Navigation – Plan du site

Les représentations de l’ennemi et du combat dans les dessins animés soviétiques de 1941

David Maurice

Résumés

La Seconde Guerre mondiale eut un impact considérable sur la production culturelle des pays impliqués dans le conflit, ce qui s’est répercuté notamment dans la propagande visuelle appuyant les discours politiques. Devant l’ampleur de la menace, les autorités soviétiques n’ont pas hésité à mobiliser le milieu artistique afin de relayer un discours patriotique projetant une image particulière de l’ennemi ainsi que des comportements à adopter face à ce dernier, au même titre que la France, la Grande-Bretagne ou les États-Unis ont pu le faire. Les dessins animés qui ont été produits en 1941, lorsque débute l’invasion du territoire soviétique par l’armée allemande, intègrent certaines thématiques liées à la représentation de l’ennemi et du combat dans une double perspective de pédagogie militaire et de création d’une fiction de la victoire. L’utilisation de représentations animales pour dépeindre l’ennemi dans les dessins animés, ainsi que la distorsion de la réalité dans les séquences de combat, sont autant de moyens d’alimenter la haine à l’encontre de l’envahisseur et de contrôler l’information en provenance du front, afin de rassurer la population quant au déroulement du conflit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Kracauer, Siegfried, De Caligari à Hitler : une histoire psychologique du cinéma allemand, Paris, (...)
  • 2  Ferro, Marc, Cinéma et Histoire, Paris, Gallimard, 1993, 290 p.
  • 3  Bertin-Maghit, Jean-Pierre, Le cinéma français sous l'Occupation, Paris, Presses Universitaires de (...)
  • 4  Norris, Stephen M. et Zara M. Torlone, Insiders and outsiders in Russian Cinema, Bloomington, Indi (...)
  • 5  Bendazzi, Giannalberto, Cartoons: One Hundred Years of Cinema Animation, Bloomington, Indiana Univ (...)
  • 6  Youngblood, op. cit.

1La Seconde Guerre mondiale est un évènement hautement traumatique qui a marqué l’imaginaire collectif des nations ayant pris part aux combats ou qui ont subi l’occupation. Ce traumatisme collectif a fortement imprégné la production culturelle des sociétés contemporaines, et particulièrement le cinéma, alimentant la mémoire difficile de cet important conflit. Le livre de Siegfried Kracauer, De Caligari à Hitler : une histoire psychologique du cinéma allemand, dont la première édition parut en 1947, témoigne de la rapidité avec laquelle les Allemands ont mené des recherches exploratoires sur le cinéma après la guerre1. Du côté français, Marc Ferro est considéré comme un pionnier concernant l’utilisation de sources cinématographiques en histoire, avec son livre Histoire et cinéma, publié en 19772. Il faut toutefois attendre la montée en force des considérations de mémoire, au tournant des années 1990, pour assister à un réel développement de ce champ de recherches. En effet, avec la distance qui nous sépare de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs études ont été publiées concernant la production culturelle en temps de guerre3. On se réjouit aujourd’hui de voir une vague de recherches récentes qui reflète des perspectives nouvelles, notamment concernant les représentations identitaires et la question des altérités au cinéma4. Par contre, si l’utilisation du cinéma comme source première de recherches en histoire ne suscite plus la controverse, il reste que certains champs de la production cinématographique restent encore inexplorés. C’est d’ailleurs le cas du cinéma d’animation, qui, outre quelques ouvrages généraux concernant l’animation mondiale, reste un champ de recherche marginal5. Le cas qui nous intéresse ici, celui de l’Union soviétique, est très pertinent à cet égard, considérant les bouleversements sociaux, idéologiques et politiques qui y sont survenus depuis les trente dernières années. Tous ces changements idéologiques ont alimenté une cinématographie des plus prolifiques, notamment en ce qui concerne la guerre civile et la Grande Guerre patriotique6. Revisiter la production culturelle des années de guerre en URSS permet aujourd’hui de poser un regard nouveau sur des œuvres patriotiques qui ont contribué à la construction d’une mémoire collective du conflit. C’est dans cette optique que nous proposons d’analyser les représentations liées à la guerre et au combat dans les dessins animés soviétiques afin de mieux comprendre comment sont véhiculées les perceptions de soi et de l’autre lors d’un conflit armé, tout en démontrant à quelles fins ces images sont utilisées.

  • 7  Newsreel.
  • 8  Political posters.
  • 9  Borsten, Joan, Animated Soviet Propaganda : From the October Revolution to Perestroika, Enregistre (...)
  • 10  Fascist Barbarians.

2Le cinéma ne peut être aussi réactif devant l’actualité qu’un imprimé quotidien ou hebdomadaire, au même titre que le cinéma d’animation n’est pas aussi prompt à décrire un évènement que la caricature journalistique. Par contre, l’effet du mouvement et du son donne une profondeur au message et lui procure une force psychologique et émotionnelle très puissante. C’est pourquoi dans un contexte de guerre, le dessin animé constitue un outil médiatique redoutable qui peut servir de relai à la propagande d’État. Alors que les premiers mois d’hostilité furent très éprouvants pour l’Armée rouge, nous soutenons que les dessins animés ont rapidement été utilisés dans l’optique de créer un contexte psychosocial favorable à une mobilisation de la société pour la victoire. Pour arriver à leurs fins, nous estimons que les réalisateurs ont d’abord créé des dessins animés recoupant deux dimensions, soit la pédagogie militaire et la propagande triomphaliste. À des fins d’analyse, nous utiliserons des dessins animés produits en 1941 par le studio Soiouzmul’tfilm, principalement des œuvres tirées de la série Actualités7, divisée en épisodes nommés Posters politiques8. Tous ces films ont été traduits dans un coffret intitulé La propagande soviétique animée, de la Révolution à la pérestroïka9, commercialisé aux États-Unis en 2006 par la société Jove Film basée en Californie. Les dessins que nous utiliserons sont tous issus du second disque, intitulé Barbares fascistes10.  

3Il est important de débuter cette réflexion par une explication du contexte de production culturel à l’aube de la guerre afin de bien comprendre comment cette industrie fut mobilisée. Nous serons à même de mieux saisir son rôle dans la propagande d’État et de décrire quels ont été les impacts de l’invasion allemande sur la production cinématographique en matière d’animation. Nous traiterons, dans un deuxième temps, de la dimension pédagogique des dessins animés dans un contexte où il faut dépeindre l’ennemi afin de le reconnaitre et le détruire, ainsi que glorifier le héros et la résistance pour alimenter la détermination du peuple. Il sera ensuite question du climat psychologique alimenté par les dessins animés, notamment en ce qui concerne les distorsions triomphalistes dans les représentations du combat.

Reconnaitre l’ennemi : La pédagogie militaire dans les dessins animés soviétiques

  • 11  Werth, Nicolas, Histoire de l’Union soviétique, Paris, Presses Universitaires de France, 1992 (1e (...)
  • 12  Braithwaite, Rodric, Moscow 1941: A City and Its People at War, Toronto, Random House of Canada, 2 (...)

4Les premiers affrontements sont catastrophiques pour l’Armée rouge qui n’est pas prête à affronter l’Allemagne en raison du manque de méfiance après la signature du pacte de non-agression entre les deux pays en 1939. Pourtant, la propagande liée à la guerre fait état d’une mobilisation sans précédent de l’URSS et d’une victoire assurée, mais dans les faits, l’Armée rouge subit de nombreux revers. De l’été 1941 à l’été 1942, des centaines de milliers de soldats sont faits prisonniers, la progression de l’ennemi en territoire soviétique entraine le déplacement de plus de sept millions de civils et des milliers d’usines sont démontées pour être transférées plus à l’Est, à l’abri des combats11. Dès le premier jour du conflit, l’armée de l’air allemande, la Luftwaffe, détruit plus de 1200 avions soviétiques dont la majorité est restée clouée au sol12. Les troupes nazies avancent profondément en territoire soviétique sans rencontrer de résistance organisée. L’Allemagne progresse rapidement dans la partie occidentale de l’URSS, prenant ainsi plusieurs centres de production soviétiques. Toutefois, on comprendra que cette déroute de l’Armée rouge resta hors des canaux médiatiques par lesquels l’État a plutôt tenté de mettre en place un climat psychologique nourrissant la haine de l’ennemi et créant un fantasme de la victoire. Il y a donc un profond décalage qui s’installe entre la représentation du combat qui est véhiculée durant la guerre et ce qui se passe réellement sur le terrain en 1941.

  • 13  Bonnell, Victoria, Iconography of Power : Soviet Political Posters Under Lenin and Stalin, Berkele (...)
  • 14  Leyda, Jay, Kino : Histoire du cinéma russe et soviétique, Paris, L’Âge d’Homme, 1976, pp. 205-207

5L’une des premières tactiques en matière de propagande en contexte de guerre est de montrer à quoi ressemble l’ennemi, quels sont ses traits caractéristiques. Plusieurs symboles correspondant à des marqueurs identitaires forts ont été créés pendant la guerre civile pour dépeindre les ennemis du peuple, notamment par les dessinateurs d’affiches. Sur ces dernières, on retrouve très souvent le chapeau et le cigare du capitaliste, la couronne du tsar ou le pope barbu. Ces symboles sont appuyés par un discours politique qui donne un sens aux images, un discours qui suggère une attitude, un état d’âme ou un comportement à adopter. Des artistes comme Victor Deni, Dimitri Moor et Boris Efimov ont continué de produire de telles affiches dans les années 1930, utilisant ces symboles qui s’intègreront davantage dans l’imaginaire collectif et marqueront une typographie du vilain13. Face l’urgence d’agir, le milieu artistique soviétique s’est rapidement tourné vers ces clichés populaires pour constituer une nouvelle image de l’ennemi. Dans les premiers mois de l’occupation, les producteurs de dessins animés ont renoué avec les techniques qui prévalaient durant la guerre civile, c’est-à-dire de courts métrages d’agitation politique basés sur des actualités tournées au front, un style développé et popularisé par Dziga Vertov14. Dans cette même lignée, les dessins animés du réalisateur Ivan Ivanov-Vano (1900-1987) et des sœurs Valentina (1899-1975) et Zinaïda (1900-1983) Broumberg intègrent les techniques cinématographiques d’agitation telles que les actualités de Vertov et reprennent en grande partie les clichés développés par les artisans des affiches politiques en matière de représentation de l’ennemi.

  • 15  What Hitler want.
  • 16  «zemlia pometchikam!».
  • 17  «Hitler wants to steal the grain from the communal farmers».
  • 18  «He wants to give all the factories to the capitalists».
  • 19  «He wants to cover all our land with coffins!».
  • 20  «He wants to make our free people his slaves!».

6Ces méthodes pédagogiques de représentation de l’autre sont rapidement mises à profit, et ce, dès 1941. À titre d’exemple, Ce que veut Hitler15, le premier épisode de la série Actualités, explique quelles sont les motivations d’Hitler à envahir l’URSS. Les dessinateurs dépeignent d’entrée de jeu le chef de l’État allemand comme une bête sanguinaire, dont les traits exagérés du visage rappellent l’image d’un sanglier enragé. On le voit d’abord avancer dans un champ, brandissant une pancarte sur laquelle est indiqué  « Donnons la terre aux propriétaires fonciers »16. La narration commente alors : « Hitler veut voler le grain des fermes collectives»17. Dans la séquence suivante, il y a un complexe industriel en arrière-plan et Hitler s’avance. La narration émet le commentaire suivant : « Hitler veut donner les usines aux capitalistes»18. On le voit ensuite se pencher et prendre une usine dans ses bras et la tendre vers un homme immense, vêtu d’un chapeau haut-de-forme et fumant le cigare (un symbole largement utilisé depuis la guerre civile). Dans le troisième acte, Hitler avance sur un chemin parsemé de cercueils et de croix. On entend alors : « Hitler veut couvrir tout notre pays de cercueils ! »19. Et la séquence suivante montre un paysan enchainé trainant Hitler sur ses épaules, le fouet à la main, alors que la narration poursuit : « Il veut faire de notre peuple libre ses esclaves ! »20. L’épisode se termine sur des images de combats, où les forces soviétiques se déchainent contre l’envahisseur, accompagnées d’un message de propagande qui opère une distorsion de la réalité à l’époque où il fut produit :

  • 21  «And what will he get? Three blows for each blow of his! Ten fires for each fire he starts! He’ll (...)

Et qu’est-ce qu’il aura ? Trois coups pour chaque coup qu’il nous donnera, dix feux pour chaque feu qu’il allumera, il aura la baïonnette, la mitraillette, nous aurons une chaude avance ! Il obtiendra la fin déshonorante du fascisme ! Dans tous les coins de la planète le slogan des ouvriers est le suivant : Parle aux fascistes dans la langue du feu ! Avec des mots comme des balles de fusil, avec la lame aiguisée des baïonnettes !21

7Ce commentaire a pour objectif de rassurer la population quant à la supériorité de l’Armée rouge, qui n’est effective que sur le papier en 1941, et suggère l’attitude à adopter en face de l’adversaire.

Suggérer un comportement à adopter devant l’ennemi

  • 22  Strike the Enemy on the Front Lines and at Home!.
  • 23  Fitzpatrick, Sheila, «War and Society in Soviet Context: Soviet Labor before, during, and after Wo (...)
  • 24  «Treacherous Fascist Vipers Are Everywhere ; Be Vigilant Everywhere! Keep Your Eyes Peeled!».
  • 25  «Remember our Enemy’s Cunning. Be Vigilant! Root Out Fascist Spies, Foreing Agents, And Saboteurs! (...)
  • 26  Leyda, Jay, op. cit., p. 424.

8Une fois que le peuple a appris à reconnaitre l’ennemi, il faut aussi s’assurer que chaque citoyen saura comment agir lorsque se produira la rencontre. Cela s’inscrit dans les nombreux efforts du régime pour entrainer la population civile et l’éduquer en fonction des besoins militaires du moment. Toutefois, il ne s’agit pas uniquement de former le citoyen à manier les armes, il faut aussi lui apprendre à être vigilant sur le terrain afin de débusquer l’ennemi. C’est exactement ce que propose le dessin animé Frapper l’ennemi au front et à la maison22, des sœurs Broumberg, qui revêt une dimension pédagogique et psychologique. Dans ce troisième épisode des Actualités, on voit d’abord, coup sur coup, trois personnages types de la mythologie soviétique, issus de l’imagerie révolutionnaire et du réalisme socialiste, soit le soldat au front, l’ouvrier sur le chantier et la travailleuse agricole au champ remplaçant les hommes partis au combat23. Tous les trois ont un air sérieux et vigilant. Le plan suivant présente, en contre plongé, un bombardier nazi qui largue trois parachutistes. Lorsqu’ils arrivent au sol, on s’aperçoit qu’ils sont laids et ont la croix gammée tatouée sur le front. Un message apparait sur écran noir : « Les traitres de vipères fascistes sont partout ; Soyez vigilants où que ce soit ! Gardez vos yeux ouverts ! »24. On voit ensuite un des trois espions sur un complexe industriel, grimpant à une ligne électrique tenant une pince à la main. Il coupe alors un fil, mais une main géante apparait à l’écran et agrippe le saboteur avec une immense pince. Dans le plan suivant, on voit un deuxième espion dans un champ qui met le feu aux bottes de foin. La main citoyenne apparait encore à l’écran pour le saisir sur le fait. Le troisième quant à lui se retrouve près d’une voie ferrée où il tente de faire dérailler un train qui fonce à vive allure. Une baïonnette géante vient alors le transpercer d’un coup. « Rappelez-vous des ruses de l’ennemi. Soyez vigilants ! Démasquez les espions fascistes, les agents étrangers et les saboteurs ! »25.Ce court métrage de propagande met donc l’accent sur l’effort individuel dans la lutte contre l’ennemi et implique la population civile dans la défense de la patrie. Le rôle des ouvriers et des paysans y est présenté comme nécessaire dans la lutte collective contre l’envahisseur. Même les femmes sont appelées à prendre les armes alors que tous les travailleurs reçoivent un entrainement militaire sur leur lieu de travail, notamment les gens des studios de cinéma qui se préparent à faire la guerre autrement que par l’image26. Le régime soviétique mise ainsi sur la vigilance de la population et compte impliquer le citoyen dans une relation civil/soldat qui le lie directement à l’État et qui a pour effet d’exalter le patriotisme populaire.

  • 27  A Migthy Handshake.
  • 28  Kingston, Paul J., «Broadcasts in French from Moscow: February 1940-August 1941. An Evaluation of (...)

9Dans ce contexte de guerre, il faut aussi savoir distinguer qui sont nos amis de qui sont nos ennemis. La question est d’autant plus importante puisque toutes les images de l’ennemi qui ont été produites par le passé représentaient les pays capitalistes, soit les nouveaux alliés. Il s’opère donc un changement de paradigme dans la représentation de l’ennemi sur le plan politique et les autorités doivent trouver le moyen d’adapter la propagande afin de changer la perception populaire. C’est pourquoi le quatrième épisode des Posters politiques, Une puissante poignée de main27, produit par les sœurs Broumberg, fait l’éloge despuissances alliées et décrit la situation d’encerclement de l’Allemagne nazie à la suite du traité d’assistance mutuelle signée entre l’URSS et le Royaume-Uni immédiatement après le déclenchement des hostilités en territoire soviétique. On y voit Hitler en minuscule se promener sur une carte de l’Europe et faire l’aller-retour entre Moscou et Londres, tenant une bombe dans une main et une hache dans l’autre. Deux soldats géants se dressent à chaque extrémité de la carte. Le texte de l’accord mutuel d’assistance entre les deux pays apparait brièvement à l’écran et, ensuite, les deux colosses se penchent pour se donner la main, écrasant du même coup Hitler juché sur une montagne de crânes au milieu de la carte. Cette image de l’amitié entre le soldat soviétique et britannique est très particulière et s’oppose à toute autre image qui a pu être projetée de la Grande-Bretagne depuis la Révolution. Le citoyen soviétique est habitué à une autre rhétorique, soit celle de l’encerclement des pays capitalistes, dont l’Angleterre assure une position de force avec son lourd passé colonial et esclavagiste. Pourtant, cette alliance de circonstance marque une nouvelle ère de coopération avec les ennemis d’hier. À ce propos, l’URSS ouvre des canaux de propagande directs aux pays alliés, notamment des journaux britanniques traduits spécialement pour vanter les efforts de guerre de la Grande-Bretagne au public russe28. Le dessin animé Une puissante poignée de main vient donc en appui à cette politique d’ouverture aux pays alliés et constitue le relais cinématographique des messages véhiculés à ce sujet dans la presse et à la radio.

Représentations animales : mettre l’emphase sur la barbarie de l’Autre

  • 29  Bonnell, op. cit., p. 197.
  • 30  The Vultures et Beat the fascist pirates.

10D’autres animations produites durant cette période sont aussi très explicites en matière de représentation du combat, notamment lorsque celles-ci montrent l’ennemi sous une forme bestiale. Les représentations animales ont aussi été largement utilisées lors de la guerre civile et sont particulièrement présentes sur les affiches de propagandes des années 1920, utilisées dans le but de déshumaniser l’ennemi, le transformer en quelque chose de répugnant afin de légitimer sa destruction ou à tout le moins son exclusion de la société29. Par contre, dans le cas d’un conflit initié par une invasion étrangère, l’utilisation de formes bestiales pour représenter l’ennemi accentue la vision manichéenne de soi et de l’autre et favorise l’unification du peuple contre l’envahisseur. Deux Posters politiques sont particulièrement intéressants dans cette lignée, soit Les Vautours et Battre les pirates fascistes !30, tous deux produits en 1941.

11Dans le premier, les pilotes allemands sont représentés comme des vautours arborant un casque d’aviation frappé de la croix gammée. Ces derniers sont juchés dans un arbre sans feuille, baignant dans une atmosphère lugubre, et regardent vers l’Est. Une fois dans les airs il y a une transposition, et, l’espace d’un instant, ces maléfiques oiseaux deviennent des bombardiers nazis. Lorsqu’arrivés au-dessus de l’URSS, ils larguent leurs obus qui éclatent au sol dans un champ. Après le bombardement effectué par ces « vautours » nazis, la musique change et devient entraînante, ce qui suscite une émotivité grandissante. Arrivent des avions de chasse blancs à l’effigie de l’étoile rouge soviétique, qui, en formation serrée, pourchassent les vautours et les détruisent un à un. Même si les chasseurs soviétiques blancs rappellent la colombe symbolisant la paix, ils ne sont pas officiellement représentés comme tels et apparaissent sous une forme réaliste. Toutefois, la formation serrée des chasseurs pourrait être considérée comme un appel à l’unification de la nation et à l’importance de combattre ensemble face à un adversaire dont la barbarie est sans limite.

  • 31  Delporte, Christian, « Nimbus libéré. À propos d’un dessin animé de propagande allemande, 1944 », (...)
  • 32  À titre comparatif, une étude menée aux États-Unis analyse l’instrumentalisation de la menace nucl (...)
  • 33  «Political Cartoon : Fritz in Nazi bomber », 1939-1946, British National Archives, Kew, Angleterre (...)

12Il est important de noter ici que la représentation du bombardement provoque un effet psychologique puissant, entrainé par le sentiment de vulnérabilité des populations qui en sont victimes. Même les Allemands ont utilisé le dessin animé dans la France occupée pour terroriser la population devant la destruction aléatoire des attaques aériennes américaines, comme en témoigne l’analyse faite par Christian Delporte du dessin animé Nimbus libéré31. Les attaques aériennes ont semé la destruction dans l’ensemble du territoire européen, laissant de profondes cicatrices non seulement dans les villes, mais également dans les mémoires des populations qui les ont subi. Ce sentiment d’effroi et de vulnérabilité associé à la destruction aléatoire des bombardements a été partagé par l’ensemble des peuples d’Europe, notamment par les Londoniens qui ont subi les bombardements de la Luftwaffe dès l’année 1940. La menace aérienne allemande a certainement eu un effet sur le discours de propagande britannique, entrainant du même coup une production culturelle reflétant cette tension collective32. Par exemple, des caricatures à teneur politiques ont été produites en Angleterre, entre 1939 et 1946, mettant en vedette Fritz, un obus nazi dans le rôle du méchant, ce qui a probablement alimenté la haine populaire à l’égard du Troisième Reich33.

  • 34  Leyda, op. cit., p. 423.

13Dans le cas soviétique, la plus grande menace à la sécurité nationale est venue directement au sol, alors que les troupes allemandes ont déferlées sur l’URSS avec une rapidité foudroyante. Cette situation provoqua un sentiment de panique chez les dirigeants, comme en témoigne le discours radiodiffusé de Joseph Staline le 3 juillet34, favorisant du même coup l’émergence de représentations déshumanisantes de l’adversaire.

Fantasme de la victoire ou fiction de la supériorité

  • 35  «No mercy for Hitler’s bloodthirsty sharks et Smash the fascist rats relentlessly! In the air, on (...)

14Cette représentation de l’ennemi sous une forme animale est aussi employée dans le cas de Battre les pirates fascistes !, mais cette fois-ci pour représenter les combats navals. Les réalisateurs y présentent les sous-marins allemands comme des requins aux dents acérées alors qu’ils avancent frénétiquement vers l’Est. On voit ensuite des navires de guerre à l’effigie de l’Union soviétique qui patrouillent au large des côtes, éclairés par la lumière du phare. Les requins plongent alors au fond des eaux mais les croiseurs soviétiques les débusquent et les détruisent grâce à leurs torpilles sous-marines. Deux commentaires écrits sont faits dans ce court métrage, soit « Sans merci pour les requins sanguinaires d’Hitler !, au milieu, et Fracassez les rats fascistes implacablement! Dans les airs, sur la terre et en mer ! »à la fin35. Considérant que durant l’année 1941, les troupes soviétiques ont encaissé de cuisants revers, que plus de la moitié des avions soviétiques ont été décimés avant même de pouvoir quitter le sol et que les sous-marins allemands ont coulé un grand nombre de bâtiments de guerre des forces alliées, on comprend rapidement qu’il s’agit plutôt d’un fantasme de victoire sur un ennemi, qui, semaine après semaine, fonce vers la capitale du pays et occupe une énorme portion du territoire national. Il y a donc un paradoxe entre la supériorité numérique de l’Armée rouge, qui est parfois de trois pour un sur l’ennemi, et les revers successifs qui accablent les forces armées. Les dessins animés de propagande triomphaliste ont donc un rôle psychologique important à jouer afin de convaincre la population que la victoire est non seulement possible, mais imminente. Cette représentation de la suprématie militaire soviétique sur l’ennemi est donc très présente dans les Posters politiques de l’année 1941.

  • 36  Fascist jackboots shall not tample our Motherland!.
  • 37  Duncan, Peter J. S., Russian Messianism : Third Rome, revolution, Communism and after, New York, R (...)

15Cette soi disant supériorité est aussi véhiculée dans un autre court métrage, du réalisateur Ivan Ivanov-Vano, intitulé Les Bottes militaires Fascistes ne doivent pas souiller notre Patrie !36 Hitler y est représenté avec une tête de porc et ses deux grosses bottes avancent sur une carte de l’Europe où l’on voit des frontières (Tchécoslovaquie, Danemark, Pologne, Yougoslavie et Grèce)  qui défilent et qui prennent feu au passage. Il y a aussi un plan aérien où des obus, marqués d’une croix gammée, sont largués sur la Hollande, la France et la Belgique qui prennent feu à leur tour. Lorsqu’Hitler arrive à proximité de la frontière soviétique sur la pointe des pieds, il reçoit des coups au visage et se fait sérieusement malmener, ce qui est toutefois contraire à la réalité du terrain en 1941. L’intégration de la chute des pays d’Europe occidentale soulève un autre aspect de cette guerre, soit une adaptation du messianisme russe à l’idéologie soviétique à des fins militaires37. En effet, démontrer le rôle de la Russie dans la victoire, alors que tous les autres pays ont capitulé devant l’ennemi, permet d’associer une mission salvatrice au combat contre le fascisme. La propagande soviétique s’efforce de démontrer la barbarie des armées nazies en Europe, souvent par l’image du bombardement, ce qui a pour objectif d’alimenter la hargne du peuple. Cet aspect est particulièrement présent dans la seconde partie de ce dessin animé où s’opère un renversement. C’est-à-dire que la musique devient entrainante et un cavalier à la charge entre en scène, armé du drapeau soviétique, suivi de la cavalerie. Le plan suivant montre les tanks à l’assaut, les avions soviétiques déferlant dans le ciel et la marine sur le pied d’alerte. Ce fantasme de la supériorité soviétique et de la victoire sur l’ennemi est alimenté par les paroles de la chanson qui accompagne ces images :

  • 38  «Blazing with fire, steel gleaming, guns a-rattle, into the furious fight our tanks do speed, When (...)

Brulant par le feu, l’acier luisant, le son retentissant des fusils, nos blindés avancent à grande vitesse. Quand le camarade Staline nous appelle au combat, nos premiers maréchaux, nos braves hommes mènent vraiment !38

16La culture du combat, un élément qui apparait très tôt dans l’imagerie révolutionnaire, transparait fortement dans la propagande audiovisuelle, notamment dans le dessin animé, et tend à s’amplifier considérablement en contexte de guerre. Dans l’ensemble de l’industrie culturelle, cette notion de combat pour la victoire du socialisme s’enracine profondément dans le discours soviétique qui utilise la guerre à des fins patriotiques. Cela s’articule à travers un double paradigme qui oscille entre la menace de l’ennemi et la construction d’un futur radieux, ici représenté par le fantasme de la victoire. Dans ce contexte, la guerre avec l’Allemagne permettra une transposition dans la représentation de l’ennemi en focalisant davantage sur la notion de menace extérieure. Ancré depuis la Révolution dans la recherche d’un ennemi intérieur, associé à l’ancien régime, le Parti communiste sous Staline utilisera la Grande Guerre patriotique afin de mobiliser la population dans une cause commune, celle de la défense du territoire national contre la menace extérieure. Cela aura pour effet de cristalliser l’identité soviétique autour d’un évènement traumatique, autre que la guerre civile, diviseur celui-là, c’est-à-dire autour d’un nouvel évènement traumatique fondateur où l’ennemi se situe à l’extérieur des frontières et qui suscite davantage la solidarité des peuples au sein de l’Union et le patriotisme envers l’État. La légitimité politique du Parti, qui reposera longtemps sur cette victoire contre le fascisme lors de la Grande Guerre patriotique, sera réutilisée abondamment par le régime soviétique dans les décennies suivantes, tant dans le discours politique que dans le milieu artistique.  

  • 39  Sebastien Roffat, Animation et propagande : Les dessins animés pendant la Deuxième Guerre mondiale(...)

17Pour ce qui est de la production en temps de guerre, il est intéressant de voir à quel point le dessin animé diffuse une propagande qui s’inscrit dans une démarche de pédagogie militaire en s’adressant directement au citoyen soviétique. Ce dernier est considéré par les autorités comme le premier échelon dans la défense de la patrie. Comme le remarque Sébastien Roffat « le héros n’est pas l’armée rouge en tant qu’institution, mais le partisan totalement engagé dans la guerre du peuple. L’accent est mis sur l’appel à la conscience individuelle39 ». Ce dernier rappelle d’ailleurs que les citoyens soviétiques sont représentés comme étant coupés de tous liens avec un quelconque commandement, ce qui appui cette idée d’une propagande fortement axée sur l’enseignement militaire. Cela soulève aussi la question du lien entre le citoyen soviétique et le Parti, alors que s’accentue leur interdépendance dans la protection du territoire, puisque le Parti a besoin de la résistance de tous les citoyens sur le terrain et ces derniers sont alimentés par de fausses images de la victoire de l’Armée Rouge. Le ton tragique employé par les dessinateurs lorsqu’ils dépeignent l’ennemi, doublé d’une atmosphère épique lorsque les troupes se lancent à la poursuite des bataillons nazis mis en déroute, a certainement favorisé la mise en place d’un contexte psychologique favorable au rassemblement de la nation derrière le Parti communiste. De plus, le fait que Staline soit resté à Moscou pour défendre la ville malgré la menace de la prise de la capitale par l’armée allemande a largement contribué à cette unification nationale par la glorification de ce dernier. Il s’agit d’ailleurs d’une thématique qui sera  très présente dans le cinéma et le dessin animé d’après-guerre.   

Haut de page

Notes

1  Kracauer, Siegfried, De Caligari à Hitler : une histoire psychologique du cinéma allemand, Paris, L’Âge d’Homme, 1973, 373 p.

2  Ferro, Marc, Cinéma et Histoire, Paris, Gallimard, 1993, 290 p.

3  Bertin-Maghit, Jean-Pierre, Le cinéma français sous l'Occupation, Paris, Presses Universitaires de France, 1994, 127 p. ; Virilio, Paul, Guerre et cinéma, Paris, Cahiers du Cinéma, 1991, 147 p. ; Suid, Lawrence H, Guts & glory : the making of the American military image in film, Lexington, University Press of Kentucky, 2002, 748 p. ; Youngblood, Denise J., Russian War Films : On the Cinema Front, 1914-2005, Lawrence, University Press of Kansas, 2007, 319 p. ; De Voghelaer, Nathalie, Le cinéma allemand sous Hitler : un âge d’or ruiné, Paris, L’Harmattan, 2001, 195 p.

4  Norris, Stephen M. et Zara M. Torlone, Insiders and outsiders in Russian Cinema, Bloomington, Indianna University Press, 2008, 200 p. ; Everett, Wendy Ellen, European identity in cinema, Bristol et Wilmington, Intellect Books, 2005, 119 p. ; Loshitzky, Yosefa, Screening Strangers: Migration and Diaspora in Contemporary European Cinema, Bloomington, Indiana University Press, 2010, 214 p. 

5  Bendazzi, Giannalberto, Cartoons: One Hundred Years of Cinema Animation, Bloomington, Indiana University Press, 1995, 540 p. ; Lenburg, Jeff, Who's who in animated cartoons: an international guide to film & television's award-winning and legendary animators, Milwaukee, Hal Leonard Corporation, 2006, 381 p. ; Roffat, Sebastien, Animation et propagande : Les dessins animés pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 2005, 325 p.

6  Youngblood, op. cit.

7  Newsreel.

8  Political posters.

9  Borsten, Joan, Animated Soviet Propaganda : From the October Revolution to Perestroika, Enregistrement vidéo, Malibu, Jove Film, 2007, 4 vidéodisques : 464 minutes, son, couleur, DVD.

10  Fascist Barbarians.

11  Werth, Nicolas, Histoire de l’Union soviétique, Paris, Presses Universitaires de France, 1992 (1e éd. 1990), p. 316-17.

12  Braithwaite, Rodric, Moscow 1941: A City and Its People at War, Toronto, Random House of Canada, 2007, p. 63.

13  Bonnell, Victoria, Iconography of Power : Soviet Political Posters Under Lenin and Stalin, Berkeley, University of California Press, 1997, p. 214.

14  Leyda, Jay, Kino : Histoire du cinéma russe et soviétique, Paris, L’Âge d’Homme, 1976, pp. 205-207.

15  What Hitler want.

16  «zemlia pometchikam!».

17  «Hitler wants to steal the grain from the communal farmers».

18  «He wants to give all the factories to the capitalists».

19  «He wants to cover all our land with coffins!».

20  «He wants to make our free people his slaves!».

21  «And what will he get? Three blows for each blow of his! Ten fires for each fire he starts! He’ll get the bayonet, the riffle, hot lead! He’ll get – Fascism’s inglorious end! In all the corners of the globe the worker’s slogan is this : Speak to fascists in the language of fire! With words of bullets, with sharp wit of bayonets!».

22  Strike the Enemy on the Front Lines and at Home!.

23  Fitzpatrick, Sheila, «War and Society in Soviet Context: Soviet Labor before, during, and after World War II», International Labor and Working-Class History, No 35 (Printemps, 1989), p. 42.

24  «Treacherous Fascist Vipers Are Everywhere ; Be Vigilant Everywhere! Keep Your Eyes Peeled!».

25  «Remember our Enemy’s Cunning. Be Vigilant! Root Out Fascist Spies, Foreing Agents, And Saboteurs!».

26  Leyda, Jay, op. cit., p. 424.

27  A Migthy Handshake.

28  Kingston, Paul J., «Broadcasts in French from Moscow: February 1940-August 1941. An Evaluation of the Reorientation of Radio Propaganda», Cahier du Monde russe et soviétique, Vol. 25, No 2/3 (Apr.-Sep., 1984), pp. 201-218.

29  Bonnell, op. cit., p. 197.

30  The Vultures et Beat the fascist pirates.

31  Delporte, Christian, « Nimbus libéré. À propos d’un dessin animé de propagande allemande, 1944 », La guerre imaginée, sous la direction de Bouton, Philippe, Paris, Séli Arslan, 2002, p. 205-214.

32  À titre comparatif, une étude menée aux États-Unis analyse l’instrumentalisation de la menace nucléaire dans les caricatures politiques publiées dans les journaux américains lors des temps forts de la Guerre Froide. On y remarque plusieurs symboles associés à la menace que représente l’Union soviétique concernant la sécurité nationale et la paix mondiale : Gamson, William A. et Stuart, David, « Media Discourse as a Symbolic Contest : The Bomb in political cartoons », Sociological Forum, Vol. 7, no 1 (Mars, 1992), pp. 55-86.

33  «Political Cartoon : Fritz in Nazi bomber », 1939-1946, British National Archives, Kew, Angleterre, [En ligne] http://www.nationalarchives.gov.uk/theartofwar/ill/comics/INF3_1421.htm et « Political Cartoon : Fritz is Awakened», 1939-1946, British National Archives, Kew, Angleterre, [en ligne] http://www.nationalarchives.gov.uk/theartofwar/ill/comics/INF3_1423.htm

34  Leyda, op. cit., p. 423.

35  «No mercy for Hitler’s bloodthirsty sharks et Smash the fascist rats relentlessly! In the air, on land and at sea».

36  Fascist jackboots shall not tample our Motherland!.

37  Duncan, Peter J. S., Russian Messianism : Third Rome, revolution, Communism and after, New York, Routledge, 2000, p. 60.

38  «Blazing with fire, steel gleaming, guns a-rattle, into the furious fight our tanks do speed, When Comrade Stalin calls us forth to battle, When our first Marshal our brave men does lead!».

39  Sebastien Roffat, Animation et propagande : Les dessins animés pendant la Deuxième Guerre mondiale, Paris, L’Harnattan, 2005, p. 186.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/1430/img-1.png
Fichier image/png, 384k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Maurice, « Les représentations de l’ennemi et du combat dans les dessins animés soviétiques de 1941  », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://amnis.revues.org/1430 ; DOI : 10.4000/amnis.1430

Haut de page

Auteur

David Maurice

Université de Sherbrooke, Canada, david.maurice@usherbrooke.ca

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org