Navigation – Plan du site

L’œuvre éditoriale du CAF (1874 – 1974)

Des premiers annuaires à la revue La Montagne et Alpinisme
Olivier Hoibian

Texte intégral

1Sauf à s’en tenir aux aspects simplement formels, vouloir aborder de manière exhaustive l’œuvre éditoriale du CAF entre 1874 et 2004 apparaît quelque peu démesuré dans le cadre de cette publication. Aussi, n’a été retenue que la principale publication nationale du CAF : les Annuaires d’abord, entre 1874 et 1903, puis, La Montagne entre 1904 et 1954 et, enfin,  La Montagne et Alpinisme, à partir de 1955. Dans cet article seront évoquées trois des personnalités marquantes qui ont assuré la responsabilité éditoriale de cette publication : Maurice Paillon, rédacteur en chef de 1904 à 1972 ; Pierre Dalloz, rédacteur en chef de 1933 à 1939 et, enfin, Lucien Devies, directeur de la rédaction à partir de 1955. Mais, pour chacun d'entre eux, un certain nombre d’indications seront apportées concernant les traits essentiels de la ligne éditoriale qu’ils ont imprimée à la revue. Après avoir indiqué le contexte de leur nomination, je m’attacherai à préciser leur influence sur la présentation de la revue - changement de couverture, de maquette, de format et d’illustration - mais aussi du point de vue de son contenu.

2Il s’agira d'étudier notamment le degré de prise en compte de l'évolution des pratiques et des représentations pendant leur mandature en observant l’espace réservé aux débats éthiques et à l'expression des conceptions divergentes et, d'autre part, l'écho donné aux tensions institutionnelles du moment.

3L’objet de cette analyse consiste en fait à discuter la pertinence de ce type de corpus du point de vue de l’histoire sociale des pratiques culturelles en prenant pour exemple les activités de loisir en montagne. Quel type d’information ces publications sont-elles susceptibles de nous fournir ? Quelles sont les limites de ce genre de source ?

Les Annuaires du CAF

4Leur présentation sera très succincte car ils sont analysés en détail dans l’ouvrage de Dominique Lejeune intitulé Les alpinistes en France 1874 – 1914. Signalons simplement qu’il s’agit de publications annuelles complétées par un bulletin trimestriel consacré essentiellement au fonctionnement des sections. Les annuaires se font le reflet fidèle de l’orientation « savante, touristique et mondaine » des premières décennies d'activité du CAF.

5Ils s’appliquent à traduire dans les faits les finalités de la société tels qu’ils figurent dans l’article premier des statuts de 1874 :

  • 1  Statuts de Club alpin français, Annuaire du CAF, 1874.

Le Club alpin français a pour but de faciliter et de propager la connaissance exacte des montagnes de la France et des pays limitrophes par la publication des travaux scientifiques, littéraires ou artistiques et des renseignements propres à diriger les touristes1.

6Du point de vue de la présentation, il semble qu’il n’y ait pas d’illustration de couverture mais une simple reproduction de l'emblème initial du CAF. Le sommaire de chacun des annuaires comprend des récits de courses qui représentent 60 à 70% de la publication et qui relatent des ascensions de difficulté modérée généralement réalisées sous la conduite d’un guide.  

7La rubrique « Sciences, Lettres et Arts » occupe 20 à 30% du volume pour 5 à 10% pour les échos de la chronique du Club. Cependant, la relation des ascensions fait référence de manière quasiment systématique à des observations à caractère scientifique comme la mesure de pression atmosphérique, le relevé de la température d’ébullition de l’eau, la description minutieuse du tour d’horizon, etc.

8En ce qui concerne leur contenu, les annuaires du CAF laissent rarement s’exprimer les conceptions différentes de « l'excursionnisme cultivé et mondain ». Si d’aventure cela se produit à propos de l’alpinisme hivernal ou sans guide par exemple, l’article est aussitôt accompagné d’une mise en garde de la part de la rédaction soulignant les dangers de ces pratiques. On constate de la même manière que les comptes-rendus des assemblées générales et des réunions de la direction centrale sont expurgés de toute allusion aux divergences de vue et aux conflits internes. Il faut donc se tourner vers les bulletins de province, notamment la revue alpine du CAF de Lyon, pour trouver les traces de ces débats et de l’évolution des pratiques et des conceptions (alpinisme hivernal, ascensions sans guide, etc.).

9Cette situation va-t-elle changer avec la création de la revue La Montagne en 1904 ? Son nouveau rédacteur en chef, Maurice Paillon, réussira-t-il à insuffler à l’organe officiel d’expression du CAF une meilleure prise en compte des évolutions en cours ?

La Montagne ( 1904 – 1955 )

Maurice Paillon

Rédacteur en chef de La Montagne de 1904 à 1932

  • 2  Voir à ce propos Hoibian, O., Les alpinistes en France, 1874 – 1950, une histoire culturelle, Pari (...)

10Maurice Paillon est nommé à la tête de la publication nationale du CAF au moment où les divisions s'accentuent au sein de l'univers des « alpinistes ». La conception initiale de l'alpinisme, « l’excursionnisme cultivé », commence à être concurrencée par d'autres façons de concevoir la réalisation des ascensions. Par ailleurs, la direction centrale parisienne est confrontée à une contestation d’une ampleur sans précédent de la part des sections de province à propos de leur représentation au sein des instances de direction, problème qui ne trouvera de solution qu’en 19132.

11L'année 1903 est marquée par de nombreuses initiatives de la direction centrale pour apaiser les tensions, tout en préservant l’essentiel de ses prérogatives. La section lyonnaise, porte-parole des doléances des provinciaux, est ainsi mise à l’honneur  et se voit offrir un certain nombre de concessions parmi lesquelles le projet de fusion des annuaires et du bulletin au sein d'une revue mensuelle. Parmi ces mesures visant au ralliement de la section lyonnaise, Paris propose que la rédaction en chef soit attribuée à Maurice Paillon. Celui-ci assure la direction de la publication de cette section La Revue alpine, considérée comme exemplaire par la qualité de sa composition et par son rayonnement. Dans le contexte de rivalité qui prévaut alors, cette nomination constitue un choix éminemment stratégique du point de vue des orientations affichées au niveau national.

Une personnalité de consensus

12Dans ce climat relativement agité, Maurice Paillon apparaît comme une personnalité de consensus. Il dispose d'une expérience rédactionnelle indiscutable à la tête de la Revue alpine que la direction centrale souhaite mettre au service de sa publication nationale. Pour les tenants de la dimension « culturelle » de l'alpinisme, il offre la garantie de ses compétences géographiques attestées par une collaboration durable avec Adolphe Joanne en vue de l’édition de plusieurs ouvrages savants ou touristiques (guides bleus).

13Mais il a également tissé des relations avec les partisans du renouvellement de la conception traditionnelle de l’alpinisme pour son soutien à Pierre Puiseux, le promoteur de l'alpinisme sans guide, par son intérêt pour le développement du ski et des excursions hivernales et pour sa traduction de l'ouvrage de Mummery, Mes escalades dans les Alpes et le Caucase, publié en France en 1903. Il participe également au côté de sa sœur Marie Paillon, à la rédaction du chapitre technique du manuel d’alpinisme du CAF en 1904. Pour ces différentes raisons il sera nommé membre d’honneur du G. H. M. en 1919 et admis au sein de l’Alpine club en 1933.

  • 3  Paillon, M., « La Montagne, programme », revue La Montagne, n°1, 1904.

14Sous son impulsion La Montagne se démarque dès l’origine de la formule des annuaires. Les principaux changements portent sur la périodicité (en principe mensuelle avec quelques irrégularités), la présentation - le format change (15,5x23 cm au lieu de 14x20 cm)- et une couverture illustrée fait son apparition. En ce qui concerne  le contenu, le programme éditorial présenté dans le premier numéro de la revue affiche des priorités que l’on peut résumer par une volonté de changement dans la continuité. Maurice Paillon entend maintenir « des articles de " bonne tenue littéraire " aptes à traduire avec art les sensations vécues »3 et conserver des contributions à caractère scientifique, mais aborder également de nouvelles thématiques, notamment dans la chronique alpine.

15En fait, l'économie générale de la maquette reproduit pratiquement à l'identique celle de la Revue alpine. On y retrouve les mêmes rubriques, c'est-à-dire des articles originaux. À côté des contributions classiques (excursions modérées, contributions scientifiques, etc.) figurent désormais des relations détaillées de campagnes alpines beaucoup plus audacieuses que par le passé. On peut lire notamment le récit de l’ascension du Cervin par l’arête de Z’mutt, une série d’escalades dans les Dolomites, des informations sur le développement des clubs alpins académiques étrangers. Une large place est réservée au développement du ski, introduit récemment en France. Enfin, on note une série d’articles signés par les rochassiers, futurs fondateurs du G.H.M., comme Jacques de Lepiney ou Jacques Wehrlin à propos de l'entraînement sur les rochers de Fontainebleau. Ces contributions se renforceront, après 1920, avec les contributions de Pierre Chevalier, Maurice Damesme, Jean Escarra tous membres du G. H. M.

16La « Chronique alpine » constitue une innovation marquante par rapport aux annuaires puisque vont être présentées régulièrement sous cette rubrique une somme d’informations sur les ascensions nouvelles, notamment la liste des premières sans guide. Ces évolutions s’accompagnent de modifications de la page de couverture avec l’apparition d’une illustration en couleurs, des indications météorologiques et les comptes-rendus des activités de la direction du CAF.

17Cependant, à partir de 1926, La Montagne est concurrencée par la publication d’une nouvelle revue, Alpinisme, bientôt captée et contrôlée par les dirigeants du G. H. M.  ( Henry de Ségogne en devient le rédacteur en chef dès 1927). Cette publication nouvelle semble servir d'aiguillon pour La Montagne puisque, en 1929, celle-ci adopte un nouveau format (18x25,5 cm, comme Alpinisme) et change sa maquette en s’inspirant largement de sa rivale  notamment dans le choix de la couverture.

18En conclusion, on peut dire que la ligne éditoriale défendue par Maurice Paillon accompagne le processus d’émergence de la conception sportive de l’alpinisme en France tout en maintenant une certaine continuité avec le contenu des annuaires. Le rédacteur en chef ouvre ses colonnes aux promoteurs des ascensions difficiles, reflétant ainsi l’évolution des pratiques et des conceptions novatrices de l’alpinisme, tout en maintenant la pluralité des points de vue.

19Par contre La Montagne ne laisse pratiquement rien transpirer des tensions institutionnelles très vives qui opposent par exemple la direction du CAF à celle du G. H. M. entre 1929 et 1931. Sur ce plan, Maurice Paillon maintient le principe d’une limitation de l’expression des dissensions au profit d’une vision édulcorée de la vie institutionnelle du CAF.

Pierre Dalloz

Rédacteur en chef de La Montagne  de 1933 à 1939.

  • 4  Voir Hoibian, O. op. cit., p. 173 et suivantes.

20Le passage de relais entre Pierre Dalloz (33 ans) et Maurice Paillon (77 ans) intervient au lendemain d’une crise institutionnelle majeure au sein du CAF. Depuis l’assemblée générale de 1923, où le G. H. M. a été violemment mis en cause, les relations entre la direction du CAF et ce dernier ne cessent de se dégrader et, en 1930, l’assemblée générale du CAF vote la dissolution du G. H. M.4

21Le prestige du G. H. M. auprès de la jeune génération et la culture de la performance, voire de la compétition à l'époque, ostensiblement affichée par ses dirigeants, suscite une irritation grandissante dans les rangs du CAF. Le fossé se creuse entre une direction du CAF vieillissante, hantée par les souvenirs de la Première Guerre mondiale et se montrant incapable de se projeter vers l’avenir, et un G. H. M. incarnant la jeunesse, le dynamisme et l’excellence technique. Représentant les amateurs d'excursions plus modestes, la direction du CAF tend alors à se replier sur la conception traditionnelle d’un alpinisme essentiellement contemplatif et envisage une séparation d’avec le G.H.M. En avril 1930, lorsque l’assemblée générale du CAF vote la dissolution du G. H. M. en tant que groupement du CAF, le divorce semble définitivement consommé.

22Certaines personnalités influentes vont cependant contribuer à inverser le cours des événements et à mettre un terme, au moins provisoirement, aux luttes intestines. En 1931, une nouvelle direction est élue sous la présidence de Jean Escarra, juriste éminent, membre du G. H. M. Celle-ci réussit à fédérer les énergies autour d’un programme ambitieux comprenant notamment la participation de la France à la compétition internationale pour les plus hauts sommets de la planète (expédition au Caucase en 1934, expédition au Karakorum en 1936).

Un rôle de médiateur dans une période de tensions

23Dans ce contexte, la nomination de Pierre Dalloz comme rédacteur en chef de la revue relève à nouveau d’un choix stratégique particulièrement délicat. Ingénieur de formation, puis urbaniste, Pierre Dalloz est également un alpiniste de premier plan au palmarès éloquent, notamment pour ses ascensions hivernales. Bien qu’ayant pratiquement interrompu sa carrière alpine, il jouit d'un prestige incontestable au sein du G. H. M.. Mais sa désignation tient sans aucun doute également à ses talents littéraires, notamment au retentissement de son poème philosophique intitulé « Zénith », publié en 1931 en préface à un recueil de photographies de haute montagne. Ces ressources multiples, dans des registres très divers, confèrent à Pierre Dalloz une épaisseur qui lui vaut une légitimité auprès de chacune des parties en présence.

Influence de Pierre Dalloz sur la ligne éditoriale de La Montagne

24C'est en médiateur que le nouveau rédacteur en chef aborde ses nouvelles fonctions. Dans l’éditorial du premier numéro de 1934, il fixe sa ligne de conduite.

  • 5  Dalloz, P., Escarra, J., « A nos lecteurs », revue  La Montagne,  janvier 1934, p. 2.

L’aspect de la publication change, mais notre ambition est de maintenir son esprit dans la tradition d’un passé qui mérite notre respect. Nous nous emploierons à développer le caractère universel de la publication [...] pour faire de La Montagne une revue éclectique évidente [...], en s’appuyant sur la fidélité de ses collaborateurs naturels : les alpinistes, les skieurs et les simples promeneurs qui font des excursions en montagne5.

25Avec Pierre Dalloz, La Montagne reprend l’initiative dans la rivalité qui l’oppose à la revue Alpinisme. Elle adopte un format plus large (21x 27,5 cm) et réserve une attention particulière aux illustrations en choisissant des photos des couvertures valorisant la qualité artistique. Du point de vue du sommaire, il n’y a pas de changements significatifs. Par contre, la ligne éditoriale s’attache à rendre compte fidèlement des différentes sensibilités des adhérents. S’y côtoient des récits d'ascensions difficiles comme la relation de la première de la face nord des Drus par Pierre Allain en 1935 ; des œuvres poétiques comme un inédit de Baudelaire sur la montagne ; des prises de position en faveur de l’alpinisme contemplatif, du développement du ski de piste et des premières remontées mécaniques mais également des articles scientifiques sur l’exploration spectographique de la haute altitude.

26Dalloz s’assure la collaboration d’écrivains reconnus comme l’académicien alpiniste Henry Bordeaux ou de l’humoriste Samivel.  La revue ouvre largement les colonnes au sujet de controverses, en donnant une large audience au débat sur la cotation des difficultés des ascensions, à la mobilisation contre le projet de téléphérique à la Meije.

27Avec la nomination de Pierre Dalloz, La Montagne effectue donc un véritable bond en avant sur le plan formel. La conception éditoriale s’avère conforme au principe annoncé, et contribue à l’exposition des questions d’actualité, favorisant l’expression des points de vue divergents. La revue se fait également l’écho des évolutions techniques les plus récentes ( assurage moderne avec pitons et mousquetons dans les Dolomites, concours de ski alpin,  développement de raids à ski de montagne comme Chamonix - Zermatt, etc.). Malgré cette ouverture, les tensions institutionnelles entre CAF et G. H. M. vont néanmoins perdurer.

28Le départ de Pierre Dalloz, mobilisé par la drôle de guerre, marque le début d’une période assez confuse, celle de l’occupation, avec des publications irrégulières et de fréquents changements au sein de l’équipe de rédaction désormais collégiale. Au lendemain de la libération, la publication reprend son cours normal mais un changement de format en 1952 avec l’adoption du 21x27 cm, qui perdurera jusqu’en 1977. Enfin, à l’occasion de la fusion des revues Alpinisme et La Montagne en 1955, un nouveau directeur de la rédaction est nommé : Lucien Devies.

La Montagne et Alpinisme ( 1955 - ? )

Lucien Devies

Directeur de la rédaction de 1955 à 1974

29La décision de réunir sous un même titre la revue du CAF et celle du G. H. M. est révélatrice en elle-même des évolutions majeures intervenues dans le monde des alpinistes pendant la guerre et au lendemain de la libération. Après bien des rebondissements, les tensions internes semblent désormais en voie d’apaisement. « L’alpinisme classique », défini comme « un sport [...] mais un sport à part »  s'est progressivement imposé et il vient de trouver une sorte de consécration à l’occasion du succès retentissant et pour le moins inattendu de la conquête de l’Annapurna auprès du grand public. A la suite des polémiques qui l’ont opposé dans les années 1930 à Étienne Bruhl et à Samivel à propos de la cotation des voies, Lucien Devies lui-même a sensiblement révisé son jugement. S’il n'a pas renoncé à promouvoir, parmi les alpinistes français, une « culture de la performance » afin de les voir s’adjuger des ascensions de « classe internationale », il a néanmoins tempéré son intransigeance initiale. Il reconnaît désormais les travers de l’esprit de compétition. Il tient compte de la diversité des sensibilités parmi les adhérents tout en continuant à défendre une certaine idée de la montagne et une éthique rigoureuse de l’alpinisme.

30Un consensus semble donc se dessiner autour de ce que Lucien Devies appelle « la tradition alpine française », tradition qu’il s'est lui-même appliqué à définir par

  • 6  Devies, L., «  Le Groupe de Haute Montagne a 25 ans », Alpinisme,  n° 72, Sept. 1945.

le goût de la perfection technique et de la simplicité d'exécution, un idéal de beauté et de grandeur se traduisant par des courses d’envergure dans de hauts massifs, l’esprit d'entreprise conduisant chacun à tenter les ascensions les plus sérieuses rentrant dans ses possibilités, le souci de se garder des excès de la compétition6.

Un homme de conviction

31Cette évolution personnelle vers une attitude plus consensuelle et son engagement contre le projet de fusion du CAF envisagé par le gouvernement de Vichy lui permet d’être élu président du CAF de 1948 à 1951, puis de 1957 à 1963 et, enfin, de 1966 à 1970. Durant cette période, il préside simultanément le G. H. M. de 1948 à 1951 et la F. F. M. de 1948 à 1973.

32Diplômé de l’École libre des Sciences politiques et docteur en droit, Lucien Devies, alors âgé de 45 ans, met au service des instances dirigeantes de l’alpinisme français ses compétences de chef d’entreprise et d’industriel. Mais il dispose également d’une expérience dans l’édition puisqu’il dirige la rédaction d’Alpinisme depuis 1935 et qu’il collabore depuis 1943 à la réalisation de La Montagne.

33Les raisons qui conduisent à la fusion des deux titres relèvent d’un souci d’économie de moyens matériels et humains. Mais elles tiennent également aux évolutions de la définition de l’alpinisme intervenues dans l’immédiat après-guerre. Dans l’éditorial du premier numéro, on peut lire des propos particulièrement éclairants à ce sujet :

  • 7  Herzog, M., « Editorial », La Montagne et Alpinisme, n°1, 1955.

La Montagne et la revue Alpinisme reflétaient, il y a quelques années, deux conceptions différentes de la montagne, il apparaît de plus en plus qu’en raison des évolutions considérables intervenues depuis la guerre, deux publications distinctes ne se justifiaient plus. Il est sage de prendre conscience que ce qui était hier un besoin était devenu aujourd’hui un luxe excessif7.

34Mais laquelle des deux maquettes va servir de modèle à la nouvelle revue ? L’éditorial se veut œcuménique en fixant pour objectif à La Montagne et Alpinisme 

35qu’elle soit aussi belle que passionnante, qu’elle ait la qualité d’Alpinisme et les moyens de La Montagne, qu’elle soit la grande revue internationale comme la revue du plus modeste montagnard .

36D’un point de vue formel, la présentation se standardise. La photographie de couverture, toujours très soignée, reste en noir et blanc. La maquette adopte une formule d’une longévité surprenante, largement inspirée de celle d’Alpinisme et qui n’évoluera plus jusqu’en 1974.

37La lecture attentive des différents sommaires montre que les articles originaux portent principalement sur des ascensions difficiles, accompagnées de photos impressionnantes. L’alpinisme de haut niveau occupe manifestement une position privilégiée conformément à la sensibilité personnelle du directeur de la publication. Mais la ligne éditoriale n’est pas pour autant monolithique. Sa composition traduit la préoccupation constante de préserver un certain équilibre en laissant un espace d’expression aux réalisations plus modestes et aux articles à caractère littéraire.

38Par ailleurs, l’éthique du haut niveau est régulièrement interrogée au fur et à mesure des innovations techniques. Le développement de l’escalade artificielle fait l’objet d’articles de fond comme l’évocation du renouveau de l’escalade aux Etats Unis par Gareth Hemming en 1964, l’ascension des big walls comme El Capitan en 1967, la question de la dévalorisation du 6e degré évoquée par Messner en 1968, l’incidence de la médiatisation sur l’alpinisme abordée par Pierre Mazeaud en 1968, etc.

39Sans doute, certaines mutations sont-elles minimisées, voire ignorées comme les prémices du libre imaginées par les grimpeurs du Sud de la France sur les falaises de  Nice, de Marseille et du Verdon à partir de 1965. Mais, dans l’ensemble, les articles donnent une image plutôt fidèle de l’évolution des conceptions de l’alpinisme et des débats qui l’accompagnent.

40L’écho n'est pas le même en ce qui concerne les débats institutionnels. La revue ne donne pratiquement aucune information sur les conflits qui se nouent autour de l’organisation des expéditions nationales, à propos des clivages entre les différents organismes rassemblés au sein de la F. F. M. ou sur les conditions de la démission de Lucien Devies lui-même.


*

**

41La publication nationale du CAF représente donc une source d’informations essentielles du point de vue de l’analyse historique des transformations du champ de l’alpinisme. Les trois rédacteurs de la revue qui viennent d’être évoqués partagent le même souci de rendre compte de l’évolution des pratiques, en préservant un certain équilibre entre les diverses sensibilités des adhérents. Par contre, ils se distinguent en fonction de l’ouverture de leur colonne aux débats éthiques. Néanmoins, soucieux de préserver l’unité de l’institution qu’ils servent, tous trois tendent à circonscrire les divergences institutionnelles. C'est donc surtout en se tournant vers les publications locales ou les témoignages que l’on peut rétablir individuels a posteriori la teneur et les enjeux de ces débats internes qui contribuent de manière déterminante à l’histoire du monde des alpinistes.

Haut de page

Notes

1  Statuts de Club alpin français, Annuaire du CAF, 1874.

2  Voir à ce propos Hoibian, O., Les alpinistes en France, 1874 – 1950, une histoire culturelle, Paris, L’Harmattan, 2001.

3  Paillon, M., « La Montagne, programme », revue La Montagne, n°1, 1904.

4  Voir Hoibian, O. op. cit., p. 173 et suivantes.

5  Dalloz, P., Escarra, J., « A nos lecteurs », revue  La Montagne,  janvier 1934, p. 2.

6  Devies, L., «  Le Groupe de Haute Montagne a 25 ans », Alpinisme,  n° 72, Sept. 1945.

7  Herzog, M., « Editorial », La Montagne et Alpinisme, n°1, 1955.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Hoibian, « L’œuvre éditoriale du CAF (1874 – 1974) », Amnis [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 11 mai 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://amnis.revues.org/1077 ; DOI : 10.4000/amnis.1077

Haut de page

Auteur

Olivier Hoibian

IUFM de Versailles
Laboratoires « sport et culture » Paris-X Nanterre
« Babel » Université du Sud Toulon Var

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org