Navigation – Plan du site

L’idée nationale en montagne et dans l’alpinisme : le cas du club alpin austro-allemand (DÖAV)

Michel Mestre

Résumés

L’institutionnalisation de la pratique de l’alpinisme sous la forme de clubs est un processus à part entière de l’histoire culturelle des pays. Elle s’est faite dans le cadre de conflits idéologiques, notamment le nationalisme, ce que le club alpin austro-allemand illustre parfaitement. En effet lors de sa création, le club alpin est de fait placé dans un contexte de choix entre une organisation de type « petite Allemagne » ou « grande Allemagne », et le choix effectué, à savoir un club alpin austro-allemand, donc représentatif d’une pensée grande Allemagne, est revendiqué par les fondateurs comme un acte fondamental non politique mais représentatif d’une spécificité culturelle. Après la Première Guerre mondiale le club s’engage pour l’abrogation du traité de Versailles, prône la revanche et le retour des territoires du Tyrol du sud au sein d’une communauté germanophone et laisse les éléments les plus extrêmes (völkisch) pratiquer l’aryanisation du club. Enfin le club a largement cautionné une politique colonialiste qui transformait les alpinistes en explorateurs privilégiés de terres nouvelles et en porte-drapeaux de la germanité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Andler Charles (Dir.), Les origines du  pangermanisme,  Louis Conard, Paris, 1915, pp. 105-106.

1L’unité allemande est un processus long et complexe, dont on peut penser qu’il a trouvé son terme, en 1990, avec la réunification des deux Etats allemands issus de la défaite de 1945. Au cours du XIXe siècle, les péripéties qui ont accompagné ce mouvement furent souvent cruelles pour des peuples pris en otage par les puissants, sans aucune garantie d’autodétermination (guerre de 1866 entre l’Autriche et la Prusse, défaite cuisante de Sadowa et cession de la Vénétie à l’Italie, guerre franco-allemande, Première Guerre mondiale comme conséquence des nationalismes en Mitteleuropa, découpages territoriaux arbitraires). Dans ce contexte, les politiques furent bien tortueuses et les principaux hommes politiques souvent inconséquents. Mais ces faits sont dans l’ensemble connus des historiens, analysés et disséqués depuis longtemps, tout comme le substrat économique de ces décennies. En même temps on a une bonne approche des phénomènes littéraires qui ont accompagné les événements historiques et économiques. Certains faits qui ressortent plus de l’histoire culturelle restent en revanche moins bien connus, souvent parce qu’ils ont été considérés comme négligeables. Or l’alpinisme, qui est apparu sous forme de mouvement structuré vers le milieu du XIX e siècle, et qui a concerné bon nombre de personnes souvent proches des milieux politiques ou économiques, on dirait volontiers aujourd’hui des décideurs, est justement un de ces phénomènes pertinents pour une meilleure compréhension de la période envisagée. Un fait, entre autres, qui aurait dû mettre sur la voie de ce type d’approche, est l’impact du mouvement gymnique dans cette perspective. Or le Turnen , pour utiliser le concept allemand, fut une création politique, Friedrich Ludwig Jahn (1778-1852) lançant son mouvement après la défaite prussienne de Iena (1806), dans le but précis de réconcilier les différentes classes de la nation et rendre la race allemande plus vigoureuse et plus consciente de sa force1.

2Cette irruption de la politique dans le sport, il serait d’ailleurs plus juste de parler de l’irruption du sport dans la politique, se concrétise par le fait qu’en 1862 le mouvement compte 130 000 adhérents, 170 000 en 1880 : le chiffre atteindra 1,2 million de membres à la veille de la Première Guerre mondiale. Or il a fallu attendre bien longtemps pour qu’aie lieu la prise en compte exacte du phénomène des gymnastes et de ses liens avec l’alpinisme. Il est vrai que l’alpinisme était avant les années 1850 le fait d’alpinistes isolés, fréquentant des sommets ou des groupes de montagnes avec deux motivations fondamentales, une meilleure connaissance de lieux jusqu’alors perçus comme repoussants, non civilisés, voire dangereux, (alpinisme d’exploration, alpinisme scientifique) et/ou celle d’une jouissance esthétique face à des lieux sauvages (alpinisme artistique, voire « philosophique ». L’alpinisme devient, avec son institutionnalisation sous la forme de clubs et son évolution technique, un élément non négligeable du nationalisme sous ses formes les plus diverses. Comment ?

3D’une part parce que, lors de sa création, le club alpin est de fait placé dans un contexte de choix entre une organisation de type « petite Allemagne » ou « grande Allemagne », et que le choix effectué (un club alpin austro-allemand, donc représentatif d’une pensée favorable à la grande Allemagne) sera hautement revendiqué par les fondateurs comme un choix non politique, mais représentatif d’une spécificité « culturelle ».

4D’autre part parce qu’après la Première Guerre mondiale le club n’aura de cesse de revendiquer l’abrogation du traité de Versailles, de prôner la revanche et le retour des territoires du Tyrol du sud au sein d’une communauté germanique et de laisser les éléments les plus extrêmes ( völkisch) revendiquer l’aryanisation du club.

5Enfin parce que le club a largement cautionné une politique colonialiste qui transformait les alpinistes en explorateurs privilégiés de terres nouvelles, faisant de ceux-ci des porte-drapeaux (au sens le plus littéral du terme) de la germanité.

La création : un club autrichien (1862), munichois (1869), allemand ou austro-allemand (1873) ?

6Quand les alpinistes germaniques apprennent la création de l’Alpine Club à Londres en 1857, leurs réactions sont presque toujours identiques, allant de l’imitation (Ils l’ont fait, nous aussi), à une certaine répulsion ( Ils l’ont fait, nous en sommes tout autant capables) au niveau de l’organisation interne (Nous ne fonctionnerons pas comme eux), comme au niveau de la prise d’une conscience nationale ( Ils l’ont fait, mais dans nos montagnes, à nous de les rattraper ). C’est la naissance du pilier idéologique fondamental, celui du territoire sur lequel agit l’alpiniste. Or, pour les Allemands, ce territoire est loin d’être défini(tif).

  • 2  Cf. Mestre Michel, « Un exemple de modernité féminine : Elisabeth d’Autriche (Sissi) et la pratiqu (...)
  • 3  Cinquième assemblée générale du 17 février 1864, citée dans Mitteilungen ÖAV, 1865, pp. 361.
  • 4  Cf. Mestre Michel, « La bibliothèque du DÖAV », in Babel n° 6, 2002, pp. 63-84.

7Dès 1862 des Viennois créent le Club alpin autrichien (ÖAV). Parmi les créateurs on trouve Paul Grohmann, Edmund von Mojisovics, le baron Guido de Sommaruga, Karl von Sonklar, Anton von Ruthner et Franz Senn. La liste des membres de 1864 (donnée dans les Mitteilungen de 1865, p. 396-412) montre qu’il y en a déjà cinq cents, que le club se place sous la protection de son altesse impériale et royale l’archiduc Rainer d’Autriche2, que ce premier groupe est composé de grands bourgeois et d’aristocrates, (on compte à Vienne 79 noms à particule ou possédant un titre nobiliaire), presque tous sont Viennois (380 personnes). La proportion d’universitaires est de 10 % à Vienne. Les objectifs avérés du groupe sont, avant tout, l’exploration des Alpes autrichiennes dans le but d’une meilleure connaissance scientifique (aspect physique, démographie, culture, etc.). Toute préoccupation politique n’est pas absente, si l’on en juge par des interventions de von Ruthner, par exemple, sur les combats au Schleswig ou ceux du conflit austro-allemand de 18663. Le club est alors nettement autrichien et essaie de se faire connaître et reconnaître par des publications, dont les Mitteilungen sont le premier élément4.

  • 5  Cf. Zwick Nepomuk, Geschichte der Alpenvereinssection München, Verlag des Alpenvereins, München, 1 (...)

8Toutefois le club peine à se développer en dehors du cercle restreint de ses créateurs et des voix discordantes se font entendre, surtout en provenance de Bavière : en 1869 des dissidents de l’ÖAV et des Munichois (en tout un groupe de 36 personnes) créent le Club alpin allemand (DAV)5. Leurs objectifs sont quasi identiques, si ce n’est qu’ils concernent désormais les Alpes allemandes et autrichiennes, et que le travail concret y est privilégié. Le glissement sémantique d’autrichien à allemand n’est bien évidemment pas neutre. Ainsi deux clubs alpins germanophones coexistent, avec plus ou moins de bonheur pendant quatre ans, alors que contacts officieux et officiels, appels à l’unité ou au contraire à la sauvegarde des spécificités de chacun des deux clubs s’accumulent. Pendant ce temps le DAV grandit, passant de 700 membres en 1869 à 3500 en 1872. Malgré une chute des effectifs en 1873 ( 2383 membres), il compte 34 sections et a essaimé dans toutes les régions allemandes, y compris Vienne (où il récupère entre autres, le célèbre alpiniste Paul Grohmann), et les territoires de la Double Monarchie. Le Tyrol du sud (futur Haut-Adige) se distingue avec trois sections à Bozen/Bolzano, Bruneck/Brunico et Meran/Merano. L’action du nouveau club en faveur de la constitution de compagnies de guides, la puissance financière de certaines sections (comme Berlin, créée en 1870, ou celle de Francfort/Main), un activisme certain le font apparaître assez rapidement comme la locomotive du mouvement, l’ÖAV restant, lui, en retrait.

  • 6  Voir le compte-rendu de L. von Hoffmann lors de l’Assemblée générale du 30 avril 1873, in Jahrbuch (...)
  • 7  Désormais en abrégé ZDÖAV et ZDAV.

9Le club autrichien, conscient de cette concurrence tente bien de résister6, des pourparlers aboutissent à la publication en commun en 1872 d’une Zeitschrift des DÖAV (portant les mentions Jahrgang 1872, Band 3 der Zeitschrift des DAV, 10. Jahrgang der Publikationen des ÖAV , sous la direction de Klaus Haushofer)7. Mais en 1873 chaque club, encore indépendant, publie séparément un numéro de sa propre revue, Jahrbuch ÖAV, Bd. 11 et Zeitschrift des DAV, Bd. 4.

10Selon une certaine logique darwinienne, le plus gros des deux clubs va manger le plus petit et, en 1873, après quatre années de « cohabitation » houleuse, il n’y a plus qu’un seul club alpin dénommé Club alpin austro-allemand (DÖAV). La traduction française rend mal la prééminence de l’adjectif deutsch, le Ö (österreichisch ) représentant ce qui reste d’autrichien dans le nouvel ensemble, c’est-à-dire  essentiellement une section de Vienne baptisée Austria, les autres composantes se transformant en sections, le principe du siège central tournant (Vorort ou Vereinssitz) tous les trois ans étant adopté. Pour apaiser quelque peu les rancœurs autrichiennes Vienne est choisie comme premier siège central et sera suivie par Francfort/Main, Munich, Salzbourg, Graz, Innsbruck, Stuttgart, avec un savant dosage entre villes allemandes et autrichiennes.

  • 8  Cf. Zwick (1900) et Dreyer (1909).
  • 9  Expression utilisée par Amstädter (1996), p. 43.

11L’explication la plus souvent donnée8 à cette fusion est que les Viennois étaient trop scientifiques et pas assez alpinistes, qu’ils manquaient en fait « d’engagement alpin »9, qu’ils étaient trop centralisateurs et pas assez provinciaux, trop tournés vers les Alpes autrichiennes et pas assez vers l’ensemble des Alpes allemandes. Nepomuk Zwickh, un des historiens du DÖAV, n’hésite d’ailleurs pas à laisser percer un certain mépris pour les premiers membres du club autrichien.

Aujourd’hui, avec plus de trente ans de recul, il faut bien avouer que l’ÖAV ne possédait aucune force magnétique et qu’il fut incapable d’enrôler ne serait-ce que quelques membres dans les régions alpines [...] Ce manque de substance dans la population alpine joint à une cotisation dérisoire de 3 florins responsable de moyens financiers limités, excluaient toute activité pratique en vue de l’exploration des Alpes.

  • 10  Cf. Zwick (1900), cit. p. 11, 12, 14 et 16.

12Et Zwick d’ajouter à ces griefs le manque de guides et d’informations concrètes sur les Alpes, la méconnaissance de la relation directe entre l’alpinisme et le tourisme, donc la possibilité d’améliorer la vie de tous les jours des montagnards, pour finir par asséner aux professeurs viennois, sans les nommer bien sûr, cette phrase assassine sur « l’exploration des montagnes, en fait l’exploration touristique et non pas celle dirigée depuis une chaire d’université »10.

13Ces explications uniquement d’ordre technique masquent mal les préoccupations identitaires du club. Il faut alors absolument replacer la fusion dans une perspective historique comparatiste entre le Reich, la double Monarchie et la Bavière, pour voir qu’elle participe d’une volonté liée à la polémique entre partisans d’une Grande Allemagne et ceux d’une Petite Allemagne, et qu’elle est une des expressions du conflit entre les différentes composantes germaniques sur une conception non seulement de l’activité alpinistique, mais aussi de l’espace germanique que ce soit en montagne, dans un premier temps, ou, dans un second temps, à un niveau politique plus global.

14Depuis le début du siècle et la tourmente napoléonienne, Prusse et Autriche s’affrontent plus ou moins ouvertement pour contrôler cet ensemble hétéroclite que sont les Etats germaniques. Chez les Autrichiens, deux courants antagonistes se font jour, l’un mettant en avant la consanguinité entre Autrichiens et Allemands, l’autre nettement anti-prussien. Chez Bismarck, la perspective est autre, qui consiste plutôt à asseoir la puissance de la Prusse sur une unification excluant l’Autriche.

15Face à la déliquescence autrichienne, caractéristique de la seconde moitié du XIXe siècle, et qui se manifeste tout autant au plan politique qu’économique, Bismarck place le roi de Prusse sur le trône d’un Reich regroupant autour de la Prusse, tous les autres Etats allemands, moyens ou petits, qu’ils aient combattu avec lui ou contre lui en 1866.

  • 11  Titre de l’ouvrage de Bled Jean-Paul, Les fondements du conservatisme autrichien 1859-1879, Public (...)

16Au niveau social, l’évolution est également nette. Eglise, armée, noblesse constituent encore les « fondements du conservatisme autrichien »11, la société autrichienne étant dominée par l’aristocratie, celle de la Cour, de la diplomatie, des officiers supérieurs, ou celle des anoblis récents de la haute administration. Si ces derniers éléments se retrouvent dans le cadre du Reich, c’est à un degré moindre : ici la grande bourgeoisie ayant fait fortune dans l’industrie et le commerce, la bourgeoisie intellectuelle et une bourgeoisie moyenne issue du petit commerce et de l’artisanat représentent une part importante des structures sociales de l’Allemagne du nord. Il faut enfin envisager les clivages religieux entre Etats du nord à majorité protestante et ceux du sud où le catholicisme domine.

17Comment penser, dès lors, que cet ensemble de faits n’ait eu aucun écho parmi des gens appartenant aux couches supérieures de la population, donc bien informés, parfois eux-mêmes proches des principaux acteurs politiques de l’époque ? Même si les fondateurs du DAV sont Bavarois et leur situation peut-être plus proche de l’Autriche que de la Prusse, la Bavière est bien partie intégrante du Reich et le développement du club passe aussi par les sections prussiennes, même si elles sont plus limitées en membres. Un exemple caractéristique de l’opposition entre clubistes autrichiens et allemands est fourni par les sections d’Allemagne orientale. C’est un peu un paradoxe, tant la caractéristique géographique dominante de cette entité est la platitude. Et pourtant Berlin, Magdebourg, Weimar, Iena, Leipzig, Dresde, mais aussi des villes situées au bord de la Baltique (aujourd’hui en territoire polonais), comme Szczecin (Stettin) et Gdansk (Danzig en allemand), Kaliningrad (aujourd’hui russe, à cette époque Königsberg), ou d’autres de Silésie comme Wroclaw (Breslau) ou Kattowice (Kattowitz) créent leurs sections et, chose plus incroyable, car ce sera une source ultérieure de longs conflits, érigent des refuges dans les Alpes allemandes, mais surtout autrichiennes, car elles représentent les espaces les plus intéressants pour la pratique de l’alpinisme. On a d’ailleurs là un autre élément important lié à la colonisation économique d’un territoire.  Et, par delà cette opposition générale, il faut replacer ici aussi la rivalité entre Vienne et Munich.

18Le lieu même de la pratique alpinistique, à savoir les Alpes, devient ainsi enjeu. Les statuts de l’ÖAV, comparés à ceux du DAV de 1869, font ressortir une nuance de taille entre les « Alpes autrichiennes », citées dans les premiers, et les « Alpes autrichiennes et allemandes » du second. Apparaît pour la première fois au grand jour l’idée, qui sera par la suite l’idée centrale de l’idéologie du club, qu’il n’y a pas de frontières à l’intérieur des Alpes, en tout cas pas de frontières entre groupes germaniques. C’est l’émergence du thème de l’unité des régions alpines germanophones, la concrétisation d’une entité regroupant toutes les composantes germaniques éparpillées, type même de la revendication pan-allemande. Et le rédacteur du numéro 1 de la ZDAV écrit ainsi :

  • 12  ZDAV, 1869-1870, p. II.

Le club alpin allemand ne connaît pas de frontières politiques. Comme, petit à petit, il a l’intention d’inclure dans le domaine de ses recherches tous les territoires des Alpes allemandes, il se doit donc de réunir toutes les ethnies allemandes, qu’elles résident en Allemagne ou en Autriche germanique.12

19D’un point de vue très concret, il est facile de comprendre les motivations des Bavarois, tant leur portion des Alpes est réduite par rapport à celles des Autrichiens et des Suisses, sans parler des Français et des Italiens. Il n’est pas exclu de penser qu’il y avait aussi dans cette revendication à la globalité des Alpes, le simple désir de profiter des territoires fascinants pour les alpinistes que sont les Alpes orientales y compris les Dolomites. Cette revendication sera d’ailleurs à l’origine d’un des problèmes fondamentaux de l’histoire complexe du club, celle des refuges. Il suffit de mentionner ici que la majorité des refuges du DÖAV, gérés par des sections allemandes,  voire sises sur des territoires non germaniques de la Double Monarchie, sera érigée dans les Alpes autrichiennes et les Dolomites, ce qui promet des conflits récurrents après 1918.

  • 13  Müller (1979), p. 112.

Bien souvent, il était fait allusion au fait que les Allemands n’étaient que des invités et que c’étaient les Autrichiens qui disposaient du droit d’être chez eux.13

20On peut voir en définitive que la création du DÖAV a mis en jeu des forces qui lui sont largement extérieures, qu’elle n’est pas que le résultat de l’action, pour reprendre des expressions galvaudées par la littérature officielle des clubs, d’amis et de passionnés des montagnes ou d’hommes portés par un enthousiasme juvénile vers la beauté des montagnes, mais tout autant d’un environnement politique, économique et social, les alpinistes n’étant pas du tout, comme revendiqué dans leurs écrits, à l’écart des contraintes sociologiques de leur temps, mais bien agissant à l’intérieur de ce cadre.

L’après Première Guerre mondiale : désirs de revanche, de domination, de pureté

  • 14  100000 membres, contre 7500 au Club alpin français, 10000 au Club alpin italien, 14000 au Club alp (...)
  • 15  Cf. les résultats des traités de Versailles et de Saint-Germain.

21Jusqu’à la déclaration de la Première Guerre mondiale, le club croit constamment et devient le plus puissant des clubs alpins au monde14. Il est fortement structuré, ses publications sont importantes. La guerre lui porte un coup extrêmement rude pour deux raisons : la première est la présence parmi les troupes allemandes et autrichiennes de très nombreux officiers-alpinistes, tous considérant que les troupes de montagne sont des troupes d’élite, que la défaite leur a été imposée, qu’ils n’ont en aucun cas été vaincus. C’est, réduite au groupe des alpinistes, l’illustration de la théorie du « coup de poignard dans le dos », qui fera florès sous Weimar. Son corollaire est que l’alpiniste a montré tout au long du conflit sa capacité à résister aux pires conditions, à faire preuve de courage, d’abnégation et de sens des responsabilités, à démontrer, s’il en était encore besoin, que l’alpinisme est l’école par excellence pour l’acquisition de ces vertus, qui ne sont pas encore typiquement germaniques, mais ne vont pas tarder à le devenir. La seconde raison concerne les modifications profondes des frontières autrichiennes15, l’instauration de républiques démocratiques de façon largement artificielle ou suite à des mouvements insurrectionnels qui posent concrètement la question de la légitimité de ces nouveaux régimes. Le premier point concerne avant tout la cession des territoires du Tyrol du Sud (Südtirol) aux Italiens qui, après la « trahison » de 1915, deviennent ennemis emblématiques.

22C’est l’occasion pour les cadres du club d’intervenir directement dans le sentiment de frustration unanimement ressenti par les Austro-allemands en orientant le club vers un certain nombre de directions toutes empreintes du nationalisme le plus exacerbé. La sportivisation du mouvement, la politique envers la jeunesse, la revendication des territoires perdus, phénomènes auxquels vient s’ajouter, dès la fin de la guerre, un fort sentiment d’antisémitisme, qui fera du club un précurseur dans l’application d’une politique systématique d’exclusion des juifs, une sorte d’enfermement pathologique dans ses frustrations les plus primaires, tout concourt à développer le primat de l’alpiniste allemand sur « les autres », ce qui fera le lit du nazisme.

23Bien avant 1900 l’alpinisme sportif (c’est-à-dire en solitaire, sans guide ou sous forme d’escalade de haute difficulté) est largement implanté chez les grimpeurs germaniques, soit une génération avant le GHM (Groupe de Haute Montagne, créé en France en 1919). Otto Ampferer (1875-1947), Paul Preuss (1886-1913), Otto Herzog (1888-1964), Hans Dülfer (1892-1915), et le guide autrichien Hans Fiechtl (1883-1925), les deux derniers constituant le noyau du groupe souvent qualifié d’école munichoise, tous membres de la section Bayerland du DÖAV considérée comme pépinière élitiste, perfectionnent les manœuvres de corde (Dülfer) et réussissent des passages jusqu’alors considérés comme infranchissables. Ce sera en partie possible grâce à l’apport de membres du mouvement gymnique ( Turnen), important non seulement comme courroie de transmission d’une technique du mouvement et d’une approche du corps, mais aussi parce que ce mouvement est très fortement ancré dans l’idéologie nationaliste.

24D’autre part l’appartenance des premiers alpinistes aux couches sociales élevées montre que la bourgeoisie est travaillée par des idées de valorisation, alors qu’elle a été rejetée de la sphère politique après l’échec de la révolution de 1848. Par le biais de l’économie, où elle domine largement, par la main mise en grande partie sur les structures universitaires et même l’armée, la bourgeoisie (qui fournit aussi une bonne partie de la nouvelle noblesse, celle que les deux empereurs n’hésitaient pas à promouvoir pour services rendus à l’Etat), devient la force principale de la Prusse, à un degré moindre de l’Autriche. Cette classe, à qui manque un certain code de l’honneur propre à la noblesse, cherche souvent dans l’alpinisme un ersatz à ce code, n’hésitant jamais à se décrire comme une nouvelle chevalerie. Il va alors de soi que, pour certains individus tout au moins, l’alpiniste accepte toute la responsabilité de la course, y compris celle de décider où et quand il y a danger de mort, ne laissant à personne d’autre le soin de la poursuite ou non de son engagement. Une philosophie, issue en grande partie du romantisme, prônant le rejet de l’embourgeoisement, mythifiant le héros et son destin tragique lui vient ici en aide. Elle facilite cette démarche grâce à laquelle le bourgeois peut sortir de sa fonction uniquement administrative, ou technique, ou productive, pour acquérir une nouvelle légitimité liée, cette fois, à sa personne et son action propres. Quittant les habits de l’homme social, en même temps qu’il endosse la tenue de l’alpiniste, il fuit, non seulement la grande ville (lieu privilégié de son personnage), mais crée un nouveau monde idéal, où il définit les règles de fonctionnement, réalisant ainsi son moi profond. Comme le club lui donne les moyens concrets de réaliser cette mutation, il n’est pas étonnant qu’il s’y investisse en écrits, qu’il y investisse aussi son argent, qu’il y consacre beaucoup de temps. Grâce aux publications il peut perfectionner cette image mythique de la montagne et du montagnard, et tant mieux si elle correspond à des aspirations partagées par d’autres, peintres, poètes, propagateurs du mouvement Heimat . Avec l’argent il bâtit des refuges, aménage des sentiers, facilite l’accès aux montagnes, laissant une empreinte concrète de son travail, pendant de son activité économique. Le concept de travail alpin n’est pas ici employé au hasard, mais reflète bien l’activisme dont le club fait preuve et qu’il met largement en avant dans ses écrits. Nous verrons ultérieurement que son complément est le travail culturel (Kulturarbeit ), euphémisme pour désigner l’idéologie qui sous-tend son action. En parallèle le récit alpin se délecte de tout un vocabulaire militaire, de ce que Bouet dénomme « la fonction agonale » du sport, qui consiste à institutionnaliser « ce combat non guerrier qu’est la lutte sportive ».

  • 16  Bouet Michel, Signification du sport , Editions universitaires, Paris, 1968, p. 462 et 465. La lis (...)

Le caractère agonal de l’activité sportive est reflété d’une façon manifeste par le langage dans lequel elle s’exprime en cours d’acte, comme dans les commentaires et les évocations parlées ou écrites dont elle est l’objet après. Il n’est question que de « battre », « écraser », « porter le coup de grâce », que de « défis », « d’attaques », « d’offensives.16

25Après la Première Guerre mondiale et fort du sentiment de sa supériorité sur les autres combattants, l’alpiniste n’aura aucun scrupule à mettre ses qualités au service d’un Etat amputé de nombre de ses territoires et bafoué au niveau international pour se faire le propagateur de la revanche et de la reconquête.

26Cette action est avant tout marquée par la défaite, le « Diktat » de Versailles, la perte des territoires du Tyrol du sud, terrain de jeu privilégié des alpinistes, globalement par le refus de la situation géopolitique créée et le désir de revanche. En préambule à sa 46e assemblée générale à Salzbourg en 1920, le Club fait paraître cet appel pathétique :

  • 17  Mitteilungen, Nr. 17/20.

Pour un Tyrol du sud allemand !
En septembre 1920 l’Italie a concrétisé son annexion du Tyrol du sud allemand à son royaume.
Un territoire pourvu à profusion par la nature de tous ses dons, certainement la plus belle des régions allemandes, devrait donc être considérée comme perdue, une ethnie purement allemande depuis l’éternité devrait être séparée de ses compatriotes et livrée à la romanité. Des barrières sont ainsi érigées pour empêcher l’alpiniste allemand de fréquenter les montagnes de ses rêves, d’aller se reposer dans ces oasis si familières de l’Adige et de l’Isarco, de rendre visite à ses frères privés de leur droit à l’autodétermination.
Tyrol du sud allemand ! Tout le peuple allemand ressent ta souffrance et pleure sur ton triste sort, et en tête, nous, les amis de tes montagnes.
Mais nous autres alpinistes, habitués à ne jamais perdre espoir et à poursuivre de toutes nos forces notre objectif, nous continuerons malgré les barrières à tisser les liens intangibles de notre communauté, qui t’unissent à nous, à te garder notre fidélité allemande, à maintenir ta nature allemande : nous n’arrêterons pas de parcourir tes montagnes allemandes et ferons tout pour apaiser ta peine.
Cela nous le jurons !17

  • 18  Voir à ce sujet Korinman Michel, Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une g (...)

27Le texte se passe de tout commentaire. Le club devient ainsi un propagateur zélé du retour au statu quo ante en utilisant ses publications pour démontrer, en faisant appel aux noms les plus célèbres de la géographie (dont Friedrich Ratzel18 ) ou de l’histoire, que les seules frontières acceptables sont celles d’avant 1918. Des linguistes viennent apporter leur aide afin de faire pendant à la vague d’italianisation du Tyrol du sud, entreprise par l’agitateur irrédent Ettore Tolomei. Ainsi sur un échantillon de textes à tendance historique parus dans la ZDÖAV entre 1918 et 1933, 64 % concernent la guerre et la question du Tyrol du sud, avec l’accent mis sur la question linguistique.

  • 19  Voir Mestre Michel, « La politique de la jeunesse du Club alpin français sous Vichy. Comparaison a (...)
  • 20  Enzensperger Ernst, « Aus alpiner Jugendarbeit » in ZDÖAV,1925, Bd. 56, p. 83 et 79.
  • 21  Chiffres tirés de Müller (1979), p. 32.
  • 22  Amstädter (1996), p. 239.

28Le second aspect de cette offensive concerne la nouvelle politique envers la jeunesse, que deux alpinistes personnifient en particulier : Ernst Enzensperger, en Allemagne, et Eduard Pichl en Autriche19. Lançant à longueur de revue des appels enflammés pour l’accomplissement « de notre plus belle mission, l’engagement pour notre patrie », insistant sur l’importance « de la virilité, dont notre patrie a aujourd’hui tant besoin »20, mêlant les thèmes les plus éculés de la littérature Heimat (dichotomie sain/malsain ou pur/impur liée à la thématique montagne/ville), faisant montre d’un machisme assez primaire, tous deux se lancent à fond dans une politique d’accueil de nouveaux membres jeunes, leur facilitant hébergements, voyages, participation aux courses en montagne. Le résultat est tangible : entre 1920 et 1930 les effectifs du club passent de 107000 à 233 173, avec un pic en 1924 autour de 250 000 membres21. L’encadrement des jeunes entre 18 et 25 ans rassemblés au sein de groupes spécifiques (Jungmannschaften) directement inspirés du Mouvement de la jeunesse ( Jungmannbewegung) de l’idéologue nazi Walter Riehl est assuré par d’anciens officiers ayant servi pendant la Première Guerre mondiale. Ainsi se concrétise l’idée d’une formation paramilitaire dans le cadre du club, alliée à une action forte de « séduction de la jeunesse allemande »22 qui passe par le rassemblement de tendances hostiles à la démocratie et aux Républiques nouvellement installées.

29Un troisième aspect, déjà en germe dans les précédents, vient compléter la panoplie des mesures du club dans le sens d’une identification encore plus poussée à la germanité, l’aryanisation des sections. Elle commence dès 1920, surtout dans les sections autrichiennes et sous l’influence, encore une fois, d’Eduard Pichl, pour atteindre son apogée, en 1924. A cette date une section juive baptisée Donauland, issue d’une première vague d’exclusion des membres juifs des sections viennoises, est définitivement chassée du DÖAV, ce que la littérature officielle du club a toujours qualifié d’affaire Donauland .

  • 23  Zebhauser Helmuth, extrait du discours tenu lors de la journée du souvenir du 6 décembre 2001 à Mu (...)

Le terme d’affaire constitue une atténuation manifeste des faits, dont nous devrions vite nous débarrasser. Cette mise en scène des groupes nationalistes et racistes au Deutsches Theater de Munich à l’occasion de l’Assemblée générale extraordinaire du DÖAV de 1924 ne fut pas seulement un événement indécent isolé. Ce fut le premier sommet d’une agitation annonciatrice de catastrophes. L’intolérance, l’arrogance, la haine raciale et une certaine singularité idéologique de l’alpinisme ont conduit, bien avant que Hitler ne devint un personnage politique, à une guerre antijuive et antisémite contre des camarades alpinistes.23

  • 24  Cf. les intéressantes illustrations in Amstädter (1996), pp. 252, 290, 299.

30Pendant cette période quarante-cinq sections, essentiellement autrichiennes, du DÖAV se sont regroupées dans une association ultra nationaliste ( Deutschvölkischer Bund), preuve de la profondeur du ressentiment anti juif. Ses membres se distinguent par un activisme permanent, dont l’exclusion des juifs des refuges n’est qu’une mesure anodine24.

31Ainsi pendant une quinzaine d’années (République de Weimar et première République autrichienne) sous l’influence d’un nationalisme outrancier et agressif,  de la définition de l’alpinisme de plus en plus comme une activité de combat et de l’aryanisation du club, la transition avec le nationalsocialisme est déjà largement dessinée au sein du club alpin. Les nazis n’auront plus qu’à mettre en place leurs hommes : de nombreux alpinistes, même s’ils n’ont pas été membres actifs du NSDAP, ni même directement impliqués dans les instances nazies, ont été sympathisants de la première heure. Symboliquement, ils placeront le club, dès l’Anschluss, sous la direction d’Arthur Seyss-Inquart. La liaison avec l’armée et les troupes d’élite de la SS sera renforcée, l’alpinisme étant déjà perçu depuis longtemps comme un élément primordial de préparation militaire. Le club alpin y perd son identité, mais nous avons vu qu’il était déjà largement acquis à beaucoup d’éléments des thèses du national-socialisme.

L’extension territoriale

32Un autre marqueur pertinent de la liaison entre le club alpin et le nationalisme concerne la participation active des alpinistes aux politiques allemandes d’extension territoriale. Deux périodes sont tout particulièrement riches en événements, celle de la première phase des conquêtes coloniales entreprises dans les années 1880, l’autre dans les années trente avec les premières expéditions allemandes et autrichiennes en Himalaya.

La spécificité de l’Afrique

  • 25  DÖAV (Hrsg.), Alpines Handbuch, Bd. 1, Brockhaus, Leipzig, 1931.

33Sur la base de l’ouvrage de référence Alpines Handbuch25, on peut répertorier une centaine d’expéditions ou de campagnes principales dans des montagnes non européennes, s’échelonnant entre les années 1800 et 1930. Les résultats statistiques figurent dans le tableau suivant.

Expéditions extra-européennes

Destinations principales

Nombre

Afrique

14

Amérique latine

23

Caucase

28

Himalaya

17

Autres

22

Total

104

34Il ressort du tableau 1 que quatre destinations à elles seules représentent un total de 82 expéditions, soit 80 % du total, les autres se répartissant entre divers lieux dont l’Islande, les Aléoutiennes, le Moyen-Orient, le Spitzberg, le Groenland, la Nouvelle-Zélande, les Tatras, etc. Dans un second temps nous avons fait appel à la répartition chronologique ainsi que le montre le tableau suivant :

Chronologie des destinations les plus représentées

Destinationsprincipales

Nombre

1802-1860

1861-1880

1881-1919

1920-1930

Afrique

14

0

2

12

0

Amérique latine

23

3

4

12

4

Caucase

28

2

0

20

6

Himalaya

17

3

0

11

3

Total

82

8

6

55

13

35Le tableau 2 montre bien que, si la grande majorité des expéditions a eu lieu à partir des années 1880 (le pourcentage de référence de 55 expéditions sur un total de 82 atteint 67,1 % pour cette même période), on constate une élévation nette pour une destination bien précise, l’Afrique, avec 85,5 % entre 1881 et 1919, pourcentage le plus élevé de la série. On obtient 71,4 % pour le Caucase et 64,7 % pour l’Himalaya, moins de 50 % pour l’Amérique latine.  En outre sur l’ensemble de la destination Afrique pour cette même période, on enregistre huit expéditions sur douze, soit les 2/3, vers l’Afrique orientale.

36On est donc frappé par la spécificité chronologique des expéditions allemandes en Afrique et on peut légitimement poser la question du pourquoi d’un certain nombre d’objectifs que les « alpinistes » se sont assignés à cette époque, surtout dans le cas d’expéditions lointaines. Leurs justifications sont surtout de deux ordres : d’exploration scientifique, d’une part, pour les premières  « extraeuropéennes » de la première moitié du XIXe siècle, (voyages d’Alexander von Humboldt en Amérique du sud en 1802, première expédition au Caucase en 1811, peut-être dès 1807 ( ?) , voyage des frères Schlaginweit au Pamir et au Tibet en 1854-1858). L’autre but, plus précisément alpin, arrive plus tard avec, par exemple, l’expédition de Güssfeldt dans les Andes (1883). A ces justifications se mêlait cependant souvent un arrière-plan colonisateur plus ou moins affirmé, à tout le moins paternaliste.

37Avec les voyages en Afrique des alpinistes allemands, l’influence de l’idéologie se fait déterminante. Si, après la création du Reich (1871), Bismarck fait assez peu de cas de l’implantation allemande dans des colonies, des industriels, banquiers, commerçants et de nombreux intellectuels allemands des années 1880 sont séduits par l’idée de s’implanter en Afrique. Ils créent, le 6 décembre 1882, l’Association Coloniale allemande ( Deutscher Kolonialverein), qui devient en 1887 la Société Coloniale allemande (Deutsche Kolonialgesellschaft), et s’appuient sur des groupements prônant l’extension territoriale, comme l’Association Panallemande (Alldeutscher Verein), créée en 1891. Les quelques territoires acquis, ou annexés par des sociétés privées, sous la houlette de commerçants comme Franz Adolf Lüderitz ou d’aventuriers comme Carl Peters, sont transformés entre 1884 et 1886 en protectorats : c’est le cas du territoire d’Afrique du sud-ouest (l’actuelle Namibie), puis du Togo et du Cameroun, enfin de l’Afrique orientale allemande (la Tanzanie d’aujourd’hui). S’y rajouteront quelques petits territoires en Asie, ce qui équivaut à une surface globale de 2,9 millions de km 2, pour une population de seulement 12 millions d’habitants dont à peine 24 000 Européens (entendre ici Allemands).

  • 26  On consultera ici Karl Erich Born, Von der Reichsgründung bis zum Ersten Weltkrieg, DTV, München, (...)

38L’idée la plus répandue est que l’Allemagne a absolument besoin de nouveaux territoires, on est à la veille de l’exploitation systématique du slogan « Un peuple sans espace »26. D’autre part de telles acquisitions flattaient largement l’ego de l’empereur Frédéric-Guillaume II, arrivé au pouvoir en 1888, le renforçant dans son idée de politique mondiale (Welpolitik ).

39Quand Paul Güssfeldt part en Afrique orientale (1873-1875), il précède le mouvement qui est en train de se constituer en un groupe de pression politique, mais quand Ludwig Purtscheller y va en 1889, la constitution des protectorats a déjà eu lieu et la pensée nationaliste est alors prépondérante. Les Allemands envisagent ainsi l’ascension du point culminant de leur territoire d’Afrique orientale, le Kilimandjaro (environ 5900 m., même aujourd’hui les sources hésitent entre 5895 et 5964 m !), pour montrer leur emprise sur le pays. On retrouve là le critère typique, avec toute la symbolique du drapeau planté au sommet, de la main mise effective sur un territoire et une population. C’est en 1889 que l’expédition est montée avec Hans Meyer à sa tête et Ludwig Purtscheller comme spécialiste de la montagne. Meyer écrit :

En plus il m’apparût comme étant presque un devoir national que le sommet du Kilimandjaro, certainement la montagne la plus élevée d’Afrique et sans aucun doute de l’Allemagne, découverte par un Allemand (Rebmann), ensuite explorée en détail pour la première fois par un autre Allemand (von der Decken), fut, malgré tous les efforts d’explorateurs anglais, foulée pour la première fois par un pied allemand.

40Meyer fait ici clairement allusion à des expéditions allemandes précédentes, Rebmann dès 1848, von der Decken en 1861 (ou 1862). Après des semaines passées dans la zone tropicale, Meyer et Purtscheller atteignent le sommet et l’enthousiaste Meyer s’écrie :

  • 27  Les deux citations sont extraites de Susanne Nebel, « Die Erstbesteigung der höchsten Berge Ostafr (...)

A 11 heures et demie j’atteignis le premier la pointe centrale. Sur le sommet de lave dévasté par les intempéries je plantai un petit drapeau allemand que j’avais transporté dans mon sac, secondé par Purtscheller poussant trois fois un formidable « Hourra », et je m’écriai joyeusement : « Par le droit du premier conquérant, je baptise ce sommet jusqu’alors inconnu et sans nom du Kibo, point culminant de l’Afrique et de l’Allemagne, pointe Empereur Guillaume.27

41En fait ces montagnes « inconnues » étaient connues par les autochtones et, après la décolonisation, la pointe Empereur Guillaume allait devenir le pic Uhuru, même si aujourd’hui ce nom est beaucoup moins familier aux Européens que Kilimandjaro.

La conquête de l’Himalaya28

  • 28  Voir les travaux de Michel Raspaud, « Himalayisme, Nationalismes et Géopolitique », Colloque Sport (...)

42Les premières expéditions allemandes en Himalaya, celle de Paul Bauer et Peter Aufschnaiter (1929), puis celle du Suisse Oskar Dyrenfurth (1930), voire la deuxième de Bauer au Kangchenjunga (1931) peuvent être considérées comme des expéditions techniques, bien que le déplacement de l’alpinisme des Alpes vers l’Himalaya ne soit pas neutre politiquement.

43A partir de 1933 il en va autrement. Les nazis, en cela parfaits élèves des fascistes mussoliniens, avaient fort bien compris le parti à tirer des exploits sportifs, tout particulièrement des ascensions en montagne, parce qu’elles mettaient en exergue les qualités intrinsèques de la race : et quand l’ascension se déroulait dans des conditions difficiles, quand l’issue était fatale, à la limite tant mieux, car c’était l’illustration d’un engagement total, des vertus sportives poussées à l’extrême, d’un comportement de guerrier, qui ne pouvait que servir la nation. Le succès était la garantie d’une valeur supérieure et l’échec montrait que l’homme nouveau voulu par le régime, ici l’alpiniste, était d’un courage à toute épreuve. La citation suivante résume bien l’état d’esprit de certains.

  • 29  Isselin Henri, L’âge d’or de l’alpinisme, 1919-1950, Arthaud, Paris, 1983, pp. 21-22.

En Allemagne et en Italie s’exprimaient officiellement des idéologies politiques exaltant les actions héroïques et les sacrifices qu’elles exigent. Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton », lisait-on sur les murs d’une nation voisine. […] « La paroi sera à nous ou nous serons à elle » est aussi une devise de l’époque.29

44Jouant à la fois sur les grandes premières réalisées dans les Alpes (surtout sur la première à la face nord de l’Eiger en 1938), utilisant une presse entièrement à sa botte, en particulier la presse sportive, le régime nazi joue à fond la carte de l’Himalaya. En 1934, une expédition au Nanga Parbat, avec Willy Merkl, Fritz Bechtold, Aschenbrenner, Schneider, Wieland, obtient des résultats importants pour la cartographie des lieux, Aschenbrenner et Schneider atteignent l’altitude de 7900 m, mais le tout se solde par une catastrophe alpine : dix morts dont Merkl, Welzenbach et Wieland. Or Welzenbach est un alpiniste célèbre, de surcroît membre du parti, l’impact sur l’opinion est énorme. Le régime décide alors d’aller plus loin : il dispose pour cela d’un atout important en la personne de Paul Bauer, alpiniste et himalayiste réputé, lui aussi tout dévoué au système. Paul Bauer est le sous-marin mis en place par les nazis pour torpiller le DÖAV et faire rentrer le mouvement alpin dans le giron nazi. Son instrument sera la DHS ( Deutsche Himalaja-Stiftung, Fondation pour l’Himalaya), créée en 1936. Les débuts de cet organisme sont fortement marqués par la personnalité de trois hommes : Paul Bauer donc, Fritz Bechtold (1901-1961), premier secrétaire de la DHS, et Hans von Tschammer und Osten (1887-1943), responsable de l’ensemble des activités sportives (Reichssportführer ), premier président du Conseil d’administration de la fondation.

45Ainsi, en 1936, 1937, 1938 et 1939 quatre expéditions seront organisées dans le cadre de la DHS, dont trois vers le Nanga Parbat, celle de 1937 étant une nouvelle catastrophe avec seize morts. Le Nanga Parbat devient une obsession allemande, le symbole de la montagne tueuse que seuls des surhommes pouvaient affronter. En 1938 l’expédition mise sur pied est encore plus importante, les alpinistes bénéficiant, grande première, de l’aide d’un avion mis à disposition par l’aviateur Udet, as de la Première Guerre mondiale et un des responsables de l’aviation. Celle de 1939 enfin sera arrêtée par la déclaration de guerre et se soldera par l’emprisonnement de ses membres ce qui donnera lieu à l’épisode désormais célèbre décrit par Heinrich Harrer dans son livre Sept ans au Tibet et repris dans le film homonyme de Jean-Jacques Annaud.

Conclusion

  • 30  Amstädter (1996), p. 68.

46Rainer Amstädter, un des plus récents spécialistes de l’histoire du club alpin, et aussi un des plus controversés, écrit à juste titre30 :

En se détournant de la politique pour se retirer dans des sphères privées, prétendument apolitiques, comme l’alpinisme, la bourgeoisie intellectuelle du Club alpin pense rejoindre la tradition de ce qu’il est convenu d’appeler le bourgeois apolitique. Un comportement en principe apolitique devient une vertu et les événements politiques tout comme l’idéologie sont masqués par des dénominations et des concepts tendant à les neutraliser ou à les aseptiser. Le Club alpin austro-allemand ne se conçoit pas comme entrant dans des catégories politiques, mais réclame une interprétation culturelle. Culture et non pas politique, théorie alpine et non pas idéologie, club et non pas groupe de pression, tels sont les leitmotivs du club dans ses propres écrits.

47Nous avons vu à travers les trois exemples étudiés comment effectivement le club a été  impliqué politiquement et/ou idéologiquement, comment les publications mêmes du club en témoignent et comment souvent les tentatives de masquer cette participation furent vaines, si tant est qu’elles aient été sérieuses, car :

  • 31  Müller (1979), p. 8.

…le Club alpin se présente pendant toute la période étudiée comme une organisation qui, à côté d’ambitions à caractère uniquement alpin, sera un lieu d’action politique, un catalyseur non moins qu’un producteur d’idéologie, un club tout aussi influent que conscient de son impact historique.31

48Après 1945, l’interdiction du club pour cause de participation active au régime nazi, puis la séparation en deux clubs différents, le Club alpin autrichien et le Club alpin allemand, on assiste surtout à des tentatives de justification et de minimisation de ce type d’imbrication. Le retour à la « neutralité » est la règle. Avec les travaux de Müller, Amstädter et quelques autres, un éclairage différent est donné. Le Club alpin allemand en a d’ailleurs pris conscience, en consacrant une salle entière de son Musée alpin au III e Reich et chargeant son responsable culturel d’exhumer des archives, en tout cas de ce qu’il en reste, les documents à charge comme à décharge. Quelques publications récentes témoignent de cet intérêt.

49La période nazie ne doit cependant pas occulter l’ensemble de l’histoire du club et les exemples discutés précédemment montrent à l’évidence qu’il ne saurait être question de splendide isolement, ni de la part des alpinistes pris individuellement, ni du Club alpin en tant qu’institution.

Haut de page

Notes

1  Andler Charles (Dir.), Les origines du  pangermanisme,  Louis Conard, Paris, 1915, pp. 105-106.

2  Cf. Mestre Michel, « Un exemple de modernité féminine : Elisabeth d’Autriche (Sissi) et la pratique de la montagne », in Babel n°5, 2001, pp. 127-160.

3  Cinquième assemblée générale du 17 février 1864, citée dans Mitteilungen ÖAV, 1865, pp. 361.

Huitième assemblée générale du 17 avril 1867, citée dans Mitteilungen ÖAV, 1867, pp. 402-407. Entre les deux l’ami prussien est devenu l’ennemi !

4  Cf. Mestre Michel, « La bibliothèque du DÖAV », in Babel n° 6, 2002, pp. 63-84.

5  Cf. Zwick Nepomuk, Geschichte der Alpenvereinssection München, Verlag des Alpenvereins, München, 1900, Dreyer A., Der Alpinismus und der Deutsch-Österreichische Alpenverein, Marquardt und Co, Berlin, 1909, Müller Alfred M., Geschichte des Deutschen und Österreichischen Alpenvereins, Ein Beitrag zur Sozialgeschichte des Vereinswesens, thèse, Münster, 1979, Amstädter Rainer, Der Alpinismus, WUV-Universitätsverlag, Wien, 1996.

6  Voir le compte-rendu de L. von Hoffmann lors de l’Assemblée générale du 30 avril 1873, in Jahrbuch ÖAV, 1873, pp. 385-391.

7  Désormais en abrégé ZDÖAV et ZDAV.

8  Cf. Zwick (1900) et Dreyer (1909).

9  Expression utilisée par Amstädter (1996), p. 43.

10  Cf. Zwick (1900), cit. p. 11, 12, 14 et 16.

11  Titre de l’ouvrage de Bled Jean-Paul, Les fondements du conservatisme autrichien 1859-1879, Publications de la Sorbonne, Paris, 1988.

12  ZDAV, 1869-1870, p. II.

13  Müller (1979), p. 112.

14  100000 membres, contre 7500 au Club alpin français, 10000 au Club alpin italien, 14000 au Club alpin suisse.

15  Cf. les résultats des traités de Versailles et de Saint-Germain.

16  Bouet Michel, Signification du sport , Editions universitaires, Paris, 1968, p. 462 et 465. La liste est longue des métaphores guerrières que recèle la littérature alpine, tellement qu’il est devenu quasi impossible de s’en dégager quand on veut décrire de façon la plus neutre possible tout fait alpin.

17  Mitteilungen, Nr. 17/20.

18  Voir à ce sujet Korinman Michel, Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitique , Fayard, Paris, 1990.

19  Voir Mestre Michel, « La politique de la jeunesse du Club alpin français sous Vichy. Comparaison avec le DÖAV (Club alpin austro-allemand), in P. Arnaud, T. Terret, J.P. Saint-Martin, P. Gros (Dir.), Le sport et les Français pendant l’occupation, 1940-1944, L’Harmattan, 2002, pp. 335-360.

20  Enzensperger Ernst, « Aus alpiner Jugendarbeit » in ZDÖAV,1925, Bd. 56, p. 83 et 79.

21  Chiffres tirés de Müller (1979), p. 32.

22  Amstädter (1996), p. 239.

23  Zebhauser Helmuth, extrait du discours tenu lors de la journée du souvenir du 6 décembre 2001 à Munich, Gegen Intoleranz und Hass 1921-1945 uns Bergsteigern zur Mahnung, site internet Alpenverein.de.

24  Cf. les intéressantes illustrations in Amstädter (1996), pp. 252, 290, 299.

25  DÖAV (Hrsg.), Alpines Handbuch, Bd. 1, Brockhaus, Leipzig, 1931.

26  On consultera ici Karl Erich Born, Von der Reichsgründung bis zum Ersten Weltkrieg, DTV, München, 1975, chap. 10 et 19, Bruno Gebhardt, Handbuch der Deutschen Geschichte , Bd. 3, Klett-Cotta, 19933, Michaël Stürmer, Die Deutschen und ihre Nation. Das ruhelose Reich. Deutschland 1866-1918 , Siedler Verlag, Berlin, 1983, p. 230… et 284 …, Hans Ulrich Wehler, Das Deutsche Kaiserreich 1871-1918, Vandenhoeck und Ruprecht, Göttingen, 1977, Bd. 9 de Joachim Leuschner (Hrsg.), Deutsche Geschichte.

27  Les deux citations sont extraites de Susanne Nebel, « Die Erstbesteigung der höchsten Berge Ostafrikas durch Forscher aus Deutschland und Östereich-Ungarn », in Berg 90, p. 201-210, cit. p. 201 et 203.

28  Voir les travaux de Michel Raspaud, « Himalayisme, Nationalismes et Géopolitique », Colloque Sports et Relations internationales (1890-1968), Université de Metz, 23-25 septembre 1993, et Un siècle d’himalayisme, 1895-1994. Contribution à une sociologie historique du sport, Diplôme pour l’Habilitation à diriger les Recherches, Université J. Fourier, Grenoble I, 1995, et Peter Mierau , Die Deutsche Himalaja-Stiftung, ihre Geschichte und ihre Expeditionen, DAV, München, 1999.

29  Isselin Henri, L’âge d’or de l’alpinisme, 1919-1950, Arthaud, Paris, 1983, pp. 21-22.

30  Amstädter (1996), p. 68.

31  Müller (1979), p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Mestre, « L’idée nationale en montagne et dans l’alpinisme : le cas du club alpin austro-allemand (DÖAV) », Amnis [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 30 juin 2002, consulté le 01 mai 2017. URL : http://amnis.revues.org/123 ; DOI : 10.4000/amnis.123

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org