Navigation – Plan du site

Représenter et penser l’affrontement : le magazine Vu face à la Guerre d’Espagne et à la menace d’une deuxième guerre mondiale

Sophie Kurkdjian

Résumés

Créé en 1928, Vu est un magazine qui confère à la photographie un nouveau rôle. Celle-ci constitue le propos même du magazine. Homme de gauche, son directeur, Lucien Vogel, est un pacifiste convaincu, dont le regard posé sur la période de l’entre-deux-guerres, plus précisément entre 1928 et 1936, est particulièrement intéressant à étudier. Cet article s’attachera à analyser la manière dont Vu couvre la Guerre d’Espagne et rapporte les tensions des années trente, héritées de la Première Guerre mondiale. Dans un premier temps, par l’intermédiaire de photographies et de mises en page destinées à marquer les esprits, Vu tente de prévenir un nouvel affrontement, la crainte d’une nouvelle guerre étant l’obsession de Lucien Vogel. Dans un second temps, lors de la Guerre d’Espagne, Vu prend, dès le début du conflit, fait et cause pour les Républicains espagnols. L’engagement de Lucien Vogel est tel qu’il est limogé par ses administrateurs qui lui reprochent d’avoir médiatisé l'événement avec un certain parti-pris. Ainsi, dans les deux cas, on se demandera jusqu’à quel point l’idéologie politique du directeur du magazine a un impact sur la représentation de cette période de crise et sur l’élaboration de la figure de l’ennemi. On montrera aussi que les nombreuses possibilités offertes par la photographie influencent la façon dont Lucien Vogel appréhende les événements de cette période.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  En 1912, il créé la Gazette du bon ton avant de lancer l’Illustration des modes et Vogue français (...)

1Le 21 mars 1928, après avoir consacré sa carrière à la presse féminine1, Lucien Vogel lance Vu, un magazine qui s’inscrit en rupture avec la presse illustrée, en plaçant la photographie au cœur de ses ambitions éditoriales. Né à la charnière des années vingt et trente, le périodique offre un point de vue significatif sur cette période. Face à l'accroissement des tensions politiques en Europe et sous l’impulsion de son directeur, Lucien Vogel, aux idées pacifistes et de gauche, Vu oscille entre la défense d’un pacifisme radical et la nécessité d’envisager une nouvelle guerre. Cet article montre donc quelle position prend le magazine face à la montée du nazisme et la Guerre d’Espagne. Il souligne notamment ses hésitations et sa difficulté à opter pour le rejet ou l'acceptation d’un nouveau conflit. En analysant la manière dont évolue, une fois le conflit terminé, la culture de guerre née de l'affrontement de 14-18, l'article vérifie si le magazine parvient à promouvoir la paix en se détachant de cette culture – même si cela passe parfois par son instrumentalisation – ou s’il continue de l’alimenter, en demeurant prisonnier du souvenir de la Grande Guerre.

  • 2  Frizot, Michel et Veigy de, Cédric, Vu, le magazine photographique, 1928-1940, Paris, Ed de la Mar (...)

2C’est à l’aide de mises en pages censées marquer les esprits que Vu représente les affrontements. L’utilisation de la photographie comme principal moyen d’expression est, en effet, primordiale pour appréhender l'engagement du magazine, sa lutte contre la guerre. Pour Lucien Vogel, photographier c’est avant tout exprimer une attitude face à une situation, donner une certaine vision de l’événement2. C’est ainsi que l’on peut parler du point de vue donné par la photographie, au sens propre et au sens figuré. La photographie devient dans Vu un instrument au service d’une cause. Lucien Vogel en est incontestablement le maître dans l’entre-deux-guerres.

I. Les années trente dans Vu : la menace d’un nouvel affrontement appréhendée à travers le prisme du souvenir de la Première Guerre mondiale

3Vu est un périodique qui aborde de nombreux sujets, mais ce qui constitue le cœur du magazine, c’est sa volonté de prévenir une nouvelle guerre. Afin de convaincre les lecteurs, Vu utilise des représentations référentielles relevant d’un passé proche : la Première Guerre mondiale, dont l’héritage culturel pèse de tout son poids sur la manière dont les contemporains pensent cette période. Toutefois, l'utilisation de ces représentations repose sur un principe essentiel : renverser la dialectique de l’acceptation qui lui a été appliquée durant le conflit.

1. Se désengager culturellement de la Première Guerre mondiale

Défendre un pacifisme radical

  • 3  Vu, 28 mars 1928.

Depuis la guerre, une idée domine toute la politique : empêcher le retour d'un pareil désastre. Mais comment y parvenir3

  • 4  Racine, Nicole, « Intellectuels pacifistes et antifascistes devant les menaces de guerre (1933-193 (...)
  • 5  Audouin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2009, (...)

4Comme le rappelle cette question que se pose le magazine en 1928, le spectre de la guerre, à la charnière des années vingt et trente, est une véritable obsession pour les intellectuels et la population, un phénomène que l'on peut expliquer par l'impact de la Première Guerre mondiale au sein de la société française. Le souvenir douloureux du conflit influence la manière dont les contemporains pensent et représentent les tensions naissantes en Europe. Plus précisément, il est mis en exergue dans Vu à des fins préventives. Dans un objectif pacifiste, il s’agit pour Lucien Vogel, de raviver le souvenir de la Première Guerre mondiale4 pour empêcher le retour de la guerre. Non seulement Vu instrumentalise ce souvenir et le transforme en rempart contre un nouveau conflit, mais il le convoque aussi pour alimenter ce que Stéphane Audouin-Rouzeau et Annette Becker nomment le pacifisme combattant des années trente5. Pour ne plus sombrer dans la guerre, il faut asseoir véritablement et irrémédiablement la paix.

  • 6  Horne, John, « Introduction », in « Démobilisations culturelles après la Grande Guerre », 14-18, A (...)
  • 7  Audouin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, op. cit. Le tournant des années vingt constitue selo (...)

5Ce processus que Vu tente de mettre en œuvre participe de ce que John Horne appelle la « démobilisation culturelle »6, c'est-à-dire la manière dont les hommes, sortis de la Première Guerre mondiale, se reconvertissent à la paix en démobilisant les valeurs et les représentations issues de la Grande Guerre. L’apparition d’un discours pacifiste est au cœur de cette démobilisation culturelle. Vu alimente ainsi une contre-culture de guerre, c'est-à-dire une culture de rejet de la guerre, qui doit façonner les individus non plus dans leur ardeur au combat mais dans leur volonté de paix et de résistance à un nouveau conflit7.

Convoquer le souvenir de la Première Guerre mondiale pour servir la cause de la paix

  • 8  Horne, John, op. cit.
  • 9  On peut aussi se demander si d’un point de vue personnel, Lucien Vogel imprègne Vu de ses propres (...)

6Grâce à la photographie, Vu s’efforce principalement d’invalider l’imagerie de la guerre façonnée durant le conflit, et qui donnait à l'affrontement une image positive. Comme l’écrit John Horne, sans réduire l'importance de la mémoire de la guerre, la culture d’après-guerre donne lieu à un refroidissement de ses passions sous-jacentes, un refroidissement qui passe par l’abandon des idées constitutives de la culture de guerre, telles que la valorisation du sacrifice et la diabolisation de l’ennemi8. Vu tente ainsi de rendre la guerre menaçante et répulsive9.

7Pour atteindre cet objectif, Vu publie des dossiers sur les photographies censurées de la Première Guerre mondiale. Ces images, fortement négatives, furent interdites pour :

  • 10  Vu, 19 avril 1933.

[…] ne laisser prendre par l’opinion publique de la guerre qu’une image flatteuse, héroïque, rassurante et plus que consolante10.

  • 11  Ibid., 26 avril 1933.
  • 12  Ibid., 9 novembre 1932.

8En les révélant, Lucien Vogel veut interpeller ses lecteurs et insister sur l’horreur de la guerre en soulignant d’ailleurs que sa pire condamnation, ce sont les censeurs militaires qui l’ont portée ; en refusant de la montrer, ils la reconnurent inavouable11. A travers des photographies montrant les victimes de guerre et les atrocités commises – les clichés de champs de bataille jonchés de corps de soldats abandonnés sont récurrents –, Vu tente de déconstruire la « belle » image donnée au conflit ; une stratégie alimentée également par les souvenirs d’anciens combattants, qui témoignent de l'horreur d'une guerre qui ne fut ni fraîche, ni joyeuse12. De plus, en refusant l’héroïsation du combat, Vu déplore que le soldat de 14-18, utilisé comme matériel humain, abruti par la fatigue et l’ennui, réduit à l’état d’automate, soit érigé en héros et alimentela légende des surhommes de Verdun. Le magazine regrette parallèlement l’image « diabolisée » donnée à l’ennemi, représenté comme un ogre ivre de sang, un barbare sans foi ni loi, dépourvu de toute humanité. Face à ce discours, Vu tente de restaurer l’image de l’ancien ennemi et donc d'invalider la légitimité d’un nouveau conflit :

  • 13  Ibid., 29 mars 1933.

Nous avons à chaque occasion poussé aussi loin que possible un effort objectif pour développer entre les peuples la connaissance mutuelle et la compréhension13

9En ce sens, le 13 avril 1932, le magazine publie le portrait croisé d’un Français et d’un Allemand, dans lequel chacun exprime son opinion sur l'autre. L’Allemand qui n’est pas encore l’ennemi, apparaît comme un homme bienveillant et altruiste, ni antisémite, ni haineux envers les Français. De même, si le Français admet avoir des griefs contre les Allemands depuis 14-18, cela ne l’empêche pas aussi de leur reconnaître des qualités.

  • 14  Christophe, Anne, « Vu et le pacifisme de Lucien Vogel : l’image sans limites (1928-1939) ?», La g (...)

10Enfin, le refus d’une nouvelle guerre est mis en forme par le biais de jeux d’images comme celle du masque à gaz. Le souvenir douloureux associé au masque lui confère un statut d’icône de la Première Guerre mondiale, symbole de l’horreur de tout affrontement militaire14. Procédant directement de la culture de guerre de 14-18, il est cependant utilisé à reboursdans le magazine, afin d’exhorter à la paix. Pour éviter le retour aux masques à gaz, il faut empêcher le retour de la guerre ; d’autant que l’utilisation du masque à gaz est banalisée dans Vu : il n’est pas seulement porté par les soldats mais aussi par les civils. Les mondains sortent en société parés de cet accessoire. Des mères allaitent leurs enfants, recouvertes d’un masque à gaz tandis que des actionnaires le portent au cours des conseils d’administration et que des femmes le nettoient dans leur institut de beauté. L’utilisation décontextualisée et généralisée du masque à gaz doit ainsi interpeller le lecteur.

11Malgré le désengagement culturel que promeut le magazine, la montée du nazisme, au début des années trente, ébranle la communauté des pacifistes et provoque chez Lucien Vogel une prise de conscience : on ne peut plus rejeter la guerre de manière radicale alors que la politique extérieure de l’Allemagne menace de déclencher un nouveau conflit. D’ailleurs, si la forte présence de la thématique des masques à gaz peut être lue comme un moyen de rendre répulsive l’idée même d’un affrontement, elle témoigne aussi de la forte prégnance de la thématique guerrière dans la société, qui s’accentue encore dans les années trente.

2. Un désengagement culturel qui atteint ses limites : la persistance du mythe de la guerre dans Vu

Un pacifisme ébranlé par l'accroissement des tensions politiques

  • 15  Lottman, Herbert, La Rive gauche, Paris, éd du Seuil, 1984, p. 555.
  • 16  L’attirance pour le communisme, l’amitié avec Paul Vaillant-Couturier (qui deviendra son gendre), (...)
  • 17  Horne, John, op. cit.

12Les années trente marquent un tournant dans la politique extérieure de l’Allemagne, tournant que l'on peut percevoir dans le magazine. Vu ne peut plus ignorer l’éventualité d’un prochain affrontement. Cette évolution de pensée qui émane de Lucien Vogel se retrouve chez nombre d’intellectuels de gauche. La montée du nazisme contraint ces derniers à concilier leur pacifisme avec la certitude croissante que le fascisme, et en particulier le nazisme, ne peut être arrêté autrement que par un affrontement de type militaire15. C’est donc à partir de son engagement antifasciste – qui s’explique notamment par son rapprochement avec l’URSS16 – que Vogel envisage désormais la guerre. Cette dernière n’a jamais quitté les pages de Vu, mais sa présence s'accroît au début des années trente. Pour transmettre aux lecteurs l’urgence qu’il y a à se mobiliser, Vu entre dans une phase d’anticipation du conflit dans laquelle le pouvoir de l’image est convoqué pour véhiculer l’idée de menace. Vu privilégie, dès lors, des considérations d’ordre idéologique et militaire dans le droit fil de l’iconographie publiée en temps de guerre, témoignant au passage de la persistance du mythe de la guerre. Ces considérations peuvent apparaître contradictoires  dans un magazine qui se veut pacifiste. Néanmoins, selon John Horne, ce paradoxe a une explication. L’omniprésence de la guerre est telle que pour se mobiliser contre un prochain conflit, les pacifistes sont obligés d’emprunter les formes et même le langage de ceux qui prônent la guerre17.

Des représentations de la guerre anticipatoires, parfois fantasmatiques

  • 18  Vu, 11 février 1931.
  • 19  Lettre de Lucien Vogel à Pierre Lyautey, 23 janvier 1931, Archives Départementales Meurthe et Mose (...)

13Le numéro spécial « La Prochaine Guerre. Une anticipation exacte et effroyable de ce que serait un prochain conflit européen »18 montre comment la réflexion de Vu a évolué depuis 1928. Ce que veut faire Lucien Vogel dans ce numéro d’anticipation n’est plus de nier le péril mais de le mesurer. Le 23 janvier 193119, dans le cadre de la préparation de ce numéro, il envoie le questionnaire suivant à plusieurs correspondants :

1°Une nouvelle guerre est-elle à craindre ?

2°Quels en seraient les motifs ?

3°Que serait-elle ?

4°Que peut-on faire pour l’éviter ?

5°Dans combien d’années peut-elle éclater ?

6°Faut-il écarter ce danger à tout prix, au besoin en sacrifiant la souveraineté nationale ? 

  • 20  Vu, 11 février 1931.
  • 21  Ibid., 21 mars 1936.

14La guerre n’est pas encore là, mais le magazineprétend instiller l’idée de son imminence. Ce numéro utilise aussi de nombreux montages photographiques relevant davantage de visions cauchemardesques ou fantasmatiques que de conjectures rationnelles. Parmi les clichés les plus saisissants figurent La Marseillaise de Rude, affublée d’un masque à gaz20, et La guerre future imaginée par Wells où l’exagération est de mise21. Vu va même jusqu'à imaginer le scenario de la première nuit du conflit, effrayante et dangereuse, au cours de laquelle la population retrouve les réflexes de 14-18.

  • 22  Rédacteur en chef de Vu entre 1930 et 1934.
  • 23  Rim, Carlo, Le Grenier d’Arlequin : journal 1916-1940, Paris, Denoël, 1981, p. 336.
  • 24  Ce qui rejoint l’analyse de Dennis Showalter pour qui l’une des approches de la guerre à venir éta (...)

15Le numéro du 13 décembre 1933 insiste encore plus sur l'imminence d’un conflit. On constate, en effet, que l’anticipation a un ton plus grave que celle de 1931. D’ailleurs, selon les souvenirs de Carlo Rim22, si l’anticipation de 1931 se voulait plus fantastique qu’horrifique, « une fiction qui nous amusera beaucoup, écrit-il, dans quinze ou vingt ans, comme toutes les anticipations de ce genre et qui nous paraîtra bien naïve23 », le numéro de 1933 est, dans les faits, plus sombre. Pour Vogel, prévoir n’est plus un jeu, c’est un besoin tant la situation a pris un tour inquiétant. Vu donne, ainsi, un contour plus précis à la guerre à venir, qui revêtira deux dimensions : l'une idéologique, elle sera une lutte entre le fascisme, le communisme et la démocratie, l'autre technique24, elle mobilisera des forces militaires inédites.

  • 25  Racine, Nicole, op. cit.
  • 26  Vu, le 13 avril 1932.
  • 27  C’est la fille de Lucien Vogel, Marie-Claude, photographe pour Vu, qui prit cette photographie en (...)

16En ce qui concerne la première dimension, alors que Vu avait jusque-là tenté d’apaiser l'hostilité à l'encontre de l’ennemi traditionnel, le magazine n’hésite pas dès 1933 à reconsidérer les Allemands à la lumière de l’antisémitisme grandissant qu’alimentent les nazis. Pressentant très tôt le caractère impérialiste de la politique hitlérienne et la nature raciste du régime national-socialiste, Lucien Vogel se démarque du pacifisme strict25 pour évaluer la dangerosité de l’ennemi fasciste. Après « L’énigme allemande»26en 1932, il publie un numéro spécial le 13 avril 1933, « Vu explore incognito le IIIe Reich», dans lequel il montre le véritable visage du nazisme et médiatise la recrudescence des agressions antisémites. Les photographies montrent ainsi des boutiques juives détruites, pillées et « identifiés » par l’étoile jaune tandis que les articles dénoncent l’antisémitisme ordinaire (la profanation de tombes, les interdictions faites aux Juifs). Enfin, Vu, publie la première photographie du camp de concentration de Dachau, qu'il obtient grâce au courage de Marie-ClaudeVogel27.

  • 28  Vu, le magazine photographique, op. cit.
  • 29  Ce qui fait écrire à Michel Frizot et Cédric de Veigy que le traitement de la montée du nazisme re (...)
  • 30  Vu, 8 février 1933.
  • 31  Ibid., 3 mai 1933.

17Cette médiatisation de l’ennemi utilise principalement des photomontages dont Vu se fait le champion, surtout avec l’arrivée d’Alexander Libermann comme directeur artistique en 1932. Technique issue du dadaïsme et du Bauhaus, le photomontage résulte d’une sélection et d’une association opérée entre plusieurs photographies. Par un processus d’assemblage, de découpage, de coloriage de certaines zones et de jeux d’échelles, le photomontage, que l’on retrouve principalement sur les couvertures, met l’accent sur une information et suggère autant ou plus qu’il ne montre la réalité. En donnant corps à un possible imminent et en cristallisant les craintes, il marque l’esprit du lecteur. Dans Vu, le photomontage est un instrument du défoulement tourné vers la dénonciation28. Les photomontages représentent un ennemi allemand puissant et terrifiant, grandi29 grâce à un jeu d’échelle. On retrouve ce procédé dans des clichés comme « Le dictateur enchaîné »30, dans lequel Hitler, en contre-plongée, apparaît en faisant le salut hitlérien devant le drapeau nazi, ou dans le photomontage intitulé « Vu explore incognito le IIIe Reich »31, au premier plan duquel flotte le drapeau nazi découvrant une rue photographiée en contre-plongée, où des hommes sont arrêtés par des soldats allemands.

  • 32  Ibid., 9 novembre 1932.
  • 33  Ibid., 11 avril 1934.
  • 34  Ibid., 25 avril 1934.
  • 35  Ibid., 2 mai 1934.
  • 36  Ibid., 29 mars 1933. 

18Le conflit à venir aura aussi une dimension technique. Antimilitariste, Lucien Vogel a cependant conscience que le réarmement allemand, et plus généralement l’armement en Europe, est un sujet brûlant. En 1932, Vu titre « Aux armes pacifistes »32. Ce titre contradictoire traduit déjà un certain état d'esprit : pour défendre la paix, il va falloir se battre. Dès 1934, Vu dénonce le réarmement allemand via une série de photomontages : « Hitler arme »33, « En Allemagne, vers une armée de masse »34, « En Allemagne, la mobilisation industrielle »35 et « L’Allemagne en armes. Comment? »36.

  • 37  Cela rejoint la thèse de Gérard Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme, Paris, Hachette-Litté (...)

19Destinés à montrer la superpuissance qu'est devenue l’Allemagne, ces photomontages prouvent sa force militaire. Le premier montre une rangée de casques de soldats allemands sur le drapeau nazi ; sur le deuxième, un imposant canon, qui semble sortir de la couverture et viser le lecteur, est posé sur une armée d’innombrables soldats. Quant au troisième, il présente une paire de bottes noires, apposée contre un fusil devant l’armée allemande. Vu montre ainsi à ses lecteurs à quel point la situation est grave et le degré de vigilance qu'elle impose. Vu tente, par ailleurs, de prévenir son lectorat en montrant que la violence du conflit qui s'annonce risque de dépasser les limites connues et ce, tant sur le plan militaire que moral37 :

  • 38  Vu, 9 novembre 1932.

Ces hommes étranges, sont-ce des samouraïs, sont-ce des scaphandriers ? Non, ce sont les soldats futurs, les héros motorisés de demain. Les messieurs de Genève ne vous auraient-ils point enseigné ce que sera le prochain conflit ? Ah ! Mesdames et messieurs, ici l’on ne vous montrera par les vieux chromos de Fontenoy, d’Austerlitz et de Verdun. Ces sortes d’épopées appartiennent désormais au répertoire des théâtres subventionnés. Notre troupe va avoir l’honneur d’interpréter une « guerre d’avant-garde » d’un genre tout à fait nouveau38.

  • 39  Horne, John, op. cit. On pourrait même lire les publicités dans Vu comme une métaphore de cette ch (...)

20Ces projections hallucinantes de la destruction de masse sont, selon John Horne, récurrentes au cours de cette période. Elles participent de la prorogation du mythe de la guerre issu de 14-18, contre lequel le pacifisme n’est pas un obstacle assez efficace. Au-delà, elles témoignent de la manière dont Vu, magazine pacifiste, retombe inexorablement dans un lexique et des considérations propres à la guerre qui, de fait, demeure omniprésente39.

  • 40  Horne, John, op. cit.
  • 41  Showalter, Dennis, op. cit.

21Au milieu des années trente, Vu se résout donc à envisager un futur conflit. La démobilisation culturelle n’a pas fonctionné, d'autant que le traité de Versailles avait créé les conditions pour que se produise un nouveau conflit. Pour John Horne, la menace d’une guerre future constitua bel et bien un enjeu critique de la démobilisation culturelle40. Démobiliser l’esprit, écrit Dennis Showalter41, ne voulait pas forcément dire en chasser la guerre. Dans ces conditions, la médiatisation de la Guerre d’Espagne constitue pour le magazine un pas supplémentaire vers le déclenchement d'un affrontement à échelle planétaire.

II. La Guerre d’Espagne dans Vu : un conflit dénoncé avec force et conviction

1. Un engagement précoce et total

  • 42  Vu, 29 juillet 1936.
  • 43  Ibid., 29 août 1936.
  • 44  Ibid., 2 septembre 1936.

22Face au conflit en Espagne, Lucien Vogel s’engage idéologiquement mais aussi physiquement. De fait, il confère à cette guerre une large place dans Vu et il se rend lui-même en Espagne, où il réalise des reportages. Dès le début du conflit, il prend fait et cause pour les Républicains. Tout est élaboré dans Vu pour sensibiliser le lecteur à l’horreur et l’injustice de ce conflit. Tout d’abord, les couvertures : « Des photographes en Espagne : la guerre civile, visions d’horreur »42, « En Espagne, la défense de la République »43. Leur mise en page est destinée à transmettre au lecteur l’urgence de la situation. Les nombreux portraits de femmes, d’enfants victimes arrêtés ou blessés participent de cette entreprise, tout comme les clichés de rues jonchées de cadavres et d’immeubles détruits. La photographie est convoquée pour alerter. Un cliché, par exemple, publié le 29 juillet 1936 et montrant un jeune homme sur le balcon d’un bâtiment qui menace de s’effondrer, évoque la menace que constitue ce conflit et le manque d'armes dont souffrent les républicains. Dans « Où vont les réfugiés d’Espagne ? »44 Vu fait allusion aux Espagnols qui trouvent refuge en France.

Vu, 2 septembre 1936

  • 45  Ibid., 9 septembre 1936.
  • 46  Ibid., 29 juillet 1936.

23La couverture montre un marin français portant dans ses bras un nourrisson, symbole de la victime innocente. Les mots sont aussi choisis avec précision : « l’agonie d’Irun »45, « dernières heures d’Espagne »46. Le magazine note aussi :

  • 47  Ibid., 23 septembre 1936.

Telle une scène calquée sur la Bible, la vision de ces trois fugitives au visage douloureux évoque les exodes tragiques de l’Ancien Testament47

24Le ton est donné : la situation relève de l’horreur, la guerre civile envahit les rues et menace la République, la justice et la liberté. Vu publie l’une des photographies les plus emblématiques de cette guerre, celle de Robert Capa qui capte l’instant de la chute d’un soldat, fauché par une balle en pleine action. Bien que controversé (Capa fit des récits contradictoires à propos de sa prise de vue), ce cliché fait le tour du monde, car sa valeur évocatrice (de façon prophétique, il annonce la chute de la République espagnole) est telle qu’il symbolise à lui seul la Guerre d’Espagne.

25Au-delà d’une simple description, Lucien Vogel utilise Vu comme une tribune politique pour dénoncer l’injustice de la situation en Espagne. Il va même jusqu’à condamner la neutralité de la France dans ce conflit et il accuse certains fonctionnaires français de fournir des armes aux insurgés :

  • 48  Vu, 9 septembre 1936.

Certains fonctionnaires au service du gouvernement français sont-ils ouvertement avec les rebelles48 ? 

  • 49  Ibid., 13 décembre 1933.
  • 50  Ory, Pascal, La Belle Illusion, culture et politique sous le signe du Front populaire 1935-1938 Pa (...)
  • 51  L’orientation de Vu leur fait perdre plusieurs annonceurs.

26Cette dénonciation est à lier à l'engagement idéologique de Lucien Vogel, son adhésion à la stratégie de l’URSS, qui abandonne son antimilitarisme dès 1935 et qui prend fait et cause pour les Républicains espagnols. Déjà, en 1933, Lucien Vogel demandait clairement aux lecteurs s’ils étaient prêts à « jeter aux orties leur dépouilles démocratiques »49 et à s'engager aux côtés de l’URSS dans la lutte contre l’Allemagne hitlérienne.L'orientation idéologique de Vu devient alors particulièrement visible. En effet, tandis qu'en 1928 Vu n'a rien d'un magazine communiste, progressivement, Lucien Vogel le transforme en un périodique proche du Front populaire50. L’engagement de Vu est tel, que Vogel finit par en faire les frais : les administrateurs le limogent après la parution, fin août 1936, d’un ultime numéro spécial sur la Guerre d’Espagne51. Le parti-pris trop à gauche de Vu déplaît fortement à ses lecteurs issus de la petite bourgeoisie et dont le magazine va même jusqu'à à condamner l’inertie dans le conflit.

2. Une représentation de l’affrontement marquée par sa dimension idéologique

  • 52  Prochasson, Christophe, Les Intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, éd du Seu (...)

27Au-delà de son rapprochement avec les communistes, l’engagement de Vogel trouve son explication ailleurs : il est symptomatique d'une crainte profonde, chez lui et chez nombre d’intellectuels de l’époque, de voir le dernier rempart contre le fascisme céder en Europe52. L’Espagne en est le symbole et, plus généralement, celui de la lutte ultime de la liberté contre l’oppression. C’est cette représentation qui le hante et qui confère une dimension de radicalité à son engagement. Sa fille, Marie-Claude l’explique ainsi :

  • 53  Entretien de Yann Viens avec Marie-Claude Vaillant-Couturier, archive privée.

C’était clair pour nous massivement qu’il fallait défendre la république espagnole. Et que le fascisme espagnol était lié au fascisme italien et allemand et donc que notre avenir était lié à la victoire ou la défaite de Franco53 .

  • 54  Bennassar Bartolomé, La Guerre d’Espagne et ses lendemains, Paris, Perrin, 2006, pp.550
  • 55  Guéhenno, Jean, « Examen de conscience. L’Espagne et l’Europe », Vendredi, 9 juillet 1937. Cité pa (...)
  • 56  Mosse, Gérard, op. cit.
  • 57  Prochasson, Christophe, op. cit.

28Ainsi, en représentant la Guerre d’Espagne de cette façon, Lucien Vogel ne cherche non pas tant à glorifier la guerre en tant que telle, mais à montrer qu’elle est la seule solution contre la menace fasciste en Europe. C’est ainsi que Vu médiatise ce conflit pour lui-même, pour la souffrance qu’il génère parmi Espagnols et, surtout, pour dénoncer le conflit qui menace l’Europe. La Guerre d’Espagne est ainsi perçue comme une « pré-deuxième guerre mondiale ». L’ennemi pressenti, dès 1933, soit le fasciste allemand et italien, s’incarne dans celui de 1936, le militaire rebelle espagnol. Le traitement de la Guerre d’Espagne par Vu témoigne dès lors de l’aboutissement d’une réflexion amorcée dans les années trente. Son pacifisme qui s’est émoussé devant la montée du fascisme disparaît en juillet 1936 au profit d’un appel à l’intervention dans cette guerre, alors que la France se range du côté de la non-intervention pour satisfaire Londres54. La réflexion et les représentations médiatiques que la Guerre d’Espagne fait naître dans Vu participent, dans le droit fil de la représentation de l’entre-deux-guerres précédemment décrit, d’une culture de la remobilisation pour la guerre. La Guerre d’Espagne accélère même ce processus. En effet, pour Lucien Vogel, désormais, la paix n’est plus au-dessus de tout55. Son engagement mais aussi, plus généralement, celui des volontaires étrangers dans les brigades internationales souligne la persistance du mythe de la guerre. Avec une arrière-pensée idéologique antifasciste, ces individus « retombent » dans la guerre. Le conflit espagnol, coïncidant avec l’apogée de l’influence fasciste en Europe56, est l’occasion pour Vu de dépasser définitivement l’héritage de la Première Guerre mondiale – au service d’un pacifisme radical. Cet héritage est devenu trop lourd à porter et il brouille la compréhension de la situation, dont la gravité exige alors un engagement radical en faveur de la République espagnole mais aussi, à moyen terme, en faveur de la liberté en Europe57. C’est ainsi qu’en 1936, Vu se résout à constater :

  • 58  Vu, 15 juillet 1936.

Vingt ans ont passé. Des épithètes qui puissent évoquer pour les générations nouvelles vouées au prochain sacrifice, ce que fut Verdun, c’est en vain que les hommes qui en ont par miracle échappé se mobilisent de nouveau aujourd’hui. Enfer « titanesque », « dantesque », boucherie, carnage héroïque, sanglant holocauste. A quoi bon ? Puisqu’on sait bien que tout recommencera, qu’une « fatalité » aveugle pousse, comme il y a 20 ans, les peuples les uns contre les autres, que la politique de la force triomphe, que le mot désarmement fait hausser les épaules des réalistes, et que l’Ossuaire de Douaumont de 193… - au lieu de 500 000 squelettes- en recouvrira des millions et des millions58.

29Vu, qui reflète indéniablement les idées de Lucien Vogel, a évolué dans sa manière de penser et de représenter les affrontements. Ce magazine permet d'étudier le jeu de la démobilisation et de la remobilisation culturelle pour la guerre. Il montre à quel point l'engagement de Vogel et le pouvoir de l’image photographique ont été déterminants dans la manière d'appréhender le sens profond du futur conflit. Le magazine qui, dans un premier temps, rejette la guerre prend rapidement conscience que la lutte contre le fascisme passe inévitablement par un affrontement militaire. Ainsi, en dépit du désengagement culturel promu dans ses pages, Vu demeure prisonnier du mythe de la guerre, un mythe au cœur de la lutte contre les dérives autoritaires qui menacent la démocratie et dont la Guerre d’Espagne en est le triste exemple.

Haut de page

Notes

1  En 1912, il créé la Gazette du bon ton avant de lancer l’Illustration des modes et Vogue français en 1920.

2  Frizot, Michel et Veigy de, Cédric, Vu, le magazine photographique, 1928-1940, Paris, Ed de la Martinière, 2009, p. 319.

3  Vu, 28 mars 1928.

4  Racine, Nicole, « Intellectuels pacifistes et antifascistes devant les menaces de guerre (1933-1939) L’entre-deux-guerres : guerre ou paix ? » Margairaz Michel (ss la dir), Les sociétés, la guerre et la paix de 1911 à 1946, Europe, Russie puis URSS, Japon, États-Unis, Paris, Hachette supérieur, 2003, p. 192.

5  Audouin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2009, p. 393.

6  Horne, John, « Introduction », in « Démobilisations culturelles après la Grande Guerre », 14-18, Aujourd’hui, Paris, Éditions Noésis, mai 2002, p. 43-53. 

7  Audouin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, op. cit. Le tournant des années vingt constitue selon les auteurs un tournant dans la lecture de 14-18 qui se caractérise par une inversion radicale de la culture de guerre des années de conflit.

8  Horne, John, op. cit.

9  On peut aussi se demander si d’un point de vue personnel, Lucien Vogel imprègne Vu de ses propres souvenirs de guerre même s’ils furent indirects, lui étant au Maroc : son frère, Pierre, est gazé dans les tranchées tandis que son beau-frère, Michel de Brunhoff, lui a envoyé durant le conflit des historiettes illustrées témoignant de la souffrance quotidienne.

10  Vu, 19 avril 1933.

11  Ibid., 26 avril 1933.

12  Ibid., 9 novembre 1932.

13  Ibid., 29 mars 1933.

14  Christophe, Anne, « Vu et le pacifisme de Lucien Vogel : l’image sans limites (1928-1939) ?», La guerre après la guerre. Images et construction des imaginaires de guerre dans l’Europe du XXe siècle, Christian Delporte, Denis Marechal, Caroline Moine et Isabelle Veyrat-Masson (dirs.), Paris, Nouveau monde éd, 2010, p. 448.

15  Lottman, Herbert, La Rive gauche, Paris, éd du Seuil, 1984, p. 555.

16  L’attirance pour le communisme, l’amitié avec Paul Vaillant-Couturier (qui deviendra son gendre), ses nombreux amis russes émigrés qu’il accueille chez lui joue un grand rôle dans son parti pris idéologique.

17  Horne, John, op. cit.

18  Vu, 11 février 1931.

19  Lettre de Lucien Vogel à Pierre Lyautey, 23 janvier 1931, Archives Départementales Meurthe et Moselle.

20  Vu, 11 février 1931.

21  Ibid., 21 mars 1936.

22  Rédacteur en chef de Vu entre 1930 et 1934.

23  Rim, Carlo, Le Grenier d’Arlequin : journal 1916-1940, Paris, Denoël, 1981, p. 336.

24  Ce qui rejoint l’analyse de Dennis Showalter pour qui l’une des approches de la guerre à venir était technique. Showalter, Dennis, « Plus jamais du moins pas comme cela : imaginer la guerre après 1918 » in « Démobilisations culturelles après la Grande Guerre », 14-18, Aujourd’hui, op. cit.

25  Racine, Nicole, op. cit.

26  Vu, le 13 avril 1932.

27  C’est la fille de Lucien Vogel, Marie-Claude, photographe pour Vu, qui prit cette photographie en cachant son appareil dans son écharpe. Entretien de Yann Viens avec Marie-Claude Vaillant-Couturier, archive privée.

28  Vu, le magazine photographique, op. cit.

29  Ce qui fait écrire à Michel Frizot et Cédric de Veigy que le traitement de la montée du nazisme reste ponctuellement fasciné par l’habileté médiatique d’Hitler.

30  Vu, 8 février 1933.

31  Ibid., 3 mai 1933.

32  Ibid., 9 novembre 1932.

33  Ibid., 11 avril 1934.

34  Ibid., 25 avril 1934.

35  Ibid., 2 mai 1934.

36  Ibid., 29 mars 1933. 

37  Cela rejoint la thèse de Gérard Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme, Paris, Hachette-Littératures, 2003, p. 291.

38  Vu, 9 novembre 1932.

39  Horne, John, op. cit. On pourrait même lire les publicités dans Vu comme une métaphore de cette chape de plomb constituée par la guerre « Ovomaltine, le bonheur qu’il faut défendre » : les armes de votre organisme contre les embûches quotidiennes qui guettent votre santé sont les réserves de forces que vous demandez à l’alimentation. » (Vu, 11 février 1931).

40  Horne, John, op. cit.

41  Showalter, Dennis, op. cit.

42  Vu, 29 juillet 1936.

43  Ibid., 29 août 1936.

44  Ibid., 2 septembre 1936.

45  Ibid., 9 septembre 1936.

46  Ibid., 29 juillet 1936.

47  Ibid., 23 septembre 1936.

48  Vu, 9 septembre 1936.

49  Ibid., 13 décembre 1933.

50  Ory, Pascal, La Belle Illusion, culture et politique sous le signe du Front populaire 1935-1938 Paris, Plon, 1994, p. 1033.

51  L’orientation de Vu leur fait perdre plusieurs annonceurs.

52  Prochasson, Christophe, Les Intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, éd du Seuil, 1993, p. 355.

53  Entretien de Yann Viens avec Marie-Claude Vaillant-Couturier, archive privée.

54  Bennassar Bartolomé, La Guerre d’Espagne et ses lendemains, Paris, Perrin, 2006, pp.550

55  Guéhenno, Jean, « Examen de conscience. L’Espagne et l’Europe », Vendredi, 9 juillet 1937. Cité par Prochasson, Christophe, op. cit.

56  Mosse, Gérard, op. cit.

57  Prochasson, Christophe, op. cit.

58  Vu, 15 juillet 1936.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1317/img-3.png
Fichier image/png, 520k
Légende Vu, 2 septembre 1936
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Kurkdjian, « Représenter et penser l’affrontement : le magazine Vu face à la Guerre d’Espagne et à la menace d’une deuxième guerre mondiale », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://amnis.revues.org/1317 ; DOI : 10.4000/amnis.1317

Haut de page

Auteur

Sophie Kurkdjian

Université Paris I Panthéon-Sorbonne, France, sokurkdjian@free.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org