Navigation – Plan du site

Du Bollettino del CAI à la revue Le Alpi

De la socialisation à l’endoctrinement
Jean-Paul Zuanon

Texte intégral

1Comme les autres clubs alpins créés à la même époque, le CAI s’est rapidement doté d’outils de communication pour établir un lien entre ses membres et faire connaître sa philosophie en matière de pratique de la montagne.   Fondé en 1865, le bulletin trimestriel a été complété par la Rivista mensile en 1881. De fait,  l’organe du CAI est vieux de près de 140 ans.  Il est un reflet fidèle de l’évolution du club et des grands débats qui l’ont animé. Sans prétendre retracer cette longue histoire, on se propose de revenir sur deux temps forts, très contrastés :

  • la création du Club, où le Bulletin a une double vocation de formation et de socialisation (créer un lien entre les alpinistes, faire connaître les montagnes) ;

    • 1  Deux ouvrages de référence ont déjà abordé en partie le sujet, celui de Michel Mestre Le Alpi cont (...)

    les deux décennies du fascisme (le « ventennio ») au cours desquelles le CAI, intégré dans l’organisation du sport fasciste, devient un outil d’endoctrinement des masses. La revue offre un précieux témoignage sur le pourquoi et le comment de cette politique1.

1. Le Bollettino et les débuts de la presse spécialisée « montagne » en Italie.

2L’unité italienne remonte à 1860-61. Bien que le pays ait d’autres priorités, il est très vite  question de créer un club alpin, pour plusieurs raisons :

  • pour faire comme les anglais ;

  • pour explorer et prendre possession (symboliquement et matériellement) des montagnes italiennes ;

  • pour faire des  Italiens de vrais hommes, afin qu’ils soient à la hauteur des ambitions d’un pays dont l’unité est bien fragile, comme le rappelle la fameuse formule « L’Italie est faite, il reste à faire les Italiens ».

3L’alpinisme italien à ses débuts revêt ainsi naturellement une triple dimension,  scientifique, patriotique et éducatrice.

  • 2  Ce texte dont on a longtemps sous-estimé l’importance, a fait l’objet d’une réédition critique  pa (...)

4L’idée d’organiser institutionnellement la pratique de l’alpinisme en Italie est  dans l’air du temps dès le début de 1863. C’est la première italienne du Monviso (troisième ascension) en août qui sert de catalyseur. Elle est réalisée à l’instigation de l’alpiniste et homme d’état Quintino Sella.  Il mène à bien ce projet avec trois compagnons choisis (dont un de ses amis, député de Calabre, tout un symbole) et trois guides du cru.  Il se charge aussi de sa valorisation et de sa médiatisation. Sa lettre à son ami Gastaldi relatant son ascension est publiée en plusieurs livraisons  dans L’Opinione (quotidien d’inspiration libérale, proche du pouvoir selon Crivellaro) dès septembre2. Après un récit détaillé de sa course et des inévitables observations scientifiques auxquelles elle a donné lieu, Sella déclare ex abrupto en conclusion : les Anglais ont créé un club alpin, il s’est fait la même chose à Vienne, « ne pourrions-nous pas faire quelque chose de semblable chez nous ? » et plus loin « On ne dira jamais assez l’aide que ces publications [Peaks, passes and glaciers] peuvent apporter aux touristes ».  Deux jours plus tard, on peut  déjà  lire dans la Gazzetta di Torino ce texte anticipateur : « A Turin, nous avons un nouveau club qui se définit alpin (…) Il aura un organe qui s’intitulera Journal alpin (…) ». Cette brève  est signée de l’avocat Cimino,  alpiniste et chroniqueur à la Gazzetta.  Il a,  lui aussi,  le projet de créer un club de montagne mais il n’a pas la notoriété de Sella.  Il  offre donc ses services à l’alpiniste-homme d’état, recommandé par le directeur de son journal. Sans doute ont-ils déjà été tacitement acceptés par Sella puisque celui-ci  dit dans sa Lettre que Cimino est « un de nos meilleurs chroniqueurs de montagne ». Celui-ci fait partie des quelques personnes qui vont consacrer beaucoup d’énergie à la création du Club Alpin, officiellement constitué à Turin le 23 octobre 1863.  C’est même sur ses propres deniers que Cimino fonde en 1864 le Giornale delle Alpi, Apennini e Vulcani  qui devient l’organe officieux du CAI pendant quelques mois.  Toutefois, il est assez vite marginalisé. Le dernier numéro du GDAAV paraît en 1866.  Cimino disparaît de la scène car il doit émigrer pour raisons économiques. Entretemps, Bartolomeo Gastaldi, élu président du CAI à la fin de 1864, lance le  Bullettino (sic) trimestrale del Club alpino di Torino  en août 1865.  Il reste la seule publication officielle du CAI jusqu’en 1881, date à laquelle apparaît la Rivista mensile.

5Que dire du contenu et de l’esprit de ces premières publications ?

61. Il y a une demande, un intérêt dans l’opinion. Avant la création du CAI, la presse généraliste (L’Opinione, Il Corriere del Po’, Il Corriere di Saluzzo) a déjà consacré des articles à la montagne et aux ascensions nouvelles. Ils répondent aux attentes d’un public friand d’aventures « domestiques», qui flattent l’orgueil national (tout ça dans nos montagnes...) et permettent d’oublier un quotidien peu exaltant.  

72. L’influence du modèle anglais et de l’Alpine Journal est par certains côtés manifeste, aussi bien lors de la création du club que dans sa politique de communication. L’Italie en général, et les alpinistes italiens en particulier, entretiennent des relations ambiguës avec les Britanniques : on les jalouse et on les envie (ils ont été les premiers sur bon nombre de sommets italiens), mais on les prend volontiers pour modèle. La Gazzetta di Torino  publie les 18 et 19 mars 1863 une traduction du récit de Tuckett dans lequel il raconte son ascension du Viso (juillet 1862).

8C’est également au printemps 1863 que  le premier numéro de The Alpine Journal voit le jour. Sella en commande aussitôt un exemplaire par l’intermédiaire d’un de ses amis, alors en déplacement à Londres. Lorsque Cimino expose les motifs de la création du CAI dans le premier numéro de sa revue, on retrouve un décalque fidèle des objectifs de l’Alpine Club :

  • 3  GDAAV, 1, 57-58.

Le Club alpin [qui ne s’appelle pas encore italien] est fait pour que les voyageurs (sic) puissent se retrouver, échangent des notes et des conseils, partagent leurs peines, les risques encourus et les joies austères, fraternisent dans de suprêmes contemplations, tirent profit des conseils de la science pour rechercher des cristaux, explorer des roches, observer les variations atmosphériques, goûtent à de vrais plaisirs et en tirent profit pour leur santé3.

9C’est un alpinisme scientifique et sérieux qui est mis en avant. On est loin de l’image désordonnée, bruyante et « festaiola » que l’on pourrait associer à l’alpinisme italien.

  • 4  R.H. Budden (1826-1894) jouera pendant trente ans un rôle de conseiller et d’animateur au sein du (...)

10Cette influence du modèle anglais, qui se pérennise dans le Bollettino, tient aussi au rôle d’éminence grise joué par l’anglais Henry Budden. Celui-ci, immigré en Italie de longue date4, collabore fréquemment au Bollettino, parfois sous des pseudonymes (« un ami du CAI » ou « un anonyme »). Ses conseils aux guides vont au-delà de la définition de la compétence technique qu’on attend d’eux, c’est un véritable traité de savoir-vivre :  ne pas fumer ni jurer, prévoir flasque d’eau-de-vie lors de courses difficiles, être aux petits soins avec les dames,  ne pas couper la parole, bien se tenir à table… Le bulletin traduit parfaitement ici une des préoccupations de ses responsables : si l’on veut développer les ascensions en montagne et en faire un outil de progrès, il faut que les habitants permanents, et notamment les guides,  acceptent de se civiliser.

11Le Club alpin [italien en 1865] évolue cependant de façon autonome et se démarque assez vite de l’Alpine Club sur deux points au moins :  il ne suit guère l’orientation sportive prise par l’Alpine Club.  Par ailleurs, il ouvre beaucoup plus largement son recrutement que son homologue britannique. Ce sera d’ailleurs une des causes de la démission du comte de St Robert, un des promoteurs du CAI, tenant d’une politique de sélection rigoureuse des adhérents.  

  • 5  Une réédition en fac-similé des deux premiers bulletins a été faite en 1964 par la Libreria Alpina (...)

123. Le premier Bullettino paru en août 18655 donne une bonne idée du contenu de la publication du CAI. Sans le moindre texte d’introduction ou de présentation qu’on aurait été en droit d’attendre (un bulletin, pourquoi, comment ?), il s’ouvre sur une énumération de statistiques austères portant sur des observations barométriques et thermométriques. Vient ensuite toute une série de relations d’ascensions empruntées au Journal de Genève, à la Gazzetta di Torino, accompagnée de deux lettres de Whymper à Rimini (un des autres promoteurs du CAI) sur ses premières aux Jorasses et au Cervin. Le seul article original (visite à une grotte dans la région de Mondovi) est signé du président Gastaldi. Il aborde au passage une question qui sera souvent reprise dans le Bollettino, celle de la dégradation des forêts. L’humour grinçant de l’auteur mérite d’être évoqué : après avoir signalé les efforts des Français et des Autrichiens en matière de reboisement, l’auteur conclut  que

tous ces gens font preuve de courte vue, ils ne savent pas ou ne veulent pas appliquer les vrais principes de la vraie liberté. Au nom du ciel, ne les imitons pas ! Continuons à détruire, à nous priver de cette source de richesse et de bien-être physique… et après nous le déluge (en français dans le texte).

13Le numéro 2 du Bulletin est construit sur le même schéma : observations scientifiques, récits d’ascensions, proposition d’aménagement d’une grotte en refuge au Cervin (avec appel à la générosité des sociétaires). La préoccupation sécurité n’est pas absente, avec les enseignements d’une course au Mont-Blanc qui aurait pu mal tourner. Enfin, un petit texte envieux est consacré au succès touristique du versant français du Mont-Blanc (« pays plus connu, plus apprécié en cinq ans qu’il ne l’avait été en un siècle »), ceci pour «donner une idée de notre négligence à faciliter les voyages dans les Alpes et à promouvoir ainsi les intérêts économiques de notre pays». Le tout est complété par une relation administrative du président sur « Les conditions actuelles du Club alpin ».  

14L’examen de ces deux premiers numéros permet de répondre déjà à la question «pourquoi une revue de Club ?». Quelques grands thèmes récurrents se dégagent :

  • des récits d’ascension, visant à faire connaître les montagnes d’Italie, à divulguer certaines techniques, à mettre en garde contre les dangers de la montagne ;

  • des textes à caractère scientifique plus ou moins marqué (faune, flore, géologie, glaciers, hypsométrie et météo). C’est de la science appliquée, qui permet aussi de montrer que les Italiens ont symboliquement repris possession de leurs hautes montagnes, longtemps monopole britannique ;

  • il est souvent question d’économie montagnarde au sens large. Ceci recouvre aussi bien la lutte contre la déforestation que le développement de nouvelles activités en montagne, sans oublier le tourisme. L’alpinisme peut être un facteur de progrès, il peut aider à civiliser les montagnes et leurs habitants ;

  • enfin, revient régulièrement le discours sur le caractère formateur et éducatif de l’alpinisme  « étonnante école de persévérance » (Sella), sur le plan physique et moral.

15Dans cette phase de « décollage » du CAI, l’objectif assigné à la revue est essentiellement pédagogique : il faut faire découvrir la montagne, à la fois terrain de jeu et milieu humanisé, à des populations citadines qui restent triées sur le volet. De la pédagogie au bourrage de crâne, il n’y a parfois qu’un pas, franchi dans les années vingt …

2. La Rivista mensile durant le « ventennio »

16On ne reviendra pas sur les causes et les étapes de la montée du fascisme. Il est admis que le succès de ce mouvement est dû moins à sa dynamique propre qu’à  l’absence de contre-pouvoir et à l’état de crise (politique, sociale, morale) que connaît le pays au lendemain de la guerre, victorieuse mais source de désillusions. Du conflit 1915-1918, l’Italie a gardé le souvenir d’une guerre alpine. Les conquêtes territoriales sur l’Autriche ont apporté au pays de nouvelles montagnes. De ce lien étroit entre guerre et montagne va naître un nouvel alpinisme, fortement empreint de valeurs patriotiques, fruit d’une véritable union sacrée entre guerre et montagne. La revue du CAI est un fidèle reflet de cette évolution.  Sans se livrer à une analyse de contenu détaillé de la revue, on peut  identifier quelques thèmes dominants, qui reviennent avec insistance au cours de ces deux décennies.

La montagne, un thème à la mode

17De façon générale, la montagne est très présente dans le discours fasciste. Il y a plusieurs explications convergentes à cet intérêt pour la montagne, ses habitants et ses valeurs :

  • un aspect électoraliste (il faut élargir la base sociale du régime) ;

  • des motivations productivistes (volonté d’autarcie) ;

  • des préoccupations stratégiques et militaires (il faut protéger les frontières) ;

  • des inquiétudes d’ordre démographique (les montagnes sont le lieu privilégié de recrutement des alpini. Elles doivent donc rester peuplées) ;

  • une volonté de récupération par le fascisme des valeurs traditionnellement associées à la montagne, à ses habitants et à ses pratiquants (éloge de la frugalité, sens de l’effort, de la discipline, du sacrifice).

  • 6  Le premier est celui de Rondelli sur «La montagna spopolata. Demografia delle Alpi piemontesi », R (...)

18Cette sollicitude pour les populations montagnardes se traduit notamment à partir de 1927 par une série d’articles sur le dépeuplement des montagnes6. Lors de l’assemblée générale du CAI en 1928, le général De Ambrosis présente un exposé  sur « les Alpes et la défense de l’Italie ». Un vaste programme de recherche est mis en place sur les causes du dépeuplement et ses  remèdes possibles. Les conclusions sont d’une étonnante modernité : on critique par exemple « les injustices d’une législation platement uniformisante ». On croirait lire parfois des textes qui ne seront publiés en France que dans les années 70 et 80 (rapport Rambeaud, rapport Besson, loi montagne etc.). Pourtant, en dépit des nombreuses mises en garde qui émaillent la revue du CAI jusqu’à la fin des années trente, rien ne sera fait concrètement pour la montagne, milieu habité et réalité économique. Celle-ci aurait eu besoin de solutions basées sur l’autonomie locale, principe inconcevable pour un régime centralisateur.

Un alpinisme sous contrôle

  • 7  Milza et Berstein. Storia del fascismo. Milano, Biblioteca universale Rizzoli, 1982, p. 235.

19Le fascisme est un vrai totalitarisme au sens où il « cherche à diriger et contrôler dans tous les secteurs l’activité et la pensée des individus »7. Il se caractérise, entre autres, par son souci d’encadrer les masses à tous les niveaux : jeunes, étudiants (création des GUF dès 1920), loisirs des masses laborieuses (Organizzazione Nazionale Dopolavoro, 1925). Il va aussi progressivement contrôler également l’organisation du sport en général et de l’alpinisme en particulier. En 1927, le CAI est intégré au CONI, Comité Olympique National Italien. L’éditorial du numéro de janvier de la Rivista  présente cette mesure comme un pas en avant, puisque le Club devient une courroie de transmission au service du parti. Il est ainsi « fascistement encadré dans les phalanges des athlètes italiens ». A l’avenir, son président sera nommé par le secrétaire du PNF sur proposition du président du CONI. Et le communiqué de la présidence de conclure :  

nous sommes donc dignes d’être fascistes et les fils spirituels du Tisseur de la Valle Mosso [référence à Q. Sella] continuent sa pensée et son œuvre et son amour en devenant la légion de Benito Mussolini.

20La filiation revendiquée entre Sella et Mussolini est un argument cher aux idéologues fascistes. Le numéro de septembre 1927 est un habile travail de récupération, à l’occasion du centenaire de la naissance de Quintino Sella, avec un parallèle audacieux  avec Mussolini, les deux hommes d’Etat étant réunis par leurs « droiture de caractère, ténacité dans l’amour de la patrie, hostilité au parlementarisme et vision de la grandeur de Rome ». L’adhésion de Guido Rey, neveu de Sella,  aux thèses du fascisme, arrange bien les choses. Elle lui vaudra un vibrant hommage dans la Rivista mensile de mai 1932, pour avoir été « l’homme à qui l’alpinisme italien doit beaucoup, surtout en matière d’éducation spirituelle des jeunes ».

  • 8  Le mot est difficile à traduire littéralement, il correspond aux activités qui se pratiquent avec (...)

21Ce contrôle étroit exercé par le régime sur le CAI est renforcé en 1930 par la création d’un poste de président « politique », nommé par le secrétaire du PNF. Il restera en fonction jusqu’à la chute du fascisme en juillet 1943. Hormis son appartenance au Club depuis 1908, Angelo Manaresi n’a guère de références alpines. Mais on lui demande moins de promouvoir le développement de l’alpinisme que de s’assurer que le CAI reste un fidèle support du régime. Etant par ailleurs président de l’ANA (Association Nationale des Alpini, créée en 1919) depuis 1928, Manaresi a tous les leviers en main puisqu’il « dirige les deux grandes associations qui ont en commun la divine passion de la montagne, défense pendant la guerre  et « scarponata »8  en temps de paix ». Cette double casquette va lui permettre de surveiller et d’entretenir le moral des troupes. Pour couronner le tout, il est aussi président de l’ONC (Office national des anciens combattants) depuis 1926. Il sévit aussi bien dans les colonnes de L’Alpino (ANA) que dans celles d’Italia Augusta (organe de l’ONC).  Dès lors, la Rivista mensile devient elle aussi un organe de propagande et de « bourrage de crâne », tout en faisant la chasse aux tièdes et aux déviants.  On y retrouvera la même philosophie sommaire et les mêmes slogans éculés.

Une volonté uniformisatrice et unificatrice

  • 9  Il peut désigner à la fois les sections qui traînent les pieds dans leurs rapports avec le siège c (...)

22Le régime fait d’abord la chasse aux  sections tièdes (celles qu’on accusait de « morosità », mot  qui pourrait avoir un double sens ici9) et incite à se débarrasser des anciens dirigeants. Il  cherche à s’assurer que tous les clubs ont chez eux les symboles de la nation, et qu’ils participent aux cérémonies alpines en se référant à la patrie. On monte en épingle les sections qui ont demandé une photo dédicacée du Duce.

23On fait aussi la chasse aux associations non CAI. De nombreuses sociétés d’excursionnisme ouvrières (souvent d’inspiration socialiste) ont été créées au début du siècle, la Giovane Montagna d’obédience catholique a vu le jour en 1914. Ce sont autant d’associations qui font de l’ombre au CAI et l’empêchent d’élargir son recrutement. Le congrès national du CAI de septembre 1927 souhaite que «  dans un délai de deux ans, l’encadrement de toutes les sociétés alpines éparpillées dans le pays soit un fait accompli ». Dans un numéro de la Rivista de 1930, Manaresi revient sur l’existence de sociétés alpines n’appartenant pas au CAI qui  

n’ont plus de raison d’être dans un régime totalitaire, une fois admis que le sport est une fonction d’état, encadré et contrôlé par le régime ; il est moyen de préparation spirituelle et physique de la race (sic), il est à la fois élément de santé publique en temps de paix et de force en temps de guerre.

24Face à de telles pressions, certaines sociétés vont s’auto-dissoudre, d’autres se plient à la règle. L’UOEI (Union Ouvrière des Escursionnistes Italiens, fondée en 1910), célèbre par son slogan « contre l’alcool par la montagne » intègre d’abord l’OND avant d’être affiliée d’autorité au CAI.

 Alpinisme de masse ou alpinisme de pointe ?

25Considéré comme un moyen d’encadrer et de former les masses, le fascisme accorde une sollicitude particulière au recrutement de nouveaux pratiquants. Mais il ne néglige pas l’alpinisme académique, dont les réalisations profitent à son image.

  • 10  Le régime ne lui en sera guère reconnaissant puisqu’il sera exclu du CAI lors de l’adoption des lo (...)

26Dès avant le premier conflit mondial, l’alpinisme populaire avait commencé à se développer en Italie, notamment sous la houlette de Mario Tedeschi. Le mouvement reprend de plus belle après la guerre. Des sorties de masse, véritables pèlerinages laïques, sont organisées pour faire découvrir les  « terre redente » comme à la Vetta d’Italia en juin 1919. En 1922, le CAI Milan montre sa capacité de mobilisation  en emmenant 600 personnes sur l’Etna. La Rivista se fait largement l’écho de ces entreprises.  En 1925, Ugo di Vallepiana, analysant le livre de Guido Lammer Fontaine de jouvence, fait l’éloge de l’organisation de ces marches en montagne, « surtout si elles ont un caractère militaire »10. Giurati, qui sera secrétaire du PNF après avoir été ministre des travaux publics, se pose lui aussi en fervent défenseur du sport de masse  car,

la patrie et le Fascisme ont moins besoin d’athlètes de renom que d’une masse robuste, résistante à toutes les fatigues, capable de vaincre en temps de paix comme en guerre  et d’offrir la certitude de la perpétuation d’une race gaillarde (sic).

27A ces prises de position favorables à un alpinisme populaire semblent s’opposer les tenants d’un alpinisme de haut niveau. En 1927, Ugo di Vallepiana revient sur le « Vivre dangereusement » cher à Lammer. Il défend l’idée selon laquelle l’alpinisme populaire ne suffit pas car « l’excursionisme enrégimenté ne peut créer que des gregari et pas des condottieri, et encore moins des troupes d’élite ». Il faut aussi un alpinisme académique de haut niveau. « Ce n’est pas une manifestation sportive mais une sévère école où se forment de vrais hommes, de vrais citoyens », (on a envie d’ajouter « et de vrais soldats » !). On retrouve ces propos en écho dans la bouche de Manaresi  (juillet 32), faisant l’éloge de l’accademico avec

foie sain,  muscles palpitants et volonté de fer […], il est seigneur du monde : empreintes cyclopéennes de force et d’audace de la race nouvelle.

28Mais ce serait une erreur d’opposer les tenants de l’alpinisme de masse à ceux de l’alpinisme de haut niveau. L’un se nourrit de l’autre. Les exploits des grimpeurs italiens dans les années trente sont montés en épingle, souvent récompensés par des médailles. Ils ont droit à des récits détaillés dans la revue. On lit par exemple dans une Rivista de 1938 que « les réalisations italiennes dans les Dolomites  se placent à l’avant-garde, lumineux reflet du climat spirituel créé par le fascisme ».  En revanche les intéressés eux-mêmes sont discrets sur ce registre. Comme le note Michel Mestre

  • 11  Histoire de l’alpinisme. Les Alpes. Edisud, Aix-en-Pce, 1996, p. 91.

au milieu du maëlstrom nationaliste ambiant… aucun des protagonistes n’aborde dans ses récits de course de questions touchant de près ou de loin à la politique […]. Pas une ligne ou très peu sur les hommages des régimes lors des grandes premières, et c’est à chaque fois pour minimiser le rôle de ces manifestations […] Peut-on y voir le fait que les alpinistes de haut niveau ne se sentent pas concernés  par le contexte politique ? […] Mais comment apprécier aujourd’hui le degré d’engagement personnel réel d’un individu dans le cadre d’un régime totalitaire ? 11.

29Même si Cassin a pu écrire au retour d’une des premières qu’il rendait hommage au régime, il semble bien qu’il s’agisse là de propos prudents et de circonstances, beaucoup plus que d’une réelle adhésion aux idéaux du régime.    

30A côté de l’encouragement à l’alpinisme de pointe, vitrine du régime, il faut donc pratiquer une politique du nombre en s’ouvrant à de nouvelles catégories sociales. A partir de 1930, les effectifs du CAI doublent en trois ans, sans que l’on puisse distinguer ce qui est adhésions spontanées, adhésions contraintes et adhésions opportunistes. Les 99 sections de 1930 deviennent 150 en 1933.  Entretemps les GUF (Gruppi Universitari Fascisti) ont été intégrés, ce qui a eu pour effet de rajeunir l’âge moyen du club, tout en contribuant à développer les liens entre générations.

De « l’alpinista » à « l’alpino »

31Plus les années passent et plus on semble entretenir volontairement une  confusion permanente, ou plutôt une assimilation, alpiniste-chasseur alpin. Le passage de l’alpinisme en temps de paix à la guerre alpine est une évidence. Promotion de la santé physique et morale et défense du territoire et des frontières deviennent les deux faces complémentaires de la pratique de l’alpinisme.

32A la fin des années trente, il est évident que l’alpinisme correspond parfaitement au  style de vie qu’entend promouvoir le fascisme. La pratique de la montagne devient alors  une « école virile et humaine d’entraînement national et social, fasciste au sens le plus large », en réaction contre une conception aristocratique et élitiste. Cette vision combine les aspects populistes de l’éducation corporelle et sportive avec les objectifs hygiénistes de l’amélioration de la race et du culte de la force. Ces objectifs sont parfaitement résumés dans un éditorial de mai 1935 : il s’agit de forger

un type d’Italiens nouveaux comme le veut Mussolini, trempés dans le danger, ardents dans la foi, forts de muscles et au cerveau agile, attaquants de demain […]. Dans le danger, il y a une vertu éducatrice et purificatrice qu’on ne trouve dans aucune autre école.

Une totale dévotion au Duce

33Jusqu’en 1925, la tonalité de la revue est assez neutre. A partir de 1926,  les choses changent.  Chaque numéro est un concert d’éloges au Duce « dominateur de hauteurs », guide et modèle.  On apprend par exemple que la cabane Zsigmondy (ruinée) au pied des Tre Cime di Lavaredo sera remplacée par une cabane Mussolini, construite à l’initiative du CAI de Padoue : « Son Excellence a donné sa pleine et enthousiaste adhésion à cette dénomination, qui est un signe et un avertissement d’italianité ».

  • 12  Outre des préfaces aux guides des montagnes d’Italie, il est également l’auteur de plusieurs ouvra (...)

34Cette même année, le bimensuel Lo Scarpone parle explicitement de « fascistiser avec une ténacité inébranlable les cercles alpinistes ». En 1927, la prise en main du CAI se précise. En avril 1929, le siège central est transféré à Rome. Enfin en 1930, un nouveau président  est nommé. Manaresi est présent dans chaque numéro de la revue entre 1930 et 1943. Il y signe plus de 110 articles, le plus souvent des éditoriaux12. Si certains ont un lien direct avec la montagne, d’autres en sont loin, comme en témoignent les titres : « Sanctions » (internationales, évidemment injustes), ou « Le Duce a fondé l’empire ». D’autres s’efforcent de rappeler les liens existant entre alpinisme et fascisme : un édito fait un parallèle entre chants montagnards et chants guerriers. La Rivista Mensile d’avril 1934 présente une photo où l’on voit Mussolini en bras de chemise dans la neige, accompagnée de ce commentaire édifiant :

Pendant les quelques instants que Sa (sic) journée, dense en événements et saturée de travail Lui concède, le Duce rejoint le Terminillo [station à proximité du Gran Sasso dans les Apennins] et s’abandonne à la fascination du silence que seule la montagne peut procurer. Dans la solitude alpine, il retrouve lumière et sérénité […] et le peuple L’imite et Le suit. Il sent que c’est seulement en suivant Son exemple que l’on apprend à être fort.

35A partir de 1938, année où le CAI change de nom (sous prétexte de préservation de la pureté de la langue), la Rivista Mensile devient Le Alpi et porte en couverture cette phrase de Mussolini : « Je suis fier d’appartenir au CAI, école d’italianité et d’audace ». Enfin un éditorial de 1942 annonce clairement la couleur : « Le CAI sous la dépendance directe du PNF ».

Lyrisme et alpinisme

36Même si l’œuvre littéraire de Manaresi a été servilement encensée par l’Académie d’Italie (mai 1939), son style n’a rien de celui d’un académicien. Il sombre souvent dans le ridicule, oscillant entre la vulgarité méprisante et les envolées d’un lyrisme de pacotille, ce qui ne l’empêche pas de critiquer « le style poussif et rhétorique », les « traits de plume rococo», les « poses de gladiateur et la rhétorique fatigante, cette sale bête ». Il invite à « cingler les flemmards et les pusillanimes », critique « ceux qui, à l’ombre des Alpes sublimes, perdent leur temps en jeux sans importance et en roucoulements amoureux » ; il fustige « les eaux stagnantes de la ville », les « rimminchioniti »  (terme qui a deux acceptions peu flatteuses, abrutis ou gâteux), « le sédentarisme timide et imbécile», « la vie simiesque des grandes auberges».

37A l’inverse, il exalte ceux qui ont « le foie et le cœur sains ». Un des plus beaux exemples de ce style emphatique et ampoulé est l’évocation de l’intégration des GUF au CAI en 1932 :

Cette immense marée universitaire, onde claire et rapide comme un fleuve alpin, qui entoure et embrasse le vieux rocher de l’alpinisme italique et le lèche de sa blanche écume, le rendant plus propre, plus brillant, l’élève et l’exalte.

38L’événement est chargé de signification symbolique, on reconnaît ainsi que l’alpinisme est une école de muscles, de cœur et d’intelligence, c’est le sport-roi. Les universitaires fascistes peuvent pratiquer d’autres sports mais

tous, indistinctement, doivent faire de l’alpinisme. Voilà la grande valeur de cet accord, la montagne est élevée au rang d’école, de discipline pour toute la jeunesse étudiante italienne. L’effort, l’audace, le risque sont pointés  comme la condition préalable, dure mais nécessaire, pour jouir des sommets conquis, non par les voies lisses, larges et commodes de la plaine mais par les rudes  sentiers rocheux de l’Alpe.

  • 13  Il serait intéressant de se livrer à une analyse lexicographique de  la production de Manaresi. El (...)

39On retrouve les grands traits du « style » manaresien, basé sur une opposition systématique et simpliste : haut/bas, lumière/ombre, élévation/médiocrité, difficulté/facilité13. « En haut est la force, la santé, la vie », écrit-il dans un éditorial de juin 1931. Ces éléments apparaissent également dans l’ouvrage Parole agli alpinisti (1932) qui reprend une série de textes publiés dans la Rivista. En frontispice, un chapitre  sur deux présente un dessin de mains agrippant fermement un piolet, garni de feuilles de chêne (symbole de force, de solidité et de pérennité). Un des articles s’intitule « Club alpin, vieux chêne ». L’autre frontispice  figure un alpiniste, corde jetée sur l’épaule, chapeau d’alpino (sans plume) qui lui cache une partie du visage. On ne voit qu’un œil, ouvert et dur, le même que les trois têtes de rapaces qui encadrent l’alpiniste. Tous sont tournés du même côté, vers la gauche, là où les sommets sont d’abruptes parois  rocheuses, qui contrastent  avec les pentes douces et neigeuses de l’autre versant. Force de l’image, force du symbole.

40On parle de l’autre versant. Qu’en est-il justement sur l’autre versant des Alpes ? Comment les voisins français réagissent-ils face à ces évolutions ? Le moins que l’on puisse dire c’est que le CAF est prudent. A aucun moment ne transparaît la moindre critique, la moindre mise en garde. Le président Escarra accepte avec plaisir le statut de membre d’honneur du CAI (novembre 1933). La revue du CAF se prodigue en propos flatteurs sur Son Excellence Manaresi (janvier 1934). Le vice-président Wibratte fait l’éloge de la politique italienne en direction de la jeunesse (mars 1934). Nouveau concert d’éloges sur le CAI et Manaresi à l’occasion de l’attribution de la légion d’honneur à Guido Rey (janvier 1935). Enfin, la rédaction livre ce fait à la réflexion de ses lecteurs : Benito Mussolini en personne a remis des « médailles à la valeur athlétique » à quelques grimpeurs de pointe (Chabod, Gervasutti…) en décembre 1935. Au-delà de l’admiration que peuvent éprouver certains pour un régime où tout semble marcher droit, on ne peut cependant pas parler d’une complicité ou d’une connivence. Il s’agit tout au plus de relations de bon voisinage, inspirées par un souci de non-ingérence.   

41A la fin des années trente, on peut dire que l’alpinisme est devenu un moyen pour cimenter l’unité nationale. Peut-on avancer une image audacieuse sur l’alliance des faisceaux, du sabre, du goupillon et du piolet ? Pourtant, cet édifice qui semblait « granitique » (Manaresi) ne va pas résister longtemps.

Un rideau de fumée ?

  • 14  Cento anni di alpinismo bergamasco a cura di Aurelio Locati. Ed. CAI bergamo, 1973, 470 p.

42Dès l’été 1943, Manaresi ayant été démissionné et incarcéré, le CAI prend rapidement ses distances. Bertarelli, nommé « reggente », affirme déjà  « la complète indépendance reconquise par le CAI ». Une page se tourne, apparemment sans remous ni états d’âmes, comme s’il ne s’était agi que d’une simple parenthèse. On lit par exemple dans le livre consacré aux cent ans du CAI de Bergame14  que  

seule une nouvelle publiée dans un coin de l’annuaire, annonçant qu’un organisme de gestion provisoire du CAI central a été institué à Milan et qu’un nouveau statut est à l’étude pour donner à l’association une physionomie plus en rapport avec  les temps actuels, tout en le faisant revenir à l’esprit originel qui lui avait été insufflé par ses initiateurs, laisse penser qu’il s’est passé quelque chose.

  • 15  I cento anni del CAI 1863-1963, a cura di S. Saglio . Ed. del CAI, 1963.

43Quant à l’ouvrage consacré aux Cento anni del CAI15, il est encore plus laconique :  

1943 : avec la chute du fascisme, le CAI déclare qu’il a conservé l’intégrité (?) de sa structure patrimoniale, spirituelle et organisationnelle et qu’il a retrouvé sa complète indépendance.

44Une instruction en date du 18 septembre invite les clubs à faire  disparaître les références au fascisme. Réaction dictée par l’opportunisme ou signe que l’adhésion aux idéaux du fascisme était purement de façade ? Faut-il rappeler ce  jeu de mots qui circulait sur le sens du sigle PNF. ? On disait qu’il signifiait pour certains [adhésion] Pour Nécessités Familiales… Milza et Berstein ont raison quand ils affirment  que

  • 16  Op.cit., p. 335.

 le fascisme eut affaire à une immense force d’inertie de la part de la société italienne. Le scepticisme, l’ironie, le bon sens et l’anarchisme latent de l’âme latine s’adaptaient mal aux excès du régime16.

  • 17  Dans un roman de bas étage et passablement manichéen, intitulé Les chevaliers de la montagne (1933 (...)
  • 18  Dans un numéro de la Rivista Mensile de 1930, celui-ci a raconté son escalade au Lyskamm sur un to (...)
  • 19  Le Alpi contese, op.cit. p. 169.

45Sans doute faut-il y ajouter les ridicules débordements de Manaresi et des autres épigones du régime (Prada17, Evola18, Rudatis pour n’en citer que quelques-uns), qui, à coups de stéréotypes et de formules d’une grande indigence, cherchèrent à construire un homme nouveau, à la fois alpiniste et soldat ? Quoi qu’il en soit, la revue a joué pendant près de quinze ans un rôle essentiel dans la poursuite de cette utopie. On en arrive naturellement à cette conclusion évidente selon laquelle « la Rivista Mensile est devenue un simple organe de propagande au service de la conception fasciste du sport ». Michel Mestre y avait déjà pensé19.  J’ajouterai une petite touche personnelle en disant que la revue version « ventennio » était  aux antipodes des préoccupations des pères fondateurs : d’un côté une conception très classique de l’alpinisme d’exploration, pratiqué par des honnêtes hommes de la bonne société libérale et plutôt conservatrice, de l’autre un fatras d’idées fumeuses et de formules toutes faites, censées promouvoir un alpinisme guerrier,  régénérateur et rédempteur et, au-delà, changer la face du monde. Mais que ce soit en 1870 ou en 1930, c’est la question du rapport complexe autant qu’inévitable entre alpinisme et politique qui est ainsi posée.

Haut de page

Notes

1  Deux ouvrages de référence ont déjà abordé en partie le sujet, celui de Michel Mestre Le Alpi contese. Alpinismo e nazionalismi (CDA, coll. Tascabili, 2000) et celui d’Alessandro Pastore Alpinismo e storia d’Italia. Dall’Unità alla Resistenza (Il Mulino, Bologna, 2003).

2  Ce texte dont on a longtemps sous-estimé l’importance, a fait l’objet d’une réédition critique  par Pietro Crivellaro en 1998 : Una salita al Monviso. Lettera a Bartolomeo Gastaldi. Préface de Lodovico Sella (éd. Tararà, Verbania).

3  GDAAV, 1, 57-58.

4  R.H. Budden (1826-1894) jouera pendant trente ans un rôle de conseiller et d’animateur au sein du CAI. Entré au comité central dès 1865, il y siège jusqu’à sa mort. Philanthrope, il lance des souscriptions pour de multiples causes : embellissement de Courmayeur, jardin alpin au Petit Saint-Bernard, accès au Cervin. Il fonde aussi un prix d’encouragement au reboisement ; il est à l’origine des sections de Florence (1869), dont il deviendra président et de Gênes (1879). A plusieurs reprises, il fait des dons en nature au CAI (cordes, thermomètres, livres) et incite ses compatriotes à en faire autant.

5  Une réédition en fac-similé des deux premiers bulletins a été faite en 1964 par la Libreria Alpina de Bologne.

6  Le premier est celui de Rondelli sur «La montagna spopolata. Demografia delle Alpi piemontesi », RM XLVI (9-10), sept.-octobre 1927, pp. 262-265.

7  Milza et Berstein. Storia del fascismo. Milano, Biblioteca universale Rizzoli, 1982, p. 235.

8  Le mot est difficile à traduire littéralement, il correspond aux activités qui se pratiquent avec les « scarponi »  (grosses chaussures).

9  Il peut désigner à la fois les sections qui traînent les pieds dans leurs rapports avec le siège central- notamment pour payer les cotisations- et faire aussi référence à une certaine « morosité », liée aux événements.

10  Le régime ne lui en sera guère reconnaissant puisqu’il sera exclu du CAI lors de l’adoption des lois racistes de 1938. A noter ce curieux commentaire de Manaresi, cité par G. Pastore « Tu peux faire semblant de ne pas être concerné, après tout ton nom n’a pas de consonance juive».

11  Histoire de l’alpinisme. Les Alpes. Edisud, Aix-en-Pce, 1996, p. 91.

12  Outre des préfaces aux guides des montagnes d’Italie, il est également l’auteur de plusieurs ouvrages qui sont du même tonneau.

13  Il serait intéressant de se livrer à une analyse lexicographique de  la production de Manaresi. Elle conforterait sans doute la thèse de Norberto Bobbio dans Fascismo e società italiana (a cura di G. Quazza, Torino, Einaudi, 1973). Il y évoque les écrivains de la propagande fasciste qui « répétèrent pendant vingt ans les mêmes formules en combinant de diverses façons guère plus d’une centaine de mots », (p. 211).

14  Cento anni di alpinismo bergamasco a cura di Aurelio Locati. Ed. CAI bergamo, 1973, 470 p.

15  I cento anni del CAI 1863-1963, a cura di S. Saglio . Ed. del CAI, 1963.

16  Op.cit., p. 335.

17  Dans un roman de bas étage et passablement manichéen, intitulé Les chevaliers de la montagne (1933), celui-ci écrit par exemple : « Le fascisme veut des écrivains de l’action et l’alpinisme est un des terrains les plus féconds pour les faire germer ».

18  Dans un numéro de la Rivista Mensile de 1930, celui-ci a raconté son escalade au Lyskamm sur un ton très « lammérien » : il ne se soucie guère de sécurité, se moquant de la « conquête lente, assurée et méthodique » et résume sa philosophie en trois mots : mysticisme, ascétisme, ésotérisme. Il n’est malheureusement pas possible d’étudier ici l’apport d’Evola à la doctrine fasciste.  Son ouvrage Meditazioni delle vette, qui reprend divers textes publiés dans la RM a été réédité en 1986 par les éditions du  Trident.

19  Le Alpi contese, op.cit. p. 169.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Zuanon, « Du Bollettino del CAI à la revue Le Alpi », Amnis [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 12 mai 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://amnis.revues.org/1090 ; DOI : 10.4000/amnis.1090

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Zuanon

Chargé de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques
CERAT-PACTE/ Institut d’études politiques de Grenoble
Directeur délégué de La Montagne et Alpinisme

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org