Navigation – Plan du site

La justice militaire belge en 14-18 : Représentations culturelles et réalités quantitatives

Benoît Amez

Résumés

Bien des combattants belges de 14-18 nous ont présenté la justice militaire comme répressive et profondément inégalitaire. Cependant certains d’entre eux nous renvoient simultanément l’image d’une institution en crise, incapable de faire face à la situation : les condamnés échappent à l’exécution et sont envoyés à l’arrière, à l’abri des bombes. La réalité pénale nous révèle toutefois un nombre de condamnations relativement élevé tout au long du conflit. A contrario, les condamnations à mort sont rares et les exécutions plus encore. L’immense majorité des peines ne sont pas appliquées dans leur entièreté. Les soldats condamnés sont envoyés massivement dans des compagnies de correction. L’objectif de ces compagnies est d’offrir une seconde chance à ces condamnés mais aussi et surtout de déjouer les manœuvres de ceux qui veulent se soustraire aux dangers du front. La justice militaire, bien que critiquée par les soldats belges dans leurs écrits en tant que partie intégrante du système militaire, n’est cependant pas cause d’une remise en question de la guerre. La mobilisation du soldat belge pour la durée du conflit est donc probablement le résultat d’un mélange d'adhésion et de contrainte. Notons toutefois que l'obéissance requise par l'armée semble avoir été acceptée par la grande majorité des combattants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Farge, Arlette, Des lieux pour l’histoire, Paris, Editions du Seuil, 1997, p. 53.
  • 2  Audoin-Rouzeau, Stéphane, Becker, Annette, « Violences et consentement : la ‘’culture de guerre’’ (...)
  • 3  Les représentations sociales : un domaine en expansion, sous la direction de Jodelet, Denise, Pari (...)
  • 4  Deckers, René, Journal de campagne 1914-1918, p. 53, Dossier n°16, Boîte n°3, Fonds Personnalia 19 (...)

1La guerre « situation politique passionnelle et existentielle, souligne Arlette Farge, est un événement en instance qui démultiplie les sentiments tout en obligeant les êtres humains à devenir autres que ce qu’ils voulaient ou s’imaginaient être »1. C'est donc faire œuvre d'historien que de s'interroger sur les émotions et les convictions des combattants, ainsi que sur la mémoire que la guerre a inscrit en elle. Pourtant il faut se rendre à l’évidence : il est bien difficile de comprendre le sens de la Première Guerre mondiale. Présentée comme une boucherie absurde dans les années d’après-guerre, cette vision semble encore partagée aujourd’hui dans les romans et films ayant trait à la Grande Guerre. Il est vrai qu’un conflit armé est une période complexe, porteuse de contradictions et de différents systèmes de représentation. Pour mieux comprendre le conflit, l’Historial de Péronne a développé le concept de culture de guerre qui se définit comme « le champ de toutes les représentations de la guerre forgées par les contemporains : de toutes les représentations qu’ils se sont données de l’immense épreuve pendant celles-ci d’abord, après celle-ci ensuite »2. Ce concept se compose de représentations sociales qui se définissent, selon D. Jodelet, comme « une nécessité structurante des identités collectives. Elles sont des systèmes d’interprétations régissant notre relation au monde et aux autres»3. La culture de guerre se divise en deux grandes parties: la première fait référence au corps, à la mort et au deuil. La seconde concerne le consentement à l’effort de guerre : comment des hommes et des femmes ont-ils pu accepter les sacrifices exigés par le conflit durant plus de quatre longues années ? L’analyse des représentations pendant la guerre 14-18 a permis, entre autres, de mettre en évidence l’importance du patriotisme et de la haine de l’ennemi comme facteurs de compréhension au consentement à la guerre. Mais quant est-il de la culture de guerre belge ? L’expérience belge du conflit est-elle semblable à celle des autres belligérants ? La Belgique possède des particularités : neutre depuis son indépendance et persuadée que ses voisins respecteront sa neutralité, elle n'est pas préparée à affronter une guerre. En deux mois, les neuf dixièmes du territoire vont être envahis par les armées allemandes. Les troupes belges vont se retrouver cantonnées sur un minuscule territoire, dans des conditions de vie atroces et coupées de tous moyens de communication avec leurs proches. Une autre différence qui la distingue de ses voisins français, anglais et allemand est le sentiment national. Avant la guerre, celui-ci est latent. C'est au cours de la Première Guerre mondiale que l’identité belge va se définir pour résister à l’invasion, que ce soit en Belgique occupée ou sur le front de l’Yser. En mars 1915, Le soldat bruxellois R. Deckers définit ce que fut, pour beaucoup de combattants belges, le patriotisme au cours de la guerre : « un sentiment nouveau-né, soit ; mais il n’atteint pas le paroxysme de l’exaltation, il est homogène, sans fluctuation ; c’est un sentiment à l’état latent ; c’est lui qui nous permet de souffrir les duretés de l’armée par la seule évocation de la Belgique envahie, et, pour chacun l’occupation étrangère de sa ville et de son village »4. Ce sentiment national serait la défense du pays et de la Patrie qui est à la fois et successivement la nation, la région, la ville ou le village de chaque soldat mais aussi sa famille, sa religion, ses valeurs. Ceci est d’autant plus vrai pour la Belgique dont la grosse majorité du territoire est aux mains des troupes allemandes.

2Si le concept de culture de guerre a permis de voir transparaître le sentiment national à  travers l’hostilité à l’égard de l’ennemi dans les écrits des soldats français, ce fut également le cas pour les combattants belges du front. Cette animosité est perceptible à l’analyse du vocabulaire désignant l’Allemand. En effet, celui-ci est traité de « boche », mais aussi par d’autres de « bourreaux », de « criminels », de  « bandits » ou encore de « barbares »,… A la pensée du pays envahi où sa famille est restée et dont les nouvelles sont rares, ce sentiment d’hostilité s’amplifie. Plus radicalement encore, il se transforme en haine féroce à la pensée des atrocités commises par l’ennemi en pays occupé ou à la suite de la mort d’un camarade. Au fil du temps, la fatigue et la lassitude se font sentir et les allusions à la haine de l’Allemand se font moins présentes dans les carnets des combattants du front mais ils n’en oublient pas pour autant leur objectif : retrouver leur famille, réintégrer leur vie d’avant le conflit et pour y arriver il n’y a qu’une solution : continuer le combat. En effet, ils ne peuvent imaginer rentrer à la maison et retrouver un soldat allemand attablé chez eux et dormant dans leur lit.

  • 5  Cochet, François, Survivre au front 1914-1918. Les poilus entre contrainte et consentement, s.l, 1 (...)

3L’obéissance aux règles de la vie militaire s’expliquerait donc en partie par l’exception de la situation et nourrie par la notion de devoir. Mais l’influence de diverses institutions (église, école,…) qui inculquent à chaque individu une culture de l’obéissance et un respect de la discipline dans la société d’avant guerre a sans doute joué également un rôle prépondérant. Ces hommes, initialement destinés à des fonctions civiles et qui entrent dans l'armée, ont rapidement intériorisé les valeurs militaires5.

  • 6  Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918. Parmi les chercheurs, (...)
  • 7  Rousseau, Frédéric, La Grande Guerre en tant qu’expériences sociales, Paris, Ellipses, 2006, pp. 5 (...)
  • 8  Cazals, Rémy,  « 1914 -1918 : chercher encore », Le mouvement social, n°199, avril-juin 2002, pp. (...)

4Pour éviter de céder, il reste donc aux soldats le sentiment du devoir à accomplir. Malheureusement, cette obligation éthique n’empêche pas la baisse du moral et les tentations pour certains de s’évader de cet enfer. Nous pourrions donc nous demander si les concepts de culture de guerre et de consentement chers aux historiens de Péronne ne masquent pas certaines réalités soulignées par les chercheurs du CRID6 : l’encadrement des soldats par la hiérarchie militaire, l’importance du regard des camarades, la pression de l’arrière et la répression militaire sont des facteurs qui rendent presque impossible le refus de combattre7. De plus, comme le souligne Rémy Cazals, le terme consentement comprend des réalités très différentes de « l’adhésion conscient à l’issue d’un libre choix jusqu’à la résignation et la soumission »8.

  • 9  Cette remarque vaut également pour la justice militaire française comme l’a souligné E. Saint-Fusc (...)
  • 10  Sur le sujet, lire : Amez, Benoît, Dans les tranchées : les écrits non publiés des combattants bel (...)

5L’étude de la justice militaire dans le cadre des représentations de la guerre 14-18 n’est pas un sujet dénué d’intérêt. La répression n’est-elle pas une raison suffisante pour nier le consentement des soldats à tenir dans les tranchées tout au long du conflit ? Il est vrai que, de tout temps, dans les mentalités collectives et a fortiori en temps de guerre, la justice militaire a été considérée comme un appareil impitoyable, fusillant à tour de bras et bien souvent sans qu’il y ait eu une phase d’instruction au préalable. La justice aux armées au cours de la Première Guerre mondiale ne déroge pas à la règle et cette vision perdure encore actuellement dans de nombreux pays, ravivée en partie par le débat sur la réhabilitation des militaires exécutés pendant le conflit. L’image d’une justice militaire implacable était-elle partagée par les soldats des tranchées ? Comment ceux-ci perçoivent-ils les tribunaux militaires et ses acteurs au fil du conflit ? Pour commencer, nous devons souligner la rareté, voire parfois l’absence des témoignages des acteurs de la justice militaire : auditeur général, auditeurs militaires, prévenus, témoins, juges et avocats9. De plus, peu de soldats donnent leurs impressions ou mentionnent des camarades jugés par les conseils de guerre. L’essentiel de leurs écrits se résument à tenter d’expliquer l’expérience traumatisante des combats et des victimes, à décrire la vie quotidienne dans les tranchées, avec son inconfort et son manque d’hygiène. Mais les combattants belges critiquent également tout ce qui touche de près ou de loin à l’armée. En effet, qu’ils soient volontaires ou conscrits, la grande majorité des soldats reprochent à l’armée un système basé sur une hiérarchie qui est profondément inégalitaire et qui entraîne des injustices. Ils décrivent également des officiers supérieurs qui n’ont pas les compétences requises pour être de bons chefs et qui pourtant se permettent de mener la vie dure à leurs subordonnés10. C’est en critiquant ce système que certains combattants nous donnent leur impression sur la justice militaire. Le sergent Groleau, par exemple, résume bien les impressions de la plupart des combattants à la fin de l’année 1917 :

  • 11  Groleau, Gustave (présenté par Jacques, Liébin), Au jour le jour avec un soldat de 14-18. Les carn (...)

Pires que des esclaves, voilà la vraie situation du soldat belge. Malheur à qui ose revendiquer ses droits, le conseil de guerre ne l’épargne jamais. On fait peu de marché de notre honneur. Nous valons moins que des bêtes. [...] Nos parents sont loin, soumis au despotisme prussien, séparés de nous par ces tranchées infranchissables. Que ne savent-ils ce qu’on fait de leurs enfants ! Ils mettraient vite bon ordre à ces agissements, à ces abus de pouvoir, à cette prise de possession infâme. Autant je hais l’Allemand, autant la guerre terminée, je m’attaquerai au Gouvernement, à l’armée surtout. Cette dernière ne nous a pas épargnés. Pas de quartier, toute ma vie sera employée à lui faire le plus de mal possible, à la diminuer aux yeux de tous ; la secte des officiers saura que de nos corps morts pour la Patrie, vaine s’est échappée notre âme qui se révolte contre l’injustice dont elle a été la malheureuse victime !11

6Si beaucoup traduisent leur mécontentement vis-à-vis de l’armée ou vis-à-vis de certains chefs, peu s’opposent catégoriquement à eux car la justice militaire fait peur. En juin 1915, un soldat de la compagnie de J. Becquet crie sa révolte face aux excès de la discipline militaire :

  • 12  Becquet, Jean, Carnet de guerre, 15 juin 1915, Dossier n°6, Boîte n°1, Fonds Personnalia 14-18, Mu (...)

Je suis vol [ontaire] moi. Je suis venu pour me battre, le conseil de guerre ! Je m’en f… non de ». L’auteur souligne ensuite que ce qu’a dit« son camarade est vrai mais dommage qu’il est [sic] crié si fort. Les off [iciers] ne riaient pas. Le lendemain deux gendarmes l’ont emmené.12

7Notons que dans les deux passages cités, les soldats se révoltent contre le système militaire et non contre la guerre proprement dite. Ils voudraient qu’on les traite pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire des civils militarisés qui sont prêts à faire leur devoir mais qui haïssent le fonctionnement de l’armée.

  • 13  Hoornaert, Paul, A la volée, Bruxelles, De Rijk et Josiassen, 1921, p. 250.

8D’autres soldats et anciens combattants ont abordé plus longuement la justice militaire belge. Elle est perçue la plupart du temps comme un système inégalitaire et répressif, qui subit l’influence et l’ingérence néfaste de la hiérarchie militaire et judiciaire.  P. Hoornaert, artilleur pendant le conflit et journaliste à la Libre Belgique après la guerre, estime qu’il existe des milliers de soldats qui furent condamnés illégalement par les conseils de guerre. Il accuse le général Selliers de Moranville, inspecteur général de l’armée, d’avoir poussé les officiers à refuser les circonstances atténuantes dans toutes les affaires où ils seraient appelés à juger devant les conseils de guerre13. Le journaliste n’hésite pas non plus à critiquer ouvertement le baron Durutte, auditeur général jusqu’à la fin de l’année 1918 :

  • 14  Ibid., p. 255.

Les condamnés furent envoyés aux bagnes sans que pût s’entendre le cri de désespoir qu’ils poussaient ; des condamnés à mort furent exécutés sans recours, contre la loi formelle, parce que le plus haut magistrat debout de la justice militaire belge l’avait ainsi décidé ! C’est la première fois que fut violée la Constitution belge, jamais elle ne devait l’être de façon plus brutale.14

  • 15  Drève, Jean, Le troupeau. Notes d’un volontaire belge, Bruxelles, Pays Belge, 1921, p. 117.
  • 16  Ibid., p. 118.
  • 17  La justice militaire : impression de conscrits de guerre 14-18, pp. 1200-1201, Document 42, Boîte (...)
  • 18  Drève, Jean, Le troupeau…, op. cit., pp. 115-116 et La justice militaire : impression…, op. cit.

9Certains soldats insistent également sur le rôle ingrat dévolu aux avocats chargés de défendre les pauvres soldats de l’armée belge. Dans ses mémoires de guerre, J. Drève nous raconte les mésaventures d’un de ses amis qui a fait des études de droit avant le conflit et qui se voit forcer par son colonel de défendre treize prévenus au conseil de guerre. Se présentant chez l’auditeur militaire, ce dernier lui explique qu’il n’est pas nécessaire de passer tout son temps à compulser les dossiers des inculpés car « Ce sont des irrémédiables. Ce que vous ferez ou rien, demeure absolument identique [...] »15. Pourtant si l’affaire était entendue pour les autorités judiciaires et militaires, l’ami de J. Drève voyait les choses tout autrement. Le lendemain matin, il prit le temps de visiter les prévenus et de leur poser des questions. Il acquit bientôt la certitude qu’un des accusés était innocent. Sa plaidoirie permit de l’acquitter et de coffrer le sous-officier accusateur16. G. Hubin, un autre avocat durant la guerre 14-18, n’est pas tendre non plus avec l’organisation des tribunaux militaires. Selon ses dires, les conseils de guerre sont trop souvent composés d’officiers qui manquent de connaissances juridiques et qui se laissent influencer par les conclusions de l’auditeur militaire17. Les deux avocats précédemment cités reprochent également les pressions de la hiérarchie subies par les officiers siégeant dans les tribunaux militaires18

  • 19  Deauville, Max, Introduction à la vie militaire, Bruxelles, La Renaissance d’Occident, 1923, p. 11 (...)
  • 20  Ibid., p. 120.

10L’écrivain M. Deauville a également donné ses impressions dans l’entre-deux-guerres sur la justice militaire belge. Comme les auteurs cités précédemment, il décrit un système inégalitaire et profondément injuste. Il affirme qu’il suffirait de refuser d’obéir à un ordre, quel qu’il soit, même le plus futile pour être traduit devant un conseil de guerre19. Cependant, si l’ancien combattant met en exergue dans son livre le côté répressif du système judiciaire, il pointe également du doigt son inefficacité. Et dans un sens, il nous donne une perception tout autre de la justice militaire belge au cours de la guerre 14-18. L’auteur souligne le problème auquel sont confrontés tous les tribunaux militaires en temps de guerre : ils entendent poursuivre et punir avec célérité et sévérité un grand nombre de soldats ayant désobéi aux règles militaires mais ces peines n’ont pas l’effet escompté. Non seulement les délinquants militaires incarcérés ne connaissent pas les terribles bombardements de leurs camarades dans les tranchées mais ils sont également mieux nourris et disposent de plus de confort. L’écrivain épingle également l’autre problème lié au régime pénal : un soldat est condamné à X années de détention ou de réclusion mais il ne passera que six mois en prison. Il sera ensuite envoyé dans une compagnie de correction. Deauville ajoute avec ironie qu’une fois arrivé dans sa nouvelle compagnie « Il a le loisir alors de remériter une autre vingtaine d’années de réclusion »20.

11Dans le même ordre d’idée, le gendarme M. Lejeune narre dans ses mémoires la discussion de prisonniers qu’il doit surveiller et amener à la prison prévôtale de la 4ème D.A. Il nous montre une justice qui ne fait plus peur et qui est tournée en dérision. L’accumulation des peines pour certains soldats devient risible et certains semblent faire exprès de commettre des crimes et des délits pour être en sécurité à l’arrière, dans les prisons :

  • 21  Il s’agit en réalité de l’île de Cézembre situé en face de Saint-Malo. L’armée belge y avait placé (...)

 - Je préfère aller à la prison d’Orléans qu’à l’île de Zézambe21, émet l’un entre eux. Dans l’île, le caoutchouc parle trop souvent ! 

- Tu as passé deux fois le conseil ? demande un autre. 

-Oui j’y vais pour la troisième fois.  

- De quoi veut-on t’accuser ?

- Désertion devant l’ennemi, comme les autres fois ; seulement, ce coup-ci, ils prétendent que j’ai participé à un vol à main armé ; mais je suis innocent. 

- Combien d’années as-tu fait ? 

-Vingt ans de travaux forcés et vingt ans de réclusion. Cette fois, je vais trinquer pour vingt-cinq. Cela fera soixante-cinq, au total. 

- Tu me dois le respect, j’en ai déjà quatre-vingts. Je passe la sixième fois. J’ai encore déserté et j’ai fait l’amour avec une fille qu’ils trouvent un peu jeune ! 

- Quelle âge qu’elle a ? 

- Dix à douze ans, je crois. 

-Cela te vaudra encore vingt ans ! Tu auras la centaine. Alleps en a cent vingt-cinq, lui. 

  • 22  Lejeune, Maurice, Nous serons derrière, Louvain, Lovanis, 1937, pp. 107-108.

- Oui ; si c’était à l’armée française, il y a longtemps qu’on nous aurait fait passer au tourniquet. A l’armée belge, rien à craindre on ne fusille plus, et on est tout de même mieux en prison qu’aux tranchées !22

  • 23  Commandement de l’armée, Paragraphe 10 des O.J.A, n°319, relatif à la création d’une compagnie de (...)
  • 24  1ère Direction générale du Ministère de la Guerre, Note pour Monsieur le Ministre. Objet : régime (...)

12Dans le passage ci-dessus, les soldats délinquants préfèrent la prison au régime des compagnies de correction. C’est à partir de l’année 1915 que la politique pénale de l’armée connait un tournant décisif avec la création des compagnies de discipline et de réhabilitation. En novembre de cette année, il existe six compagnies de réhabilitation au sein de l’armée belge (une pour chaque division d’armée). Ces compagnies sont destinées aux « hommes qui ont été condamnés par les conseils de guerre à des peines de correction, d’emprisonnement ou de détention et qui sont néanmoins encore considérés comme dignes de se réhabiliter par leur bonne conduite et leur manière de servir dans une unité de première ligne »23. Les compagnies disciplinaires, quant à elles, sont situées à l’arrière, sur l’île de Cézembre, au large de Saint-Malo et sont au nombre de quatre en 1917. Elles s’adressaient aux soldats non désireux de se réhabiliter, aux récidivistes et à ceux ayant commis des actes particulièrement graves (meurtre, trahison, espionnage)24.

13Les témoignages de M. Deauville et de M. Lejeune sont riches d’enseignement. Ils nous livrent une autre image de la justice militaire belge. Un système qui se veut répressif mais qui n’arrive pas à faire face à la situation de guerre : comment punir des soldats qui utilisent tous les stratagèmes pour fuir les combats du front ? Cette fuite n’est d’ailleurs pas toujours voulue par les délinquants eux-mêmes comme nous l’indique P. De Backer, médecin dans une compagnie de réhabilitation en mars 1917 :

  • 25  De Backer, Paul, Journal 1914-1918, Gand, AstraZeneca, 1998, p. 98.

J’évacue le 26-3 un soldat devenu fou agité, avec des yeux égarés et injectés ; c’est un homme qui a été condamné plusieurs fois pour refus à la tranchée. C’est la peur terrible de l’obus qui le fait refuser ; il y a chez lui le sentiment maladif de la peur. Quoique certain d’être fusillé, il ne saurait rester dans un bombardement. Plusieurs d’ailleurs de cette Cie ont été condamnés aux travaux forcés à perpétuité à cause de cette peur instinctive et maladive à laquelle rien ne fait.25

  • 26  Deperchin, Annie, « L’apport des disciplines juridiques à l’histoire culturelle de la Grande Guerr (...)
  • 27  Gilissen, John, « La juridiction militaire belge de 1830 à nos jours », Actes du Colloque d’histoi (...)
  • 28  Maes, Jacques, « Het Belgish militair gerecht… », art.cit. , p. 197. On estime à 350 000 le nombre (...)
  • 29  Il faut tout de même souligner une petite erreur de J. Maes : les conseils de guerre n’ont pas tra (...)
  • 30  Gilissen, John, « La juridiction militaire… », art.cit., p. 476.
  • 31  Bach, André (général), Fusillés pour l’exemple 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003, p. 581.
  • 32  Jahr, Christoph, « Désertions et déserteurs dans la Grande guerre. Phénomènes et groupes marginaux (...)
  • 33  Dumenil, Anne, « Les combattants », Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, sous la direction (...)
  • 34  Voir à ce sujet : Smith, Leonard V., Between mutiny and obedience. The case of the French Fifth in (...)

14Les combattants belges de la Première Guerre mondiale ont donc présenté une justice militaire qui fait peur, répressive, profondément inégalitaire et qui touche tous ceux qui ont maille à parti avec leurs supérieurs. Dans ce sens, elle fait partie du système militaire dans sa globalité tant décrié par les soldats belges qui ont écrit leurs expériences de guerre, que ce soient pendant ou après le conflit. Mais certains d’entre eux nous renvoient l’image d’une institution en crise, inefficace : les condamnés ne sont plus à plaindre puisqu’ils échappent à l’exécution et qu’ils sont envoyés à l’arrière, à l’abri des bombes. Face à cette perception, quant est-il de la réalité pénale ? Il est bon de rappeler à ce sujet l’apport des disciplines juridiques à la culture de guerre. Pour répondre aux besoins de la Nation, le temps de guerre (qu’il soit repris dans son acceptation juridique ou culturelle) se caractérise par une profusion de textes de lois et par le développement de pratiques judiciaires sortant de l’ordinaire26. La Belgique n’échappe pas à la règle. La mobilisation et l’éclatement de la guerre placent la justice militaire dans une situation inédite et pour laquelle elle n’a aucun antécédent sur lequel s’appuyer. La principale différence par rapport à la période de paix est l’augmentation rapide du nombre de justiciables. Pour la période 1910-1913, les conseils de guerre provinciaux avaient condamné 6366 militaires. Au cours de la période comprise entre le 4 août 1914 et le 31 décembre 1918, le nombre d’affaires noticées pour l’ensemble des auditorats militaires belges en campagne s’élève à 77 116. Parmi ces affaires, 35 544 dossiers aboutissent à une condamnation ce qui représente 46%27. J. Maes souligne que le nombre d’affaires traitées par les tribunaux militaires belges est élevé s’il est mis en parallèle avec le nombre de soldats mobilisés durant la guerre28. D’autant plus qu’il ne tient pas compte des condamnations des conseils de guerres provinciaux29. Pour expliquer ce chiffre élevé de condamnation, J. Gilissen émet deux hypothèses qui ne s’excluent pas : « ceci s’explique probablement par une plus grande sévérité dans la répression durant cette période de guerre ; peut être aussi par le fait que seuls les faits d’une réelle gravité furent dénoncés aux auditeurs militaires »30. A ce sujet, comme le souligne judicieusement le général Bach, il faut se demander s’il est« pertinent d’imaginer pouvoir reconstituer la réalité des manquements à la discipline en s’appuyant sur la fréquence d’apparition des infractions au greffe des conseils de guerre. Se fier à cette seule source n’est pas très prudent pour en déduire la réalité des comportements »31. En effet, pour éviter de donner l’impression qu’ils n’avaient aucune autorité sur leurs troupes, certains officiers refusaient de passer par la justice militaire. Il faut donc en tenir compte quand on analyse les statistiques de procédure en conseil de guerre. Il ne s’agit que d’un marqueur très relatif pour étudier les comportements réels des soldats32. Cette critique des sources nous permet d’infirmer l’hypothèse disciplinaire reposant sur la représentation « d’un soldat impuissant livré tout entier à l’autorité du commandement et à la violence des machines de guerre »33. Cette vision ne tient pas compte de la réalité de la pratique basée sur des interactions sociales et qui donnent naissance à des négociations constantes entre gradés et soldats34. Néanmoins, si les sources de la justice militaire doivent être interrogées avec prudence, elles nous livrent quand même un aperçu des crimes et délits (pour la plupart militaires) en temps de guerre et en ce sens, elles nous permettent de (re)découvrir la réalité des maux ainsi que la détresse qui frappent les soldats.

  • 35  Gilissen, John, « La juridiction militaire belge… », art.cit., p. 475.

Nombre d’affaires instruites par an pour l’ensemble des Auditorats Militaires belges en campagne du 4 août 1914 au 31 décembre 191835

Années

Affaires instruites

Condamnations

%

1914

4739

1096

23 %

1915

17229

8241

48 %

1916

15224

7673

50 %

1917

18528

9416

51 %

1918

21396

9118

43 %

Total

77116

35544

46 %

15Dans le cadre de cette étude, nous avons analysé plus en détail les jugements du Conseil de Guerre de la 1ère D.A. 2405 Infractions ont été jugées devant ce tribunal et 95% des individus traduits étaient des militaires.

  • 36  De Schaepdrijver, Sophie, « La Belgique… »,  op. cit., pp. 171-173.

16Le tableau ci-dessous nous indique le nombre d’infractions jugées au conseil de guerre par année. On voit que le conseil de guerre de la 1ère D.A a jugé plus d’infractions en 1915 et 1918. L’année 1916 fait l’objet d’un certain tassement. Il est vrai que les années 1915 et 1918 sont difficiles pour l’armée belge, à plus d’un titre. Au sortir de la bataille de l’Yser, l’armée belge est exsangue : elle doit faire face à des effectifs décimés, au manque d’armes et de munitions, à des hommes complètement épuisés. Malgré ces difficultés, les soldats belges doivent construire des tranchées dans une région marécageuse complètement inondée depuis l’ouverture des vannes qui mit fin à la bataille de l’Yser. De plus, le moral des combattants est au plus bas : la majorité du pays est occupé par les troupes allemandes et la plupart sont sans nouvelles de leur famille36. La dernière année de guerre se caractérise quant à elle, par des courants pacifistes et défaitistes même s’ils furent minoritaires, par une certaine lassitude après quatre années de guerre, par l’offensive libératrice et bien entendu par une répression plus vive à l’encontre des membres du mouvement flamand au front. Tous ces phénomènes peuvent sans doute expliquer en partie le nombre élevé d’infractions recensé dans les registres de condamnation pour ces deux années.

  • 37  Registre de jugements, n°1-4 et n°11-12, Fonds des auditorats militaires et des conseils de guerre (...)

Nombre d’infractions jugées au C.G de la 1ère D.A entre le 4/08/1914 et le 31/12/191837

Années

Nombre d’infractions

%

1914

113

5%

1915

588

24%

1916

377

16%

1917

450

19%

1918

877

36%

Total

2405

100 %

  • 38  Jahr, Christoph, « Désertions… », art.cit., p. 117.
  • 39  L’armée belge cantonnée sur le Front de l’Yser n’a pas participé à de grandes offensives durant la (...)
  • 40  Amez, Benoît, Dans les tranchées…, op. cit. , pp. 169-170

17Le graphique qui suit reprend les cinq infractions les plus jugées par le Conseil de Guerre de la 1ère D.A au cours de la guerre. Il s’agit par ordre d’importance : de l’insubordination, de la désertion, de l’outrage à supérieur, du vol et de l’abandon de poste. A elles cinq, ces infractions représentent 80% des infractions jugées par le Conseil de guerre de la 1ère D.A. Sans surprise, quatre d’entre elles sont des infractions militaires et font partie des atteintes à l’autorité. Les insubordinations sont les infractions les plus fréquentes tout au long de la guerre à l’exception de l’année 1918 où la désertion lui ravit la première place. L’augmentation des désertions s’explique notamment par la lassitude des hommes après quatre années de guerre et par le mouvement frontiste, qui provoque des désertions à l’ennemi. Il est bon de souligner également, comme l’a démontré C. Jahr pour l’armée allemande, que la pratique de la désertion n’implique pas forcément la volonté de refuser la guerre. Il s’agit pour beaucoup de s’extraire un temps du champ de bataille pour obtenir ce qu’ils considèrent comme un repos bien mérité avant de retourner se battre sur le front38. Les abandons de poste sont plus nombreux en 1914 et en 1918 que durant les autres années de guerre ce qui s’explique aisément : il s’agit des périodes où l’armée belge livre bataille39. Les cas d’outrages à supérieur jugés au conseil de guerre de la 1ère DA restent assez stationnaires durant le conflit tandis que les vols augmentent légèrement. A ce sujet, il est bon de remarquer que le vol fut un véritable fléau au cours de la guerre et si nous avions basé notre recherche sur les instructions et non sur les condamnations, les statistiques du vol auraient considérablement augmenté. La raison en est simple : faute de coupables, la grosse majorité des affaires de vol fut classée sans suite par les auditeurs militaires. Les nombreux vols relatifs à l’alimentation s’expliquent notamment par les circonstances du conflit : en effet, le ravitaillement en nourriture et en boissons n’était pas toujours garanti à cause des bombardements. De plus, au cours de la bataille de l’Yser, les soldats belges mouraient littéralement de faim et de soif et beaucoup expliquent dans leurs carnets les pillages des fermes et des caves de maison auxquels ils prirent part40.

  • 41  D’autant plus que dans une lettre du 25 octobre 1918 adressée au commandant supérieur de la base d (...)

18Les statistiques des désertions sur ce graphique ne montrent pas non plus toute la réalité du front. Entre 1917 et 1918, un grand nombre d’affaires instruites par les Conseils de guerre à l’arrière concernent des cas de désertion commis par des soldats des divisions d’armée et donc notamment de la 1ère D.A. De plus, de nombreuses désertions commises entre 1914 et 1918 furent jugées en 1919 au moment où la justice militaire met la main sur les suspects. Le nombre de désertions jugées par le Conseil de Guerre de la 1ère D.A aurait pu donc être considérablement plus important sur le graphique41.

  • 42  Dans ce cas, nous avons choisi la peine dont la durée était la plus longue.

19Après l’analyse des infractions et des condamnations, intéressons-nous à la durée des peines. Les peines auxquelles sont condamnés les soldats qui passent devant les conseils de guerres sont très variées : peine de mort, réclusion, détention, emprisonnement, compagnie correctionnaire, amende. Une partie des jugements que nous avons analysés condamne les soldats à plusieurs peines ou leur laisse le choix entre deux types de peine42. Pour réaliser ce graphique, nous avons dû parfois additionner différentes peines : loin de nous l’idée de croire qu’une peine de détention équivaut à une peine de réclusion ou qu’une peine d’emprisonnement équivaut à une peine de correction mais l’objectif était d’avoir un aperçu général de la durée des condamnations.

  • 43  Maes, Jacques, « Het Belgish militair… », art.cit., pp. 197-236.

20Notons tout d’abord que les peines de mort sont très peu nombreuses : 13 cas pour l’ensemble de la guerre pour la 1ère D.A. Seules six peines de mort furent appliquées, et toutes le furent au cours des trois premiers mois de guerre. Pour l’ensemble de l’armée belge, il eut 220 condamnés à mort par la justice militaire belge. De ce chiffre, 122 militaires virent leur peine commuée en privation de liberté, 80 furent graciés et 18 réellement exécutés. Sur les 18 exécutions, 12 sont des militaires de l’armée belge, les autres sont des civils et des ressortissants allemands. Ces exécutés furent tous fusillés sauf un militaire belge, guillotiné pour un crime de droit commun43. Il est à noter qu’à ce jour, aucune source ne mentionne d’éventuelles exécutions sommaires au sein de l’armée belge (ce qui ne veut pas forcément dire qu’elles n’eurent pas lieu).

21Nous voyons que c’est la catégorie « plus de un an et jusqu’à cinq ans » qui est la plus importante et ce pour chaque année de guerre suivie des catégories « entre 31 jours et un an » pour les années 1914, 1917 et 1918 et « entre cinq ans et un jour et dix ans » pour les années 1915 et 1916. Les catégories reprenant les peines supérieures à dix ans en ce compris la perpétuité et les peines de mort sont les plus minoritaires. Le deuxième tableau nous avait renseigné l’année 1915 comme une année qui avait jugé et condamné un grand nombre d’infractions. Ce fut également une année plus répressive au niveau de la politique pénale: les peines de plus de 10 ans et la perpétuité sont plus fréquentes durant cette année même si ces elles restent quand même minoritaires.

  • 44  Ministère de la Guerre, A toutes les autorités militaires (y compris les commandants de compagnie, (...)

22La répression semble cependant moins importante qu’annoncée. D’autant plus qu’il faut également tenir compte que ce graphique ne nous livre pas les statistiques des peines réellement exécutées. C’est à partir de l’année 1915 que les modalités d’exécution des peines et la procédure pénale vont commencer à se modifier. Nous avons déjà cité les compagnies de réhabilitation et de correction qui sont créées à cette époque. La cour militaire, qui avait maintenu l’irrecevabilité de l’appel des conseils de guerre en campagne au début de la guerre, déclare recevable plusieurs appels à la fin de l’année 1915. L’Arrêté-Loi du 20 janvier 1916 permet une réhabilitation, pour des faits commis avant la guerre ou pendant la guerre, pour une infraction du code pénal militaire à la condition que le soldat se soit rendu digne par une conduite exemplaire. L’Arrêté-Loi du 22 avril 1918 étendra cette réhabilitation à toutes les condamnations criminelles, correctionnelles ou de simple police44.

  • 45  Smith, Leonard V., « The disciplinary dilemma of French Military Justice, September 1914-April 191 (...)

23En mars 1916, l’exécution des peines infligée par la juridiction militaire est désormais subordonnée à l’avis du général commandant la division. Celle-ci peut donc être suspendue et postposée à l’égard des soldats susceptibles d’amendement. En octobre 1916, les instances militaires sont appelées à reconsidérer les soldats condamnés à une privation de liberté. On incarcère immédiatement les militaires qui ne sont pas susceptibles d’un amendement rapide et on demande au commandant de division d’user de son pouvoir pour envoyer les autres militaires dans des compagnies disciplinaires plutôt que de les laisser en prison. Cette approche disciplinaire remaniée est appelée phase de management par L. V. Smith dans son étude consacrée au conseil de guerre français de la 5ème D.I : plus que la volonté de punir une infraction commise, les autorités entendent gérer le moral des troupes et l’obéissance45.

  • 46  Direction générale du Ministère de la Guerre, Note pour Monsieur le Ministre, Au Front, 21/02/1918 (...)

24Même si nous ne disposons pas de chiffres, nous pouvons quand même affirmer que l’immense majorité des soldats qui furent jugés par les conseils de guerre n’exécutèrent pas l’entièreté de leur peine. Est-ce pour autant qu’ils eurent un sort plus enviable ? C’est difficile à dire. L’objectif poursuivi par la réorganisation des règles qui permettent l’exécution des peines, leur suspension et la réhabilitation est à la fois d’octroyer une seconde chance aux soldats condamnés par les tribunaux militaires belges mais aussi et surtout de « déjouer les manœuvres des soldats qui cherchent exclusivement dans la condamnation le moyen de se soustraire aux dangers du front »46. Pour empêcher cela, le Ministère de la guerre, l’auditeur général et les instances militaires entendent établir un système où le délinquant fera le moins de prison possible. On sait cependant que les plus récalcitrants, ceux qu’aucune compagnie correctionnaire n’avait réussi à mater finissait en prison. C’était alors un constat d’échec pour les instances militaires belges puisque le condamné finissait là où il voulait aller, c’est-à-dire à l’arrière, à la fois loin des bombes et loin des ordres des officiers qui dirigeaient les compagnies disciplinaires.

  • 47  Un soldat italien sur 24 aurait été condamné durant la guerre 14-18. Voir : Bianchi, Bruno, « Exéc (...)
  • 48  Smith, Leonard V., « The Disciplinary…», art.cit., p. 67.
  • 49  Saint-Fuscien, Emmanuel, « La justice militaire… », op. cit.
  • 50  Il est à remarquer toutefois que nous ne disposons pas de carnets ou de mémoires de guerre d’un so (...)
  • 51  Cette vision de l’ennemi semble avoir perduré tout au long de l’entre-deux-guerres en Belgique. La (...)
  • 52  Prochasson, Christophe, 1914-1918. Retours d’expériences, Paris, Tallandier, 2008, pp. 128-129. No (...)

25Pour conclure, revenons à notre question initiale : la répression n’est-elle pas une raison suffisante pour nier le consentement des soldats à tenir dans les tranchées tout au long du conflit ? Il est vrai que le nombre d’affaires instruites et de condamnations est très important et nous pouvons estimer que la justice militaire belge a sans doute prononcé plus de condamnations que la justice militaire italienne, considérée comme particulièrement répressive47. C’est sans doute pour ces raisons que beaucoup de soldats ont perçu la justice militaire comme un appareil extrêmement coercitif. Par contre, au niveau des peines, on ne peut pas dire que la justice militaire belge était sévère. Les peines de mort exécutées furent rares dans l’armée belge et une grande partie des peines ne dépasse pas 5 ans. De plus, ces sentences, à quelques exceptions près, ne sont jamais exécutées entièrement. L. Smith s’est intéressé à la justice militaire française et plus précisément au cas de la 5ème D.I. Dans ses conclusions, l’auteur souligne que si l’autorité militaire est définie par sa capacité à contraindre à l’obéissance, le conseil de guerre de la 5ème D.I est une institution qui a complètement échoué48. En fait, la remarque d’E. Saint-Fuscien pour la justice militaire française est aussi applicable à la Belgique : « les juges sanctionnent pour des peines massivement non appliquées, mais la crainte des tribunaux militaires, et de leur verdict, ne s’estompe pas, même après plusieurs années de guerre »49. Plus que la coercition en elle-même, la peur de celle-ci a sans doute joué un rôle déterminant pour pallier aux défaillances des combattants. Notons que si les combattants belges50 ont un certain nombre de reproches à faire à l’armée et par la force des choses à la justice militaire, ils ne critiquent pas la guerre et ne mettent jamais en question leur envie de combattre. L’Allemand, plus que jamais le boche, restera tout le long de la guerre l’ennemi qu’il faut combattre51. Cependant, on ne peut nier que le consentement à la guerre n’implique pas pour autant un enthousiasme entier et absolu et qu’il revêt des formes variées et complexes qui fluctuent en fonction des individus52. La mobilisation du soldat belge pour la durée du conflit a donc sans doute été un mélange d'adhésion et de contrainte mais l'obéissance requise par l'armée semble avoir été acceptée par la grande majorité des combattants.

Haut de page

Notes

1  Farge, Arlette, Des lieux pour l’histoire, Paris, Editions du Seuil, 1997, p. 53.

2  Audoin-Rouzeau, Stéphane, Becker, Annette, « Violences et consentement : la ‘’culture de guerre’’ du premier conflit mondial », Pour une histoire culturelle, sous la direction de Rioux, Jean-Pierre, Sirinelli Jean-François, Paris, Seuil,1997, p. 253.

3  Les représentations sociales : un domaine en expansion, sous la direction de Jodelet, Denise, Paris, P. U.F., 1991, pp. 36-37.

4  Deckers, René, Journal de campagne 1914-1918, p. 53, Dossier n°16, Boîte n°3, Fonds Personnalia 1914-1918, Musée Royale de l’Armée, Bruxelles (Belgique).

5  Cochet, François, Survivre au front 1914-1918. Les poilus entre contrainte et consentement, s.l, 14-18 Editions, 2005, pp. 41-52.

6  Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918. Parmi les chercheurs, citons entre autres : Rémy Cazals, Frédéric Rousseau, André Bach et André Loez.

7  Rousseau, Frédéric, La Grande Guerre en tant qu’expériences sociales, Paris, Ellipses, 2006, pp. 54-67.

8  Cazals, Rémy,  « 1914 -1918 : chercher encore », Le mouvement social, n°199, avril-juin 2002, pp. 110-111.

9  Cette remarque vaut également pour la justice militaire française comme l’a souligné E. Saint-Fuscien. Voir : Saint-Fuscien, Emmanuel, « La justice militaire française au cours de la Première Guerre mondiale : apports et limites d’une approche quantitative », Les justice militaires en Europe de l’Ancien régime à nos jours, sous la direction de Lévy, René, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’homme (à paraître en 2011).

10  Sur le sujet, lire : Amez, Benoît, Dans les tranchées : les écrits non publiés des combattants belges de la Première Guerre mondiale. Analyse de leurs expériences de guerre et des facteurs de résistance, Paris, Publibook, 2009 et également Benvindo, Bruno, Des hommes en guerre : les soldats entre ténacité et désillusion (1914-1918), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2005.

11  Groleau, Gustave (présenté par Jacques, Liébin), Au jour le jour avec un soldat de 14-18. Les carnets du grenadier Gustave Groleau, La Louvière, DVD, 2009, p. 469.

12  Becquet, Jean, Carnet de guerre, 15 juin 1915, Dossier n°6, Boîte n°1, Fonds Personnalia 14-18, Musée Royal de l’Armée, Bruxelles (Belgique).

13  Hoornaert, Paul, A la volée, Bruxelles, De Rijk et Josiassen, 1921, p. 250.

14  Ibid., p. 255.

15  Drève, Jean, Le troupeau. Notes d’un volontaire belge, Bruxelles, Pays Belge, 1921, p. 117.

16  Ibid., p. 118.

17  La justice militaire : impression de conscrits de guerre 14-18, pp. 1200-1201, Document 42, Boîte n°2, Fonds Maes, Evere (Belgique).

18  Drève, Jean, Le troupeau…, op. cit., pp. 115-116 et La justice militaire : impression…, op. cit.

19  Deauville, Max, Introduction à la vie militaire, Bruxelles, La Renaissance d’Occident, 1923, p. 111.

20  Ibid., p. 120.

21  Il s’agit en réalité de l’île de Cézembre situé en face de Saint-Malo. L’armée belge y avait placé des compagnies disciplinaires pendant la guerre 14-18.

22  Lejeune, Maurice, Nous serons derrière, Louvain, Lovanis, 1937, pp. 107-108.

23  Commandement de l’armée, Paragraphe 10 des O.J.A, n°319, relatif à la création d’une compagnie de réhabilitation, G.Q.G, 2/07/1915, Journal Militaire Officiel, Deuxième partie, Bruxelles, Guyot Frères, 1915, p. 246.

24  1ère Direction générale du Ministère de la Guerre, Note pour Monsieur le Ministre. Objet : régime pénal et disciplinaire, Le Havre, 15/01/1918, Boîte 6371, Fonds Moscou, Musée Royal de l’Armée, Bruxelles, (Belgique).

25  De Backer, Paul, Journal 1914-1918, Gand, AstraZeneca, 1998, p. 98.

26  Deperchin, Annie, « L’apport des disciplines juridiques à l’histoire culturelle de la Grande Guerre », Histoire culturelle de la Grande Guerre, sous la direction de Becker, Jean-Jacques, Paris, A. Colin, 2005, p. 205.

27  Gilissen, John, « La juridiction militaire belge de 1830 à nos jours », Actes du Colloque d’histoire militaire belge (1830-1980), Bruxelles, Musée Royal de l’Armée et Histoire Militaire, 1980, pp. 474-475 et Maes, Jacques, « Het Belgisch militair gerecht tijdens de Eerste Wereldoorlog. Een portret van de geëxecuteerden », Cahiers d’Histoire du Temps Présent, n°16, 2005, pp. 197-198. Nous avons nous-mêmes analysé les registres du conseil de guerre de la 1ère DA et nous arrivons plus ou moins au même pourcentage : sur 4054 affaires instruites, 1987 condamnations (49%).

28  Maes, Jacques, « Het Belgish militair gerecht… », art.cit. , p. 197. On estime à 350 000 le nombre de soldats belges qui participèrent à la Grande Guerre, dont les deux tiers au front. Voir De Schaepdrijver, Sophie, La Belgique et la Première Guerre mondiale, Bruxelles, Peter Lang, 2004, p. 172.

29  Il faut tout de même souligner une petite erreur de J. Maes : les conseils de guerre n’ont pas traduit que des militaires. En effet, la justice militaire a également instruit à l’encontre de civils même si le pourcentage de dossiers de ce genre doit être faible.

30  Gilissen, John, « La juridiction militaire… », art.cit., p. 476.

31  Bach, André (général), Fusillés pour l’exemple 1914-1915, Paris, Tallandier, 2003, p. 581.

32  Jahr, Christoph, « Désertions et déserteurs dans la Grande guerre. Phénomènes et groupes marginaux? », 14-18. Aujourd'hui-Today-Heute, 2001, n°4, p. 114.

33  Dumenil, Anne, « Les combattants », Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, sous la direction de Audoin-Rouzeau, Stéphane, Becker, Jean-Jacques, Paris, Bayard, 2004, p. 328.

34  Voir à ce sujet : Smith, Leonard V., Between mutiny and obedience. The case of the French Fifth infantry division during World War I, Princeton, Princeton University Press, 1994.

35  Gilissen, John, « La juridiction militaire belge… », art.cit., p. 475.

36  De Schaepdrijver, Sophie, « La Belgique… »,  op. cit., pp. 171-173.

37  Registre de jugements, n°1-4 et n°11-12, Fonds des auditorats militaires et des conseils de guerre en campagne 1914-1919, Archives de l’Etat dans les provinces, Anderlecht (Belgique).

38  Jahr, Christoph, « Désertions… », art.cit., p. 117.

39  L’armée belge cantonnée sur le Front de l’Yser n’a pas participé à de grandes offensives durant la guerre de position au contraire des autres armées belligérantes.

40  Amez, Benoît, Dans les tranchées…, op. cit. , pp. 169-170

41  D’autant plus que dans une lettre du 25 octobre 1918 adressée au commandant supérieur de la base de Calais, le ministre de la guerre accorde le droit de renvoyer dans leurs unités les déserteurs dont le nombre ne cesse de croître avant d’être jugés (quitte à liquider leur situation judiciaire par la suite). Voir : Lettre du Ministre de la Guerre au commandant supérieur de la base de Calais, Au Front,  25 octobre 1918, Boîte 6370, Fonds Moscou, Musée Royale de l’Armée, Bruxelles (Belgique). Il est possible que ce système fut d’application également pour les divisions d’armée en campagne.

42  Dans ce cas, nous avons choisi la peine dont la durée était la plus longue.

43  Maes, Jacques, « Het Belgish militair… », art.cit., pp. 197-236.

44  Ministère de la Guerre, A toutes les autorités militaires (y compris les commandants de compagnie, escadron, batterie), Au Front, 15/09/1918, Boîte 6371, Fonds Moscou, Musée Royal de l’Armée, Bruxelles (Belgique).

45  Smith, Leonard V., « The disciplinary dilemma of French Military Justice, September 1914-April 1917: The Case of the 5e Division d’Infanterie », The journal of Military History, n°55, janvier 1991, pp. 62-66.

46  Direction générale du Ministère de la Guerre, Note pour Monsieur le Ministre, Au Front, 21/02/1918, Boîte 6371, Fonds Moscou, Musée Royal de l’Armée, Bruxelles (Belgique).

47  Un soldat italien sur 24 aurait été condamné durant la guerre 14-18. Voir : Bianchi, Bruno, « Exécutions sommaires et condamnations à mort au sein de l’armée italienne dans la Grande Guerre », La Grande Guerre, pratiques et expériences, sous la direction deCazals, Rémy, Picard, Emmanuelle, Rolland, Denis, Toulouse, Privat, 2005, p. 237.

48  Smith, Leonard V., « The Disciplinary…», art.cit., p. 67.

49  Saint-Fuscien, Emmanuel, « La justice militaire… », op. cit.

50  Il est à remarquer toutefois que nous ne disposons pas de carnets ou de mémoires de guerre d’un soldat belge ayant été condamné par la justice militaire belge.

51  Cette vision de l’ennemi semble avoir perduré tout au long de l’entre-deux-guerres en Belgique. La haine du boche a été d’ailleurs un des facteurs favorisant l’entrée dans la résistance durant la Seconde Guerre mondiale.  Voir : Maerten, Fabrice, « Le poids du souvenir de 14-18 dans l’engagement résistant durant la Seconde Guerre mondiale. Le cas du Hainaut », Politique, imaginaire et éducation. Mélange en l’honneur de Jacques Lory, Bruxelles, Cahier du Centre d’histoire du droit et des institutions, 2000, pp. 89-125.

52  Prochasson, Christophe, 1914-1918. Retours d’expériences, Paris, Tallandier, 2008, pp. 128-129. Notons qu’A. Prost préfère parler de(s) culture(s) de guerre.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1311/img-1.png
Fichier image/png, 83k
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1311/img-2.png
Fichier image/png, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Amez, « La justice militaire belge en 14-18 : Représentations culturelles et réalités quantitatives », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://amnis.revues.org/1311 ; DOI : 10.4000/amnis.1311

Haut de page

Auteur

Benoît Amez

Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Belgique, benoit.amez@uclouvain.be

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org