Navigation – Plan du site

Légitimer la participation des femmes à l’effort de guerre en zone nationale pendant la guerre d’Espagne : vers la notion de « guerre totale »

Marie-Aline Barrachina

Résumés

Pendant la guerre civile espagnole, l’urgence sanitaire et sociale conduit les femmes de la zone nationale à se mobiliser derrière des associations confessionnelles ou partisanes afin de  participer à l’effort de guerre. Or les forces qui soutenaient le soulèvement antirépublicain fondaient leur conception de l’Etat et de la société sur une stricte répartition des espaces privés et public, ce dernier étant exclusivement réservé aux hommes. Il convenait donc de dépoussiérer ces principes afin de les rendre cohérents avec la réalité du terrain, sans pour autant enfreindre trop visiblement l’ordre national et catholique. La reconnaissance par Franco du Secours social (2 février 1937), puis la création du Service social présenté comme l équivalent féminin du service militaire (décret du 7 octobre 1937) sont les premières étapes du processus d’officialisation d’un devoir national de présence des femmes dans l’espace public à des fins exclusives d’assistance, et sous le strict contrôle de l’Etat national et catholique. Ce devoir national, la presse féminine se chargera d’en préciser les limites dans une dernière étape qui se poursuit après guerre, en exaltant un modèle de femme espagnole dont l’unique aspiration, quand l’urgence l’oblige à accomplir de grandes choses au nom de la foi et de la patrie, serait de retrouver au plus vite la quiétude du foyer où réside sa vocation première et transcendante. C’est la théorie de la « guerre totale » qui arrache les femmes à leur nature, le temps d’une guerre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir Blasco, Inmaculada, Paradojas de la ortodoxia. Política de masas y militancia católica en Esp (...)
  • 2  Bussy Genevois, Danièle, « Citoyennes de la Seconde République », Femmes et démocratie, les Espagn (...)

1Quand éclate la guerre civile en Espagne (juillet 1936), les Espagnoles de la droite catholique avaient déjà pu, comme toutes les Espagnoles, exercer par deux fois leurs droits civiques. Nombreuses aussi étaient celles qui avaient acquis, dès 1931, une certaine expérience de l’activité politique et militante dans leur lutte acharnée contre la constitution laïque de la Seconde République1. Même si, à partir de la fin de 1933, et l’intervention de l’Eglise aidant, « on remarque un singulier repli sur le foyer des femmes les plus engagées lors du premier bienio »2, la mobilisation des femmes de droite au cours du second bienio puis du Front populaire reste un fait, renforcé par l’apparition de nouvelles modalités en germe dans la Phalange qui s’est résolue, en 1934 à appeler les femmes à la rejoindre.

  • 3  Rodríguez Jiménez, José Luis, Historia de Falange española de las JONS, Madrid, Alianza Editorial, (...)
  • 4  FE n° 13, 5 juillet 1934. On trouvera une copie de ces deux appels dans Femmes et démocratie,…, op (...)
  • 5  Barrachina, Marie-Aline, « La Section féminine et ses paradoxes (1934-1977) », Femmes et démocrati (...)

2Au printemps de cette année-là, après la fusion du 4 mars, la Phalange se radicalise, les coups de main des « Phalanges du sang » de Juan Antonio Ansaldo se multiplient3. Dans ces conditions, une assistance féminine s’avère utile pour soigner les blessés et rendre visite aux détenus, et au début de l’été, les étudiantes sont appelées à rejoindre le SEU (syndicat étudiant universitaire de la Phalange) pour y participer à la reconquête de la patrie en tant qu’étudiantes et en tant que femmes. A la même époque, le chef de la Phalange José Antonio Primo de Rivera faisait aussi circuler un appel qui s’adressait plus largement aux femmes espagnoles, et qui mettait l’accent sur la spécificité incontournablement féminine de l’engagement que l’on attendait d’elles4. A ce moment naissait une conception duelle de la mobilisation féminine : aux femmes jeunes et sans attaches matrimoniales, un engagement personnel actif, offensif et ouvert sur le monde ; aux épouses et aux mères, un engagement plus modeste, familial, fondé sur l’abnégation, sur l’exemplarité et sur la parole5. Et de fait, au fur et à mesure que droites et gauches se radicalisent dans les mois qui suivent, cet engagement féminin-là se développe subrepticement à droite, toutes sensibilités et factions confondues.

  • 6  Comme ce fut le cas des militantes de l’AEC puis de la CEDA. Voir Montero, José, La CEDA, el catol (...)
  • 7  Rappelons que la Phalange fut déclarée illégale le 17 mars 1936, après une série d’incidents et l’ (...)

3Il existe donc bien à droite, dès le début de l’insurrection militaire de juillet 1936, un nombre appréciable de femmes parfaitement au fait des enjeux du soulèvement. Déjà aguerries à la propagande pour certaines6, à la clandestinité pour d’autres7, elles savent pertinemment le poids politique que peut avoir une mobilisation féminine résolument respectueuse de l’ordre patriarcal et des rôles sociaux liés au genre.

  • 8  Blasco, Inmaculada, Armas femeninas para la contrarrevolución : la Sección femenina en Aragón, (19 (...)

4Appliquée au cas aragonais, l’étude menée par Inmaculada Blasco sur la Section féminine pendant la guerre civile montre bien en effet que l’expérience acquise par certaines militantes de droite sous la Seconde République a été un atout considérable pour l’efficacité de l’organisation des femmes à l’arrière8. Ces femmes disposent de réseaux, de relations qui leur permettent de réunir des fonds, et elles savent adapter aux circonstances la rhétorique religieuse et nationale qui leur permet de convaincre aussi bien les autorités que la population de la nécessité de mettre les qualités féminines au service de la cause nationale.

  • 9  Narváez Alba, María Virtudes, La imagen de la mujer en la guerra civil, un estudio a través de la (...)

5Il est nécessaire, dans un premier temps, d’encourager les femmes encore repliées sur leur foyer à étendre à la cause nationale des actes qu’elles dédient tout d’abord aux seuls hommes de leur famille : entretien vestimentaire des hommes au front, confection et envoi de colis, « marrainage » des soldats … Il faut aussi des bonnes volontés pour porter secours aux réfugiés et aux démunis (vieillards, femmes, enfants), voire même, parfois, soigner les blessés et remplacer les hommes pour certains travaux. Or ces activités, qui sont des activités traditionnellement dévolues aux femmes en temps de guerre, ne font que partiellement partie de la tradition dans une Espagne qui n’a pas connu de guerre sur son territoire depuis le sexenio démocratique. Seules les Carlistes, qui gardent très vivace la mémoire de leur dernière guerre, possèdent et entretiennent cette tradition. C’est pourquoi on trouve rapidement impliquée dans ces activités l’organisation féminine carliste des Margaritas. On trouvera rapidement impliquées aussi les militantes de l’Action Catholique, bien entraînées à l’action collective par une tradition déjà longue de catholicisme social. C’est ainsi qu’à Cadix, tombée dès le 19 juillet 1936 entre les mains des rebelles, la presse salue bientôt l’œuvre efficace de la Juventud Femenina de Acción Católica, très engagée dans l’aide sociale, et celle des Margaritas, qui se livrent à des travaux de couture et de confection pour les soldats du Front, ainsi qu’à la préparation et au service de repas pour les indigents, sans compter leur activité de propagande religieuse, aussi intense que celle de l’Action Catholique9.

  • 10  La Phalange s’était développée au cours de l’été et de l’automne 1936, et il en allait de même pou (...)
  • 11  Peñalba, Mercedes, Falange española : historia de un fracaso (1933-1945), Pamplona, EUNSA (edicion (...)
  • 12  Barrachina, Marie-Aline, « La Section féminine et ses paradoxes (1934-1977) », op. cit., pp. 155-1 (...)
  • 13  En septembre 1936, déjà, la Phalange contrôle de nombreux périodiques grâce à son volontarisme mil (...)
  • 14  Molinero, Carme, La captación de las masas, política social y propaganda en el régimen franquista, (...)

6Néanmoins, c’est la Section féminine de la Phalange, on le sait10, qui deviendra bientôt hégémonique, grâce à la ténacité de Pilar Primo de Rivera, sœur de José Antonio Primo de Rivera et désignée par lui Déléguée Nationale de la Section féminine; grâce aussi et peut-être surtout à l’initiative novatrice du jonsiste Javier Martínez de Bedoya11 qui, en l’absence de la Déléguée Nationale de la Section féminine retenue en zone républicaine, associa Mercedes Sanz Bachiller, veuve d’Onésimo Redondo et déléguée provinciale de la Section féminine pour Valladolid, au projet inspiré du nazisme qu’il ramenait d’Allemagne. Ce projet, dont la mise en œuvre logistique fut entièrement confiée à Mercedes Sanz Bachiller, c’était le Secours d’Hiver dont le nom était la fidèle traduction de l’organisation allemande homologue. Quand, fin 1936, elle parvint à rejoindre la zone nationale, Pilar Primo de Rivera s’empressa de reprendre la main sur cette œuvre qui fonctionnait déjà depuis le 29 octobre 1936, en nommant déléguées provinciales du Secours d’Hiver les déléguées provinciales de la Section féminine. Cette organisation, montée grâce à des fonds d’origine nazie12 et à une intense propagande écrite et radiophonique13, reçut bientôt le nom de Secours social et fut reconnue d’utilité publique par Franco le 2 février 1937. Elle devenait ainsi un formidable instrument de propagande fondée sur l’action sociale, comme l’a montré Carme Molinero14. Outre les réfectoires, les déléguées provinciales de la Section féminine et du Secours d’Hiver coordonnent les activités d’entretien vestimentaire des troupes (buanderies, ateliers de confection), d’infirmerie (des infirmières sommairement formées par d’autres infirmières appartenant à la Section féminine furent envoyées dans les hôpitaux de campagne), de « marrainage ». Quelques militantes enfin prennent une part active dans les réseaux de renseignement, comme d’autres l’avaient fait avant elles.

  • 15  Southworth, Herbert Rutledge, Antifalange, estudio crítico de « Falange en la guerra de España, la (...)
  • 16  Outre le soutien financier fourni directement par les familles, il faut rappeler que la Section fé (...)

7Le 26 septembre 1936, Manuel Hedilla, devenu chef provisoire de la Phalange le 2 septembre, déclare qu’à la date où il parle, la Phalange compte 120 000 soldats, 320 000 civils et 80 000 femmes appartenant à la Section féminine15. Même s’ils sont sujets à caution, ces chiffres ne sont pas en contradiction avec ce que l’on sait par ailleurs du succès de la Phalange et de sa Section féminine en pleine expansion dès le début de la guerre. Il est certain, en tout cas, que les effectifs de la Section féminine augmentèrent exponentiellement au fur et à mesure que s’étendait la zone géographique contrôlée par les nationalistes et que les autres organisations, plus frileuses, bénéficiant d’un soutien financier plus faible16, perdaient en nombre et en efficacité.

8En tout état de cause, on constate que l’engagement féminin implique un nombre de plus important de femmes au fil du temps. Volontaires (c’est probablement le cas de la plupart des militantes phalangistes) ou plus ou moins contraintes (c’est probablement le cas de ces femmes qui, se trouvant dans la zone nationale, craignent pour leur sécurité ou celle de leurs proches si elles ne participent pas financièrement ou matériellement aux activités de « soutien à l’effort de guerre »), les femmes de la zone nationale se livrent en fait aux mêmes activités que leurs homologues de la zone républicaine.

  • 17  Nash, Mary, Rojas.Las mujeres republicanas en la Guerra Civil, Madrid, Taurus, 2000, p. 212.
  • 18  Rappelons les décrets de militarisation des milices populaires (28-30 septembre 1936) et les rappe (...)

9Comme elles, elles passent la frontière des espaces public et privé, et Mary Nash a raison de souligner que c’est précisément cette rupture des barrières entre espace public et espace privé qui caractérise, en zone rouge comme en zone nationale, la mobilisation féminine pendant la guerre17. Or, ni l’Eglise, ni la Phalange, ni le Carlisme, ni aucune des diverses sensibilités qui soutenaient le soulèvement antirépublicain ne pouvaient approuver sans réserves une telle transgression des codes inscrits dans le modèle de société qu’ils défendaient, fondé sur une stricte hiérarchie des sexes et une stricte distribution des rôles et des espaces sociaux. Au nom d’un ordre prétendument naturel confirmé par la morale chrétienne et par les allégations médicales, les femmes devaient rester à l’écart d’un espace public réservé aux hommes. Pourtant, le principe de réalité imposé par les impératifs de la guerre obligeait les nationaux à composer avec leurs convictions, comme il imposait aux républicaines les plus engagées dans la guerre et aux miliciennes, à l’inverse, de quitter le front pour se consacrer à des activités plus conventionnellement féminines18. Dans la zone nationale, il convenait de dépoussiérer la définition conventionnelle de la femme afin de la rendre cohérente avec la réalité du terrain, sans pour autant enfreindre trop visiblement l’ordre national et catholique.

  • 19  L’épisode du conflit à peine larvé entre Pilar Primo de Rivera et Mercedes Sanz Bachiller au sujet (...)
  • 20  Ce premier conseil national se tint le 6 janvier à Salamanque, puis le 9 janvier à Valladolid.
  • 21  Consejos nacionales de la Sección femenina de FET y de las JONS, (sans date ni lieu d’impression), (...)
  • 22  Ibid. pp. 11-12. Il faut noter que ce document ne fait pas à proprement parler parte des actes du (...)
  • 23  Voir Barrachina, Marie-Aline, « Ideal de la mujer falangista, ideal falangista de la mujer », comm (...)

10Dans ce processus de mise en cohérence, on distinguera trois étapes qui coïncident partiellement avec celles qui marquent l’évolution du pouvoir de Franco à partir de sa désignation comme Généralissime : la première étape, déjà évoquée dans les pages qui précèdent, est celle de la mise en place des activités féminines sous l’égide de plusieurs associations comme l'Action Catholique et les Margaritas, bientôt supplantées par la Section féminine et le Secours d’Hiver. Pendant cette première étape —du début de la guerre à février 1937—, l’unification politique et idéologique est loin d’être acquise, même au sein de la Section féminine19. Patriotisme et ferveur religieuse toute féminine au service des démunis sont le plus petit dénominateur commun des associations féminines catholiques et carlistes. Pendant ce temps, la Section féminine de la Phalange semble osciller entre deux idéaux qui sont ceux qu’avait esquissés José Antonio Primo de Rivera dès le mois de juillet 1934, comme nous l’avons indiqué plus haut. C’est ainsi que, dans son discours d’ouverture du premier Conseil national de la Section féminine de la Phalange encore non unifiée20, la Déléguée nationale qui s’adresse aux cadres de l’organisation féminine met l’accent sur des notions de responsabilité, de commandement, d’obéissance aux ordres et de respect de la hiérarchie qui relèvent davantage de la stimulation guerrière que de l’incitation à la soumission domestique21. C’est la militante phalangiste en guerre et non la femme espagnole en temps de guerre qui est destinataire de ce discours. Mais on trouve aussi dans les pages qui rassemblent les actes de ce premier Conseil national de la Section féminine un texte non signé, intitulé « Principales obligaciones que las jefes deben inculcar a las camaradas, Salamanca, 1936 ». Ce document énumère parmi ces obligations toutes les activités que nous avons déjà évoquées comme activités spécifiques des femmes en temps de guerre (infirmerie, assistance auprès des hôpitaux des déshérités, entretien vestimentaire et confection …). S’ajoute néanmoins l’apprentissage obligatoire de la doctrine phalangiste, du serment de la Phalange et du fameux « style » de la Phalange, fondé sur la «joie de servir ». Le même document se termine par une sévère condamnation de la tentation milicienne au nom de la spécificité féminine22. On observe donc chez les dirigeantes de la Section féminine un discours ambigu qui met au jour le conflit entre deux idéaux : l’idéal de la phalangiste active, courageuse, responsable, capable de se mouvoir dans l’espace de la guerre et d’y intervenir efficacement, en militante s’oppose à un idéal phalangiste de la femme, mue par ses qualités et de ses fonctions féminines spécifiques, un idéal qui correspond à l’idéal conventionnel de la droite conservatrice23. Par son discours martial et son organisation hiérarchisée inspirée des modèles fasciste et nazi, la Section féminine et son Secours d’Hiver se distinguaient des autres organisations féminines, mais les services que rendaient cadres et affiliées étaient en parfaite adéquation avec la conception conventionnelle du rôle des femmes en guerre. C’est en quelque sorte cette contradiction qui, finalement résolue par une série de manipulations rhétoriques, fera le succès de la Section féminine.

11Alors que la Section féminine et le Secours d’Hiver se développent, Franco et son entourage immédiat cherchent à établir les bases de l’unité idéologique et logistique indispensable à la consolidation de l’Etat qu’ils aspirent à construire. L’idée d’imposer un parti unique dans lequel la phraséologie et l’organisation phalangiste aurait un certain poids fait son chemin, et l’on peut sans doute se permettre d’avancer que c’est dans cette perspective que, le 2 février 1937, quelques semaines à peine avant le décret d’Unification du 19 avril qui instaurait sous son commandement le parti unique de la Phalange Espagnole Traditionnaliste, Franco déclare officiellement d’intérêt public le Secours d’Hiver, rebaptisé Secours social. Une deuxième étape commence alors.

12L’un des événements marquants de cette deuxième étape, pour les femmes de la zone nationale comme pour l’ensemble de la population civile de la zone nationale est le décret d’Unification de la Phalange (19 avril 1937) et ses retombées, puisque désormais il n’existe plus officiellement qu’un seul parti, organisé en plusieurs délégations qui permettent de couvrir l’ensemble des besoins en assistance sociale et sanitaire, ainsi qu’en encadrement politique de l’ensemble de la population civile, femmes et enfants compris. Parmi les nominations publiées le 29 avril 1937 figurent les noms de trois femmes qui prendront la tête de trois nouvelles délégations nationales résultant de l’éclatement de la Section féminine de Pilar Primo de Rivera. A cette dernière, comme représentante de la sensibilité légitimiste de la Phalange est attribuée la délégation nationale de la Section féminine de FET et des JONS. Mercedes Sanz Bachiller, dont on sait le rôle dans la création du Secours d’Hiver, reçoit la délégation nationale du Secours social. La délégation nationale du Front et des Hôpitaux, enfin, est offerte à María Rosa Urraca Pastor, carliste historique dont l’activisme antirépublicain lors du premier bienio était resté dans les mémoires.

  • 24  Décret du 7-10-1937 sur la création du Service social des femmes.

13Le souci pointilleux d’équité entre les différentes factions, loin d’être la marque d’un quelconque pluralisme, indique au contraire que désormais Margaritas, Jeunesses de l’Action Catholique, Section féminine de la Phalange et autres associations sont désormais appelées, non seulement à travailler ensemble, mais à oublier leurs spécificités idéologiques et organisationnelles pour fusionner dans un même ensemble indifférencié, sous l’autorité hégémonique du Caudillo. Il incomba aux trois délégations féminines de veiller au strict respect du décret d’unification et de ses ordonnances d’application. Le 24 avril, le salut fasciste devient obligatoire dans les cérémonies officielles. Le 30 avril, une ordonnance précise que Carlistes et Phalangistes doivent être également représentés dans les instances hiérarchiques des provinces. Appliquées aux délégations féminines, ces dispositions impliquent une refondation idéologique et une réélaboration des modèles de la féminité. Mais l’existence même de ces délégations signifie clairement que la participation féminine à l’effort de guerre est valorisée et reconnue comme indispensable dès lors qu’elle est contrôlée par la hiérarchie masculine du régime. D’ailleurs, le décret de création du Service social des femmes (7 octobre 1937) met en avant la nécessité d’un service équivalent au service militaire qui permette aux Espagnoles de servir la Patrie et l’Etat, privés jusqu’alors de la précieuse contribution féminine. La création de ce service, qui devra persister après guerre pour soulager les inéluctables « angoisses sociales »24 qui séviront alors, montre bien qu’à la fin 1937, le repli pur et simple sur le foyer n’est pas à l’ordre du jour.

14Ainsi, le discours de la Phalange unifiée de Franco ne quitte pas formellement les références martiales relevées dans les propos de Pilar Primo de Rivera au début de l’année 1937. Dix mois plus tard, au contraire, Franco les officialise par décret, et pérennise le devoir de présence des femmes dans l’espace public, même s’il prend soin d’en tracer les limites. Le régime a en effet pris la mesure du formidable appareil logistique et idéologique que représente une mobilisation féminine sous contrôle. Placé sous l’autorité de la délégation nationale du Secours social, le Service social sera au cœur d’un système de propagande tentaculaire qui portera autant sur les bénéficiaires du Service social que sur ses prestataires.

15L’organisation d’un Service social destiné à mobiliser toutes les femmes âgées de 17 à 35 ans, associée à l’inéluctable interpénétration idéologique entre les factions suite au décret d’Unification, et à la volonté largement partagée par les instances de pouvoir, par la Phalange unifiée et par l’Eglise de contrôler la population féminine dans une perspective conservatrice et nataliste conduira logiquement à l’élaboration d’une stratégie discursive adapté à la nouvelle situation.

16La troisième étape du processus que nous étudions commence au début de 1938, avec la création de Y…, revue de la Section féminine de la Phalange unifiée. Elle se poursuit au delà de la fin de la guerre civile.

  • 25  Pour une analyse de ce changement de titre et des caractéristiques générales de la revue, voir Bar (...)
  • 26  Pour des analyses plus générales de cette propagande dans la revue Y …, voir :Barrachina, Marie-Al (...)

17Fin janvier 1938, Franco constitue son premier gouvernement civil, marquant ainsi un nouveau tournant de sa prise de pouvoir. Désormais, il est clair que le régime s’installe pour durer et doit préparer la « paix nationale syndicaliste », en s’appuyant sur les forces civiles de l’Espagne nationale. L’Etat de Franco a plus que jamais besoin d’une presse aux ordres qui relaie systématiquement ses consignes. Les premiers instruments législatifs et juridiques d’envergure du contrôle de la population sont rapidement mis en place. Le Fuero del trabajo est promulgué le 9 mars 1938. La loi sur la presse est promulguée quelques semaines plus tard, le 22 avril. Entre-temps, la délégation nationale de la Section féminine s’est dotée d’une revue de propagande, la revue Y, Revista de las mujeres nacional sindicalistas, dont les numéros 1 et 2 parurent en février et en mars 1938. Dès le numéro 3, la revue changea de titre et de ton pour s’ouvrir à un plus large public, devenant Y, Revista para la mujer25. C’est à travers cet organe que la Section féminine de la Phalange unifiée développa jusqu’à la disparition de la revue en 1945 une propagande spécifique en direction des femmes, construisant un modèle qui tente de concilier modernité et tradition, nationalisme au féminin et culte du foyer, le tout sous un seul mot d’ordre : abnégation féminine et soumission aux hiérarchies de l’Etat, de la Phalange, de la famille, cette dernière étant la mesure de toutes les autres hiérarchies.26.

  • 27  Sandoval, Felipe de…, « Pili », Y, …, n° 5, juin 1938, p. 18.

18Y… est donc le lieu idéal pour diffuser massivement des représentations qui, comme un puzzle, dessineraient au bout du compte les contours cohérents d’une espagnole active en temps de guerre et néanmoins soumise à la vocation exclusivement domestique que lui confèrent conjointement la tradition patriarcale et le projet national syndicaliste. De fait, il n’est pas un numéro de Y…, sur les quinze publiés pendant la guerre civile, qui ne consacre plusieurs pages à l’exaltation de la participation féminine à l’effort de guerre. Infirmières du front, lavandières, Secours social, réseau international, standardistes, marraines de guerre, ou postières improvisées, sans compter les militantes « tombées » à l’arrière, catalanes et madrilènes auxquelles est rendu hommage, la liste n’est pas exhaustive… Le ton à la fois épique et léger qui caractérise la plupart de ces articles exalte sans équivoque l’abnégation enjouée et désinvolte dont doit être fait l’héroïsme féminin selon la Phalange. Ainsi Pili, lavandière sur le front de Madrid, qui dit d’une « petite voix enfantine et timide » qu’elle n’a pas peur, qui « rit et s’en va » car elle a à faire, « elle a toujours à faire »27.

  • 28  Barga, Luis de la …, « Intimidades de la guerra : ratas y ratones », Y…, n° 11, déc. 1938, p. 14.

19Mais en regard de ces pages truffées d’anecdotes édifiantes, la revue prend soin de proposer quelques pages d’humour qui, sous prétexte de dédramatiser la présence des femmes dans la guerre, les renvoie à une frivolité qui leur serait consubstantielle, comme dans cet article de Luis de la Barga pour qui, grâce aux épreuves de la guerre, les espagnoles auraient cessé de craindre les souris28.

20Enfin, quelques articles de fond s’efforcent d’établir les règles historiques et philosophiques qui régissent la participation des femmes en temps de guerre. C’est sur ces articles que nous souhaitons nous arrêter pour conclure, car ils théorisent explicitement la solution de la contradiction relevée depuis le début de cet article entre le devoir domestique exigé par la tradition catholique et patriarcale et le devoir national qui, en temps de guerre, requiert la présence des femmes dans l’espace public.

  • 29  Montes, Eugenio, « La mujer en la guerra », Consejos nacionales de la Sección femenina …op. cit., (...)

21C’est Eugenio Montes qui, à l’occasion du deuxième conseil nationale de la Section féminine, avait lancé la réflexion. Selon lui, la tragédie féminine réside en ce que les guerres arrachent les femmes à leur nature profonde en les jetant dans l’action. Ce fut le cas à Zamora, c’est le cas dans l’Espagne de la guerre civile. Mais, ajoute-t-il, le processus est désormais irréversible29

  • 30  « Trabajar, orar, combatir ; […] combatir cuando todo se ha perdido. He aquí las tres frases de la (...)
  • 31  « Segovia, escenario real », Lozoya, Y…, n° 2, mars 1938, et « Nació para capitán general y fuelo (...)
  • 32  Alonso del Real, Carlos, « La mujer en el destino del pueblo », Consigna, n° 33, oct. 1943, p. 33.

22Moins pessimiste, Victor de la Serna propose quelques semaines plus tard à un plus large public une doctrine qui a l’avantage de rendre réversible le processus que Montes jugeait inéluctable, et qui fera long feu. Selon lui, les femmes ont toujours pris part aux guerres en Espagne : de la façon traditionnelle qui répond à sa vocation maternelle tout d’abord, en soignant les blessés, en recueillant les orphelins, mais aussi d’une façon offensive et guerrière, que le christianisme a su transformer en un héroïsme serein et discret qui ressurgit, intact, quand la menace gronde. « Travailler, prier, combattre » sont selon lui les mots d’ordre qui régissent la vie des femmes, étant entendu qu’en dernier recours, « quand tout est perdu », il leur faut combattre, c’est-à-dire prendre place dans l’espace public30. C’est ce qu’avaient fait les femmes de l’Action catholique contre les articles laïcs de la constitution de 1931. C’est ce que doivent faire aussi les femmes espagnoles de la zone nationale, poussées par une sorte d’urgence métaphysique, la même qui avait poussé Chimène et Isabelle de Castille. Cette urgence, certes, les conduit au sacrifice provisoire de leur propre nature féminine — n’est-ce pas ce que signifie ce long texte consacré par le Marquis de Lozoya à Isabelle de Castille, ou de cet autre consacré à Thérèse d’Avila ?31—. C’est dans ces circonstances extrêmes qu’il appelle de « guerre totale », et dans ces circonstances extrêmes seulement, écrit quelques années plus tard Carlos Alonso del Real, que la mobilisation féminine devient non seulement licite, mais même indispensable32. Ce sacrifice ne doit pourtant en aucun cas altérer l’aspiration de chacune à la douceur du foyer, auquel elles pourront retourner dès que sera passé le danger.

Haut de page

Notes

1  Voir Blasco, Inmaculada, Paradojas de la ortodoxia. Política de masas y militancia católica en España (1919-1939), Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza, 2003, pp. 208-236.

2  Bussy Genevois, Danièle, « Citoyennes de la Seconde République », Femmes et démocratie, les Espagnoles dans l’espace public (1868-1978), coordonné par Marie-Aline Barrachina, Danièle Bussy Genevois, Mercedes Yusta, Nantes, Editions du Temps, 2007, p. 142.

3  Rodríguez Jiménez, José Luis, Historia de Falange española de las JONS, Madrid, Alianza Editorial, p. 170.

4  FE n° 13, 5 juillet 1934. On trouvera une copie de ces deux appels dans Femmes et démocratie,…, op. cit., pp. 174-175.

5  Barrachina, Marie-Aline, « La Section féminine et ses paradoxes (1934-1977) », Femmes et démocratie,…, op. cit., p. 152.

6  Comme ce fut le cas des militantes de l’AEC puis de la CEDA. Voir Montero, José, La CEDA, el catolicismo social y político, Madrid, Revista de Trabajo, 1977, vol. 1, pp. 659-691, et Blasco, Inmaculada, op. cit., pp. 208-236.

7  Rappelons que la Phalange fut déclarée illégale le 17 mars 1936, après une série d’incidents et l’arrestation entre le 27 février et le 13 mars de presque tous les dirigeants phalangistes.

8  Blasco, Inmaculada, Armas femeninas para la contrarrevolución : la Sección femenina en Aragón, (1936-1950), Málaga, Atenea, Publicaciones de la Universidad de Málaga, 1999, p. 71.

9  Narváez Alba, María Virtudes, La imagen de la mujer en la guerra civil, un estudio a través de la prensa gaditana (1936-1939), Cádiz, Quórum editores, 2009, pp. 108-109.

10  La Phalange s’était développée au cours de l’été et de l’automne 1936, et il en allait de même pour sa Section féminine qui, par ailleurs, était l’un des services de la Phalange qui fonctionnaient le plus efficacement. Voir à ce sujet Rodríguez Jiménez, José Luis, op. cit., p. 233.

11  Peñalba, Mercedes, Falange española : historia de un fracaso (1933-1945), Pamplona, EUNSA (ediciones universitarias de Navarra), 2009, p. 159-160. Martínez de Bedoya avait accompagné Ledesma Ramos dans la scission du 16 janvier 1935.

12  Barrachina, Marie-Aline, « La Section féminine et ses paradoxes (1934-1977) », op. cit., pp. 155-156.

13  En septembre 1936, déjà, la Phalange contrôle de nombreux périodiques grâce à son volontarisme militant et aux réquisitions de locaux et de matériel. Belmonte, Florence, Aux origines de la presse du Mouvement (Espagne 1936-1946), Montpellier, ETILAL, 2004, p. 17.

14  Molinero, Carme, La captación de las masas, política social y propaganda en el régimen franquista, Madrid, Cátedra, Historia, 2005, p. 28.

15  Southworth, Herbert Rutledge, Antifalange, estudio crítico de « Falange en la guerra de España, la unificación y Hedilla », de M. García Venero, Paris, Ruedo Ibérico, 1967, p. 11.

16  Outre le soutien financier fourni directement par les familles, il faut rappeler que la Section féminine et le Secours d’Hiver avaient organisé un système de financement permanent, la « ficha azul », qui était une participation bi-mensuelle demandée aux particuliers.

17  Nash, Mary, Rojas.Las mujeres republicanas en la Guerra Civil, Madrid, Taurus, 2000, p. 212.

18  Rappelons les décrets de militarisation des milices populaires (28-30 septembre 1936) et les rappels à l’ordre répétés d’une Pasionaria, par exemple.

19  L’épisode du conflit à peine larvé entre Pilar Primo de Rivera et Mercedes Sanz Bachiller au sujet de la maîtrise du Secours d’Hiver est révélateur du bras de fer entre la tendance nazie et la tendance droitière au sein de la Phalange encore non unifiée.

20  Ce premier conseil national se tint le 6 janvier à Salamanque, puis le 9 janvier à Valladolid.

21  Consejos nacionales de la Sección femenina de FET y de las JONS, (sans date ni lieu d’impression), 2 volumes. vol. 1, 1937, 1938, 1939, pp. 9-10.

22  Ibid. pp. 11-12. Il faut noter que ce document ne fait pas à proprement parler parte des actes du Conseil national de janvier 1937. Il est peut-être apocryphe : d’après l’avertissement (Ibid. p. 5) les actes du 1e Conseil seraient incomplets, et d’autres documents auraient été ajoutés dans le volume pour compenser les lacunes.

23  Voir Barrachina, Marie-Aline, « Ideal de la mujer falangista, ideal falangista de la mujer », communication lors du colloque "La mujer en la Guerra Civil", organisé par la Dirección de los Archivos Estatales, Salamanque, 4-7 octobre 1989, publié par "Instituto de la Mujer" (Ministerio de Asuntos Sociales/Ministerio de Cultura) Salamanque, 1991, p. 211-217.

24  Décret du 7-10-1937 sur la création du Service social des femmes.

25  Pour une analyse de ce changement de titre et des caractéristiques générales de la revue, voir Barrachina, Marie-Aline, « De Y, revista de las mujeres nacional sindicalistas à Y, revista para la mujer », Typologie de la presse hispanique, Presses universitaires de Rennes II, Rennes, 1986.

26  Pour des analyses plus générales de cette propagande dans la revue Y …, voir :Barrachina, Marie-Aline, « La réécriture de l’histoire : Le mythe des grandes figures féminines de Castille, 1938-1945 », La tentation nationaliste, sous la direction de Rita Thalmann, Tierce, Paris, 1990, pp. 183-204. Voir aussi, du même auteur, Propagande et culture dans l’Espagne franquiste (1936-1945), Ellug, Grenoble, 1998.

27  Sandoval, Felipe de…, « Pili », Y, …, n° 5, juin 1938, p. 18.

28  Barga, Luis de la …, « Intimidades de la guerra : ratas y ratones », Y…, n° 11, déc. 1938, p. 14.

29  Montes, Eugenio, « La mujer en la guerra », Consejos nacionales de la Sección femenina …op. cit., p. 79.

30  « Trabajar, orar, combatir ; […] combatir cuando todo se ha perdido. He aquí las tres frases de la mujer en la Guerra de España », Serna, de la…, Víctor, « La mujer en la guerra », Y, …, n° 4, mai 1938, p. 8.

31  « Segovia, escenario real », Lozoya, Y…, n° 2, mars 1938, et « Nació para capitán general y fuelo en el ejército de Dios », M. C. de A, Y,…, n° 9, oct. 1938. Ces deux articles sont reproduits dans Barrachina, Marie-Aline, Propagande et culture …, op. cit. pp. 285-296.

32  Alonso del Real, Carlos, « La mujer en el destino del pueblo », Consigna, n° 33, oct. 1943, p. 33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aline Barrachina, « Légitimer la participation des femmes à l’effort de guerre en zone nationale pendant la guerre d’Espagne : vers la notion de « guerre totale » », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://amnis.revues.org/1260 ; DOI : 10.4000/amnis.1260

Haut de page

Auteur

Marie-Aline Barrachina

CMMC (Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, EA 1193), Université de Nice-Sophia Antipolis, marie-aline.barrachina@unice.fr, marie-aline.barrachina@orange.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org