Navigation – Plan du site

Les logiques d’engagement dans la guerre d’indépendance au Venezuela. Une autre face de la guerre civile (1812-1818)

Véronique Hébrard

Résumés

L’objectif de cet article est d’appréhender, essentiellement à partir des archives judiciaires, les formes et les logiques d’engagement des populations civiles dans la guerre qui secoue le Venezuela à partir de 1812. Il s’agira également de tenter de rendre compte des systèmes de représentation des acteurs, au niveau collectif et individuel, ainsi que des dynamiques discursives et en actes, qui ont alimenté le conflit et contribué à la montée aux extrêmes qui le caractérise, notamment à travers la construction de la figure d’un ennemi à même de conjurer le caractère civil de la guerre. Pour ce faire, trois dimensions seront privilégiées : les logiques d’engagement à proprement parlé, le fonctionnement de la justice en temps de guerre et son usage par les acteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Audoin-Rouzeau, Stéphane ; Becker, Annette, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du (...)
  • 2  Voir sur ce point le travail pionnier de Germán Carrera Damas, Características de la historiografí (...)

1Aborder la guerre d’indépendance vénézuélienne à partir des populations civiles, tel est l’objectif du présent travail. Plus précisément, il s’agit de considérer l’ensemble des individus qui, volontairement ou non, ont participé, en tant que civils, à la guerre d’indépendance, forgeant ainsi des expériences individuelles et collectives spécifiques en termes de vécu de ce conflit civil. Celles-ci ont nourri une culture de guerre, que l’on peut définir comme le « champ de toutes les représentations de la guerre forgées par les contemporains : de toutes les représentations qu'ils se sont données de l'immense épreuve, pendant celle-ci d'abord, après celle-ci ensuite »1. Or, l’historiographie a rarement questionné la façon dont ces populations ont vécu la guerre au quotidien, dont elles s’y sont impliquées, ce qu’elles y ont projeté en fonction de leur histoire particulière, mais aussi de celle de leur communauté, ville ou territoire de résidence ; en fonction également de leur appartenance sociale et ethnique2. Culture de guerre qu’il convient d’autant plus d’interroger que ce conflit est le premier de cet ordre et qu’il constitue donc une matrice en la matière, qui se nourrit nécessairement d’autres formes de tensions, de conflits et de violences antérieurs.

  • 3  Voir, au fil des pages, les références à ces travaux.
  • 4  Concernant l’historiographie latino-américaniste, des travaux ont été réalisés ces dernières année (...)
  • 5  Font exception sur ce point les travaux de Alejandro Gomez, même si sa problématique centrale pour (...)
  • 6  Je pense bien sûr ici à : Thibaud, Clément, Républiques en armes. Les armées de Bolívar dans la gu (...)

2Comme je l’ai déjà analysé dans des travaux antérieurs3, il me semble que la guerre civile abordée dans cette perspective, où les catégories de l’anthropologie sont déterminantes pour comprendre ce qui se joue, symboliquement et concrètement, pour ces acteurs, reste très largement un impensé de l’historiographie latino-américaniste4 et plus encore peut-être sur le Venezuela5. Des travaux fondateurs ont certes été publiés ces dernières années sur la guerre d’indépendance vénézuélienne, notamment ses armées6, et plus largement sur le processus d’avènement de la nation, mais aucun d’entre eux ne fait spécifiquement retour sur les acteurs civils engagés dans la guerre d’indépendance, le plus souvent d’ailleurs à leur corps défendant, et parfois de façon indirecte, c’est-à-dire par le biais du judiciaire (prolégomènes dans certains cas d’ailleurs d’engagements plus concrets).  

  • 7  Causas de Infidencias, Archivo General de la Nación/Caracas (AGN/C) ; Causas Civiles, Archivo de l (...)
  • 8  Notons qu’il y a bien sûr des procès intentés contre les principaux protagonistes de la rupture. C (...)

3Pour ce faire, je me suis appuyée essentiellement sur les archives judiciaires, à savoir les Causas de Infidencia, ces procès intentés, entre 1812 et 1821, par les autorités de la Pacification à l’encontre des personnes accusées d'avoir pris parti en faveur de la révolution, ainsi que par les autorités patriotes dans les laps de temps où elles reprennent le contrôle du pouvoir, et les Causas civiles7. Ces procès donnent à entendre ces acteurs souvent « sans verbes », qu'ils soient accusés ou appelés à comparaître en tant que témoins : des hommes et femmes de peu, des esclaves, des pardos, des Indiens, qui livrent leurs paroles et leur opinion sur la guerre en cours ; dont on peut saisir les logiques d'implications ou de refus de s'impliquer dans les conflits qui frappent la communauté dont ils sont membres8.

  • 9  Les documents rédigés par les membres de l’Audience sur ce point sont fondamentaux pour saisir ces (...)

4Cette lecture en creux de la guerre d’indépendance comme guerre civile fait émerger deux aspects essentiels du conflit, outre le difficile fonctionnement de la justice en temps de guerre qui affleure sans cesse9 : les logiques d'engagement à proprement parlé et les dynamiques (en paroles et en actes) qui ont alimenté le conflit depuis la sphère civile, ainsi que l’usage de la justice par les acteurs eux-mêmes.

5La période ici considérée correspond essentiellement à celle de la mise en œuvre de la politique de Pacification par Domingo Monteverde, Capitaine général et Gefe Político des provinces du Venezuela, qui porte en germes la radicalisation du conflit, en raison de la volonté du nouveau maître des lieux de faire payer à la population au même titre qu’aux autorités patriotes, ce qu’il appelle la « trahison vénézuélienne ».

6Monteverde contribue en effet à une montée du niveau de violence, dans la mesure où, plus que par le combat, c’est à travers la répression et la mise en œuvre d’une justice d’exception plus que contestée qu’il mène sa politique de pacification. Or, celle-ci est en grande partie à l’origine de la montée aux extrêmes, ouvrant ainsi (avec le choc que cela provoque dans la société vénézuélienne) la porte à la guerre civile. Les répercussions de ce double processus, de répression et d’appel à la haine et à la destruction de l’Autre, dans la sphère civile, sont cruciales en termes d’engagements et de dénonciations, ainsi que l’on peut « l’entendre », tout particulièrement dans les procès en félonie.

Les dynamiques d’engagement des populations civiles

  • 10  Voir Martin, Jean-Clément, « Introduction », Jean-Clément Martin (resp.), La guerre civile, entre (...)

7Au-delà d’un engagement quasi général de la population, inévitable dans un contexte de guerre civile où l’on peut, par principe pourrait-on dire, être neutre10, il s’avère indispensable de comprendre plus spécifiquement les raisons profondes de ces engagements, indissociables dans leur affleurement concret et symbolique, des dysfonctionnements de la politique de Pacification.

8 De fait, à la consultation des sources judiciaires, tout particulièrement dans une lecture diachronique, il apparaît très clairement que l’engagement est dans un très grand nombre de cas une construction de l’accusation, suscitée par la logique qui préside à la mise en place de la Pacification. Par la suite, dans les procès des années 1815-1820, bien que ressurgisse cette dimension, l’on perçoit davantage des logiques d'engagement plus avérés, même si les raisons sont parfois très « extérieures » au conflit à proprement parlé.

  • 11  « Carta de los Ministros de la Audiencia, Nueva Valencia, 9 de febrero de 1813 », AGI, Sección V. (...)

9C’est dans ce contexte ambigu que ceux que l’on voit, dans le cadre de ces procès, monter sur la scène (au sens propre et figuré) sont en premier lieu des individus seuls, voire des petits groupes de deux ou trois personnes, mais rarement plus. Ce qui signifie que ne sont pas jugées des actions collectives, peu nombreuses au demeurant même si elles sont parfois évoquées lors des procès, mais aussi par les autorités judiciaires et de Pacification, loin d’être d’accord entre elles d’ailleurs sur leur effectivité. En effet, les ministres de l’Audience, dans un document qu’ils rédigent à l’intention de la Régence en février 1813, et qui est en fait un long plaidoyer contre la politique de Monteverde, tiennent à apporter un démenti formel aux « supposés projets de révolution » qui selon les proches de Monteverde  existeraient « dans tous les points de ces Provinces ». Pour ce faire, ils reprennent un à un les cinq exemples invoqués pour en montrer qu’il s’agissait tout au plus de « schismes de quelques exaltés »11.

  • 12  Formes de sociabilité qui peuvent également relever de la dimension festive. Je me permets de renv (...)

10Les actions ainsi jugées, permettent de réfléchir sur ces dynamiques d’engagement dans la guerre et ces procès « obligent », en quelque sorte, à questionner une histoire qui fréquemment résiste à privilégier l’individu dans sa relation au collectif, surtout quand il est question, comme c’est le cas très souvent ici, des classes populaires. Il s’agit également par ce biais de mettre en relief le rôle de l’individu pour penser le collectif et questionner la façon dont se construisent et se produisent les différenciations, les clivages sociaux et ethniques, les connivences et la conflictivité, mais aussi la façon dont s’agencent les relations de pouvoir et de sociabilité en temps de guerre12.

  • 13  Farge, Arlette, Des lieux pour l’histoire, Paris, Seuil, 1997, en particulier le chapitre intitulé (...)

11Pour analyser les logiques qui ont motivé ces engagements (volontaires ou non), il convient de prendre en compte d’une part la « nature » des accusations et les stratégies de défense ; d’autre part, l’utilisation qui est faite de cette justice d’exception, comme mode de règlement de conflits d’un autre ordre. Comment en effet, et surtout pourquoi, des hommes et des femmes se sont-ils impliqués dans ce conflit, quels étaient leurs revendications, leurs attentes, leurs rapports à l’Autre, à ces autres avec lesquels ils partagent le même espace ? Quelles sont les émotions qui s’expriment également dans ces contextes (celui de la guerre et celui du procès) ; émotions qui participent également des formes d'engagement et de la réception du conflit en tant qu’événement, au sens où l’entend Arlette Farge ?13 On peut également se demander de quelle façon, ces hommes et femmes ont-ils décelé l’importance du conflit, ses enjeux, au point de l’utiliser à d’autres fins ?

12Ce sont autant d’interrogations (dont la liste n’est ici bien sûr pas exhaustive) auxquelles je voudrais tenter de donner des éléments de réponse afin d’éclairer cette zone d’ombre de la guerre civile vénézuélienne, à savoir les populations civiles « désarmées ».

  • 14  Beydoun, Ahmad, « Expériences de l’espace et du temps dans une ville dérangée », Eric Sarner (dir. (...)

13Pour décrypter ces dynamiques d'engagement, individuels et collectifs, j’ai choisi de privilégier la ville comme espace physique et symbolique. Cela permet en effet d’avoir une double logique d’appréhension de ce qui se produit en termes de modification de la relation à l’autre et de mettre en évidence la façon dont la « conjoncture politique s’inscrit dans le paysage physique d’une ville »14 et de ses différents espaces. D’une part, parce que c’est essentiellement en son sein que se disent et se commettent les opinions et les actes incriminés ; d’autre part, en raison d’une présence, mais aussi d’un fonctionnement, de la justice qui déborde largement l’enceinte du tribunal, s’épanchant dans l’espace urbain. Inscription du politique qui s’accompagne, dans un même mouvement, d’une politisation du quotidien « atteignant les plus menus détails de ce dernier », et d’une négation du politique, de son étiolement. C’est en suivant cette grille de lecture qu’il est possible d’interroger de façon plus satisfaisante la redéfinition des appartenances, la mobilité des identités et les liens à l’Autre, qui se construisent en fonction de ces stratégies et implications dans la guerre civile d’indépendance.

1. Les lieux publics de l’action

14En premier lieu, ce que l’on peut observer dans les procès, c’est que dans un grand nombre d’inculpations, l’origine de l’accusation est liée à des délits commis dans une ville ou un pueblo, et plus spécifiquement dans les rues ou les espaces publics urbains.

15On observe donc une modification de l’usage des espaces publics liée non seulement au contexte de la guerre lui-même, mais aussi au fonctionnement de la justice tel qu’il prévaut avec l’arrivée de Monteverde et sa reprise en main du gouvernement des provinces vénézuéliennes. Cette modification se traduit, d’une certaine manière, par une annexion de l’espace public, des rues en particulier, par les autorités politico-militaires et judiciaires.

  • 15  Sur l’aspect théorique de ces questions voir Hébrard, Véronique; Santiago, Jorge P., « La nación, (...)
  • 16  Tomo X, Expediente 15. Expediente sumario evaguado de oficio de justicia contra las personas de Do (...)

16Quant à la rue, elle se transforme en espace de l’observation réciproque. En conséquence, tout ce qui semble insolite, transgresser la norme, peut être interprété comme une manifestation de soutien ou d’engagement en faveur de l’ennemi ou, à l’inverse, comme une « agression » ou un acte de félonie. Dans ce sens, la sociabilité de la rue apparaît comme une sorte de miroir de ce face à face entre « frères »15. Elle est aussi un espace de la communication, de la publicisation des « opinions », le lieu où s’exprime l’engagement, l’opinion sur le conflit en cours. C’est ainsi que fréquemment, une conversion à propos de la guerre naît d’une discussion dans la rue, entendue depuis celle-ci, alors que ces paroles étaient proférées ailleurs, souvent dans une taverne où l’excès de boisson rend les discussions plus bruyantes. Quatre hommes sont ainsi jugés à Turmero en décembre 1812 parce qu’un voisin de la taverne où ils se trouvaient les a entendus tenir des propos séditieux et en « a immédiatement rendu compte au commissaire ». Le Corregidor Justicia Mayor de la ville indique ainsi dans l’acte d’accusation qu’ils se trouvaient « tous les quatre réunis dans une taverne ou Guaraperia [...] buvant sans mesure et avec grand vacarme, lançant des vivats et des acclamations en faveur de la Patria. »16.

  • 17  Farge, Arlette, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle, Paris, Bayard éditions, 2 (...)
  • 18  Rancière, Jacques, Les noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Ed. du Seuil, 1993, (...)
  • 19  Farge, Arlette, Des lieux pour l’histoire, op. cit., p. 89.

17La majorité des procès a donc à voir avec des « paroles » qualifiées de « subversives », « irrespectueuses », « scandaleuses », ou considérées comme portant atteinte à l’honneur d’un individu ou d’un groupe adverse. Et parce que ces paroles sont publiques, elles constituent d’autant plus une menace. Dans le même temps, ces paroles « insaisissables » se répandent dans les rues de ville comme une traînée de poudre, révélant ainsi la puissance de l’oralité et le danger dont la juge porteuse, surtout lorsqu’il s’agit de la parole populaire. Oralité qui est, à partir du XVIIIème siècle, « désacralisée » dès lors que les « Lumières acceptent avec réticence le mot parlé, trop vague, trop pauvre » et que l’on rabat souvent l’oralité du côté du peuple17. Or, ces paroles sur le conflit, et que celui-ci à son tour provoque à travers les procès, sont pourtant autant d’aspérités dans le récit homogène sur la guerre. Cet « excès de paroles »18 introduit de la rugosité et rend possible une lecture de cet événement qu’est la guerre civile d’indépendance où « l’hétérogénéité devient la norme » et à travers laquelle « se devinent des formes de pensée, des altérités ou des contradictions qui renforcent le réel de ses écarts et de ses disjonctions »19.

  • 20  AGN. Causa de Infidencia. Tomo XXXIII « Expediente ? », Caracas-La Guaira, août 1818, fol. 79-188.

18C’est ainsi que dans un procès d’une exceptionnelle longueur, la majeure partie des informations collectées auprès des différents témoins vise à établir une cartographie des rues empruntées par les paroles proférées par le pardo Antonio Ramires, notamment celles disant « mort à tous les Espagnols. Or, au-delà de la nécessité d’établir sa culpabilité, il s’agit plus encore peut-être d’avoir une idée plus précise des personnes qui auraient pu les écouter et être « séduites par elles »20.

19Les espace publics et de sociabilité, notamment les tavernes qui sont fréquemment au centre des procès, acquièrent ainsi un statut ambigu, puisque les discussions, débats improvisés sont « partagés », entendus par l’ensemble de l’assistance et qu’ils peuvent dès lors générer des disputes, voire des altercations violentes, objets ensuite de dénonciations et de nombreux procès. C’est ainsi qu’il peut être dangereux de parler dans un espace public, dans la mesure où les autorités de Pacification ont appelé à la vigilance et à la dénonciation mutuelles.

  • 21  Heredia, José Francisco de, Memorias del Regente Heredia, [1817-1818], op. cit., p. 74-75.

20Dans bien des cas également, la rue est le lieu où s’exprime et s’exerce la vengeance des « vaincus » d’hier, mais plus encore peut-être les Mémoires du Regente Heredia. Il dénonce en effet à plusieurs reprises cet esprit de vengeance, déplorant que la justice ait été « laissé à l’arbitrage de ces juges, tous des Européens ou des Isleños qui avaient été persécutés à cette époque » et qui ont pu ainsi « laisser libre cours à leur vengeance, puisqu’ils arrêtaient et envoyaient dans les bóbedas et pontones, les personnes qu’ils voulaient ». Il n’a de cesse également d’en déplorer les effets dans les rues de Caracas, qui, « pour être la capitale [...] est forcément le théâtre principal des vengeances »21.

  • 22  Tomo XIX. Expediente 15. « Criminales contra Domingo Flores por haber bertido expresiones sedicios (...)

21De fait, il n’est pas rare que la justice commence dans la rue. Les procès montrent en effet qu’immédiatement après l’arrestation d’une personne, parfois par un civil, un représentant de la justice soit immédiatement appelé sur les lieux où il commence son interrogatoire. C’est notamment le cas d’un zambo, jugé en décembre 1812 pour avoir crié dans la rue « qu’avant Pâques le patriotisme sera de nouveau là ». Or, il a été dénoncé par un voisin qui a informé de ce méfait un membre du bataillon Fernando Séptimo, lequel, profitant de la proximité d’un « Ministre du Tribunal », lui rend compte de la situation. Immédiatement ce dernier, employant les formules juridiques habituelles, commence un premier interrogatoire du suspect dans la rue22.

2. L’intromission de la guerre dans l’espace privé

  • 23  Tomo XXIV. Expediente 8. Achagua, 1814, « Declaración de D. Juan Agustin Baes, vecino », fol. 465- (...)

22Mais c’est également dans la rue que se résolvent parfois des conflits nés dans l’espace privé. En témoigne un procès dans lequel l’attitude de la belle-mère du prévenu démontre on ne peut mieux la crainte que son lieu de vie soit étiqueté suite à la conduite d’un tiers. Un des témoins confesse qu’il a demandé à Colón (le gendre) qu’il cesse de raconter qu’il allait « conduire les soldats pour aller prendre les armes de San Fernando en faveur de la Patrie » et que sa belle-mère lui a demandé « qu’il aille professer de telles paroles dans la rue »23.

  • 24  Tomo XIX. Expediente 12. Caracas, 1813 ». « 2° testigo. Juana Oballa », fol. 174v-175.

23A partir de ce témoignage l’on peut observer qu’en temps de guerre, on tente de faire en sorte que l’espace privé reste à l’abri des conflits, y compris familiaux, liés aux engagements des uns et des autres. Mais on entre aussi parfois dans la maison du voisin pour « espionner » le comportement de l’autre, dénoncer, voire arrêter, comme il en est fait quasiment obligation. Ce peut être aussi pour fuir une menace, un ennemi, comme c’est le cas de ce témoin qui raconte être rentré dans la maison de sa voisine, poursuivi par l’accusé. L’une des filles de cette voisine témoigne que se trouvant chez elle « en compagnie de sa mère et d’une sœur, entre une heure et deux heures de l’après-midi, est entré en courant José Maria Tobar, parce que le dénommé Martinez le poursuivait et que Tobar refusant de répondre, Martinez, après être entré dans la maison, est reparti dans la rue en disant à Tobar que lui était fils de cette ville et qu’en défense de la liberté et de la patrie il verserait jusqu’à la dernière goutte de son sang et qu’il boirait celui de Tobar et qu’il voulait voir sa tête sous ses pieds [...] »24.

24Parfois, la maison est prise d’assaut pour arrêter par la force des personnes suspectées de sympathie pour les patriotes, voire dans le laps de temps où ces derniers occupent de nouveau le pouvoir, de fidélité au roi, pour les arrêter. En effet, les représentants de la justice participent également de cette violation de l’espace privé, renforçant la peur évoquée sans cesse, et la suspicion entre voisins, dès lors qu’entendre toquer à sa porte peut signifier une possible arrestation. C’est ainsi qu’un homme jugé (avec sa femme) pour la possession illégale d’un exemplaire de la Déclaration des Droits de l’Homme, explique comme suit la raison pour laquelle il n’a pas ouvert la porte à l’Alcalde :

  • 25  Tomo XXX. Expediente 15. Caracas, 1816, « Declaración instructiva de Serafin Almeida », fol. 372.

Entre une heure et quatre heures du matin, le 11 juillet, il a entendu qu'on frappait à la porte et à la fenêtre de sa maison, et ayant pris soin de savoir qui c'était, il a entendu qu'on le menaçait, et pour cette raison il est resté tranquille, et n'a pas ouvert la porte avant cinq heures et demi du matin, pour sortir afin de savoir qui avait frappé à sa porte, et une femme, voisine de sa maison lui a dit que c'était un Alcalde de barrio, et craignant la violence d'être appréhendé puisqu'il savait qu'ils étaient en train d'arrêter plusieurs personnes, redoutant que ceux qui lui voulaient du mal en profite pour lui soutirer de faux témoignages, il lui a semblé nécessaire, en raison de cette peur, de se cacher.25

Les logiques de l’engagement

25Dans nombre de cas, la base d’accusation est directement liée à la guerre et à la volonté des autorités, dans le cadre de la Pacification, de juger les individus dont on considère qu’ils constituent une menace à l’ordre et à la tranquillité publique.

  • 26  Nombreux sont en effet les procès pour offenses au roi à travers la destruction ou subtilisation d (...)

26Il peut ainsi s’agir d’accusations pour le soutien (direct ou non) à des groupes insurgés, pour des actes considérés comme une offense à la monarchie ou au roi26, pour avoir diffuser des informations séditieuses, mais aussi pour avoir commis des crimes de guerre ou des violences physiques sur les populations ou les hommes des troupes adverses.

1. Typologie des actions

  • 27  Tomo XV, Expediente 7. Santa Rosa, 1812, « Testimonio de Don Antonio Ugarte, 30 de septiembre de 1 (...)

27Sur ce point, il est intéressant d’observer qu’il s’agit généralement de menaces verbales proférées en parcourant les rues de la ville, comme dans le cas de Cipriano Escobar, « patriote fervent » selon l’acte d’accusation et les témoins qui s’accordent à dire qu’il cherchait tout le temps des informations sur celui « qui parlait en faveur de notre Souverain pour lui couper la tête, et qu'il faisait cela publiquement, passant par les rues avec un sabre dégainé dans les mains, et qu'il est également certain d'avoir entendu Escovar dire qu'il avait dans sa maison un trabuco avec 14 balles pour mettre en morceaux la cervelle de celui qui serait contre le Gouvernement de la Patrie »27. Ce peuvent être également des insultes, des paroles subversives ou révolutionnaires, qui nous en « disent » beaucoup sur la façon de vivre ce moment révolutionnaire, sur la représentation de l’Autre, de l’ennemi et les modes d’énonciation de cette altérité.

28Enfin, ce sont les rumeurs qui sont parfois au centre d’un procès ; rumeurs de l’arrivée des troupes, d’un massacre, de la victoire ou de l’échec de l’ennemi et dont on craint la réception.

  • 28  Tomo XIX. Expediente 15. El Valle, 1812, fol. 218. L'accusé ajoute dans sa déposition « qu'il n'a (...)
  • 29  Tomo XXXI, 1817. « Expediente 10. Puerto Cabello, 1817, fol. 221.
  • 30  Sur ces questions voir Thibaud, Clément, « ‘Coupé têtes, brûlé cazes’ : peurs et désirs d’Haïti da (...)
  • 31  Tomo III, Expediente 8. Caracas, 1813.
  • 32  Ibid., fol. 158.

29Par ailleurs, il existe de véritables engagements, au prix, parfois de sa liberté, ou pour sa liberté, comme cet esclave jugé pour paroles subversives qui, après avoir dit qu'il était ivre, reconnaît « que c’était vrai qu’il l’avait dit parce que les autres le disaient et surtout parce que chacun pouvait dire ce qu’il ressentait. »28 , ou cet autre, accusé, bien qu’il s’en défende, d’avoir crié « regardez ces Blancs de merde, il est nécessaire de faire avec eux la même chose que les Français noirs ont fait à Saint Domingue »29. Cette référence aux événements d’Haïti confirme cette extrême perméabilité au contexte de la zone caraïbe30 qui tout à la fois peut faire proférer ces paroles ou qui, pour le moins, peut être utilisé à l’encontre de quelqu’un pour le faire accuser de félonie. Le zambo Joaquin Moreno, reconnaît pour sa part avoir livré des informations sur l’avancée des troupes patriotes ; « paroles » jugées « révolutionnaires » dans l’Acte de condamnation31. Pour ce délit Moreno est condamné à travailler « pour les travaux publics avec des fers aux pieds pendant six mois »32.

30Ces actions et délits, au-delà des informations qu’ils livrent sur ce qu’a pu signifier pour ces populations civiles le processus ayant mené à l’indépendance, permettent de mieux appréhender à travers les procès dont leurs auteurs sont l’objet, les « possibles » qu’ils expriment, indépendamment de l’attitude adoptée par l’accusé ou des raisons et du bien-fondé de l’accusation. En outre, à la lecture de ces procédures judiciaires, c’est davantage de complexité qui affleure ainsi dans les logiques d'engagement, rompant ainsi les schémas simplistes mis parfois en avant. C’est ainsi que s’expriment également, en tant qu’accusés ou témoins, des esclaves ou des Indiens qui se disent prêts à mourir pour leur Roi, ou qui ont fui, par peur, l’hacienda de leurs maîtres après la proclamation de l’indépendance, comme le rapporte aux Cortès le gouverneur de la province de Guayana en mai 1813 :

  • 33  Gobernador de la provincia de Guyana a VAS, Guayana, 30 de mayo de 1813, ms. AGI. Sección V. Gobie (...)

[...] au mois d’octobre 1811, se sont présentés Florencio et Dioneseo, esclaves de Doña Barbara Sifontes, veuve et vecina du Pueblo de Chamariapa dans la province de Nueva Barcelona et ils l’ont informé qu’ils étaient en fuite au motif que l’on avait publié et juré [dans leur province] la fanatique indépendance et lui ont demandé la protection du roi [...] ne voulant pas être les sujets d’un tel système de gouvernement [...].33

  • 34  Malgré l’étude pionnière de G. Carrera Damas, peu de travaux ont repris la grille de lecture qu’il (...)

31Ce sont autant de preuves d’engagement de ces acteurs anonymes, de tous âges et conditions, dont il est dit parfois, y compris par les autorités de l’époque, qu’ils n’auraient été que des témoins passifs ou manipulés d’un conflit dont les enjeux les dépasseraient. Ou qui n’auraient été mus que par le pillage et la violence gratuite, favorisée, voire encouragée, par ce contexte troublé34. Il ne s’agit pas ici de nier que ce type de posture ait existé, je l’ai rencontré dans les archives, mais elles sont loin d’être majoritaires et l’« aveu » de passivité est dans certains cas une tentative de se disculper et d’échapper ainsi à la peine. On note en effet, dans un grand nombre de cas, que les accusés nient les faits qui leur sont reprochés, et ce de façon très radicale au regard des exposés, parfois très détaillés, que livrent les témoins à charge. Caractéristiques qui sont autant d’indices du climat construit par la politique de pacification qui oblige à dénoncer tous les faits, toutes les paroles et actions suspectes, au point que tout peut correspondre à ce stigmate ; mais aussi d’un possible usage de la justice.

2. Les raisons de l’engagement

32Lorsque les accusés reconnaissent les faits qui leur sont reprochés, ils tentent fréquemment d’en rejeter la responsabilité, utilisant alors des arguments qui permettent de saisir de façon plus fine les ressorts internes de cette guerre sur lesquels se construisent les logiques de haine de l’Autre et de radicalisation de la violence.

  • 35  Briceño, Antonio Nicólas, Plan para libertar a Venezuela, Cartagena de Indias, 16 de enero de 1813 (...)

33En effet, il n’est pas rare que les manifestations de violence et surtout d’agressions verbales et/ou physiques soit également l’occasion d’exprimer la haine, le rejet de l’Autre, surtout de l’Espagnol, mais plus encore du Blanc. C’est ici la dimension ethnique du conflit qui fait saillie de façon concrète et qui opère sur un autre registre que celui des appels à la destruction «  de la race maudite des espagnols européens, y compris les isleños » lancés par Briceño et Bolívar, respectivement en janvier et juin 181335, d’autant que les cas rencontrés sont pour certains antérieurs à ces exhortations. La guerre est alors l’occasion d’exprimer des rancœurs enfouies.

  • 36  Tomo XXIII. Expediente 10. Caracas, 1814, « Carta de la muger », fol. 206.

34Parmi les nombreux procès où cette dimension essentielle de la guerre civile apparaît, je pense en particulier à cet homme assassiné par des Indiens avec lesquels il était en conflit pour des problèmes de terre. A partir de ce que l’on peut saisir en lisant les propos des témoins, ces Indiens auraient profité de la guerre pour régler ce litige et « éliminer » cet homme de façon violence, si l’on en croit ce que livre sa veuve dans une lettre qu’elle adresse aux autorités judiciaires. Elle leur demande notamment de reconnaître que la mort de son mari « a été violente, mal exécutée et non pas en raison de son opposition à SMC, mais parce que ses assassins voulaient se venger de la passion qui les dominait [...] »36. Et l’un des témoins confirme ses dires en affirmant :

  • 37  Ibid., « 1° testigo. Don Juan de Fuente de este vecindario », fol. 207-208.

La mort de don Andres Rodriguez n’a pas été causée pour son opposition à la souveraineté mais pour se venger des plaintes qu’il avait formulées contre les Indiens déjà mentionnés [...] et dont le propos n’était autre que de tuer tous les Blancs qui avaient quelques biens [...].37

35Cet aspect de la guerre et des engagements qu’elles suscitent ou permet de construire, me fait également penser au procès de deux femmes indiennes, révélateur de la force avec laquelle peut surgir ce type de haines et de ressentiments. Accusées de plusieurs atteintes à l’ordre public, notamment de s’être battues avec un homme sur une place, proclamant à cette occasion qu’elles étaient des patriotes, la principale charge qui pèse sur elles concerne les paroles de haine qu’elles auraient prononcées contre les Blancs, les créoles et les godos en divers lieux publics de la ville. L’un des témoins, qui n’est autre que le propriétaire de la taverne où s’est produit une partie de faits, évoque leur attitude en ces termes :

  • 38  Tomo XIII. Expediente 10. Valencia, 1812, « Declaración de Dn José de la Cruz Hernandez », fol. 33 (...)

[...] hier, à deux ou trois heures, sont entrées dans la Gargote [que le déclarant] a dans la rue Real, deux femmes de los Guayos qui demandaient à manger, mais [voyant] qu'elles étaient quelque peu prises de liqueur il leur a répondu qu'il n'avait rien à manger, fermant dans le même temps la porte de ladite Gargote ; sur ce les femmes se sont mises à proférer des termes très indécents et insolents contre tous les blancs, disant à voix haute : Chiens de blancs, fils de pute, soulevés, vendus, ici dans cette ville ce qui l'emporte c'est le noir, l'indien, et le Sambo, jetant l'opprobre avec excès sur le déclarant et sa femme, jusqu'à ce qu'elles s'en aillent, laissant tout le voisinage en émoi.38

  • 39  Ibid., « Declaración inquisitiva de Juana María Herrera, 2 de noviembre de 1812, Valencia », fol. (...)

36Dans ces refus d’assumer les actes commis, ou pour le moins la volonté d’en minimiser l’importance, on peut noter de nombreuses récurrences, que ce soit de la part des accusés, mais aussi des témoins. Tout d’abord, on constate que l’engagement peut être lié à une menace, à l’intimidation, voire à la peur d’être violenté si l’on ne prend pas parti. Nous trouvons également, dans ce même registre de l’engagement « forcé », les raisons financières ou matérielles. En second lieu, ce sont les arguments qui expriment une responsabilité personnelle mais qui, dans le même, neutralisent l’engagement. Sont alors invoqués la folie de l’accusé, et plus souvent encore son état d’ébriété ou son alcoolisme notoire. C’est notamment le cas pour ces deux femmes indiennes qui reconnaissent avoir prononcé les paroles qui leur sont reprochées. L’une d’elles affirme en effet « ne pas se souvenir d’avoir dit de telles choses » et que si « jamais c’est le cas, c’est qu’elle n’était pas elle-même pour avoir pris beaucoup de guarapo [...], car sinon elle ne se serait jamais mise dans des choses qui pourraient lui porter préjudice, ni dit des choses contre le Gouvernement. »39. Ce type d’arguments donne le sentiment d’une défense réflexe, quasi conditionnée dès lors qu’il est presque systématiquement employé, surtout l’ivresse, pour se disculper ou disculper celui dont on prend la défense, et ce d’autant plus que l’accusé semble faible ou « fragile ».

  • 40  Tomo X. Expediente 10. San Mateo, 1812, fol. 204-216.
  • 41  Ibid., « Confesión de Nicolás de la Torre, 20 de noviembre », fol. 214-215

37Cette volonté de minimiser la portée de l’engagement de certains accusés ou l'expression d'une opinion raisonnée se retrouve également du côté des autorités judiciaires, tout particulièrement lorsqu'il s'agit d'esclaves, de pardos ou d'Indiens. Je pense ici à Nicolás de la Torre, capitaine de la Compagnie de Indios de San Tomas, jugé en octobre 1812 parce que fervent patriote et parce qu’il aurait voulu entraîner d'autres Indiens à sa suite, menaçant également de couper des têtes aux opposants blancs et créoles40. Il est même décrit par plusieurs témoins comme dangereux, dans la mesure où il est « capable d'influer et de coopérer en cas de conspiration » et où il jouit « d'une grande renommée parmi ceux de sa classe » qu'il aurait manipulés. L’accusé nie farouchement les faits et allègue même pour sa défense qu’il « a toujours dans sa maison la bannière, ou drapeau National avec lequel les Indiens de son Pueblo acclamaient le Seigneur D. Fernando Septimo avant la Révolution de ces provinces, sans peur des peines qu’il pouvait encourir pour avoir gardé de telles insignes »41. Il est appuyé en cela par son épouse qui par deux fois écrit au tribunal pour disculper son mari, et invoque notamment la vengeance comme cause de son arrestation :

  • 42  Ibid., « Carta de María Begoña de la Luz Purino, esposa de Nicolás de la Torre », fol. 210-211.

Le délit de mon mari, donc, n’a d’autre cause que l’intrigue et les manœuvres de quelques-uns qui ne l’aiment pas et qui considère que l’époque est opportun pour se venger.42

  • 43  Ibid., « Auto del Fiscal », fol. 216.

38Elle demande en conséquence sa libération immédiate. Mais curieusement, dans sa sentence finale, le Fiscal déclare qu’au « vu de cette instruction et considérant que le prisonnier, en raison de sa classe d'Indien, ne peut être considéré comme ayant toutes les connaissances, ni la malice nécessaire pour être accusé de prisonnier de haute trahison, il demande que l'affaire soit coupée dans son état actuel »43.

39Ces mécanismes différenciés de négation de l’engagement, de part et d’autre des acteurs en « présence », montre bien la façon dont une logique politique peut altérer les modes d’énonciation et dans le même temps révéler, au sens photographique du terme, les conflits sous-jacents d’une société. Le fait même qu’une accusation soit considérée comme suffisamment crédible, pour celui qui dénonce comme pour la justice, au point de l’instruire, démontre que ces délits invoqués ont une certaine pertinence au regard du contexte politique, socioculturel, mais aussi des tensions et conflits ethniques qui existent sans la société vénézuélienne de l’époque. Et cette observation est également avéré si l’on examine les modalités mises en œuvre pour se disculper des engagements dont on est accusés, alors qu’ils sont souvent interprétés comme le résultat de l’ignorance, de la manipulation ou de l’erreur de jugement.

40Analyser les logiques ainsi à l’œuvre à l’aune du climat de défiance et d’activation de la conflictualité engendrée par la politique de pacification permet de saisir de façon plus satisfaisante les modalités d’utilisation de la justice par les acteurs en présence et la façon dont elle peut être ainsi le théâtre de la guerre. On « entend » alors d’autres motifs d'engagement qui permettent de comprendre les arguments brandis pour les nier ainsi que les raisons à l’origine de l’accusation.

La justice comme miroir de la guerre civile

41Au-delà des logiques d’implication, d’usage ou d’évitement de la justice, dont on vient de rendre compte, le contenu des procès « révèle » une image du quotidien de la guerre, des faits en marge de celle-ci, difficilement saisissable autrement et qui constituent pourtant l’arrière-plan indispensable à la compréhension des logiques d’engagement et d’accusation d’engagement. D’une part parce qu’au-delà des faits jugés, les témoignages, la défense et les dépositions des accusés, dans leur construction et justification, sont autant de récits permettant de capter la vie au quotidien dans un temps troublé. D’autre part parce que ces arrestations et les dysfonctionnements de cette justice d’exception motivent un recours à l’écrit de la part des familles et des proches qui nous livrent, en direct, outre leur version des faits, leur propre vécu du conflit et de la politique de pacification à l’œuvre.

  • 44  Loreaux, Nicole, La cité divisée. L'oubli dans la mémoire d'Athènes, Paris, Payot, 1997, p. 54.

42Si l’on considère la guerre civile comme une des « expériences vitales de l’expérience civique »44, elle suppose nécessairement une redéfinition de ce qui fonde la relation à l’autre, au niveau individuel et collectif. De fait, quelle peut être la signification profonde de témoignages et dépositions où l’essentiel du lien à l’Autre renvoie en premier lieu à la peur, à la souffrance, à la menace ? Qu'en est-il de l'altération ou de la modification de relations anciennes, dans un tel climat de suspicion et de violence, de sollicitation officielle à la dénonciation, d'impunité aussi ?

  • 45  Tomo XXXV. Expediente 2. San Rafael de Orituco, 1819, « 1° testigo. Pedro Gutierez, 11 de abril de (...)
  • 46  Tomo XIX. Expediente 15. El Valle, 1812, fol. 226.

43Ainsi, un témoin confesse-t-il à propos de l’accusé qu’avant « la Révolution de ces Provinces, il a fréquenté beaucoup plus que depuis la Révolution et, considérant qu’il avait été un exalté il a cessé d’avoir des contacts avec lui »45. De même, craint-on également dans cette vision des autorités de pacification d’une société agitée de mille passions, prête à se soulever, captable en raison de son manque de « luces y costumbres » d’être abusée, manipulée, l’homme sans liens, qui n’a pas de vecindario connu et qui, en tant que vagabond, est d’autant plus perçu comme une menace à l’ordre et à l’unité. C’est ainsi que l’esclave Domingo Flores, « sans domicile connu », accusé de paroles subversives, est remis, après avoir purgé une peine « cinquante coups de fouets attaché à un canon sur la Place de la Constitution », à un propriétaire chargé de le faire travailler pour le réinsérer dans la société46.

44Au fil des témoignages, des récits des accusés, c’est une autre inscription dans l’événement qui affleure. On peut percevoir la façon de vivre le conflit, son imbrication avec le quotidien et l’histoire de chacun des acteurs en présence, à travers lesquels se dessinent certains ressorts explicatifs de cette recomposition des liens qui permettent de mieux percevoir le caractère multiforme du conflit et les multiples engagements auxquels il a donné lieu.

Conclusion

  • 47  Heredia, José Francisco de, Memorias del Regente Heredia, [1817-1818], op. cit., p. 77. Pour une a (...)

45Des actes associés à des logiques différentes d’engagement d’une part ; une politique de pacification davantage guidée par la répression et la vengeance que par une véritable quête de pacification de l’autre. Ces deux pans du tableau d’ensemble nous livrent une nouvelle face du conflit en cours, et permettent de percevoir de façon plus satisfaisante la dynamique de brutalisation à l’œuvre au sein des populations civiles et à laquelle cette guerre d’indépendance a donné lieu. Guerre civile multiforme, à la fois dérisoire dans certaines de ses déclinaisons, et dramatique dans ces enjeux et conséquences, dès lors qu’elle a profondément marqué de son empreinte la société dans l’après-guerre. Ici encore Heredia fait preuve d’une intelligence de ce qui se joue sur ce point, lorsqu’il signale, dès 1816-1817, de manière très suggestive en termes de culture de guerre, « les maux incalculables qu’a produit, est en train de produire et produira, cette persécution »47.

46Au-delà des actions de guerre à proprement parler, de l’engagement en armes (là aussi volontaire ou forcé), c’est un autre visage de ce conflit que j’ai tenté de montrer ici, en privilégiant les individus civils dans la guerre et la façon dont leurs actes sont jugés au niveau judiciaire et au-delà par la société. En ce sens, l’archive judiciaire est d'une richesse insoupçonnée dès lors que l'on prend soin de l’appréhender dans une perspective anthropologique autorisée par son caractère dialogique. Elle permet de se positionner en témoin extérieur et d'y lire les conflits sous-jacents ainsi que l'utilisation de ce moment de troubles pour régler des conflits d'un autre ordre et par conséquent de déceler la compréhension, par l’ensemble des acteurs, des enjeux d'une guerre qui par d'autres aspects les dépassaient peut-être. Les engagements ainsi mis à jour révèlent également les modalités selon lesquelles les micro-communautés qui composent ce social bigarré redéfinissent leurs rapports à l’autre.

47Dans ce premier moment de la guerre, à travers cette judiciarisation de la guerre qui va de pair avec un « traitement » partial de la population, tant d’ailleurs de la part des autorités de Pacification que des autorités patriotes qui les suspectent de ne pas les suivre (n’oublions pas que finalement cette population est tour à tour, mais aussi simultanément, accusée d’être révolutionnaire et patriote convaincu par les uns, et incapables, pour les autres, de saisir les enjeux et les avantages pour elle de la mutation proposée), se jouent une rupture très forte au sein des populations, même si ces procès dans leur majorité ne débouchent sur aucune condamnation ou sur des condamnations mineures au vu des accusations initiales. En officialisant ainsi la rupture, la logique judiciaire impulsée par Monteverde donne dès lors corps à la guerre civile, à la stasis, la guerre dans la cité puis dans la « nation ».

Haut de page

Notes

1  Audoin-Rouzeau, Stéphane ; Becker, Annette, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du premier conflit mondial », Jean-Pierre Rioux ; Jean-François Sirinelli (dir), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil-L'Univers Historique, 1997, p. 252.

2  Voir sur ce point le travail pionnier de Germán Carrera Damas, Características de la historiografía venezolana, Montevideo, Universidad de la República, Faculdad de Humanidades y Ciencias, 1963. Voir également Hébrard, Véronique, « A l'écoute du conflit : historiographie d'une guerre. Le Venezuela (1812-1823) », Histoire et Sociétés de l'Amérique Latine, n° 6, Paris, ALEPH, novembre 1997, pp. 157-177.

3  Voir, au fil des pages, les références à ces travaux.

4  Concernant l’historiographie latino-américaniste, des travaux ont été réalisés ces dernières années sur le Mexique tout particulièrement (cf. les travaux de Marta Terán, John Tutino, Moises Guzmán). Pour un point historiographique, cf. Hébrard, Véronique, « La ciudad y la guerra en la historiografía latino-americana (siglo XIX) », Anuario Americanista Europeo, REDIAL & CEISAL, n° 1 : Escribir la ciudad latinoamericana. Miradas Cruzadas, Paris, IHEAL, 2003, pp. 41-58.

5  Font exception sur ce point les travaux de Alejandro Gomez, même si sa problématique centrale pour aborder cette question est celle de la réception des événements d’Haïti, en particulier par les populations noires. Voir notamment Gómez, Alejandro E., « Las revoluciones blanqueadoras : elites mulatas haitianas y ‘pardos beneméritos’ venezolanos y su aspiración a la igualdad, 1789-1812 », Nuevos Mundos Mundos Nuevos, Coloquios 2005, [en línea]. http://nuevosmundo.revues.org/868.

6  Je pense bien sûr ici à : Thibaud, Clément, Républiques en armes. Les armées de Bolívar dans la guerre d’Indépendance en Colombie et au Venezuela, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

7  Causas de Infidencias, Archivo General de la Nación/Caracas (AGN/C) ; Causas Civiles, Archivo de la Academia Nacional de la Historia/Caracas (ANH/C).

8  Notons qu’il y a bien sûr des procès intentés contre les principaux protagonistes de la rupture. Ce sont d’ailleurs presque les seuls à avoir été retenus dans les publications qui ont été faites de ces sources. Cf. Causas de Infidencia, Caracas, Biblioteca de la Academia Nacional de la Historia, 1960, 2 vol.

9  Les documents rédigés par les membres de l’Audience sur ce point sont fondamentaux pour saisir ces dysfonctionnements, ainsi que les mémoires du Regente Heredia : Heredia, José Francisco de, Memorias del Regente Heredia, [1817-1818], Caracas, Biblioteca de la Academia Nacional de la Historia, 1986. Sur ce sujet, cf. Hébrard, Véronique, « La participación popular en la guerra de independencia en Venezuela : la otra cara de la guerra civil (1812-1818) », Germán Cardozo Galue ; Arlene Urdaneta Quintero (comp.), Colectivos sociales y participación en la independencia hispanoamericana. Maracaibo, Universidad de Zulia, 2005, pp. 211-226.

10  Voir Martin, Jean-Clément, « Introduction », Jean-Clément Martin (resp.), La guerre civile, entre histoire et mémoire. Colloque d’octobre 1994, Nantes, Ouest Editions, Enquêtes et Documents n° 21, 1995, p. 14. Voir également Martin, Jean-Clément, « Massacres, tueries, exécutions et meurtres de masse pendant la Révolution, quelles grilles d’analyse ? », La Révolution française, Les massacres aux temps des Révolutions, mis en ligne le 08 janvier 2011.

11  « Carta de los Ministros de la Audiencia, Nueva Valencia, 9 de febrero de 1813 », AGI, Sección V. Gobierno, 14° Caracas, legajo 437A, doc n° 372.

12  Formes de sociabilité qui peuvent également relever de la dimension festive. Je me permets de renvoyer sur ce point à mes articles : « Cités en guerre et sociabilité au Venezuela (1812-1830). Essai de problématisation », Histoire et Sociétés de l’Amérique Latine n° 8, Paris, Aleph, 2ème semestre 1998, pp. 123-148 ; « Altérité et histoire dans la guerre civile vénézuélienne à travers les pratiques musicales et la chanson patriotique (1812-1823) », Gérard Borras (ed.), Musiques et sociétés dans les Amériques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, pp. 201-217.

13  Farge, Arlette, Des lieux pour l’histoire, Paris, Seuil, 1997, en particulier le chapitre intitulé « De l’événement », pp. 82-96. Voir également, Farge, Arlette, « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain, n° 38, 2002, pp. 69-78.

14  Beydoun, Ahmad, « Expériences de l’espace et du temps dans une ville dérangée », Eric Sarner (dir.), Villes en guerre. Modes de vie – modes de mort, Revue Autrement n° 83, octobre 1986, p. 17.

15  Sur l’aspect théorique de ces questions voir Hébrard, Véronique; Santiago, Jorge P., « La nación, la ciudad y los conflictos : una aproximación por las márgenes (Venezuela y Brasil en el siglo XIX), Espiral, Estudios sobre Estado y Sociedad (Guadalajara), n° 20, vol. VI, enero 2001, pp. 161-186.

16  Tomo X, Expediente 15. Expediente sumario evaguado de oficio de justicia contra las personas de Don Manuel Páez, Ignacio y Dionicio Henriquez y otros individuos no conocidos, vecinos del Pueblo de Santa Cruz, sobre palabras de insurgencia vertidas por uno de ellos. Turmero, 1812, « Auto », fol. 327.

17  Farge, Arlette, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle, Paris, Bayard éditions, 2009, p. 25 et p. 12.

18  Rancière, Jacques, Les noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Ed. du Seuil, 1993, p. 88.

19  Farge, Arlette, Des lieux pour l’histoire, op. cit., p. 89.

20  AGN. Causa de Infidencia. Tomo XXXIII « Expediente ? », Caracas-La Guaira, août 1818, fol. 79-188.

21  Heredia, José Francisco de, Memorias del Regente Heredia, [1817-1818], op. cit., p. 74-75.

22  Tomo XIX. Expediente 15. « Criminales contra Domingo Flores por haber bertido expresiones sediciosas », El Valle, 1812,

23  Tomo XXIV. Expediente 8. Achagua, 1814, « Declaración de D. Juan Agustin Baes, vecino », fol. 465-466.

24  Tomo XIX. Expediente 12. Caracas, 1813 ». « 2° testigo. Juana Oballa », fol. 174v-175.

25  Tomo XXX. Expediente 15. Caracas, 1816, « Declaración instructiva de Serafin Almeida », fol. 372.

26  Nombreux sont en effet les procès pour offenses au roi à travers la destruction ou subtilisation de son portrait, ou des paroles jugées insultantes.

27  Tomo XV, Expediente 7. Santa Rosa, 1812, « Testimonio de Don Antonio Ugarte, 30 de septiembre de 1812 », fol. 140.

28  Tomo XIX. Expediente 15. El Valle, 1812, fol. 218. L'accusé ajoute dans sa déposition « qu'il n'a eu d'autres motifs que de l'avoir entendu dire par des personnes de passage qu'il ne connaît pas », fol. 223.

29  Tomo XXXI, 1817. « Expediente 10. Puerto Cabello, 1817, fol. 221.

30  Sur ces questions voir Thibaud, Clément, « ‘Coupé têtes, brûlé cazes’ : peurs et désirs d’Haïti dans l’Amérique de Bolivar », Annales HSS,n° 58-2, mars-avril 2003, pp. 305-331 ; ainsi que Gómez, Alejandro, Le syndrome de Saint-Domingue. Perceptions et représentations de la Révolution haïtienne dans le Monde atlantique, 1790-1886, Paris, Ecole des hautes études en sciences sociales, 2010.

31  Tomo III, Expediente 8. Caracas, 1813.

32  Ibid., fol. 158.

33  Gobernador de la provincia de Guyana a VAS, Guayana, 30 de mayo de 1813, ms. AGI. Sección V. Gobierno/1492-1858, 14° Caracas (1786), 4. Consejo y Ministro, Caracas 385.

34  Malgré l’étude pionnière de G. Carrera Damas, peu de travaux ont repris la grille de lecture qu’il y proposait pour l’étendre à d’autres catégories d’acteurs. Carrera Damas, Germán, Boves. Aspectos económicos de la guerra de independencia, Caracas, Universidad Central de Venezuela, 1972 (1ère ed. 1967). Pour une présentation plus complète voir, Hébrard, Véronique, « A l'écoute du conflit : historiographie d'une guerre. Le Venezuela (1812-1823) », Histoire et Sociétés de l'Amérique Latine, n° 6, Paris, ALEPH, novembre 1997, pp. 157-177.

35  Briceño, Antonio Nicólas, Plan para libertar a Venezuela, Cartagena de Indias, 16 de enero de 1813, Rodulfo Cortes, Santos (comp.), Antología documental de Venezuela : 1492-1900 : Materiales para la enseñanza de la historia de Venezuela, Caracas, impr. Santa Rosa, 1960, pp. 202-205; Bolívar, Simón, Decreto de guerra a muerte, cuartel general de Trujillo el 15 de junio de 1813, Documentos que hicieron historia, Caracas, Presidencia de la República, 1962, vol. 1, pp. 140-142.

36  Tomo XXIII. Expediente 10. Caracas, 1814, « Carta de la muger », fol. 206.

37  Ibid., « 1° testigo. Don Juan de Fuente de este vecindario », fol. 207-208.

38  Tomo XIII. Expediente 10. Valencia, 1812, « Declaración de Dn José de la Cruz Hernandez », fol. 332.

39  Ibid., « Declaración inquisitiva de Juana María Herrera, 2 de noviembre de 1812, Valencia », fol. 327v-328.

40  Tomo X. Expediente 10. San Mateo, 1812, fol. 204-216.

41  Ibid., « Confesión de Nicolás de la Torre, 20 de noviembre », fol. 214-215

42  Ibid., « Carta de María Begoña de la Luz Purino, esposa de Nicolás de la Torre », fol. 210-211.

43  Ibid., « Auto del Fiscal », fol. 216.

44  Loreaux, Nicole, La cité divisée. L'oubli dans la mémoire d'Athènes, Paris, Payot, 1997, p. 54.

45  Tomo XXXV. Expediente 2. San Rafael de Orituco, 1819, « 1° testigo. Pedro Gutierez, 11 de abril de 1819 », fol. 82.

46  Tomo XIX. Expediente 15. El Valle, 1812, fol. 226.

47  Heredia, José Francisco de, Memorias del Regente Heredia, [1817-1818], op. cit., p. 77. Pour une approche sur le court terme, voir Hébrard, Véronique, Le Venezuela indépendant. Une nation par le discours, 1808-1830, Paris, L’Harmattan, 1996, « Le difficile retour à la vie civile », pp. 394-396 ; et sur le plus long terme : Hébrard, Véronique, « El oligarca, figura del infame en la Venezuela en guerra (siglo XIX) », Sombras de Mayo. Mitos y memorias de la Guerra de la Independencia en España (1808-1908), Madrid, Collection de la Casa de Velázquez nº 99, 2007, pp. 415-428.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Hébrard, « Les logiques d’engagement dans la guerre d’indépendance au Venezuela. Une autre face de la guerre civile (1812-1818) », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://amnis.revues.org/1304 ; DOI : 10.4000/amnis.1304

Haut de page

Auteur

Véronique Hébrard

Université Paris I-CRALMI (Centre de recherches d’histoire de l’Amérique latine et du monde ibérique) /UMR 8168 Mascipo, France, v.hebrard@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org