Navigation – Plan du site

Presse nationaliste basque et alpinisme : le journal Mendigoxale (1932)

Severiano Rojo Hernández

Texte intégral

1Quand Sabino Arana élabore sa théorie du nationalisme basque à la fin du XIXe siècle, il crée une idéologie qui puise son inspiration dans une certaine vision du monde rural basque. Il constitue son projet en prenant Bilbao pour contre-modèle, ce pôle urbain où l’industrialisation galopante a quasiment éradiqué tout vestige de la culture basque. Peuplées en grande partie d’individus originaires des régions pauvres de la Castille, cette ville et sa banlieue représentent pour Arana une menace, un cancer qui se répand dans un Pays basque malade, contaminé en quelque sorte par la domination espagnole :

  • 1  Arana Goiri, Sabino, « Efectos de la invasión », Antología de Sabino Arana. Textos escogidos del f (...)

Le mal […] poursuit ses conquêtes sans aucun obstacle, traverse les rivières, s’étend à travers les vallées, enjambe les précipices, escalade les flancs des montagnes ; et la famille basque, acculée et encerclée par cette brutale invasion, assiste à la mort de ses enfants, emportés par l’immonde tourbillon. Seul demeure à l’écart de ce naufrage général le sommet de ses plus hautes montagnes, berceau de notre race1.

  • 2 Ibid., « ¿Qué somos? », p. 270.
  • 3 Ibid., « Conócete a ti mismo », p. 375.
  • 4  Jusqu’aux années trente, le nom de cette organisation s’orthographiait mendigozales.

2Selon Sabino Arana, il n’existe qu’une solution pour sauver l’Euzkadi : l’indépendance. Cependant, l’idéologue estime que cet objectif ne peut être atteint sans une prise de conscience des Basques, prise de conscience qui passe par le rejet de l’Espagne, ainsi que par l’apprentissage des valeurs traditionnelles qu’il considère comme fondatrices de la société basque. Pour accomplir cette tâche, Arana crée le Parti Nationaliste Basque (PNV) en 1895. Bien qu’il considère que les montagnes sont le lieu où résident les derniers représentants de la race basque2, le PNV n’entreprend pourtant pas la reconquête de la Biscaye et de l’Euzkadi à partir de ces « réserves ». C’est le processus contraire qui se produit, puisque le parti naît en milieu urbain. Aussi, dans cette perspective, la ville de Bilbao acquiert-elle une tout autre valeur, qui se concrétise dans le désir d’Arana d’en faire le « phare lumineux qui irradie toutes les montagnes de ce pays de la lumière limpide du patriotisme »3. Cependant pour que le nationalisme basque inonde de ses « bienfaits » les sommets du Pays basque, il est indispensable que le PNV dispose d’alpinistes acquis à sa cause. Pour cela, les nationalistes basques créent les mendigoxales4.

  • 5  Cf. De Pablo, Santiago, Mees, Lugder, Rodríguez Ranz, José A., El péndulo patriótico. Historia del (...)
  • 6  Cf. García, Lorenzo Sebastián, « ‘Euzkadi Mendigoxale Batza’ durante la guerra civil española (193 (...)
  • 7  Cf. Estomba, Fernando, De Pablo, Santiago, « Deporte y sociedad en el País Vasco durante la II Rep (...)

3Cette organisation naît en 1904, un an après la mort de Sabino Arana5. Son nom, qui signifie « alpinistes »6, est un néologisme inventé par l’écrivain basque Ebaristo Bustintza, surnommé « Kirikiño ». Rattachés à la Jeunesse Basque de Bilbao, les mendigoxales se composent à l’origine de quatre groupes d’alpinistes biscaïens, qui diffusent l’idéologie « sabinienne » lors de leurs randonnées en montagne. Comme l’ensemble du mouvement nationaliste basque, l’organisation connaît une expansion fulgurante. Elle séduit de nombreux jeunes, d’autant qu’en ce début de siècle l’alpinisme est un sport prisé et prestigieux, promu par le PNV, afin d’accroître son implantation dans la société locale7. Ainsi les groupes se multiplient rapidement sur l’ensemble du Pays basque et plus particulièrement en Biscaye. En quelques années, les mendigoxales se dotent d’un journal (Aberri, 1913) et se fédèrent en créant le Mendigozale Batza (1921).

  • 8  Cf. De Pablo, Santiago, Mees, Lugder, Rodríguez Ranz, José A., op.cit., p. 181.
  • 9  Cf. Bizkatara, 23 mai 31, p. 9.
  • 10  En 1930, les indépendantistes et les autonomistes mettent un terme au conflit qui durait depuis pl (...)
  • 11  Cf. García, Lorenzo Sebastián, op. cit., p. 343.
  • 12  Cf. Granja, José Luis de la, « Mendigoxale », Enciclopedia General Ilustrada del País Vasco, Edito (...)
  • 13  Cf. Tapiz, José María, El PNV durante la II República. Organización interna, implantación territor (...)
  • 14  Cf. Granja, José Luis de la, op. cit., p. 505.
  • 15  De 1930 à 1932, cette fonction était assurée par l’hebdomadaire Bizkatara.

4Cette expansion rencontre néanmoins plusieurs obstacles. Le premier est d’ordre interne. En 1921, les nationalistes basques se divisent entre d’une part les indépendantistes et, d’autre part, les partisans de l’autonomie politique de la région. Les mendigoxales apportent leur appui aux indépendantistes et quittent la Communion Nationaliste Basque (CNV), nom que portait le parti nationaliste depuis 1913. Aux côtés des Jeunesses Basques de Bilbao, ils redonnent vie au PNV et poursuivent dès lors leurs activités au sein de cette formation politique. Le second obstacle est d’ordre externe. En 1923, l’armée espagnole s’empare du pouvoir et instaure une dictature, qui pratique une politique répressive à l’encontre des nationalistes basques et catalans. Les mendigoxales entrent donc dans la clandestinité. Pendant plus de sept ans, ils disparaissent de l’espace public et leur résistance prend une forme plus symbolique : ils se réunissent dans les montagnes, font de la propagande auprès des paysans, plantent des ikurriñas (drapeaux basques) dans des lieux stratégiques et rendent hommage à leur inspirateur, en se rendant sur la tombe de Sabino Arana8. Il faut attendre 1930 pour que les activités des mendigoxales acquièrent de nouveau une certaine visibilité. Avec la fin de la dictature (1930), leurs organisations réapparaissent et leur prosélytisme reprend de la vigueur9. Cette renaissance est accentuée par la réunification des nationalistes basques10. La fin du conflit conduit les mendigoxales à modifier la structure de leur organisation. A l’image du PNV, ils créent une fédération nationale, le Euzko Mendigoxale Batza (EMB), présidée par Cándido Arregui. Elle regroupe quatre fédérations régionales, chargées d’organiser le mouvement dans les différentes provinces basques et en Navarre11. La mise en place des nouvelles structures a lieu entre mai 1931 et décembre 193212. Dès lors, le nombre de mendigoxales ne cesse de croître, en particulier en Biscaye, fief de l’organisation13. En 1932, on estime que les effectifs s’élèvent à plus de 5 000 mendigoxales sur l’ensemble du Pays basque14. Cette évolution a d’emblée des conséquences sur la presse. Afin de mieux encadrer les mendigoxales, les instances supérieures décident de créer un journal qui sera le porte-parole de l’organisation15. Le 19 février paraît Mendigoxale, un journal dont le titre affiche les options sans équivoque.

5Ce journal va jouer un rôle fondamental dans la vie du mouvement. En dépit de la brièveté de son existence (19 février 1932 – 16 juillet 1932), il contribue à la consolidation du mouvement, en participant à la formation du mendigoxale, au même titre que certaines activités prévues à cet effet par la fédération, comme des cycles de conférences par exemple. Cette caractéristique du journal se révèle particulièrement intéressante pour plusieurs raisons. En premier lieu, elle permet de mieux comprendre les pratiques et les stratégies d’un groupe qui demeure relativement méconnu, malgré son importance au sein du nationalisme basque. En second lieu, la fonction formatrice du journal est essentielle pour comprendre le rôle de la presse dans l’endoctrinement tant des alpinistes nationalistes basques que des individus en général.

I. L’endoctrinement du mendigoxale, une priorité pour le journal

6Édité à Bilbao, Mendigoxale est un journal à la parution très irrégulière, en dépit d’un tirage dont la périodicité se veut hebdomadaire. Vendu dix centimes, chaque numéro se compose d’une dizaine de pages, dans lesquelles paraissent en moyenne dix-huit articles. En l’espace de cinq mois, Mendigoxale publie donc environ deux cent soixante-dix articles, la plupart écrits en espagnol. Pour une publication nationaliste basque qui revendique l’indépendance, il s’agit là d’un paradoxe étonnant, qui reflète néanmoins deux réalités. D’une part, un nombre assez réduit de mendigoxales parle le basque. D’autre part, cette politique éditoriale est adaptée aux réalités linguistiques de la Biscaye, province essentiellement hispanophone où se concentre la majeure partie du lectorat. Quant aux thèmes abordés, Mendigoxale publie des articles consacrés aussi bien à des questions culturelles qu’aux actualités politiques.

Catégories d’articles publiées par le journal Mendigoxale (février-juillet 1932)

Catégories d’articles

Articles destinés à la formation politique et à l’endoctrinement du mendigoxale

Articles consacrés à l’actualité politique

Articles consacrés à la montagne et à des randonnées à travers le Pays basque

Articles consacrés à des questions culturelles

Articles consacrés à des questions sociales

Autres

Pour centage

55%

24%

8%

4%

3%

6%

Ref : élaboration personnelle. Mendigoxale, n° 1 à 15.

7Comme le souligne ce tableau, la formation du mendigoxale constitue la priorité du journal. La majeure partie des articles (55%) a pour objectif de former les alpinistes nationalistes basques sur le plan idéologique et dogmatique. Cependant, pour que le journal puisse façonner les futurs mendigoxales, il faut dans un premier temps les recruter. Les stratégies de captation sont diverses. En général, le journal publie des articles dans lesquels il invite les jeunes Basques, en particulier les militants des jeunesses nationalistes, à se joindre à l’organisation. Afin de les séduire, l’hebdomadaire leur propose un nouveau type d’engagement, un nationalisme plus proche de l’idéal de Sabino Arana, un nationalisme en contact avec la nature et donc avec la mère patrie :

JEUNE PATRIOTE

Veux-tu te libérer de tout ce qui est exotique ?

Veux-tu vivre dans une ambiance nationaliste ?

Veux-tu diffuser la véritable liberté ?

Veux-tu servir ta Patrie ? […]

Veux-tu être à l’avant-garde du nationalisme ?

  • 16  Mendigoxale, 7 mai 1932, p. 6.

EH BIEN, ADHERE A N’IMPORTE QUEL GROUPE DE MENDIGOXALES 16.

8Proposer un militantisme plus engagé et a priori plus en accord avec leur vision du nationalisme ne semble pas toujours être la meilleure solution pour attirer les jeunes Basques. Parfois, quand les appels échouent, le journal n’hésite pas à culpabiliser ceux qui refusent de les entendre :

  • 17  Ibid., 2 avril 1932, p. 3.

Frère abertzale [patriote], toi qui ne milites pas encore dans les rangs des mendigoxales, c’est à toi que s’adressent mes humbles paroles […] si tu ne travailles pas pour l’Euzkadi, tu es un mauvais fils et tu n’as pas droit à la liberté de ta patrie, puisqu’au moment où se joue sans doute son destin tu l’abandonnes à son sort. Mais, moi je sais, abertzale, que tu ne feras pas ça, car tu as bon cœur et une âme généreuse et tu es prêt à verser jusqu’à la dernière goutte de ton sang pour l’Euzkadi […] Ne vois-tu pas là-haut cette ferme, tel un nid d’aigle ? Eh bien, là-bas, se trouvent certains de tes frères assoiffés d’amour patriotique17.

9Dans certains cas, l’absence de résultats conduit la direction de Mendigoxale à s’adresser directement aux jeunes qu’elle espère recruter. La personnalisation de l’appel demeure néanmoins une méthode peu fréquente :

  • 18  Ibid., 23 avril 1932, p. 3.

Jeunes d’Ondareta ! Il est très douloureux de voir à quel point vous êtes indifférents à nos appels incessants. […] Dépêchez-vous d’intégrer notre organisation, car ici vous attendent vos frères les bras ouverts […] Et ainsi, tous unis, nous pourrons mieux et davantage œuvrer à la rédemption de notre patrie, l’Euzkadi18.

10Les différentes stratégies de captation soulignent donc à quel point la conquête des générations futures est primordiale. On peut expliquer ce phénomène de deux façons. D’une part, il s’agit d’accroître les effectifs pour accentuer le poids de l’organisation au sein du mouvement nationaliste basque. D’autre part, les jeunes recrues sont indispensables à l’existence présente et future de la fédération. Sans elles, le renouvellement générationnel est impossible et les mendigoxales, en tant qu’organisation liée aux Jeunesses Basques, seraient voués à disparaître.

  • 19  Ibid., 30 avril 1932, p. 3.
  • 20  Ibid., 2 avril 1932, p. 2.
  • 21  Ibid., 4 juin 1932, p. 2.
  • 22  Ibid., 19 février 1932, p. 5.

11Après avoir convaincu le jeune Basque de rejoindre les mendigoxales, le journal lui transmet toute une série de préceptes, indispensables à sa mission. Mendigoxale met en place un endoctrinement inspiré d’un modèle religieux. Dans sa formation, l’alpiniste est élevé au rang de « prêtre du nationalisme basque »19. Il doit vouer son existence non seulement à Dieu qui est « le principe et la fin de toute chose »20, mais également à une autre divinité, Sabino Arana qui, à l’image du Christ, sacrifia sa vie pour la rédemption des Basques et la liberté de l’Euzkadi, terre « opprimée » par une nation étrangère21. Parmi les premiers enseignements que transmet le journal figure la prière que tout mendigoxale se doit de savoir : l’hymne de l’organisation, « une mélodie originale du Maître Zubizareta au caractère basque indéniable et au texte patriotique et inspiré »22 :

  • 23  Devise du nationalisme basque : « Jaungoikua eta Lagi-Zarra », « Dieu et la Vieille Loi ».

Parcourons au nom de Jel23

Les hauts sentiers

Les villes, les bois et les montagnes

Pour obtenir

  • 24  Mendigoxale, 19 février 1932, p. 5.

La liberté de l’Euzkadi 24.

  • 25  Centre nationaliste à partir duquel s’organise l’action du PNV dans les différentes localités du P (...)

12Après la prière, Mendigoxale leur présente le lieu de culte, le batzoki25, où ils sont dans l’obligation de passer une partie de leur vie, tels des moines dans un couvent. Le batzoki est le « temple » où doivent se réunir les « fidèles » pour honorer la patrie opprimée et organiser sa libération future :

  • 26  Mendigoxale, 4 juin 1932, p. 6.

Le Batzoki, pour tout nationaliste, grand et petit, n’est ni une taverne ni un bar de plus dans le village […] Le Batzoki […] est […], pour tout patriote, aussi sacré que la patrie, puisque se trouve en son sein l’autel sur lequel nous la vénérons. Le Batzoki est le verbe de la race basque, en somme, tout ce que nous chérissons en ce monde.26

13Une fois le mendigoxale initié aux rites du batzoki, le journal peut enfin enseigner le dogme du nationalisme basque, religion qui doit orienter le mendigoxale dans sa vie et dans toutes ses activités au service de la cause. Comme lecatholicisme qui fait de l’amour l’un de ses enseignements fondamentaux, le journal reprend cette conception, mais en la détournant au profit du nationalisme. Cette instrumentalisation de la religion à des fins de propagande apparaît clairement dans l’article suivant, intitulé « Doctrine de paix et d’amour »:

  • 27  Ibid., 9 avril 1932, p. 2.

Le nationalisme basque n’est pas né dans la haine mais dans l’amour. Il est né dans l’amour que ressentent ses enfants à l’égard de la race, dans l’amour envers la langue, ses coutumes, ses lois et sa liberté innée […] Le nationalisme est donc amour ; amour de toutes les familles basques entre elles, amour des riches envers les pauvres, amour des pauvres envers les riches, amour, en un mot, de tous les frères de la même race27.

  • 28  Cf. Anderson, Benedict, Imagined Comunities, Londres, Verso, 1983 ; pour la traduction française d (...)
  • 29  Ibid., p. 46.

14Mendigoxale contribue ainsi à la création et à la consolidation d’une « communauté imaginaire »28. En s’inspirant d’un modèle religieux, le journal unie simultanément chacun de ses lecteurs dans le credo nationaliste, reproduisant ainsi le phénomène de « cérémonie de masse »29 décrit par Benedict Anderson. Toutefois, en dépit du caractère pacifique et tolérant que laissait entrevoir la citation précédente, un autre élément contribue à souder cette communauté : la haine à l’encontre de l’Espagne qu’instillent de nombreux articles. Comme la plupart des nationalismes qui pensent la nation selon un modèle biologique, l’idéologie de Mendigoxale repose sur la vision d’un Pays basque pur, infecté par l’Espagne, véritable maladie contagieuse qui désagrège l’Euzkadi. L’Espagne inocule un venin qui détruit sournoisement l’ensemble de la société basque, et en particulier l’un de ses fondements, l’attachement des populations à la religion catholique :

  • 30  Mendigoxale, 16 avril 1932, p. 3.

L’Euzkadi est croyante, mais la contamination que provoque le contact avec l’étranger est en train de déchristianiser le pays30.

15En reprenant l’une des principales accusations que portait Sabino Arana à l’encontre de l’Espagne, Mendigoxale s’inscrit dans une tradition, celle du nationalisme basque radical et xénophobe, qui revendique l’indépendance pour échapper à la « contamination ». De plus, comme l’idéologue, le journal rend l’Espagne responsable de l’ensemble des maux dont souffre l’Euzkadi. Les Basques sont avant tout des victimes, les victimes d’une « invasion » qui introduit des us et coutumes étrangers et pernicieux, destinés à « débasquiser » les habitants de la région :

  • 31  Ibid., 19 février 1932, p. 12.

Le cancer du sectarisme n’est pas le produit du sang basque. C’est le résultat de l’invasion. Il s’est introduit dans le corps social quand celui-ci […] s’est retrouvé à la merci d’un peuple étranger à son sang […] quand ce peuple étranger a importé ici ses caractéristiques nationales [et], par ce phénomène social inévitable de ‘débasquisation’, a considérablement facilité l’enracinement de toutes les politiques anti-basques31.

16La logique de la victimisation absout les délits commis contre l’Etat espagnol et permet de justifier l’action des mendigoxales, présentée comme un combat au nom de la justice. En donnant une dimension épique à l’engagement, le journal propose aux jeunes Basques un nouvel avenir : sauver l’Euzkadi. L’hebdomadaire essaie de la sorte de prolonger la tâche entreprise par Sabino Arana, tâche dont l’objectif était de tirer les Basques de la prétendue torpeur dans laquelle les aurait plongés la politique espagnole. Le journal publie en conséquence de nombreux articles au contenu univoque ainsi qu’au ton véhément et tragique, stratégie rhétorique destinée à attiser la combativité des mendigoxales :

L’Euzkadi […] est soumise au pouvoir dominateur qui la rend esclave et aspire sa substance, la sève de la race basque.

  • 32  Ibid., 30 avril 1932, p. 1.

Ainsi se trouve la patrie que nous avons héritée de nos parents. […] Mendigoxale, compare la situation de la patrie au XVe siècle […] avec la situation déplorable que nous connaissons actuellement. Vous vous rendrez compte alors qu’il est indispensable de lutter […] pour léguer à nos descendants une Euzkadi affranchie de la domination étrangère ; libre de toute oppression qui restreigne sa liberté32.

  • 33  Tapiz, op. cit., p. 362.
  • 34  Cf. Granja, José Luis de la, Nacionalismo y II República en el País Vasco, Madrid, Siglo Veintiuno (...)

17Cette combativité que le journal prétend insuffler a également un autre objectif. En tant que groupe paramilitaire et troupes de chocs que le PNV utilise lors des manifestations et des élections33, les mendigoxales doivent se situer aux avant-postes du combat nationaliste. Aussi doivent-ils faire l’objet d’un endoctrinement de type militaire, endoctrinement qui semble avoir porté ses fruits, puisqu’en 1932 les heurts entre mendigoxales et militants socialistes dans la zone minière et industrielle de Bilbao provoquent de nombreuses victimes34. La propagande du journal alimente donc une reconquête parfois violente du Pays basque. Néanmoins, il s’agit d’une entreprise politique prioritaire pour le journal :

  • 35  Mendigoxale, 16 avril 1932, p. 5.

Savez-vous mendigoxales quel est le principal problème que nous devons résoudre ? C’est celui de la nationalisation de l’Euzkadi […], notre race est menacée de disparition et nous devons la fortifier par le travail et l’éducation des masses […] Nous devons lutter pour obtenir notre totale nationalisation […] contre les partis politiques exotiques qui se multiplient sur notre sol, car ce sont eux nos véritables ennemis35.

18Le mendigoxale doit être le promoteur de cette nationalisation et, ainsi, montrer à la jeunesse basque le chemin à suivre :

  • 36  Ibid., 28 mai 1932, p. 6.

Nous ne pouvons pas vivre inféodés à un peuple de tyrans qui foule notre personnalité de Basques. […] Il est indispensable […] qu’une importante propagande soit menée pour nourrir nos rangs de ces jeunes qui vivent dans l’indifférence ou qui ont pris un chemin erroné et, de cette manière, […] nous déclarerons l’indépendance de l’Euzkadi36.

  • 37  Ibid., 23 avril 1932, p. 1.

19La nationalisation est fondamentale pour atteindre l’Eden basque, ce paradis perdu, que les pages du journal ne cessent de décrire. Toutefois, le jeune mendigoxale doit encore approfondir sa formation, s’il désire un jour « faire trembler l’oppresseur » et « briser les chaînes » qui emprisonnent la mère patrie37.

II. Un journal destiné à définir le comportement idéal du mendigoxale

  • 38  Ibid., 19 février 1932, p. 3.

20Parallèlement à l’enseignement de la doctrine nationaliste basque, l’hebdomadaire publie de nombreux articles (16%), dont l’objectif est de transmettre aux alpinistes une représentation du mendigoxale qui leur serve de référence. Ainsi, le journal élabore un archétype du mendigoxale à partir d’une série d’images types, qui dessine son profil idéal. De ce point de vue, la figure du militaire est fondamentale. Comme je l’ai signalé précédemment, le journal propose une vision guerrière de la réalité. Il s’agit de susciter l’engagement, de faire en sorte que les alpinistes nationalistes deviennent les « soldats de l’idéal »38, les héros de la cause, ceux qui dirigent la croisade pour la reconquête de la « terre sainte », l’Euzkadi. Ce type de représentation apparaît, en particulier, lorsque des mendigoxales meurent dans des affrontements contre des militants socialistes :

  • 39  Ibid., mars 1932, p. 10.

Mendigoxales, vous qui vous êtes volontairement engagés dans notre armée […] il est de notre devoir, en tant que soldats, de déclarer la guerre à nos ennemis, afin de défendre nos vies et celles de nos frères […]. Soyez prêts mendigoxales et, si cela s’avère indispensable, partons au front39.

21Dans certains cas, l’hebdomadaire va chercher ses références dans l’histoire ancienne et réactualise les combats de gladiateurs, des guerriers esclaves dont le courage doit inspirer les alpinistes nationalistes :

  • 40  Ibid., 21 mai 1932, p. 6.

Nous, les mendigoxales qui allons mourir, nous vous saluons et nous invitons tous les patriotes à mourir40.

  • 41  Ibid.

22Le martyr incarne ainsi l’icône suprême, un idéal de vie auquel doit aspirer chaque mendigoxale. Ceux qui se sont immolés sur l’autel de la patrie montrent l’exemple à suivre, puisqu’ils peuvent enfin contempler, depuis le ciel, « la patrie avancer d’un pas ferme vers la liberté »41 :

Mendigoxale ! […]

  • 42  Ibid., 4 juin 1932, p. 1.

Suivons la route qu’ils nous ont tracée sans hésiter un seul instant. […] Offrir notre vie à la patrie est un devoir qui concerne tous les soldats de l’armée basque. […] Si la patrie a besoin de martyrs, nous qui sommes une multitude de jeunes, nous sommes disposés à donner nos vies42.

  • 43  Ibid., 30 avril 1932, p. 3.

23L’image du martyr va de pair avec celle du missionnaire ou du prêtre, dont l’obligation est de « prêcher sans cesse, non pas aux étrangers, mais aux frères », les « vérités » de Sabino Arana43. Cette image est essentielle dans la définition du comportement idéal du mendigoxale. C’est en effet autour d’elle que le journal organise sa représentation de l’alpiniste nationaliste. Toutefois, comment prêcher si l’on est incapable de prendre la parole en public ? En tant que porte-parole du nationalisme basque, le mendigoxale doit savoir transmettre la doctrine et convaincre l’auditoire. Il doit donc être un bon orateur, fonction pour laquelle le journal livre de précieux conseils :

  • 44  Ibid., 7 mai 1932, p. 10.

Le discours doit être adapté à celui qui le prononce, c’est-à-dire, être en relation premièrement avec son âge ; deuxièmement avec l’autorité que lui confèrent sa position et sa réputation ; troisièmement avec le type de talent que manifeste l’orateur […]. Chacun doit étudier ses qualités personnelles […] et y adapter le sujet, le style, le geste et le ton de sa voix.44

24Parallèlement à l’insistance sur ces stratégies rhétoriques, Mendigoxale incite les alpinistes nationalistes à apprendre le basque. Ils doivent être bascophones, car leurs activités les conduisent à s’adresser à des populations qui, fréquemment, ne parlent pas l’espagnol. De plus, ils ne doivent pas alimenter la prétendue politique de « débasquisation » que pratiquerait l’Espagne. Pour cette raison, le journal publie les consignes suivantes, consignes à appliquer en zone bascophone :

  • 45  Ibid., 16 avril 1932, p. 5.

Vous devez employer dans vos contacts avec les habitants uniquement la vénérable langue de nos ancêtres, le basque. Démontrez à travers cela que notre amour à notre caractéristique raciale la plus remarquable n’est pas une imposture. Il n’est pas prudent, non plus, de diffuser dans la zone bascophone des tracts en espagnol, car parfois ils produisent des confusions lamentables45.

  • 46  Ibid., 30 avril 1932, p. 3.

25Les montagnards et les paysans sont bien évidemment les principales cibles de la propagande des mendigoxales. Néanmoins, le journal conseille aux alpinistes de débuter leur action par l’endoctrinement de leur propre famille. Les enfants doivent faire l’objet d’une attention toute particulière. Le mendigoxale doit avoir un comportement patriotique exemplaire, pour qu’ils imitent en tout point le comportement de leur père. Ainsi se mettra en place le processus de création de l’« homme totalement nationaliste », indispensable à la libération de la patrie46. Pour parvenir à la création de l’homo patrioticus, l’hebdomadaire publie des articles décrivant la méthode à employer pour endoctriner les enfants. Après avoir conseillé de les diviser en fonction de leur niveau et de leur âge, Mendigoxale affirme :

Dans la mesure où le gastetxu [l’enfant] doit devenir un authentique nationaliste, il est indispensable d’assurer dans chaque groupe une formation tant religieuse que patriotique.

  • 47  Ibid., p. 6.

S’agissant du premier point, il convient de compléter l’enseignement du catéchisme par un peu d’apologétique […]. Après le catéchisme […] consacrez dix minutes à l’histoire basque et un peu moins à la géographie […] Et enfin, réservez quelques minutes aux informations ‘nationales’ les plus importantes […]. N’importe quel mendigoxale peut accomplir cette tâche […] il lui suffit d’étudier, de s’appliquer quelque peu et de se sacrifier47.

  • 48  Cf. Thiesse, Anne-Marie, La création des identités nationales. Europe XVIII-XX siècles, Paris, Seu (...)
  • 49  Mendigoxale, 19 février 1932, p. 7.
  • 50  Ibid., p. 9.
  • 51  Faire de la patrie .
  • 52  Mendigoxale, 19 février 1932, p. 9.

26L’image du bon père de famille est donc intimement liée à celle du professeur, qui ne recule devant aucune difficulté pour transmettre la « vérité ». Il existe dans ces deux représentations une dimension altruiste, qui est au cœur du message que diffuse le journal : le mendigoxale doit savoir se sacrifier pour la patrie, sans rien attendre en retour. L’altruisme est également présent dans une autre représentation que véhicule l’hebdomadaire: celle du botaniste, qui lutte désespérément pour préserver une nature nationale en voie de disparition. Comme le rappelle Anne-Marie Thiesse, il s’agit d’une représentation traditionnelle, que l’on retrouve dans la plupart des nationalismes et, en l’occurrence, au sein du nationalisme basque48. Cependant, il convient de souligner que le mendigoxale s’intéresse également aux plantes locales, pour engranger les connaissances indispensables à l’enseignement de la botanique au sein de l’université basque49, institution que de nombreux nationalistes à l’époque espèrent fonder rapidement. L’activité des mendigoxales s’inscrit donc en permanence dans des projets plus vastes et ne se limite pas à la botanique. Comme le signale le journal, l’alpiniste nationaliste doit être aussi un ethnologue, qui répertorie les us et coutumes basques menacés par l’industrialisation, ainsi qu’un archéologue, qui apporte sa contribution à l’étude d’un passé lointain, période au cours de laquelle l’Euzkadi n’était pas encore « asservie » par l’Espagne50. Le mendigoxale puise ainsi dans le passé les éléments indispensables à la remise en question du présent, et enrichit l’édifice idéologique du nationalisme basque. Il adopte en outre un comportement en parfait accord avec la stratégie du PNV, un parti-communauté qui ne cesse de rappeler à ses militants l’une de ses principales devises : « hacer patria »51. En effet, à travers ses activités pseudo scientifiques, l’alpiniste s’approprie l’histoire, la musique, les chants, les danses et les jeux traditionnels de la région. Par la suite, il les retransmet aux populations, après sélection des éléments les plus utiles à la réalisation de son objectif52. Dès lors, il devient un vecteur de la « basquité », c’est-à-dire d’une certaine vision de l’identité locale, fortement influencée par le nationalisme basque. Cette construction se convertit en un instrument de propagande, que le mendigoxale utilise pour charmer les habitants de la région, tel le joueur de flûte de Hameln, personnage de la tradition orale allemande popularisé par le conte des frères Grimm. Cependant, tandis que ce musicien est présenté comme un étranger à la ville de Hameln, dans Mendigoxale, cette figure incarne en revanche celui dont émane l’âme de la communauté et auquel tous se rallient :

Envahi par la joie que lui transmet la nature au petit matin, le mendigoxale, saint de corps et d’esprit […] chante.

  • 53  Danse traditionnelle basque, dans laquelle les danseurs sont munis d’épées.
  • 54  Flûte traditionnelle basque.
  • 55  Mendigoxale, 19 février 1932, p. 9.

Et quel que soit l’endroit par lequel il passe, il diffuse, à travers les intonations de sa voix, des fragments de l’âme basque, qui troublent l’âme du baseritar [paysan]. Puis, […] c’est au tour de la espatadantza53 d’attirer l’attention de l’innocent villageois, tandis que les notes aiguës du txistu54 […] l’exaltent et le stimulent, en lui transmettant une énergie et un enthousiasme hors du commun. Un sentiment étrange et indéfinissable, sans doute l’instinct, le pousse vers le mendigoxale, qui l’a ému avec ses chants et la espatadantza. C’est à ce moment-là que le mendigoxale accomplit sa tâche principale, en faisant connaître les doctrines de Sabino […] et dans chaque poitrine basque s’enflamme un brasier de magnifique espérance, à jamais incandescent55.

  • 56  Ibid., 7 mai 1932, p. 6.

27Cet envoûtement qu’exerce en théorie le mendigoxale est amplifié par un comportement exemplaire, un mode de vie qui exalte la pratique du sport et qui ne saurait, en conséquence, tolérer le moindre excès56. Les alpinistes sont appelés à devenir une élite sociale. Pour séduire leurs compatriotes, ils doivent être un modèle, fondé sur le respect des convenances. On voit ainsi à quel point le journal tente de façonner les mendigoxales à partir d’une vision bourgeoise de l’individu :

La bonne humeur doit le caractériser, la bonne humeur ne s’exprime pas par des cris intempestifs, ni par des chants dissonants.

  • 57  Ibid., 16 avril1932, p. 4.

La retenue et la correction doivent être de règle à tout moment ; les activités du mendigoxale incluent la conversation décente, la connaissance de la langue natale, les danses agiles et vigoureuses de la race, la nourriture frugale et, dans la mesure du possible, l’abstinence d’alcool. […] Toute personne qui désire servir sa patrie comme le mendigoxale doit renoncer aux insultes, aux histoires grossières et au manque de respect57.

  • 58  Ibid., 7 mai 1932, p. 12.

28Pourtant, une partie des mendigoxales semble ne pas toujours appliquer ces directives. A plusieurs reprises, des articles dénoncent le comportement de nombreux alpinistes, qui porte atteinte à l’organisation58. Face à cette situation, le journal n’hésite pas à publier des appels à la discipline, dont le contenu est sans équivoque :

  • 59  Ibid., 16 avril 1932, p. 5.

Discipline avant tout, […] celui qui ne peut appliquer les ordres de ses chefs doit rester chez lui, car il ne peut servir dans le corps des mendigoxales en tant que soldat de la Patrie […]. Le mendigoxale doit appliquer exactement et sur-le-champ tous les ordres qu’on lui donne. Celui qui hésite ne remplit pas son devoir et il est donc préférable qu’il quitte les rangs de l’armée basque59.

29Ce type d’intervention est révélateur, d’une part, de la portée limitée de l’hebdomadaire dans sa fonction formatrice et, d’autre part, des difficultés qu’éprouve l’organisation face à l’afflux considérable de nouveaux alpinistes. Ce dernier point est confirmé en septembre 1932 par un article publié par le journal Jagi Jagi, qui devient, après la disparition de Mendigoxale, le porte-parole de la fédération :

  • 60  Jagi Jagi, 24 septembre 1932, p. 3.

Aujourd’hui, il faut reconnaître que l’avalanche de patriotes qui s’est produite après la dictature a été si soudaine et importante, qu’il a été difficile d’assurer l’éducation de ces masses, lesquelles, par ailleurs, ne connaissaient pas, en général, les plus élémentaires devoirs des nationalistes. […] Nous pensons […] qu’il faut enseigner en priorité à toute cette formidable jeunesse les obligations qu’entraîne notre idéal et ce que signifie être nationaliste, un nationaliste qui se livre corps et âme à la cause60.

30Ces difficultés sont sans aucun doute à l’origine des priorités didactiques que se donne Mendigoxale. Face à l’accroissement du nombre d’adhérents et au manque de structures, les autorités ont privilégié un système de formation « par correspondance », même si le but recherché n’est pas toujours atteint. Dès lors, on peut penser que l’orientation générale de Mendigoxale aurait été fort différente, si la fédération n’avait pas eu à affronter des problèmes d’encadrement.

III. La montagne, un intérêt secondaire

31Nous touchons là ce qui pourrait apparaître comme l’un des paradoxes majeurs de ce journal, qui était censé s’adresser en priorité à un lectorat d’alpinistes. Si l’on étudie les articles qu’il publie, le nombre de textes consacrés à l’alpinisme est insignifiant (8%), alors qu’il s’agissait supposément d’une activité consubstantielle à l’identité des mendigoxales. A la lecture de nombreux passages, ce sport n’apparaît que comme une pratique d’ordre secondaire :

Le mendigoxale, tel que les nationalistes basques le conçoivent, n’aime pas la montagne pour la montagne […], il ne fait pas de l’escalade […] pour avoir le plaisir de se plonger dans les beautés de la nature.

  • 61  Mendigoxale, 19 février 1932, p. 10.

Le mendigoxale est alpiniste par patriotisme, il est le Basque patriote qui aime notre terre parce qu’elle a été la protectrice de notre race pendant des siècles […]. Le mendigoxale escalade les sommets […] pour ressentir le plaisir inexplicable d’être envoûté par la terre belle et endolorie61.

  • 62  Ibid., 2 avril 1932, p. 4.
  • 63  Cf. Thiesse, Anne-Marie, op. cit., p. 252.

32Les mendigoxales se veulent une « école du patriotisme » et, bien que l’Euzkadi soit terre de montagnes, le sommet à atteindre est non pas physique, mais mythique : il symbolise « la liberté de notre chère Euzkadi »62. Comme l’explicite Anne Marie Thiesse à propos des sociétés de protection de la nature du début du XXe siècle63, la montagne fait partie intégrante du patrimoine identitaire et certains groupes d’alpinistes la parcourent non seulement pour le plaisir du sport, mais aussi parce qu’elle incarne la puissance historique de la nation. Ce type de représentation est perceptible dans Mendigoxale :

  • 64  Mendigoxale, 23 avril 1932, p. 5.

Pour tout Basque, les montagnes ont, pour ainsi dire, quelque chose de ‘familier’. Elles sont les gigantesques remparts qui contemplèrent la retraite des Celtes, des Carthaginois, des Romains, des Goths, des Arabes et des Castillans. Elles assistèrent à l’arrivée des armées les plus puissantes de l’univers et, peu après, elles contemplèrent leur débâcle désespérée. […] Les montagnes, qui prêtèrent leur voix à la race, conservent le secret de nombreux chapitres de l’histoire64.

33L’orientation éditoriale du journal est donc en parfait accord avec l’importance que revêtent l’idéologie et la politique chez les mendigoxales. Comme eux, l’hebdomadaire se construit autour du nationalisme basque. D’ailleurs, ce mouvement identitaire est à tel point une source d’inspiration, que son interprétation de la réalité locale imprègne l’ensemble des articles consacrés à la montagne et aux randonnées des alpinistes. De fait, certaines descriptions des montagnes basques font allusion à la dégénérescence que la prétendue invasion de l’Espagne aurait provoquée au Pays basque ­­­­:

  • 65  Ibid., 4 juin 1932, p. 3.

Cette montagne de Garobel contient dans sa toponymie beaucoup de noms qui ont totalement dégénéré en raison de l’influence erdérica [espagnole], et d’autres qui sont entièrement erdéricos et que les nouvelles générations emploient depuis peu, parce que leur véritable nom basque a été oublié65.

34Dans d’autres articles, les randonnées en montagne et l’activité des mendigoxales réjouissent une nature basque persuadée de l’imminence de sa libération :

La splendide nature vous sourit et l’arôme parfumé de la montagne provoque en vous un profond bien être. […] Un ruisseau argenté, l’ombre accueillante d’un arbre et vous vous préparez à manger, après avoir distribué tous les tracts.

  • 66  Ibid., février 1932, p. 3.

Le soleil se couche, les derniers rayons embrassent respectueusement les pics des montagnes de l’Euzkadi, en vous adressant un ‘au revoir’ chargé d’espérance, un ‘à très bientôt’, et débordant de jeunesse, vous prenez le chemin du retour […] une grande joie vous envahit, parce que vous êtes devenu le digne fils de l’Euzkadi66.

  • 67  Ibid., 7 mai 1932, p. 3.
  • 68  Cf. Thiesse, Anne-Marie, op. cit., p. 250.

35Enfin, il arrive parfois que l’alpinisme soit délaissé au profit d’articles évoquant des excursions consacrées à la célébration d’un événement important (la mort de Sabino Arana par exemple) ou à l’inauguration d’un batzoki, dans un village reculé de la campagne basque67. Ainsi, la montagne est un support que le journal met au service de l’endoctrinement. Les textes qui lui sont dédiés ont pour objectif d’enseigner au lecteur ce qu’il faut faire, « voir et éprouver », à l’instar des écrits de nombreuses associations européennes d’alpinistes, publiés au cours de cette période68.

  • 69  Mendigoxale., 19 février 1932, p. 10.
  • 70  Ibid., 4 juin 1932, p. 3.

36Le thème de la montagne n’étant pas un axe éditorial prioritaire, il est supplanté par des informations sur l’actualité du Pays basque. Différents sujets sont abordés : les conflits avec le gouverneur civil de la Biscaye, les heurts entre les militants socialistes et nationalistes, les divergences entre le PNV et la droite à propos de l’avenir politique de la région, et la campagne pour l’instauration de l’autonomie basque. Ces articles ne sont pas, toutefois, de longues analyses ou de simples présentations des événements. Ils revêtent en général un caractère polémique et s’attaquent ouvertement à l’ennemi politique, comme l’illustre parfaitement le contenu de la section intitulée « Naskaldija » (« saleté »). En ce qui concerne les autres rubriques, elles sont également très orientées par le nationalisme. Les articles à caractère social dénoncent par exemple la situation difficile des ouvriers basques69. Quant aux écrits consacrés à la culture, ce sont essentiellement des études sur les blasons de la région70, qui soulèvent la question de la pureté raciale des Basques. L’idéologie est si omniprésente, qu’elle transparaît même dans certaines publicités :

Vente en gros et au détail de foulards nationalistes patentés.

Une Exclusivité de cette maison.

MENDIGOXALES

Des pantalons créés spécialement pour vous.

Chez Ricardo Bengoa

  • 71  Ibid., 19 février 1932, p. 8.

Belosticalle, 271

  • 72  Ibid., p. 9.

37En définitive, le caractère particulièrement engagé du journal souligne à quel point il a pour véritable et unique préoccupation le Pays basque et sa situation politique. Mendigoxale a été créé pour être au service de la croisade nationaliste et refléter les orientations et les inquiétudes des mendigoxales72. De fait, tout au long de son existence, il demeure fidèle à cette ligne éditoriale qui ne laisse aucune place à l’ambiguïté.

Haut de page

Notes

1  Arana Goiri, Sabino, « Efectos de la invasión », Antología de Sabino Arana. Textos escogidos del fundador del nacionalismo vasco, San Sebastián, Roger, 1999, p. 301.

2 Ibid., « ¿Qué somos? », p. 270.

3 Ibid., « Conócete a ti mismo », p. 375.

4  Jusqu’aux années trente, le nom de cette organisation s’orthographiait mendigozales.

5  Cf. De Pablo, Santiago, Mees, Lugder, Rodríguez Ranz, José A., El péndulo patriótico. Historia del Partido Nacionalista Vasco, I : 1895-1936, Barcelona, Crítica, 1999, p. 105.

6  Cf. García, Lorenzo Sebastián, « ‘Euzkadi Mendigoxale Batza’ durante la guerra civil española (1936-1939 », Cuadernos de Sección Historia Geografía, n° 23, 1995, p. 339.

7  Cf. Estomba, Fernando, De Pablo, Santiago, « Deporte y sociedad en el País Vasco durante la II República : de diversión amateur a espectáculo profesional », Revista Cuadernos de Alzate, n° 27, 2002, p. 155-177.

8  Cf. De Pablo, Santiago, Mees, Lugder, Rodríguez Ranz, José A., op.cit., p. 181.

9  Cf. Bizkatara, 23 mai 31, p. 9.

10  En 1930, les indépendantistes et les autonomistes mettent un terme au conflit qui durait depuis plus de neuf ans. Au mois de novembre, la réunification a lieu à Vergara. La nouvelle organisation porte le nom de PNV. Toutefois, cette alliance provoque une nouvelle scission. Certains militants estiment que les aspects religieux et racistes du nationalisme basque doivent disparaître. Face à l’opposition des dirigeants, ils créent le 30 novembre 1930 Acción Nacionalista Vasca (ANV), parti qui aura peu d’impact et ne sera jamais une menace pour le PNV.

11  Cf. García, Lorenzo Sebastián, op. cit., p. 343.

12  Cf. Granja, José Luis de la, « Mendigoxale », Enciclopedia General Ilustrada del País Vasco, Editorial Auñamendi, Vol XXVII, p. 504-505.

13  Cf. Tapiz, José María, El PNV durante la II República. Organización interna, implantación territorial y bases sociales, Bilbao, Fundación Sabino Arana, 2001, p. 357.

14  Cf. Granja, José Luis de la, op. cit., p. 505.

15  De 1930 à 1932, cette fonction était assurée par l’hebdomadaire Bizkatara.

16  Mendigoxale, 7 mai 1932, p. 6.

17  Ibid., 2 avril 1932, p. 3.

18  Ibid., 23 avril 1932, p. 3.

19  Ibid., 30 avril 1932, p. 3.

20  Ibid., 2 avril 1932, p. 2.

21  Ibid., 4 juin 1932, p. 2.

22  Ibid., 19 février 1932, p. 5.

23  Devise du nationalisme basque : « Jaungoikua eta Lagi-Zarra », « Dieu et la Vieille Loi ».

24  Mendigoxale, 19 février 1932, p. 5.

25  Centre nationaliste à partir duquel s’organise l’action du PNV dans les différentes localités du Pays basque.

26  Mendigoxale, 4 juin 1932, p. 6.

27  Ibid., 9 avril 1932, p. 2.

28  Cf. Anderson, Benedict, Imagined Comunities, Londres, Verso, 1983 ; pour la traduction française de Pierre-Emmanuel Dauzat : L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor de la nation, La Découverte, 1996.

29  Ibid., p. 46.

30  Mendigoxale, 16 avril 1932, p. 3.

31  Ibid., 19 février 1932, p. 12.

32  Ibid., 30 avril 1932, p. 1.

33  Tapiz, op. cit., p. 362.

34  Cf. Granja, José Luis de la, Nacionalismo y II República en el País Vasco, Madrid, Siglo Veintiuno, 1986.

35  Mendigoxale, 16 avril 1932, p. 5.

36  Ibid., 28 mai 1932, p. 6.

37  Ibid., 23 avril 1932, p. 1.

38  Ibid., 19 février 1932, p. 3.

39  Ibid., mars 1932, p. 10.

40  Ibid., 21 mai 1932, p. 6.

41  Ibid.

42  Ibid., 4 juin 1932, p. 1.

43  Ibid., 30 avril 1932, p. 3.

44  Ibid., 7 mai 1932, p. 10.

45  Ibid., 16 avril 1932, p. 5.

46  Ibid., 30 avril 1932, p. 3.

47  Ibid., p. 6.

48  Cf. Thiesse, Anne-Marie, La création des identités nationales. Europe XVIII-XX siècles, Paris, Seuil, 1999.

49  Mendigoxale, 19 février 1932, p. 7.

50  Ibid., p. 9.

51  Faire de la patrie .

52  Mendigoxale, 19 février 1932, p. 9.

53  Danse traditionnelle basque, dans laquelle les danseurs sont munis d’épées.

54  Flûte traditionnelle basque.

55  Mendigoxale, 19 février 1932, p. 9.

56  Ibid., 7 mai 1932, p. 6.

57  Ibid., 16 avril1932, p. 4.

58  Ibid., 7 mai 1932, p. 12.

59  Ibid., 16 avril 1932, p. 5.

60  Jagi Jagi, 24 septembre 1932, p. 3.

61  Mendigoxale, 19 février 1932, p. 10.

62  Ibid., 2 avril 1932, p. 4.

63  Cf. Thiesse, Anne-Marie, op. cit., p. 252.

64  Mendigoxale, 23 avril 1932, p. 5.

65  Ibid., 4 juin 1932, p. 3.

66  Ibid., février 1932, p. 3.

67  Ibid., 7 mai 1932, p. 3.

68  Cf. Thiesse, Anne-Marie, op. cit., p. 250.

69  Mendigoxale., 19 février 1932, p. 10.

70  Ibid., 4 juin 1932, p. 3.

71  Ibid., 19 février 1932, p. 8.

72  Ibid., p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernández, « Presse nationaliste basque et alpinisme : le journal Mendigoxale (1932) », Amnis [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 12 mai 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://amnis.revues.org/1084 ; DOI : 10.4000/amnis.1084

Haut de page

Auteur

Severiano Rojo Hernández

Université de Bretagne occidentale. Brest

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org