Navigation – Plan du site

Les premières années de The Himalayan Journal (1929-1940)

Expéditions et normalisation des règles d’organisation1
Michel Raspaud

Texte intégral

Introduction

  • 1  Ce texte traite de thèmes nouveaux et ne reprend que partiellement ceux de l’article « Les débuts (...)

1La création de The Himalayan Club, sur le territoire de l’Empire des Indes à la fin de l’année 1927, s’accompagne presque aussitôt de la publication de The Himalayan Journal, en février 1929, soit mois de dix-huit mois après la création officielle de l’institution. L’objet du présent texte concerne donc la vie de The Himalayan Club lors de ses premières années d’existence, depuis la date de sa création jusqu’au début de la seconde guerre mondiale. Cependant, l’intérêt se focalisera plus particulièrement sur l’un des aspects majeurs de l’activité de The Himalayan Club, c’est-à-dire la question de l’organisation des expéditions sur les sommets himalayens, et particulièrement les plus hauts d’entre eux, les « 8000 ».

2Bien entendu, à cette époque, The Himalayan Club n’organise pas, en tant que tel, des expéditions. Cependant, ses membres, par leur situation sur place, par leur entregent, facilitent grandement la réalisation concrète de ces expéditions, résolvant tout en ensemble de problèmes localement, qu’ils concernent les aspects matériels ou politico-administratifs.

3Et, dans ce cadre, l’institution que constitue The Himalayan Club participe grandement à une forme de régulation des rapports sociaux et des relations humaines entre les alpinistes britanniques et occidentaux qui viennent sur ces territoires pour accomplir leurs rêves de conquête d’une part, et les autochtones qui offrent leurs services à la réalisation de ces loisirs sportifs d’autre part. Ce sont ces derniers aspects qui sont explorés ci-dessous.

I. L’alpinisme et le tourisme himalayens jusqu’à l’entre-deux-guerres

4Le paradoxe des premiers développements de la pratique de l’alpinisme en Himalaya, depuis les années 1880 jusqu’à la première guerre mondiale, relève de l’absence d’une organisation rassemblant les protagonistes de cette histoire sportive et exploratoire, et permettant une liaison entre eux. Il est vrai que la plupart de ceux-ci vivent alors dans les îles britanniques, et donc se rencontrent sur le territoire métropolitain par l’intermédiaire de The Alpine Club d’une part — s’informant grâce à The Alpine Journal —, ou de The Royal Geographical Society, laquelle organise très régulièrement des conférences donc le contenu se voit diffusé par The Geographical Journal. Cependant, en Indes, sur le terrain même, aucune institution montagnarde n’existe encore et n’organise ou ne coordonne actions et informations. Ceci, bien que les expéditions se multiplient et se fixent des objectifs de plus en plus ambitieux. Il n’est donc pas tout à fait anormal, dans ces conditions, que durant la seconde partie des années 1920, des acteurs se rassemblent pour créer une institution qui aura pour objectif d’assurer ces fonctions.

  • 2  G.L. Corbett, « The Founding of the Himalayan Club », The Himalayan Journal. Vol. I, 1929, pp. 1-3

5L’idée d’un Club consacré à l’Himalaya est très ancienne (1866), et a été exprimée pour la première fois à peine dix ans après la création de The Alpine Club à Londres (1857). L’idée en est alors suggérée par une société savante, The Asiatic Society of Bengal. Le célèbre explorateur et savant Douglas Freshfield — qui sera plus tard président de The Alpine Club (1893-1895), puis de The Royal Geographical Society (1914-1917) — s’est lui-même exprimé dès 1884 à ce sujet2, soulignant tout l’intérêt que pourrait représenter la constitution d’un Himalayan Club à Calcutta ou Simla. Il faut cependant attendre la seconde moitié des années 1920 pour qu’une telle idée se concrétise.

  • 3  M. Raspaud, L’Aventure himalayenne. Les enjeux des expéditions sur les plus hautes montagnes du mo (...)

6Les raisons majeures qui conduisent à la création d’une telle institution doivent être recherchées — si ce n’est dans l’accroissement du nombre des expéditions qui demeure stable dans la période qui s’étend des années 1880 jusqu’aux années 19203 —, à la fois dans l’ augmentation des ambitions en ce qui concerne ces projets sportifs d’une part, mais aussi dans le développement du tourisme himalayen d’autre part, des stations telles que Simla ou Darjeeling devenant très prisées aussi bien des Anglo-Indiens que des Britanniques de la métropole, mais également par les touristes étrangers.

7En effet, après quelques tentatives privées sur les sommets majeurs que sont le Nanga Parbat (8125m) par A.F. Mummery en 1895, le K2 (8611m) par J. Jacot-Guillarmot en 1902, le Kangchenjunga (8586m) par A. Crowley en 1905, ou bien encore la grande expédition scientifique du Duc des Abruzzes dans le Karakoram qui fait une tentative sur l’arête du K2 qui porte désormais son nom (1909), il faut attendre le début des années vingt pour que des expéditions d’envergue soient organisées. Ce sont les trois expéditions britanniques en direction de l’Everest (8850m), qui présentent la caractéristique d’être des expéditions lourdes, avec plusieurs grimpeurs, un volumineux matériel, de très nombreux porteurs et animaux de bât pour acheminer le tout au pied de la montagne, nécessitant par conséquent un financement élevé. L’ambition sportive affichée (gravir la plus haute montagne du monde), relayée par la presse écrite (exclusivité des informations payée au prix fort), est popularisée par des films après le retour en Europe. De plus, le caractère national affirmé de l’entreprise conduit alors à porter un intérêt accru à tout ce qui touche à l’Himalaya, en particulier en ce qui concerne les informations à caractère scientifique (géographie, géologie, orographie, faune, flore, etc.). L’intérêt — militaire cette fois-ci — consiste également à cartographier une vaste région encore fort mal connue.

  • 4  C. Singh, « Du fond des vallées aux sommets. Les villes précoloniales de l’Himachal et l’impact de (...)

8Mais, l’intérêt est également touristique. En effet, dès le milieu du XIXe siècle, des stations d’altitude sont créées sur les marches de l’Himalaya. Soit à partir de villages indigènes préexistants, soit à partir de lieux privilégiés découverts au hasard de situations militaires, et rapidement rachetés aux autorités locales, pour être aménagés à des fins de villégiature. Aussi, dès la fin du XIXe siècle, des villes comme Simla (à l’Ouest) ou Darjeeling (à l’Est) — entre autres —, qui accueillent toutes deux une résidence d’été du Vice-Roi, deviennent des stations touristiques à la mode, en plus d’accueillir les familles des administrateurs Anglo-Indiens qui abandonnent momentanément les plaines à la chaleur tropicale débilitante.4

  • 5  C. Allen, Plain Tales from the Raj, op. cit. Le « maidan » est un vaste espace qui permet d’accuei (...)

9À partir de là, une économie touristique se développe, qui consiste principalement en des visites à des hauts lieux géographiques qui permettent d’avoir un point de vue sur la chaîne himalayenne. Depuis les hauteurs environnant Darjeeling, il est possible d’apercevoir le Kangchenjunga ou, un peu plus loin, depuis Tiger Hill, l’Everest. Une activité de portage (mules, muletiers), de guide (sherpa), d’hébergement (bungalow), permet aux touristes de se rendre dans ces endroits ou de visiter d’autres lieux pittoresques. Mais, une vie sociale active existe également dans ces stations, et qui s’adresse à la population d’origine européenne, avec garden party, Clubs, tennis, et matches de sport sur le maidan.5 Une station comme Darjeeling devient même un haut lieu de villégiature pour les catégories sociales aisées du vieux continent :

  • 6  M. Eliade, L’Inde. Paris, Pocket, 1990, p. 111.

« La villégiature à Darjeeling présente pour les Européens le double avantage de réunir justement ces deux mots : villégiature et Darjeeling. On se fait une sorte de titre de gloire d’avoir passé un mois dans la « ville de la foudre ». C’est encore plus que de dire à Bucarest qu’on a passé l’été en Suisse. »6

II. La création de The Himalayan Club

  • 7  Shikar est le terme vernaculaire pour la chasse qui était considérée à l’époque comme un sport ; v (...)
  • 8  G.L. Corbett, art. cit., p. 2. Suivant notre traduction.

10Celui-ci naît dans l’esprit de sir Geoffrey L. Corbett à la fin de l’année 1927. Il s’enquiert alors auprès de diverses hautes personnalités de l’intérêt d’une telle entreprise (Vice-Roi, membres du Gouvernement local, notables politiques, personnels de l’armée et du Survey of India, etc.). Le tour d’horizon étant positif, on se fixe rapidement sur le nom de l’institution : The Himalayan Club. Cependant, les buts sont un peu plus difficiles à définir car, à cette époque, la chasse — shikar7 — représente la principale raison de se rendre en Himalaya pour quatre-vingt-dix pour cent des touristes. Toutefois, à l’inverse, les fondateurs du Club pensent « que nos objets devaient admettre que la connaissance de l’Himalaya était en train de s’étendre au “sport”, lequel devrait alors couvrir l’alpinisme et le ski aussi bien que la chasse ».8 Les buts de The Himalayan Club sont alors fixés ainsi :

  • 9  G.L. Corbett, art. cit., p. 2. Suivant notre traduction.

« Encourager et assister le voyage et l’exploration himalayens, et développer la connaissance sur l’Himalaya et les chaînes de montagnes adjointes, par la science, l’art, la littérature et le sport. »9

11Toutefois, les fondateurs apprennent que, dans le même temps, a été créé The Mountain Club of India, à Calcutta.

12En effet, en 1925, une expédition avait été organisée pour visiter le glacier du Kangchenjunga, mais diverses difficultés empêchèrent plusieurs candidats à renoncer. Au retour, il est décidé de créer un Club, si nécessaire purement local. Les premiers acteurs viennent principalement de Darjeeling (dont E.O. Shebbeare qui participa à l’expédition à l’Everest de 1924, puis plus tard à celle de 1933) et de Calcutta. L’année suivante, des encouragements  venant de toutes parts des Indes conduisent W. Allsup à contacter les différents Clubs européens en Inde, et les leaders de la presse anglaise. Le 23 septembre 1927, une rencontre inaugurale dans un restaurant de Calcutta conduit un membre du staff du grand quotidien de Calcutta The Statesman, à publier un important article deux jours plus tard dans ce journal. Des règles sont établies, et un bureau composé d’un président (le Général C.G. Bruce), un secrétaire, un trésorier, deux vice-présidents et un comité de six personnes.

  • 10  Le Major Kenneth Mason (1887-1976), d’abord membre du Survey of India, devint ensuite Professeur d (...)
  • 11  Cité par G.L. Corbett, art. cit., p. 3.
  • 12  « The Mountain Club of India and the Eastern Section of the Himalayan Club », The Himalayan Journa (...)

13De leur côté, G.L. Corbett et Kenneth Mason10 prennent alors contact avec W. Allsup, le président de ce Club. L’ensemble des acteurs parvient rapidement à un accord consensuel pour fondre leurs deux institutions en une seule au cours de l’année 1928, « pour le bénéfice des buts communs des deux Clubs ».11 Il s’agit bien d’une fusion, puisque même si le nom de The Himalayan Club est donné à la nouvelle institution, des membres des deux directions participent à l’administration du Club, et The Mountain Club of India devient The Eastern Section Committee (de Calcutta) du nouveau Club (dont le siège est Simla).12

14Comme pour toute institution, vient alors la question de la liaison entre ses membres. Si l’Alpine Club a mis quelques années pour constituer et faire fonctionner The Alpine Journal, cette expérience acquise est immédiatement productive, et le Président du Club, lors de l’assemblée générale du 25 février 1929 déclare que :

  • 13  Site internet de « The Himalayan Club », rubrique « About The Himalayan Journal », 3 mars 2003. Su (...)

« le dernier point et le plus important est The Himalayan Journal. Le Comité a autorisé le Major Kenneth Mason à produire le premier numéro du journal, et l’on espère qu’il sera publié d’ici à la fin avril. Il sera le bienvenu, j’en suis sûr, non seulement comme une recension des activités du Club et de ses membres, mais pour son grand intérêt et sa valeur scientifique. »13

15Kenneth Mason devient donc l’éditeur de la revue pour toute la première période, de 1929 à 1940, date de sa première interruption du fait de la seconde guerre mondiale.

III. Le contenu de The Himalayan Journal

  • 14  Voir, ici même, l’article de Michel Tailland.

16Le contenu de la revue, à quelques rares variations près, s’organise sur le modèle ancien de plus de soixante ans de The Alpine Journal, reprenant les mêmes rubriques.14

17Deux grands domaines sont identifiables : les « articles », aux dimensions variables, mais généralement de longueur conséquente, et ce que l’on peut appeler les « chroniques ». Les premiers sont constitués par les expéditions sportives, les expéditions d’exploration, les rapports scientifiques, et les récits de voyage. Les secondes sont formées des rubriques ayant trait aux thèmes suivants : Himalayan Expeditions (comptes rendus courts), In Memoriam (notices nécrologiques), Himalayan Notes (varia), Reviews (comptes rendus d’ouvrages), Correspondence, Club Proceedings (comptes rendus de l’assemblée du Club), Club Notices (informations données par le Club), Library Notices (bibliothèque du Club).

  • 15  M. Raspaud, L’Aventure himalayenne, op. cit., tableaux p. 126.

18La pagination de The Himalayan Journal évolue d’environ 145 à 185 pages pour la première partie de cette période, c’est-à-dire plutôt le début des années trente (1929, 1931, 1933, 1936, 1940), jusqu’à 200 à 230 pages pour la seconde partie, c’est-à-dire plutôt la fin des années trente (1930, 1932, 1934, 1935, 1937, 1938, 1939). Si de grandes variations sont repérables dans ces volumes de paginations, on note une période stable à 200 pages ou plus, entre 1934 et 1939 (sauf 1936). Cette époque correspond globalement à la forte augmentation de l’activité himalayenne durant la seconde moitié des années 1930.15

19La répartition quantitative entre « articles » et « chroniques » confirme la remarque précédente, et la part prépondérante que prennent les récits d’expéditions sportives, mais aussi ceux des explorations géographiques, géologiques ou naturalistes dans la revue. Les « articles » constituent environ 60 % du volume au début des années trente, et passent à près de 80 % à la fin de la période (cf. ci-dessous le Tableau 1). Il faut aussi tenir compte de la pagination globale de chaque livraison, ce qui conduit à un nombre important de pages, lequel atteint presque le volume global du premier numéro (pas même 150 pages en 1929) pour les volumes IV (1932, 140 p.), VI (1934, 142 p.), VII (1935, 138 p.), IX (1937, 143 p.). Cette pagination est dépassée largement pour les deux années qui précèdent la guerre et l’arrêt de l’activité himalayenne, celles-là présentant la particularité d’avoir un nombre de pages doublé par rapport à celui qui se rapporte aux « articles » dans le premier volume du Journal (1929, 86 p.) : vol. X (1938, 176 p.) et vol. XI (1939, 171 p.).

Tableau 1. Evolution de la quotité des « articles » dans The Himalayan Journal, de 1929 à 1940.

Année

1929

1930

1931

1932

1933

1934

1935

1936

1937

1938

1939

1940

%

59

50

59

61

60

71

67

67

68

76

78

79

20Durant ces années trente, l’organisation quantitative de The Himalayan Journal reflète donc bien exactement l’intensification de l’activité dans la région, dans tous les domaines de l’exploration et du sport.

IV. The Himalayan Journal et ses auteurs

21En ce qui concerne les « articles », on remarque peu de variations dans le nombre de ceux-ci d’une livraison à l’autre, même si entre le nombre le plus faible (10 articles en 1940) et le plus élevé (15 articles en 1932) l’écart peut être jugé conséquent. En définitive, les deux années notifiées ci-dessus mises à part, on note une augmentation du nombre d’articles, ceux-ci passant assez régulièrement de 12 à 14 de 1929 à 1939, comme l’indique le tableau 2 ci-dessous.

Tableau 2. Evolution du nombre des « articles » dans The Himalayan Journal, de 1929 à 1940.

Année

1929

1930

1931

1932

1933

1934

1935

1936

1937

1938

1939

1940

Art.

12

13

11

15

11

12

13

13

13

14

14

10

22Les auteurs de ces articles relèvent de plusieurs catégories :

  • les alpinistes, lesquels rapportent les péripéties de leurs expéditions ;

  • les géographes, géologues, naturalistes, qui font le compte rendu de leurs explorations ;

  • les touristes, enfin, qui décrivent les intérêts représentés par les différentes régions de l’Himalaya.

23Bon nombre de ces auteurs appartiennent soit à l’armée, stationnant généralement aux Indes, soit au Survey of India. Ils peuvent cependant être publiés aussi bien dans la catégorie « expéditions » ou « explorations », voire même « tourisme », suivant l’objet de leur entreprise, puisqu’un certain nombre sont des militaires pratiquant l’alpinisme (Charles Granville Bruce — qui dirigea l’expédition à l’Everest 1922, et une partie de celle de 1924 — ou John Hunt par exemple — chef de l’expédition victorieuse à l’Everest de 1953). Parmi la catégorie « explorations », le plus prolifique est sans conteste le Major Kenneth Mason, géographe et explorateur, auteur de neuf articles, et éditeur du journal jusqu’en 1940.

24Cependant, tous les grands noms de l’aventure sportive sur les sommets himalayens des années trente sont présents dans le journal :

  • les Britanniques, avec Hugh Ruttledge, Charles G. Bruce, Noel E. Odell, Frank S. Smythe, H.W. Tilman, Eric Shipton, John Hunt, F. Spencer Chapman, etc. ;

  • les étrangers, avec les Allemands (Paul Bauer, Willi Merkl, Fritz Bechtold et Karl Wien…), les Suisses (Günther O. Dyhrenfurth, André Roch…), ou encore les Américains (Charles S. Houston…).

  • 16  N.R. Streatfield, « The French Karakoram Expedition, 1936 », The Himalayan Journal. Vol. IX, 1937, (...)
  • 17  J. Escarra, « La préparation de l’Expédition », in L’Expédition Française à l’Himalaya 1936. Paris (...)
  • 18  Y. Hotta, « The Ascent of Nanda Kot, 1936 », The Himalayan Journal. Vol. IX, 1937, pp. 71-78.
  • 19  S.B. Blake & J. Bujak, « The Polish Ascent of Nanda Devi East, 1939 », The Himalayan Journal. Vol. (...)
  • 20  J. Escarra, « La préparation de l’Expédition », art. cit., p. 36.
  • 21  H. de Ségogne, « Le récit de l’Expédition », in L’Expédition Française à l’Himalaya 1936. Paris, C (...)

25Parmi tous ces étrangers, manquent cependant les Français, puisque le récit de la seule expédition française d’avant-guerre — “L’Expédition Française à l’Himalaya 1936” — est rédigé par l’officier de liaison britannique qui l’accompagnait, le Capitaine N.R. Streatfield, et sur cinq pages seulement, alors que la pagination moyenne des « articles » est de dix pages sur l’ensemble de la période étudiée.16 Cette lacune touche spécifiquement les alpinistes Français. En effet, même l’ascension du modeste Nanda Kot par trois étudiants de Tokyo en octobre 193617 est rapportée par Y. Hotta dans la même livraison, et sur un volume de pages plus important (8 pages).18 Idem, en 1940, pour l’ascension de la Nanda Devi Est (7434m) par la première expédition polonaise, qui a droit elle aussi à un compte-rendu conséquent dans la revue.19 Il s’agit, ici, d’un indice supplémentaire concernant l’état des relations alpines franco-britanniques du moment, Jean Escarra rapportant que le rédacteur de The Alpine Journal avait décrit les Français comme « obsédés par le fétiche d’un pic de 8000 mètres.20 » Et c’est bien Hugh Ruttledge qui, dans un climat concurrentiel, avait procédé au recrutement des Sherpas de l’expédition française, en même temps qu’il choisissait ceux qui devaient accompagner la tentative britannique à l’Everest du printemps 1936.21

26Ainsi, tous les grands noms de l’alpinisme en Himalaya, britanniques ou étrangers, chefs d’expédition ou non, publient des articles conséquents, en particulier à propos des ascensions du Kamet (7756m) et de la Nanda Devi Ouest (7816m), les deux plus hauts sommets gravis entre les deux guerres, et sur toutes les expéditions rapportant les tentatives sur les sommets de plus de 8000m.

  • 22  K.G. Lethbridge, « A Journey through Spiti and Rupshu », The Himalayan Journal. Vol. I, 1929, pp. (...)
  • 23  E. Knowlton, The Naked Mountain. New York, G.P. Putnam’s Sons, 1933.

27Parmi l’ensemble des auteurs, on peut noter la faible place occupée par les femmes, seulement trois pour un total de 151 « articles » : Mrs K.G. Lethbridge dans le premier numéro (I, 1929), Mrs Jenny Visser-Hooft, la célèbre exploratrice Néerlandaise (III, 1931) qui fait équipe avec son mari, et le Dr Elizabeth Teasdale (XI, 1939), dans un numéro qui voit aussi publier son époux. Ces articles se rapportent respectivement au tourisme, à l’exploration et au naturalisme (les oiseaux)22, et ne concernent donc pas les ascensions, terrain qui demeure proprement masculin. En effet, seulement deux femmes ont semble-t-il participé à des expéditions au cours de cette période. D’une part, Mrs Hettie Dyhrenfurth, l’épouse de Günther O. Dyhrenfurth, le chef des expéditions internationales de 1930 au Kangchenjunga (8586m) et de 1934 au Hidden Peak ou Gasherbrum I (8068m). D’ailleurs, Hettie Dhyrenfurth s’approprie le record féminin d’altitude en réalisant l’ascension du Sia Kangri III (7315m), le 3 août 1934. D’autre part, la journaliste américaine Elizabeth Knowlton qui accompagne l’expédition germano-américaine de 1932 au Nanga Parbat (8124m) et en publie le récit aux Etats-Unis23, sans toutefois participer aux tentatives d’ascension.

  • 24  G. Dainelli, « My Expedition in the Eastern Karakoram, 1930 », The Himalayan Journal. Vol. IV, 193 (...)
  • 25  M. Raspaud, « L’absence de l’himalayisme sportif Italien dans l’entre-deux-guerres : une énigme ?  (...)
  • 26  A. Stein, « On Ancient Tracks Past the Pamirs », The Himalayan Journal. Vol. IV, 1932, pp. 1-26.

28Durant cette période, The Himalayan Journal a publié au moins deux des grands noms de l’exploration de l’Himalaya ou des régions circum voisines : d’une part le Professeur Giotto Dainelli24, qui avait été pressenti pour organiser une expédition sportive italienne en 1927 afin de fêter le decennale, c’est-à-dire la victoire de Vittorio Veneto25 et, surtout, d’autre part, Sir Aurel Stein, le plus grand explorateur, avec Sven Hedin, de l’Asie centrale.26

V. Un Club et un Journal au service de la communauté des alpinistes

29Les institutions que constituent The Himalayan Club d’une part, The Himalayan Journal d’autre part, sont orientées par le service aux voyageurs et aux alpinistes. Elles expriment des valeurs transcendant les nationalités et, par exemple, les meetings ou les dinners organisés en l’honneur des expéditions, de toute nationalité, qui reviennent des sommets en sont caractéristiques. L’Allemand Paul Bauer, le chef de l’expédition au Kangchenjunga de 1929, l’exprime très clairement lors d’un dîner de réception, à Calcutta, le 30 octobre de la même année :

  • 27  G.B.G., « Calcutta Local Dinners », The Himalayan Journal. Vol. II., 1930, p. 190. Suivant notre t (...)

« […] Nous, l’expédition Allemande, étions dépendants de l’aide des gens de votre pays non pas seulement du point de vue scientifique et technique, mais aussi d’une manière très directe. Sans l’assistance que nous ont apportée les autorités Indiennes et l’Himalayan Club, nous aurions été sans aide dans un pays dont les difficultés particulières nous étaient complètement méconnues en pratique, alors que nous croyions avoir appris à leur propos à travers les livres. Nous n’aurions pas maîtrisé les difficultés de l’approche, ni pu sélectionner les porteurs et les personnels dont nous avions besoin pour notre projet, sans l’aide sans faille et le conseil de la part de divers membres de l’Himalayan Club. Je dois les remercier très sincèrement pour tout ce qu’ils ont fait assez aimablement pour nous ; et, si je peux, je voudrais exprimer d’un vœu sincère, l’espoir que le Kangchenjunga soit un jour gravi par l’entremise de la co-opération de l’Himalayan Club et du Club Austro-Allemand […] »27

  • 28  P. Bauer, A l’assaut du Kangchenjunga. Paris, Payot, 1932, p. 18.

30L’activité de The Himalayan Club consistera, également, à réglementer l’organisation des expéditions. Pour cela, tout un ensemble de recommandations et de réglementations seront transmises, par l’intermédiaire de The Himalayan Journal, aux alpinistes et autres clubs alpins du monde entier. Ces recommandations ont trait, en particulier, à l’emploi des populations indigènes : leur alimentation et les portions à prévoir, le poids des charges à transporter, la rémunération, etc., tout est progressivement mesuré et uniformisé. The Himalayan Club fait œuvre d’instance de régulation et de réglementation en ce qui concerne ces entreprises, qu’elles concernent les expéditions sportives ou autres. Il assume donc un rôle majeur dans la structuration des expéditions, jouant bien sûr le rôle d’interface entre les chefs d’expéditions et les autorités politiques et administratives locales, facilitant l’obtention des autorisations nécessaires, même si tout n’est pas si facile au contraire de ce que déclare Bauer, celui-ci passant sous silence lors de ce fameux dîner de Calcutta les difficultés premières à obtenir une autorisation de séjourner sur le territoire des Indes qu’il n’apprend avoir obtenu que sur le bateau au large de Ceylan.28

VI. La fonction de normalisation des règles d’organisation des expéditions

31Comme le montrent les lignes qui précèdent, l’activité de The Himalayan Club relève moins de l’organisation d’expéditions à caractère sportif ou exploratoire, ou encore de la conquête des sommets, que d’un service d’assistance et de soutien. Les fonctions principales du Club consistent en une mise en réseau, en la collecte et la diffusion de l’information sur le plan local et international, en l’aide à la réalisation des entreprises par la facilitation des rapports aux autorités politico-administratives de l’Empire des Indes et l’obtention des diverses autorisations nécessaires aux déplacements vers les zones frontalières. Ceci transparaît peu à travers The Himalayan Journal, mais les paroles allemandes — pour toutes protocolaires et diplomatiques qu’elles soient — à la suite de l’expédition au Kangchenjunga, l’illustrent cependant parfaitement.

32Ce que montre toutefois le contenu de la rubrique des Club Proceedings, c’est l’activité de réflexion, de réglementation et de normalisation de The Himalayan Club en ce qui concerne l’organisation des expéditions. En effet, la multiplication des grandes expéditions nationales au cours des années trente, avec leur kyrielle de porteurs utilisés lors de la marche d’approche, puis l’assistance des Sherpas et autres ethnies (Bhotias, Gurkhas, Hunzas…) en haute altitude, conduit d’une part au développement d’un secteur économique (qui demeure certes une « niche »), et d’autre part à l’intensification des relations sociales entre indigènes et occidentaux (par la création d’emplois temporaires). Ceci, à une époque où le nationalisme indien s’est fortement développé, la conquête de l’autonomie politique engagée, et les relations entre la puissance britannique et les populations locales sont très tendues avec des manifestations et leur corollaire, une répression policière parfois sanglante.

  • 29  Sept Sherpas tués dans une avalanche lors de l’expédition sur l’Everest de 1922, quatre autres att (...)

33Dans ces conditions, The Himalayan Club se voit d’autant plus contraint à une fonction de régulation que l’un des enjeux de son activité est la bonne réalisation des expéditions et la satisfaction des alpinistes occidentaux. Or, des accidents et catastrophes émaillent les expéditions et produisent des blessés de toute nature, mais aussi des morts dans les populations autochtones.29 Toute expédition se voit aussi contrainte, à un moment ou à un autre, à devoir gérer l’inévitable grève des porteurs qui réclament un bakchich à un instant crucial de la marche d’approche qui met en péril la réalisation même de l’expédition (tenter le sommet) : celui où l’on est trop éloigné du point de départ et pas assez proche du point d’arrivée (le camp de base). On comprend mieux alors la nécessité sportive bien sûr, mais aussi politique, du Club à agir dans cette direction.

1) Etablissement de règles pour l’emploi des porteurs de haute altitude

  • 30  « Rules for the Employment of High-Altitude Porters », The Himalayan Journal. Vol. VIII, 1936, p. (...)
  • 31  Près de vingt ans plus tard, on peut lire sous la plume Jean Franco, chef de l’expédition français (...)
  • 32  « Employment of Porters through the Himalayan Club », The Himalayan Journal. Vol. IX, 1937, pp. 19 (...)

34Ainsi, à travers The Himalayan Journal, on constate que le Club demande aux futures expéditions le nombre de porteurs d’altitude envisagé et la durée de leur engagement prévue. Qu’il recommande d’attribuer des rémunérations d’un « montant raisonnable », mais que les porteurs sont équipés par les expéditions, et que la rémunération, les rations alimentaires et les compensations doivent être définies à l’avance et contractualisées. Aussi, The Himalayan Club fait savoir que ces éléments seront déposés auprès de son Eastern Section.30 The Himalayan Club peut, si les expéditions le souhaitent, s’occuper du recrutement des porteurs, tâche qui sera dévolue à cette même Eastern Section. Celle-ci établit également une liste des porteurs enregistrés, qu’elle conserve, et ces porteurs enregistrés seront en possession d’un carnet édité par The Himalayan Club.31 Dans l’intérêt de tout le monde, le Club espère que les voyageurs co-opéreront en adhérant à la lettre et à l’esprit de ces règles.32

2) La prise en compte des fonctions dans l’expédition et de la complexité locale

35Toutefois, cette fonction de régulation est aussi une forme de réglementation établie aux fins que tout se passe bien pour les autochtones comme pour les occidentaux, le bien être des uns garantissant la tranquillité (et le retour futur) des autres. Ainsi, comme aujourd’hui en ce qui concerne la clientèle des voyages sportifs organisés par les Tours Opérateurs, était présentée une liste recommandée du kit du porteur qui définit avec précision les vêtements, chaussures, matériel d’alpinisme indispensables. Une différence est toutefois établie entre le simple travail au-dessus de la limite des neiges, et le travail des porteurs de haute altitude qui ont droit à du matériel plus nombreux, sophistiqué et protecteur.  De même, des listes spécimen de rations alimentaires sont indiquées, et différenciée suivant les fonctions assumées (porteur de haute altitude et cuisinier par exemple), ou les régions (ascension et/ou voyage au Sikkim). Cependant, ces aspects alimentaires sont pensés de manière sophistiquée afin de tenir compte de la complexité ethnique et religieuse, aussi d’autres catégories sont construites : « Kashmiri mahométans, Pathans, Punjabi » ; « Ladakhi (bouddhistes et mahométans) » ; « Gurkhas réguliers ».

3) La prise en compte des risques du métier de porteur

36Cependant, à l’instar des compagnies de guides, comme déjà suggéré supra avec l’enregistrement des porteurs, The Himalayan Club assume cette fonction globale et s’occupe également des questions d’assurance concernant les porteurs, relativement aux dangers et conséquences de la très haute montagne : blessure ou mort. Dans un premier temps, afin de construire des statistiques qui puissent constituer une base de propositions, un recueil de données est effectué sur les dix dernières années :

  • 33  « Himalayan Club Porters », The Himalayan Journal. Vol. XI, 1939, pp. 217-218.

Nombre d’hommes employés jusqu’au camp de base ; nombre d’hommes employés pour grimper au-dessus du camp de base ; nombre d’hommes, s’il y a lieu, blessés ou tués par accident, et le montant de la compensation payée ; nombre d’hommes, s’il y a lieu, qui sont tombés malades ou ont eu des gelures, nature et gravité de la maladie, et compensations payées s’il y a lieu ; cause de chacun des accidents, des cas de gelure, etc., particulièrement s’ils ont été causés par un manque de compétence ou de jugement, ou par des causes imprévues, de mauvais temps ou mauvaises conditions de neige, par des avalanches ou d’autres cas de force majeure.33

37Les blessures et les morts résultants des accidents lors des expéditions donnent droit, bien sûr, à des compensations financières. La fonction que s’assigne The Himalayan Club est de fixer celles-ci, et à un niveau décent pour les porteurs et porteurs d’altitude. Les informations collectées durant le premier semestre de l’année 1939 pour examiner le problème de l’assurance ont alors été transmises à une compagnie d’assurance — la seule qui considère le sujet — les termes de l’offre de celle-ci apparaissant hors de question.

4) La distinction des compétences

  • 34  La roupie indienne est divisée en 16 annas. Cf. C. Allen, Plain Tales from the Raj, op. cit., p. 2 (...)

38Cependant, la participation répétée, déjà, aux expéditions, de la part du personnel autochtone, conduit à la construction de distinctions entre les porteurs, basées à la fois sur l’ancienneté, les compétences affichées, et les exploits passés. Aussi, à l’intérieur même de la fonction des porteurs d’altitude est établie une nouvelle catégorie de porteurs, ceux de haute altitude : les Tigers. C’est le Comité de la Eastern Section de The Himalayan Club qui a décidé cette création. Il s’agit d’un grade supérieur pour les porteurs grimpeurs expérimentés, lesquels recevront 8 annas34 supplémentaires par jour de plus que les autres, lorsqu’ils travaillent au-dessus de la limité de la neige.

  • 35  L.J.T., « The Grading of Sherpa and Bhotia Porters », The Himalayan Journal. Vol. XII, 1940, pp. 1 (...)

« Il fut suggéré que ces hommes seraient nommés “Tigres”, avec un badge représentant une tête de tigre. Il y eut un certain nombre de critiques quant à ce nom, mais aucune des alternatives n’apparut convenir. “Grimpeurs” [alpinistes] est un terme déjà utilisé pour les Européens de l’expédition ; “guides” donnerait une fausse impression, parce qu’il n’est pas très souhaitable que les porteurs soient regardés comme des guides au sens Suisse du terme ; et puisque le nom de “Tigre” a été continuellement et équitablement utilisé depuis l’expédition au Mont Everest de 1924 pour les porteurs d’élite qui sont allés haut, il a été adopté comme le meilleur nom proposé. » 35

  • 36  Voir notre chapitre himalayisme et choc des cultures », L’Aventure himalayenne, op. cit., pp. 97-1 (...)

39Cette reconnaissance des compétences par un titre honorifique, distinctif et distinguant, aura des conséquences — peut-on supposer — dans les rapports entre les Sherpas et les simples porteurs (« coolies ») qui accompagnent l’expédition jusqu’au camp de base, de même avec certaines populations des marches de l’Himalaya. Les Sherpas se considérant, par leurs exploits et leur proximité aux occidentaux au sein de l’expédition comme en haute altitude, comme supérieurs à ces porteurs et ces populations.36

5) L’intérêt particulier porté aux expéditions étrangères

  • 37  « Liaison Officers to Foreign Expeditions », The Himalayan Journal. Vol. XI, 1939, p. 219.

40La multiplication des expéditions en Himalaya, au cours des années trente, surtout sur les sommets supérieurs à 8000 mètres, a pour caractéristique leur internationalisation. Ainsi note-t-on de nombreuses expéditions allemandes d’une part, suisses d’autre part, mais aussi une française, deux américaines, une japonaise, une polonaise, etc. Aussi, le Département des Affaires Etrangères du Gouvernement de l’Inde a-t-il sollicité The Himalayan Club pour lui recommander certains de ses membres afin d’assumer la fonction d’officier de liaison dans le cadre des expéditions étrangères.37

41En effet, les autorités politico-administratives de l’Empire des Indes avaient institué de longue date la présence d’un officier de liaison qui puisse permettre de faire le lien entre les expéditions d’exploration dans les régions reculées, mal connues ou qui posaient des problèmes de « pacification » (et donc dans lesquelles toute intrusion ou erreur de comportement pouvait déclencher des troubles), et les populations et autorités politiques locales. Qui plus est, ces zones étant généralement des zones frontières, il fallait éviter tout incident pouvait avoir des conséquences négatives dans les relations avec la Russie ou la Chine, ou les principautés locales. Il est évident que les chefs et les membres des expéditions étrangères ne pouvaient être au fait de la complexité des situations dans un ensemble aussi vaste que l’Empire des Indes, et dans des régions mal connues dans lesquelles très peu d’occidentaux non britanniques s’étaient auparavant rendus.

42Une des meilleures solutions imaginées était donc la présence d’un membre de The Himalayan Club comme officier de liaison dans ces expéditions, dans la mesure où, étant lui-même généralement un Anglo-Indien, ou un Britannique stationnant en Inde depuis de longues années, il avait à la fois une connaissance politique et culturelle des situations, mais pouvait aussi ne pas perdre de vue les objectifs sportifs ou exploratoires de l’expédition accompagnée.

Conclusion

  • 38  Evidemment, on peut supposer que les archives du Club sont plus riches d’informations, particulièr (...)

43Au cours de cette période d’une douzaine d’année qui s’étend de la fin des années 1920 jusqu’à la seconde guerre mondiale, The Himalayan Journal constitue une porte d’entrée relativement pertinente pour saisir la fonction de The Himalayan Club.38 Ce dernier, en ce qui concerne la question de l’organisation des expéditions et la régulation des rapports employeurs/employés (les membres occidentaux des expéditions et les personnels indigènes de celles-ci), réfléchit, mène des enquêtes, fait des propositions, crée des distinction relatives aux compétences, mais porte aussi son attention sur les dangers considérables que côtoient ces mêmes personnels indigènes qui se concrétisent par des blessures, des gelures graves, des mutilations et des morts. Cette époque à la fois agitée sur le plan politique local, mais qui voit également la multiplication du nombre des expéditions et une intense concurrence internationale se mettre en place pour la conquête du « premier 8000 », permettent de comprendre l’intérêt qui se développe au sein de The Himalayan Club quant à la régulation sociale et à l’établissement de règles. Celles-ci, en ce qui concerne les « sherpas », renvoient à la reconnaissance (livret), la compétence (distinction), l’équipement (vêtements et matériels), la nourriture et la santé, mais aussi la compensation liée aux risques encourus (assurance).

44Cette activité de The Himalayan Club — qui relève du même type que celle de compagnies de guides ou de syndicats — contribue à la lente mise sur pied d’un système de contractualisation qui définit les droits et devoirs de chacun au sein de l’expédition, à l’époque de la conquête sportive et nationaliste des sommets. Cette œuvre s’est en quelque sorte parachevée au cours de la seconde moitié du XXe siècle par la rédaction des règlements officiels des ministères du tourisme des pays de la région. Ceci a permis aussi une certaine régulation et un contrôle administratif garantissant à la fois l’emploi localement (et conduisant à la création de très nombreuses agences de trek) et la qualité du service attendue par les touristes et alpinistes occidentaux.

Haut de page

Bibliographie

ALLEN (C.), Plain Tales from the Raj. Londres, Abacus, 1995.

BAUER (P.), A l’assaut du Kangchenjunga. Paris, Payot, 1932.

BLAKE (S.B.) & BUJAK (J.), « The Polish Ascent of Nanda Devi East, 1939 », The Himalayan Journal. Vol. XII, 1940, pp. 65-80.

CLUB NOTICES.

— « Himalayan Club Porters », The Himalayan Journal. Vol. XI, 1939, pp. 217-218.

— « Liaison Officers to Foreign Expeditions », The Himalayan Journal. Vol. XI, 1939, p. 219

CLUB PROCEEDINGS.

— « The Mountain Club of India and the Eastern Section of the Himalayan Club », The Himalayan Journal. Vol. VII, 1935, pp. 169-171.

— « Rules for the Employment of High-Altitude Porters », The Himalayan Journal. Vol. VIII, 1936, p. 179.

— « Employment of Porters through the Himalayan Club », The Himalayan Journal. Vol. IX, 1937, pp. 198-202.

CORBETT (G.L.), « The Founding of the Himalayan Club », The Himalayan Journal. Vol. I, 1929, pp. 1-3.

DAINELLI (G.), « My Expedition in the Eastern Karakoram, 1930 », The Himalayan Journal. Vol. IV, 1932, pp. 46-54.

DE SÉGOGNE (H.), « Le récit de l’Expédition », in L’Expédition Française à l’Himalaya 1936. Paris, Comité d’Organisation, 1937.

ELIADE (M.), L’Inde. Paris, Pocket, 1990.

ESCARRA (J.), « La préparation de l’Expédition », in L’Expédition Française à l’Himalaya 1936. Paris, Comité d’Organisation, 1937.

FRANCO (J.), Makalu. Paris, Le Livre de poche, 1966.

G.B.G. [GOURLAY (G.B.)], « Calcutta Local Dinners », The Himalayan Journal. Vol. II., 1930, pp. 187-191.

GALLOIS (E.), « Les villes anglaises de l’Himalaya », Bulletin de la Société de Géographie de Lille. Lille, Imprimerie L. Danel, septembre 1899.

HIMALAYAN CLUB (The), site Internet, rubrique « About The Himalayan Journal », 3 mars 2003. http://www.himalayanclub.com/j_about.htm

HOIBIAN (O.) & DEFRANCE (J.), dir., Deux siècles d’alpinismes européens. Origines et mutations des activités de grimpe. Paris, L’Harmattan, 2002.

HOTTA (Y.), « The Ascent of Nanda Kot, 1936 », The Himalayan Journal. Vol. IX, 1937, pp. 71-78.

KNOWLTON (E.), The Naked Mountain. New York, G.P. Putnam’s Sons, 1933.

L.J.T., « The Grading of Sherpa and Bhotia Porters », The Himalayan Journal. Vol. XII, 1940, pp. 141-142.

LETHBRIDGE (K.G.), « A Journey through Spiti and Rupshu », The Himalayan Journal. Vol. I, 1929, pp. 77-80.

MASON (K.), The Abode of Snow. A History of Himalayan Exploration from the Earliest Time to the Ascent of Everest. Londres, Rupert Hart-Davis, 1955.

RASPAUD (M.), « L’absence de l’himalayisme sportif Italien dans l’entre-deux-guerres : une énigme ? », in (O.) Hoibian & (J.) Defrance (dir.), Deux siècles d’alpinismes européens. Origines et mutations des activités de grimpe. Paris, L’Harmattan, 2002, pp. 83-94.

RASPAUD (M.), L’Aventure himalayenne. Les enjeux des expéditions sur les plus hautes montagnes du monde, 1880-2000. Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2003.

RASPAUD (M.), « Les débuts de The Himalayan Journal, 1929-1940. Le développement de l’alpinisme en Inde, l’Himalayan Club et la société coloniale », Babel. Langages - Imaginaires - Civilisations. N° 10, juillet 2004, pp. 9-28. La Garde, Université du Sud - Toulon-Var.

SINGH (C.), « Du fond des vallées aux sommets. Les villes précoloniales de l’Himachal et l’impact de la domination britannique sur la croissance urbaine », Histoire des Alpes / Storia delle Alpi / Geschichte der Alpen. N° 8, 2003, pp. 125-143. Zürich, Chronos.

STREATFIELD (N.R.), « The French Karakoram Expedition, 1936 », The Himalayan Journal. Vol. IX, 1937, pp. 100-104.

STEIN (A.), « On Ancient Tracks Past the Pamirs », The Himalayan Journal. Vol. IV, 1932, pp. 1-26.

TEASDALE (E.), « Birds of a Karakoram Trek », The Himalayan Journal. Vol. XI, 1939, pp. 65-73.

VISSER-HOOFT (J.), « The Netherlands-Karakoram Expedition, 1929 », The Himalayan Journal. Vol. III, 1931, pp. 13-23.

Haut de page

Notes

1  Ce texte traite de thèmes nouveaux et ne reprend que partiellement ceux de l’article « Les débuts de The Himalayan Journal, 1929-1940. Le développement de l’alpinisme en Inde, l’Himalayan Club et la société coloniale », Babel. Langages - Imaginaires - Civilisations. N° 10, juillet 2004, pp. 9-28. La Garde, Université du Sud - Toulon-Var.

2  G.L. Corbett, « The Founding of the Himalayan Club », The Himalayan Journal. Vol. I, 1929, pp. 1-3.

3  M. Raspaud, L’Aventure himalayenne. Les enjeux des expéditions sur les plus hautes montagnes du monde, 1880-2000. Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2003, tableaux p. 126.

4  C. Singh, « Du fond des vallées aux sommets. Les villes précoloniales de l’Himachal et l’impact de la domination britannique sur la croissance urbaine », Histoire des Alpes / Storia delle Alpi / Geschichte der Alpen. N° 8, 2003, pp. 125-143 ; C. Allen, Plain Tales from the Raj. Londres, Abacus, 1995 ; E. Gallois, « Les villes anglaises de l’Himalaya », Bulletin de la Société de Géographie de Lille. Lille, Imprimerie L. Danel, septembre 1899.

5  C. Allen, Plain Tales from the Raj, op. cit. Le « maidan » est un vaste espace qui permet d’accueillir les caravanes.

6  M. Eliade, L’Inde. Paris, Pocket, 1990, p. 111.

7  Shikar est le terme vernaculaire pour la chasse qui était considérée à l’époque comme un sport ; voir C. Allen, Plain Tales from the Raj, op. cit., p. 284.

8  G.L. Corbett, art. cit., p. 2. Suivant notre traduction.

9  G.L. Corbett, art. cit., p. 2. Suivant notre traduction.

10  Le Major Kenneth Mason (1887-1976), d’abord membre du Survey of India, devint ensuite Professeur de Géographie à Oxford. Il joua un rôle considérable dans le développement des connaissances sur l’Himalaya durant la première moitié du XXe siècle, par ses explorations et ses écrits. Il fut le premier éditeur de The Himalayan Journal, et rédigea un ouvrage sur l’histoire de l’exploration de l’Himalaya publié en 1955 et qui fait toujours autorité un demi-siècle plus tard : The Abode of Snow. A History of Himalayan Exploration from the Earliest Time to the Ascent of Everest. Londres, Rupert Hart-Davis, 1955.

11  Cité par G.L. Corbett, art. cit., p. 3.

12  « The Mountain Club of India and the Eastern Section of the Himalayan Club », The Himalayan Journal. Vol. VII, 1935, pp. 169-171.

13  Site internet de « The Himalayan Club », rubrique « About The Himalayan Journal », 3 mars 2003. Suivant notre traduction. http://www.himalayanclub.com/j_about.htm

14  Voir, ici même, l’article de Michel Tailland.

15  M. Raspaud, L’Aventure himalayenne, op. cit., tableaux p. 126.

16  N.R. Streatfield, « The French Karakoram Expedition, 1936 », The Himalayan Journal. Vol. IX, 1937, pp. 100-104.

17  J. Escarra, « La préparation de l’Expédition », in L’Expédition Française à l’Himalaya 1936. Paris, Comité d’Organisation, 1937, p. 61, note (9).

18  Y. Hotta, « The Ascent of Nanda Kot, 1936 », The Himalayan Journal. Vol. IX, 1937, pp. 71-78.

19  S.B. Blake & J. Bujak, « The Polish Ascent of Nanda Devi East, 1939 », The Himalayan Journal. Vol. XII, 1940, pp. 65-80.

20  J. Escarra, « La préparation de l’Expédition », art. cit., p. 36.

21  H. de Ségogne, « Le récit de l’Expédition », in L’Expédition Française à l’Himalaya 1936. Paris, Comité d’Organisation, 1937, p. 65.

22  K.G. Lethbridge, « A Journey through Spiti and Rupshu », The Himalayan Journal. Vol. I, 1929, pp. 77-80 ; J. Visser-Hooft, « The Netherlands-Karakoram Expedition, 1929 », The Himalayan Journal. Vol. III, 1931, pp. 13-23 ; E. Teasdale, « Birds of a Karakoram Trek », The Himalayan Journal. Vol. XI, 1939, pp. 65-73.

23  E. Knowlton, The Naked Mountain. New York, G.P. Putnam’s Sons, 1933.

24  G. Dainelli, « My Expedition in the Eastern Karakoram, 1930 », The Himalayan Journal. Vol. IV, 1932, pp. 46-54.

25  M. Raspaud, « L’absence de l’himalayisme sportif Italien dans l’entre-deux-guerres : une énigme ? », in O. Hoibian & J. Defrance (dir), Deux siècles d’alpinismes européens. Origines et mutations des activités de grimpe. Paris, L’Harmattan, 2002, pp. 83-94.

26  A. Stein, « On Ancient Tracks Past the Pamirs », The Himalayan Journal. Vol. IV, 1932, pp. 1-26.

27  G.B.G., « Calcutta Local Dinners », The Himalayan Journal. Vol. II., 1930, p. 190. Suivant notre traduction.

28  P. Bauer, A l’assaut du Kangchenjunga. Paris, Payot, 1932, p. 18.

29  Sept Sherpas tués dans une avalanche lors de l’expédition sur l’Everest de 1922, quatre autres atteints de profondes gelures lors de l’expédition sur le Nanga Parbat en 1934 (puis sept autres tués en 1937).

30  « Rules for the Employment of High-Altitude Porters », The Himalayan Journal. Vol. VIII, 1936, p. 179.

31  Près de vingt ans plus tard, on peut lire sous la plume Jean Franco, chef de l’expédition française au Makalu (8463m) en 1955 : « Toute l’histoire de l’Himalaya se lit dans les livrets de services de ces hommes admirables qui ont porté leurs charges sur les plus hautes montagnes de la terre et sans lesquels les ascensions de l’Himalaya seraient pour les Européens des entreprises démesurées ». J. Franco, Makalu. Paris, Le Livre de poche, 1966, p. 56.

32  « Employment of Porters through the Himalayan Club », The Himalayan Journal. Vol. IX, 1937, pp. 198-202.

33  « Himalayan Club Porters », The Himalayan Journal. Vol. XI, 1939, pp. 217-218.

34  La roupie indienne est divisée en 16 annas. Cf. C. Allen, Plain Tales from the Raj, op. cit., p. 274.

35  L.J.T., « The Grading of Sherpa and Bhotia Porters », The Himalayan Journal. Vol. XII, 1940, pp. 141-142.

36  Voir notre chapitre himalayisme et choc des cultures », L’Aventure himalayenne, op. cit., pp. 97-112.

37  « Liaison Officers to Foreign Expeditions », The Himalayan Journal. Vol. XI, 1939, p. 219.

38  Evidemment, on peut supposer que les archives du Club sont plus riches d’informations, particulièrement en ce qui concerne les débats internes et les positions des différents membres du Club.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Raspaud, « Les premières années de The Himalayan Journal (1929-1940) », Amnis [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 12 mai 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://amnis.revues.org/1082 ; DOI : 10.4000/amnis.1082

Haut de page

Auteur

Michel Raspaud

Laboratoire SENS
(UPRES EA)
Université Joseph Fourier - Grenoble I

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org