Navigation – Plan du site

Résumés

La création d’un Hymne de la Paix est mise au concours dans le cadre de l’Exposition internationale de 1867 en France, à Paris.  Le concours a été un échec. Quels critères avait-on fixé pour un hymne à la paix ? On rapproche cette situation d’autres, comme celle plus récente, de la recherche d’un Hymne de l’Europe (1972).

Haut de page

Texte intégral

1Le « genre hymnique », moteur d’une « musique nationale » telle qu’elle sera pensée sous la Révolution française, s’organisera autour de formes verbo-mélodiques relevant de catégories diverses comme chansons, « hymnes ». Il participera d’une pédagogie politique sur fond de la vieille tradition platonicienne des « effets de la musique » pour laquelle la musique doit servir à la régulation des mœurs de la république, à l’entretien des vertus publiques, y compris guerrières. La musique, comme le théâtre, relèveront d’une esthétique de l’empreinte : ils doivent édifier et persuader par expériences émotionnelles. Les paroles de cette hymnodie n’ont pas à argumenter ce qu’elles avancent ; elles ne recherchent pas l’assentiment du jugement dans la mesure où les valeurs instanciées doivent être considérées comme établies, évidentes. Ces dernières n’ont pas à être discutées, mais entretenues, célébrées. De tels répertoires ont surtout pour vocation de presser ou de stimuler l’adhésion par la sensibilité ; leur facture en appelle à l’expérience émotionnelle du spectacle visuel et sonore – des scénographies vocales et instrumentales marquées par les effets de masse vocale, l’intensité et les sonorités éclatantes d’instruments de plein air, grosses caisses trompettes, trombones, bassons, etc. Nombre de productions, tant durant la période de la Révolution que dans la traversée du XIXème siècle et rangées dans la catégorie générique d’hymne(s), auront recours à de tels procédés démonstratifs qui traversent la mise en œuvre du verbe associé à une cinétique musicale. Elles seront conçues sur de telles bases, profilées comme autant de solutions profératoires exhortatives en mode de chant, empruntant aux ressources sonores, profils et formules mélodiques, rythmiques, sonorités ou couleurs sonores, etc., de l’espace d’audibilité d’un art militaire et ses scénarios musicaux imprimant l’énergie et l’endurance dans l’attaque ou le déplacement.

2Parangon de cette lyrique démonstrative, d’exhortation et d’exaltation, la Marseillaise s’imposera rapidement comme ressource profératoire de choix, collective et mobilisatrice (notamment sur son refrain), pour temps de crise. Encore faut-il lui ajouter cette marque indélébile de l’événement fondateur, la Révolution française, qui lui attache ; celui-ci l’a progressivement instituée en princeps idéal d’une dynamique de productions qui traversera le XIXème siècle avec le « printemps des peuples » et l’émergence d’états-nations, celle des hymnes nationaux. L’exceptionnalité dont on qualifie l’événement fondateur, la Révolution française qui lui est associé, n’aurait-elle pas provoqué en définitive une certaine idéalisation de la création hymnique : la rareté et l’indétermination d’une réussite en la matière, et d’abord celle d’une convenance stylistique ? Enfin, les pics de productions lyriques exhortatives revendiquant l’appellation d’« hymne » et se donnant la liberté, la patrie ou la nation comme valeurs d’enrôlement et de mobilisation collective sembleraient bien devoir correspondre à des contextes de crise, ceux de révolutions, guerres ou conflits. Mais que devient le genre en temps de paix ?

3Soit cet épisode concernant l’acquisition de notre actuel hymne européen. L’histoire officielle le fait débuter ainsi :

  • 1  Radius, René, Rapport de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe sur un hymne européen, Co (...)

Le 26 août 1949, une lettre était adressée à Monsieur Paul-Henri Spaak, « Premier Président d’Europe » […]: « Permettez, je vous prie, à une maman ayant subi toutes sortes d’ennuis lors de la dernière guerre, y compris l’internement …, de vous adresser sa 917ème chanson. Ce chant est un hymne qui est un appel à tous les êtres du monde qui désirent la paix – sans arrière-pensée – et qui songent à se grouper pour former les Etats-Unis d’Europe… ». Cette lettre, accompagnée du texte et de la mélodie du « Chant de la paix » de Mme Jehanne-Louis Gaudet est le premier document d’un volumineux dossier consacré à l’hymne européen. Peut-être plus nombreuses encore que pour le drapeau européen, les propositions et les exhortations pour un hymne européen sont-elles venues du fond des peuples. Mélodies, partitions, orchestrations, textes, parfois déjà dans 3, 4 et même 12 versions linguistiques, affluaient et les auteurs, souvent s’impatientaient du sort que les instances du Conseil de l’Europe avaient réservé à leurs projets.1

  • 2  Qui sera définitivement adopté et officialisé comme Hymne de l’Europe en janvier 1972, Cf. Buch, E (...)

4On sait ce qu’il advint. Là où des particuliers proposaient une Marche de l’Europe unie, une Marseillaise de la paix et d’autres encore, on préféra opter pour une œuvre patrimoniale « représentative du génie de l’Europe ». Plus précisément, le prélude à l’Ode à la joie, 4ème mouvement de la 9ème symphonie de Beethoven2.

Congruence stylistique ?

  • 3  Qui avait été l’une des solutions envisagées : « La deuxième suggestion, longtemps en discussion, (...)

5Restons provisoirement sur les arguments de cette option. Parmi les raisons avancées pour contourner la forme procédurale du concours3, retenons, outre les arguments d’une complexité d’organisation de la forme procédurale ou de l’embarras à devoir départager des candidats, ces autres tenant au caractère aléatoire des résultats et à une certaine difficulté à définir des critères de recevabilité d’une création originale en la matière. C’est poser la question de ce que l’on appellera une esthétique de la congruence : l’art d’assortir une abstraction, pour l’heure « L’Europe », à des paroles et une musique.

  • 4  La formule désignera un certain niveau de conditionnement (dispositions coutumières, orientations (...)

6En somme, ce serait la question d’un certain niveau d’adéquation stylistique que l’on estimerait « juste » (c’est bien le problème) entre un format, cet artefact paroles/musique, et des attributs « essentiels » de l’entité abstraite « Europe » (les qualités, principes ou valeurs institutionnellement associés comme « paix », « fraternité », « solidarité », etc.) que le format serait censé devoir instancier pour être reconnu comme approprié. Et admis au service catégoriel4 d’hymne officiel européen. C’est-à-dire, admis à être recommandé voire spécifiquement réservé aux cérémoniaux au titre et autour de cette entité « Europe » qui ne pourrait pas ne pas avoir elle-même son propre équipement emblématique de représentation aux côtés notamment d’un drapeau, à l’instar de ce qui se pratique pour la plupart des états nations.

  • 5  On entendra par « entité de Commun idéal » une valeur ou un principe (dieu, nation, patrie, paix, (...)

7Option patrimoniale, commande institutionnelle ou concours, qu’importe. Les trois mettent en jeu une série d’attentes à propos de la manière d’être d’un hymne européen, pour devenir un format culturellement qualifiable « d’approprié stylistiquement » à l’Entité de Commun idéal5 « Europe ». Et pour recevoir un statut de dignité analogue à celui d’hymne national. Mais comment s’y prendre ? Suggérons quelques questions dérivées.

  • 6  Un relevé pour l’Europe dans, Grocholski, Ian, Une histoire de L’Europe à travers ses chants natio (...)
  • 7  « Nous », injonctions à la 1ère personne du pluriel (« marchons ! ») et toutes formes linguistique (...)

8Quelle serait, dans la détermination ou l’évaluation de conditions de recevabilité d’un format original Hymne de l’Europe par exemple, la place de tels prototypes, des formats déjà catégorisés comme hymnes, en premier lieu « nationaux6 » ? Outre la difficulté des différences linguistiques pour un hymne commun à plusieurs pays (la version hymnique officielle de l’Ode à la joie est exclusivement instrumentale), comment, en la circonstance, considérer ces sémantiques de dramatisation, injonctions et impératifs appelant à l’urgence de l’action, du combat, métaphores violentes, guerrières, « Nous » à tiers exclu7, traits qui sembleraient caractériser tant d’hymnes nationaux : les verrait-on compatibles avec une entité « Europe » et les idéaux de fraternité, paix, etc. qui lui sont associés, pour le projet d’un Hymne de l’Europe ?

  • 8  Comme espace de l’éloge et du blâme, de la célébration et du reproche ; cf. Dominicy, Marc, Frédér (...)

9Mais encore : quelle musique, s’il devait importer de rompre avec une rhétorique de l’amplification (sound martial, audibilia de service comme sonneries, batteries, rythmes de marche et autres indices sonores référant dans nos aires familières d’audibilité sonore, musicale au moins en Europe, à l’art militaire ou de la guerre) ? « Amplification », dira-t-on, car il y a d’évidence une fonction épidictique8 programmée par le service catégoriel d’hymne national et reflétée ici au plan sonore : la présence de cuivres et percussions marqueurs de dynamique, de puissance et de solennité valent en quelque sorte pour exclamation ; ils n’argumentent pas, vont de soi : ils ne sont pas là pour persuader mais garantir et appuyer une destination.

10Sur cette base : n’y aurait-il pas quelque paradoxe à parler d’une Internationale ou d’une Marseillaise de la paix – le titre fera florès – devant les dramaturgies sonores de tels modèles ? Un hymne de l’Europe, dans nos conceptions idéales de telles entités, devrait-il s’aligner indifféremment ou préférentiellement sur un hymne national pourfendant quelque altérité menaçante ? A la rigueur, sur un chant bucolique (autre tendance rédactionnelle des hymnes nationaux au XIXe siècle) célébrant la fertilité de la terre-mère ou la douceur des paysages ?

  • 9  L’ensemble de nos citations, sauf indications contraires, proviennent de : Comettant, Oscar, La mu (...)

11Bref. Opération aléatoire si ce n’est improbable que cette forme procédurale du concours, s’agissant d’une création musicale d’équipement emblématique autour d’une abstraction de Commun idéal, ici « l’Europe », ailleurs « la paix » ? La question n’est pas nouvelle. On la rencontre à plusieurs reprises, par exemple en France au XIXe siècle. On se propose d’examiner le cas d’un Hymne de la Paix mis au concours – sans succès – à l’occasion de la 2ème Exposition internationale tenue à Paris du 1er avril au 3 novembre 18679. Selon un arrêté du 18 février 1867 concernant les manifestations musicales officielles de l’Exposition, devait être primée une œuvre « Digne de figurer à l’avenir, à titre d’hymne, dans les solennités internationales ».

« De la musique démocratique » 

12Admettre les musiciens à exposer publiquement – auditivement – leurs œuvres comme on le fait pour les peintres et les sculpteurs, telle était l’une des nouveautés dont se prévalaient les organisateurs français de cette exposition internationale. Les nombreux concours dont celui de composition musicale mais parmi bien d’autres compétitions (chœurs orphéoniques, musiques militaires de différents pays, etc.), donneraient lieu à auditions publiques notamment de formations de masse, et permettraient d’offrir des attractions accessibles au plus grand nombre – une vitrine sonore de l’Exposition.

13L’article 2 de l’Arrêté concernant l’exposition des œuvres musicales (18 août 1866) portait les dispositions suivantes :

  • 10  Comettant, Oscar, op. cit., 1869, p. 21.

Les compositeurs français et étrangers sont appelés à concourir pour deux compositions musicales tendant à célébrer l’Exposition de 1867 et la paix qui en assure la réussite. La première, dite Cantate de l’Exposition, avec orchestre et chœurs, sera d’autant mieux appropriée à sa destination qu’elle sera plus courte ; la seconde, dite Hymne de la Paix ne devra comprendre qu’un très petit nombre de mesures.10

  • 11  International, il fluctuera dans sa formation. Il comprendra des hommes de lettres et des composit (...)
  • 12  Le prix de composition de la Cantate de l’Exposition reviendra à Camille Saint-Saëns, sur le texte (...)

14Le dispositif du concours se mettra peu à peu en place, et les formalités seront progressivement précisées par le Comité de la composition11. Pour la cantate12 comme pour l’hymne, l’épreuve se déroulera en deux temps : concours pour le texte, puis pour la musique du texte primé. L’Hymne de la paix, précise l’arrêté du 18 février 1867 :

  • 13  Comettant, Oscar, op. cit., 1869, p. 25.

Ne devra pas contenir plus de quatre strophes de huit vers au plus chacune, toutes rythmées de la même manière et finissant par une rime masculine.13

15La coupe imposée est des plus communes, l’une des plus développée comme dans la Clé du Caveau, outil de base aux côtés d’un quelconque dictionnaire de rimes pour tout chansonnier amateur ou professionnel.

16 Le Comité précisera le 25 avril 1867, une fois les paroles primées, les normes musicales pour la cantate et l’hymne, et fixera la date limite de dépôt des propositions au 5 juin :

  • 14  Ibid., p. 40.

L’Hymne de la Paix sera écrit pour une seule voix. Ce que les compositeurs doivent s’appliquer à produire est un chant large et bien rythmé, réunissant autant que possible, les conditions voulues pour devenir populaire.14

17Des journaux se feront régulièrement l’écho d’interrogations de concurrents potentiels devant des normes qu’ils jugent passablement laconiques. La presse avancera quelques précisions autorisées. Ainsi le Figaro du 13 mai :

  • 15  Maillard, Georges, « Hier – Aujourd’hui – Demain », Le Figaro, 13 mai 1867, p. 1.

Le comité du concours […] désire une grande phrase mélodique destinée à être chantée à l’unisson par un grand nombre de voix ; ce que l’on veut c’est un chant large aussi peu modulé que possible, quelque chose qui ait un souffle et une envergure suffisants pour se passer des ressources de l’orchestre, un chant qui se répande et se répète comme un hymne universel, que tout le monde sache et retienne – quelque chose enfin qui soit la Marseillaise de la paix.15

18Le secrétaire général de la Commission, Ernest Lépine, précisera encore, dans Le Ménestrel du 27 mai 1867 :

  • 16  L’Epine, Ernest, Le Ménestrel, 26, 26 mai 1867, pp. 201-202.

Laissez-moi vous dire que ceux qui ont demandé « pour quelle voix : ténor, baryton, soprano, etc., devait être écrit l’Hymne de la Paix » ont un peu joué sur les mots. Demandez-leur donc, pour quelle voix ont été composés : La Marseillaise, le God save the Queen, l’Hymne russe et tous les chants nationaux. Ils sont écrits pour la voix du peuple ; tout le monde peut les chanter. […] Les compositeurs ont la cantate pour s’ébattre. Qu’ils lui donnent une forme ultra aristocratique, rien de mieux. Mais il est important de bien préciser ce qui leur est demandé pour l’Hymne de la Paix, c’est … je risque l’expression, de la musique démocratique, de la musique pour tous. Si le chant est large et bien rythmé, les masses l’adoreront. Ce qu’il faut, c’est une mélodie destinée à être chantée sans accompagnement, soit par un soliste, soit par des voix à l’unisson.16

Paroles primées : la paix sereine et l’appel viril

19La forme procédurale du concours n’imposait aucune exclusive, il était ouvert à tous, professionnels ou amateurs. Une première étape consistera à primer des textes. Sur 630 concurrents admis pour les paroles de l’hymne, deux seront primés ex-æquo : François Coppée et Gustave Choquet. Le texte primé de François Coppée est le suivant :

Strophe 1 : La paix sereine et radieuse

Fait resplendir l’or des moissons.

La nature est blonde et joyeuse,

Le ciel est plein de grands frissons.

Hosannah ! dans la forge noire

Et dans le pré blanc de troupeaux.

Salut ! ô reine, ô mère, ô gloire

Du fort travail, du doux repos !

Strophe 2 : Viens, nous t’offrons l’encens des meules,

Reste avec nous dans l’avenir.

Les bras tremblants de nos aïeules

Sont tous levés pour te bénir.

Le front tourné vers ton aurore,

Heureuse paix ! Nous t’implorons,

Et nous rythmons l’hymne sonore

Sur les marteaux des forgerons.

Strophe 3 : Reste toujours, reste où nous sommes,

Et tes bienfaits seront bénis

Par la nature et par les hommes,

Par les cités et par les nids.

Tous les labeurs sauront te dire

Leurs grands efforts jamais troublés :

Le saint poète avec la lyre,

Le vent du soir avec les blés.

Strophe 4 : Ainsi qu’un aigle ivre d’espace

Vole toujours vers le soleil,

Le monde entier qui te rend grâce

Accourt joyeux à ton réveil.

Car le laurier croit sur les tombes :

Et ces temps-là sont les meilleurs

Où dans l’azur plein de colombes

Monte le chant des travailleurs.

20Le texte primé de Gustave Chouquet :

Strophe 1 : A l’appel viril de la France,

Sous nos drapeaux entrelacés,

Entonnons l’hymne d’espérance

Les jours de haine sont passés !

Un avenir meilleur se lève,

Défiant les destins jaloux ;

C’est au fort de briser son glaive.

Dieu le veut ! Peuple, suivez-nous.

Strophe 2 : Le Christ à dit : Paix sur la terre

Aux cœurs de bonne volonté !

Accomplissons ce grand mystère :

Le droit sous la paix abrité.

Arrière la paix des esclaves,

La paix qu’on subit à genoux !

La nôtre est l’armure des braves.

Dieu le veut ! Peuples, suivez-nous !

Strophe 3 : L’harmonie est la loi des mondes :

Tout travaille aux divins concerts !

Paix courageuse, aux mains fécondes,

Fais resplendir notre univers !

Qu’en tous lieux la famille humaine,

Lève au ciel son front mâle et doux !

La terre marche, et Dieu la mène …

Dieu nous mène ! Amis, suivez-nous !

21Ces textes se prêteront à 807 propositions musicales : 566 pour G. Choquet, 241 pour F. Coppée. Aucune composition ne sera retenue par le jury :

  • 17  Comettant, Oscar, op. cit., 1869, p. 47.

Le Comité, après de nombreuses séances consacrées à cet examen, a déclaré par 13 voix contre 5 qu’il n’y avait pas lieu de décerner le prix.17

22pouvait-on lire au Journal officiel du 10 juillet 1867, dans le Rapport du Comité de la Composition musicale, qui proposait l’explication suivante :

  • 18  Ibid., p. 47.

Il est de notre devoir de reconnaître l’extrême difficulté que présentait l’exécution du programme imposé. Les circonstances ont une large part dans le succès des hymnes populaires. Fils de l’enthousiasme, ils naissent à des heures indéterminées, et si tous les peuples ont leurs chants nationaux et patriotiques, il n’en est aucun qui puisse se vanter de posséder un hymne de la paix. La plus grande partie des morceaux que nous avons eu à juger avaient, en dépit du sujet, l’allure martiale et belliqueuse ; quelques autres, remarquablement écrits d’ailleurs, ne pouvaient pas se passer du secours de l’orchestre et des chœurs. Aucun ne remplissait les conditions du programme.18

23Les décisions du jury feront débat. Comment, parmi tant de concurrents français et étrangers, pas un qui n’ait été jugé digne du prix ? Courriers de protestation, anonymes ou collectifs adressés à la presse, à la Société des compositeurs (qui se déclarait aucunement concernée ; plusieurs membres compositeurs du jury comme des concurrents en étaient adhérents) exigeaient des explications, et menaçaient de constituer leur propre jury. Et d’abord, demandait-on, que l’on fasse entendre, « juger publiquement » ces propositions que le jury a refusé de primer. Car,

  • 19  Journal Le Ménestrel, 8 septembre 1867, p. 323.

Juger à froid, des yeux ou au piano, en petit comité, c’est apprécier le talent et la main d’œuvre d’un musicien, tandis que soumettre son œuvre à la grande épreuve publique, c’est en juger l’inspiration.19

24peut-on lire dans Le Ménestrel du 8 septembre 1867. De leur côté, quelques concurrents confieront leur partition pour exécution, par exemple à la fin d’offices religieux ou à quelque ténor de café-concert parisien (Eldorado, Alcazar d’été, Alcazar d’hiver, Pavillon des ambassadeurs), arguant d’une Marseillaise de la Paix (on ne pouvait chanter la Marseillaise sur scène ou publiquement sans risques de sanction).

25 Pressés par la critique, des membres du jury livreront quelques détails. Si l’on en croit Oscar Comettant, nombre de propositions musicales étaient fort médiocres, et le peu qui restait ne pouvait être que déclaré hors programme :

  • 20  Comettant, Oscar, op. cit., 1869, p. 45.

Sur les 807 pièces […] 400 étaient écrites par de braves amateurs qui manquaient des premières notions de musique […] sur les 400 qui restaient à examiner, on en trouva 200 environ qui pêchaient par les lois de la composition ou de la prosodie ; 100 qui, sans être incorrectes, n’offraient aucun mérite ; 50 à peu près médiocres […] quelques uns révélèrent un mérite réel de composition, mais ils s’éloignaient du but qui avait proposé. Aucun ne remplissait absolument les conditions du programme.20

  • 21  Une initiative privée précédente pour retrouver un « chant national » autre que, précisément, la M (...)

26Ainsi devait-il y avoir échec de forme procédurale, un concours, pour la création musicale d’un hymne « de la paix ». Comme pour d’autres projets de ce type, à portée nationale, auparavant21. Et encore après, tel ce concours pour:

  • 22  Imbert, Eugène, « Le premier concours de La Chanson », La Chanson, 8, 16 novembre 1878, p. 90.

Un chant qui soit la glorification de la France, du Travail et de la Paix […] Un chant national, une Marseillaise de la paix !22

27lancé par les chansonniers de la jeune revue La Chanson en Octobre 1878. Sur les 97 envois, il y en eût bien quelques uns de recevables pour les paroles : des Septembrale, La France libre, Chant de la paix, Guerre à la guerre... Mais point pour la musique. D’autant que la coupe de la Marseillaise semblait prégnante chez plus d’un :

  • 23  Ibid., p. 90.

Ces poètes n’ont pas songé qu’ils adaptaient ainsi à des vers destinés à célébrer la paix, un air essentiellement guerrier.23

Romantisme de l’inspiration

  • 24  Le format Partant pour la Syrie (une romance). On l’a évoqué, la Marseillaise était un chant offic (...)

28Difficile de se doter d’un Hymne de la paix lorsque l’on a déjà la Marseillaise chez soi ? Pourquoi un projet officiel d’Hymne de la Paix en 1867 ? Peut-être voyait-on, tant au lendemain de Sadowa que dans un climat intérieur tendu et de surcroit à l’occasion d’une manifestation internationale consacrée à l’industrie des peuples et aux beaux-arts, une opportunité politique à ouvrir un tel concours public, international, à l’initiative d’une France qui avait elle-même déjà procuré à l’Europe un prototype du genre, la Marseillaise ? De quel hymne officiel disposait-on en France à l’époque : tacitement officiel, le « Beau Dunois», une romance de salon24 peu propice à l’enthousiasme collectif. Dans ces conditions, pourquoi pas, alors, une sorte de Marseillaise, mais valorisant la « paix » ?

  • 25  Cf. Cheyronnaud, Jacques, Instructions pour un Recueil général de poésies populaires de la France (...)

29Pour cet Hymne de la paix, on souhaitait donc une « musique démocratique ». Le concours serait ouvert à tous. La coupe exigée, on l’a évoqué, était des plus familières de la Clé du Caveau, bréviaire de coupes et d’airs assortis, à destination des chansonniers professionnels et amateurs. Faudrait-il d’ailleurs ranger quelques-uns de ces derniers parmi les 400 propositions écrites « par de braves amateurs qui manquaient des premières notions de musique » ? Les critères de recevabilité fixés par la Commission entendaient orienter les propositions non du côté de l’écriture mondaine et de ses formes les plus enseignées, mais de formes préférentiellement chorales, accessibles à ceux que l’on qualifiait volontiers de « soldats du chant », sans-grades de la musique : un ample mouvement orphéonique que, précisément, devait célébrer l’Exposition internationale en de nombreux concours d’auditions publiques. Une autre source possible pour un tel hymne pourrait-elle également se trouver du côté d’un folklore musical, importante dynamique de compilation à l’époque, et sa doxa archéologique d’une « tonalité populaire »25 ?

  • 26  En tant que support engagé dans des épreuves d’identité d’un collectif quel qu’il soit, tout forma (...)

30Chant large, syllabique, monodique – l’unisson devrait pouvoir y signifier l’unitaire –, sans modulation ou le moins possible et de préférence a cappella : la « sacralité » du chant de paix qui lui aurait été assignée à travers le service catégoriel, aurait-elle dû, idéalement, s’apparenter davantage à celle du God save the Queen ou du Domine salvum fac regem chantés par des voix d’hommes, une masse chorale à l’unisson éventuellement soutenue par fanfares et musiques d’harmonies civiles (ou militaires), qu’à celle de l’ancien chant de guerre de l’armée du Rhin, une Marseillaise au format trop allant, à la cinétique mélodique tourmentée ? Mais les relations d’attachement au format, aussi intenses que celles de son abomination alimentaient les épisodes d’un « Grand récit » qui célébrait la Marseillaise en princeps incontournable. A la condition de faire la part (en théorie du moins) entre le modèle formel, ce format paroles/cinétiques mélodique et rythmique, et ce princeps que l’on appelait familièrement ou avec méfiance « La Marseillaise » : un complexe de relations d’attachements au format, qui lui confiaient en France comme en Europe au milieu des soulèvements, une position hymnique26. Mais un hymne « à la paix », qu’aurait-il à voir avec un format de mobilisation comme solution profératoire collective en mode de chant en appelant à l’enrôlement des voix pour escorter des actions communes, parfois jusqu’à la violence physique ?

31Le concours sera, donc, un échec, ce qu’avait déjà prévu le Figaro du 13 mai 1867 au moment du lancement de l’épreuve musicale :

  • 27  Maillard, Georges, Art. cit., mai 1867, p. 1.

C’est une erreur du jury d’avoir mis cet hymne au concours ; il faut, pour que cette musique soit ce qu’elle doit être, un éclair d’inspiration comme les génies seuls en ont, une de ces idées foudroyantes comme en eurent Rouget de Lisle, improvisant sa Marseillaise pendant une nuit de fièvre, et Rossini trouvant la prière de Moïse, tout d’un coup et toute complète. Ces choses-là ne naissent guère dans le concours, et ce serait un grand hasard s’il arrivait au Comité un Hymne de la Paix qui fût conforme au but qu’il s’est proposé.27

32Le Rapport du Comité, en juillet, sonnait comme en écho à l’article du Figaro, du 13 mai. Il associait, pour expliquer l’échec de la sélection, l’héroïsme du geste créateur (en somme, un nouveau Rouget de Lisle délivrant son chant de paix) à l’exception de circonstances – assurément plutôt de temps de crises que de paix si l’on en juge par les précédents que semble vouloir suggérer le rapport. Pour que surgisse l’heureux élu, l’Hymne de la Paix, la routine d’écriture, la maîtrise du code ou la compétence musicale ne peuvent y satisfaire. Non plus qu’une mise en compétition, tant aucune forme procédurale ne saurait offrir la certitude de son acquisition. Ces choses-là, ni ne s’obtiennent par exercice d’école, ni ne se mesurent par évaluation. Elles proviennent d’un ailleurs qui ne se révèle qu’aux états de crise – la fièvre de Rouget de l’Isle, l’exaltation du génie, etc. –, dans la foudre ou l’éclair. Et sont livrées clé en main. Bref, une magie de « l’inspiration ». L’heureux élu se conçoit dans la matrice de l’incertain, et naît de « l’enthousiasme ».

33Un siècle plus tard environ, pour se doter d’un hymne officiel, l’Europe conjurerait l’incertitude du concours et l’aléatoire des circonstances en se tournant vers une œuvre « représentative du génie de l’Europe ». Le recours à Beethoven et à l’Hymne à la joie (sans paroles) permettait-il d’évacuer tout problème de congruence stylistique ? Héroïsation toujours, de la geste hymnique ?

Haut de page

Notes

1  Radius, René, Rapport de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe sur un hymne européen, Conseil de l’Europe, 10 juin 1971, p. 3 (disponible sur : http://info.coe.int/archives/hymn/fdefault.asp).

2  Qui sera définitivement adopté et officialisé comme Hymne de l’Europe en janvier 1972, Cf. Buch, E., La Neuvième de Beethoven. Une histoire politique, Paris, Gallimard, 1999, pp. 254-279.

3  Qui avait été l’une des solutions envisagées : « La deuxième suggestion, longtemps en discussion, était celle d’organiser un grand concours européen, ouvert à tous les talents contemporains. Mais alors : quelle composition pour le jury ? Quels critères appliquer ? N’allait-on pas déclencher de nouvelles passions nationalistes, éveiller de nouvelles rancunes », Larcher, Aloïs, Le drapeau de l’Europe et l’hymne européen. La genèse de deux symboles, Conseil de l’Europe, septembre 1995, p. 21. (disponible sur : http://info.coe.int/archives/hist/flag/default.asp).

4  La formule désignera un certain niveau de conditionnement (dispositions coutumières, orientations ou contraintes diverses) dirigeant la mise en œuvre - de la confection formelle voire stylistique aux formes d’utilisation – et partant, la « disponibilité culturelle » de formats à Commun idéal (cf. note 5). Par exemple : le format dit communément La Marseillaise est, en France, conditionné par un service catégoriel qui le désigne et protège comme Hymne national.

5  On entendra par « entité de Commun idéal » une valeur ou un principe (dieu, nation, patrie, paix, liberté, démocratie, etc.) posé dans le programme d’exigences et de finalités d’un collectif ou d’un groupe (religieux, politique, social, etc.) comme supérieur commun, c’est-à-dire, qui doit s’imposer à tous, servir de référence aux actions assignant le collectif en tant que tel. Et idéalement, le « coaguler » en unitaire.

6  Un relevé pour l’Europe dans, Grocholski, Ian, Une histoire de L’Europe à travers ses chants nationaux. Origine et histoire des chants nationaux d’Europe, des Etats-Unis d’Amérique et de Russie, Paris, Edilivre, 2007.

7  « Nous », injonctions à la 1ère personne du pluriel (« marchons ! ») et toutes formes linguistiques idéalisant le collectif en unitaire constituent par eux-mêmes un processus d’exclusion, en présupposant ou désignant un tiers, témoin et menace potentielle.

8  Comme espace de l’éloge et du blâme, de la célébration et du reproche ; cf. Dominicy, Marc, Frédéric, Madeleine, La mise en scène des valeurs. La rhétorique de l’éloge et du blâme, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 2001.

9  L’ensemble de nos citations, sauf indications contraires, proviennent de : Comettant, Oscar, La musique, les musiciens et les instruments de musique chez les différents peuples du monde […] Archives complètes de tous les documents qui se rattachent à l’Exposition internationale de 1867, Paris, Michel Lévy, 1869. Musicographe, compositeur (1819-1898), Oscar Comettant sera également critique musical du Siècle. L’ouvrage cité reprend la plupart des chroniques qu’assurait l’auteur au Ménestrel durant l’exposition.

10  Comettant, Oscar, op. cit., 1869, p. 21.

11  International, il fluctuera dans sa formation. Il comprendra des hommes de lettres et des compositeurs comme Giovacchino Rossini (président d’honneur), Esprit Auber (président), Hammerick, Théodore de Banville, Jules Barbier, Hector Berlioz, Michel Carafa, Jules Cohen, Félicien David, Soriano Fuertes, Eugène Gautier, Théophile Gautier, François-Auguste Gevaert, Charles Gounod, Edouard Hanslick, Georges Kastner, Général de Mellinet, Prince Poniatowski, Henri Réber, Henri Vernoy de Saint-Georges, Giuseppe Verdi. Le secrétaire général en sera Ernest L’Epine.

12  Le prix de composition de la Cantate de l’Exposition reviendra à Camille Saint-Saëns, sur le texte primé Les noces de Prométhée de Romain Cornut.

13  Comettant, Oscar, op. cit., 1869, p. 25.

14  Ibid., p. 40.

15  Maillard, Georges, « Hier – Aujourd’hui – Demain », Le Figaro, 13 mai 1867, p. 1.

16  L’Epine, Ernest, Le Ménestrel, 26, 26 mai 1867, pp. 201-202.

17  Comettant, Oscar, op. cit., 1869, p. 47.

18  Ibid., p. 47.

19  Journal Le Ménestrel, 8 septembre 1867, p. 323.

20  Comettant, Oscar, op. cit., 1869, p. 45.

21  Une initiative privée précédente pour retrouver un « chant national » autre que, précisément, la Marseillaise : celle de La Revue et Gazette musicale de 1838 ; le concours sera un échec ; cf. Robert, Frédéric, La Marseillaise, Paris, Imprimerie nationale, 1989, p. 70.

22  Imbert, Eugène, « Le premier concours de La Chanson », La Chanson, 8, 16 novembre 1878, p. 90.

23  Ibid., p. 90.

24  Le format Partant pour la Syrie (une romance). On l’a évoqué, la Marseillaise était un chant officiellement interdit ; cf. Vovelle, Michel, « La Marseillaise. La guerre ou la paix », Nora, Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997, t.1, pp. 107-152. La question d’un hymne national stylistiquement congruent mis au concours sera agitée l’année suivante (1868) : « Entre La Marseillaise dont on ne trouve pas que le moment soit venu, et Le Beau Dunois dont on s’aperçoit que l’heure passe, nous attendrons », écrira Pierre Varron dans Le Siècle du 21 octobre 1868.

25  Cf. Cheyronnaud, Jacques, Instructions pour un Recueil général de poésies populaires de la France (1852-1857), Paris, Editions du CTHS, 1997.

26  En tant que support engagé dans des épreuves d’identité d’un collectif quel qu’il soit, tout format (chanson, cantique, etc.) peut bénéficier d’égards particuliers, centrés, de la part de ce collectif qui le réserve à son équipement emblématique ; on le dira en position hymnique.

27  Maillard, Georges, Art. cit., mai 1867, p. 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Cheyronnaud, « Introuvable « Hymne de la paix » », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://amnis.revues.org/1330 ; DOI : 10.4000/amnis.1330

Haut de page

Auteur

Jacques Cheyronnaud

CNRS – EHESS, Centre Norbert Elias, France, Jacques.cheyronnaud@univmed.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org