Navigation – Plan du site

Regeneration de Pat Barker (1991) : la gestion des maux/mots de la Grande Guerre par l’institution psychiatrique

Isabelle Gérardin

Résumés

Cet article se propose d’étudier une œuvre publiée en 1991 par la romancière anglaise Pat Barker : Regeneration. Ce roman, qui a pour toile de fond la Grande Guerre, ne dépeint ni combats ni scènes de la vie des tranchées. Barker préfère représenter toute la dimension agonistique de ce conflit mondial à travers la question de la prise en charge des traumatismes de guerre des soldats par l’institution psychiatrique. Ces traumatismes, ayant diverses manifestations psychosomatiques, témoignent d’une forte tension entre une profonde aversion de l’individu pour l’extrême violence des affrontements et un appel à se conformer à une certaine culture de guerre collective fondée sur un idéal fort de virilité martiale et patriotique. Face à ces traumatismes, ainsi que Pat Barker le met en lumière, la psychiatrie de guerre se révèle souvent fort ambiguë. En effet, l’institution psychiatrique œuvre en continuité avec l’institution militaire, désirant imposer un contrôle sur les âmes autant que sur les corps. Regeneration nous invite donc à lire combien les maux/mots de la Grande Guerre ont eu grand peine à se faire entendre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le complexe d’hydrothérapie de Craiglockhart, situé non loin d’Édimbourg, fut employé comme hôpita (...)

1Regeneration, œuvre de fiction publiée en 1991 par la romancière anglaise Pat Barker, constitue le tout premier volet d’une trilogie sur la Grande Guerre complétée par The Eye in the Door et The Ghost Road. Dans ce roman, protagonistes fictionnels et personnages historiques se côtoient, et nous rencontrons ainsi la figure du poète-combattant Siegfried Sassoon tout comme celle du psychiatre et anthropologue britannique William Rivers. Ce roman, à l’inverse de la plupart des œuvres ayant pour sujet le conflit de 14-18, choisit de ne dépeindre directement ni combats ni scènes de la vie des tranchées. Regeneration veut nous faire percevoir la variété et la profondeur du potentiel agonistique propre à l’épreuve du premier conflit mondial, non depuis le contexte du champ de bataille, sinon à travers le prisme de la gestion des maux de la guerre par l’institution psychiatrique. C’est pourquoi ce roman a pour cadre l’hôpital psychiatrique militaire de Craiglockhart1 en Écosse.

  • 2  Audoin-Rouzeau, Stéphane & Becker, Annette, 14-18 : Retrouver la guerre, Paris, Folio Histoire, 20 (...)

2Les soldats de la Grande Guerre, outre leurs blessures physiques, ont souvent souffert de troubles psychiques et psychosomatiques plus ou moins invalidants. Cela tient en partie au fait que ce conflit mondial, le premier à déshumaniser et à mécaniser massivement les modalités de l’affrontement guerrier, s’est avéré rendre les combattants bien incapables de maîtriser leur destin. Survivre aux combats était en 14-18, ainsi que le rappellent Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, une pure et simple « question de chance »2. Dans un tel contexte, non seulement le psychisme humain était notoirement soumis à rude épreuve, mais il faut également voir que certaines valeurs inhérentes à la culture de guerre, valeurs traditionnelles comme le courage et l’habileté du combattant, se retrouvaient mises à mal du fait même de la nouvelle donne des conditions du combat. La souffrance psychiatrique des soldats en 14-18, comme le montre le roman Regeneration, est l’indice d’un mal-être individuel du poilu tout autant que d’une crise des idéaux de la culture de guerre globale à laquelle s’adosse le premier conflit mondial.

  • 3  Au cours de cet article, les citations du roman de Pat Barker seront données dans leur traduction (...)

3Le roman de Pat Barker nous invite ainsi à repenser l’impact de l’affrontement que fut la Grande Guerre à travers la perspective particulière de la prise en charge psychiatrique des maux éprouvés par les soldats. L’existence même de ces maux, souvent d’autant plus virulents qu’ils ne peuvent être mis en mots, témoigne de souffrances intimes mais aussi du bouleversement plus global d’une société dont les valeurs martiales voient leur validité remise en question par l’expérience même de la guerre moderne. Face à ces maux, dont les manifestations sont parfois des plus troublantes, l’institution psychiatrique s’interroge et répond non sans ambiguïtés. De fait, cette institution s’avère traversée par des forces des plus contradictoires, puisqu’elle doit tout à la fois traiter la souffrance et prendre le relais de l’armée dans l’entreprise de gestion des corps et des esprits en vue de soutenir l’effort de guerre. L’étude de Regeneration3 nous permettra donc d’envisager comment un roman contemporain parvient à mettre en lumière les tensions et les paradoxes d’une culture de guerre mise à mal, somme toute, par l’épreuve même d’une guerre fort déconcertante.

De la voix censurée au corps parlant

  • 4  William Rivers (1864-1922) fut un psychiatre et neurologue anglais de renom également connu pour s (...)
  • 5  Voir notamment l’article suivant : Rivers, William, « The Repression of War Experience », The Lanc (...)

4Le roman Regeneration met en scène plusieurs personnages d’officiers qui, suite à une expérience de guerre particulièrement traumatique les ayant rendu temporairement inaptes au combat, se retrouvent à l’hôpital psychiatrique militaire de Craiglockhart sous la garde du neurologue et psychiatre William Rivers4. Pat Barker s’est inspirée d’écrits médicaux de Rivers5 pour élaborer ces figures d’officiers atteints dans leur âme autant que dans leur corps. Leurs traumatismes se manifestent à travers une multiplicité de symptômes plus ou moins incapacitants. La plupart de ces symptômes consistent en des troubles du langage, du simple bégaiement jusqu’à la crise d’aphasie, troubles qui révèlent bien sûr un malaise plus général de l’être dans son intégralité. Beaucoup de personnages souffrent également de cauchemars, d’hallucinations et de maux psychosomatiques divers et variés, à l’instar de tremblements incontrôlables.

  • 6  Comme ce fut le cas de Siegfried Sassoon dont la très critique lettre ouverte « Finished with the (...)

5Ces symptômes, et notamment ceux touchant au langage, sont révélateurs de tensions insurmontables qui habitent et déchirent les combattants traumatisés. Il existe, de fait, une tension profonde entre l’aversion bien compréhensible de tout individu pour l’horreur sans nom de la violence des affrontements et l’injonction, nettement intériorisée, d’agir en bon soldat prêt à défendre des valeurs fondamentales telles que le courage et le patriotisme. Or cette tension première peut, en chaque officier, se doubler d’une discordance entre un élan quasi viscéral vers une dénonciation des abominations de la guerre et la conscience que de telles dénonciations seraient fatalement condamnées6 par l’institution militaire ainsi, peut-être, que par l’opinion publique de la population de l’arrière.

  • 7  Fussell, Paul, The Great War & Modern Memory, Oxford, Oxford University Press, 1975, pp. 21-22 : « (...)

6Le roman de Pat Barker met en lumière à quel point la culture militaire de l’obéissance silencieuse peut s’avérer délétère pour les individus qui la subissent. Et ce particulièrement dans le contexte de la Grande Guerre lorsque, comme l’évoque Paul Fussell, la notion de « bravoure » était encore foncièrement liée à l’idée d’une « obéissance »7 absolue teintée d’extrême autocensure d’opinion ainsi que d’expression. La culture de guerre qui sert de toile de fond au conflit de 14-18 est bel et bien une culture du refus de la plainte ou de la contestation.

  • 8  Barker, Pat, Regeneration, Londres, Penguin Books, 1991, p. 236 : « a horse’s bit ».
  • 9  Showalter, Elaine, « Rivers and Sassoon : The Inscription of Male Gender Anxieties », Behind the L (...)

7Regeneration nous suggère que, face à cette censure des opinions et des paroles, seul le corps peut encore exprimer un malaise ou une protestation. L’abondance de combattants qui bégaient ou souffrent de mutisme est révélatrice dans l’œuvre de Pat Barker. L’image du « mors »8, que l’on trouve à la fin du roman, souligne à quel point les contraintes, à la fois externes et intériorisées, liées au contexte de l’adhésion à l’effort de guerre ont conduit à faire taire les soldats. C’est-à-dire à les déposséder de leur voix. Au sens propre comme au sens figuré. Les combattants, dans Regeneration, étouffent leurs peurs et leurs plaintes mais cela les amène alors à somatiser et, de la sorte, les mots censurés se muent en maux pathologiques. Car la voix étouffée, comme le note Elaine Showalter, peut encore « parler à travers »9 le canal du corps souffrant.

  • 10  Audoin-Rouzeau, Stéphane & Becker, Annette, op. cit., p. 46.

8Ainsi, à travers la perspective des troubles psychosomatiques des officiers traités durant le premier conflit mondial à Craiglockhart, Pat Barker interroge les effets d’une culture de guerre ayant mené à la souffrance individuelle aussi bien qu’à la mort de masse. Mais elle interroge surtout l’inadéquation radicale entre une culture martiale fondée sur des valeurs traditionalistes, souvent chevaleresques, héritées du passé et une nouvelle forme de guerre, telle qu’elle a émergé en 14-18, dont la « complète mutation […] des modalités »10 s’est révélée rendre fréquemment caduques les valeurs d’autrefois. Cette inadéquation est, sans aucun doute, ce qui a contribué à faire de la Première Guerre mondiale la tragédie que l’on sait.

Culture de guerre et vision du rôle de l’homme

  • 11  Barker, Pat, The Eye in the Door, Londres, Penguin Books, 1993, p. 127 : « the unreflecting admira (...)
  • 12  Henry Rider Haggard (1856-1925) est un écrivain anglais connu pour ses romans d’aventures populair (...)
  • 13  Pensons ici au poème de Tennyson « The Charge of the Light Brigade », poème relatif à la bataille (...)
  • 14  Showalter, Elaine, The Female Malady : Women, Madness and English Culture (1830-1980), Londres, Vi (...)

9L’action de Regeneration prend place en Grande-Bretagne, pendant la Grande Guerre, dans un contexte idéologique bien spécifique. Tout d’abord, il s’agit d’un contexte au sein duquel la société entière est appelée à participer à l’effort de guerre, comme en témoignent les nombreuses injonctions relayées par les médias ou les affiches de propagande. Or ces injonctions se font encore plus pressantes lorsqu’elles s’adressent aux jeunes hommes de sorte à les exhorter à combattre pour défendre la patrie. De fait, domine à l’époque l’idée selon laquelle la guerre serait un genre de test de virilité, un moyen suprême d’affirmer sa qualité d’homme. De la sorte, le contexte idéologique entourant le premier conflit mondial se caractérise par une représentation épique et glorieuse, voire chevaleresque, de la guerre comme épreuve permettant de manifester des valeurs traditionnelles telles que la vaillance et le patriotisme, dans un mouvement de véritable « admiration irraisonnée du courage »11 comme le formule Pat Barker. Cette vision idéalisée de l’expérience du combat s’adosse à plusieurs références culturelles populaires connues de tous, comme les romans de Rider Haggard12 ou les poèmes d’Alfred Tennyson13, des références bien présentes à l’esprit des combattants de 14-18. Dans un tel contexte, ainsi que le souligne Elaine Showalter, il est évident que « le rôle de l’homme dans la guerre » fait l’objet d’« attentes sociales »14 tout à fait puissantes.

  • 15 Ibid., p. 169 : « This parade of incapacitated men was in itself a shocking contrast to the heroic (...)
  • 16  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 04 : « cowards, shirkers, scrimshankers and degenerates ».

10Il est clair que les soldats de 14-18 souffrant d’un traumatisme de guerre, soldats brisés dans leur corps et dans leur âme, mettent à mal ces représentations idéalisées d’une virilité martiale autant qu’impassible. Comme le remarque encore Elaine Showalter, ces hommes désormais devenus inaptes au combat constituent « un contraste choquant par rapport aux visions héroïques et aux fantasmes masculinistes »15 à l’œuvre à l’époque, dans la mesure où ils ne correspondent plus à l’image fantasmatique d’une masculinité stoïque, capable de hardiesse, prête à se sacrifier sans mot dire. Leurs gestes désordonnés ne traduisent pas un idéal de maîtrise de soi. Leurs esprits confus ne manifestent plus une foi inébranlable en la nécessité d’accepter l’affrontement et de mener la guerre jusqu’au bout. Ces hommes, que leurs symptômes mettent en porte-à-faux avec un certain modèle de virilité martiale, se révèlent alors susceptibles de mettre en crise des valeurs majeures au fondement de la culture de guerre qui sous-tend le premier conflit mondial. C’est pourquoi ils encourent le risque d’une condamnation morale, comme le montre bien Pat Barker dans son roman, car l’on a tôt fait d’accuser ces combattants traumatisés de n’être finalement que « des lâches, des dégénérés et autres tire-au-flanc »16. C’est aussi pourquoi ils sont mis à l’écart, tenus dans l’enceinte d’un hôpital psychiatrique, et Regeneration souligne clairement que leur présence troublante dérange aussi bien dans les rangs de l’armée qu’à l’arrière parmi les civils.

  • 17 Ibid., p. 66 : « rubbish ».

11Pat Barker critique l’absence d’authenticité de cette culture d’idéalisation d’une virilité martiale, notamment par le biais de son personnage principal Billy Prior, un officier aussi atypique que férocement critique. Prior, mentionnant le poème « The Charge of the Light Brigade » précédemment évoqué, dénonce ainsi les mystifications omniprésentes dans ce texte de Tennyson, emblématique d’une certaine culture de guerre. D’une part, ce poème a le tort de présenter l’armée comme une institution cohérente et solidaire alors que, pour Prior, il s’agit en fait d’une organisation divisée par de profondes dissensions, surtout liées à la classe sociale d’origine. D’autre part, ce poème dépeint la guerre comme une épreuve héroïque et noble à travers laquelle chacun peut exprimer ses vertus, or cela ne s’accorde en rien avec l’expérience réelle des combats de 14-18 au quotidien. À partir de la critique de ce poème, que Prior juge ne dire que des « inepties »17, Regeneration fustige le manque global d’authenticité d’une certaine vision mystificatrice des rapports entre l’homme et la guerre.

  • 18  Showalter, Elaine, The Female Malady : Women, Madness and English Culture (1830-1980), op. cit., p (...)
  • 19  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 108 : « The war that had promised so much in the way of “m (...)

12Ce que met en lumière le roman de Pat Barker, c’est surtout l’écart tragique entre une représentation passéiste d’un idéal de virilité martiale et vaillante et la réalité de la Grande Guerre, conflit moderne au sein duquel la hardiesse et l’habilité d’un individu ne peuvent rien contre le hasard des obus. Comme l’a jadis fait remarquer Elaine Showlter, 14-18 se présente comme une guerre ayant « émasculé »18 les combattants, les forçant à une attente passive dans les tranchées entre deux déluges de feu impossibles à contrôler. Le docteur Rivers, dans Regeneration, note ce paradoxe en suggérant que le premier conflit mondial, bien que porteur de promesses d’activités « masculines », a finalement livré les hommes à l’expérience d’une passivité « féminine »19. D’où la proximité entre les symptômes des soldats souffrant des suites d’un choc traumatique de guerre et ceux des femmes souffrant d’hystérie en temps de paix. L’épreuve de la Grande Grande fut donc avant tout, comme Pat Barker le montre, une épreuve de la mise en crise de valeurs figées devenues caduques.

13L’enjeu de la gestion des traumatismes des soldats pendant le premier conflit mondial apparaît donc, dans Regeneration, comme une occasion de réfléchir au sens et à la valeur d’une certaine culture martiale omniprésente en Europe au début du vingtième siècle. Car les souffrances psychiques des combattants posent des problèmes idéologiques autant que des problèmes médicaux. Ceci explique l’ambiguïté fondamentale, là encore bien mise au jour dans l’œuvre de Pat Barker, du rapport de l’institution psychiatrique à ces souffrances des plus dérangeantes.

Les ambiguïtés de l’institution psychiatrique

  • 20 Ibid., p. 48 : « But they were still expected to do their duty and return to France ».

14Le but de la médecine est, en temps normal, de soigner des patients en vue d’améliorer leur existence. C’est également le cas pour la psychiatrie. Mais la psychiatrie militaire telle qu’elle est exercée en temps de guerre diverge quelque peu de cette vocation attendue car elle ne traite les combattants traumatisés qu’à la seule fin de les renvoyer au front. Ce qui implique fatalement de les renvoyer à une mort probable. Il existe donc, au fondement de la psychiatrie militaire, un paradoxe essentiel, paradoxe qui, dans Regeneration, trouble le docteur Rivers qui est fort conscient qu’il engage ses patients à aller mieux autant pour leur propre bien que pour qu’ils puissent ainsi « [faire] leur devoir et [retourner] en France »20 se battre pour la patrie. Le rapport de la psychiatrie militaire aux traumatisés de guerre est donc radicalement empreinte d’ambiguïtés profondes.

  • 21  Shephard, Ben, A War of Nerves : Soldiers and Psychiatrists (1914-1994), Londres, Pimlico, 2001, p (...)
  • 22  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 15 : « I can’t pretend to be neutral ».

15La psychiatrie de guerre, comme Pat Barker le met clairement en évidence, joue un rôle thérapeutique aussi bien que politique et idéologique. Il ne s’agit pas juste de soigner sinon également, pour reprendre l’expression de l’historien Ben Shephard, d’aider à « conserver la force martiale »21 des hommes. Dans Regeneration, cette idée se trouve exprimée par le biais, là encore, de Rivers qui déclare à l’un de ses patients qu’il ne saurait « prétendre à la neutralité »22, dans la mesure où il exerce sa fonction médicale au service de l’armée. Il ne saurait donc y avoir d’indulgence de la part des psychiatres militaires envers les soldats qu’ils traitent. Et, de fait, loin d’avoir montré de l’indulgence, de nombreux psychiatres de 14-18 se sont avérés fort ambigus quant à la question des traumatisés de guerre, voire tout à fait réprobateurs et inhumains face aux combattants malades.

  • 23 Ibid., p. 4 : « [They] don’t believe in shell-shock ».
  • 24  Cette question très controversée de la reconnaissance et de l’indemnisation des soldats traumatisé (...)

16Pat Barker, à travers son roman, nous rappelle à quel point les troubles psychiques des soldats de la Grande Guerre ont posé de multiples problèmes à l’institution psychiatrique. Il s’agissait, d’abord, de problèmes terminologiques car la grande variété des symptômes observés chez les sujets traumatisés rendait difficile l’identification de la nature spécifique ou des causes de ces troubles psychiques. Rivers, dès les premières pages de Regeneration, souligne que le terme de « shell-shock »23, ou choc traumatique en français, ne fait point l’unanimité parmi ses confrères. Si les écrits médicaux de l’époque proposaient différentes appellations, de « shell-shock » à « obusite » en passant par « névrose de guerre », c’était que les praticiens ne parvenaient guère à identifier ce dont souffraient les soldats ou ce qui pouvait bien en être l’élément déclencheur. Se posaient, en outre, des questions davantage moralement orientées à propos de ces troubles psychiques. En effet, un vif débat déchirait les psychiatres considérant que les traumatismes de guerre pouvait survenir chez tout sujet et ceux partisans de l’idée selon laquelle ces traumas n’advenaient qu’aux hommes faibles par nature, voire dégénérés. Se posait, enfin, le problème d’une pleine reconnaissance de ces troubles qui donnerait droit à une forme de compensation légitime24. Or, face à toutes ces questions, la psychiatrie militaire était divisée. Divisée et mal à l’aise.

  • 25  Lewis Yealland (1884-1954) fut un psychiatre canadien, qui exerça à Londres durant la Grande Guerr (...)
  • 26  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 224  : « The removal of the physical symptom was described (...)

17Ces divisions se retrouvent, comme Regeneration le montre bien, à travers les diverses réponses thérapeutiques apportées aux combattants traumatisés. Rares furent les praticiens qui, comme William Rivers, se montrèrent disposés à écouter leurs patients et à leur faire reconnaître la légitimité de leurs maux ou de leurs peurs. Car Pat Barker indique bien, et nous y reviendrons, qu’un tel rapport thérapeutique, s’il est humainement valide, risque de miner en profondeur l’adhésion absolue à la culture de l’effort de guerre exigée de la part des soldats. Davantage représentatif de l’état d’esprit majoritaire des psychiatres militaires de 14-18 fut le docteur Lewis Yealland25, qui figure également dans Regeneration, dont la préoccupation essentielle était de traiter les symptômes physiologiques, sans s’attarder sur les souffrances psychiques, de sorte à permettre aux patients d’être au plus vite capables de retourner au front : « On considérait que le traitement du symptôme physique équivalait à une guérison »26. La psychiatrie de guerre, dans cette optique, n’hésitait pas à recourir à des thérapies coercitives et violentes à l’instar des électrochocs ou des injections d’éther.

  • 27  Showalter, Elaine, The Female Malady : Women, Madness and English Culture (1830-1980), op. cit., p (...)
  • 28  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 231 : « You must speak, but I shall not listen to anything (...)

18Il est vrai que la psychiatrie militaire apparaît jouer un rôle assez ambigu entre soin et correction. Durant la Grande Guerre, ainsi que le rappelle Elaine Showalter, « thérapie et punition »27 étaient liées car il convenait de réprimer sévèrement les hommes inaptes à se conformer à un certain modèle de virilité. Dans une longue scène de Regeneration, scène au cours de laquelle le docteur Yealland traite par des décharges électriques l’aphasie d’un patient, il est évident que la violence physique du traitement se double d’une autre sorte de violence, symbolique cette fois, car le psychiatre affirme clairement sa position supérieure et indifférente aux maux d’un être impuissant à être un bon soldat : « Vous devez parler, mais je n’écouterai pas ce que vous direz »28. Non seulement Yealland utilise des moyens brutaux pour faire revenir la parole chez son patient, mais encore il contraint ensuite cette parole, en exigeant que les mots proférés soient des remerciements. Cette scène, faite pour choquer un public contemporain, révèle la grande proximité entre une volonté de soigner et une volonté de contrôler autrui à l’œuvre au cœur même de l’institution psychiatrique de guerre.

Contrôle des corps et contrôle des âmes

  • 29 Ibid., p. 145 : « At times like this the lack of privacy was almost intolerable ».

19Pat Barker, au fil de son roman, ne cesse de faire saillir les similitudes entre l’institution psychiatrique et d’autres institutions disciplinaires comme l’armée ou la prison. Car toutes ces institutions, nous y reviendrons, ont en commun de vouloir contrôler, voire assujettir, les corps ainsi que les esprits. Dès les premières pages de Regeneration, l’homologie entre l’hôpital psychiatrique de Craiglockhart et une prison est d’emblée notée par le personnage de Siegfried Sassoon, non seulement du fait de l’apparence sombre et massive de l’hôpital mais aussi à cause du « manque d’intimité […] intolérable »29 qui y règne. Qui plus est, il est souligné que les officiers sont strictement tenus de porter leur uniforme à tout moment dans l’hôpital, ce qui fait ainsi penser aux normes vestimentaires strictes en vigueur dans l’armée ou en milieu carcéral. Mais Pat Barker, au-delà de ces quelques détails pratiques, suggère qu’il existe une volonté fondamentale de contrôle et de redressement des sujets à l’œuvre dans les principes mêmes de la psychiatrie de guerre.

  • 30  Foucault, Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 160.
  • 31 Ibid., p. 159.
  • 32 Ibid., p. 269.

20Diverses institutions étatiques se distinguent par une très nette ambition de contrôler les individus de sorte à les rendre dociles et utiles. Michel Foucault, dans Surveiller et punir, rappelle ainsi que l’armée s’est appliquée à transformer le corps de l’homme en « objet et cible de pouvoir »30 en faisant de ce corps « quelque chose qui se fabrique »31. À travers un travail coercitif de redressement des postures et d’apprentissage de gestes précis, il est devenu possible de donner aux hommes un air martial ainsi qu’une efficacité guerrière, et ce par cette domestication même du corps. Une domestication du corps qui s’accompagne, bien sûr, de l’inculcation de certaines règles et valeurs autoritaires dans l’esprit des soldats. De même, comme l’analyse Foucault, la prison joue un rôle « d’appareil à transformer les individus »32 en s’évertuant à contrôler et à rendre dociles les êtres qui s’y trouvent par le biais d’un redressement des esprits doublé d’une surveillance des corps. Or, et Pat Barker le montre bien, les mêmes visées sont à l’œuvre dans l’institution psychiatrique qui s’avère être une institution très fortement disciplinaire. Ce encore davantage en temps de guerre.

  • 33  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 238 : « the business of controlling people ».
  • 34  Ibid., p. 238 : « self-destructive ».

21Regeneration expose à quel point la psychiatrie militaire, en 14-18, s’est muée en relais de l’armée dans l’entreprise de contrôle des corps et des âmes. D’une part, elle avait pour fonction de redresser les corps, cherchant à supprimer chez les combattants traumatisés les symptômes physiques (tics, tremblements, etc.) s’opposant à l’allure jugée digne de bons soldats. D’autre part, elle se devait de corriger les troubles mentaux, mais avant tout pour que les patients puissent retrouver un esprit martial adapté à leur devoir de combattre. De la sorte, comme le personnage de Rivers le reconnaît lui-même, la psychiatrie de guerre se révèle essentiellement une affaire de « contrôle »33 des individus souffrants. Les enjeux y sont, somme toute, moins thérapeutiques que disciplinaires et normatifs. Mais si certains psychiatres s’en accommodent, comme c’est le cas pour Yealland, Regeneration montre à travers la figure du docteur Rivers que d’autres ont pu se considérer prisonniers d’une telle convergence d’intérêts entre l’institution psychiatrique et l’armée. Rivers, de fait, se sent contraint par une institution qui, au nom de la défense d’une certaine culture de guerre plus « suicidaire »34 qu’autre chose, contrôle et censure au lieu de soigner.

William Rivers et la « talking cure »

22Le docteur Rivers, comme Pat Barker le montre bien, est un psychiatre assez atypique dans ses méthodes thérapeutiques. D’abord, il se distingue par sa capacité à reconnaître le bien-fondé d’affects tels que la peur, refusant d’encourager le refoulement des émotions pourtant préconisé tant par la plupart de ses collègues que par l’armée. Ensuite, au lieu de simplement veiller à renvoyer ses patients au front, il s’attache à faire en sorte que ceux-ci reviennent à la racine de leurs traumatismes par le biais de la mise en mots de leurs maux. Rivers prône, de fait, la thérapie par la parole (« talking cure » en anglais). Or le choix de cette méthode thérapeutique est riche en conséquences.

  • 35  Nous parodions ici volontairement le titre de l’ouvrage de John Langshaw Austin : Quand dire, c’es (...)

23La thérapie par la parole a deux effets majeurs bien visibles dans Regeneration. D’une part, elle permet de faire entendre la voix des combattants, libérant leurs paroles longtemps muselées. La voix individuelle a ainsi l’occasion de s’élever et d’offrir un contre-discours divergeant du discours officiel militaire et politique de l’effort de guerre. D’autre part, il apparaît pour Rivers que « dire, c’est faire »35 pour les sujets traumatisés, car se raconter et raconter ses souffrances va permettre de reprendre une forme de contrôle sur soi-même. Ce qui, on le comprend bien, est crucial pour des sujets généralement cantonnés à obéir à des ordres venus de l’extérieur.

  • 36  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 249 : « If anything, he was amused by the irony of the sit (...)

24Mais, ainsi que Pat Barker le souligne, « donner voix » aux traumatisés de guerre n’est pas anodin. Car leurs mots/maux peuvent se révéler subversifs et, en faisant entendre leurs griefs, les combattants ouvrent la voie d’un espace de contestation des discours officiels d’une certaine idéologie martiale dominante. Au risque, pour ceux qui sont attentifs à ces mots/maux, de s’en trouver profondément transformés. Dans Regeneration, c’est le cas de Rivers, dont l’adhésion totale à la culture de l’effort de guerre s’avère remise en cause du fait de contacts quotidiens avec des sujets traumatisés. Rivers reconnaît lui-même l’ironie de ce puissant changement : « Lui, dont c’était le métier de faire changer les gens, avait été transformé »36.

25Ainsi le roman de Pat Barker, loin de dépeindre affrontements ou scènes de tranchées, tient-t-il son originalité d’un travail sur les dimensions agonistiques de la Grande Guerre vues à travers le prisme des difficultés à mettre en mots ainsi qu’à faire entendre les maux d’un conflit pris dans une culture de guerre tout aussi autoritaire que délétère.

Haut de page

Bibliographie

Audoin-Rouzeau, Stéphane & Becker, Annette, 14-18 : Retrouver la guerre, Paris, Folio Histoire, 2000.

Barker, Pat, Regeneration, Londres, Penguin Books, 1991.

The Eye in the Door, Londres, Penguin Books, 1993.

The Ghost Road, Londres, Penguin Books, 1995.

Foucault, Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

Fussell, Paul, The Great War & Modern Memory, Oxford, Oxford University Press, 1975.

Higonnet, Margaret (ed.), Behind the Lines: Gender & the Two World Wars, New Haven, Yale University Press, 1989.

Leed, Eric, No Man’s Land: Combat & Identity in World War I, Cambridge, Cambridge University Press, 1979.

Sassoon, Siegfried, Sherston’s Progress, New York, Faber & Faber, 1936.

War Poems of Siegfried Sassoon, New York, Dover Press, 2004.

Shephard, Ben, A War of Nerves : Soldiers and Psychiatrists (1914-1994), Londres, Pimlico, 2001.

Showalter, Elaine, The Female Malady : Women, Madness and English Culture (1830-1980), Londres, Virago, 1985.

Smith, Grafton Elliot & Pear, Tom Hatherly, Shell-Shock and its Lessons, Manchester, Manchester University Press, 1917.

Haut de page

Notes

1  Le complexe d’hydrothérapie de Craiglockhart, situé non loin d’Édimbourg, fut employé comme hôpital militaire de 1916 à 1919 et William Rivers y exerça effectivement comme psychiatre de 1917 à 1918.

2  Audoin-Rouzeau, Stéphane & Becker, Annette, 14-18 : Retrouver la guerre, Paris, Folio Histoire, 2000, p. 47.

3  Au cours de cet article, les citations du roman de Pat Barker seront données dans leur traduction française, dont voici les références : Barker, Pat, Régénération, Arles, Actes Sud, 1995. Nous donnerons, en notes, les textes de la version originale anglaise. Les références de l’œuvre originale sont les suivantes : Barker, Pat, Regeneration, Londres, Penguin Books, 1991.

4  William Rivers (1864-1922) fut un psychiatre et neurologue anglais de renom également connu pour ses travaux en anthropologie.

5  Voir notamment l’article suivant : Rivers, William, « The Repression of War Experience », The Lancet, n° 4927, 02/02/1918, pp. 173-177.

6  Comme ce fut le cas de Siegfried Sassoon dont la très critique lettre ouverte « Finished with the War » lui valut un séjour à Craiglockhart afin d’éviter l’autre alternative possible : le passage en cour martiale.

7  Fussell, Paul, The Great War & Modern Memory, Oxford, Oxford University Press, 1975, pp. 21-22 : « The Great War took place in what was, compared with ours, a static world, where […] obedient soldiers were the brave ».

8  Barker, Pat, Regeneration, Londres, Penguin Books, 1991, p. 236 : « a horse’s bit ».

9  Showalter, Elaine, « Rivers and Sassoon : The Inscription of Male Gender Anxieties », Behind the Lines : Gender and the Two World Wars, sous la direction de : Higonnet, Margaret, New Haven, Yale University Press, 1989, p. 64 : « Soldiers lost their voices and spoke through their bodies ».

10  Audoin-Rouzeau, Stéphane & Becker, Annette, op. cit., p. 46.

11  Barker, Pat, The Eye in the Door, Londres, Penguin Books, 1993, p. 127 : « the unreflecting admiration of courage ».

12  Henry Rider Haggard (1856-1925) est un écrivain anglais connu pour ses romans d’aventures populaires mettant en scène des jeunes hommes héroïques et aventureux.

13  Pensons ici au poème de Tennyson « The Charge of the Light Brigade », poème relatif à la bataille de la Balaklava lors de la guerre de Crimée, qui glorifie la charge héroïque menée par la cavalerie britannique contre les forces ennemies russes.

14  Showalter, Elaine, The Female Malady : Women, Madness and English Culture (1830-1980), Londres, Virago, 1985, pp. 170-171 : « There were […] social expectations of the masculine role in war ».

15 Ibid., p. 169 : « This parade of incapacitated men was in itself a shocking contrast to the heroic visions and masculinist fantasies that had preceded it ».

16  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 04 : « cowards, shirkers, scrimshankers and degenerates ».

17 Ibid., p. 66 : « rubbish ».

18  Showalter, Elaine, The Female Malady : Women, Madness and English Culture (1830-1980), op. cit., p. 174 : « The war, to which so many men had gone in hope of becoming heroes, ended up emasculating them ».

19  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 108 : « The war that had promised so much in the way of “manly” activity actually delivered “feminine” passivity ».

20 Ibid., p. 48 : « But they were still expected to do their duty and return to France ».

21  Shephard, Ben, A War of Nerves : Soldiers and Psychiatrists (1914-1994), Londres, Pimlico, 2001, p. 18 : « They were military doctors, there to “conserve the fighting strength”, to help win the war ».

22  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 15 : « I can’t pretend to be neutral ».

23 Ibid., p. 4 : « [They] don’t believe in shell-shock ».

24  Cette question très controversée de la reconnaissance et de l’indemnisation des soldats traumatisés fut au cœur du rapport du « War Office Committee of Enquiry into “Shell-Shock” » publié en 1922.

25  Lewis Yealland (1884-1954) fut un psychiatre canadien, qui exerça à Londres durant la Grande Guerre, connu pour avoir conçu la thérapie comme une sorte de punition à infliger aux soldats atteints de « shell-shock ».

26  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 224  : « The removal of the physical symptom was described as a cure ».

27  Showalter, Elaine, The Female Malady : Women, Madness and English Culture (1830-1980), op. cit., p. 178 : « therapy and punishment ».

28  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 231 : « You must speak, but I shall not listen to anything you have to say ».

29 Ibid., p. 145 : « At times like this the lack of privacy was almost intolerable ».

30  Foucault, Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 160.

31 Ibid., p. 159.

32 Ibid., p. 269.

33  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 238 : « the business of controlling people ».

34  Ibid., p. 238 : « self-destructive ».

35  Nous parodions ici volontairement le titre de l’ouvrage de John Langshaw Austin : Quand dire, c’est faire (How to do Things with Words).

36  Barker, Pat, Regeneration, op. cit., p. 249 : « If anything, he was amused by the irony of the situation, that he, who was in the business of changing people, should himself have been changed ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Gérardin, « Regeneration de Pat Barker (1991) : la gestion des maux/mots de la Grande Guerre par l’institution psychiatrique », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://amnis.revues.org/1157 ; DOI : 10.4000/amnis.1157

Haut de page

Auteur

Isabelle Gérardin

Doctorante et allocataire-monitrice-normalienne à l’Université Paris Diderot-Paris 7 Membre des doctorants du LARCA, isabelle.gerardin@gmail.com

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org