Navigation – Plan du site

L’Alpine Journal, une revue savante entre maintien de la tradition et tentation du modernisme 1863-2004

Michel Tailland

Texte intégral

  • 1  C.E. Engel les définit comme une «...société très fermée, composée de tous les meilleurs alpiniste (...)
  • 2  Il en était déjà question dans la lettre du 1er février 1857 de Matthews à Hort dans laquelle il e (...)
  • 3  Lettre de John Ball à William Longman, citée par M. TAILLAND, Les alpinistes victoriens, Presses u (...)
  • 4  Le Volume I (1859) dirigé par John Ball, premier président du Club.  Les Volumes II (1ere série) e (...)
  • 5  Voir M.TAILLAND, op. cité, p. 162.

1Dans les mois qui précédèrent la création de l’Alpine Club en décembre 1857, il avait été suggéré que la future société serait, non seulement destinée à promouvoir un nouveau sport, mais également, et cela coulait de source pour un club dont les membres appartenaient tous à l’élite sociale et intellectuelle du pays1, à assurer la diffusion d’une connaissance relative à la montagne. A ce titre, les membres du club étaient invités à présenter des communications pendant les réunions mensuelles2. Très rapidement les limites de ce type de fonctionnement se feront sentir, et il fut décidé de passer à des productions écrites3. Ce seront les deux séries en trois volumes de Peaks, Passes and Glaciers entre 1859 et 18624. Ces publications de grande qualité n’eurent pas le caractère confidentiel que la faiblesse des effectifs du club auraient pu laisser supposer (le premier volume sera publié à 2500 exemplaires5, alors que la même année les membres du club sont seulement 123), mais obtiendront un succès public très large et diffuseront largement les récits des membres du club auprès d’un lectorat britannique attentif et d’une élite continentale cultivée et anglophile. Devant ces débuts encourageants, la publication d’une revue régulière, l’Alpine journal, fut entreprise à partir de mars 1863 sous la direction de H.B. George. Il écrivit la préface de ce premier volume qui est édifiante sur les buts recherchés :

  • 6  « It has...been resolved to establish a journal which shall...give an account of...proceedings, bu (...)

 Il a [...] été décidé de créer une revue afin de publier les procès verbaux des réunions du club, mais aussi des relations d’explorations en montagne, étendant ainsi à tous les membres de l’Alpine Club et au grand public en général des avantages qui jusqu’alors étaient l’apanage de ceux qui pouvaient assister aux assemblées du Club6.

  • 7  « It is intended to report all new and interesting mountain expeditions...in the Alps or elsewhere (...)

 Le but sera de relater toutes les expéditions en montagne, récentes et intéressantes, dans les Alpes ou ailleurs [...] des informations d’intérêt scientifique ou géographique [...] des critiques de livres ayant trait à la montagne [...]. Tous les articles seront écrits par des membres du club, mais une rubrique dédiée à des notes et des questions alpestres [...] sera ouverte à toute personne intéressée par le sujet [...]7.

  • 8   «...we may defer the prospect of the starvation of the Alpine Journal for want of matter...to som (...)

 [...] il nous faut repousser l’idée de la disparition de l’Alpine Journal par manque de matière [...] à une date bien au-delà de ce que nous pouvons imaginer8.

  • 9  « ...the Himalayas, which are daily becoming more accessible to enterprise, offer an unlimited fie (...)

[...] L’Himalaya qui devient chaque jour plus accessible aux assauts, offre un champ illimité à l’aventure et aux observations scientifiques, sans parler des nombreux sommets sur tous les continents que le pied des Anglais est un jour destiné à fouler9.

  • 10  A l’exclusion de toutes les notices annexes qui constituent une part non négligeable de la revue.
  • 11  Nombre de volumes (jusqu’en 2002) : 107. Nombre de numéros : 351. Nombre de rédacteurs en chef (ed (...)

2Si l’accès à l’Alpine Club est extrêmement restrictif, l’information que celui-ci entend diffuser s’adressera à un lectorat beaucoup plus large. Il s’agira non seulement de récits de courses et d’expéditions en montagne, ce qui est dans la logique d’un club de cette nature, de connaissances scientifiques, géographiques et culturelles, mais également d’assurer la publicité sur le fonctionnement institutionnel du club. Les Alpes, cela est clairement affirmé, constituent le terrain de jeu naturel des Anglais, mais également les très nombreuses chaînes du monde et l’on voit que le signal de l’aventure himalayenne est donné dès 1863. Le programme que le club se fixe est de conquérir les montagnes du monde, par conséquent dès l’origine l’espérance de vie de l’Alpine Journal se situe-t-elle dans une perspective à très long terme. Cette prévision s’est totalement vérifiée, puisque la revue a été publiée au long de ces 141 années sans interruption et avec une remarquable constance. Ainsi, près de 4000 articles10 auront-ils été livrés au public au long de cette période, répartis en 109 volumes et 353 numéros, sous la responsabilité successive de 19 rédacteurs en chef11.

  • 12  Tradition.
  • 13  La majorité des membres du Ladies’ Alpine Club vota en faveur de la fusion, mais cependant 37 memb (...)

3Ayant débuté sous l’égide d’une prestigieuse institution victorienne, la revue s’inscrit comme il se doit dans une longue tradition. Le sous-titre de l’Alpine JournalA record of mountain adventure and scientific observation est adopté dès le volume I , et sans interruption, il est toujours utilisé de nos jours. On peut cependant noter que pour quatre volumes de 1979 (volume 84) à 1982 (volume 87) une légère variante sera utilisée : A  record of mountain lore12 and  adventure and scientific observation. A partir de 1976 (vol. 81), soit l’année qui suivit la fusion de l’Alpine Club et du Ladies’ Alpine Club, on trouve également la mention en très petits caractères Incorporating the Journal of the Ladies’ Alpine Club, ce qui est certainement révélateur à la fois du poids inégal des deux clubs13 et de l’attitude paternaliste de l’Alpine Club vis à vis de son homologue féminin.

  • 14  On peut signaler une réduction d’épaisseur de la revue en 1941, à cause de governement regulations(...)

4Si une revue se caractérise avant tout par son contenu, c’est également un objet. Dans ce domaine, la présentation de l’Alpine Journal fait preuve d’un grand sens de la tradition. Les numéros se présentent sous une couverture cartonnée bleu pâle qui restera sensiblement la même du n° I  de 1863 au n° 318 de mai 1969, avec de légers changements de présentation (modernisation du graphisme) en 1936 à partir du volume 48, pendant la rédaction en chef de E.L. Strutt14.

  • 15  Il a été publié de 1954 à 1976, puis à nouveau depuis 1991.
  • 16  Groupe de Haute Montagne, qui constitue l’élite de l’alpinisme français.

5Les volumes qui regroupent plusieurs numéros sont publiés dans une belle couverture toilée, soit rouge avec des fers dorés, soit demi-basane (half leather ), puis toilée vert sombre et actuellement toilée bleu. La publication se fait au départ sous forme de deux volumes annuels comportant huit numéros, puis à partir de 1913, un seul volume annuel regroupant quatre numéros trimestriels. Enfin, à partir du numéro de mai 1969, suite à une décision prise par le club en 1968, année où le poids de la tradition semble devenir moins tolérable, la revue parait dans une présentation unique plus moderne « ...with an attractive photographic cover... », sous la forme d’un seul volume d’un numéro par an. Il faut également mentionner l’existence d’uneQuarterly newsletter, bulletin trimestriel de liaison du club qui permet de compenser la périodicité seulement annuelle de la revue. Depuis 1999, cette Quarterly Newsletter est publiée en ligne sur le site du club. Signalons également l’existence de Alpine Climbing, the ACG bulletin 15, (An attractive glossy magazine) journal de l’Alpine Climbing Group, qui est un peu l’équivalent du GHM français16.

  • 17  Panorama Monte Rosa and the Weisthor Ridge from the Pizzo Bianco, photo de W.F. Donkin (photogravu (...)
  • 18  Le Cervin vu du Riffel, photoglyptie, d’après une photo de Michelet, puis dans l’annuaire de 1875 (...)

6Plus que dans une tradition, l’iconographie s’inscrit volontairement dans une sorte de bon goût austère. Dès les débuts on y trouve des cartes en noir et blanc et en couleur. On y relève également d’abondantes gravures majoritairement en noir et blanc, plus rarement en couleur. Le représentant le plus illustre de cette tradition de gravure sur bois est Edward Whymper. La revue est agrémentée de photos en noir et blanc à partir du Volume XI, numéro LXXIX, de février 188317, ce qui dénote un certain retard sur les clubs continentaux car on trouve des photos noir et blanc dans l’annuaire du CAF dès le premier numéro de 187418 publié en 1875. Pour la photo, il faut citer le nom de William Frederick Donkin, talentueux pionnier britannique de la photographie de montagne, dont les productions illustrèrent la revue avant qu’il ne disparaisse dans le Caucase en 1888, en compagnie de H. Fox.

  • 19  Et celui de nombreux classiques de la littérature victorienne de montagne.
  • 20  A partir du volume 43 de 1931.
  • 21  William Spottiswoode était lui-même membre de l’Alpine Club. Sa mère était la soeur de l’éditeur W (...)

7La publicité est présente dès le premier numéro, d’abord pour des livres et des cartes, puis très rapidement celle pour le matériel et les hôtels devient la plus nombreuse. Sur ce point, il faut sans doute rendre justice à l’éditeur William Longman, membre fondateur de l’Alpine Club, d’avoir eu le souci d’apporter des recettes publicitaires nécessaires à la pérennité de la revue. C’est d’ailleurs la firme Longmans, qui après avoir été l’ « éditeur historique » des Peaks Passes and Glaciers19, restera pendant soixante-sept-ans ans celui du Journal, jusqu’en 1930, avant que le club lui-même ne se charge de sa publication20. Même constance en ce qui concerne l’imprimeur qui demeurera la maison Spottiswoode21 pendant quatre-vingt trois ans, de 1859 à 1942.

  • 22  Dans la rubrique « Guidance for contributors » Vol. 81, 1976, n°325, p. 301, on peut lire : The nu (...)

8Les photos en couleur font leur apparition en 1976, ce qui n’est pas une preuve de conservatisme éditorial, mais bien plutôt le constat de cruelles réalités économiques22, (l’Alpine Club payant sans doute le prix de son malthusianisme). Néanmoins, il aura fallu de nombreuses décennies pour voir de sensibles changements dans la présentation de l’Alpine Journal.

  • 23  Vol. II, 1865.
  • 24  Mélangés à d’autres articles à partir du volume V, 1870, (comme rubrique à part) à partir du volum (...)
  • 25  Vol. IX, 1878.
  • 26  Vol. XVII, 1895.
  • 27  Vol. I, 1863.
  • 28  Vol. V, 1871.Vol. IX, 1878.
  • 29  Vol. XXXIII, 1920.
  • 30  Vol. 76, 1971, (pas dans les Vol. 78 / 79). Cette rubrique est rédigée depuis cette date par C.A. (...)

9On peut également noter une grande constance et peu de changements profonds dans les rubriques qui composent la revue. Outre les articles de fond qui constituent l’essentiel de la matière, on trouve dès le départ un certain nombre de rubriques qui vont se maintenir au cours des années : Alpine notes, ainsi que Notes and queries23, qui sont une série de petits articles sur la montagne mais également sur des sujets de nature diverse, les Proceedings of the club24qui relatent la vie interne du club, la rubrique In Memoriam25 (notices nécrologiques), Correspondence26(courrier des lecteurs), les Reviews27, compte-rendus de lecture d’ouvrages ayant trait à la montagne (littérature de montagne, récits de courses et d’expéditions, guides, fiction, etc.). On y trouve également une rubrique annuelle « accidents »28 dès 1871, comme s’il s’agissait d’apporter une statistique objective sur le sujet qui permettrait de répondre aux nombreux détracteurs de l’alpinisme. On voit l’apparition d’une rubrique séparée « expeditions »29 en 1920 à partir du moment où l’Alpine Club se lance sérieusement dans la conquête de l’Everest et que se crée en 1921 le Mount Everest Comitee sous l’égide de l’Alpine Club et de la Royal Geographical Society. Enfin, beaucoup plus tard en 1971, apparaît une rubrique récurrente One hundred years ago30, chronique événementielle qui traduit une certaine forme de nostalgie par rapport à l’histoire de l’institution et de l’alpinisme.

  • 31  « Note sur la détermination de la hauteur d’une montagne inaccessible », Alpine Journal, vol. VI, (...)
  • 32  Il n’y avait d’ailleurs aucune raison qu’il n’en soit pas ainsi puisque le premier étranger fut él (...)
  • 33  Jusqu’à une date plus récente J.P. Zuanon, « An invitation to Mont Aiguille », Alpine Journal, vol (...)
  • 34  E.P.JACKSON, « A winter quartette », Alpine Journal, vol. XIV 1888-89, p. 200.
  • 35  W.A.B.COOLIDGE, « A day and night on the Bietschhorn », Alpine Journal vol. VI 1872-74, p. 114.
  • 36  « ...the authors of accepted contributions should be fairly paid », Lettre de John Ball à William (...)
  • 37  Les « Notes for contributors » de l’Alpine Journal indiquent clairement : « It is regretted that t (...)

10Au départ, seuls les membres du club sont habilités à écrire des articles, mais les non-membres sont autorisés à publier dans la rubrique Alpine notes and queries. Assez rapidement cette règle sera levée et le premier non-membre étranger à publier dans les colonnes de l’Alpine Journal semble avoir été le Comte de Saint Robert31 en 1872, tradition qui perdurera permettant à des non-membres ou des étrangers notables32 de s’exprimer dans les pages du journal. Ce phénomène apparaît comme la modeste expression de la circulation des connaissances au sein des élites européennes. On y retrouvera ainsi des articles d’Henri Cordier, Henri Duhamel, Maurice de Dechy, Henri Brulle, Henri Russell33. En revanche, il faut attendre le volume XIV de 1888-89, pour qu’une femme, Mrs E.P. Jackson, soit autorisée à publier un article dans la revue déjà prestigieuse34 dirigée à l’époque par Coolidge. En réalité, quinze ans auparavant, une autre femme avait déjà écrit un article35 dans l’Alpine Journal, mais Margaret Brevoort n’avait pu le faire qu’en faisant signer l’article par son neveu W.A.B. Coolidge. On comprend aisément que celui-ci n’avait pas tout-à-fait la même vision de l’alpinisme féminin que ses prédécesseurs. La brèche étant ouverte, d’autres femmes talentueuses prendront la suite, Mrs Main (Aubrey Leblond), Mrs Bullock-Workman, Gertrude Bell et plus tard encore Claire-Eliane Engel, Miriam Underhill ou Cicely Williams. Signalons enfin que si, au début, les auteurs d’articles étaient payés36, il y a bien longtemps qu’ils ne le sont plus37.

  • 38  Président 1893-95.
  • 39  Président 1914-17.
  • 40  Coolidge semble avoir été le premier à fournir une réflexion sur des normes concernant l’Alpine Jo (...)

11La direction de la revue aura été assurée par dix-neuf rédacteurs en chef (voir annexe, p. ). Parmi eux, on relève des noms particulièrement prestigieux comme Leslie Stephen, figure idéale de l’alpiniste victorien, Douglas W. Freshfield, qui fut président de l’Alpine Club38 ainsi que de la Royal Geographical Society39, W.A.B. Coolidge40 et Martin Conway. Il faut cependant noter que la notoriété alpinistique du rédacteur en chef n’est pas nécessairement un gage de compétence en ce qui concerne la qualité du journal. Le renouvellement des fonctions semble s’être fait selon des périodicités variables, mais sur des durées assez longues pour que la maîtrise du journal ne soit pas superficielle. C’est George Yeld qui eut la plus longue responsabilité, (seul de 1896 à 1919, puis conjointement avec Percy Farrar de 1920 à 1926, soit trente ans au total). Trois rédacteurs en chef ont occupé le poste pendant onze ans, E.L. Strutt, H.E.G. Tyndale et Edward C. Pyatt. Au total  douze d’entre eux  seront restés cinq ans ou plus, un seul moins de trois ans, Martin Conway (en 1894 et 1895). Il faut également citer le nom de Johana Merz, seule femme a avoir eu cette charge entre 1992 et 1997 et qui a à mon sens renouvelé la tonalité de la revue. L’accès aux fonctions est assuré par le conseil d’administration du club (« commitee »), sans qu’il soit besoin que la nomination soit entérinée par l’assemblée générale. Bien que les prérogatives du rédacteur soient importantes en matière d’acceptation ou de correction des manuscrits, il est difficile de faire la part de la personnalité de celui-ci dans la teneur des numéros de l’Alpine Journal dont il est responsable. Il est cependant manifeste que chacun d’entre eux  aura cherché à maintenir la revue dans la tradition en évitant les ruptures brutales.

  • 41  Qui marque un tournant important dans l’alpinisme britannique. En effet outre le fait que la guerr (...)
  • 42  La première réflexion de fond sur l’histoire du club et de l’alpinisme avait été écrite par Willia (...)

12Même si les débuts de l’Alpine Journal sont encore marqués par l’esprit encyclopédique et une certaine tentation érudite qui va se maintenir, sur la période 1863-2002, le pourcentage  d’articles traitant de courses ou d’expéditions en montagne s’élève à  61,3% du total, ce qui affirme clairement les orientations du club comme une société de montagne et d’alpinisme en ne perdant jamais l’aspect culturel de vue, car on trouve en moyenne près de 40% d’articles autres. Certains volumes présentent un pourcentage plus élevé d’articles sur des courses, ce que l’on peut sans doute interpréter comme des périodes de grande activité sur le terrain, sans que ces poussées se prolongent sur de longues périodes (vol. I, vol. III, vol. XIV, vol. XVI). En revanche on trouve logiquement deux périodes de creux dans l’activité, correspondant respectivement à la Première Guerre mondiale41 (vol. XXIX, 1915 ; vol XXXIII, 1920) et à la Deuxième (vol. 51, 1939 ; vol. 57, 1950). Certains volumes présentent également de faibles pourcentages de récits de courses pour des raisons conjoncturelles, il s’agit en effet de numéros thématiques historiques42 comme par exemple le volume 62 (centenaire de l’Alpine Club), le volume 70 (centième anniversaire de l’accident du Cervin), ou bien encore les volumes 98 et 99 (quarantième anniversaire de la première de l’Everest).

13La géographie des courses et des expéditions n’est pas en elle-même une indication de l’activité des alpinistes sur le terrain, mais plutôt une manifestation des intérêts et des orientations de l’Alpine Club ainsi que des constances et des évolutions dans les terrains de jeu de l’alpinisme. Elle peut également apparaître comme une l’image que l’Alpine Club veut donner de lui-même et il est intéressant de s’y attarder. Le siècle et demi d’existence de la revue a été considéré sur trois périodes chronologiques qui présentent une cohérence à la fois sur le plan de l’histoire en général et celle de l’alpinisme en particulier.

  • 43  Pour la France, on trouvera par exemple des articles sur la Provence, mais également les Vosges ou (...)
  • 44  Scottish Mountaineering Club, Rucksack Club, etc.
  • 45  Même si des grimpeurs prestigieux comme W.P. Haskett-Smith s’illustrèrent particulièrement dans ce (...)

14La vocation mondiale exprimée dès la préface du premier numéro se vérifie dans les faits car, dès les débuts et sur toute la durée, on va trouver des articles relatant des courses ou des expéditions dans toutes les chaînes du monde y compris les plus modestes43 et la diversification commencée dès les débuts ira sans cesse en augmentant. En revanche, le faible pourcentage d’articles concernant des courses sur les reliefs des Iles britanniques pendant presque toute la période (ce qui n’est plus tout-à-fait exact depuis le début des années 1970), fait clairement apparaître un constant désintérêt de l’Alpine Club à cet égard : il laisse en effet à des clubs à vocation locale44 le soin de s’en occuper. Cela semble démontrer secondairement que pendant longtemps, l’escalade de rocher ne fut pas la préoccupation majeure de l’Alpine Club45. Elle fut, semble-t-il considérée comme une activité de gymnastes.

  • 46  Sur toute la période, les Pyrénées ne sont présentes qu’à un niveau anecdotique.
  • 47  Whymper pour les Andes de l’Equateur, Cecil Slingsby pour la Norvège, Freshfield pour le Caucase, (...)

15Pendant la première période chronologique (1859-1917), il n’est pas étonnant de constater que ce sont les Alpes46 qui se taillent la part du lion avec 67,4% du total des articles. Même si, à cette période, de nombreuses expéditions sont organisées en direction de l’Asie centrale et du Caucase qui totalisent 7,35% du corpus, c’est déjà l’Himalaya qui occupe la deuxième place avec 10,16% du total des relations. Il semble bien pour ces deux dernières destinations que les raisons alpinistiques se confondent avec des motivations d’ordre géopolitique. On trouve ensuite dans des proportions presque équivalentes des relations de courses ou d’expéditions dans les montagnes d’Amérique du Nord (3,74%), de Norvège (3,34%), d’Amérique du Sud (2,67%), de Nouvelle Zélande (2,81%), que l’on peut tout autant attribuer à une politique du club qu’à l’affirmation d’entreprises individuelles47.

  • 48  Comme J. Monroe-Thorington.

16Au cours de la deuxième période (1920-1953), si les Alpes restent en tête (40,86%), on voit bien que c’est l’Himalaya et plus particulièrement l’Everest qui devient la préoccupation majeure (23,88%). Les expéditions vers l’Asie Centrale et le Caucase en subissent sans doute la concurrence et descendent à 3,73%, de même que l’intérêt pour l’Amérique du Sud (1,87 %). En revanche, les récits de courses en Amérique du Nord (principalement dans les Montagnes Rocheuses) connaissent un regain d’intérêt (12,5%), ce que par contre on peut interpréter à la fois comme l’existence de relations étroites entre l’Alpine Club et l’American Alpine Club créé en 1901 et comme la présence de membres très actifs de ce dernier club au sein de l’Alpine Club48. La Nouvelle Zélande continue de susciter un grand intérêt là aussi en raison de relations suivies avec le New Zealand Alpine Club, contrairement à la Norvège qui n’inspire plus que 1,31% d’articles.

  • 49  Encore que l’Alpine Journal soit sans doute la revue la plus modérée dans l’expression de son nati (...)

17Durant la dernière période (1955-2002) et après le formidable exploit que constitue la première ascension de l’Everest, ce sont les articles sur des expéditions dans l’Himalaya qui vont constituer le plus fort pourcentage (36 %), loin devant les Alpes (17,85%), non pas que les Britanniques désertent les Alpes, mais simplement parce que les aventures des nombreuses expéditions himalayennes passionnent davantage le lectorat et exaltent davantage le nationalisme britannique49. Les expéditions en Asie Centrale et au Caucase retrouvent à-peu-près leur étiage de la première période (6,11%). En revanche, l’Amérique du Sud augmente considérablement (11,34%) sans doute en raison du formidable attrait de la Patagonie et de la Terre de Feu. L’Afrique avec 7,69% trouve un niveau jamais atteint.

  • 50  W.R. RICKMERS, « The alpine skee and mountaineering », Alpine Journal, vol. XXI, 1902-1903, p. 441
  • 51  E.RUSSELL-CLARCKE, « Moutaineering on ski », Alpine Journal, vol. XXIV, 1908-1909, p. 553.
  • 52  Ce qui est à peine plus que les articles sur la photographie pendant la même période.
  • 53  J.G.R.HARDING, « Ski mountaineering is mountaineering », Alpine Journal, vol. 103, 1998, p. 140.

18Si la première contribution concernant le ski apparaît dès 190250, on trouve très peu d’articles à ce propos y compris sur le ski de randonnée ou le ski alpinisme qui fait l’objet d’un article en 190851, comme si la position générale du club était une sorte d’indifférence à ce propos. Il faut attendre la fin des années soixante pour que l’on commence à en voir apparaître plus régulièrement, le ski semblant à présent digne d’intérêt (cela correspond à la période de démocratisation du ski et à l’apparition d’une nouvelle génération). Alors que le ski n’avait fait l’objet que de 17 articles ou notices entre 1859 et 196852, on peut en relever 43 entre 1969 et 2002 et il faut attendre 1998 pour trouver un article intitulé : « Ski mountaineering is mountaineering »53.  Sur ce point encore on peut constater que le problème du ski est dévolu à d’autres structures, notamment  le Ski Club of Great Britain créé en 1903.

  • 54  J.SOWERBY, « A tour in the Alps in 1800 », Alpine Journal, vol. VII, 1874-76, p. 431.

19S’ils sont bien loin d’être les plus nombreux, les articles historiques n’en constituent pas moins une veine importante. Le premier article intitulé « A tour in the Alps in 1800 » parut sous la plume du Révérend J. Sowerby54 dans le volume VII de 1874-76. A l’insu de l’auteur lui-même, il relie déjà l’histoire de l’alpinisme à la continuité du Grand Tour des élites britanniques. C’est à William Longman que revient le privilège d’avoir écrit la première réflexion de fond sur l’histoire de l’alpinisme et de la jeune institution, inaugurant ainsi une tradition d’historiens s’affirmant avant tout alpinistes qui s’interrogent tout autant sur le passé que sur l’évolution et le devenir d’un phénomène. On peut citer C.T. Dent, A.L. Mumm, plus tard J. Monroe-Thorington ou T.S. Blakeney. On peut également relever une deuxième catégorie d’articles dans laquelle l’histoire est abordée de manière plus factuelle ou même anecdotique. Enfin, on retrouve d’assez nombreux articles dans lesquels un membre du club devenu âgé relate ses souvenirs d’alpiniste plus jeune. Cette dernière catégorie de productions participe tout autant au maintien d’une tradition qu’à la transmission d’une mémoire collective.

  • 55  D’autant plus que Tyndall est membre de l’Alpine Club.

20La revue assure dès ses débuts un rôle de « formation » en permettant la diffusion de connaissances et la réflexion sur des sujets ayant trait à la technique alpine, à la diététique ou à la médecine d’altitude. Les  problèmes de cordes, de nœuds, de piolets et de crampons feront l’objet d’articles nombreux pendant la période victorienne et édouardienne en relatant les débats de l’ « Alpine Club Commitee on ropes and ice-axes », : par la suite, la revue continue de s’intéresser à ces problématiques. L’Alpine Journal n’élude pas les sujets polémiques lorsqu’ils apparaissent tout au long de son histoire, (alpinisme sans guide, hivernales, usage des crampons, escalade artificielle, ski alpinisme, compétitions etc.), mais on a le sentiment que tout est mis en oeuvre pour éviter les conflits, pour exprimer des positions prudentes et éviter de promouvoir ouvertement des pratiques dangereuses. Les articles sur la glaciologie ou la théorie des glaciers, nombreux dans les premières décennies55 seront progressivement laissés aux revues scientifiques. On trouve également un petit nombre d’articles consacrés à la flore, la faune et la géologie, sans que cela constitue une tendance lourde.  Très étonnamment, sur les trente dernières années l’écologie qui s’impose comme un débat majeur en Europe ne semble pas en constituer un pour l’Alpine Journal qui ne publie que de rares articles sur ce sujet. En revanche, le suivi de l’actualité de la littérature de montagne (sous toutes ses formes, historique, scientifique, récits de courses, fiction, poésie, guides etc.), est une constante depuis la naissance de l’Alpine Journal. De même, on peut constater un intérêt permanent pour la presse institutionnelle des autres clubs alpins, non seulement les plus grands, mais également les sociétés les plus confidentielles.

  • 56  Comme le New Zealand Alpine Journal qui va jusqu’à utiliser le même sous-titre, l’Himalayan Journa (...)
  • 57  Qui pour autant n’a pas toujours su éviter les périodes de sclérose.

21Ainsi s’affirme la dynamique pionnière de l’Alpine Journal dans son rôle d’ancêtre et de modèle des revues institutionnelles des clubs de montagne et d’alpinisme. Sans délibérément le chercher, il aura jeté les prémices d’un style d’écriture et influencé durablement la littérature de montagne. Selon les cas, ses imitateurs l’auront suivi de manière plus ou moins fidèle56. Mais presque toutes les revues auront subi son influence sur le fond et parfois même sur la forme (couverture, maquette, rubriques etc.) L’Alpine Journal est une production écrite d’une extrême richesse qui tout au long de son histoire a su éviter l’écueil d’une technique omniprésente et d’une culture strictement sportive. Elle peut être placée, par la variété des problématiques abordées et par la manière de les traiter, dans la catégorie des revues savantes. Par sa démarche elle contribue à ériger l’alpinisme en corpus scientifique et en phénomène culturel. Pendant plus d’un siècle, l’Alpine Journal, tout en relatant de manière quasi-exhaustive la conquête des montagnes, aura renvoyé l’image complexe d’une prestigieuse institution57. Il serait sans doute hâtif de ne voir que du conservatisme dans ce qui relève plutôt d’un trait typiquement britannique : le maintien des traditions. Les modifications assez importantes relevées à partir des années 1960, accélérées par la concurrence nouvelle d’une presse commerciale ainsi que par la mixité du club en 1975, dénotent un changement dans la nature de l’institution en raison de l’évolution du public, de ses pratiques et s’inscrivent dans une époque de rupture. Le monde est en mutation rapide et la Grande Bretagne n’échappe pas à la règle. Toutefois, l’Alpine Journal  maintient une tradition britannique basée sur sa sociabilité de club et son accès  par élection, ce qui contribue à conserver à la revue sa musique bien particulière, bien différente des traditions continentales marquées à présent par la démocratisation  des publics qu’elles fédèrent et leur plus grande réceptivité à l’évolution des pratiques.

22En conclusion, les éléments qui viennent d’être dégagés sur une période de près d’un siècle et demi permettent de retrouver des fonctions qui justifient pleinement l’existence de ce type de presse :

23les revues sont la vitrine de l’institution dont elles diffusent les réalisations au plan sportif, culturel, intellectuel et parfois scientifique.

24Elles sont également le bulletin interne et le témoin de la vie du club dont les strates accumulées constituent une mémoire.

25Elles ont une fonction normative en présentant la ligne « officielle » de l’institution et ses évolutions au fil du temps. A ce titre, l’Alpine Journal ne s’est jamais fixé comme objectif de promouvoir certaines pratiques, mais simplement d’en rendre compte.

26L’Alpine Journal et, au delà, la presse institutionnelle des clubs alpins constitue un magnifique corpus et une source de première main pour les chercheurs en histoire culturelle et sociale, reflet des sociétés dont ils sont l’émanation et dont ils accompagnent les évolutions.

Haut de page

Annexe

  

Liste des rédacteurs en chef de l’Alpine Journal

-Hereford B. George, 1863-67

-T. Graham Brown, 1949-1953

-Leslie Stephen, 1868-1872

-Francis H. Keenlyside, 1954-1961

-Douglas W. Freshfield, 1872-1880

-A. David M. Cox, 1962-1967

-William A.B. Coolidge, 1880-1889

-Alan Blackshaw, 1968-1970

- Arthur J. Butler, 1890-1893

-Edward C. Pyatt, 1971-1982

-Martin Conway, 1894-1895

-John Fairley, 1983-1986

-George Yeld, 1896-1919

-Ernst Sondheimer, 1987-1992

-George Yeld, Percy Farrar, 1920-1926

-Johanna Merz, 1992-1997

-Edward L. Strutt, 1927-1937

-Ed. Douglas 1998-2002

-Henry E.G. Tyndale, 1938-1948

-T. Graham Brown, 1949-1953

Haut de page

Notes

1  C.E. Engel les définit comme une «...société très fermée, composée de tous les meilleurs alpinistes du temps, hommes de grande culture, d’une éducation raffinée... », dans sa préface de Leslie STEPHEN, Le terrain de jeu de l’Europe, éd. V. Attinger, 1934, p. 19.

2  Il en était déjà question dans la lettre du 1er février 1857 de Matthews à Hort dans laquelle il entrevoyait  la publication  d’un volume annuel ou bisannuel.

3  Lettre de John Ball à William Longman, citée par M. TAILLAND, Les alpinistes victoriens, Presses universitaires du Septentrion, 1997, p. 160.

4  Le Volume I (1859) dirigé par John Ball, premier président du Club.  Les Volumes II (1ere série) et II (2e série) dirigés par E.S. Kennedy en 1862.

5  Voir M.TAILLAND, op. cité, p. 162.

6  « It has...been resolved to establish a journal which shall...give an account of...proceedings, but also contain...matter relating to mountain explorations, and...extend to all members of the Alpine Club and to the public in general, advantages which have hitherto been enjoyed only by those able to attend ...the meetings of the club ». 

7  « It is intended to report all new and interesting mountain expeditions...in the Alps or elsewhere...items of scientific and geographical knowledge...accounts of the new books treating of alpine matters...all the narratives ...will be written by members, but a section devoted to Alpine notes and queries...will be open to all persons interested in the matters...».

8   «...we may defer the prospect of the starvation of the Alpine Journal for want of matter...to some date beyond the scope of our calculations».

9  « ...the Himalayas, which are daily becoming more accessible to enterprise, offer an unlimited field for adventure and scientific observation, not to mention the numerous ranges in all parts of the world which the Englisman’s foot is some day destined to scale ».

10  A l’exclusion de toutes les notices annexes qui constituent une part non négligeable de la revue.

11  Nombre de volumes (jusqu’en 2002) : 107. Nombre de numéros : 351. Nombre de rédacteurs en chef (editors) : 19. Nombre total d’articles 1863-2002 : 3807 (sauf les rares numéros manquants à la bibliothèque du C.A.F.).

12  Tradition.

13  La majorité des membres du Ladies’ Alpine Club vota en faveur de la fusion, mais cependant 37 membres du L.A.C. démissionnèrent après la fusion. Johanna Merz, Year-Book of the Ladies’ Alpine Club index, 1907-1975, The Alpine Club Library, 2000, p. 5.

14  On peut signaler une réduction d’épaisseur de la revue en 1941, à cause de governement regulations. Il est d’ailleurs admirable que la revue ait continué de paraître pendant les bombardements de Londres, alors même que les archives du club ainsi que la bibliothèque avaient été réparties entre de nombreux membres du club.

15  Il a été publié de 1954 à 1976, puis à nouveau depuis 1991.

16  Groupe de Haute Montagne, qui constitue l’élite de l’alpinisme français.

17  Panorama Monte Rosa and the Weisthor Ridge from the Pizzo Bianco, photo de W.F. Donkin (photogravure Goupil, Paris-Londres).

18  Le Cervin vu du Riffel, photoglyptie, d’après une photo de Michelet, puis dans l’annuaire de 1875 par procédé de photolithographie.

19  Et celui de nombreux classiques de la littérature victorienne de montagne.

20  A partir du volume 43 de 1931.

21  William Spottiswoode était lui-même membre de l’Alpine Club. Sa mère était la soeur de l’éditeur William Longman, quant à la maison Eyre and Spottiswoode, elle était l’imprimeur officiel de la couronne.

22  Dans la rubrique « Guidance for contributors » Vol. 81, 1976, n°325, p. 301, on peut lire : The number of colour photographs which can be printed is extremely limited [...].

23  Vol. II, 1865.

24  Mélangés à d’autres articles à partir du volume V, 1870, (comme rubrique à part) à partir du volume X, 1880).

25  Vol. IX, 1878.

26  Vol. XVII, 1895.

27  Vol. I, 1863.

28  Vol. V, 1871.Vol. IX, 1878.

29  Vol. XXXIII, 1920.

30  Vol. 76, 1971, (pas dans les Vol. 78 / 79). Cette rubrique est rédigée depuis cette date par C.A. Russell.

31  « Note sur la détermination de la hauteur d’une montagne inaccessible », Alpine Journal, vol. VI, 1872-74, p. 414.

32  Il n’y avait d’ailleurs aucune raison qu’il n’en soit pas ainsi puisque le premier étranger fut élu à l’Alpine Club en 1859 (Hans Von Halwill) et le premier membre honoraire en 1861 (Bernard Studer), tous deux Suisses.

33  Jusqu’à une date plus récente J.P. Zuanon, « An invitation to Mont Aiguille », Alpine Journal, vol. 80, 1975, p. 83. « The Chartreuse », Alpine Journal, vol. 82, 1977, p. 120.

34  E.P.JACKSON, « A winter quartette », Alpine Journal, vol. XIV 1888-89, p. 200.

35  W.A.B.COOLIDGE, « A day and night on the Bietschhorn », Alpine Journal vol. VI 1872-74, p. 114.

36  « ...the authors of accepted contributions should be fairly paid », Lettre de John Ball à William Longman, M. TAILLAND, op. cité, p. 161.

37  Les « Notes for contributors » de l’Alpine Journal indiquent clairement : « It is regretted that the Alpine Journal is unable to offer a fee for articles published, but authors receive a complimentary copy of the issue of the Alpine Journal in which their article appears ».

38  Président 1893-95.

39  Président 1914-17.

40  Coolidge semble avoir été le premier à fournir une réflexion sur des normes concernant l’Alpine Journal, Alpine Club Archives, vol. B9.

41  Qui marque un tournant important dans l’alpinisme britannique. En effet outre le fait que la guerre marque un coup d’arrêt dans les courses en montagne, de nombreux grimpeurs prometteurs y seront tués ou blessés. La nouvelle génération qui prendra la suite quelques années plus tard, sera constituée d’alpinistes ayant fait leur apprentissage sur les rochers britanniques possédant ainsi une technique beaucoup plus assurée que les générations d’avant 1914, qui avaient abordé la montagne avec des guides, au cours de courses classiques dans les Alpes.

42  La première réflexion de fond sur l’histoire du club et de l’alpinisme avait été écrite par William Longman, « Modern mountaineering and the history of the Alpine Club », Alpine Journal, Vol. VIII, 1876-1878.

43  Pour la France, on trouvera par exemple des articles sur la Provence, mais également les Vosges ou le Jura.

44  Scottish Mountaineering Club, Rucksack Club, etc.

45  Même si des grimpeurs prestigieux comme W.P. Haskett-Smith s’illustrèrent particulièrement dans ce domaine.

46  Sur toute la période, les Pyrénées ne sont présentes qu’à un niveau anecdotique.

47  Whymper pour les Andes de l’Equateur, Cecil Slingsby pour la Norvège, Freshfield pour le Caucase, Green pour la Nouvelle Zélande, etc.

48  Comme J. Monroe-Thorington.

49  Encore que l’Alpine Journal soit sans doute la revue la plus modérée dans l’expression de son nationalisme.

50  W.R. RICKMERS, « The alpine skee and mountaineering », Alpine Journal, vol. XXI, 1902-1903, p. 441.

51  E.RUSSELL-CLARCKE, « Moutaineering on ski », Alpine Journal, vol. XXIV, 1908-1909, p. 553.

52  Ce qui est à peine plus que les articles sur la photographie pendant la même période.

53  J.G.R.HARDING, « Ski mountaineering is mountaineering », Alpine Journal, vol. 103, 1998, p. 140.

54  J.SOWERBY, « A tour in the Alps in 1800 », Alpine Journal, vol. VII, 1874-76, p. 431.

55  D’autant plus que Tyndall est membre de l’Alpine Club.

56  Comme le New Zealand Alpine Journal qui va jusqu’à utiliser le même sous-titre, l’Himalayan Journal, le Ladies’ Alpine Club Yearbook, etc.

57  Qui pour autant n’a pas toujours su éviter les périodes de sclérose.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1086/img-1.png
Fichier image/png, 477k
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1086/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Tailland, « L’Alpine Journal, une revue savante entre maintien de la tradition et tentation du modernisme 1863-2004 », Amnis [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 12 mai 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://amnis.revues.org/1086 ; DOI : 10.4000/amnis.1086

Haut de page

Auteur

Michel Tailland

Laboratoire BABEL
Université du Sud, Toulon Var

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org