Navigation – Plan du site

Les limites de la culture de guerre dans l’Italie fasciste durant la Seconde Guerre mondiale

Philippe Foro

Résumés

La guerre est un facteur historique pleinement assumé par le fascisme italien. Elle est perçue comme l’épreuve suprême au cours de laquelle « l’homme nouveau », conçu par le régime, doit s’accomplir pour assurer un avenir radieux à la révolution fasciste. L’entrée en guerre en 1940 est ainsi le moment de vérité pour la culture de guerre proclamée par le pouvoir fasciste. Or, les déboires et le progressif détachement de la société italienne vis-à-vis du régime montrent les limites du discours officiel sur la culture de guerre et finalement l’échec politique du fascisme à créer un « homme nouveau », apte au défi du conflit.     

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une mise au point sur ce débat, on peut lire la mise au point de Le Naour, Jean-Yves, Diction (...)
  • 2  Voir, par exemple, Bartov, Omer, L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Ha (...)

1Depuis une quinzaine d’années, la question de la culture de guerre a généré, à propos de la Première Guerre mondiale, de vifs débats entre historiens. Pourquoi les soldats de la Grande Guerre ont-ils tenu dans des conditions effroyables ? Entre les historiens du consentement et de la contrainte, les controverses ont souvent manqué d’aménité1. La période de la Seconde Guerre mondiale a également suscité des réflexions sur la culture de guerre, sans toutefois parvenir à la même rudesse dans l’échange des arguments2. La question mérite d’être posée en ce qui concerne le soldat italien de la période allant de 1940 (l’Italie déclare la guerre à la Grande-Bretagne et à la France le 10 juin 1940) à 1943 (le régime fasciste est renversé le 25 juillet et un armistice est signé avec les Alliés le 3 septembre 1943) dans la mesure où le fascisme italien tient un discours belliciste de plus en plus ferme dans la deuxième moitié des années 1930. Quel discours est tenu par le régime au regard de ses importantes ambitions internationales ? Quelle réalité a été celle des combattants italiens au regard des objectifs espérés par le pouvoir ?    

Construire un homme nouveau et une culture de guerre

  • 3  Sur cette question, je me permets de renvoyer le lecteur à Foro, Philippe, L’Italie fasciste, Pari (...)

2Dans la seconde moitié des années 1930, la guerre est devenue consubstantielle au fascisme italien. A plusieurs reprises, Mussolini a exprimé sa conviction que l’état de paix ne pouvait pas et ne devait pas être éternel. Cette conviction repose sur plusieurs éléments. Tout d’abord, la volonté d’effacer la « victoire mutilée » de 1918. Les traités de paix n’ont pas respecté les diverses promesses faites au gouvernement italien lors du pacte de Londres du 26 avril 1915 (si l’Italie obtient le Trentin et l’Istrie, elle doit renoncer à la Dalmatie, à une partie des colonies allemandes et au protectorat sur l’Albanie)3. Ensuite, l’ambition de placer définitivement l’Italie parmi les grandes puissances. L’Italie fasciste n’est pas, sur le principe, plus modérée que l’Allemagne nazie et le programme annoncé par Mussolini le 4 février 1939 annonce la guerre contre les démocraties occidentales. Ce jour-là, une réunion du Grand Conseil fasciste est l’occasion pour Mussolini de formuler les grandes lignes d’une expansion italienne appelée « la marche vers l’Océan ». Dans des délais que le Duce ne précise pas, l’Italie doit être maîtresse de la Corse, de la Tunisie, de Malte, de Chypre, du canal de Suez et de Gibraltar. Ainsi, la Méditerranée deviendrait une Mare nostrum italienne et l’Italie aurait accès à l’Atlantique et à l’océan  Indien. Ces perspectives supposent un conflit avec la France et la Grande-Bretagne. Entre l’impérialisme allemand et l’impérialisme italien, il s’agit plutôt d’une question de rapidité et de moyens. Le dynamisme extérieur du IIIe Reich fait passer pour modération ce qui est nécessaire modération vis-à-vis des moyens dont dispose l’Italie. Ainsi, lors des négociations du pacte d’Acier, signé à Berlin le 22 mai 1939, Galeazzo Ciano, gendre du Duce et ministre des Affaires étrangères, insiste afin que le conflit avec les puissances occidentales ne débute pas avant 1943, le temps pour l’Italie de compléter son armement durement atteint par la guerre d’Éthiopie et la participation à la guerre civile espagnole, le temps aussi de renflouer son stock de devises et de préparer l’opinion à un éventuel conflit. Enfin, ultime élément sur lequel repose la conviction du Duce, la certitude que la guerre est l’épreuve suprême à travers laquelle doit se réaliser « l’homme nouveau » cher au fascisme.

  • 4  Sur ce sujet, voir Matard-Bonucci, Marie-Anne, et Milza, Pierre (sous la direction de), L’Homme no (...)
  • 5  Cité in Gentile, Emilio, Fascismo e antifascismo. I partiti italiani fra le due guerre, Firenze, L (...)

3La volonté de créer un homme nouveau, un nouvel Italien, est l'une des marques les plus significatives du projet totalitaire4. Le 28 octobre 1926, lors de la célébration de la marche sur Rome, Mussolini déclare : « Nous créerons l’Italien nouveau, un Italien qui ne ressemblera pas à celui d’hier. Puis, viendront les générations de ceux que nous éduquons aujourd’hui et créons à notre image ». Cette nation fasciste doit être constituée à la fois de l’élite issue des tranchées de la Grande Guerre et des générations d'Italiens n'ayant pas connu ce conflit. Il s’agit de rompre les liens avec l’Italie neutraliste et libérale, dont le principal représentant est encore le vieux Giovanni Giolitti au début des années 1920. Achille Starace, secrétaire du PNF de décembre 1931 à octobre 1939, est très explicite à ce sujet en 1939 : « La création de l’Homme, de l’Italien nouveau de Mussolini, capable de croire, d’obéir, de combattre a été l’objectif constant vers lequel le Parti s’est tourné avec toutes ses forces »5. Cette entreprise consiste à détacher les Italiens de leurs habitudes, héritage de siècles de servitude lié à la présence étrangère, comme l’affirme Mussolini le 27 octobre 1930 :

  • 6  Cité in Gentile, Emilio, Qu’est-ce que le fascisme ? Histoire et interprétation, Paris, Folio Hist (...)

Dans le caractère et la mentalité des Italiens, nous devons extirper et réduire en poussière les sédiments déposés par ces terribles siècles de décadence politique, militaire et morale, qui vont de 1600 à l’arrivée de Napoléon. C’est une œuvre grandiose. Le Risorgimento n’en a été que le début, parce qu’il fût l’œuvre de minorités trop exigües ; la guerre mondiale fut au contraire profondément éducative. Il s’agit de continuer jour après jour dans cette œuvre de remodelage du caractère des Italiens.6

4Ce nouvel Italien est défini par le Duce, secondé par Giovanni Gentile, dans l’ouvrage Dottrina del fascismo, publié en 1932.

  • 7  Mussolini, Benito, La Dottrina del Fascismo, Torino, Gambino, 1932, p. 64.

Le fascisme veut un homme actif, engagé dans l’action de toute son énergie : il le veut viril et conscient des difficultés existantes, prêt à les affronter. Il conçoit la vie comme une lutte et pense qu’il revient à l’homme de créer une vie digne de lui, trouvant en lui même le moyen (physique, moral, intellectuel) pour l’édifier.7

5Cette vie sublimée que doit viser l’homme nouveau est résumée par la maxime mussolinienne : « Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton ». Les dix commandements de l’Avanguardista, organisation chargée d’encadrer les jeunes Italiens entre 14 et 18 ans, sont significatifs de l’état d’esprit que l’on veut inculquer. Ainsi, le deuxième commandement affirme : « Si tu n’es pas prêt à te donner corps et âme à la Patrie, laisse le Fascisme. Le Fascisme rejette les tièdes et les mous ». Le sixième commandement insiste sur la vertu de la discipline :

Il ne faut pas croire que la discipline soit seulement une vertu pour le soldat sous les drapeaux ; elle doit être l’habitude de tous les jours et de toutes les circonstances ; elle est la vertu de base de toute hiérarchie. Un mauvais fils, un élève négligeant, un citoyen inerte ou querelleur sont de mauvais fascistes.

  • 8  Spinoza, Antonion, Starace, Milano, Biblioteca universale Rizzoli, 1988, p. 119.

6Le neuvième commandement évoque la guerre : « Les bonnes actions, comme les actions de guerre, ne se font pas à moitié. Portes-les jusqu’à leurs ultimes conséquences ». Discipliné, sportif, viril, fermement encadré par le parti, l’Italien de l’Italie fasciste doit se débarrasser des oripeaux de la vieille culture de l’Italie libérale mais aussi, et cela ne manque pas de poser problème au fascisme, de la culture catholique. C’est cette image d’homme nouveau que souhaite renvoyer Starace en multipliant les épreuves, durant lesquelles le secrétaire du PNF saute au-dessus d’un cheval, voire au milieu d’un cercle de feu ou au-dessus d’une rangée de baïonnettes. « L’Italien de Mussolini [...] était dans les mains du premier hiérarque du fascisme chargé de le construire jour après jour », comme le souligne Antonio Spinoza8. Mais le modèle absolu est le Duce lui-même (en 1923, l’un de ses premier biographes-hagiographes, Antonio Beltramelli, intitule son livre L’uomo nuovo). Avec parfois de réels efforts (ainsi, la natation ne lui était pas naturelle…), Mussolini essaie d'apparaître comme un sportif et un homme de culture (il avait en grande partie une formation d’autodidacte), tout en cultivant l'image du chef politique.

Les désillusions de la guerre

  • 9  Sur la décision d’entrée en guerre, voir Ennio Di Nolfio, " Mussolini et la décision italienne d’e (...)
  • 10  Les citations suivantes sont tirées du Journal du comte Ciano, gendre et ministre des Affaires étr (...)
  • 11  Depuis décembre 1941, les forces japonaises du  général Yamashita ont lancé une offensive en Malai (...)

7Ainsi, pour le régime fasciste, le second conflit mondial est le moment de vérité au cours duquel l’Italie doit être en mesure de s’affirmer. Le choix de la non-belligérance à la fin du mois d'août 1939 n’est que temporaire aux yeux du Duce. Plus les mois passent, plus la non-intervention devient insupportable au Duce car, comme il l’explique à son gendre, le 2 avril 1940, elle « déclasserait l’Italie pour un siècle comme grande puissance et pour l’éternité comme régime fasciste »9. C’est au moment où la bataille de France ne fait plus de doute que Mussolini décide d’entrer en guerre. Or le déroulement de celle-ci provoque beaucoup de désillusions chez Mussolini. Dès le 21 juin 1940, soit onze jours après la déclaration de guerre aux forces franco-britanniques et les premiers échecs contre les fortifications françaises dans les Alpes, Mussolini s’en prend au peuple italien devant son gendre : « C’est la matière qui me manque. Même Michel-Ange avait besoin de marbre pour faire ses statues. S’il avait seulement eu de l’argile, il aurait été un simple potier. Un peuple qui a été une enclume pendant des siècles ne peut pas devenir un marteau en quelques années »10. Le 4 décembre, alors que les opérations en Grèce tournent à la confusion pour les forces italiennes, Mussolini s’en prend à nouveau au peuple italien : « C’est le matériel humain avec qui je travaille qui n’est pas utilisable et qui ne vaut rien ». Le 23 décembre, le Duce semble entamer une critique, destinée à rester tout à fait privée, sur l’échec de la culture de guerre diffusée par le régime. « Je dois toutefois reconnaître que les Italiens de 1914 étaient meilleurs que ceux d’aujourd’hui. Ce n’est pas un beau résultat pour le régime mais c’est comme cela ». Effectivement, l’aveu est de taille ! Le 16 février 1942, apprenant la chute de Singapour, importante position stratégique en Asie pour l’Empire britannique11, Mussolini pratique un humour involontaire. « Je voudrais savoir quel effet a produit sur ces Orientaux imaginatifs le fait que quatre officiers anglais se soient présentés avec un drapeau blanc afin de demander la reddition. S’il s’était s’agit de nous, personne n’en aurait fait cas. Mais ce sont des Anglais !». Puis, le 7 mars 1942 alors que les Italiens sont également en guerre depuis trois mois contre l’Union soviétique et les États-Unis, il avoue à Galeazzo Ciano : « Cette guerre n’est pas faite pour le peuple italien. Il n’a pas la maturité, ni la consistance pour une épreuve aussi formidable et décisive. C’est une guerre pour les Allemands et les Japonais, pas pour nous».

  • 12  Cité in Rochat, Giorgio, Le guerre italiane (1935-1943). Dall’impero d’Ethiopia alla disfata, Tori (...)

8L'un des paradoxes de l’Italie fasciste en guerre est qu’elle n’a jamais été en mesure de mobiliser ses forces au maximum, alors que la Deuxième guerre mondiale a nécessité de la part des belligérants un effort sans précédent. Tout d’abord, sur le plan humain. Si l'on effectue une comparaison avec la Première Guerre mondiale, on constate que l'Italie a mobilisé 5,2 millions de soldats entre mai 1915 et novembre 1918 pour une population de 36 millions d’Italiens. Entre juin 1940 et juillet 1943, seulement 3,6 millions d’Italiens passent sous les drapeaux, alors que la population italienne dépasse les 44 millions de personnes en 1940. En 1943, on dénombre 900 000 Italiens ayant réussi, pour des motifs divers et variés, à échapper aux obligations militaires (pour ne prendre que l’année 1940, 43 000 étudiants sont exemptés et ne participent pas à l’effort de guerre). Le 1e juillet 1943, le général Ambrosio, devenu chef d’Etat-major, note : « Il est incontestable que le pays compte de nombreux jeunes qui ne sont pas sous les armes et qui donnent l’impression de ne pas être engagés dans une lutte sans merci »12. En réalité, le pouvoir fasciste n’a jamais proclamé la mobilisation générale en juin 1940. Il a procédé par incorporations successives, selon les besoins du moment, au risque de se trouver dans des situations ubuesques. Lorsque le projet d’attaque de la Yougoslavie est abandonné en août 1940, on démobilise 600 000 hommes pour des raisons économiques et on les mobilise de nouveau à la fin du mois d'octobre, au moment de la guerre contre la Grèce. En revanche, contrairement à la période de la Grande Guerre, le nombre de fusillés dans l’armée italienne est beaucoup moins important. L’historien Giorgio Rochat estime entre 120 et 130 le nombre de condamnations à mort, dont cinquante environ ont été réellement appliquées. Cette situation lui fait écrire :

  • 13  Ibid., p. 334.

Un jeune officier avait assez de sens du devoir pour se faire tuer à la tête de ses hommes, mais pas assez de foi en la guerre fasciste pour faire fusiller ceux qui se planquaient (imboscavano). Et les hauts gradés exigeaient que les tribunaux fassent preuve d'une grande sévérité mais ne donnaient pas suite aux condamnations à mort. La guerre fasciste était-elle conduite avec la tragique détermination nécessaire pour permettre l’exécution des soldats ? Nous laissons la question ouverte.13

9Cet échec de la culture de guerre ne signifie pas une absence de combativité de la part des soldats italiens, un cliché et une idée ressassés à l’envi. Analysant les défaites italiennes en Libye durant l’hiver 1940-1941, le général britannique Fuller écrit :

  • 14  Cité in Lormier, Dominique, Les guerres de Mussolini de la campagne d’Éthiopie à la république de (...)

La première offensive victorieuse en Libye est due à l’écrasante supériorité des chars lourds, de l’aviation, de l’artillerie. La campagne marque le triomphe de la force mécanique sur la force humaine. Du commencement à la fin, les Italiens furent dominés non parce qu’ils furent de médiocres soldats, mais parce que même s’ils avaient été meilleurs, ils n’auraient pu résister longtemps à la supériorité de l’armement que les Anglais pouvaient mettre en jeu.14

10De même, sur le front de l’Est, les soldats italiens envoyés en Union soviétique se battent avec acharnement dans des conditions extrêmes. Alors que s’engage la bataille de Stalingrad, la 8e armée italienne est positionnée sur le Don, en retrait de la ville afin de couvrir les positions allemandes, en compagnie de la 2e armée hongroise et de la 3e armée roumaine, sur une zone s’étalant sur 270 kilomètres. La contre-offensive soviétique sur Stalingrad débute le 19 novembre 1942, aboutissant à l’encerclement des forces allemandes. Le 16 décembre, 370 000 Soviétiques, appuyés par 5 600 canons et 1 170 chars, attaquent les positions italiennes. Après quelques jours de résistance, le front est enfoncé et la retraite tourne au cauchemar pour les  soldats qui viennent de Toscane, du Latium ou de Campanie. Dans des Souvenirs, publiés en 1947 en Italie, le sous-lieutenant Eugenio Corti témoigne :

  • 15  Eugenio Corti, La plupart ne reviendront pas, Paris, éditions de Fallois, 2003, p. 46.

Lentement, en boitant, un soldat, originaire du Midi, s’approcha de moi. Il était très jeune, réellement un gosse. Ses deux pieds étaient gelés ; il les avait enveloppés dans des morceaux de couverture qu’il avait attachés avec de la ficelle ; si je me souviens bien, il s’appuyait sur un petit bâton. Il pleurait, il voulait une place dans le camion. Le lieutenant qui le commandait lui répondit qu’il n’y en avait pas. Le fantassin était au bout du rouleau ; il aurait voulu s’asseoir là où j’étais assis. Les autres passagers et moi-même cherchâmes à lui expliquer qu’il était inutile que je lui cède la place. En effet, une fois que le camion aurait redémarré, il devait se tenir en équilibre, et il n’était pas en mesure de le faire. Je résistais, avec un égoïsme féroce, à ses supplications réitérées : à l’intérieur de moi se formait un gel tout aussi impitoyable que celui qui nous tenaillait. Je suivis enfin du regard ce pauvre malheureux tandis qu’il s’éloignait en boitant ; je ressentais dans mon âme un déchirement inutile.15

11Le bilan de la défaite sur le Don est terrible pour les troupes italiennes luttant à l’Est : 85 000 morts et disparus, 30 000 blessés, 70 000 prisonniers, en comptabilisant ceux qui étaient tombés auparavant entre les mains des Soviétiques et dont seulement 10 000 reviendront au pays. Quant aux rapatriés, ils racontent les souffrances endurées et les conséquences des choix militaires du régime. Plus que la responsabilité des troupes elles-mêmes, il convient de s’interroger sur les limites du régime.

12Ces limites sont criantes sur le plan économique. Il est nécessaire, tout d’abord, de rappeler une réalité objective : la capacité de l’industrie italienne est inférieure, sur le plan de la productivité et de l’organisation de la production, à celle des autres grands belligérants. Alors que l’Italie produit, entre 1940 et 1943, 11 000 avions de guerre, l’Allemagne en produit 25 000, la Grande-Bretagne 26 000 et les Etats-Unis 86 000 pour la seule année 1943 ! Constat identique pour les engins blindés. Si l’Italie produit un peu plus de 3 700 chars de 1940 à 1943, l’Allemagne en produit 20 000 et l’Union Soviétique 24 000 en 1943. Mais cela est insuffisant pour saisir l'ampleur du problème. En effet, l’industrie de guerre italienne, durant le premier conflit mondial, est pratiquement comparable à celle du Royaume-Uni. Le pouvoir fasciste porte une large part de responsabilité dans la mesure où il se montre incapable de mobiliser les énergies. Entre 1915 et 1918, le général Alfredo Dallolio, sous-secrétaire d’État, puis ministre de l’Armement et des Munitions, avait su, en s’appuyant sur le réseau des préfets, des maires, des comités provinciaux et des industriels planifier l’effort de guerre et organiser, avec une discipline toute militaire, le travail des ouvriers dans le secteur de l'armement. En 1940, il faut attendre le mois d’octobre, soit quatre mois après l’entrée en guerre, pour que Mussolini ordonne la mise en place d’un plan d’action en faveur du développement et de la coordination de la production de guerre. Le général Carlo Favagrossa, nommé sous-secrétaire d’État en octobre 1939, puis ministre de la Production de guerre le 6 février 1943, ne dispose pas d’une organisation et de moyens suffisants. Ainsi, il n’est pas responsable de l’ensemble des commandes de guerre, qui sont gérées par les trois armées séparément. Les ouvriers des industries d’armement ne sont placés sous juridiction militaire qu’en décembre 1942, alors que cette mesure avait été adoptée très rapidement au cours de la Grande Guerre. Mussolini, de fait, refuse de porter la semaine de travail à 72 heures, ce qui aurait pu permettre d’accélérer les cadences de production. De plus, la production militaire est divisée entre grandes firmes sur lesquelles Mussolini ne dispose, en définitive, que de peu de pouvoir. Ainsi, les moteurs sont produits par la FIAT, les structures de chars par l’Ansaldo. Cette situation conduit au paradoxe suivant : la production industrielle est plus importante en 1938 qu’en 1942 (l’indice 100 contre l’indice 89). Les difficultés sont également financières. Le déficit du budget de l’État ne cesse de se creuser pendant la guerre. Atteignant 29,4 milliards de lires en 1939-1940, il s'élève 109,8 milliards en 1942-1943. Le gouvernement cherche à limiter ce déficit en ayant recours à des bons du Trésor et à l’inflation. La circulation monétaire est quasiment multipliée par cinq de juin 1939 à juin 1943, passant de 19,4 milliards de billets de banque en circulation à 97,6 milliards. Dans de nombreux domaines, le pouvoir fasciste n’arrive pas à organiser l’Italie, pour que le pays puisse affronter la terrible épreuve d’une guerre mondiale. Face à l’épreuve de faits, le discours militariste et totalitaire atteint donc ses limites.     

Le détachement de la société italienne et du régime fasciste

  • 16  Cité in Rigoni Stern, Mario, En guerre. Campagnes de France et d’Albanie (1940-1941), Lyon, La Fos (...)

13La perspective d’une guerre courte s’éloignant, le régime fasciste doit faire face, outre les difficultés militaires, au désenchantement de l’opinion qui se transforme, peu à peu, en rejet. Dès 1940, l’incident lors d’une rencontre entre soldats italiens et chemises noires relaté par Mario Rogni Stern est significatif d’une rupture entre le régime, représenté par celles-ci (la personne du Duce est en partie encore épargnée), et la troupe. « Des grommellements commencèrent à s’échapper de notre colonne, suivis de gros mots, puis d’insultes. Les officiers essayaient vainement de nous faire taire. Mais les autres cessèrent de chanter et filèrent en vitesse »16.Sur ce plan, le discours officiel du régime reste invariable, car il est convaincu de la victoire et du triomphe du fascisme, même s’il ne cache pas l’ampleur de la lutte et le temps nécessaire à la victoire. S’adressant à un parterre de directeurs de journaux le 18 mai 1942, Mussolini déclare :

  • 17  Guerri, Giordanno Bruno, Rapporto al Duce. L’agonia di una nazione nei colloqui tra Mussolini e i (...)

Voici venus les temps difficiles et donc, pour nous fascistes, une très belle époque car nous avons toujours affirmé mépriser la vie facile et aujourd’hui, la vie difficile est arrivée. [...] La guerre sera longue et nous la gagnerons [...]. Mais la victoire n’est pas encore dans nos mains et il reste beaucoup à faire. L’Italie devra encore fournir une forte contribution à la lutte contre le bolchevisme qui a toujours été la nôtre comme le sait bien le peuple.17

  • 18  Colarizi, Simona, L’opinione degli italiani sotto il regime (1929-1943), Roma-Bari, Laterza,2000, (...)

14La guerre a un impact considérable sur la population et cela se vérifie de différentes manières. Outre l’angoisse de bien des familles, lorsqu’un proche se trouve sur l'un des fronts où combattent les troupes italiennes – angoisse qui se transforme en douleur lorsque la disparition de ce proche est annoncée par un bulletin officiel des forces armées –, les restrictions alimentaires se font particulièrement ressentir dans les grands centres urbains. La question de la culture de guerre tend à passer au second plan au regard de problèmes bien matériels et quotidiens. En octobre 1941 est instituée une carte de rationnement du pain. Un adulte a droit à 200 grammes par jour, ration qui passe à 150 grammes en mars 1942. Le problème de l’alimentation est un des problèmes majeur que soulignent très régulièrement les rapports des forces de l'ordre et des préfectures. Ainsi, le 20 août 1941 à Messine : « On ne trouve rien à manger et les gens sont conscients que si l’on ne trouve déjà pas grand-chose en été, ce sera bien pire en hiver ». Ou bien, à Gênes, le 7 mai 1942 : « Depuis un mois, plus une pomme de terre, depuis vingt jours, pas un œuf »18. L’humour frondeur n’est pas absent. A Pérouse, on trouve des graffitis FAME (faim) avec en dessous fascismo, aeronautica, marina, esercito (fascisme, aviation, marine, armée). D’autre part, les villes italiennes subissent, surtout à partir de la seconde moitié de 1942, des bombardements aériens. Le 22 octobre 1942, Gênes est violemment bombardée. Six jours plus tard, alors que le régime célèbre les vingt ans de la marche sur Rome, les cités de Milan, Savone et Gênes sont bombardées. En novembre, Turin et Gênes connaissent huit bombardements. Au printemps 1943, en prévision du débarquement en Sicile, les villes de l’île – Catane, Palerme, Messine, Randazzo – sont visées.

15Le mécontentement alimente l’impopularité du pouvoir fasciste. Le Parti national fasciste a de moins en moins de prise sur la société italienne. La valse des secrétaires généraux tend à montrer que le régime cherche un homme idoine, mais qu’il a dû mal à le trouver. Du 30 octobre 1939, date du limogeage d’Achille Starace, au 25 juillet 1943, quatre secrétaires se succèdent : Ettore Muti d’octobre 1939 à octobre 1940, Adelchi Serena d’octobre 1940 à décembre 1941, Aldo Vidussoni de décembre 1941 à avril 1943, Carlo Scorza d’avril à juillet 1943. Le gouvernement semble également en crise lorsque le Duce procède à une « relève de la garde », selon sa propre formule, le 6 février 1943. Ciano perd les Affaires étrangères et il est nommé ambassadeur près le Saint-Siège. Grandi est remplacé au ministère de la Justice, Bottai à l’Éducation nationale et Pavolini à la Culture populaire. A la tête du Comando Supremo, Ugo Cavallero, qui avait été promu maréchal en août 1942, est remplacé par le général Ambrosio. Mussolini reprend en main le ministère des Affaires étrangères, secondé par Giuseppe Bastianini qui est sous-secrétaire d’État.

  • 19  Ibid, p. 401.
  • 20  Cité in Vial, Éric, L’Italie au premier XXe siècle. Guerres, société et mentalités, Paris, Seli Ar (...)

16Beaucoup plus grave pour un régime aussi personnalisé que celui de l’Italie fasciste, le discrédit touche également le Duce, même si sa popularité est demeurée importante jusqu’à la guerre. Mais la formule « Il Duce ha sempre ragione » (« Le Duce a toujours raison ») est mise à mal à la suite des difficultés militaires et politiques. L’homme est affaibli physiquement et psychologiquement, fort marqué par la mort de son fils Bruno dans un accident d’avion, en août 1941. Son entourage, en particulier la famille de sa maîtresse, Claretta Petacci, est l’objet de vives critiques, en raison de faveurs obtenues grâce à la proximité de celle-ci avec le Duce. Son verbe est également plus rare et moins efficace. On le surnomme le camarade Mutolini (de muto, muet en italien). Ainsi, son allocution du 2 décembre 1942, après dix-huit mois de silence, devant la Chambre des Faisceaux et Corporations, censée galvaniser la nation, tombe à plat, tout comme son dernier discours depuis le balcon du palais de Venise, le 5 mai 1943. Le divorce entre Mussolini et l’opinion s’aggrave au fur et à mesure que la guerre se prolonge. Le 18 février 1943, un fonctionnaire milanais écrit dans son rapport : « Ce que mes oreilles ont entendu à l’adresse du Duce est incroyable. On le maudissait, certains le considéraient comme un 'salaud', d'autres estimaient que ce grand malotru devait être exposé aux dangers de la guerre afin qu’il cesse de faire le fanfaron »19. Dès lors, la culture de guerre n’est plus guère de mise. Interrogé par Heinrich Himmler sur le peu de réactions des Italiens à l’annonce de la chute de Tripoli en janvier 1943, Carmine Senise, chef de la police, répond : « Qu’est ce que vous voulez, que les gens qui ont été la nuit dans les refuges pour ensuite devoir attendre un morceau de pain pendant des heures se mettent à chanter Giovinezza ?»20. En cette année 1943, le consensus minimum, nécessaire au maintien du régime, semble ne plus être de mise. Au sein même de l’appareil fasciste, une bonne partie des hiérarques peuvent entamer le processus de détachement qui se solde par le vote du Grand Conseil le 25 juillet 1943 et la chute de Mussolini.

Haut de page

Notes

1  Pour une mise au point sur ce débat, on peut lire la mise au point de Le Naour, Jean-Yves, Dictionnaire de la Grande Guerre, Paris, Larousse, 2008, pp. 19-24.

2  Voir, par exemple, Bartov, Omer, L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Hachette, 1999.

3  Sur cette question, je me permets de renvoyer le lecteur à Foro, Philippe, L’Italie fasciste, Paris, Armand Colin, 2006, pp. 6-11 ;

4  Sur ce sujet, voir Matard-Bonucci, Marie-Anne, et Milza, Pierre (sous la direction de), L’Homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945). Entre dictature et totalitarisme, Paris, Fayard, 2004, en particulier la contribution d’Emilio Gentile, « L'homme nouveau du fascisme », pp. 35-63.

5  Cité in Gentile, Emilio, Fascismo e antifascismo. I partiti italiani fra le due guerre, Firenze, Le Monnier, 2000, p. 210.

6  Cité in Gentile, Emilio, Qu’est-ce que le fascisme ? Histoire et interprétation, Paris, Folio Histoire, 2002, pp. 377-378.

7  Mussolini, Benito, La Dottrina del Fascismo, Torino, Gambino, 1932, p. 64.

8  Spinoza, Antonion, Starace, Milano, Biblioteca universale Rizzoli, 1988, p. 119.

9  Sur la décision d’entrée en guerre, voir Ennio Di Nolfio, " Mussolini et la décision italienne d’entrer dans la Seconde guerre mondiale ", in Girault, René et Frank, Robert (sous la direction de), La puissance en Europe (1938-1940), Paris, Publications de la Sorbonne, 1984, pp. 73-88.

10  Les citations suivantes sont tirées du Journal du comte Ciano, gendre et ministre des Affaires étrangères du Duce, édité chez Rizzoli en 1990. Elles sont traduites en français par nos soins.

11  Depuis décembre 1941, les forces japonaises du  général Yamashita ont lancé une offensive en Malaisie. Le 15 février, la garnison britannique du général Percival capitule. La campagne de Malaisie a coûté 9 000 morts et 130 000 prisonniers aux Britanniques.

12  Cité in Rochat, Giorgio, Le guerre italiane (1935-1943). Dall’impero d’Ethiopia alla disfata, Torino, Einaudi, 2005, p. 316.

13  Ibid., p. 334.

14  Cité in Lormier, Dominique, Les guerres de Mussolini de la campagne d’Éthiopie à la république de Salo, Paris, Jacques Larcher éditeur, 1989, p. 70.

15  Eugenio Corti, La plupart ne reviendront pas, Paris, éditions de Fallois, 2003, p. 46.

16  Cité in Rigoni Stern, Mario, En guerre. Campagnes de France et d’Albanie (1940-1941), Lyon, La Fosse aux Ours, 2000, p. 46.

17  Guerri, Giordanno Bruno, Rapporto al Duce. L’agonia di una nazione nei colloqui tra Mussolini e i federali nel 1942, Milano, Mondadori, 2003, pp. 347-349.

18  Colarizi, Simona, L’opinione degli italiani sotto il regime (1929-1943), Roma-Bari, Laterza,2000, p. 378 et 382.

19  Ibid, p. 401.

20  Cité in Vial, Éric, L’Italie au premier XXe siècle. Guerres, société et mentalités, Paris, Seli Arslan, 2003, p. 194. Giovinezza est le chant officiel du Parti National fasciste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Foro, « Les limites de la culture de guerre dans l’Italie fasciste durant la Seconde Guerre mondiale », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://amnis.revues.org/1395 ; DOI : 10.4000/amnis.1395

Haut de page

Auteur

Philippe Foro

Université Toulouse II-Le Mirail, France, philippe.foro@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org