Navigation – Plan du site

D’allié à ennemi. Stéréotypes et représentations du combattant russe dans les magazines illustrés français durant la Grande Guerre

Raymond Blanchard, Joceline Chabot et Sylvia Kasparian

Résumés

Les recherches récentes en histoire sociale et culturelle sur la Grande Guerre s’intéressent notamment à l’étude de la production littéraire, médiatique et iconographique comme pratique signifiante et représentative de l’expérience individuelle et collective de la guerre, ce que les historiens identifient comme les « cultures de guerres ». Ces « cultures de guerre » sont analysées, entre autres, à partir de la presse, dont la situation privilégiée au carrefour de l’opinion publique et de la propagande gouvernementale, en fait un objet d’étude significatif pour mieux comprendre la mobilisation des populations dans le cadre d’une guerre totale. À partir d’une approche interdisciplinaire, notre article a pour principal objectif de dégager et d’analyser les stéréotypes qui règlent les représentations de l’allié russe dans la presse illustrée française durant la Grande Guerre. Plus précisément, nous voulons interroger l’évolution des représentations de la figure du combattant russe afin de dégager dans quelle mesure il y a eu rupture ou permanence des représentations, en fonction de l’évolution du contexte historique entre 1914 et 1920.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Laut, Ernest, « Le Tsar et ses soldats »,Le Petit Journal, 26 septembre 1915.

1En 1915, le supplément illustré du Petit Journal offre à ses lecteurs un article particulièrement enthousiaste décrivant la force de l’armée russe, alliée de la France et de la Grande-Bretagne. En Russie, où le recrutement, précise-t-on, est essentiellement d’origine rurale, les soldats sont décrits comme respirant la force et la santé, puisqu’élevés et entraînés au grand air et aux travaux des champs. Ces moujiks seraient ainsi devenus pratiquement insensibles aux températures rigoureuses qui sévissent en Russie, ce qui, reconnaît le journaliste Ernest Laut, constitue un atout dans la guerre sur le front Est. D’ailleurs, Laut n’hésite pas à comparer le soldat russe à un ours blanc dont il serait en fait le cousin germain mais qui, contrairement au plantigrade, n’est jamais incommodé par la chaleur !1

  • 2  Pour une introduction à cette question on peut consulter le dossier en ligne préparé par le Centre (...)
  • 3  Forcade, Olivier, « Voir et dire la guerre à l’heure de la censure (France 1914-1918) », Le Temps (...)
  • 4  Sur le concept de « discours dominant » et l’expression « bourrage de crâne », voir Pappola, Fabri (...)
  • 5  Prochasson, Christophe et Rasmussen, Anne (dir.), Vrai et Faux durant la Grande Guerre, Paris, Déc (...)
  • 6  Beurier, Joëlle, « La Grande Guerre, matrice des médias modernes », Le Temps des Médias, no 4, 200 (...)

2Durant la Grande Guerre, la représentation de la figure du combattant recourt largement aux stéréotypes nationaux, avec pour objectif avoué de mobiliser la population autour de la défense de la patrie et des valeurs culturelles qui s’y rattachent2. Dans le cadre d’une guerre totale, la mobilisation des populations  ne peut se faire sans une organisation efficace de la propagande et de la censure par l’armée et l’État3. Cette nécessaire mobilisation explique l’apparition du « discours dominant » que l’on désigne plus communément par l’expression « bourrage de crâne ». Ce discours renvoie principalement aux représentations patriotiques utilisées tout au long du conflit par les autorités et que l’on retrouve à travers les vecteurs tels que la littérature patriotique, les affiches, les cartes postales et bien sûr, la presse4. Ainsi, les pratiques des autorités en la matière agissent sur les représentations de la guerre en brouillant les notions de « vrai » et de « faux » et en occultant une large part du conflit, afin d’assurer la mobilisation du front et de l’arrière5. De fait, la presse française, qui connait depuis le XIXe siècle un fort développement, participe largement à la production et à la diffusion du discours patriotique pendant la Grande Guerre6.

  • 7  Sur le débat autour de cette notion, voir Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, 14-18, retr (...)
  • 8  Stone, Norman, « The Second War-Winter, 1915-1916 » et « Summer, 1916 », The Eastern Front, London (...)
  • 9  Nous utilisons le terme de « combattant russe » pour désigner ceux qui se battent au sein de l’arm (...)
  • 10  Amossy, Ruth et Herschberg Pierrot, Anne, Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris (...)

3Les recherches récentes sur cette période s’intéressent notamment à l’étude de la production littéraire, médiatique et iconographique comme pratique signifiante et représentative de l’expérience individuelle et collective de la guerre, ce que les historiens identifient comme les « cultures de guerre »7. Dans le cadre de cet article, il nous a semblé pertinent de nous interroger sur l’évolution des représentations du combattant russe dans la presse illustrée française. En effet, alliée privilégiée de la France, la Russie profite de l’enthousiasme de la presse à l’égard de ses armées lorsque débute le conflit. Cependant, dès 1916, sans se démentir, cet enthousiasme s’essouffle alors que les troupes russes connaissent d’importantes difficultés sur le front Est8. Les révolutions de 1917, suivies en 1918-1919 du retrait des forces russes du conflit et de la guerre civile, transforment les représentations de la Russie dans les magazines français : considérée comme une alliée au début de l'affrontement, elle devient désormais une ennemie. À notre connaissance, aucune étude empirique n’a été réalisée autour de la figure du combattant russe dans les magazines illustrés français durant le premier conflit mondial. Dans ce contexte, nous nous proposons d’explorer l’évolution des représentations stéréotypées du combattant russe9, afin de comprendre quelles sont les ruptures et les permanences qui articulent ces représentations. Ainsi, la notion de stéréotype nous semble utile car, de par sa fonction réductrice, le stéréotype sert d’outil efficace de filtration du réel en exploitant les représentations culturelles existantes10. Dans le cas d’une étude empirique portant sur la mobilisation culturelle de la population française, nous estimons que ces représentations répondent aux besoins d’une propagande de guerre axée d’abord sur la défense de la patrie. Cependant, dans le contexte d’un conflit total opposant les nations entre elles, cette propagande ne peut faire l’économie de l’intégration dans son discours de la figure de l’Autre, allié ou ennemi.

Corpus et méthode

Les articles qui composent notre corpus proviennent de trois magazines illustrés français (L'Illustration, Le Petit Journal et Je sais tout) et ont été publiés entre 1914 et 1919.

Distribution des articles dans L'Illustration, Le Petit Journal et Je sais tout

Publication/année

1914

1915

1916

1917

1918

1919

Total

L'Illustration

6

23

22

40

33

23

147

Le Petit Journal

4

11

17

6

1

3

42

Je sais tout

1

0

2

2

3

1

9

Total

11

34

41

48

37

27

198

  • 11  Feyel, Georges, « Naissance, constitution progressive et épanouissement d’un genre de presse aux l (...)
  • 12  Marchandiau, Jean-Nöel, L’Illustration 1843/1944. Vie et mort d’un journal, Toulouse, Privat, 1987 (...)

4Comme le montre ce tableau, la majeure partie du corpus (74% des articles) provient de L’Illustration. Cette surreprésentation traduit sa place au sommet de ce segment de la presse française11. Bimensuel tirant à 280 000 exemplaires avant la guerre et imprimé sur papier glacé, le magazine fournit à son lectorat des articles souvent très documentés et rédigés par des collaborateurs de renom. Durant la guerre, certains de ses numéros seront tirés à près de 400 000 exemplaires12.

  • 13  Bellanger, Claude, et al. (dir.), Histoire générale de la presse française, tome 3 : De 1871 à 194 (...)
  • 14  Bellanger, Claude et al. op. cit. p. 304.

5Avec 42 articles, le supplément illustré du Petit Journal représente 21% du corpus. L’un des quatre « grands » quotidiens de Paris, avec un tirage de 850 000 exemplaires en 191213, le Petit Journal propose par l’entremise de ce supplément hebdomadaire des articles et des images qui participent « [d’]une extraordinaire collection où l’on retrouve exposés, avec une simplicité admirable, tous les mythes populaires »14.

  • 15  Ibid. p. 387.

6Finalement, neuf articles (5% du corpus) sont tirés du mensuel Je sais tout. Ce magazine cherche d’abord à répondre aux besoins du grand public en matière de lecture et de culture15 plutôt que de traiter d’actualité. Ainsi, Je sais tout publie sur l’allié russe des articles de contenu très varié, parfois anecdotique, mais puisant largement dans la culture générale française.

  • 16  Depuis une vingtaine d’années, ce courant développe des théories, des méthodes ainsi que des logic (...)
  • 17  Logiciel développé par Brunet, Étienne, page web : http://ancilla.unice.fr.
  • 18  Logiciel développé par Baulac, Yves et Moscarola, Jean, page web : http://www.lesphinx-developpeme (...)

7Afin d’analyser cette masse importante de données, nous avons eu recours aux outils informatisés et statistiques d’analyse de données textuelles qui s’inscrivent dans le courant récent du réseau interdisciplinaire européen des Journées internationales d’analyse statistique de données textuelles (JADT)16. Les logiciels Hyperbase17 et Sphinx18 ont permis une analyse linguistique, surtout lexicosémantique, du texte. Ces outils ont favorisé une consultation rapide et efficace des données de notre corpus et ont rendu possible à la fois des explorations documentaires ainsi que des analyses statistiques poussées afin de présenter, à partir de l’étude du lexique, une analyse fine des représentations du combattant russe ainsi véhiculées.

  • 19  Guiraud, Pierre, Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse, 1967.
  • 20  Marchand, Pascal, L’analyse du discours assisté par ordinateur. Concepts, méthodes, outils, Paris, (...)

8Précisons qu’à partir du récit, on peut inférer des sens implicites qui sont révélés aux différents niveaux de l’analyse linguistique du texte. C’est par l’étude de l'ensemble du lexique que nous pouvons percevoir les différents sens. Comme le rappelle Pierre Guiraud19, les mots tirent leurs emplois et leurs valeurs de leur place au sein d’un paradigme qui constitue un système de relation. C’est « une approche paradigmatique du lexique, qui définit les rapports logiques et psychologiques reliant les termes coexistant et formant système »20. Cela étant, en lexicométrie, le nombre aussi fait sens : redondance, multiplication, présence, absence, régularité, irrégularité révèlent des sens différents. Ce sont des sens implicites par lesquels on construit notre représentation de l’objet du discours.

9Ainsi, l’étude minutieuse des mots composant le dictionnaire de notre corpus (va et vient constant entre le repérage des mots, leur fréquence, leur distribution et leur étude en contexte), nous a permis de repérer les différentes catégories représentant le combattant russe et d’identifier ses dénominations ainsi que ses qualifications à partir des mondes lexicaux qui lui sont associés. Aussi, l’étude de l’évolution chronologique de ces dénominations et de ces qualifications, selon les années, nous a permis de relever et d’analyser l’évolution de l’image du combattant russe dans le contexte historique de la Grande Guerre.

Représenter le combattant russe

« La sainte brute grise » : le soldat russe

10Sans surprise, dans notre corpus, ce sont les termes de « soldat » au singulier et « soldats » au pluriel qui reviennent le plus souvent au fil du récit qui met en scène la guerre sur le front Est. Ces soldats demeurent largement anonymes et c’est l’adjectif « gris » qui les qualifie :

  • 21  Gourari, Manuel, « La guerre sainte en Russie (III) »,L’Illustration, 16 janvier 1915.

L’armée grise des soldats-paysans est en marche. Elle va jour et nuit. Stoïques, insensibles à la douleur, aux privations, ils avancent, les hommes gris, dans la poussière ou la boue des routes, dans le feu de la bataille, ils avancent toujours […] ces hommes gris, aux membres vigoureux, au cœur fruste et intrépide.21

  • 22  Lezeau, Robert de, « La cohue grise des soldats russes », L’Illustration, 2 mars 1918.
  • 23  Ibid.
  • 24  Ed. J. « Les Russes en France », L’Illustration, 29 avril 1916.

11Dans le récit journalistique, les soldats, associés à la collectivité apathique des moujiks, perdent toute individualité et se confondent « avec la terre, avec les mousses, avec les feuilles »22, l’armée est une « cohue moutonnière… et grise…grise »23. La couleur grise renvoie d’abord à l’uniforme porté par le soldat russe mais aussi au caractère moral que l’on prête volontiers à l’ensemble de l’armée russe : soumise à ses supérieurs comme le sont les moujiks à leurs maîtres, elle manifeste une « cohésion absolue »24 qui assure ses succès face à l’ennemi.

12Toutefois, sorti du rang, les magazines français brossent volontiers un portrait haut en couleur, à la fois physique et moral du soldat russe, qui emprunte à un certain nombre de stéréotypes ethniques et culturels associés à la nation russe :

  • 25  Lavedan, Henri, « Le soldat russe », L’Illustration, 28 août 1915.

Le plus souvent de haute taille et d’épaisse ossature, la poitrine vaste et les membres forts, développé de partout, bâti pour la vie comme pour une chasse à la grosse bête, équarri pour l’endurance et la longévité, il apparaît de construction supérieure. Il y a en lui de l’arbre et de l’ours.25

Figure 1. Le Petit Journal, 17 octobre 191526

  • 27  Babin, Gustave, « Les Russes en France », L’Illustration, 16 septembre 1916.
  • 28  Ibid.
  • 29  Lavedan, Henri, « Le soldat russe », L’Illustration, 28 août 1915.

13Son allure générale est celle d’un « colosse, aux épaules formidables et aux pectoraux saillants »27 mais qui n’a rien d’une brute puisque tous conservent « de bons sourires ingénus »28. Cette naturalisation du soldat, assimilé à son environnement, et cette référence à l’ours, symbole de la nation russe, forgent l’image d'un guerrier et d'une force de la nature ; façonné par celle-ci, le soldat « a la sûreté de sa lenteur, les solides aplombs de sa charpente et de son poids »29. Tout au long de la période 1914-1915 et jusqu’en 1916, articles et illustrations reprennent cette représentation de l’allié russe, une représentation propre à rassurer les lecteurs français quant à ses capacités à vaincre les Allemands (Figure 1, ci-dessus).

  • 30  Grondijs, Ludovic, « Autour d’un feu de camp », L’Illustration, 23 décembre 1916.

14L’analyse du corpus nous a permis de constater que la description physique, mais surtout morale, du combattant russe est évoquée à travers celle de ses yeux. Le terme est très fréquent dans le corpus avec 155 occurrences. Des yeux bleus, naïfs, brillants, doux, limpides, bref « des yeux d’enfants »30, qui dévoilent les vertus supposées de l’âme russe mais aussi les caractéristiques propres à cette civilisation qui conserve, selon certains journalistes, un côté oriental :

  • 31  A.-J. P., « Au camp de Langensalza », L’Illustration, 21 août 1915.

[…] tranquille oriental de la glace […] le soldat russe absolument inimpressionnable [sic] au sens nerveux, concentre ses réserves de force et de patience impossibles à imaginer.31

  • 32  Grondijs, Ludovic, « Autour d’un feu de camp », L’Illustration, 23 décembre 1916.

Le soldat russe a une civilisation différente de celle de ses alliés des autres fronts, mais qui n’est pas inférieure. Si son esprit est en général moins développé, ses yeux brillent d’un éclat plus doux, son calme est plus attirant. L’état d’enfance dont parlent les Écritures, et que les autres nations ont perdu, vaut bien toutes les éducations.32

  • 33  Rivet, Charles, « Le réveil national », L’Illustration, 23 octobre 1915.

15Cette force tranquille et cet état d’enfance protègent le soldat russe contre l’abattement moral. Les reporters de L’Illustration qui accompagnent l’armée russe sur le front s’entendent pour dire que cette « masse moutonnière », lorsqu’elle est bien menée, constitue « un admirable instrument vanté par tous ceux qui le connaissent »33. Incidemment, notre analyse de l’environnement thématique du mot soldats (image ci-dessous) confirme que la figure du combattant est intimement liée à celle de l’officier.

Analyse de l’environnement thématique du mot « Soldats »

Analyse de l’environnement thématique du mot « Soldats »

« Une attitude de géant » : l’officier russe

  • 34  Werth, Nicolas « Les déserteurs en Russie : violence de guerre, violence révolutionnaire et violen (...)

16La dualité complexe de la relation entre officiers et soldats de l’armée russe, où s’entremêlent les notions d’autorité, de discipline et de rang social a été bien étudiée par les historiens34. Ainsi, si la soumission du soldat russe, sa naïveté d’enfant en fait un sujet docile aux mains des officiers, ceux-ci se distinguent par leur aptitude à diriger leur troupe :

  • 35  Gourari, Manuel, « La guerre sainte en Russie (III) », L’Illustration, 16 janvier 1915.

Ce ne sont plus les paysans de tout à l’heure, la masse vague, anonyme : c’est l’armée, unie et confiante. Un mot du colonel a suffi pour accomplir ce miracle, pour entraîner ces centaines d’hommes vers la mort et vers la gloire […].35

  • 36  Lincoln, W. Bruce, Passage through Armageddon. The Russians through War and Revolution, Oxford, Ox (...)

17Dans les descriptions enthousiastes que livrent en 1915 et en 1916 les journalistes des magazines français, les officiers de l’armée russe se caractérisent par leur capacité à mobiliser leurs soldats. Leur ardeur ne se dément pas en dépit des difficultés militaires et sociales de la Russie à l’époque36, d’ailleurs certains journalistes en sont bien conscients. C’est pourquoi, plus que jamais, l’influence de l’officier doit, selon eux, faire la différence :

  • 37  Forbin, Victor, « L’odyssée des soldats russes en France : de Moscou à Marseille en 80 jours », Je (...)

En quelques mots enflammés du plus pur patriotisme, il fit comprendre à ses hommes – à ses enfants ! – la splendide mission qui s’offrait à eux : sauver l’armée, sauver l’honneur de la Sainte Russie, même s’ils devaient se faire exterminer jusqu’au dernier37 !

18Quelques officiers russes attirent particulièrement l’attention des journalistes. À l’été 1916, le lectorat français fait la connaissance d’un général qui se démarque par sa fougue et son esprit novateur, Broussilof. Le général mène une grande offensive victorieuse qui captive l’imaginaire des lecteurs. Le portrait ainsi tracé lie son caractère à sa physionomie :

  • 38  Non-signé, « Le général Broussilof », Le Petit Journal, 2 juillet 1916.

[…] des yeux sombres, fixes, inquisiteurs, et son nez aquilin lui donne l’aspect d’un aigle, son menton est ferme, la ligne de la mâchoire vigoureuse; sa persévérance dans les tâches qu’il entreprend a été établie par sa campagne dans les Carpathes [sic].38

Figure 2. Le Petit Journal, 31 janvier 191539

  • 40  Forbin, Victor, « L’odyssée des soldats russes en France : de Moscou à Marseille en 80 jours », Je (...)
  • 41  Grondijs, Ludovic, « Le général Broussilof », L’Illustration, 21 juillet 1916.
  • 42  Babin, Gustave, « Les Russes en France », L’Illustration, 16 septembre 1916.
  • 43  Grondijs, Ludovic, « Avec la ‘‘division sauvage’’ pendant la retraite de Galicie (I) », L’Illustra (...)

19Le physique de l’officier russe, « d’une taille au-dessus de la moyenne; élancé, svelte, souple » évoque ses capacités de leadership ainsi que son « endurance à toute épreuve »40. D’une façon générale dans le corpus, l’officier reste assimilé à la noblesse et c’est à travers ses yeux, où se distingue une « expression de bonté malicieuse », qu’il révèle à l’observateur « le grand seigneur et l'homme d'esprit »41 qu’il est. Sa vigueur, sa volonté et son autorité, l’officier doit l’imposer aux soldats qu’il mène à l’assaut de façon à susciter leur respect et leur enthousiasme (Figure 2, ci-dessus). C’est dans la description du regard des uns et des autres, que les journalistes traduisent cet échange paternaliste : les soldats rivent « leurs yeux clairs » sur ceux du général, où passe « un éclair d'affection et de confiance »42, mais aussi parfois « des lueurs d’acier ».43

20Lorsque la révolution russe bouleverse la conduite des opérations à l’Est, les journalistes cherchent des modèles susceptibles de rassurer les lecteurs français quant à la fidélité de leur allié. C’est alors vers les corps d’armée où l’ordre a été le moins perturbé et où l’ascendant de l’officier sur ses troupes demeure intact, qu’ils se tournent :

  • 44  Ibid.

J’accompagne le régiment des Tartares, marchant en avant, entre les colonels, prince Magalof et comte Komarofsky. Le premier, extrêmement brillant officier, Géorgien à la culture européenne. L’autre, grand, très franc, le type de ces vieux gentilshommes russes d’un temps qui semblerait trop rude et surtout trop guerrier aux délicats d’aujourd’hui.44

  • 45  Pedroncini, Guy, Les mutineries de 1917, Paris, PUF, 1983. Becker, Jean-Jacques, 1917 en Europe. L (...)

21En 1917, au moment où la capacité des Russes à poursuivre la guerre soulève de légitimes inquiétudes, et que l’armée française elle-même traverse une profonde crise45, l’analyse des articles du corpus montre que les magazines se rangent derrière les troupes « blanches », autrement dit, les « volontaires » qui poursuivent le combat pour la cause des Alliés, contre les troupes dissidentes de la révolution, c’est-à-dire les « Rouges ».

« Des bandes désordonnées » : les « Rouges »

  • 46  Chessin, Serge de, « Lendemains de Révolution », L’Illustration, 19 mai 1917.
  • 47  Ibid., « Les crimes du bolchévisme en Estonie », L’Illustration, 8 mars 1919.

22Au printemps 1917 apparaît la figure du garde rouge, c’est-à-dire celle de l’ouvrier armé, qui se trouve au centre des représentations négatives de l’ex-allié russe. Dans le corpus, les journalistes n’hésitent pas à utiliser le terme péjoratif de « soldatesque » pour parler de cette milice bolchevique. Les gardes rouges, « fleuris de cocardes écarlates »46, se caractérisent par leur brutalité et leur corruption ; ils « perquisitionnent, arrêtent et fusillent à tour de bras »47, et se livrent aux pires excès :

  • 48  Ibid., « Le crépuscule d’une capitale », L’Illustration, 11 mai 1918.

[…] les mitrailleuses crépitèrent contre une cave, envahie par l’eau et qu’assiégeait une soldatesque frénétique. Les versets sacrés rythmèrent les gémissements des mourants, les sifflements des balles et les clameurs avinées des soldats qui barbotaient dans un immonde cloaque de neige sale mêlée à du vin.48

  • 49  Vaucher, Robert, « Dans les propriétés dévastées », L’Illustration, 31 août 1918.
  • 50  Ibid.

23Cet ivrogne et ce brigand, qui « se [fait] payer force pots de vin et s’enivr[e] comme au temps de la Sainte Russie »49, est une honte aux yeux des reporters français, mais ne constitue pas une véritable menace. Alors que les gardes rouges sont « bien capables de dévaliser les malheureux bourgeois sans défense », les journalistes estiment que jamais « ils ne pou[rront] compter comme force combattante »50. Pourtant, à mesure que s’organise l’Armée rouge, que s’y impose une discipline de fer, force est de reconnaître le danger qu’elle représente pour la cause des Alliés en Russie. Ainsi, dès l’été 1918, un journaliste note :

  • 51  E. Vincent, « Un mois de guerre civile en Finlande », L’Illustration, 29 juin 1918.

[…] chaque jour nous voyons circuler de nouvelles formations qui, à la différence des bandes désordonnées des gardes rouges russes, observent une discipline rigoureuse […] ces soldats ont fort bon air, sont de solides gaillards bien habillés et portent avec orgueil au bras gauche le brassard rouge qui seul les différencie des soldats de l'armée blanche.51

  • 52  Commandant de Civrieux, « Les événements militaires en Russie », L’Illustration, 11 janvier 1919.
  • 53  Vaucher, Robert, « De Petrograd à Stockholm », L’Illustration, 9 novembre 1918.
  • 54  Ibid.

24L’ordre serait cependant illusoire dans « cette armée [qui] ne s’en recrute pas moins parmi les foules de malandrins et de miséreux »52, puisqu’il se limite aux défilés et parades. La description que font les journalistes des soldats de l’armée rouge, « sales et négligés »53, demeure, dans l’ensemble, dépréciative, Surtout, elle contraste avec celle des troupes blanches « propres et correctes »54.

« L’ami de l’ordre » : le « Blanc »

  • 55  Becker, Jean-Jacques, « Changement de donne », 1917 en Europe. L’année impossible, Paris, Éditions (...)

25Au lendemain de la révolution de février 1917, les unités qui choisissent de rester au combat aux côtés des Alliés55, sont désignées par le terme de « volontaires » :

  • 56  Grondijs, Ludovic, « Le sursaut de juillet », L’Illustration, 15 septembre 1917.

[…] aucun régiment n'a voulu intégralement s'élancer sur l'ennemi. On peut même considérer comme des volontaires tous les hommes que je vois maintenant s'approcher de la ligne d'assaut.56

  • 57  Laut, Ernest, « L’amiral Koltchak », Le Petit Journal, 29 juin 1919.
  • 58  Notons que la première armée de « volontaires », celle du général Denikine, fut composée exclusive (...)

26Contrairement à la description des bandes bolchéviques que l’on représente rongées par le vice, les journalistes affirment que c’est à partir de troupes où se retrouve « ce qui est resté sain, tout ce qui demeure l’ami de l’ordre »57 que les armées blanches se sont constituées. Puisque les armées blanches sont animées d’un grand patriotisme et dirigées par des officiers compétents58, tel l’amiral Koltchak, plusieurs journalistes en concluent qu’elles sont destinées à vaincre leurs adversaires :

  • 59  Laut, Ernest, « L’amiral Koltchak », Le Petit Journal, 29 juin 1919.

[Koltchak] est l’homme en qui revivent toutes les espérances de la Russie de 1914 et 1915, de la Russie héroïque des débuts de la guerre, de la Russie qui ne veut pas mourir.59

27Malgré l’enthousiasme que démontrent les magazines français à l’égard des troupes « blanches », la montée en puissance de l’Armée rouge et le manque d’aide en provenance des nations alliées ont peu à peu raison des plus convaincus :

  • 60  Commandant de Civrieux, « La guerre qui se prolonge en Europe orientale », L’Illustration, 23 août (...)

Reste donc la seule armée volontaire de Youdenitch, mal équipée et mal vêtue, peu nourrie, qui, devant des forces grossissantes, a dû se replier […] et avec impatience elle attend de l'Entente les ressources en tous genres, depuis si longtemps promises.60

28Afin de cerner l’évolution de ces représentations, nous avons examiné la distribution de ces termes de 1914 à 1919. Ainsi, le croisement des différentes dénominations du combattant russe (soldats, officier[s], rouges, blancs, volontaires) selon les années de publication des articles soumis à l’analyse factorielle de correspondance, nous a permis, à partir graphique ci-dessous, de constater, sur l’axe 1, une opposition nette entre les dénominations du groupe soldats-officier[s] et le groupe volontaires-rouges et blancs. Le premier groupe est plus spécifique aux années 1914-1916, tandis que le second est plutôt spécifique aux années 1917-1919. Aussi remarquons-nous que la dénomination de volontaires est plus spécifiquement reliée à l’année 1919, tandis que blancs et rouges sont spécifiques aux années 1917-1918.

AFC des dénominations du combattant en fonction des années

AFC des dénominations du combattant en fonction des années
  • 61  Sur « l’âme russe » dans l’imaginaire français: De Grève, Claude, « Le caractère national », Le vo (...)

29Ces résultats attestent de la rupture qui se produit dans les représentations du combattant russe à partir de 1917. Les nouvelles dénominations entraînent des changements dans les représentations du combattant russe, dont les aspects positifs sont assimilés aux « Blancs », alors que les traits pérennes de l’ennemi – cruauté, vice, débauche – caractérisent les « Rouges », qui représentent la part « sombre » de l’âme russe61. La rupture politique et idéologique entre les Alliés et le régime bolchevik peut expliquer le besoin d’une nouvelle catégorisation. Notons qu’en 1919, le rassemblement des armées blanches autonomes sous le commandement unique de l’amiral Koltchak rend compte du basculement du terme de « blancs » vers celui de « volontaires ».

Représenter les corps auxiliaires

30En 1919, les journalistes et les correspondants qui observent les événements en Russie estiment que la montée en force des bolcheviks et de l’Armée rouge ne pourra être endiguée. Pourtant, les armées blanches disposent d’auxiliaires qui constituent des troupes d’élite. Dès le début du conflit, les magazines français ont brossé des corps d’élite de l’armée russe, particulièrement des cosaques, un tableau remarquable par la permanence de ses représentations.

« Agiles et superbes » : les Cosaques

  • 62  Lavedan, Henri, « Le soldat russe », L’Illustration, 28 août 1915.

31S’il existe dans la guerre de 1914-1918, une figure susceptible de concentrer tous les éléments les plus folkloriques du caractère russe, c’est celle du Cosaque. À la fois symbole de liberté et de brutalité, les Cosaques, « maîtres de la lance, l’arme des temps passés »62 ne semblent pas souffrir des contraintes nouvelles de la guerre industrielle. C’est aussi en tant que figure littéraire que le cosaque s’inscrit dans le discours des journalistes français :

  • 63  Pascal, Félicien, « Les anciens Cosaques », Je sais tout, 15 mars 1918.

[…] dans Tarass-Boulba, au milieu d’un tableau de danse, Gogol nous montre, en plein été, un cosaque qui se démène de toutes ses forces, dans une « chaude pelisse d’hiver ouverte devant, et qui laissait à découvert sa robuste poitrine; la sueur ruisselait de son corps comme une pluie.63

Figure 3. Le Petit Journal, 31 octobre 191564

  • 65  Laut, Ernest, « Les Cosaques », Le Petit Journal, 23 juillet 1916.

32Ainsi, même si certains propos des journalistes démentent « la légende […] du cosaque impitoyable [qui] fut juste en des temps très lointains »65, l’analyse du corpus fait apparaître des exploits guerriers criants d’anachronisme et de cruauté :

  • 66  Ibid.

Le cosaque n’use pas avec moins de maestria le chachka, le sabre courbe sans garde qui lui est particulier. Avec cette arme terrible, il fait voler les têtes comme on fauche l’avoine.66

  • 67  Édouard Julia, « Impressions de Russie », L’Illustration, 22 janvier 1916.
  • 68  Grondijs, Ludovic, « Les aigles du Tsar », L’Illustration,30 septembre 1916.

33Le costume des Cosaques, « avec leurs bonnets d'astrakan, leurs lévites, leurs sabres enrichis et leurs cartouchières décoratives »67 fascine les observateurs (Figure 3, ci-dessus). Retenons cet exemple d’« officiers qui, […] avec leurs longues culottes de cheval et avec leurs manteaux courts, semblent sortir de l’époque napoléonienne »68. À l’heure des troubles de 1917, la figure du Cosaque, fidèle à l’ancien régime, assure la permanence de ces représentations :

  • 69  Ibid., « Avec la ‘‘division sauvage’’ pendant la retraite de Galicie (I) », L’Illustration, 22 déc (...)

Les hommes sont d’une politesse exquise envers les officiers, et cela réconforte après le désordre qu’on a constaté partout dans la nouvelle armée révolutionnaire.69

  • 70  Félicien Pascal, « Les anciens Cosaques », Je sais tout, 15 mars 1918.
  • 71  Ludovic Grondijs, « Les aigles du Tsar », L’Illustration,30 septembre 1916.

34Outre ses aptitudes guerrières et son habillement, l’humeur mesurée du Cosaque est elle aussi un objet d’intérêt pour les journalistes français. Ainsi, si « la joie des cosaques [est] délirante et tapageuse, […] ce n’[est] pas l’ivresse vulgaire du cabaret, où l’homme laisse sa dignité »70. Encore une fois, les propos journalistiques se font rassurants : dans le regard de ces « magnifiques brigands »71, la France peut trouver un solide allié :

Je n’oublierai jamais les traits de l’un d’eux : un visage d’enfant inquiet, long mince, sous un énorme bonnet de fourrure grise, un garçon élégant, qui parlait plusieurs langues. Il avait […] un regard si résolu, si implacable, que je ne pouvais détourner mes yeux des siens. […]

  • 72  Ibid.

Ils se glisseront, sales et défigurés, à travers les forêts obscures et les marais perfides. Ils vont harasser l'ennemi partout où ils le pourront. Ils sont libres. Ils se battront à leur guise, seuls ou en groupes. Ils pourront choisir la forme de leur mort.72

35À l’heure où la Russie connaît des ratés inquiétants, la figure intemporelle et folklorisée du Cosaque intrépide offre aux lecteurs français une image familière et rassurante.

« De grands diables » : les tirailleurs sibériens

36Chasseurs, achotniki, tirailleurs, sont quelques-uns des termes par lesquels on repère ces régiments dans notre corpus. Moins connus que les Cosaques, les Sibériens constituent, pour les magazines français, un excellent sujet propre à susciter l’intérêt des lecteurs qui découvrent, à travers le récit de leurs exploits, ces troupes d’élite. Toujours en action, chargeant à la baïonnette, portant des bonnets fourrés et glissant sur leurs skis, les représentations des Sibériens traversent l’ensemble des articles sans subir de transformations liées au contexte historique (Figure 4, ci-dessous). Sous la plume des journalistes, ils semblent toujours surgir à l’improviste et se couvrent généralement de gloire :

  • 73  Manuel Gourari, « La guerre sainte en Russie (II) », L’Illustration, 5 décembre 1914.

[Les Allemands] furent délogés de leurs positions par les troupes sibériennes qui, sans être soutenues par l’artillerie, chargèrent à la baïonnette avec un entrain irrésistible73.

  • 74  X., « L’abandon de Riga : ses raisons et ses conséquences », L’Illustration, 8 septembre 1917.

Songez qu’il y avait là, dans la région de Riga, quelques-unes des meilleures troupes de l’armée russe, ces fameux régiments sibériens qui, depuis le début de la guerre, se sont couverts de gloire en cent combats.74

Figure 4. Le Petit Journal, 23 janvier 191675

  • 76  Gourari, Manuel, « Les combats sur la Rawka », L’Illustration, 13 février 1915.
  • 77  Ibid., « La guerre sainte en Russie (III) », L’Illustration, 16 janvier 1915.
  • 78  Non-signé, « Les achotniki », Le Petit journal, 23 janvier 1916.

37Encore une fois, les représentations du combattant font appel aux stéréotypes ethniques et culturels. Déterminés par leur environnement, les Sibériens sont rarement évoqués en-dehors du contexte hivernal qui leur est associé : munis de leurs skis ils « se laissent glisser sur la pente »76. Comme les vents qui balaient la steppe, ils sont semblables à un « un tourbillon »77 lorsqu’ils se jettent sur l’adversaire. Dans tous les cas, ils « sont recrutés parmi les sujets d’élite joignant l’audace, la fermeté, l’esprit de décision et l’adresse à une grande vigueur physique »78.

Conclusion

  • 79  Fouchard, Dominique, « 1914-1918. Bilan d’étape », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 77, 2003 (...)
  • 80  Frank, Robert, « Qu’est-ce qu’un stéréotype? », Une idée fausse est un fait vrai. Les stéréotypes (...)

38À la suite d’un colloque organisé à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne en 2002, les chercheurs ont rappelé la nécessité d’interroger les représentations que sous-tend le conflit à partir de nouvelles approches et en utilisant diverses formes d’expression79. Dans cet article, nous avons voulu cerner l’évolution des représentations du combattant russe à travers la presse illustrée, l’un des vecteurs du « discours dominant » dans le cadre de la mobilisation culturelle de la population française durant la Grande Guerre. Dans cette étude, la notion de stéréotype, qui cristallise en un tout catégorique et catégorisant, forcément réducteur, l’ensemble des caractéristiques d’un peuple80, s’est avérée pertinente.

39Notre analyse nous a permis de montrer qu’au début du conflit, l’enthousiasme des journalistes oriente l’image des soldats et des officiers russes, qu'ils présentent comme de solides alliés de la France. Façonné par son environnement et son milieu social, le stéréotype du soldat est celui d’un véritable colosse qui possède les qualités positives du moujik, élevé au grand air, mais aussi ses défauts. En effet, d'un point de vue moral, il se révèle différent des autres alliés de la France : plus arriéré, il est aussi plus naïf, voire apathique. Ainsi, la cohésion de cette imposante « masse grise » dépend de l’encadrement des officiers. Plus svelte, plus élégant, l’officier se distingue du soldat massif et lent. Le lien entre ces deux figures opposées, mais complémentaires, est basé sur les rapports d’autorité qui assurent aux troupes impériales leur supériorité face à l’ennemi.

40Après 1917, la figure du soldat russe, fidèle allié de la France, se brouille alors qu’émerge dans les articles les termes politiques de « Blancs » et de « Rouges ». Si les premiers demeurent des alliés, les seconds incarnent désormais la figure de l’ennemi, auquel ils empruntent ses éléments les plus caractéristiques. Dans notre corpus, si l’opposition entre les Blancs et les Rouges est pensée en termes politiques, elle est représentée en termes physiques et moraux : les volontaires blancs sont demeurés sains et loyaux, alors que la soldatesque rouge adopte une personnalité criminogène.

  • 81  Tarass Boulba de Nicolas Gogol est traduit en français en 1845 deux ans après sa publication en ru (...)

41Les représentations des troupes cosaques et des Sibériens relèvent du pittoresque et comme telles échappent au contexte historique de la guerre industrielle. L’image du Cosaque à cheval qui fonce sur l’ennemi en brandissant son sabre confine parfois l’information journalistique au récit folklorique. Certes, ce récit captive, car en empruntant et en réactivant les modèles stéréotypés issus de la littérature81 et de l’imagerie d’Épinal, il offre aux lecteurs français l’image figée d’une culture russe intemporelle. Enfin, une autre figure intéressante bien que marginale du soldat russe, qui a surpris et captivé le lectorat français, mais que nous n’avons pu développer dans le cadre de cet article, est celle des unités féminines, nommées « bataillons de la mort ».

  • 82  Delporte, Christian, Les journalistes en France, 1880-1950. Naissance et construction d’une profes (...)

42Le grand reportage, style journalistique prestigieux qui repose sur la place centrale du journaliste dans ses écrits, fournit sur la guerre un récit dans un style souvent lyrique et expansif. Très présent dans les articles de notre corpus, ce style ne rompt pas avec la tradition littéraire française82 et confère au récit des événements sur le front russe son authenticité, mais aussi une grande intensité dramatique qui garde les lecteurs en haleine.

43L'étude de cas réalisée ici à partir de trois magazines témoigne de l’intérêt d’une analyse des représentations du combattant allié et ennemi dans le cadre de l’histoire culturelle de la Grande Guerre. Il serait toutefois intéressant de poser un regard élargi et comparatif sur la presse, en y incluant d’autres vecteurs du discours patriotique, comme les cartes postales et la littérature, afin d’approfondir certaines des pistes ouvertes par cet article.

Haut de page

Notes

1  Laut, Ernest, « Le Tsar et ses soldats »,Le Petit Journal, 26 septembre 1915.

2  Pour une introduction à cette question on peut consulter le dossier en ligne préparé par le Centre régional de document pédagogique de l’Académie d’Amiens et le service éducatif et culturel de l’Historial de Péronne intitulé « La représentation du soldat durant la Grande Guerre » : http://crdp.ac-amiens.fr/article403.html.

3  Forcade, Olivier, « Voir et dire la guerre à l’heure de la censure (France 1914-1918) », Le Temps des Médias, no 4, 2005/1, pp. 50-62 ; Maurin, Jean-Louis, Combattre et informer. L’armée française et les médias pendant la première guerre mondiale, Monts, Éditions Codex, 2009.

4  Sur le concept de « discours dominant » et l’expression « bourrage de crâne », voir Pappola, Fabrice, « Bourrage de crâne », Dictionnaire de la Grande Guerre, Le Naour, Jean-Yves (dir.), Paris, Larousse, 2008, p. 130. Audoin-Rouzeau, Stéphane, « Information et bourrage de crâne en France en 1914-1918 », Les sociétés européennes et la guerre de 1914-1918, Audoin-Rouzeau, Stéphane, Becker, Jean-Jacques (dir.), Nanterre, Presses universitaires de Paris-X, 1990, pp. 163-174 ; Pappola, Fabrice, « 1914-1918: La presse toulousaine face au discours dominant », Annales du Midi, no 262, avril-juin 2008, pp. 249-263.

5  Prochasson, Christophe et Rasmussen, Anne (dir.), Vrai et Faux durant la Grande Guerre, Paris, Découverte, 2004 ; Gervereau, Laurent « Le vrai contre le faux. Les basculements de la Première Guerre mondiale », Histoire du visuel au XXe siècle, Paris, Seuil, 2003, pp. 98-140.

6  Beurier, Joëlle, « La Grande Guerre, matrice des médias modernes », Le Temps des Médias, no 4, 2005/1, pp. 162-175.

7  Sur le débat autour de cette notion, voir Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000 ; Cazals, Rémy, « 1914-1918. Oser penser, oser écrire », Genèse, no 46, mars 2002, pp. 26-43 ; Prost, Antoine, « La guerre de 1914 n’est pas perdue », Le Mouvement social, no 81, avril-juin 2002, pp. 95-102.

8  Stone, Norman, « The Second War-Winter, 1915-1916 » et « Summer, 1916 », The Eastern Front, London, Penguin Books, 1998, pp. 212-263.

9  Nous utilisons le terme de « combattant russe » pour désigner ceux qui se battent au sein de l’armée en tant que sujets de l’Empire et non pas au sens ethnique de Grand-Russe.

10  Amossy, Ruth et Herschberg Pierrot, Anne, Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Nathan, 1997, p. 27.

11  Feyel, Georges, « Naissance, constitution progressive et épanouissement d’un genre de presse aux limites floues : le magazine », Réseaux, no 105, 2001/1, p. 24.

12  Marchandiau, Jean-Nöel, L’Illustration 1843/1944. Vie et mort d’un journal, Toulouse, Privat, 1987, p. 325.

13  Bellanger, Claude, et al. (dir.), Histoire générale de la presse française, tome 3 : De 1871 à 1940, Paris, PUF, 1972, p. 297.

14  Bellanger, Claude et al. op. cit. p. 304.

15  Ibid. p. 387.

16  Depuis une vingtaine d’années, ce courant développe des théories, des méthodes ainsi que des logiciels pour l’analyse de gros volumes de données textuelles. Pour plus d’information, on consultera la page web http://www.cavi.univ-paris3.fr/lexicometrica/jadt/index.htm.

17  Logiciel développé par Brunet, Étienne, page web : http://ancilla.unice.fr.

18  Logiciel développé par Baulac, Yves et Moscarola, Jean, page web : http://www.lesphinx-developpement.fr.

19  Guiraud, Pierre, Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse, 1967.

20  Marchand, Pascal, L’analyse du discours assisté par ordinateur. Concepts, méthodes, outils, Paris, Armand Colin, 1992, p. 30. 

21  Gourari, Manuel, « La guerre sainte en Russie (III) »,L’Illustration, 16 janvier 1915.

22  Lezeau, Robert de, « La cohue grise des soldats russes », L’Illustration, 2 mars 1918.

23  Ibid.

24  Ed. J. « Les Russes en France », L’Illustration, 29 avril 1916.

25  Lavedan, Henri, « Le soldat russe », L’Illustration, 28 août 1915.

26  Source : http://gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

27  Babin, Gustave, « Les Russes en France », L’Illustration, 16 septembre 1916.

28  Ibid.

29  Lavedan, Henri, « Le soldat russe », L’Illustration, 28 août 1915.

30  Grondijs, Ludovic, « Autour d’un feu de camp », L’Illustration, 23 décembre 1916.

31  A.-J. P., « Au camp de Langensalza », L’Illustration, 21 août 1915.

32  Grondijs, Ludovic, « Autour d’un feu de camp », L’Illustration, 23 décembre 1916.

33  Rivet, Charles, « Le réveil national », L’Illustration, 23 octobre 1915.

34  Werth, Nicolas « Les déserteurs en Russie : violence de guerre, violence révolutionnaire et violence paysanne », La violence de guerre 1914-1945, Audoin-Rouzeau, Stéphane (dir.), Paris, Éditions Complexe, 2002, pp. 99-116.

35  Gourari, Manuel, « La guerre sainte en Russie (III) », L’Illustration, 16 janvier 1915.

36  Lincoln, W. Bruce, Passage through Armageddon. The Russians through War and Revolution, Oxford, Oxford University Press, 1994 ; Gatrell, Peter, Russia’s First World War. A Social and Economic History, Harlow, Pearson, 2005.

37  Forbin, Victor, « L’odyssée des soldats russes en France : de Moscou à Marseille en 80 jours », Je sais tout, 15 juin 1916.

38  Non-signé, « Le général Broussilof », Le Petit Journal, 2 juillet 1916.

39  Source : http://gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

40  Forbin, Victor, « L’odyssée des soldats russes en France : de Moscou à Marseille en 80 jours », Je sais tout,  15 juin 1916.

41  Grondijs, Ludovic, « Le général Broussilof », L’Illustration, 21 juillet 1916.

42  Babin, Gustave, « Les Russes en France », L’Illustration, 16 septembre 1916.

43  Grondijs, Ludovic, « Avec la ‘‘division sauvage’’ pendant la retraite de Galicie (I) », L’Illustration, 22 décembre 1917.

44  Ibid.

45  Pedroncini, Guy, Les mutineries de 1917, Paris, PUF, 1983. Becker, Jean-Jacques, 1917 en Europe. L’année impossible, Paris, Éditions Complexe, 1997.

46  Chessin, Serge de, « Lendemains de Révolution », L’Illustration, 19 mai 1917.

47  Ibid., « Les crimes du bolchévisme en Estonie », L’Illustration, 8 mars 1919.

48  Ibid., « Le crépuscule d’une capitale », L’Illustration, 11 mai 1918.

49  Vaucher, Robert, « Dans les propriétés dévastées », L’Illustration, 31 août 1918.

50  Ibid.

51  E. Vincent, « Un mois de guerre civile en Finlande », L’Illustration, 29 juin 1918.

52  Commandant de Civrieux, « Les événements militaires en Russie », L’Illustration, 11 janvier 1919.

53  Vaucher, Robert, « De Petrograd à Stockholm », L’Illustration, 9 novembre 1918.

54  Ibid.

55  Becker, Jean-Jacques, « Changement de donne », 1917 en Europe. L’année impossible, Paris, Éditions Complexe, 1997, pp. 29-86 ; Werth, Nicolas, « De la guerre à la Révolution », Histoire de l’Union soviétique. De l’Empire russe à la Communauté des États indépendants 1900-1991, Paris, PUF, 2008, pp. 72-126.

56  Grondijs, Ludovic, « Le sursaut de juillet », L’Illustration, 15 septembre 1917.

57  Laut, Ernest, « L’amiral Koltchak », Le Petit Journal, 29 juin 1919.

58  Notons que la première armée de « volontaires », celle du général Denikine, fut composée exclusivement d’officiers. Werth, Nicolas, op. cit. p. 140.

59  Laut, Ernest, « L’amiral Koltchak », Le Petit Journal, 29 juin 1919.

60  Commandant de Civrieux, « La guerre qui se prolonge en Europe orientale », L’Illustration, 23 août 1919.

61  Sur « l’âme russe » dans l’imaginaire français: De Grève, Claude, « Le caractère national », Le voyage en Russie. Anthologie des voyageurs français aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Robert Laffont, 1990, pp. 1173-1225 ; Coeuré, Sophie, « Prologue. Des tsars aux Soviets », La grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union Soviétique, 1917-1939, Paris, Seuil, 1999, pp. 13-30.

62  Lavedan, Henri, « Le soldat russe », L’Illustration, 28 août 1915.

63  Pascal, Félicien, « Les anciens Cosaques », Je sais tout, 15 mars 1918.

64  Source : http://gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

65  Laut, Ernest, « Les Cosaques », Le Petit Journal, 23 juillet 1916.

66  Ibid.

67  Édouard Julia, « Impressions de Russie », L’Illustration, 22 janvier 1916.

68  Grondijs, Ludovic, « Les aigles du Tsar », L’Illustration,30 septembre 1916.

69  Ibid., « Avec la ‘‘division sauvage’’ pendant la retraite de Galicie (I) », L’Illustration, 22 décembre 1917.

70  Félicien Pascal, « Les anciens Cosaques », Je sais tout, 15 mars 1918.

71  Ludovic Grondijs, « Les aigles du Tsar », L’Illustration,30 septembre 1916.

72  Ibid.

73  Manuel Gourari, « La guerre sainte en Russie (II) », L’Illustration, 5 décembre 1914.

74  X., « L’abandon de Riga : ses raisons et ses conséquences », L’Illustration, 8 septembre 1917.

75  Source : http://gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

76  Gourari, Manuel, « Les combats sur la Rawka », L’Illustration, 13 février 1915.

77  Ibid., « La guerre sainte en Russie (III) », L’Illustration, 16 janvier 1915.

78  Non-signé, « Les achotniki », Le Petit journal, 23 janvier 1916.

79  Fouchard, Dominique, « 1914-1918. Bilan d’étape », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 77, 2003, pp. 109-110.

80  Frank, Robert, « Qu’est-ce qu’un stéréotype? », Une idée fausse est un fait vrai. Les stéréotypes nationaux en Europe, Jeanneney, Jean-Noël (dir.), Paris, Odile Jacob, 2000, p. 19.

81  Tarass Boulba de Nicolas Gogol est traduit en français en 1845 deux ans après sa publication en russe.

82  Delporte, Christian, Les journalistes en France, 1880-1950. Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999,p. 71.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Le Petit Journal, 17 octobre 191526
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Analyse de l’environnement thématique du mot « Soldats »
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1402/img-2.png
Fichier image/png, 52k
Légende Figure 2. Le Petit Journal, 31 janvier 191539
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1402/img-3.png
Fichier image/png, 852k
Titre AFC des dénominations du combattant en fonction des années
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1402/img-4.png
Fichier image/png, 33k
Légende Figure 3. Le Petit Journal, 31 octobre 191564
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 4. Le Petit Journal, 23 janvier 191675
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Blanchard, Joceline Chabot et Sylvia Kasparian, « D’allié à ennemi. Stéréotypes et représentations du combattant russe dans les magazines illustrés français durant la Grande Guerre », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://amnis.revues.org/1402 ; DOI : 10.4000/amnis.1402

Haut de page

Auteurs

Raymond Blanchard

Université de Moncton, Canada, erb0777@umoncton.ca

Joceline Chabot

Université de Moncton, Canada, joceline.chabot@umoncton.ca

Sylvia Kasparian

Université de Moncton, Canada, sylvia.kasparian@umoncton.ca

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org