Navigation – Plan du site

Quand le Club Alpin Français écrit au féminin (1874-1919)

Cécile Ottogalli

Texte intégral

  • 1  Bruant, G., « L’effort et ses représentations dans les récits d’alpinisme », in Hoibian, O., Defra (...)
  • 2  Pour plus de détails sur cette publication, voir l’article de Hoibian, O. dans ce même ouvrage.
  • 3  A la réalité quantitative de la présence masculine au club vient s’ajouter la tendance à l’univers (...)
  • 4  Ottogalli-Mazzacavallo, C., « Femme et alpinisme : une rencontre atypique à l'aube du 20e siècle » (...)
  • 5  La loi Camille Sée de 1880, instaurant l’enseignement secondaire féminin, se traduit effectivement (...)

1Lors de son intervention au colloque « Deux siècles d’alpinisme européen », organisé en mai 2000 à Nanterre, Gérard Bruant nous rappelait « qu’il n’y a pas d’alpinisme sans récit et, d’une certaine manière, sans reconstruction d’une expérience qui reste en partie indicible »1. Cette assertion fût rapidement comprise et intégrée par les acteurs, et plus particulièrement par les acteurs institutionnels, de l’alpinisme. Dès la première année de sa création, en 1874, le Club Alpin Français publie un Annuaire, recueil volumineux,annuel et synthétique des activités du club2. Majoritairement masculine, la littérature publiée, est à l’image de ses pratiquants3. Pourtant dès 1874, des femmes adhérent au Club Alpin Français et pratiquent l’alpinisme4. Représentant environ 1% des membres jusqu’en 1879, elles profitent des lois républicaines de 1880 pour s’investir et s’évader dans de nouveaux espaces5. La montagne leur offre de nouveaux horizons. Certes, les femmes sont majoritairement initiées en montagne par un membre de leur famille. Certes, la finalité est de renforcer la puissance et l’admiration du Créateur, de la Nature et de l’homme protecteur. En d’autres termes, la pratique de l’alpinisme pour les femmes doit pérenniser l’ordre social et les assignations d’attentes de rôle sexuées, dictées par des justifications dites « naturalistes ». Mais les femmes vont, dans le même temps, apprendre non seulement à connaître leur vraie nature mais surtout à la dépasser grâce à l’entraînement et l’apprentissage technique. Elles vont alors sur le plan pratique s’émanciper progressivement des obligations du genre. Parallèlement à leur engagement physique, les femmes vont aussi, au Club Alpin Français, s’engager dans l’écriture. Les annuaires dans un premier temps, puis la Revue Alpine et la revue La Montagne offrent aux femmes l’occasion de relater leurs expériences, d’attester de leur vécu. Leur écriture, comme leur pratique, est-elle marquée, influencée par les effets du genre ?

Un autre regard sur les publications alpines

2Emergeant depuis une dizaine d’années dans les travaux de sciences de l’homme, le concept de genre permet un regard heuristique en déconstruisant les données dîtes naturelles, souvent perçues ou imposées comme universelles. Les travaux d’histoire, mais aussi de sociologie et de

  • 6  Ephesia, La place des femmes. Les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences soci (...)
  • 7  Cf. Thébault, F., Ecrire l’histoire des femmes, ENS Fontenay, 1998. Dans cet ouvrage, la troisième (...)
  • 8  Cf. Catégorie d’analyse ; Thebaud, F., « Genre et histoire », in Bard, C., Baudelot, C., Mossuz-La (...)

3psychologie6, révélèrent l’existence, parallèlement à l ’identité sexuelle biologique, d’une identité sexuelle sociale. Ce que Margaret Mead nommait « le sexe social », s’est aujourd’hui enrichi pour être usité avec le terme « genre ». Dans les premiers temps, la traduction française du « gender » pouvait prêter à confusion en France avec le genre grammatical ou littéraire. Mais les travaux en histoire des femmes depuis les années 1990 permirent de rendre opérationnel ce nouveau concept7. Aujourd’hui, il permet d’étudier les différences et les rapports entre les sexes en déconstruisant les données naturalistes8. Le genre est l ’ensemble des règles et normes socio-culturelles construite pour définir le masculin ou le féminin. Le genre révèle aussi un rapport de pouvoir, de domination entre le masculin et le féminin instaurant un ordre. Ainsi, comprendre l’influence du genre sur la littérature ne peut se faire sans revenir sur les normes et les obligations contraignant les sexes à la fin du 19e siècle.

  • 9  Fraisse, G., Muse de la raison, Démocratie et exclusion des femmes en France, Paris, Gallimard, 19 (...)
  • 10  Perrot, M., Fraisse, G., L’histoire des femmes en Occident, Tome 4, Paris, Plon, 2002.
  • 11  Kniebiehler, Y., Fouquet, C., La femme et les médecins, Paris, Hachette, 1983.
  • 12  Cosnier, C., Le silence des filles, Paris, Fayard, 2001.
  • 13  Les travaux de Thomas Laqueur ont permis de comprendre l’influence du genre, des normes socio-cult (...)

4C’est surtout dans l’avènement de la société moderne au moment de la Révolution que nous devons recherché les origines de la séparation des sexes et leur justification. Moment d ’effervescence pour la liberté des individus, la Révolution affranchit les individus et bien sûr les femmes. Celles-ci investissent des espaces totalement nouveaux comme la politique et accèdent à des libertés civiles9. La Révolution remet potentiellement en cause la hiérarchie sexuelle entre l’homme et la femme et active l’angoisse de la confusion des sexes. Mais face à cette remise en cause de l’ordre social et politique, de cette distribution du pouvoir, les réactions masculines sont d’une extrême virulence. Dès 1893, les femmes sont exclues des espaces publiques et politiques. Les médecins, les philosophes et les politiciens s’attachent alors à définir un nouvel ordre où femme et homme participent à des sphères d ’intervention totalement opposées. La séparation des sexes, la construction de la différence devient la règle. « Séparer, partager, exclure : l’essentiel est de maintenir la distinction entre l’homme et la femme »10. L’argumentaire « naturaliste » est alors largement utilisée pour légitimer scientifiquement la spécificité et l’infériorité féminine. La femme y est caractérisée avant toute autre chose par son sexe, par sa nature. Son sexe et sa fonction sexuelle justifie sa spécificité, sa différence avec l’homme. Ainsi, alors que l’homme est analysé indépendamment de son sexe, en référence à la culture, alors qu’il est générique et représente le genre humain, « la femme est utérus », physiquement, intellectuellement et moralement déterminée par son sexe. Il (le sexe féminin) impose sa faiblesse physique mais aussi sa faiblesse intellectuelle11. La production intellectuelle ou artistique, à fortiori le génie est alors totalement refusé aux femmes12. Celles-ci sont perçues comme passives, imitatrices, reproductrices : qualités imposées par leur fonction sexuelle, alors que l’homme est l’énergie, l’imagination, la création, la production. La stérilité est alors le spectre menaçant les exceptions qui osent sortir des prérogatives de leur sexe, tant sur le plan physique qu’intellectuel. Mesurée à l’aune de la référence masculine, son infériorité devient patente, chiffrée et par conséquent irrémédiable, sans que les conditions de vie et d’éducation ne soient questionnées. Ces différences, dîtes « naturelles » servent de point d’appui pour justifier des différences et des hiérarchies sociales. Le sexe devient genre et le genre devient sexe13. La femme, c’est « le sexe faible ». Celle dont le destin social, guidé par sa nature, est celui de séduire et d’enfanter. Celle dont la science et la justice légitime l’infériorité par rapport aux hommes, celle dont le politique institue l’enfermement et le conditionnement.

  • 14  L’accident du Cervin en 1865 restera particulièrement dans les mémoires.
  • 15  Bruant, G., « L’effort et ses représentations dans les récits d’alpinisme », in Hoibian, O., Defra (...)
  • 16  Médecin anonyme, cité par d’Arves, Stephen, Histoire du Mont Blanc et de la vallée de Chamonix, as (...)
  • 17  Ottogalli-Mazzacavallo, C., op. cit., in Revue STAPS.
  • 18  Cette étude se centre uniquement sur les textes publiés dans les Annuaires du CAF (1874-1903), la (...)
  • 19  Bruant, G., op. cit., 2002, p. 120.

5Dès la fin du 19e siècle, la littérature, la science mais aussi des pratiques physiques comme l’alpinisme sont perçus comme des espaces de masculinité. Depuis le 18e siècle, l’alpinisme se fait connaître par l’intermédiaire de ses héros (Balmat, Paccard, Smith, Whymper et tant d’autres) ou de ses morts14. L’alpinisme représente l’effort intensif, quasi surhumain d’hommes qui bravent les plus grandes difficultés naturelles (le froid, le vent, le manque de sommeil, la difficulté, la peur) pour la gloire d’une conquête (scientifique ou patriotique). Ecole de sang-froid, d’esprit d’aventure, de courage, de force et d’audace, au regard des valeurs véhiculées, l’alpinisme peut être connoté d’activité dite « masculine ». Les formes rhétoriques sont, elles aussi, marquées par l ’expression de la masculinité. Elles érigent le héros, sa force, son effort, sa maîtrise, sa science15. Son style met volontiers l’exploit en avant quitte à surévaluer ou enjoliver les difficultés objectives. Dans ce contexte, la participation des femmes peut apparaître comme une hérésie, compte tenu des attentes sociales à leur égard. Stephen d’Arves ne manque pas de le rappeler en 1878 lorsque, parlant des ascensions féminines, il écrit que «le vrai prix de cet étrange steeple-chase pour les jeunes femmes qui le courent, ne peut être que la stérilité»16. Pourtant, les femmes sont invitées à pratiquer l’alpinisme. A condition cependant que leur effort reste très modéré et orienté vers des finalités hygiéniques ou patriotiques17. Influençant les pratiques des deux sexes mais aussi les discours des hommes, il est fort probable que le genre influence et dicte les récits féminins. Comment se traduit cette influence dans les écrits signés par des femmes18 ? D ’après Bruant, la présence des femmes contribua à donner une image alternative du héros sportif en traitant l ’effort davantage sur le mode de la connivence avec la nature que sur celui de l ’adversité 19.

6Qu’en est-il aux premières heures des publications alpines ? Que nous disent les femmes « écrivaines » au CAF sur leur rapport à l ’activité mais aussi sur le poids des normes ? Ainsi à partir d’un corpus d’une trentaine de textes, publiés entre 1874 et 1918 dans les Annuaires, la Revue Alpine et la revue La Montagne et signés par des femmes, nous montrerons que les femmes alpinistes s’inscrivent de façon inédite par rapport aux contraintes du genre. Leur style traduit à la fois leur volonté d’évasion et de liberté mais aussi les obligations du genre. Sur toute la période, elles écrivent et s’inscrivent aux frontières du genre, entre masculinité et féminité, définissant un genre de compromis entre modernité et tradition. Les femmes alpinistes vont montrer à travers leurs écrits qu’il est possible pour une femme de s’inscrire dans une autre alternative que celle voulue par l’ordre établi : une mère s’occupant de son foyer et de sa famille ou une exception marginale et marginalisée. Elles vont montrer que de multiples voix de féminité sont possibles malgré l ’unicité et la normativité de l’idéal type, auquel le CAF participe.

Des « auteures » au Club Alpin Français

  • 20  Georges Sand est membre du CAF avec son fils, Maurice, et cela jusqu’en 1876, année de sa mort.
  • 21  Cette expression est utilisée pour parler des publications signées par des femmes.
  • 22  Année du dernier Annuaire du CAF, publié en 1904 et auquel succède la revue La Montagne à partir d (...)
  • 23  dont certaines années se distinguent avec deux publications.
  • 24  Sur le plan de l’analyse sémantique et rhétorique, nous avons fait le choix de nous concentrer sur (...)
  • 25  Chaque annuaire contient, hors chronique du CAF, entre 20 et 30 articles, soit sur 16 ans, plus de (...)

7Dès sa première publication, le Club Alpin Français confirme sa volonté d’intégrer les femmes en offrant le premier article de l’Annuaire de 1874 à l’écriture d’une de ces plus illustres adhérentes, Georges Sand20. Cette initiative, hautement symbolique (comme nous le verrons par la suite) reste cependant anecdotique et isolée sur les treize années à                                                                                                            suivre. En fait, ce n’est qu’à partir de 1887, qu’une écriture féminine21 « s’installe » avec une certaine régularité dans les publications officielles. Ainsi, sur la période 1887-190322, treize articles sont écrits et signés par des femmes dans les annuaires, avec une fréquence d’apparition environ tous les deux ans23. A raison, en moyenne, de plus de deux articles par auteure, elles sont six à inscrire leur nom dans l’histoire alpine de cette époque24. Mme Vallot (1887 ; 1889), Mme Martel (1890 ; 1891 ; 1894), Mlle Paillon (1891, 1893, 1899), Mme Paillon (1895 ; 1900), Mme Bouchard (1895 ; 1899), Mme Bullock (1900), toutes sauf Mme Bouchard, sont femmes, sœurs ou mères d’illustres cafistes. Sous tutelle dans leur pratique alpine, elles se distinguent cependant dans une écriture revendicatrice et émancipante bien que toujours respectueuse de l’ordre établi et de la domination masculine qui leur ouvre les portes de ces nouveaux horizons. Quantitativement, ces articles sont à situer dans un corpus total de plusieurs centaines d’articles25. A partir de 1895, la Revue Alpine, publication officielle de la section de Lyon se distingue avec une plus forte représentativité d’articles signés par des femmes sur la période 1895-1905. Au total, moins d’une dizaine d’articles sont publiés par année et en moyenne, il y en a toujours au moins un signé par une femme. Par contre, la distribution des auteures est nettement plus réduite car sur 17 articles féminins au total, 14 sont signés par Mlle Paillon, 2 par Mme Rougier (1903, 1904) et 1 par Mme Bullock (1905). Cette forte représentation de Mary Paillon dont le frère est, rappelons le, rédacteur en chef de la revue, se traduit aussi par une forte délimitation temporelle de l’écriture féminine. Ainsi, de 1906 à 1919, la revue ne publie plus au féminin. Comme dans les annuaires, ces femmes sont toujours des femmes « mineures » dans la mesure où elles sont sous la tutelle d’un homme. Enfin, à partir de 1905, la revue La Montagne prend le relais des annuaires, sous la direction de Maurice Paillon. Cette revue, dès lors mensuelle, confirme l’existence d’une publication féminine mais celle-ci devient plus rare avec seulement six articles sur la période 1905-1919. Outre cette rareté, l’écriture féminine de la revue manifeste une évolution du statut des auteures. On constate, parmi les quatre signataires, non seulement trois auteures d’une nouvelle génération (Mlle Bruneton, Mme Maige-Lefournier, Mlle Leroy) mais aussi trois auteures  demoiselles (Mlle Paillon, Mlle Bruneton, Mlle Leroy). Le ton des publications est aussi révélateur d’évolution sur le plan des pratiques dans la mesure où la nouvelle génération relate des expériences d’alpinisme acrobatique dans lesquelles le genre masculin prend de plus en plus de place.  

8Au regard de ces chiffres, l’écriture féminine, présente au CAF dès les origines, peut sembler marginale compte tenu de la richesse de la production alpine. Une marginalité quantitative d ’apparence, qu’il convient cependant de re-contextualiser pour faire apparaître la modernité du CAF sur ce point. Effectivement, il est important de ne pas oublier qu’à la fin du 19e siècle et encore au tournant du 20e siècle, l’écriture publique est une activité illégitime pour une jeune fille bien élevée. L’écriture, c’est la création, la domination du monde et des autres par les mots. L’écriture, c’est la liberté d’une expression spontanée. L’écriture, c’est l’opération d’ordre quasi sexuel qui permet à la plume d’inciser et à l’encre d’imprégner le papier comme la semence mâle éclabousse les entrailles de la femelle. Enfin, l’écriture, c’est aussi la souffrance et la torture d’un individu entièrement consacré à son œuvre. L’écrivain sort du social, il devient irrité et irritant par le travail intensif de son esprit. Dans ce contexte, l’écriture est par conséquent une hérésie pour les femmes. Les rares auteures deviennent alors des exceptions de leur sexe, des femmes hors sexe dans la mesure où elles sortent des prérogatives et obligations de leur genre : le silence, la soumission et la domesticité. Les femmes écrivaines suscitent alors de multiples oppositions. En transgressant l’ordre établi, elles incarnent le risque d’une généralisation de leurs mœurs et pratiques ce qui remettrait fondamentalement en cause les argumentations « naturalistes » de l’infériorité des femmes. Il n’est alors pas question de reconnaître que les femmes ne sont éduquées pour l’écriture mais d’affirmer l’infériorité et la fragilité du cerveau féminin. L’écriture n’est pas seulement une hérésie, c’est une monstruosité qui éloigne les femmes de leur condition de femme et de leur destin social. Dans le meilleur des cas, l’écriture enlaidit, dans le pire, elle virilise et rend stérile les femmes qui s’y adonnent. Avec l’instauration de l’enseignement secondaire féminin en 1880 par la loi Camille Sée, l’écriture comme la lecture se féminise légèrement mais reste circonscrite par les normes du sexe social : le genre. L’écriture doit alors fortifier dans l’âme l’amour de la vertu, elle doit exalter le modèle de la femme idéale : la mère ou l’éducatrice. Leur écriture doit conforter les lectrices dans une image bien conventionnelle qu’elles ont déjà d’elles-mêmes et des autres femmes. Elle doit conforter la petite fille dans sa faiblesse et sa complaisance à l’égard du Créateur. Pour les autres, la médiocrité ou l’infamie est le lot commun.

  • 26  Proudhon, cité par Hoock-Demarle, Marie-Claire, « Lire et écrire en Allemagne », in Duby, G.; Perr (...)

 La femme auteur n’existe pas ; c’est une contradiction. Le rôle de la femme dans les lettres est le même que dans la manufacture, elle sert là où le génie n’est plus de service…26.

  • 27  Michaud, Stéphane, « Idolâtries, représentations artistiques et littéraires », in Duby, G.; Perrot (...)

9Georges Sand, parmi d’autres « exceptions », subit de multiples diatribes, accusée du pêché de ne pas avoir su rester à sa place. Elle devient l’un des symboles de la transgression sociale par le génie dont elle sut faire preuve dans le domaine exclusivement masculin de l’écriture et du roman mais aussi par le travestissement masculin qu’elle portait fièrement. Cette « rage d’écrire », « première voie de l’émancipation »27ne se réalise cependant pas sans peine et condamnations. Ainsi,

  • 28  Idem.

 le siècle ne lui épargne pas les persécutions et, fort de l’assurance que le mal est ici inévitable, met tout en œuvre pour éviter qu’il ne se répète 28.

10Malgré ces accusations, Georges Sand inaugure les publications officielles du CAF en signant un article sur ses « aventures » auvergnates dans le premier annuaire de 1874. Symbole ou hasard ? Provocation ou mondanité ? Comment oublier qu’elle fût l’une des égéries du féminisme ? Le CAF ne peut l’ignorer. L’écriture de Georges Sand au sein de l’annuaire marque cependant un style et un contenu particulier inscrivant les femmes alpinistes dans une longue tradition de compromis entre conformité et modernité. Trois périodes sont identifiables dans le style des publications féminines. Toutes sont représentatives d’une écriture aux frontières du genre, entre masculinité et féminité, entre domination et liberté. Mais elles sont révélatrices non seulement en interne des évolutions dans la pratique de l’alpinisme par des femmes mais aussi des transformations des genres au tournant du 20e siècle et de la participation des femmes alpinistes dans l’avènement de la femme nouvelle.

Des publications aux frontières du genre

11Des prémices symboliques Georges Sand est l’une de ces exceptions mais parallèlement elle exprime des contradictions que l’on retrouve dans son article et plus généralement chez les femmes alpinistes, y compris les plus revendicatrices. Dans ses écrits, Georges Sand tergiversait entre spécificité et égalité.

  • 29  Perrot, M., « Identité, Egalité, Différence. Le regard de l’Histoire », in Ephesia, op. cit., p. 4 (...)

Tantôt elle revendiquait sa féminité, voire sa maternité dont elle se faisait bonheur et gloire, y voyant l’ancrage, voire la destinée de toutes les femmes…Tantôt, elle la récusait énergiquement, dénonçant l’esclavage des femmes, scellé par le mariage, marque d’un patriarcat qui rendait à ses yeux présentement impossible l’accès à la citoyenneté politique29.

12Sand acceptait le sexe dont elle niait parfois la différence. Pour elle, il n’y a qu’un sexe.

  • 30  Idem.

Mais elle refusait le genre tel que son temps le définissait. Elle revendiquait la liberté du choix individuel, mais restait sourde à la conscience de genre puisque aussi elle le contestait30.

  • 31  Sand, G., « Souvenirs d’Auvergne », in Annuaire du CAF, 1874, p. 3-8, cit. p. 4.
  • 32 Ibidem, p. 5.
  • 33 Ibidem, p. 4.

13Cette ambiguïté est perceptible dans Souvenir d’Auvergne. Sourde à la conscience de genre qui délimite les prérogatives des femmes aux limites du foyer, Georges Sand affirme les vertus du voyage. Un voyage qu’elle n’hésite pas à vouloir ambitieux, à travers les Alpes, les Pyrénées ou aux rivages de l’Océan, de la Manche et de la Méditerranée. Surtout quand on est membre du Club Alpin Français. Pourtant, c’est dans un pays « où tout le monde peut aller si facilement », dans un pays qui « n’offre ni grandes fatigues, ni grands dangers »31 qu’elle invite le lecteur. Justifiant rapidement son inclination pour l’Auvergne par des raisons de vieillissement, elle participe cependant à la diffusion d’un modèle féminin marqué par la modération et la contemplation. Ainsi, c’est avec modestie et humilité qu’elle répond à une demande d’Adolphe Joanne en soumettant cet article. Le voyage est introduit comme une quête d’impressions nouvelles en accord avec la Nature. Les charmes de ces paysages ainsi que la vie simple et sauvage de ces habitants sont magnifiés. Le but n’est alors pas de chercher l’émotion de l’inaccessible32,mais l’amour de la nature33.

  • 34  Ibidem, p. 8.

Pardonnez moi de vous dire si peu et si mal des impressions fugitives qui n’apprendront rien à personne, mais qui rappelleront à quelques voyageurs que la rêverie et la contemplation sans but font partie des émotions de voyage34.

14L’excursion pédestre ou l’effort d’une marche ne sont jamais mentionnés, si ce n’est pour la traversée d’un hameau. Les étapes sont marquées de déplacements par route et dans des conditions de moindre fatigue.

  • 35  Perrot, M., « Sortir », in Perrot, M & Fraisse, G., op. cit.,, p. 564.

15Ce premier article de l’annuaire de 1874, signé par Georges Sand est donc hautement symbolique. Il marque un style entre modernité (l’invitation au voyage et la symbole identitaire de Georges Sand) et la conformité (un voyage contemplatif avant tout). Il traduit aussi l’alpinisme féminin dans une pratique contemplative et extrêmement modérée. Cette première est alors intéressante car, alors que Georges Sand constitue un nouveau modèle d’identité pour les femmes, une « figure libératrice »35 selon Michèle Perrot, elle nous informe du modèle que le CAF entend véhiculer auprès de ses adhérentes. Une libération des femmes par la montagne, l’excursion, l’évasion (bénéfique et encouragée) mais celle-ci doit rester le cadre de la modération de l’effort et des finalités contemplatives. Ce modèle fera autorité pendant plus de dix ans.

L’écriture revendicatrice

16En 1887, Gabrielle Vallot, femme de l’alpiniste et surtout brillant savant Joseph Vallot rompt un long silence et inaugure pour les quinze ans à venir une nouvelle génération de pratiquante et surtout un nouveau modèle d’alpinisme féminin.

  • 36  dont le Col des Grands Montets (3300m), le sommet du Mont Blanc (4810m) et une course au Belvédère (...)
  • 37  Vallot, G., « Mes ascensions », in Annuaire du CAF, 1887, p. 45.
  • 38  Paillon, Mary, « Première ascension féminine de l'aiguille méridionale d'Arvey », in Annuaire du C (...)
  • 39  Idem.
  • 40  Dans son article, Gabrielle Vallot relate le nombre et la liste de celles ayant atteint le sommet (...)

17Attestant d’une expérience différente, ces récits mettent en avant non plus un excursionnisme essentiellement contemplatif mais un alpinisme « conquérant » s ’attaquant aux principales difficultés de l’époque. En 1887, elle relate ses ascensions dans le massif du Mont Blanc36.  Bien que ne mettant pas les difficultés de l’ascension au premier plan, le sommet et les autres ascensions font partie des ascensions sérieuses en cette fin de 19e siècle. « On s’enfonce souvent jusqu’à la ceinture, la pente dépasse 50° et l’escalade est fatigante »37.En 1891, Mary Paillon relate la première ascension féminine de l’aiguille méridionale d’Arves. Les alpinistes « s ’attaquent à la méchante aiguille »38 sur laquelle les récits des Coolidge, Dulong de Rosnay et Whymper sont « tous unanimes et inquiétants »39. En 1895, elle récidive avec le récit dans la Revue alpine de la première féminine et troisième ascension du pic oriental de la Meije. Enfin la même année,  Jeanne Paillon, la mère, fait part de ses exploits en famille dans le récit de son ascension à la croix de Belledonne en hiver.  Dans tous ces articles, les femmes affirment leur rupture avec les prérogatives du genre mais aussi la définition légitime initiale de l’alpinisme féminin. Non seulement elles se confrontent à des difficultés alpines ou climatiques de premier ordre mais revendiquent leur droit à agir, à s’éduquer, pour vivre une vie d’aventure, comme les hommes. Plus que supports de simples récits, leurs exploits sont l’occasion d’exprimer des revendications. Pour toutes, il s’agit de rendre visibles les femmes alpinistes françaises40 mais surtout d’insister sur l’éducabilité des femmes en montagne. Elles critiquent les croyances en une « nature féminine » absolue et irrémédiable qui inhibe toute possibilité de changement tant dans le domaine intellectuel que physique. L’éducation est possible et offre aux femmes qui s’y soumettent de nouveaux horizons. Gabrielle Vallot comme Mary Paillon sont des exemples de cette possibilité. Ainsi, grâce à l’entraînement progressif mais aussi à l’adoption d ’une tenue adéquate, non seulement les femmes peuvent mais doivent entreprendre de grandes courses en montagne.

  • 41  Vallot, G., op. cit., p. 41.

 Le corps se rompt à la fatigue, les pieds et les mains deviennent plus habiles, et l’on se fait un jeu des passages qui avaient semblé le plus difficile au début41.

18Là encore, en acceptant la publication de leurs textes, le CAF cautionne ou en tout cas reconnaît l’existence de cette nouvelle forme de pratique des femmes. Aucune critique n’est lisible, perceptible dans les années suivantes.  

  • 42  Vallot, G., op. cit., p. 43. Sans préjuger de la réalité ou non de cette facilité, il est intéress (...)
  • 43  Paillon, M., op. cit., p. 71.
  • 44 Ibidem, p. 64.
  • 45 Ibidem, p. 71.
  • 46  Elle se propose alors de vérifier la mesure faite par Dulong de Rosnay et Gardin qui donnent 75° d (...)

19Pourtant à travers ces récits manifestant (comme nous venons de le montrer) un genre en rupture avec les obligations socio-culturelles de la féminité, les auteures prennent soin de « respecter » certaines normes traditionnellement dévolues au sexe féminin comme la modestie, l’humilité voire d’une certaine façon la dévalorisation, l’infériorité. Cela se traduit dans les récits par une mise en avant systématique de la « facilité » ou la minimisation de la difficulté de l’ascension. Pour G.Vallot, la montée à l’aiguille des Grands Montets est « d’un accès des plus faciles », enfin « la montée des Bosses et le passage des crêtes se font facilement, et à 10h20, nous arrivons au sommet, sans avoir ressenti les atteintes du mal de montagne »42.Cette forme rhétorique se retrouve dans les propos de Mary Paillon. Malgré la réputation effroyable de l’aiguille d’Arves, une bonne partie de la course « n’offre aucune difficulté »43. Elle parle d’une « grimpade »44 et même d’une « promenade »45. Kathleen Richardson taille des marches pour son propre compte et progresse « relativement très vite ». Enfin, elle se permet même de remettre en cause les évaluations masculines du coefficient de pente46.

  • 47  Paillon, M., op. cit., p. 72.

C’est le moment d’avoir recours à la boussole à clinomètre, dite boussole de géologue, qui rectifie si ingénieusement l’idée généralement exagérée qu’on se fait des pentes. De récentes expériences, faites par Miss Richardson et mon frère, m’ont à peu prés démontré qu’au dessus de 70 degrés il devient très difficile de se tenir debout et de grimper 47.

20Mais au moment de sortir l’instrument, elle constate son oubli… quelle ironie du sort ! Ainsi là encore, malgré cette face nord effrayante, malgré le vide absolu, la verticale presque complète, malgré une marche de flanc vraiment scabreuse, il faut continuer « la promenade ».  Comme celui de Gabrielle Vallot, le style rhétorique de Mary Paillon est tout à fait frappant. Conquérante d’une des principales difficultés des Alpes, les impressions de maîtrise, parmi quelques difficultés minimes, sont légion.

  • 48 Ibidem, p. 77.

Il est à désirer que malgré les difficultés qu’elle présente, cette ascension soit faite plus souvent. Du reste, il nous semble que ces difficultés ne sont point excessives, et c’est aussi l’avis de Miss Richardson ; si j’ai donné le mien, c’est que, beaucoup moins intrépide qu’elle, mon opinion portera peut-être davantage. Cette montagne est respectable, c’est certain, mais elle ne doit pas constituer un épouvantail, quand elle se trouve dans de bonnes conditions 48.

21Cette attitude peut sembler ambiguë et manifester soit une démysthification des exploits masculins et par conséquent une remise en cause de la supériorité masculine au profit d’une valorisation des exploits entrepris par des femmes, soit une minimalisation et dévalorisation des exploits féminins afin que la hiérarchie entre les sexes soit respectée. Mais l’ensemble des éléments de l’article nous pousse à croire à une manifestation des effets du genre, imposant aux femmes le respect d’une certaine modération et modestie sous peine de condamnation. Pour ne pas devenir « hors norme », elles doivent elles même affirmer la facilité de l’entreprise et donc leur infériorité. D’ailleurs, Mary Paillon et les autres restent profondément respectueuses de la hiérarchie masculine, des héros avec lesquels elles ne se comparent pas.

  • 49 Ibidem, p. 74.

De quelle trame étaient donc les hommes qui, les premiers, trouvèrent une issue, et, sans crainte, froidement, fermèrent ainsi la route derrière eux, sachant bien, (…), comme ils monteraient, mais ignorant, à coup sûr, s’ils descendraient jamais ! Aujourd’hui, quel mérite nous reste ? un peu d’adresse et de sang-froid, voilà tout. De ces angoisses de l’inconnu nous ne saurons jamais rien ; de cette énergie morale, de cette possession absolue de ses nerfs, nous n’aurons plus besoin ; c’est presque sans émotion que nous allons maintenant où montèrent ces héros : les Coolidge et les Almer49.

  • 50  Vallot, G., op. cit., p. 41.

22Bien qu’importantes, « surtout pour une femme »50, les difficultés ne sont pas aussi insurmontables que celles des pionniers. Malgré son exploit, Mary Paillon ne s’identifie en aucun cas aux « héros » de la première ascension et n’a pas la prétention d’avoir rencontré et vaincu les mêmes difficultés, ni même de posséder les qualités physiques et morales de ces précurseurs. Elle respecte la différence des sexes.

Une écriture au service de la propagande cafiste

  • 51  Hoibian, O., Les alpinistes en France, 1870-1950. Une histoire culturelle, Paris, L’Harmattan, 200 (...)

23Au début du siècle, parallèlement à l’accroissement des accidents et de leur « médiatisation » dans les annuaires du CAF, l ’alpinisme est attaqué par une campagne de condamnation et d’opposition. Dans l’élan du roman de Paul Hervieu,  L’Alpe homicide,  une certaine presse réédite avec ce même titre sensationnel les récits « fantaisistes et les habituels racontars »51 à l’encontre de l’alpinisme et des alpinistes. Cette presse se fait alors la porte parole d’une vision catastrophique de la montagne. Face à ces incriminations, le CAF réagit en vantant les vertus éducatives et esthétiques de la montagne. Pour cela, il utilise l’image de la féminité et l’engagement des femmes en montagne (comme dans les années 1870-1880) comme un outil de propagande pour un alpinisme encadré et contemplatif. L’alpinisme féminin est utilisé pour prouver à tous que n’importe qui, même celles que l’on considère comme les plus faibles, peuvent aller en montagne, pour profiter des vertus régénérantes de la montagne à condition que l’ascension soit encadrée par des professionnels et adaptée au niveau de chacun. L’écriture féminine, publiée par le CAF entre 1903 et 1908 participe à cette ligne éditoriale, c’est à dire à la mise en avant d’un rapport euphémisé, voire même féminisé, doux et essentiellement esthétique, contemplatif, éducatif et même mystique. Mais attention, il ne s’agit pas non plus d’un retour à l’excursionnisme très modéré des années 1870-1880. Le goût de l’effort est présent mais au service d’une finalité résolument contemplative. Les écrits de Marthe Rougier (publiant dans la Revue Alpine mais aussi dans La Montagne en 1907) permettent de mieux comprendre ce nouveau style :

  • 52  Rougier, Marthe., « Là-haut », in Revue Alpine, 1903, pp. 340-341.

Sans prétendre élever la discussion jusque dans le domaine de la psychologie et soutenir que l’effort en soi est une joie, que l’activité physique est une de nos sources de plaisirs les plus vifs et que la privation volontaire des biens chers à la vie emporte une jouissance d’un très délicat orgueil, nous nous en tiendrons à ces raisons que la raison ne connaît pas et nous dirons qu’il faut, après tout, que le monstre soit bien aimable puisque, suivant une célèbre formule, c’est presque notre mesure de l’aimer, que de l’aimer sans mesure. Ils savent bien, en effet, qu’elle est l’éternellement jeune et l’infiniment belle, l’ondoyante et diverse qui captive le cœur de l’homme, ceux que la montagne a pris une fois tout entiers dans sa mystérieuse et irrésistible attirance. Aller devant soi, voir en deçà, voir au delà, côtoyer les abîmes, se sentir perdu parfois dans les nuages, jusque dans l’insondable immensité…monter, monter toujours, loin de la terre, de ses tristesses et de ses déceptions, dans l’air pur et libre, dans le bleu du ciel, tout là-bas jusque dans l’infini, quelle ivresse et quel enchantement ! Et faut-il redire ici la poésie de la marche en étoile, quand les jardins du firmament sont tout fleuris d’or et d’azur ? La douceur des clairs de lune qui font les nuits d’opale, l’indicible splendeur des levers d’aurore sur les cimes radieuses, la gloire des soleils couchants ? Et l’atmosphère d’un inaltérable cristal, et les sources d’eau vive qui jaillissent du rocher, et les peits lacs d’émeraude silencieux et figés au pied des grands névés, ces petits lacs qui ne reflètent rien que le vol des aigles qui passent… Et les sombres forêts de mélèzes et les exquises fleurs d’abîme ?…Enfin la joie fière de cette prise de possession des sommets, cette grande fête du cœur et des yeux qui nous est donnée là-haut dans les neiges éternelles, avec le monde à nos pieds et le ciel au-dessus de nos têtes, là tout prés…Et l’heure brève d’exaltation et de ravissement que nous vivons alors et qui est si belle que nous sentons bien que ce sont de telles heures, si clairsemées soient-elles, qui donnent un prix à notre vie, et que nous savons d’avance que nous en reviendrons chercher de toutes pareilles, malgré la fatigue et malgré le danger, - il n’importe ! – puisqu’aussi bien encore il y a là « de beaux risques à courir »52.

24Cette citation est essentielle pour cerner les motivations d’une femme à la pratique de l’alpinisme. Plaisir de l’effort, de la vie simple et déconventionnée, au milieu de paysages et de splendeurs inégalables, goût individuel de la réussite, de la «  conquête » personnelle du sommet, de la récompense méritée, Marthe Rougier exprime surtout sa passion sans faille pour la beauté et l’extase de la montagne. Très loin de la vaine gloriole, de la pure folie suicidaire, de la compétition tapageuse ou de l’excès, Marthe Rougier, sans dénaturer son rapport « conquérant » à la montagne, exprime parfaitement les tenants et les aboutissants de l’excursionnisme cultivé. Un sport, certes, de par le plaisir, l’importance et la régularité de l’effort physique et de ses impératifs d’entraînement, de par la gloire, modeste et personnelle, de la réussite, de la victoire sur soi et les obstacles de la nature, mais plus qu’un sport, un art, une contemplation du tableau infini et magnifique de la nature. Ni exclusivement contemplative, ni exclusivement conquérante, elle exalte des sentiments doubles, une sorte de compromis de toutes les vertus de l’alpinisme où domine cependant un rapport esthétique et passionné à la montagne (contrairement à la période précédente où dominaient la rupture et la volonté de conquête sportive). L ’effort est au service de l’émotion et de l’esthétique. Ainsi, dans un deuxième article qu’elle signe en 1907 dans La Montagne, le motif, le prétexte de cette vie d’aventure est distinctement la contemplation :

la recherche d’impressions rares et neuves (…), le désir de recueillir encore un peu de cette beauté des choses qui alimentera par la suite notre rêve intérieur, tout le reste ne compte pas, où si peu ! .

  • 53  Lefournier, Mathilde, « Les Escrins », in Revue Alpine Dauphinoise, 1906-1907, pp. 185-193.

25La critique se trouve désarçonnée. Ces femmes aiment, cèdent au sentiment, à la passion, à la vie. Marthe Rougier insiste sur les valeurs socialement conformes au genre féminin, rendant secondaire celles du genre masculin. Les contraintes du genre imposent donc une certaine spécificité féminine qui permet de distinguer les femmes, y compris dans leur activité alpine. Les propos de Mathilde Lefournier, publiés dans la Revue Dauphinoise53, sont pour les mêmes raisons appréciés par Henri Ferrand. Il y voit une belle justification pour faire face aux accusations des profanes :

  • 54  Ferrand, H., Revue des publications alpines, ADI, dossier 49J118. Il est important de souligner qu (...)

 Le plus haut pic des Alpes Dauphinoises mérite la première mention, surtout quand cette prééminence s’accorde avec la galanterie. C’est une demoiselle en effet, Mlle Mathilde Lefournier qui décrit une traversée des Ecrins et une traversée de la Meije. Il est très intéressant de suivre sur cette ascension qui, bien que souvent faite, demeure de premier ordre, les impressions, les sensations d’une jeune fille. L’effort musculaire intense, la chronométrie de la marche, même la topographie des rocs ne sont pas les objets de son attention, et nous voyons se dérouler une série de tableaux dont le coloris accentué en demeure fixé dans ses yeux »54

  • 55  Montorgueil, Georges., “L’école des cimes”, in Revue Alpine, 1906. Dans cet article, l’auteur just (...)
  • 56  Maugue, A., L'identité masculine en crise au tournant du siècle, Paris/Marseille, Rivages, 1987.

26Cette spécificité de l’écriture au féminin devient encore plus visible lorsqu’elle est comparée aux discours de propagande écrit par des hommes, comme par exemple le texte de Georges Montorgueil55. Mais cette période est transitoire et s’inscrit dans un contexte de réactions anti-féministes suite aux mutations du tournant du siècle56. Les transformations sociales des rapports hommes-femmes sont cependant en cours. Dans le domaine de l’alpinisme, ces transformations sont perceptibles dès 1910 avec les prémices de la sportivisation de l’alpinisme et de l’engagement de plus en plus acrobatique de certaines femmes indépendantes.

Une écriture de « filles majeures »

  • 57  Hoibian, O., op. cit.
  • 58  Ottogalli-Mazzacavallo, C., « Techniques d’alpinisme et différence des sexes au tournant du 20e si (...)
  • 59  Cf. Arnaud-Duc, N., « Les contradictions du droit », in Duby G., Perrot M., Histoire des femmes en (...)
  • 60  Aiguille du Moine, Petit et Grand Charmoz et massif de la Sana.
  • 61  Pointe nord-ouest de la Glière, Grande Motte, face nord de la Grande Casse,  le Grand Bec, la poin (...)
  • 62  Etudiante en médecine à Nancy, elle s’illustre dès août 1905 en faisant la traversée en col des Ch (...)
  • 63  Bruneton, Marie, « La traversée de la Dent Blanche par l’Arête des Quatre-Anes », in La Montagne, (...)

27De 1910 à 1919, une quatrième période s’affirme dans les publications du club mais aussi dans l’évolution de l’alpinisme féminin. Parallèlement aux injonctions familiales et sécuritaires du CAF, s’affirment les tenants d’une nouvelle forme de pratique fondée sur l’accroissement de la difficulté des ascensions et des conditions de pratique sans guide professionnel57. Cette nouvelle conception est, dans une certaine mesure, investie par les femmes bien que le « sans guide » ne se traduise pas encore pour elles par du « sans homme »58. Elle se traduit notamment par l’émergence d’une pratique de demoiselles, pratiquant sans tutelle familiale, celles que le code civil de 1804 nomme les filles majeures59. Mlles Lacharrière60,  Mlle Durand61, Mlle Marvingt62 excellent dans des courses de premier ordre sur les traces de Mary Paillon. Ces évolutions, sur le plan pratique, sont aussi perceptibles dans l’écriture et se traduisent dans la revue par les articles de Mlle Bruneton en 1910 et de Mlle Leroy en 1918. S’engageant et relatant la traversée de la Dent Blanche par l’arête des Quatre Anes, Mlle Bruneton n’euphémise ni les difficultés rencontrées, ni l’état d’esprit sportif dans lequel elle effectue cette course, contrairement à ses prédécesseuses. Elle n’hésite pas à parler de la folie des pionniers qui, s’insultant de s’être engagés dans cette galère, se traitèrent de « quatre ânes ». Il s’agit d’une « affaire sérieuse » où la disparition temporaire du guide soulève d’importantes angoisses et exige des « efforts désespérés ». En équilibre sur l’arête, de nombreux passages furent « compliqués ». Surtout que l’ascension se fait dans des conditions climatiques précaires avec du vent, du grésil et une sécurité minimale. « Nous nous sentons bien peu de choses, petit humain accroché si haut sur la terrible montagne »63. Ce discours reste, somme toute, encore relativement édulcoré au regard d’une expression prêtée au guide de la cordée :

  • 64 Ibidem, p. 3.

On me payerait 5000 francs que je ne repasserais pas par là ! Et descendre, impossible64.

28Et ce n’est qu’en fin d’article qu’on prend conscience de l’ampleur de l’effort pour faire face à la violence des éléments, le froid, la fatigue extrême de vingt-six heures de marche. Mais l’ennemi sera vaincu, ce qui lui procure une grande fierté :  

  • 65 Ibidem, p. 5.

Est ce que beaucoup de femmes ont fait cette arête ? Non, demoiselle, vous êtes la première et je me réjouis que cela échoit à une Française 65.

  • 66  Leroy, H., « Petite campagne et grands sommets », in La Montagne, avril-mai 1918, pp. 60-62.

29Cet état d’esprit de pratique et d’écriture se confirme dans l’immédiat après-guerre avec le récit de Mlle Leroy66. Non contente de s’inscrire, comme Mlle Bruneton, dans un effort intensif en conditions climatiques délicates, elle traduit aussi dans son récit les évolutions techniques de l’activité vers l’escalade. Il est alors question non seulement de

  • 67  Ibidem, p. 60.

l ’ascension du Brevent par la face est et celle du clocher de plan Pra en montant par la cheminée et revenant à la descente par la fissure 67,

30mais aussi de l’escalade de l’Aiguille Purtscheller par la face sud est, du pouce des Aiguilles Rouges, du Petit Dru…en route vers le Dru…

31A ce troisième niveau de récit, les compromis de genre sont rares. Les femmes s’engagent dans une pratique d’élite et adoptent le style littéraire correspondant. Celui-ci reste tout de même en deçà de celui utilisé par les hommes. Sans pratiquer systématiquement comme avant la dévalorisation, on note cependant toujours une certaine distanciation par rapport à l’action. Mais l’époque à changer, et les sports féminins, les filles nouvelles de l ’entre deux guerres s’installent dans les mentalités.

Conclusion 

32« L’écriture n’a pas de sexe » entend-on souvent pour dire par ceux ou celles qui sont contre la parité ou les quotas… Pourtant, ce travail nous a permis de mettre à jour l’influence du sexe social, le genre, sur l’écriture alpine du début du siècle. Entre 1874 et 1919, l’évolution de l’écriture féminine atteste d’une élévation régulière de l’engagement des femmes en alpinisme. Leur style s’imprègne des valeurs de l’effort et du dépassement personnel mais tout en restant conforme, comme dans leur pratique, aux attentes du genre. Cette conformité est cependant relativement artificielle, comme pour éviter une disqualification de leur pratique et de leur être, bien que de moins en moins prégnante avec le temps. Constituant la mémoire, l’écriture est alors influencée plus fortement que les comportements (surtout lorsqu’ils sont éloignés des regards de l’opinion publique) par les obligations du genre. Ainsi, entre 1874 et 1919, au sein des deux principales publications « cafistes », que sont les Annuaires/La Montagne et la Revue Alpine, la masculinité implique plutôt la personnalisation de l’exploit et la sur-valorisation de la difficulté de l’ascension à travers la description des risques objectifs et subjectifs, l’évocation de la souffrance et de l’effort, l’esprit de conquête ; la féminité se manifeste plutôt par la modestie, la distanciation dans l’action, le respect des hiérarchies, la contemplation. Bien sûr, des nuances sont à apporter à cette classification, notamment en fonction des acteurs/actrices et des périodes.

  • 68  Voir à ce propos l’analyse des contes de Perrault ou de Grimm dans Cosnier, C., Op. cit., p. 137

33Mais bien que marginale et « genrée », cette expression féminine est importante car elle permet de poser la question des modèles. Malgré une sur-représentation des corps féminins, rares sont les femmes qui, au tournant du siècle, constituent des figures identitaires autres que celle de l ’Immaculée Conception. Colette Cosnier note, dans son ouvrage sur le silence des filles, la rareté des héroïnes dans la littérature française, mais aussi dans les noms de rues, d’établissements ou dans d’autres espaces . La mythologie, la bible mais aussi les manuels éducatifs ou les contes pour enfants fournissent des exemples d’une terne modestie où les femmes ne parlent que par stricte nécessité et se distinguent surtout par leurs qualités ménagères68. Lorsque des contre-exemples se glissent dans les pages d’ouvrages édifiants, les femmes sont aussitôt clouées au pilori. Les initiatives du Club Alpin Français peuvent être perçues comme une brèche. A partir des publications signées par des femmes, le CAF offre non seulement une écriture d’un nouveau genre mais  donne la possibilité d’un nouveau modèle d’identité sexuelle pour les femmes. Attestation du vécu, cette écriture est révélatrice de ce que sont les femmes alpinistes, c’est-à-dire des femmes qui ont brisé le cercle de l’enfermement domestique et qui ont fait (et font encore) reculer, avec beaucoup de modération, les frontières du genre en ouvrant un nouvel espace de possibilités. Elles offrent un modèle en marge de l’idéal féminin montrant que la définition du genre est flou et en perpétuelle évolution. Ces femmes sont un exemple et deviennent ainsi un modèle pour l’engagement d’autres femmes au Club Alpin Français.

Haut de page

Bibliographie

Bouchard, P., « Excursion en Gruyères (Suisse) et ascension de la Hochmatt », in Annuaire du CAF, 1899, pp. 218-234.

Bouchard P., « Voyage en Tunisie et en Algérie », in Annuaire du CAF, 1895, pp. 243-286.

Bruneton Marie, « Traversée de la Dent Blanche par l'arête des Quatre Anes », in La Montagne n°1, janvier 1910, pp. 1-6.

Bruneton Marie, « Traversée du Wiesshorn de Randa à Zinal », in La Montagne, 20/6/1907, pp. 273-277.

Bullock Workman Fanny, « Dans les neiges du Baltistan », in Annuaire du CAF, 1900, pp. 320-355.

Bullock-Workmann Fanny, « Dans l'Himalaya, ascensions à 6880 et 7132 m », in Revue Alpine, 1905, p. 173.

Lefournier Mathilde, « Les Escrins », in Revue Alpine Dauphinoise, 1906-1907, pp. 185-193.

Leroy Henriette, « Petite campagne et grands sommets », in La Montagne, n°130, Avril-Mai 1918, pp.60-62.

Maige-Lefournier Mathilde, « Itinéraire commenté de la Meije », in La Montagne, 1909, pp. 569-613.

Martel Aline, « Le Linththal et le Tödi », in Annuaire du CAF, 1890, pp. 145-153.

Martel Aline, « Sparte et les gorges du Taygète », in Annuaire du CAF, 1891, pp. 351-379.

Martel Aline, « Traversée du glacier du Jostedal », in Annuaire du CAF, 1894, pp. 337-336.

Paillon Jane, « Alpinisme d’arrière-saison : la pointe d’Orny », in Annuaire du CAF, 1900, pp. 218-236.

Paillon Jane, « La croix de Belledonne en Hiver », in Annuaire du CAF, 1895, pp.57-75.

Paillon Mary, « A la cabane d'Orny, pages de la vie alpine », in Revue Alpine, 1896, pp. 341-359.

Paillon Mary, « A propos du monument de Charles Durier », in Revue Alpine,1902, pp. 243-246.

Paillon Mary, « Albert Gos », in Revue Alpine, 1901, p. 18.

Paillon Mary, « Au Mont-Blanc en 1808 », in Revue Alpine, 1896, pp.112-117.

Paillon Mary, « Autour de trois nouveaux centres d'excursions », in Revue Alpine, 1898, pp. 255-269.

Paillon Mary, « Autour de trois nouveaux centres d'excursions », in Revue Alpine, 1898, pp. 223-245.

Paillon Mary, « De l'assurance des guides contre les accidents de montagne », in Revue Alpine, 1900, pp. 81-87.

Paillon Mary, « Ellen Pigeon (Mrs Abbot) », in Revue Alpine, 1902, pp. 314-315.

Paillon Mary, « L'aiguille du Dru », in Revue Alpine, 1902, pp. 365-374.

Paillon Mary, « l'album de Mlle d'Angeville », in La Montagne, n°4, 1909, pp.228-233.

Paillon Mary, « Le pic oriental de la Meije. Monographie des ascensions de M H Duhamel, de MM Coolidge, et F Gardiner, de Mlles K Richardson et M Paillon, de MM C et F Regaud », in Revue Alpine, 1895, pp. 65-78.

Paillon Mary, « Lebrecht Lortet », in Revue Alpine, 1901, pp. 367-367.

Paillon Mary, « Les femmes alpinistes, Miss Brevoort », in Annuaire du CAF, 1899, pp.273-296.

Paillon Mary, « Madame Charlet-Straton 1838-1918 », in La Montagne, 1918, pp.69-71.

Paillon Mary, « Mademoiselle d'Angeville notice », in Annuaire du CAF, 1893, pp.401-434.

Paillon Mary, « Première ascension féminine de l'aiguille méridionale d'Arvey », in Annuaire du CAF, 1891, pp.50-86.

Paillon Mary, « Question ? », in Revue Alpine, 1896, p. 117-118.

Paillon Mary, « Question ? », in Revue Alpine, 1896, p. 147. Confidentiel Page (Page number) 12/05/201010

Paillon Mary, « Un point controversé du devoir des guides », in Revue Alpine, juin 1896, pp. 165-178.

Paillon Mary, Richardson, Kathleen, « Emile Rey, Notice nécrologique », in Revue Alpine, 1895, pp.272-276.

Rougier Marthe, « Flânerie dans les Bauges », in Revue Alpine, 1904, p. 173.

Rougier Marthe, « Là-haut », in Revue Alpine, 1903, pp. 340-341.

Vallot Gabrielle, « Grottes et abîmes », in Annuaire du CAF, 1889, pp. 145-169.  

Vallot Gabrielle, « Mes ascensions », in Annuaire du CAF, 1887, pp. 41-47.

Haut de page

Notes

1  Bruant, G., « L’effort et ses représentations dans les récits d’alpinisme », in Hoibian, O., Defrance, J., Deux siècles d’alpinismes européens, L’Harmattan, 2002, p. 119.

2  Pour plus de détails sur cette publication, voir l’article de Hoibian, O. dans ce même ouvrage.

3  A la réalité quantitative de la présence masculine au club vient s’ajouter la tendance à l’universalisation des discours. La référence masculine constitue l’universel. Les discours sont imprégnés de la domination masculine niant toutes les minorités, tous les différents.

4  Ottogalli-Mazzacavallo, C., « Femme et alpinisme : une rencontre atypique à l'aube du 20e siècle », in Sport et Genre, n°spécial Revue STAPS, à paraître.

5  La loi Camille Sée de 1880, instaurant l’enseignement secondaire féminin, se traduit effectivement par une augmentation significative du nombre d’adhérentes.  La montagne devient alors un espace d’instruction, y compris pour jeunes filles. Cf. Ottogalli-Mazzacavallo, C., « L'alpinisme avant 1914 : Outil d'éducation pour "le sexe faible" », in Gori, A., Terret, T., Sport et Education, Actes du congrès de l'ISHPES à Urbino en Août 2003, Académia, à paraître.

6  Ephesia, La place des femmes. Les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, Paris, La Découverte, 1995

7  Cf. Thébault, F., Ecrire l’histoire des femmes, ENS Fontenay, 1998. Dans cet ouvrage, la troisième partie est consacrée au « temps du gender ».

8  Cf. Catégorie d’analyse ; Thebaud, F., « Genre et histoire », in Bard, C., Baudelot, C., Mossuz-Lavau, J., Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir, Editions de la Martinière, 2004, pp. 44-63.

9  Fraisse, G., Muse de la raison, Démocratie et exclusion des femmes en France, Paris, Gallimard, 1995.

10  Perrot, M., Fraisse, G., L’histoire des femmes en Occident, Tome 4, Paris, Plon, 2002.

11  Kniebiehler, Y., Fouquet, C., La femme et les médecins, Paris, Hachette, 1983.

12  Cosnier, C., Le silence des filles, Paris, Fayard, 2001.

13  Les travaux de Thomas Laqueur ont permis de comprendre l’influence du genre, des normes socio-culturelles et des rapports de pouvoir sur la construction du biologique et en particulier sur la représentation du sexe (masculin et féminin). Le 18e siècle est une étape importante dans la transformation de la représentation du sexe. D’un sexe unique (les points communs entre le sexe féminin et masculin sont mise en avant), le sexe se divise, après le 18e siècle, en deux composantes, dont les différences, plus que les ressemblances sont affirmées. Cf. Laqueur, T., La fabrique du sexe, Paris, Gallimard, 1992.  

14  L’accident du Cervin en 1865 restera particulièrement dans les mémoires.

15  Bruant, G., « L’effort et ses représentations dans les récits d’alpinisme », in Hoibian, O., Defrance, J., Deux siècles d’alpinismes européens, L’Harmattan, 2002, pp. 119-133.

16  Médecin anonyme, cité par d’Arves, Stephen, Histoire du Mont Blanc et de la vallée de Chamonix, ascensions et catastrophes célèbres, La fontaine de Siloé, 1878, p. 334.

17  Ottogalli-Mazzacavallo, C., op. cit., in Revue STAPS.

18  Cette étude se centre uniquement sur les textes publiés dans les Annuaires du CAF (1874-1903), la Revue Alpine de la section de Lyon (1895-1919) et la revue La Montagne (1905-1919).

19  Bruant, G., op. cit., 2002, p. 120.

20  Georges Sand est membre du CAF avec son fils, Maurice, et cela jusqu’en 1876, année de sa mort.

21  Cette expression est utilisée pour parler des publications signées par des femmes.

22  Année du dernier Annuaire du CAF, publié en 1904 et auquel succède la revue La Montagne à partir de 1905.

23  dont certaines années se distinguent avec deux publications.

24  Sur le plan de l’analyse sémantique et rhétorique, nous avons fait le choix de nous concentrer sur l’écriture des femmes alpinistes. Ainsi, nous avons exclu les trois articles de Mme Martel, relatant des expériences spéléologiques, celui de Mme Vallot en 1889 pour les mêmes raisons, celui de Mme Bouchard en 1895, secrétaire adjointe de la section de Haute Bourgogne relatant une excursion touristique en Tunise et celui de Mme Bullock en 1900 qui est de nationalité américaine.

25  Chaque annuaire contient, hors chronique du CAF, entre 20 et 30 articles, soit sur 16 ans, plus de 400 articles. L’écriture féminine dans les annuaires est donc approximativement représentée comme les femmes au CAF, c’est à dire moins de 5%.

26  Proudhon, cité par Hoock-Demarle, Marie-Claire, « Lire et écrire en Allemagne », in Duby, G.; Perrot, M., op. cit., p. 194.

27  Michaud, Stéphane, « Idolâtries, représentations artistiques et littéraires », in Duby, G.; Perrot, M., op. cit., p. 165.

28  Idem.

29  Perrot, M., « Identité, Egalité, Différence. Le regard de l’Histoire », in Ephesia, op. cit., p. 46.

30  Idem.

31  Sand, G., « Souvenirs d’Auvergne », in Annuaire du CAF, 1874, p. 3-8, cit. p. 4.

32 Ibidem, p. 5.

33 Ibidem, p. 4.

34  Ibidem, p. 8.

35  Perrot, M., « Sortir », in Perrot, M & Fraisse, G., op. cit.,, p. 564.

36  dont le Col des Grands Montets (3300m), le sommet du Mont Blanc (4810m) et une course au Belvédère (2966m) après 12 jours de pluie.

37  Vallot, G., « Mes ascensions », in Annuaire du CAF, 1887, p. 45.

38  Paillon, Mary, « Première ascension féminine de l'aiguille méridionale d'Arvey », in Annuaire du CAF, 1891, p. 64.

39  Idem.

40  Dans son article, Gabrielle Vallot relate le nombre et la liste de celles ayant atteint le sommet du mont Blanc pour montrer que les Anglaises ne sont pas les seules, bien que plus nombreuses pour des raisons culturelles, à s’engager dans les courses de montagne. Mary Paillon consacre, pour sa part, une bonne partie de son activité d’écriture aux biographies de femmes alpinistes. Ainsi, elle est l’auteur des quelques rares portraits que l’on a de l’alpinisme féminin avec des travaux sur Henriette d’Angeville, sur Margaret Brevoort, Isabella Straton et Kathleen Richardson. Cf. Bibliographie.

41  Vallot, G., op. cit., p. 41.

42  Vallot, G., op. cit., p. 43. Sans préjuger de la réalité ou non de cette facilité, il est intéressant de noter l’écart de style entre ce récit et celui de Joseph Vallot pour la même ascension mais publié à un an d ’intervalle. Chez ce dernier, l’ascension est davantage ponctuée de difficultés climatiques, vestimentaires mettant plus ou moins en danger la caravane. Son rôle et son souci de protection à l’égard de sa femme est régulièrement annoncé. Il recherche en vain à lui faciliter l’ascension mettant en avant l’infériorité de sa femme par rapport aux autres alpinistes.

43  Paillon, M., op. cit., p. 71.

44 Ibidem, p. 64.

45 Ibidem, p. 71.

46  Elle se propose alors de vérifier la mesure faite par Dulong de Rosnay et Gardin qui donnent 75° de pente.

47  Paillon, M., op. cit., p. 72.

48 Ibidem, p. 77.

49 Ibidem, p. 74.

50  Vallot, G., op. cit., p. 41.

51  Hoibian, O., Les alpinistes en France, 1870-1950. Une histoire culturelle, Paris, L’Harmattan, 2000.

52  Rougier, Marthe., « Là-haut », in Revue Alpine, 1903, pp. 340-341.

53  Lefournier, Mathilde, « Les Escrins », in Revue Alpine Dauphinoise, 1906-1907, pp. 185-193.

54  Ferrand, H., Revue des publications alpines, ADI, dossier 49J118. Il est important de souligner qu’une annotation manuscrite commente ce texte dans la marge :« à recommander aux profanes qui demandent aux alpinistes, qu’allez-vous faire là-haut ? » 

55  Montorgueil, Georges., “L’école des cimes”, in Revue Alpine, 1906. Dans cet article, l’auteur justifie l’utilité de l’alpinisme au regard de prouesses surhumaines, de sang froid, de volonté et d ’énergie indispensable pour aguerrir la jeunesse aux combats de la vie.

56  Maugue, A., L'identité masculine en crise au tournant du siècle, Paris/Marseille, Rivages, 1987.

57  Hoibian, O., op. cit.

58  Ottogalli-Mazzacavallo, C., « Techniques d’alpinisme et différence des sexes au tournant du 20e siècle en France », in Léziart, Y. et Robène L., L’homme en mouvement, à paraître.

59  Cf. Arnaud-Duc, N., « Les contradictions du droit », in Duby G., Perrot M., Histoire des femmes en Occident, tome 4, Paris, Plon, 2002, p. 101-142.

60  Aiguille du Moine, Petit et Grand Charmoz et massif de la Sana.

61  Pointe nord-ouest de la Glière, Grande Motte, face nord de la Grande Casse,  le Grand Bec, la pointe de Lépéna…

62  Etudiante en médecine à Nancy, elle s’illustre dès août 1905 en faisant la traversée en col des Charmoz et du Grépon, dans la même journée. Une « splendide performance » qui lui donne goût à la montagne et aux exploits.

63  Bruneton, Marie, « La traversée de la Dent Blanche par l’Arête des Quatre-Anes », in La Montagne, Janvier 1910, p. 4.

64 Ibidem, p. 3.

65 Ibidem, p. 5.

66  Leroy, H., « Petite campagne et grands sommets », in La Montagne, avril-mai 1918, pp. 60-62.

67  Ibidem, p. 60.

68  Voir à ce propos l’analyse des contes de Perrault ou de Grimm dans Cosnier, C., Op. cit., p. 137

Haut de page

Table des illustrations

URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1080/img-1.png
Fichier image/png, 602k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Ottogalli, « Quand le Club Alpin Français écrit au féminin (1874-1919) », Amnis [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 12 mai 2010, consulté le 22 mai 2017. URL : http://amnis.revues.org/1080 ; DOI : 10.4000/amnis.1080

Haut de page

Auteur

Cécile Ottogalli

LMAS, Université de Savoie
CRIS, Université Lyon 1

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org