 1871, qui sera rejointe par celle du canton de Neuchâtel seulement en 1876.

14Les Romands ont donc désormais leur revue officielle qui peut contrebalancer le germanocentrisme du Jahrbuch mais le CAS, au moins du point de vue éditorial, est désormais divisé en deux. Certes les bibliothèques de toutes les sections reçoivent le Jahrbuch ainsi que L’Echo des Alpes qui sont virtuellement disponibles pour tous les membres, cependant la fracture linguistique et culturelle existe bel et bien et elle est marquée.

  • 11  Dübi, op. cit., p. 268.

15La nécessité de réintroduire un périodique pour tous les membres du CAS se fait donc sentir quelques années plus tard. Ce rôle sera dévolu à la publication baptisée Alpina. L’idée de créer un bulletin national est proposée par le Comité Central d’Interlaken et adoptée par l’assemblée des délégués en 1892. Le premier numéro d’Alpina, bulletin du Club alpin suisse sort en en juillet 1893. Encore une fois, les textes en allemand sont largement majoritaires (à l’exception des communiqués du Comité Central qui sont bilingues). Revue plus légère que les précédentes, elle sort deux fois par mois et se révèle être beaucoup plus attractive pour les annonceurs que les précédentes. En 1912, alors que le tirage est de 13.000 exemplaires, la publicité rapporte 14.511 francs suisses sur un coût total de 25.164 francs. En comparaison, L’Echo est tiré la même année à 4300 exemplaires et il engendre une dépense de 14.335 francs suisses, alors que la publicité n’en rapporte que 100011.

16Il y a donc à ce moment là trois périodiques officiels du CAS : un pour les alémaniques (Jahrbuch), un pour les Suisses francophones (L’Echo des Alpes) et un troisième censé s’adresser aux deux, Alpina.

  • 12  Les articles en italien restent cependant l’exception.

17La période de la Grande guerre va creuser les divisions entre romands et alémaniques. En Suisse alémanique, on ne cache pas des sympathies pour les Empires centraux alors que les Romands et les Tessinois se sentent plus proches du camp opposé. Le pays est partagé et, dans l’après-guerre, il devient important de ressouder les liens nationaux. Cette question préoccupe également les dirigeants du CAS : la devise « Un club, une revue » commence à s’imposer. Les résistances sont néanmoins réelles, car les structures sont déjà en place et il est difficile de les fondre en une seule rédaction sans faire de mécontents. Le projet d’unification des périodiques prendra donc encore plusieurs années et ce n’est qu’en janvier 1925 que paraît le premier numéro de Die Alpen – Les Alpes – Le Alpi. La nouvelle publication remplace automatiquement les trois autres et elle est censée être bi-, voire trilingue12.

  • 13  Ch. L. Ph., «Mes adieux à l’“Echo des Alpes ”», L’Echo des Alpes, n°6 1924 , p. 218.

18La suppression de L’Echo des Alpes crée le mécontentement chez les Romands : de nombreuses lettres de lecteurs, que la rédaction s’empresse de publier dans les derniers numéros, en témoignent. L’on se demande si «cette nouvelle revue sera pour nous une maman ou une marâtre»13. Plutôt que de ressouder le Club sous l’égide d’une seule publication, l’unification des trois précédentes revues va rapidement créer les conditions favorables à l’éclosion de bulletins de sections en accentuant en fin de compte l’éclatement des périodiques du CAS. Ainsi, l’assemblée générale de décembre 1924 de la section des Diablerets (Vaud) propose déjà la création d’un Bulletin de la Section des Diablerets. En un temps record, le 20 janvier 1925, le premier numéro sortait de presse. La section genevoise, quant à elle, fait paraître la même année un Bulletin de la Section genevoise du Club alpin suisse quise présente tout naturellement comme le successeur de l’Echo des Alpes. En 1926, la section du Mont-Rose (Valais) lance La Cordée, bulletin de la Section Monte Rosa du Club alpin suisse et enfin, celle de Neuchâtel sort un Bulletin mensuel/Section neuchâteloise du CASen 1928.

19En 1957, dans un contexte très différent de celui de l’entre-deux-guerres, Die Alpen – Les Alpes – Le Alpi se partage de nouveau en deux périodiques de langues différentes.

  • 14  Ce club est fondé à Montreux  le 27 février 1918 après plusieurs refus du CAS d’intégrer en son se (...)

20Nous avons choisi de traiter dans ce bref parcours uniquement les journaux officiels du CAS, en laissant de côté les autres revues spécialisées. Ce tour d’horizon ne serait cependant pas complet si l’on ne citait pas la revue Nos montagnes fondée en 1920 par le Club suisse des femmes alpinistes (CSFA)14. Ce journal, imprimé à Lausanne, atteignait en 1939 un tirage de 4500 exemplaires.

21Nous l’avons dit d’emblée, l’histoire de la presse de montagne en Suisse reste à faire, nous n’avons fait ici qu’esquisser le sujet.. Il serait tout particulièrement intéressant de se pencher sur le contenu de ces journaux, de mettre en évidence les nombreux enjeux idéologiques qui les caractérisent. Je laisse à mon collègue Cédric Gumy le soin d’aborder la première de ces questions.

Top of page

Notes

1  Henri Dübi, Les cinquante premières années du Club alpin suisse, Berne, Club alpin suisse, 1913, p. 34.

2  A ce propos, voir : Hans Ulrich Jost , « Sociabilité, faits associatifs et vie politique en Suisse au 19e siècle », in Hans Ulrich Jost, Albert Tanner (Hg.), Geselligkeit, Sozietäten und Vereine = Sociabilité et faits associatifs, Zurich, Chronos, cop. 1991.

3  Elles sont publiées notamment par L’Echo des Alpes, n°4, 1870, p. 266.

4 Dübi, op. cit., p. 263.

5 Dübi, op. cit., p. 73.

6  L’Echo des Alpes, n°1, 1968, pp. 27-28.

7  Rappelons, à titre d’exemple, qu’à ses débuts le Club Alpino Ticinese (de la partie italophone de la Suisse) n’adhère pas au CAS, mais au Club Alpino Italiano, entre autres raisons pour obtenir l’abonnement à des revues en italien.

8  L’Echo des Alpes, n°1 1868, p. 27.

9  Ibid.

10  L’Echo des Alpes, n°1 1870.

11  Dübi, op. cit., p. 268.

12  Les articles en italien restent cependant l’exception.

13  Ch. L. Ph., «Mes adieux à l’“Echo des Alpes ”», L’Echo des Alpes, n°6 1924 , p. 218.

14  Ce club est fondé à Montreux  le 27 février 1918 après plusieurs refus du CAS d’intégrer en son sein des membres féminins.

Top of page

References

Electronic reference

Gianni Haver, « Les périodiques du Club Alpin Suisse 1863-1925 », Amnis [Online], 1 | 2004, Online since 01 March 2004, connection on 25 October 2014. URL : http://amnis.revues.org/1075 ; DOI : 10.4000/amnis.1075

Top of page

About the author

Gianni Haver

IHES, Université de Lausanne

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org