Navigation – Plan du site

La guerre en Afghanistan : portée, forces et faiblesses du concept de culture de guerre appliqué aux guerres modernes

Aycha Fleury

Résumés

L'objectif de cet article est d’analyser la portée, les forces et les faiblesses du concept de « culture de guerre » appliqué à la guerre en Afghanistan. La théorie constructiviste, utilisée en sciences sociales, permet de comprendre les constructions sociales que sous-tend une culture de guerre ainsi que les quatre dimensions autour desquelles elle s’articule : violence, haine, consentement à la guerre et ferveur religieuse. La guerre en Afghanistan est un nouveau type d'affrontement, symptomatique des changements qui surviennent dans les stratégies de maintien de la paix. Le concept de culture de guerre permet de comprendre certains aspects bien spécifiques des problèmes qui entourent ces nouvelles guerres. Le conflit en Afghanistan nous montre cependant les limites de cette approche, notamment le manque d’un facteur « temporel » et l'absence de prise en considération de la construction historique de la guerre. Le concept de culture de guerre ne permet donc pas de comprendre et d'analyser toute la complexité d’un conflit comme celui qui se déroule en Afghanistan, mais il permet de faire émerger de nouvelles perspectives et remet en question certains faits tenus pour acquis.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La guerre en Afghanistan diffère des guerres conventionnelles. Elle n’est pas, en effet, une guerre au sens où on l’entendait au siècle dernier puisqu’elle fonctionne essentiellement sous un mandat délivré par la communauté internationale, afin d'aider le gouvernement afghan à reconstruire et stabiliser l’État. Le consentement à la guerre repose avant tout sur cette notion de mission de paix, raison pour laquelle les principales critiques sont formulées par tous ceux qui estiment que les véritables intérêts des pays engagés dans le conflit en Afghanistan sont essentiellement d'ordre géopolitique (accès au pétrole…), ce qui dès lors convertirait cet affrontement en une vraie guerre. La réalité du conflit en Afghanistan est cependant beaucoup plus complexe. Ce n’est pas seulement une guerre ayant pour objectif le contrôle de certaines ressources naturelles, mais certainement pas non plus et uniquement une mission de paix. Elle s’inscrit dans le combat plus large de la guerre contre le terrorisme, menée par les États-Unis et soutenue par plusieurs autres pays occidentaux. Elle est également révélatrice d'une évolution dans le type d’opérations de paix menées à l’étranger, différentes par leur mandat et par l’importance des forces militaires qui y sont déployées.

2Sans prétendre saisir toute la complexité de ce nouveau type de missions, cet article tente de dégager des éléments souvent oubliés de la guerre en Afghanistan. Outre ses objectifs politiques et économiques, elle est aussi une guerre culturelle qui se joue en territoire afghan, mais aussi sur le sol des pays contributeurs à la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS), qui agit sous le commandement de l’OTAN. La division qui se construit socialement et culturellement entre le monde musulman et l’Occident précède les évènements du 11 septembre. Cependant, ils nous servent de point de référence parce qu’ils ont catalysé l’attention du public et de la communauté internationale sur le terrorisme de certains groupes islamistes et parce qu’ils ont grandement contribué à créer un imaginaire collectif de l’ennemi. Cette étude se concentre sur la culture de guerre telle qu’elle se vit en Afghanistan et telle qu’elle est vécue dans les sociétés nord-américaines. Il y sera donc traité principalement de l’opération Liberté immuable menée par les États-Unis et du travail de la communauté internationale à travers la FIAS.  

3L'article est divisé en trois parties. La première définie le concept de culture de guerre tel qu’il a été employé par les sciences sociales en général. La deuxième partie examine le cas particulier de la guerre en Afghanistan en utilisant les quatre dimensions de la culture de guerre, soit la violence, la haine, le consentement et l’idée de sauvegarde de la civilisation. La dernière partie examine les limites du concept de culture de guerre pour comprendre les guerres contemporaines.

CULTURE DE GUERRE ET SCIENCES SOCIALES

  • 1 Rousseau, Frédéric, Guerres, paix et sociétés 1911-1946, Neuilly, Atlande, 2004, p. 668.
  • 2  Ibid., p. 670.
  • 3  Audoin-Rouzeau, Stéphane, Annette Becker, 14-18, retrouvez la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 1 (...)
  • 4  Rousseau, Frédéric, op. cit., p. 669.

4Le concept de culture de guerre apparaît pour la première fois dans les recherches de Pierre Renouvin sur l’opinion publique et son rôle dans les relations internationales1. Cependant, c’est à travers les travaux de Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker sur la Grande Guerre que le concept est développé et définit. La culture de guerre devient alors « la manière dont les contemporains se sont représentés et ont représenté le conflit »2 et, plus précisément, elle est un « corpus de représentations du conflit cristallisé en un véritable système donnant à la guerre sa signification profonde »3. La violence de la guerre ne s’explique plus par l’adhésion, le consensus ou le consentement des Français, mais bien par la culture même des combattants, par la manière dont ils se représentent la guerre4.

  • 5  Barnett, Michael, « Social Constructivism », Baylis, John, The Globalization of World Politics: An (...)
  • 6  « the need to understand how individuals give significance and meaning to their actions ». Ibid., (...)
  • 7  Becker, Annette (entretien avec.), Culture(s) de guerre : Entretien avec Annette Becker, 2007, sur (...)
  • 8  « Our mental maps are shaped by collectively held ideas such as knowledge, symbols, languages and (...)
  • 9  Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., p. 32.

5La culture de guerre s’inscrit dans un nouveau courant théorique des sciences sociales qui débute à la fin des années 1980 avec l’apparition de théories comme le constructivisme qui critiquent les théories dominantes du temps de la Guerre froide. Ces nouvelles théories rejettent l’idée d’un monde qui existe indépendamment de l’être humain. Dans la théorie constructiviste par exemple, l’accent est mis sur le rôle de l’identité, des normes et des relations entre agents et structure5. Son épistémologie est basée sur le besoin de comprendre comment les individus donnent «  signification et sens à leurs actions »6. Ce processus se définit à travers l’identité, qui n’est pas fixe et déterminée, mais au contraire intersubjective, s’inscrivant dans un contexte social, politique et historique particulier. En appliquant ces nouveaux postulats au contexte de la guerre, la culture de guerre permet de comprendre « la façon dont chacun a […] perçu, intériorisé, réfracté les nouveautés exceptionnelles de la guerre »7. Les idées ne sont plus seulement des croyances mentales, mais surtout des faits sociaux, des « idées soutenues collectivement », issus de repères mentaux comme « le savoir, les symboles, le langage et les règles »8. Bref, les pratiques de la violence guerrière ne sont pas seulement le fait de soldats, mais aussi « des sociétés entières, avec leurs possibilités techniques, démographiques, économiques »9.

  • 10  Becker, Annette, op. cit.
  • 11  Hopf, Ted, « The Promises of Constructivism in International Relations », International Security, (...)
  • 12  Lynn, John, De la guerre : Une histoire du combat des origines à nos jours, Paris, Tallandier, 200 (...)
  • 13  Ibid., p. 25. Tiré de Keegan, John, A History of Warfare, Londres, Pimlico, 1993, p. 12.

6L’être humain n’est donc plus seulement la victime ou l’esclave de la structure sociale, il en devient le principal acteur, celui qui la construit, lui donne un sens et lui permet de se développer et d’exister. On cherche à redonner à l’être humain ce qui lui revient, le destin de la guerre et de la paix. Comme l’écrit Becker, les combattants de la Grande Guerre se sont battus « pas parce qu’ils étaient contraints par la force, mais davantage convaincus par leur éducation, leur patriotisme, l’amour des leurs, la haine de l’autre […] »10. L’identité est donc construite socialement11, ce qui explique que les soldats en guerre conçoivent, perçoivent et comprennent les choses « selon leur époque, leur origine et leur culture »12. La guerre est donc « l’expression d’une culture », toujours génératrice « de nouvelles formes de cultures » et ce, « jusqu’à même devenir […] l’incarnation de la culture elle-même »13.

  • 14  Rousseau, Frédéric, op. cit., p. 670 ; Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., pp. 136 à 168.

7Cette culture de guerre se définit par quatre dimensions : la violence, la haine, le consentement à la guerre et l’idée de la sauvegarde de la civilisation14. Même en l’absence de recul historique, le concept de culture de guerre et ses quatre dimensions permettent de comprendre les conflits contemporains, dont l’un des plus importants est sans doute la guerre en Afghanistan.

CULTURE DE GUERRE ET GUERRE EN AFGHANISTAN : PORTÉE ET FORCES DU CONCEPT

Dans le passé et le présent

  • 15  Conseil de sécurité, NU, Résolution 1386, S/RES/1386, 20 décembre 2001 (4443e séance)
  • 16  Conseil de sécurité, NU, Résolution 1402, S/RES/1402, 30 mars 2002 (4503e séance)
  • 17  Schmitz, Gerald, Politique canadienne à l’égard de l’Afghanistan – 2011 et au-delà : enjeux, persp (...)

8L’Afghanistan est le siège, depuis 2001, d’une opération militaire conjointe entre l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) pour aider le pays à se remettre sur pied. La mission commence avec l’opération Liberté immuable, mise en place par les États-Unis suite aux attentats du 11 septembre, qui, avec l’aide de certains États alliés, va renverser le régime des Talibans. Le conflit en Afghanistan évolue ensuite vers une mission plus complexe, travail conjoint de la FIAS15, dirigée par l’OTAN, de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA)16, dirigée par l’ONU, et de l’Autorité de transition afghane. Pour certains pays dont le Canada, l’Afghanistan représente le plus grand déploiement de forces et d’aide humanitaire depuis des décennies17. Cependant, l’enlisement du conflit et sa baisse de popularité dans l’opinion publique a provoqué le retrait d'une partie des troupes, retrait qui devrait se poursuivre en 2011. Le futur de la mission est donc plus que jamais nébuleux. Plusieurs pays, dont le Canada, ont modifié leur mandat, passant d’une mission de paix armée à une mission civile de développement et d’aide humanitaire, tout en présumant que les forces policières et armées de l’État sauront assurer la stabilité du pays dans un avenir proche.

  • 18  Pour une liste exhaustive des opérations de paix des Nations Unies terminées et en cours, consulte (...)
  • 19  Lynn, John, op. cit., p. 491.
  • 20  Ibid., p. 501.

9Le contexte dans lequel se déroule l'affrontement en Afghanistan est donc différent de celui de la Grande Guerre, principal objet d’étude des spécialistes de la culture de guerre. En effet, après la Deuxième guerre mondiale, les États ont créé l’ONU et ont par la suite déployés les premières opérations de maintien de la paix18 pour gérer les conflits entre États. Par la suite,  la communauté internationale a dû changer d’approche pour faire face au problème de plus en plus important des guerres internes. Des opérations telles que celles déployées en Afghanistan s’inscrivent dans ce nouveau type d’approche. Elles sont davantage des missions d’imposition de la paix et sont caractérisées par la coordination d’activités militaires et civiles. Le nouveau discours sur la guerre est un discours sur la « guerre souhaitable », celle qui comporte une stratégie de sortie et qui est « non pas celle qu’il faut mener mais celle que nous sommes assurés de pouvoir finir au moment prévu »19. Ce sont des guerres pour la paix, que l'on ne veut pas qualifier de « guerre » (ce sont des missions) et il y a donc un refus « d’incorporer ce type de violence particulier dans tout discours permanent sur la guerre »20. Dans ces nouvelles cultures de la guerre qui se développent, les quatre dimensions explorées par Audoin-Rouzeau et Becker dans leur analyse de la Grande Guerre prennent une nouvelle signification.

Première dimension : violence

  • 21  Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., p. 57.
  • 22  Ibid.,p. 201.

10Selon Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, la culture de guerre en Europe au début de la Première guerre mondiale a fait passer la société européenne « d’une société moderne à une société guerrière et destructrice »21. La violence destructrice de la guerre peut s’expliquer par l’aspect culturel de celle-ci. Une guerre entre cultures, que ce soit les Français contre les Allemands ou les Occidentaux contre les Musulmans, « offre les munitions de la violence » puisqu’elle est à la base même de ce qui constitue la culture de guerre22.

  • 23  Lynn, John, op. cit., p. 32.

11Cependant, la guerre en Afghanistan n’est pas en premier lieu définie comme un affrontement entre différentes cultures, mais comme une mission de paix et le discours sur lequel elle repose est différent du traditionnel discours sur la guerre. Elle construit donc un cadre d’attentes et de valeurs qui se veulent très différentes, tout en usant des mêmes pratiques effectives de combat. Il en résulte donc un problème de définition des identités à l’intérieur du conflit. Les militaires qui ont suivi une formation militaire se reconnaissent comme militaires Ils vont donc s’identifier en premier lieu à des objectifs de guerre alors même que la description de leurs tâches en Afghanistan s’éloigne des activités guerrières pour se concentrer sur la reconstruction et la stabilité. Il y a donc un « renoncement aux conventions habituelles du conflit armé », et donc la possibilité d’une « guerre plus extrême » et violente23 parce que moins encadrée.

  • 24  Baranowska, Carmela, Taliban Country, 2004, http://www.archive.org/details/Taliban.
  • 25  Kolhatkar, Sonali, James Ingalls, Bleeding Afghanistan: Washington, Warlords, and the Propaganda o (...)
  • 26  Ibid.,p. 53-54. Tiré de Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, « (...)

12La violence en Afghanistan est d’autant plus dangereuse qu’elle s’inscrit souvent en dehors du cadre du combat. Dans son documentaire Le pays taliban, Carmela Baranowska rapporte quelques-uns de ces déchaînements de violence de soldats américains à l'encontre d’hommes et d’enfants afghans24. Ces violences ne sont certainement pas limitées aux Américains, mais le fait qu’ils représentent une des principales puissances mondiales contribue largement à la création d’une culture de guerre spécifique. Plusieurs rapports parlent déjà d’abus physiques, de torture, d’humiliations sexuelles et d’autres mauvais traitements infligés à des Afghans25. Outre la violence physique directe, les technologies militaires permettent maintenant aussi des formes de violence qui dureront dans le temps et dans l’espace. En Afghanistan, les États-Unis ont lancé plus de 1 000 bombes à fragmentation dans la période située entre octobre 2001 et mars 2002, un laps de temps très court.  Comme les mines antipersonnelles, ces bombes sont connues pour ne pas exploser lors de leur impact au sol, continuant de tuer des civils bien après la fin des combats. Entre octobre 2001 et Juin 2002, elles ont tué 44% de leurs victimes, contre 21% pour les mines26, et l’ONU a dû mettre sur pied une équipe chargée de les récupérer.

  • 27  Besnard, Véronique, Mise en images du conflit afghan : Rôles et utilisation de la photographie dan (...)

13Pourtant, le confit en Afghanistan tel qu'on le représente dans les photographies de presse renvoie à une guerre propre. Les blessés, les morts ou les actions des soldats occidentaux en Afghanistan sont rarement visibles. Les photographies ne sont pas replacées dans leur contexte et l'on fait en sorte que les militaires, surtout américains, « restent […] à l’écart de toute violence commise »27. Comme ce fût le cas lors de la Grande Guerre, on refuse de concevoir le conflit dans ce qu’il a de violent et de barbare.

Deuxième dimension : haine

  • 28  Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., p. 145.
  • 29  Ibid., p. 670.

14La culture de guerre est « indissociable d’une spectaculaire prégnance de la haine à l’égard de l’adversaire »28. L’ennemi contre lequel cette haine est dirigée est déterminé par le contexte précis dans lequel se déroule l'affrontement et il est avant tout une construction sociale et culturelle. Selon le concept de culture de guerre, cette haine  n’est donc pas le résultat de la propagande, mais elle émane de la population elle-même29 et elle s’accompagne inévitablement d’une forme de déshumanisation. Dans le cas de la guerre en Afghanistan, la haine est le résultat d’un processus historique de création de « l’ennemi musulman », qui culmine le 11 septembre 2001 avec les attentats du World Trade Center. On se bat contre le terrorisme, dont l’une des figures marquantes est celle d’Oussama ben Laden et du régime taliban qui le soutient. La haine est donc présente des deux côtés, dans le discours et les actions des Talibans et dans le comportement et le discours occidental.

  • 30  En mai 2006, un camion de l’armée américaine est impliqué dans un accident de circulation au nord (...)
  • 31  Giustozzi, Antonio, op. cit.
  • 32  Ibid., p. 190.

15Contrairement à la Grande Guerre, les militaires déployés en Afghanistan rencontrent plus souvent des civils que des combattants et la haine qu’ils manifestent à l’encontre des Talibans, additionnée à leur incapacité à les éliminer, se transpose dans des actions mobilisant des moyens considérables, dont la population civile est la principale victime. Le problème est exacerbé par le fait que les militaires sont très peu formés pour effectuer des tâches qui relèvent, en temps normal, de la police, comme les interrogatoires et les perquisitions. Cette violence découle d’une culture de guerre américaine bien ancrée, centrée sur l’ennemi musulman, lequel est constamment déshumanisé depuis plus d’une décennie. Il en résulte des pratiques violentes de la part des militaires américains et un mécontentement profond dans plusieurs régions de l’Afghanistan, généré par les fouilles non autorisées dans les maisons, les détentions et les personnes tuées arbitrairement. Combinée à certaines pratiques comme le pillage des récoltes, l’attitude des militaires américains a créé beaucoup de ressentiment dans la population, ce qui explique qu’un simple accident de la route à Kaboul en 2006 se transforme en émeute30. Ce ressentiment est si important que la Commission vérité et réconciliation en Afghanistan a gardé ses distances avec les Américains afin de ne pas remettre en question la crédibilité dont elle dispose auprès des populations31. Déjà en 2002, les mauvais traitements infligés par les militaires faisaient partie des trois critères alimentant le rejet des  Américains au sein de l’opinion publique afghane32.

Troisième dimension : consentement à la guerre

  • 33  Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., p. 13.
  • 34  Ibid., p. 671.

16Toute guerre implique une forme de consentement, sinon elle ne pourrait avoir lieu. Cependant, il est courant de présenter les soldats comme des victimes non consentantes, répondant à une attaque. Dans l’imaginaire collectif, il vaut mieux « être victime qu’agent de souffrance et de mort »33. Selon Audoin-Rouzeau et Becker, ce consentement à la guerre « prend sa source dans la profondeur du ‘patriotisme défensif’ »34, lequel est aujourd’hui dirigé contre le terrorisme en général et s’inscrit dans une dynamique culturelle précise, présentée comme découlant des attentats du 11 septembre.

  • 35  Kolhatkar, Sonali, op. cit., p. 59. Tiré de Gall, Carlotta, « In Afghanistan, Violence Stalls Rene (...)

17Le consentement de la guerre en Afghanistan se base sur le fait qu’elle est menée en accord avec deux mandats de l’ONU, lesquels précisent que le but de la mission est d’aider le gouvernement afghan à reconstruire et à stabiliser le pays. Sur le terrain, la réalité diffère quelque peu et apparaît des plus chaotiques. De fait, l’enchevêtrement des différentes missions (FIAS, MANUA et Liberté immuable jusqu’en 2006) rend la situation particulièrement complexe, sans compter les problèmes habituels découlant de la coordination entre les composantes civiles et militaires des multiples forces et organisations présentes sur le terrain. Comme pour les autres missions de l'ONU, il s'agit officiellement d'une opération défensive, destinée à rétablir la paix. Cependant, l'opacité règne et les rôles des uns et des autres demeurent flous. Les militaires sont chargés de tâches qui sortent de leurs compétences premières, afin de remettre en question l’idée selon laquelle leur principal objectif est de mener une guerre. Ce manque de définition des rôles génère des situations où l'on observe, par exemple, des militaires construisant des jardins pour enfants et des ONGs s’occupant du désarmement35.

  • 36  Coulon, Jocelyn, Michel Liégeois, Whatever Happened to Peacekeeping? The Future of a Tradition, Ca (...)
  • 37  Schmitz, Gerald, op. cit., p. 32.
  • 38  « insisted on saying that France is involved in a peace mission in that country ». Coulon, 2010, p (...)

18De ce point de vue, il est intéressant d'analyser la manière dont l’opinion publique canadienne perçoit les événements. Depuis la création des Casques Bleus par les Nations Unies sur recommandation de Lester B. Pearson, les Canadiens ont toujours défini leur identité militaire comme une identité pacifique. Pourtant, le Canada n’a pas hésité à entrer dans les guerres du Golfe et du Kosovo et il a, depuis plusieurs années, délaissé les missions de l’ONU pour se concentrer sur la guerre en Afghanistan. Cela n’a pas manqué de créer un malaise parmi les partis politiques et l'opinion publique en général, soucieuse de préserver l’image d'un pays présenté comme luttant pour le maintien de la paix dans le monde36. Cette « culture de guerre » très spécifique au Canada est l'une des raisons qui expliquent la difficulté pour l’opinion publique canadienne d’accepter la guerre en Afghanistan et de percevoir ce conflit comme une guerre traditionnelle dans laquelle on tue et on meurt. Le consentement à la guerre est donc plus fragile, car il repose sur l'image d'un conflit qui ne provoque que peu de victimes, soit une guerre propre, une mission de paix, que l'accroissement du budget militaire, les déploiements à grande échelle et les morts ne cessent de remettre en question. Pourtant, malgré les sondages qui montrent que la population canadienne est de moins en moins encline à supporter la guerre en Afghanistan37, il n’existe toujours pas de mouvement d’opposition fort. Il y a donc une forme de consentement à la guerre basée sur l’idée que l'affrontement en Afghanistan n’est pas une guerre géopolitique, mais un conflit pour la paix et les droits de la personne. Un phénomène identique se produit en France, où le Ministre de la défense, en 2008, peine à définir le rôle de son pays en Afghanistan, refusant d’utiliser les termes de ‘guerre’, ou de ‘contre-insurrection’ et « insistant sur le fait que la France est impliquée dans une mission de paix »38.

Quatrième dimension : ferveur religieuse ou « sauvons la civilisation »

  • 39  Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., p. 191.
  • 40  Cardini, Franco, La culture de la guerre : Xe – XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1982, p. 34.
  • 41  « response to attacks on our territory, our citizens, and our way of life », « to protect our coun (...)
  • 42  Kolhatkar, Sonali, op. cit., p. 31.
  • 43  Ibid., p. XVII.

19On ne peut consentir à la guerre si, au départ, on ne croit pas au but ultime vers lequel celle-ci tend. Dans chaque guerre, il y a cette idée que nos actions sont justes, que l'on combat « pour le droit et la civilisation »39. Ainsi, les croisades religieuses se voulaient déjà des « ‘anti-guerres’, des combats contre le mal et le péché »40. De nos jours, les arguments sont identiques. La guerre en Afghanistan est, selon l’ancien président des États-Unis George W. Bush, une « réponse aux attaques sur notre territoire, contre nos citoyens et notre mode de vie » et elle a donc pour but de « protéger notre pays, nos bonnes familles américaines »41. En revanche, contrairement aux grandes guerres, les États-Unis ne sont pas sous attaque; ils font une guerre préemptive, répondant à une menace directe parce qu’il est évident que d’autres attaques suivront42. Comme au cours de la Grande Guerre toutefois, cette attitude défensive ne prend absolument pas en compte le passé du conflit. L’usage, par exemple, du terme « État failli » lorsque l'on aborde la question afghane focalise l'attention sur les problèmes locaux, mais ne prend absolument pas en compte le rôle historique des autres pays dans la faillite de l’État en Afghanistan43.

  • 44  « we wage war to save civilization itself », Ibid., p. 223. Tiré de White House Office of the Pres (...)
  • 45  « villages like Chowkar-karez, Kama Ado, or Mudoh were sacrified for a good cause » ; « our invasi (...)
  • 46  Besnard, Véronique, op. cit., p. 131.
  • 47  Ibid., p. 36.
  • 48  Lynn, John, op. cit., p. 457. L’auteur réfère au texte en ligne du message de Ben Laden, http://ww (...)

20La guerre dans ce pays devient donc « une guerre pour sauver le monde civilisé lui-même »44 et les destructions qu’elle occasionne sont des « sacrifices pour une bonne cause »45. La civilisation est attaquée par un ennemi commun à tous les pays civilisés. Cet ennemi, on l'a vu, prend forme dans la culture de guerre et sa représentation, entre autres, émerge dans les photographies que diffuse la presse sur la guerre en Afghanistan. Time et Newsweek, par exemple, participent ainsi au processus de « diabolisation du terroriste »46 en publiant des clichés où ce dernier apparaît comme le symbole de ce « que doit combattre l’Amérique »47. Par ailleurs, le discours sur la guerre en Afghanistan n’est pas exempt d’un discours religieux. Quand Bush affirme, le 16 septembre 2001, que la guerre contre le terrorisme s’apparente à une « croisade », il donne à ce conflit une dimension religieuse et alimente les accusations selon lesquelles il se lance dans une « nouvelle croisade judéo-chrétienne »48.

Dans l’avenir

  • 49  Moreau, Ron, « Shell Shocked », Newsweek, 06 décembre 2010, http://www.newsweek.com/2010/12/06/do- (...)
  • 50  Nichols, Mike, « Study Shows Very High Rate of PTSD Among Veterans », Anxiety, Panic, & Health, 20 (...)
  • 51  Moreau, Ron, op. cit.

21Les traumatismes de la Grande Guerre se sont longtemps fait ressentir. Le conflit en Afghanistan est beaucoup moins global et son impact sera sûrement différent des guerres mondiales, mais l’avenir n’en sera pas pour autant plus facile. Le taux de suicide des militaires américains revenus de la guerre a doublé dans la dernière décennie et le nombre de personnes revenant d’Afghanistan et d’Irak avec un trouble de stress post-traumatique (TSPT) augmente continuellement49. Parmi les 40% de militaires souffrant de désordres mentaux consécutifs à ce conflit, 22% sont atteints de TSPT, et on ne fait référence ici qu'à ceux dont la maladie a été diagnostiquée, puisque ce type de trouble peut se manifester bien des années après la fin du service militaire50. Le TSPT est aussi présent chez les combattants et les civils afghans, qui doivent s’exiler au Pakistan pour recevoir des soins51. Ces traumatismes touchent de nombreuses familles et des sociétés entières. En ce sens, ils s'inscrivent dans une certaine forme de culture de guerre, qui se développe à l’intérieur du pays. Quant au futur de la guerre contre le terrorisme, il est fort possible qu’elle soit sans fin. Le terrorisme n’est pas, en soi, quelque chose que l'on élimine et surtout pas en déclenchant un conflit.

CULTURE DE GUERRE : LIMITES DU CONCEPT EN AFGHANISTAN 

La culture de guerre : Quelle place dans la culture ?

  • 52  Rousseau, Frédéric, op. cit., p. 672.

22La première faiblesse du concept de culture de guerre réside dans l’absence de définition de l'espace qu'elle occupe au sein de la culture en général. En effet, la culture de guerre repose sur l’idée que la guerre est inscrite dans une temporalité, dans l’évolution des sociétés52. Le déclenchement des hostilités contre le régime Taliban en Afghanistan est donc soutenu par les cultures de guerre des différents belligérants, résultat d’une évolution spécifique des sociétés. Mais quelle place cette culture de guerre occupait-elle dans nos sociétés avant la guerre contre le terrorisme ? La culture de guerre est-elle un état culturel latent, menaçant de ressurgir lorsque se produit une crise ?

  • 53  Ibid.
  • 54  Becker, Annette, op. cit. Nous soulignons.

23Malgré les efforts des auteurs pour donner aux études sur la culture de guerre une perspective historique, cette culture de guerre semble se « cristalliser » au début d'un affrontement53. C’est d’ailleurs ce qui ressort de la définition d’Annette Becker, qui limite le concept « aux représentations des millions de belligérants engouffrés dans le conflit »54. Chaque société porte en elle un certain potentiel de guerre, le conflit étant inhérent à la vie en société. Comment peut-on reconnaître les éléments articulant une culture de guerre ? Il est facile d’identifier les dimensions conflictuelles d’une culture (par exemple le racisme), mais il est particulièrement complexe de distinguer avec précision les composantes d'une culture de guerre latente.

24De plus, le concept de culture de guerre évite de questionner réellement la nature de la violence des soldats pendant un conflit. La violence qui se produit lors d'un conflit n’est pas seulement issue de la culture, mais elle est aussi le résultat de l’état de stress et de la volonté de survie que l'on retrouve chez les soldats engagés sur le terrain. Aussi, s’il existe une culture de guerre porteuse de violence et de haine, il devrait aussi y avoir une culture de paix qui doit elle aussi inévitablement jouer un rôle en temps de guerre.

  • 55  Lynn, John, op. cit., p. 465.
  • 56  Rousseau, Frédéric, op. cit., p. 673.

25Il semble en réalité que la définition de culture utilisée par Audoin-Rouzeau et Becker ne prenne pas en compte le fait que la culture est avant tout un processus. Elle est fragmentée et à l’intérieur d’une même société, une action qui fait culturellement sens est souvent sujette à différentes interprétations. La manière dont la guerre est conçue et vécue par les militaires ne peut être identique à celle que mènent et perçoivent des politiciens ou des civils vivant à l'arrière. On peut toujours « reprocher aux militaires de vouloir entrer dans la bataille, mais on doit reprocher aux politiciens de les y inviter mal à propos »55. C'est la raison pour laquelle, inévitablement, on se doit de tenir compte du rôle que jouent la propagande et la politique dans le déclenchement, la continuité et la fin d’une guerre. La culture ne joue donc peut-être pas un rôle aussi déterminant dans le déclenchement d'une guerre, mais détermine plutôt les conditions dans lesquelles un conflit devient possible56.

Culture ou politique ?

  • 57  Voir le travail, par exemple, de Michel Freitag, Paul Ricoeur et de Cornelius Castoridadis
  • 58  Freitag, Michel, L’oubli de la société : Pour une théorie critique de la post-modernité, Québec, L (...)

26Les nouvelles théories des sciences sociales mettent l’accent sur la culture pour examiner des phénomènes comme la guerre. Ces nouvelles approches ont fait l’objet de plusieurs critiques. On leur reproche, entre autres, de tout vouloir ramener à la culture et, donc, de faire du relativisme culturel57. Les sciences sociales sont accusées de gérer la réalité et de ne plus porter un regard critique qui pourrait la remettre en question58. Selon ces nouvelles théories, la violence, la haine et la construction de l’ennemi pendant les combats trouvent leur origine dans la culture d'une société donnée. Cependant, même s’ils peuvent être déterminés par la culture, ces éléments sont-ils des éléments de la culture ? La violence et la haine, pour ne prendre que ces deux dimensions, sont sans doute déterminées culturellement, mais on ne peut comprendre comment elles se retrouvent au cœur d’un conflit particulier sans prendre en considération des éléments d'ordre politique et historique. La culture ne peut expliquer à elle seule le basculement d'une société dans la guerre. Ce n’est pas la culture qui a permis aux pays occidentaux d’obtenir les deux mandants de l’ONU et les milliers de militaires indispensables pour mener la guerre en Afghanistan.

27 La violence, la haine, le consentement et l’idée de sauver la civilisation prendront toujours forme dans la culture, mais le comment de leur « déploiement » en temps de guerre est aussi le résultat de l’acceptation d’un discours politique, géré par le pouvoir et qui répond à des attentes sociales précises. En ramenant tout à la culture, on justifie de plus en plus certaines actions, comme la mise en place de missions de paix chargées de faire la guerre, des actions qui répondent aux valeurs de ‘notre’ culture (comme la paix) et qui permettent au passage de ne pas aborder la question des enjeux réels de la guerre.

  • 59  Milgram, Stanley, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann-Lévy, 1994, 270 p.

28Il ne faut pas non plus minimiser le rôle de l’obéissance à l’autorité dans les sociétés occidentales et donc le rôle que peut jouer le gouvernement et la propagande dans le déclanchement d’une guerre. Les expériences de Milgram après la Deuxième Guerre mondiale, par exemple, démontrent que, pour obéir, les gens sont prêts à contrevenir à certaines valeurs sociales très ancrées culturellement59.  

CONCLUSION

29Les guerres sont humaines et comme l’être humain, elles évoluent avec leur milieu. Pour mieux gérer les conflits et les comprendre, il faut  pouvoir les situer dans leur un contexte culturel, social et politique. En analysant les guerres seulement sous l’angle des intérêts géopolitiques, on oublie que la guerre se vit par des êtres humains, qui cherchent à donner un sens à ce qu’ils font, sens qu’ils trouvent dans leur identité et dans la société.

30Le concept de culture de guerre permet de mieux analyser les éléments d'ordre social, issus de la population civile et des combattants, qui peuvent avoir une incidence dans le déclenchement et l'orientation d'un conflit. C’est un bon outil d’analyse pour saisir la guerre dans sa perspective sociale et culturelle, qui renforce les analyses géopolitiques. Les différents acteurs d’un conflit justifient rarement leur combat par une approche rationnelle. Ils font bien souvent appel à des croyances, des idées et des institutions sociales et culturelles précises, qu’ils ne cessent de renforcer et qui orientent leurs décisions et leurs stratégies. Il ne faut cependant pas oublier que la guerre est toujours une option et que le fait d’affirmer qu’il existe une culture de guerre dans un État ne peut justifier à lui seul le déclenchement d’un affrontement militaire. Outre la culture, le processus menant à la guerre s’inscrit dans un mouvement de la société, dans lequel s’imbrique pouvoir, questionnements éthiques, propagande, contexte historique et culture. Le concept de culture de guerre est donc un outil comportant certaines limites, mais utile pour comprendre les guerres de notre siècle.

Haut de page

Notes

1 Rousseau, Frédéric, Guerres, paix et sociétés 1911-1946, Neuilly, Atlande, 2004, p. 668.

2  Ibid., p. 670.

3  Audoin-Rouzeau, Stéphane, Annette Becker, 14-18, retrouvez la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 145.

4  Rousseau, Frédéric, op. cit., p. 669.

5  Barnett, Michael, « Social Constructivism », Baylis, John, The Globalization of World Politics: An Introduction to International Relations, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 258.

6  « the need to understand how individuals give significance and meaning to their actions ». Ibid., p. 261

7  Becker, Annette (entretien avec.), Culture(s) de guerre : Entretien avec Annette Becker, 2007, sur le Site d’histoire et de géographie de l’Académie de Lille, http://www4.ac-lille.fr/~heg/spip/IMG/html/spip.php?article411&archives=2009-10.

8  « Our mental maps are shaped by collectively held ideas such as knowledge, symbols, languages and rules », Barnett, Michael, op. cit., p. 258.

9  Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., p. 32.

10  Becker, Annette, op. cit.

11  Hopf, Ted, « The Promises of Constructivism in International Relations », International Security, vol. 23, n° 1, 1998, p. 177.

12  Lynn, John, De la guerre : Une histoire du combat des origines à nos jours, Paris, Tallandier, 2006, p. 23.

13  Ibid., p. 25. Tiré de Keegan, John, A History of Warfare, Londres, Pimlico, 1993, p. 12.

14  Rousseau, Frédéric, op. cit., p. 670 ; Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., pp. 136 à 168.

15  Conseil de sécurité, NU, Résolution 1386, S/RES/1386, 20 décembre 2001 (4443e séance)

16  Conseil de sécurité, NU, Résolution 1402, S/RES/1402, 30 mars 2002 (4503e séance)

17  Schmitz, Gerald, Politique canadienne à l’égard de l’Afghanistan – 2011 et au-delà : enjeux, perspectives et options, Bibliothèque du Parlement (Canada), Étude générale # 2010-26-Fra, 2010, p. i.

18  Pour une liste exhaustive des opérations de paix des Nations Unies terminées et en cours, consulter le site du Réseau francophone de recherche sur les opérations de paix (ROP), http://www.operationspaix.net/

19  Lynn, John, op. cit., p. 491.

20  Ibid., p. 501.

21  Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., p. 57.

22  Ibid.,p. 201.

23  Lynn, John, op. cit., p. 32.

24  Baranowska, Carmela, Taliban Country, 2004, http://www.archive.org/details/Taliban.

25  Kolhatkar, Sonali, James Ingalls, Bleeding Afghanistan: Washington, Warlords, and the Propaganda of Silence, New York, Seven Stories Press, 2006, p. 65.

26  Ibid.,p. 53-54. Tiré de Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, « Afghanistan: UN to clear coalition cluster bombs », 2 janvier 2002 ; Human Rights Watch Report, « Fatality Flawed: Cluster Bombs and Their Use by the United States in Afghanistan», vol. 14, no.7 (G), décembre 2002.

27  Besnard, Véronique, Mise en images du conflit afghan : Rôles et utilisation de la photographie dans la presse internationale, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 494.

28  Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., p. 145.

29  Ibid., p. 670.

30  En mai 2006, un camion de l’armée américaine est impliqué dans un accident de circulation au nord de Kaboul, qui a provoqué la mort d’au moins un civil, sans compter les blessés. L’évènement provoque des troubles et plus de 2000 manifestants défilent dans les rues de Kaboul. Voir article Tarzi, Armin, « Afghanistan: Kabul Riots Appeared Spontaneous », Radio Free Europe, 6 juin 2006, http://www.rferl.org/content/article/1068947.html ; Giustozzi, Antonio, Koran, Kalashnikov and Laptop: The Neo-Taliban Insurgency in Afghanistan, London, Hurst & Company, 2007, p. 164. À noter qu’un évènement semblable est survenu en 2010, après un accident de voiture – conduite par un Américain – ayant provoqué la mort de quatre civils à Kabul. Voir article Boone, Jon, « Rioting in Kabul after US ambassy car kills four civilians », The Guardian, 30 juillet 2010, http://www.guardian.co.uk/world/2010/jul/30/kabul-riots-us-embassy-crash

31  Giustozzi, Antonio, op. cit.

32  Ibid., p. 190.

33  Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., p. 13.

34  Ibid., p. 671.

35  Kolhatkar, Sonali, op. cit., p. 59. Tiré de Gall, Carlotta, « In Afghanistan, Violence Stalls Renewal Effort », New York Times, 26 avril 2003.

36  Coulon, Jocelyn, Michel Liégeois, Whatever Happened to Peacekeeping? The Future of a Tradition, Calgary, Canadien Defense & Foreign Affairs Institute, 2010, p. V.

37  Schmitz, Gerald, op. cit., p. 32.

38  « insisted on saying that France is involved in a peace mission in that country ». Coulon, 2010, p. 44.

39  Audoin-Rouzeau, Stéphane, op. cit., p. 191.

40  Cardini, Franco, La culture de la guerre : Xe – XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1982, p. 34.

41  « response to attacks on our territory, our citizens, and our way of life », « to protect our country, protect the good American families », Kolhatkar, Sonali, op. cit., p. 223.Tiré de Bush, George W., Letter to the Congress on American Response to Terrorism, Washington, Office of the Press Secretary, WhiteHorse.gov, 9 octobre 2001, http://avalon.law.yale.edu/sept11/president_040.asp.

42  Kolhatkar, Sonali, op. cit., p. 31.

43  Ibid., p. XVII.

44  « we wage war to save civilization itself », Ibid., p. 223. Tiré de White House Office of the Press Secretary, « President Discusses War on Terror in Address to the Nation», Atlanta, Georgia, World Congress Center, WhiteHouse.gov, 8 novembre, 2001, http://www.whitehouse.gov./news/releases/2001/11/20011108-13.html.  

45  « villages like Chowkar-karez, Kama Ado, or Mudoh were sacrified for a good cause » ; « our invasion of Afghanistan may end up saving one million lives over the next decade », Kolhatkar, Sonali, op. cit., p. 57. Tiré de Kristoff, Nicolas, « A Merciful War », New York Times, 1 février 2002 ; Hitchens, Christopher, « The End of the War », The Nation, 9 novembre 2004.

46  Besnard, Véronique, op. cit., p. 131.

47  Ibid., p. 36.

48  Lynn, John, op. cit., p. 457. L’auteur réfère au texte en ligne du message de Ben Laden, http://www.usatoday.com/news/nation/2001/09/24/binladen-text.htm.

49  Moreau, Ron, « Shell Shocked », Newsweek, 06 décembre 2010, http://www.newsweek.com/2010/12/06/do-the-taliban-get-ptsd.html ; Friedman, Matthew J., « Posttraumatic Stress Disorder Among Military Returnees From Afghanistan and Iraq », The American Journal of Psychiatry, 2006, pp. 586-593.

50  Nichols, Mike, « Study Shows Very High Rate of PTSD Among Veterans », Anxiety, Panic, & Health, 2009, http://anxietypanichealth.com/2009/07/21/study-shows-very-high-rate-of-ptsd-among-veterans/.

51  Moreau, Ron, op. cit.

52  Rousseau, Frédéric, op. cit., p. 672.

53  Ibid.

54  Becker, Annette, op. cit. Nous soulignons.

55  Lynn, John, op. cit., p. 465.

56  Rousseau, Frédéric, op. cit., p. 673.

57  Voir le travail, par exemple, de Michel Freitag, Paul Ricoeur et de Cornelius Castoridadis

58  Freitag, Michel, L’oubli de la société : Pour une théorie critique de la post-modernité, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2002, 437 p.

59  Milgram, Stanley, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann-Lévy, 1994, 270 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aycha Fleury, « La guerre en Afghanistan : portée, forces et faiblesses du concept de culture de guerre appliqué aux guerres modernes », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://amnis.revues.org/1363 ; DOI : 10.4000/amnis.1363

Haut de page

Auteur

Aycha Fleury

Université Saint-Paul, Canada, aycha.fleury@gmail.com

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org