Navigation – Plan du site

Des tranchées au NSDAP. Culture de guerre et politisation des députés nazis

Nicolas Patin

Résumés

Quel fut le facteur décisif dans l’engagement politique des nazis ? Dans la littérature concernant la Grande Guerre, le conflit est dépeint comme un facteur essentiel : il aurait été créateur d’une “culture de guerre” qui expliquerait en grande partie la mobilisation de beaucoup de nazis. L’analyse de la fraction nationale-socialiste du Reichstag entre 1919 et 1933 ne dément pas ce résultat : elle comptait 80% d’anciens-combattants. Cependant, les autres partis, eux aussi, rassemblaient une proportion énorme de vétérans. Il est possible d’isoler un certain nombre d’attributs spécifiques aux parlementaires nazis, qui, combinées entre eux et avec le poids de l’héritage guerrier, donne une vision plus complexe : si la fraction du NSDAP avait un monopole, ce n’était pas celui de l’expérience guerrière, mais bien de la jeunesse et de l’expérience du front. Ses députés avaient dix ans de moins que les autres parlementaires. Par ailleurs, elle comptait dans ses rangs une proportion plus élevée de militaires de carrière, ou de fils de militaires, ainsi qu’un nombre important d’hommes attachés au monde rural, que ce soit par leur naissance, la profession de leur père ou les études qu’ils choisirent. Tous ces critères permettent de relativiser le poids de la guerre pour établir des profils plus diversifiés d’engagement politique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme, la brutalisation des sociétés européennes, (...)
  • 2  Ibid, chapitre VI : « L’entreprise de banalisation ».

1 Depuis l’ouvrage fondateur de George L. Mosse1, la notion de « culture de guerre » a permis d’exhumer des conclusions enrichissantes sur le premier XXe siècle. À partir de l’analyse que faisait l’auteur américain du « mythe » de la Première Guerre mondiale et des conséquences de celui-ci sur les sociétés de l’après-guerre, s’est développée une littérature imposante. Relues deux décennies plus tard, les intuitions de Mosse semblent toujours d’actualité. On a parfois oublié que son ouvrage tenait de l’essai, s’articulant autour d’une histoire des représentations et du langage ; il ne concernait l’histoire sociale – voire l’histoire politique – que comme grand schème interprétatif. Le premier acquis de l’œuvre de Mosse, l’idée d’une banalisation2 (trivialisation) de la guerre, de la violence et de la mort, a été confirmé par une très riche historiographie.

  • 3  Mosse, George L., op. cit. Voir le chapitre qui porte ce titre, pp. 181-206.
  • 4  Prost, Antoine, « Les limites de la brutalisation », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 81, 20 (...)
  • 5  Mosse, George L., op. cit., p. 183.
  • 6  Bessel, Richard, Germany after the first world War, Oxford, Clarendon Press, 1993 ; et Bessel, Ric (...)
  • 7  Weisbrod, Bernd, « Violence et culture politique en Allemagne entre les deux guerres », Vingtième (...)

2 La seconde hypothèse de Mosse, celle d’une « brutalisation du champ politique allemand »3, a été plus malmenée4. En effet, ce concept qui postule une « persistance, après la paix, de comportements agressifs »5 avait une assise trop générale. Les études d’histoire sociale de Richard Bessel6, dans les années 1980, avaient déjà montré le lien très indirect entre les formes de violence de la guerre et celles de la République de Weimar. D’autres auteurs se sont employés à montrer l’acceptation de la violence sur le long terme, la guerre intervenant certes comme une rupture, mais peut-être moins décisive qu’on pouvait le croire de prime abord7. C’est d’Allemagne que sont venues les révisions les plus directes, visant à montrer l’importance, notamment, de l’analyse générationnelle dans la compréhension de la violence. Il n’en demeure pas moins que les acquis de la « culture de guerre » sont aujourd’hui solides : ils ont montré le lien qui unit 1914-1918 et 1939-1945 dans un même souffle.

  • 8  Mosse, George L., op. cit., p. 205.
  • 9  Ingrao, Christian, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Faya (...)
  • 10  Ibid, pp. 15, 40, 127...
  • 11  Becker, Jean-Jacques, Krumeich, Gerd, La Grande Guerre. Une histoire franco-allemande, Paris, Tall (...)
  • 12  Ce terme réapparait systématiquement dans le vocabulaire de la droite et de l’extrême-droite. Voir (...)
  • 13  L’idée que l’Allemagne a livré une guerre contre un nombre d’ennemis disproportionnés s’expriment (...)
  • 14  Ingrao, Christian, op. cit., p. 427.

3 Il a fallu un certain temps pour que ces hypothèses essaiment dans le champ déjà très structuré de l’étude du nazisme. La Guerre avait-elle eu un impact majeur dans la formation du parti nazi ? Mosse donnait déjà des pistes : pour lui, « Les forces de droite exprimaient la violence issue de la guerre », idée qu’il pondérait en précisant : « La guerre ne créa pas les forces auxquelles elle lâcha la bride mais elle leur donna une dynamique et un tranchant qui leur permit de vaincre »8. L’image du caporal Hitler, l’évidence même de la militarisation de la S.A. (Sturmabteilung), des uniformes, de la rhétorique des Frontsoldaten, tout cela menait à l’évidence : le NSDAP était bien fils de la Première Guerre, de sa violence, de son langage. Les dernières études prosopographiques sur le nazisme ne manquent pas de souligner l’effet matriciel de la Grande Guerre. L’ouvrage de Christian Ingrao, Croire et détruire, qui analyse le parcours de 80 intellectuels de la SS, responsables de crimes de guerre sur le front Est entre 1941 et 1945, débute sur cette phrase : « La première expérience commune aux membres du groupe qui nous occupe est la Première Guerre mondiale »9. C’est parce que la guerre et la défaite de 1918 ont nourri chez ces hommes « une angoisse eschatologique »10 de la disparition de l’Allemagne qu’ils ont été capables, vingt ans plus tard, de lutter sans merci contre des ennemis qu’ils pensaient en mesure d’annihiler leur patrie. Le cheminement est clair : de la peur de « l’encerclement »11 (Einkreizung) de l’avant-guerre est né le mythe de la « guerre de défense »12 (Verteidigungskrieg) pour une Allemagne entourée d’un « monde d’ennemi »13 (Welt von Feinden). De là l’angoisse. De là la nécessité d’une destruction complète des ennemis potentiels, vingt ans plus tard, et la conversion de l’angoisse en « espérance impériale »14.

  • 15  Wildt, Michael, Generation des Unbedingten. Das Führungskorps des Reichssicherheitshauptamtes, Ham (...)
  • 16  Une récente étude s’intéresse ainsi aux suicides durant la République. Le taux de suicide était ba (...)

4 Il n’y a pas à remettre en cause, dans leur ensemble, ces acquis. Cependant, et c’est l’objet de cet article, lorsqu’on s’intéresse à la politisation des membres du NSDAP, la guerre apparaît certes comme un objet central, mais agencé à d’autres facteurs qui ne le sont pas moins. Michael Wildt, dans sa prosopographie des membres du RSHA, souligne par exemple l’importance du traumatisme de l’inflation de 192315. C’est une piste fructueuse, tant on oublie souvent l’importance déterminante de la situation économique dans l’Allemagne de l’époque16. Étudier la politisation des députés du parti nazi apporte d’autres résultats.

  • 17  Tous les chiffres cités dans cet article sont tirés de la base de données BIORAB (www.zhsf.uni-koe (...)

5 Weimar était la première République allemande. Le Reichstag existait depuis la fondation du Reich, en 1871, mais l’extension du suffrage aux femmes et surtout les nouvelles attributions constitutionnelles le placèrent au centre du système républicain. Le NSDAP, en 1928, ne comptait que 12 députés (2,6%), même pas de quoi construire une fraction. Mais en 1930, ce sont 107 nazis qui s’assirent au Reichstag, en uniforme de la S.A. Ils furent 230 en juillet 1932, 196 en novembre de la même année. 28717 députés nazis prirent ainsi part à la destruction du système parlementaire. Quelle était la place de la guerre dans leur imaginaire politique ? Quelles étaient les logiques de leur politisation ? Une étude de ce corpus nous permet de montrer que l’expérience des tranchées, aussi répandue fut-elle, était accompagnée par d’autres éléments, essentiels pour comprendre les parcours de ces militants. Nous en isolerons trois : l’âge, la profession du père, la provenance géographique.

Génération du front

6 La fraction national-socialiste de 1930 comptait 80% de vétérans, les deux fractions de 1932 (juillet et novembre) 75%. Cela représente un pourcentage supérieur de plus de 15 points à la moyenne du Reichstag dans son ensemble. Le NSDAP était-il pour autant l’unique représentant de l’expérience de guerre ? Loin s’en faut.

7 Avant 1930, deux partis se disputaient cette prééminence : le DNVP, parti conservateur, très proche du Stahlhelm, l’association des anciens combattants de même tendance politique, durant les années 1924-1930, compte entre 55% et 65% de vétérans. Le Parti communiste (KPD), quant à lui, compte jusqu’à 60% de combattants, en 1924, avant que la jeunesse de ses cadres ne conduise sur les bancs du Reichstag une génération née trop tard pour avoir connu le front. Toutes les fractions, sauf les démocrates, accueillent à un moment ou à un autre de la République plus d’une moitié de vétérans en leur sein. C’est dire si cette expérience des tranchées est largement répandue – et revendiquée haut et fort par tous les partis au cours de débats houleux sur la légitimité combattante.

  • 18  Peukert, Detlev, La République de Weimar, Paris, Aubier, 1995, pp. 28-33.
  • 19  On retrouve ces deux générations par exemple chez les Kreisleiter du NSDAP du Wurttemberg : sur 64 (...)
  • 20  Weinrich, Arndt, « Zwischen Kontinuität und Kritik: Die Hitler-Jugend und die Generation der ‘Fron (...)

8 Ce qui constitue l’éclatante originalité de la fraction national-socialiste n’est donc pas sa participation à la guerre, mais l’âge de ses députés. L’âge médian d’un député au Reichstag était de 47 ans au moment de l’élection. Aucun parti politique ne déroge à ce rythme des carrières traditionnelles. Reste deux anomalies. La fraction communiste accuse un écart de quatorze ans avec les membres de droite conservatrice (51 ans) : les députés révolutionnaires entraient au Reichstag à l’âge de 37 ans. Face à eux, dans l’hémicycle, se dressait une fraction nazie âgée, elle, de 39 ans. Pour les partis centraux, certains députés étaient trop vieux pour avoir fait la guerre ; pour le KPD et le NSDAP, c’est la jeunesse des cadres qui provoquait cet effet. Si 80% des députés en chemise brune appartenait à la « génération du front » (Frontgeneration), les 20% restants à la « génération inutile du front »18, ces très jeunes hommes qui souvent s’engagèrent dans l’armée, mais ne connurent jamais le front, tel Heinrich Himmler19. Cet écart se retrouve au-delà des fractions : si les militants du SPD avaient en moyenne 46 ans en 1930, ceux du NSDAP en avaient 3020.

  • 21  Patin, Nicolas, « La guerre au Reichstag : la génération du front entre en politique ? », Parlemen (...)

9 Cette perspective générationnelle interdit une vision trop monolithique de la guerre comme catalyseur de la politisation. L’interprétation est pourtant tentante : là où 86% des futurs députés du SPD et du KPD étaient politisés avant la guerre, seules quelques poignées des députés nazis de la République de Weimar avaient une activité politique avant le conflit. Là où la guerre a radicalisé vers la gauche de manière très claire une partie des militants du milieu ouvrier d’avant-guerre, elle semble avoir « créé » une génération politique à l’extrême-droite. C’est du moins une partie des conclusions auxquelles j’étais arrivé dans un précédent article21. Cette interprétation est bien évidemment, dans ses grandes lignes, correcte, et montre le poids écrasant de la guerre dans la politisation des nazis. Mais elle néglige – ou plutôt survole – l’importance de l’âge et de la dynamique générationnelle dans la prise de position politique.

  • 22  Möller, Horst, La République de Weimar, Paris, Tallandier, 2005, p. 244.
  • 23  Solchany, Jean, L’Allemagne au XXe siècle, Paris, PUF, 2003, p. 103.

10 Le parti communiste et le parti nazi étaient les deux seuls partis à intégrer deux variables fondamentales : l’expérience de guerre et la jeunesse. Cet élément corrobore l’idée selon laquelle le « conflit structurant sous la République de Weimar est essentiellement un conflit de générations »22. Les partis traditionnels furent finalement peu remodelés par les événements politiques et sociaux des années 1918-1919, et restèrent donc les représentants de l’ancien système. Passées les quelques effusions de la fin de l’année 1918, où le vieux parti conservateur fusionna avec d’autres formations pour donner naissance au DNVP, où les libéraux échouèrent à s’unir et reconduire la vieille division entre nationaux et démocrates, le seul legs visible de la guerre était la division du monde ouvrier. Il y avait donc un fort profit politique, pour les partis extrêmes, à revendiquer le monopole du mouvement, de la vitesse – voire de la violence – tous ces traits qui signifiaient une possibilité d’accession symbolique et politique pour ces jeunes en butte aux « pouvoirs des vieillards »23. Les communistes insérèrent la violence de guerre dans une eschatologie révolutionnaire déjà très fonctionnelle, qui leur permettait, de plus, d’évacuer la question gênante de la participation massive de leurs militants à la guerre « impérialiste ». Le parti nazi, lui, n’avait plus qu’à marteler encore et encore sa tentative de captation de l’héritage combattant, sous la figure d’un officier jeune et courageux, un Frontkämpfer mythique qui montait à l’assaut du « système ».

  • 24  Ici il s’agit de tous les hommes qui étaient encore à l’école primaire (Volksschule), à l’école (S (...)
  • 25  Reichardt, Sven, « Die SA im ‘Nachkriegs-Krieg’ », Krumeich, Gerd, op. cit., p. 245.

11 L’argument de la jeunesse n’était d’ailleurs pas usurpé, dans un parti où la plupart des dirigeants – Hitler, Göring, Röhm – étaient des vétérans assez jeunes de la Première Guerre mondiale. Sur les 287 députés nazis de la République, 138 étaient encore en formation au début de la guerre24. Ce groupe était évidemment plus jeune que le reste de la fraction (année médiane de naissance en 1898 contre 1894 pour l’ensemble), et de manière assez logique, il comptait moins d’anciens combattants, puisqu’une grande partie appartenait à la « génération inutile du front » (64% de vétérans, contre 75% pour l’ensemble). Il n’est pas inutile de s’intéresser à la trajectoire postérieure des députés. Le cursus honorum des militants nazis est bien connu : démobilisés, un très grand nombre s’engagea dans les Corps Francs (Freikorps) et participa à la répression du mouvement révolutionnaire (Selbstschutz, Einwohnenwehr plus ou moins radicaux) ou à la défense des frontières rognées par les traités de paix (Grenzschutz), notamment en Pologne. Avec la liquidation des Freikorps, beaucoup passèrent dans le milieu völkisch, cette nébuleuse d’extrême droite où le NSDAP était loin d’avoir la prééminence ; par la suite, ils intégraient le parti nazi, en trois grandes vagues (1920-1921 pour les plus précoces, 1925 à la refondation du parti, et 1929, au moment des premiers succès électoraux). Les députés n’échappent pas à ce modèle, dans la mesure où 85 d’entre eux (30%) participèrent à ces Corps francs, contre 42% dans l’ensemble du corps dirigeant de la S.A25.

  • 26  Bundesarchiv Koblenz, Nachlass Hans Frank, N 1110/2, Zwei Tagebücher, 1918-1925 (1937, 1942), p. 1 (...)

12 C’est ici qu’une distinction s’impose : sur ces 85 députés, 67 étaient des anciens combattants. Mais 18 d’entre eux (21%) n’avaient pas fait la guerre. Pour eux, l’idéologie primait. L’exemple typique de cette embrasement partisan reste Hans Frank, jeune étudiant exalté, qui écrit dans son journal qu’il partageait alors « des jours et des heures terribles pour chaque vrai Allemand »26. Il s’engagea dans la répression des communistes en Bavière. Ce n’est pas ici la guerre en tant qu’expérience intérieure qui agit, mais bien ce que George Mosse appelle le « mythe » : fascination il y a, brutalisation pas le moins du monde.

Tradition familiale

  • 27  Litzmann, Karl, Lebenserinnerungen, Berlin, Verlag R. Eisenschmidt, 1927, Vol. 1, pp. 5-6.

13 La guerre est un événement collectif, mais elle intervient aussi pour certains dans un dispositif de filiation. Le Congrès de Vienne avait certes organisé une paix globale d’une longueur inédite en Europe, mais deux événements marquèrent profondément l’Allemagne : la guerre de libération de 1813, et la guerre franco-prussienne de 1870. Bon nombre de députés y font référence pour expliquer leur propre trajectoire postérieure. Karl Litzmann, combattant haut gradé de la Grande Guerre et adhérent au NSDAP, l’écrit dans ses mémoires : son grand-père a participé à la guerre de 1813-181527. Lui-même combat en 1870. La ville de Lodz en Pologne est devenue en son honneur Litzmannstadt pendant la Seconde Guerre. Les récits familiaux et de filiation sont bien évidemment des discours de légitimation : il n’en demeure pas moins que pour les acteurs, ils recouvraient souvent une réalité.

  • 28  Se reporter au Fonds privé (Nachlass) de Friedrich Wilhelm Krüger, Bundesarchiv Koblenz, NL 1410/1 (...)
  • 29  Bundesarchiv Berlin, NS 19 2653/102 : « ...sondern das Gefühl und das Bewusstsein, einer Soldatenf (...)

14 Friedrich Wilhelm Krüger entre à l’âge de vingt ans dans la guerre, où il combat pendant quatre ans. La guerre terminée et la défaite consommée, il s’engage dans le Freikorps Lützow. Il entre en 1929 au NSDAP et devient rapidement député, en 1932. Lors d’un conflit administratif qui l’oppose au Gauleiter Wilhelm Kube, il n’hésite pas à écrire, le 13 octobre 1932 : « Je n’ai jamais émis le souhait d’être député, car je ne suis pas un politicien, mais un soldat… »28. Douze ans plus tard, dans une lettre à Himmler, datée du 5 mars 1944, Krüger justifie sa demande de mutation en dehors du Generalgouvernement comme suit : il a le sentiment et la conscience que « venant d’une famille de soldat, et (s)’étant toujours senti intérieurement un soldat, (il) fer(a) un chef efficace dans la Waffen-SS »29. Il s’agit bien de la manière dont Krüger s’est lui-même perçu – y compris jusque dans la politique génocidaire du IIIe Reich – comme dépositaire d’un héritage dépassant largement la Première Guerre mondiale.

  • 30  Döring, Martin, « Parlamentarischer Arm der Bewegung », Die Nationalsozialisten im Reichstag der W (...)

15 Or, si l’on s’intéresse à la profession du père (Vaterberuf) des 287 députés nazis, en comparaison des autres formations politiques, deux éléments se distinguent clairement. Les équilibres socio-professionnels sont globalement comparables entre partis, quels que soient les regroupements utilisés30. Les deux éléments qui frappent sont la drastique sous-proportion des pères ouvriers chez les nazis : ils sont 15% dans les autres partis, 6% chez les nazis. Inversement, si à peine 2% des députés du Reichstag avaient un père militaire, chez les nazis, cette proportion est de 10%.

16 Cette variable isole un groupe de 19 députés – un chiffre certes relativement faible, mais au sein de ce corpus, on retrouve des carrières idéal-typiques, comme celle de Erich von den Bach-Zelewski ou Friedrich Wilhelm Krüger, qui furent eux-même militaires de carrière, du moins dans leur première expérience professionnelle. Sept des dix-neuf fils de militaires de carrière sont eux-mêmes militaires de carrière (Berufssoldat). Comme chez Krüger, cette filiation peut s’avérer déterminante.

  • 31 Sauer, Bernhard, Schwarze Reichswehr und Fememorde. Eine Milieustudie zum Rechtsradikalismus in der (...)

17 Si on s’intéresse au groupe des militaires de carrière dans la fraction nazie – que leurs pères soient militaires ou non – il comprend 45 membres (16%). S’assoient sur les mêmes bancs des hommes de la génération 1870, comme Franz Ritter von Epp (1868), Magnus von Levetzow (1871) ou encore Konstantin Hierl (1875), et les jeunes officiers comme Ernst Röhm (1887), Franz von Pfeffer (1888), Viktor Lutze (1890) ou encore Hermann Göring (1893). De manière logique, la part de vétérans y est bien supérieure à la moyenne du reste de la fraction nazie : seul deux hommes n’ont pas fait la guerre. Plus intéressant, la part des hommes qui ont participé à un Corps franc s’élève à 56% (25 hommes) contre 30% pour l’ensemble de la fraction. Contrairement aux étudiants exaltés qui sortent des bancs de l’école pour rejoindre les formations paramilitaires, l’engagement n’est peut-être pas exclusivement idéologique : les traités de paix ayant réduit l’armée à 100 000 hommes, une grande partie des officiers se retrouvent face à une crise de reconversion professionnelle. Les Corps francs ou l’intégration dans la plus tardive Reichswehr noire31 sont alors une possibilité de gérer la démobilisation. Cela dit, l’équilibre entre facteurs idéologiques et utilitarisme doit être travaillé avant toute conclusion générale.

18 Il n’y a guère que pour une fraction de ce groupe de soldats que la guerre représente une rupture professionnelle : pour tous les autres députés, une éclatante continuité prévaut. Les étudiants poursuivent leur cursus, ou décrochent une place dans la filière qu’ils étudiaient ; les ouvriers retrouvent une place dans la même activité. Pourtant, pour un certain nombre d’entre eux, le monde rural – et surtout le domaine familial – semble être une aire de repli, une soupape professionnelle qui permet de gérer la crise de démobilisation et de reconversion que traverse l’Allemagne dans les années 1919-1920, ainsi que la crise économique de 1923, de manière plus souple. C’est le cas, par exemple, pour Werner Willikens ou Walter Seidler, tout deux militaires de carrière pendant la guerre, agriculteurs par la suite (Landwirt). Cela met en exergue un troisième élément qui permet de comprendre la spécificité de la fraction nazie : la provenance géographique.

Sur le front Est

  • 32  Il s’agit ici des étudiants qui au sein d’un cursus multiple (histoire, philologie, germanistique, (...)
  • 33  J’ai ici fait primé le thème d’étude – l’agriculture – sur l’institution : un très petit nombre de (...)
  • 34  Un exemple de publication parmi des dizaines d’autres : Darré, Walther, Das Bauerntum als Lebensqu (...)
  • 35  Longerich, Peter, Himmler, Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2010, p. 36.
  • 36  Höffkes, Karl, Hitlers politische Generale. Die Gauleiter des Dritten Reiches, Tübingen, Grabert-V (...)

19 Il n’y a pas de surreprésentation de l’activité agricole dans les familles des députés nazis. Cependant, il n’est pas inutile de s’intéresser de nouveau aux 138 députés qui étaient encore sur les bancs de l’école avant la guerre, et de s’interroger sur la nature de leur cursus. Qu’étudiaient ces jeunes hommes ? Quarante d’entre eux étudiaient à l’université, dont vingt dans une filière juridique32. Dix-neuf entreprirent une formation (Lehre) dans l’artisanat ou le monde ouvrier. Mais le groupe le plus important et le plus cohérent reste celui des jeunes hommes qui étudièrent quelle que soit l’institution33, une discipline liée à l’agriculture. Huit d’entre eux étaient eux-mêmes fils d’agriculteurs, ce qui rappelle l’importance des réseaux familiaux dans l’insertion professionnelle. 70% ont fait la guerre, et là encore, comme pour les militaires de carrière, le nombre de ceux qui s’engagèrent dans les Freikorps est plus important : 40% (contre 30% pour l’ensemble de la fraction nazie). Ce groupe comptait dans ses rangs des hommes aussi différents que Walter Darré, Heinrich Himmler ou Karl Kaufmann : le premier qui devint rapidement le spécialiste du mouvement nazi des questions agricoles34 et de la théorie Blut und Boden, le second, qui poursuivit sa sociabilité des Corps francs en choisissant des études d’agriculture, où il était sûr de retrouver « le milieu des officiers de réserve »35 qu’il affectionnait ; le troisième, qui abandonna rapidement son poste d’aide agricole avant la guerre à la faveur d’un engagement fébrile dans les milices, avant de rejoindre le NSDAP dès 192136.

  • 37  Cet indicateur est relativement efficace : les Allemands de l’époque étaient certes très mobiles, (...)

20 Cette première approche professionnelle est insuffisante pour comprendre la surreprésentation du monde rural chez les députés nazis. On peut donc s’intéresser au lieu de naissance37 des députés selon deux motifs : une vision structurelle (urbain/rural) ; une vision territoriale (divergences régionales). La carte ci-dessous montre le lieu de naissance des 287 députés.

Carte n°1 : Lieu de naissance des 287 députés du NSDAP

  • 38  Pour une comparaison, voir, Stelbrink, Wolfgang, Die Kreisleiter der NSDAP in Westfalen und Lippe. (...)
  • 39  Voir, Ziemann, Benjamin, War experiences in rural Germany, 1914–1923, Oxford/New York, Berg, 2007 (...)
  • 40  Baechler, Christian, L’Allemagne de Weimar 1919–1933, Paris, Fayard, 2007, p. 280.
  • 41  Pyta, Wolfram, « Politische Kultur und Wahlen in der Weimarer Republik », Ritter, Gerhard A., Wahl (...)

21 En l’état, elle est presque un décalque de la carte des densités de l’époque, du moins sur le rapport entre monde urbain et monde rural. Munich et Berlin sont des centres importants, tout comme la Ruhr et l’Allemagne centrale (Mitteldeutschland). Pourtant, une proportion très importante des députés, bien que nés dans ces régions relativement industrialisées, proviennent des petits villages autour des centres urbains. L’exemple des députés de la région de Dresde est éclairant : deux sont nés à Dresde même (Hellmuth Körner et Hans Tchammer). Mais Manfred von Killinger, lui, est né à vingt kilomètres à l’Ouest, dans la campagne de Nossen, une ville qui comptait moins de 10 000 habitants à l’époque ; Walter Lingesheim à Freiberg (30 000 h.) ; Karl Martin à Freital (20 000 h.) ; Herbert Ender à Borstendorf (moins de 2 000 h.) ; Max Wockatz à Rothnausslitz (moins de 2 000 h.) ; Robert Helbig à Bautzen (20 000 h.). On peut isoler deux groupes : le premier est issu des villes moyennes, le second d’un milieu proprement rural38. C’est un élément essentiel qui ne doit pas mener à des conclusions hâtives. Les mythes d’un milieu urbain ouvrier et d’un milieu rural propice au développement du nazisme ont depuis longtemps été révisés. Berlin, sous la houlette du Gauleiter Goebbels, était un centre très dynamique du nazisme ; Benjamin Ziemann a montré que les paysans bavarois, en tout cas sur la question de la guerre, était peu réceptifs à la militarisation des groupes d’anciens combattants ou à une éventuelle mobilisation idéologique39. Pour autant, il ne faut pas négliger l’importance du clivage ville-campagne, qui se retrouve dans l’électorat. La démocratisation de la République a réactivé les failles de la société allemande : le DNVP progresse dans le milieu rural en réaction à la politique tournée vers l’électorat urbain du SPD, bien avant les percées du NSDAP40. C’est de ce milieu « agro-protestant »41 et des petites villes de provinces que provient une grande partie de la mise en mouvement des votes vers le NSDAP dans la République, au moment où elle entre en crise à la fin des années 1920.

  • 42  Kershaw, Ian, L’opinion allemande sous le nazisme, Bavière 1933-1945, Paris, CNRS Éditions, 2010 [ (...)

22 On peut enfin analyser cette carte d’un point de vue régional, sur l’ensemble du territoire. Deux éléments sont alors frappants. L’un est classique, c’est la résistance des régions catholiques à l’imprégnation nazie, dans la mesure où un si petit corpus pourrait venir apporter une pierre à cette thèse déjà étayée par de nombreuses enquêtes42.

  • 43  Höffkes, Karl, op. cit., pp. 203-206.

23 Le deuxième élément remarquable, c’est l’importance du nombre de députés nés dans l’actuel territoire de la Pologne (Posnanie, Prusse occidentale, Silésie…), ou même plus à l’Est. Trente-six députés sont ainsi originaires des marches orientales de l’Allemagne. Or ce territoire est tout sauf anodin : il a été, après la guerre, découpé pour constituer le territoire polonais. Pour certains de ces hommes, c’est donc la ville qui les a vu grandir qui passe en territoire étranger. C’est le cas pour Fritz Tiebel, né en 1889 à Polajewo ou pour Lucian Wysocki, né à Gentomie en 1899. Erich Ludendorff lui-même, héros de la Première Guerre mondiale, est né à Kruszewnia, en Posnanie, en 1864. Ce groupe de trente-six hommes compte 27 vétérans (75%). Parmi eux, 12 s’engagent dans les Corps francs, dont trois dans le Freikorps qui porte le nom d’une des région de Silésie directement concernée par la redistribution territoriale : Oberschlesien. Plus intéressant, sur les neuf députés qui n’ont pas fait la guerre et sont originaires de ces régions, cinq s’engagent aussi dans les Freikorps. Georg Neugebauer intègre ainsi dès 1919 le Grenzschutz Zduny, une centaine de kilomètres au Nord de sa ville natale, Glatz (Klodzko). Robert Schulz, né en 1900 à Pyritz (Pyrzyce), s’engage, quand à lui, dans le Freikorps Niemeyer, qui appartient à la Grenzschutz Ost. Pour ces hommes, la provenance géographique joue un rôle déterminant. C’est le cas pour Wilhelm Kube : né à Glogau (Glogow) en Silésie en 1928, il devient d’abord Leiter du Gau de Ostmark en 1928, territoire dans lequel il est impliqué à différentes positions hiérarchiques jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à sa nomination en tant que Commissaire général de Ruthénie blanche, en 194143.

Conclusion

24 La fraction nazie comptait 75% d’anciens combattants dans ces rangs : ce résultat reste incontournable. La guerre a bien eu un impact majeur dans la politisation des députés, ce qui confirme en grande partie les conclusions qu’ont permis de dégager les études sur la « culture de guerre ».

  • 44  Becker, Jean-Jacques, Krumeich, Gerd, op. cit., p. 81.
  • 45  Wehler, Hans-Ulrich, Deutsche Gesellschaftsgeschichte. Vierter Band : Vom Beginn des Ersten Weltkr (...)

25 Mais ce que montrent ces quelques variations sur trois critères – classe d’âge, profession du père, provenance géographique – c’est l’importance du contexte dans lequel est intervenue l’expérience de guerre. Au sein même de la fraction nazie, peu importante, se dégage des profils d’engagement très différents : de l’étudiant exalté n’ayant pas fait la guerre – comme Hans Frank, pour qui les motifs idéologiques sont essentiels – au fils de soldat, soldat lui-même, qu’est Friedrich Wilhelm Krüger, qui s’engage dans les Corps francs après la guerre ; enfin, au natif des provinces Est du Kaiserreich, Wilhelm Kube, qui ne participe ni à la guerre, ni au Freikorps, mais restera attaché au territoire qui l’a vu naître. Leurs différences comme leurs points communs – notamment leur jeunesse, la surproportion de soldats professionnels ou l’attachement de certains à un monde rural – permettent de comprendre que l’expérience de guerre ne s’insérait pas de la même manière dans tous les milieux sociaux. Personne ne peut nier que la Grande Guerre fut un traumatisme et une nouveauté majeure : mais elle ne pouvait effacer d’un coup la structure sociale de l’Empire. Le mot du Kaiser – « je ne connais plus de partis, je ne connais que des Allemands »44 – tenait du fantasme : la Guerre fut une guerre sociale45. Cette perspective permet de montrer les éléments très forts de continuité entre l’Empire et la République, et de souvent réviser à la baisse l’impact de l’expérience guerrière.

  • 46  Herbert, Ulrich, « Was haben die Nationalsozialisten aus dem Ersten Weltkrieg gelernt ? », Krumeic (...)
  • 47  Reichardt, Sven, art. cit., p. 245.
  • 48  L’exemple du cliché du « judéo-bolchévisme » a été développé par Joachim Schröder : il montre qu’i (...)

26 L’entrée au parti nazi est souvent précédée par une entrée dans les Corps francs. Y voir systématiquement une dialectique purement guerrière conduit à oublier, d’une part, que des hommes n’ayant pas fait la guerre s’y sont engagés, d’autre part, à minimiser le contenu idéologique – notamment l’anti-communisme – de ces formations et de cet engagement. Il est nécessaire de faire la distinction entre deux éléments : l’expérience de guerre, d’une part, et l’expérience de la défaite de l’autre46. C’est bien souvent la deuxième qui a donné lieu à une mobilisation, jamais exempt de choix idéologique47. Les recherches récentes tendent dans l’ensemble à montrer que c’est bien l’année 1919 qui fût décisive à cet égard48, et qu’elle demeure, bien souvent, trop peu étudiée.

  • 49  Weinrich, Arndt, art. cit., p. 275.

27 L’étude de l’expérience de guerre a donc abouti à remettre en cause l’idée d’une « culture de guerre » répandue dans l’ensemble du corps social : les profondes différences de réception de cette expérience n’en rendent que plus éclatante la mauvaise foi avec laquelle la droite, l’extrême-droite, puis le NSDAP ne cessèrent de se revendiquer les seuls dépositaires de l’héritage des Frontkämpfer, alors même que le plus grand mouvement de vétérans était de gauche. Ce n’est qu’après avoir conquis, par la voix politique, la tête du pouvoir, que cette usurpation49 put s’épanouir, et faire triompher sa propre lecture d’une guerre idéale : la S.A., qui était constituée, autour de 1930, à 70% de jeunes hommes n’ayant pas fait la guerre, pouvait alors, sans ciller, se revendiquer seul dépositaire de « l’esprit » des combattants.

Haut de page

Notes

1  Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme, la brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette Littératures, 1999 [1990].

2  Ibid, chapitre VI : « L’entreprise de banalisation ».

3  Mosse, George L., op. cit. Voir le chapitre qui porte ce titre, pp. 181-206.

4  Prost, Antoine, « Les limites de la brutalisation », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 81, 2004, pp. 5-20.

5  Mosse, George L., op. cit., p. 183.

6  Bessel, Richard, Germany after the first world War, Oxford, Clarendon Press, 1993 ; et Bessel, Richard, Political Violence and the Rise of Nazism, The Storm Troopers in Eastern Germany 1925 – 1934, New Haven & London, Yale University Press, 1984.

7  Weisbrod, Bernd, « Violence et culture politique en Allemagne entre les deux guerres », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1992/1, Volume 24, pp. 113-125.

8  Mosse, George L., op. cit., p. 205.

9  Ingrao, Christian, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Fayard, 2010, p. 19. Pour une analyse plus fouillée de l’ouvrage, voir la recension Patin, Nicolas, « Comment peut-on être nazi », Nonfiction.fr, 26 novembre 2010.

10  Ibid, pp. 15, 40, 127...

11  Becker, Jean-Jacques, Krumeich, Gerd, La Grande Guerre. Une histoire franco-allemande, Paris, Tallandier, 2008, p. 34.

12  Ce terme réapparait systématiquement dans le vocabulaire de la droite et de l’extrême-droite. Voir, par exemple, le discours de Ernst Graf zu Reventlow au Reichstag, le 30 novembre 1929, Verhandlungen des Reichstags, IV. Wahlperiode 1928, Band 426, Berlin, 1928, pp. 3342-3343.

13  L’idée que l’Allemagne a livré une guerre contre un nombre d’ennemis disproportionnés s’expriment sous ce vocable. Un exemple : le député Haas utilise l’expression au pupitre du Reichstag. Verhandlungen des Reichstags. I. Wahlperiode 1920, Band 344, Berlin, 1920, p. 442.

14  Ingrao, Christian, op. cit., p. 427.

15  Wildt, Michael, Generation des Unbedingten. Das Führungskorps des Reichssicherheitshauptamtes, Hamburger Edition, 2003, p. 25.

16  Une récente étude s’intéresse ainsi aux suicides durant la République. Le taux de suicide était bas durant la guerre et connût une augmentation forte dans les années 1923-1925 et 1929-1932. Voir, Goeschel, Christian, Suicide in Nazi Germany, New York, Oxford University Press, 2009, pp. 12-15 et 209-212 pour les graphiques.

17  Tous les chiffres cités dans cet article sont tirés de la base de données BIORAB (www.zhsf.uni-koeln.de/biorab/), recoupés d’un travail d’archives dans les différents centres allemands, dont le détail est donné dans ma thèse de doctorat, La Guerre au Reichstag. Expériences de guerre et imaginaires politiques des députés sous la République de Weimar, 1914-1933, soutenue le 27 novembre 2010 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

18  Peukert, Detlev, La République de Weimar, Paris, Aubier, 1995, pp. 28-33.

19  On retrouve ces deux générations par exemple chez les Kreisleiter du NSDAP du Wurttemberg : sur 64 Kreisleiter, 31 sont nés entre 1891 et 1900, 25 entre 1901 et 1910. Voir Arbogast, Christine, Herrschaftsinstanzen der württembergischen NSDAP, München, Oldenbourg, 1998, p. 137. Plus largement, sur les 1 800 dirigeants de la S.A. étudiés par Mathilde Jamin, 48,5% sont nés entre 1890 et 1901, 39% après 1902. Voir, Jamin, Mathilde, Zwischen den Klassen. Zur sozialstrutkur der SA-Führerschaft, Peter Hammer Verlag, 1984, p. 47 et 79.

20  Weinrich, Arndt, « Zwischen Kontinuität und Kritik: Die Hitler-Jugend und die Generation der ‘Front-kämpfer’ », Krumeich, Gerd (Dir.), Nationalsozialismus und Erster Weltkrieg, Essen, Klartext, 2010, p. 273.

21  Patin, Nicolas, « La guerre au Reichstag : la génération du front entre en politique ? », Parlement[s], 2008/2, n° 10, pp. 104 à 117.

22  Möller, Horst, La République de Weimar, Paris, Tallandier, 2005, p. 244.

23  Solchany, Jean, L’Allemagne au XXe siècle, Paris, PUF, 2003, p. 103.

24  Ici il s’agit de tous les hommes qui étaient encore à l’école primaire (Volksschule), à l’école (Schule), au lycée (Gymnasium), en apprentissage (Lehre), ou en train de faire des études (Studium).

25  Reichardt, Sven, « Die SA im ‘Nachkriegs-Krieg’ », Krumeich, Gerd, op. cit., p. 245.

26  Bundesarchiv Koblenz, Nachlass Hans Frank, N 1110/2, Zwei Tagebücher, 1918-1925 (1937, 1942), p. 104 : « Es waren das für jeden echten Deutschen fürchterlichste Tage und Stunden... »

27  Litzmann, Karl, Lebenserinnerungen, Berlin, Verlag R. Eisenschmidt, 1927, Vol. 1, pp. 5-6.

28  Se reporter au Fonds privé (Nachlass) de Friedrich Wilhelm Krüger, Bundesarchiv Koblenz, NL 1410/19, Unterlagen als Mitglied des Reichstages, lettre du 13 octobre : « Persönlich habe ich nicht den Wunsch, Reichstagsabgeordneter zu sein, da ich nicht Politiker, sondern Soldat bin… ».

29  Bundesarchiv Berlin, NS 19 2653/102 : « ...sondern das Gefühl und das Bewusstsein, einer Soldatenfamilie abstammend, stets innerlich Soldat gewesen seiend, ein brauchbarer Führer in der Waffen-SS zu werden ».

30  Döring, Martin, « Parlamentarischer Arm der Bewegung », Die Nationalsozialisten im Reichstag der Weimarer Republik, Düsseldorf, Droste Verlag, 2001, p. 399, pour une discussion sur les catégories socio-professionnelles.

31 Sauer, Bernhard, Schwarze Reichswehr und Fememorde. Eine Milieustudie zum Rechtsradikalismus in der Weimarer Republik, Berlin, Metropol Verlag, 2004.

32  Il s’agit ici des étudiants qui au sein d’un cursus multiple (histoire, philologie, germanistique, Volkswirtschaft), font mention de la matière Rechtswissenschaft. Cela recoupe largement les conclusions de Christian Ingrao sur l’importance des réseaux universitaires dans la formation du militantisme nazi, notamment autour des juristes. Voir op. cit., chapitre 2, « La fabrique des réseaux », pp. 41 à 68.

33  J’ai ici fait primé le thème d’étude – l’agriculture – sur l’institution : un très petit nombre des hommes étudient l’agriculture à l’université. Je ne les ais pas intégré dans les quarante députés universitaires. La plupart étudie dans des institutions techniques.

34  Un exemple de publication parmi des dizaines d’autres : Darré, Walther, Das Bauerntum als Lebensquell der nordischen Rasse, München, Lehman Verlag, 1940.

35  Longerich, Peter, Himmler, Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2010, p. 36.

36  Höffkes, Karl, Hitlers politische Generale. Die Gauleiter des Dritten Reiches, Tübingen, Grabert-Verlag, 1997, pp. 178-182.

37  Cet indicateur est relativement efficace : les Allemands de l’époque étaient certes très mobiles, mais dans l’ensemble, le lieu de naissance est très souvent le lieu où les jeunes gens grandissent et où se forment une part de leur identité.

38  Pour une comparaison, voir, Stelbrink, Wolfgang, Die Kreisleiter der NSDAP in Westfalen und Lippe. Versuch einer Kollektivbiographie mit biographischem Anhang, Münster, Staatlichen Archive des Landes Nordrhein-Westfalen, 2003, tableau 5, p. 306.

39  Voir, Ziemann, Benjamin, War experiences in rural Germany, 1914–1923, Oxford/New York, Berg, 2007 [1997]; et Ziemann, Benjamin, « Das ‘Fronterlebnis’ des Ersten Weltkrieges – eine sozialhistorische Zäsur ? Deutungen und Wirkungen in Deutschland und Frankreich », Mommsen, Hans (Hg.), Der Erste Weltkrieg und die europaïsche Nachkriegsordnung. Sozialer Wandel und Formverängerung der Politik, Köln, Böhlau, 2000, pp. 43-82.

40  Baechler, Christian, L’Allemagne de Weimar 1919–1933, Paris, Fayard, 2007, p. 280.

41  Pyta, Wolfram, « Politische Kultur und Wahlen in der Weimarer Republik », Ritter, Gerhard A., Wahlen und Wahlkämpfe in Deutschland, Von den Anfängen im 19. Jahrhundert bis zur Bundesrepublik, Düsseldorf, Droste Verlag, 1997, p. 213 ; et l’étude classique de Jürgen Falter, Hitlers Wähler, München, C.H. Beck, 1991, notamment les chapitres 7.5.3. (pp. 256-266) et 6.3. (pp. 154-163).

42  Kershaw, Ian, L’opinion allemande sous le nazisme, Bavière 1933-1945, Paris, CNRS Éditions, 2010 [1983].

43  Höffkes, Karl, op. cit., pp. 203-206.

44  Becker, Jean-Jacques, Krumeich, Gerd, op. cit., p. 81.

45  Wehler, Hans-Ulrich, Deutsche Gesellschaftsgeschichte. Vierter Band : Vom Beginn des Ersten Weltkriegs bis zur Gründung der beiden deutschen Staaten, 1914–1949, München, Verlag C.H. Beck, 2003, p. 104.

46  Herbert, Ulrich, « Was haben die Nationalsozialisten aus dem Ersten Weltkrieg gelernt ? », Krumeich, Gerd (Dir.), op. cit., pp. 21 et 31.

47  Reichardt, Sven, art. cit., p. 245.

48  L’exemple du cliché du « judéo-bolchévisme » a été développé par Joachim Schröder : il montre qu’il a tiré une énergie de la vague d’antisémitisme de l’année 1919 liée à la mobilisation dans la guerre civile allemande. Schröder, Joachim, « Der Erste Weltkrieg und der ‘jüdische Bolschewismus’ », Krumeich, Gerd (Dir.), op. cit., pp. 94-96.

49  Weinrich, Arndt, art. cit., p. 275.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Carte n°1 : Lieu de naissance des 287 députés du NSDAP
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Patin, « Des tranchées au NSDAP. Culture de guerre et politisation des députés nazis », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://amnis.revues.org/1382 ; DOI : 10.4000/amnis.1382

Haut de page

Auteur

Nicolas Patin

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, spanicolatin@hotmail.com

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org