Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce neuvième numéro d’Amnis examine les manières dont, dans un environnement socialement ou historiquement hostile, s’inventent des stratégies de résistance ou de survie inédites. Il met en relief la façon dont la contrainte, l’empêchement à penser, l’exposition à la violence extrême peuvent être paradoxalement sources de création.

2Celle-ci prend des formes multiples : depuis le refus, face à la menace génocidaire (Janine Altounian) ou au risque d’anéantissement psychique dans les camps soviétiques (Guillaume Perrier), de « désavouer les valeurs de son appartenance culturelle », jusqu’à l’invention de stratégies astucieuses, l’exercice d’une métis, au sens de ruse, qui permettent de faire entendre des paroles ou des pensées interdites. Ainsi, lors des plébiscites organisés sous le Second Empire, l’usage transgressif que les Parisiens ont fait du bulletin de vote (Vincent Huet). Ainsi, encore, la façon dont c’est le corps lui-même de l’individu sous menace qui peut devenir un « lieu d’énonciation offensif », à la fois « arme et armure » (Emma Viguier).

3Lorsque le sujet exposé est comme hors-langue, soit parce qu’il est exclu du langage convenu, soit parce qu’il est confronté à quelque chose de difficilement nommable, c’est l’intervention d’un tiers, qui par l’invention de nouveaux dispositifs artistiques, permet que se fassent entendre ce qu’Arlette Farge nomme dans Lieux pour l’histoire les « dits de souffrance ». Il ne s’agit pas ici de parler à la place de l’autre, de discours par délégation, mais au contraire de trouver en commun les mots inédits dans lesquels la souffrance peut se dire. Ainsi, les » arts communautaires », qui sont des arts hybrides et polyphoniques où s’effacent les frontières entre l’artistique et le non-artistique, l’individuel et le collectif (Eve Lamoureux). L’exclusion du langage convenu, académique peut également donner lieu à la revendication d’un idiolecte singulier, hermétique, où les sujets s’affirment en niant ce qui les nie (Cécile Gonçalves). Comment faire entendre, en effet, un « discours subalterne », issu de personnes perpétuellement confrontées à une disqualification sociale (Annick Madec) ?

4 Entre l’exaltation de la « propagande par le rêve », par l’élan du « transport onirique » et poétique, où les mots, proliférants, se substituent aux armes (Nathalie Galland) et le recours inverse au silence, à l’indifférence feinte, à la force de la passivité (Ana Cabana Iglesia), les pratiques de résistance étudiées dans ce volume montrent l’étonnante capacité des humains à faire face à la menace dans des contextes d’oppression et de persécution.

5Evoquant dans Dialogue avec la mort son emprisonnement dans les prisons franquistes où il risquait d’être exécuté, Arthur Koestler retient dans un des rares livres dont il peut disposer (le Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre), ce qu’il nomme une « jolie phrase » : « l’ange distributeur des pensées ». C’est dans le régime sévère de captivité où il est tenu que cet ange vient le visiter, comme s’il y avait une étrange créativité naissant de la censure et de la menace, ce qu’explorent les textes rassemblés ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Trevisan, « Avant-propos », Amnis [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 30 janvier 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://amnis.revues.org/1094

Haut de page

Auteur

Carine Trevisan

Université Paris 7 – Denis Diderot, France, carine.trevisan@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org