Navigation – Plan du site

La Première guerre carliste ou la guerre de la dernière chance : la communauté légitimiste face à son destin

Laetitia Blanchard Rubio

Résumés

Lorsque débute la Première guerre carliste en Espagne, c’est là-bas que paraît se jouer le sort de l’absolutisme européen, aux prises avec le libéralisme conquérant. Les acteurs de ce conflit ainsi que l’écho de certaines batailles sont relayés dans l’opinion publique européenne, essentiellement par la presse et les revues, mais aussi au travers de nombreux ouvrages de circonstance qui sont la plupart du temps des témoignages de militaires s’étant engagés dans ce conflit. Dans cet article, il s’agit d’analyser le discours des légitimistes européens qui ont participé à la première guerre carliste en tant qu’observateurs ou acteurs engagés dans un conflit dont les enjeux allaient bien au-delà d’une simple querelle dynastique. Dans cette guerre civile se joue pour eux une idée de l’Europe qu’ils craignent de voir disparaître. Ils sont conscients que l’issue de ces combats peut faire basculer le destin de la cause légitimiste en Europe. La possibilité de lutter pour des idéaux qu’ils ne pouvaient pas toujours revendiquer dans leurs pays d’origine pousse un certain nombre d’officiers de carrière à s’engager dans l’armée carliste mais aussi à publier un certain nombre d’ouvrages destinés à célébrer l’héroïsme qui préside dans leur propre camp. Ces défenseurs de la légitimité vont au devant d’une mémoire collective qui est celle des vaincus et qui leur contesterait donc le droit d’exister. S’ils sont conscients que le présent ne leur appartient plus, ils mettent tout leur espoir dans l’avenir et dans la marque qu’ils laisseront dans l’histoire qui, un jour peut-être, leur rendra justice.

Haut de page

Texte intégral

1La première guerre carliste commence au lendemain de la mort de Ferdinand VII en 1833. Le roi meurt après avoir désigné pour lui succéder sa fille, la future Isabelle II. Cette disposition, contraire à la loi salique, est contestée par le frère du roi défunt, don Carlos. Celui-ci s'appuie alors sur l'Espagne traditionaliste pour revendiquer la couronne d'Espagne. La reine régente Marie-Christine se voit de son côté contrainte à s'allier avec les libéraux pour se défendre contre les partisans de l'absolutisme. Ce conflit sanglant à l'intérieur du pays a suscité en Europe de nombreuses réactions de soutien ou de rejet à ces deux partis ennemis, dans un contexte de rééquilibrage des grandes puissances européennes. A ce moment-là, c’est en Espagne que paraît se jouer le sort de l’absolutisme européen aux prises avec le libéralisme conquérant. Les acteurs de ce conflit ainsi que l’écho de certaines batailles sont relayés dans l’opinion publique européenne, essentiellement par la presse et les revues, mais aussi au travers de nombreux ouvrages de circonstance qui sont la plupart du temps des témoignages de militaires s’étant engagés dans ce conflit.

  • 1  Voici par exemple comment se présentent à leurs lecteurs quelques grands journaux légitimistes de (...)

2Dans cette étude, il s’agit d’analyser les écrits à travers lesquels s’exprime le discours des légitimistes européens, qui ont participé à la première guerre carliste en tant qu’observateurs ou acteurs engagés, dans un conflit dont les enjeux allaient bien au-delà d’une simple querelle dynastique. Dans cette guerre civile se joue pour eux une idée de l’Europe qu’ils craignent de voir disparaître. Ils sont conscients que l’issue de ces combats peut faire basculer le destin de la cause légitimiste en Europe. La presse française proche de ce mouvement épaule par ses articles une internationale légitimiste qui se ligue pour la sauvegarde de ses valeurs et de ses principes quel que soit le résultat de la guerre. La fidélité au principe de légitimité et la possibilité de lutter pour des idéaux qu’ils ne pouvaient pas toujours revendiquer dans leurs pays d’origine pousse un certain nombre d’officiers de carrière à s’engager dans l’armée carliste mais aussi à publier un certain nombre d’ouvrages destinés à célébrer l’héroïsme qui préside dans leur propre camp. Certains s’érigent même en gardiens de la mémoire du légitimisme en construisant une histoire spécifique de l’imaginaire du collectif auquel ils appartiennent. Dans un combat d’arrière-garde, les différents moyens d’information que la communauté légitimiste avait alors à sa disposition s’enflamment pour un peuple espagnol qui semble pouvoir résister aux assauts du libéralisme triomphant et nous livrent une appréciation des faits, qui correspond aux principes qu’ils ont juré de défendre et que l’on peut trouver dans la devise de certains organes de presse1.

1 La presse légitimiste : une adhésion sans réserve à la cause de don Carlos

  • 2  Pour en savoir plus sur les aspirations et la doctrine du parti légitimiste français se reporter à (...)

3Lors de l’avènement de la Monarchie de Juillet 1830, les légitimistes passent dans l’opposition et se voient écartés ou s’isolent peu à peu du mouvement des affaires publiques. Beaucoup se retirent sur leurs terres, car la plupart appartiennent à la noblesse de province. Lorsque commence la première guerre carliste, ils font déjà partie d’une société dont l’influence décline et qui est battue en brèche par l’évolution des mœurs. Après l’échec de quelques tentatives peu sérieuses pour reprendre le pouvoir par la force, quelques uns s’orientent vers l’action légale. Ils se mettent au goût du jour et usent en premier lieu de la nouvelle force politique que constitue le journalisme pour entretenir la flamme du légitimisme. Ils utilisent au mieux cette arme que leur propose la société moderne pour la retourner contre elle, puisque la révolution de 1830 avait consacré la liberté de la presse. Celle-ci favorise l’existence d’une presse relativement nombreuse, agressive et souvent brillante. A Paris, la Quotidienne et la Gazette de France sont secondées par l’Echo français et la France et, surtout, par la revue la Mode, que dirige le vicomte Walsh et qui associe comptes rendus mondains et vigoureuses prises de position politiques. Ces journaux entretiennent dans les hôtels du Faubourg Saint-Honoré comme dans les salons de province une ligne politique basée sur la nostalgie de l’ancien régime et la crainte maladive d’un nouveau 932.

4Si l’on s’intéresse au discours de la presse légitimiste française à partir du mois d’octobre 1833, on peut facilement constater qu’elle aussi exprime dans ses colonnes une adhésion sans réserve à la cause de don Carlos, du début jusqu’à la fin du conflit. Il s’agit pour ces journaux de récupérer une cause étrangère si favorable à leur vision des choses et à leur parti. Les déceptions de la politique intérieure, en tant que parti vaincu par la Révolution de Juillet, disparaissent alors pour faire place à un enthousiasme exagéré dès 1833. Si les journaux légitimistes se sont fixé comme objectif d’entretenir la flamme du légitimisme partout où elle brille encore, leur rôle est de donner de l’espoir en persuadant leur lectorat que le salut peut venir de l’Espagne.

5L’intérêt très vif que porte la presse légitimiste à l’actualité espagnole est perceptible de façon immédiate et concrète par la quantité d’articles concernant l’Espagne qui paraissent dès le début du conflit. Ces articles se trouvent la plupart du temps en première page et ils peuvent quelquefois aller jusqu’à remplir la moitié des colonnes de ces journaux. D’emblée, l’optimisme est de mise et, dès les premiers jours, ils n’hésitent pas à recourir à l’utilisation du futur de certitude pour annoncer que les événements sont favorables aux carlistes et essayer ainsi d’enclencher une dynamique de victoire. Le 17 octobre 1833, Le Rénovateur annonce que : « L’armée ne tardera pas à se ranger sous le drapeau de son roi ». Le 9 décembre 1833, La Mode affirme que « Dans le pays de Don Quichotte, le juste-milieu trouvera autre chose à combattre que des moulins à vent ». Par ailleurs, ils n’hésitent pas à cacher les échecs des troupes carlistes quand ils n’en font pas purement et simplement des victoires.

6Le rôle et l’engagement de ces journaux est primordial car ceux-ci étaient lus et commentés dans toute l’Europe, la langue française étant encore la langue que l’on parlait dans le grand monde et dans les Cours européennes. Or en 1834 don Carlos a besoin d’une aide militaire et financière et va notamment la solliciter à l’étranger. Afin d’encourager les appuis provenant de l’extérieur, la presse légitimiste française va s’attacher à démontrer que la popularité de la cause carliste est sans limites en Espagne. La publicité qu’elle donne au conflit contribue à la formation d’une internationale légitimiste composée de soldats étrangers, qui vont aller s’engager dans l’armée carliste pour défendre leurs idéaux. Ces hommes avaient la sensation que sur le champ de bataille espagnol était en jeu les grands principes de la civilisation européenne. Grâce à des articles faisant état des difficultés financières du camp carliste, une partie du lectorat va également se convertir en mécène de la cause carliste. Certaines dames de l’aristocratie enverront même leurs bijoux à la Cour de don Carlos.

  • 3  Les Basques et les Navarrais, qui soutiennent en majorité le prétendant don Carlos, luttent contre (...)
  • 4  La France, 26 septembre 1835.

7La presse légitimiste française porte également une attention extrême à tout ce qui touche les partisans de don Carlos en en faisant des parangons de vertu et des Espagnols exemplaires. Dans des articles passionnés, ces journaux célèbrent essentiellement les Basques engagés majoritairement dans le camp carliste car ils sont dans cette guerre les ardents défenseurs d’un régime politique propre à sauvegarder le type de société qu’ils souhaitent pour la France et pour l’Europe en général3. Il s’agit pour eux de démontrer, selon un procédé de rhétorique bien connu, que, puisque les Basques sont parés de toutes les qualités, la cause qu’ils défendent ne peut être que la bonne. La défense d'une certaine idée de l'Europe passe donc par le combat héroïque que mènent les Basques en Espagne. Leur idéalisation du peuple basque (« aucun peuple en Europe n'est plus fier, plus intelligent, plus réellement indépendant » nous dit La Quotidienne avec emphase) sert à identifier la cause du peuple basque avec la cause légitimiste. Il s'agit pour eux d'insister sur tout ce qui fait des Basques des partisans de l'Ancien Régime, c'est-à-dire des défenseurs de la tradition espagnole face au modèle de société plus moderne que proposent les libéraux espagnols. Ils avancent la thèse que les Basques sont l'un des derniers bastions de la religion et de la monarchie d'Ancien Régime en Europe. La presse légitimiste construit pour ses lecteurs l'image d'un peuple basque vertueux, défenseur de l'Autel et du Trône et quintessence de l’identité espagnole, qui répond à celle du mauvais Espagnol impie, soutenant Marie-Christine. La défense de la religion est selon eux la raison de presque tous leurs combats : « La guerre de Navarre est une lutte des principes religieux et monarchiques avec l'athéisme le plus stupide et l'anarchie la plus barbare »4.

8Quant à la lutte des Basques pour la conservation de leurs fueros, elle est tout naturellement transformée en une lutte pour la survie des plus anciennes traditions espagnoles. Les partisans de don Carlos ne séparent pas la conservation des fueros de la conservation des autres institutions d'Ancien Régime :

  • 5  La Gazette de France, 6 juillet 1838.

Monarchie légitime et privilèges sont deux choses inséparables, aussi les Basques, en se déclarant pour Charles V, en 1833, ne parlèrent point de leurs fueros dans leur proclamations, parce que la reconnaissance des droits du nouveau roi impliquait nécessairement celle des leurs.5

9Il est évident que l’antagonisme des puissances absolutistes et libérales donne à cette guerre civile une dimension européenne et le peuple espagnol, dont on ne retient ici que les partisans carlistes, est vu comme le modèle universel de tous les peuples. Sa lutte contre l’usurpation est récupérée pour être présentée comme exemplaire et concernant les intérêts du légitimisme européen. Cette idée est clairement exprimée dans les colonnes de La Quotidienne lorsqu’elle affirme que :

  • 6  La Quotidienne, 12 mars 1834. On remarque la tendance qu’ont ces journaux à généraliser le combat (...)

[…] ces hommes qui combattent et qui meurent en Espagne, combattent et meurent pour le principe qui est la base de toutes les monarchies européennes. Leurs efforts profitent à tous les trônes. Dans la personne de Charles V, ils maintiennent le droit de tous les rois légitimes.6

  • 7  Consulter La Gazette de France à partir du mois de septembre 1839 jusqu’en juillet 1840, lorsque d (...)

10Cette défense des intérêts du légitimisme est si sincère et si douloureuse, qu’à la fin du conflit, lors de la victoire du camp libéral, elle va prendre la forme concrète d’une aide aux victimes de la guerre et à la famille royale à travers une souscription lancée par plusieurs journaux en leur faveur7.

2 La constitution d’une communauté littéraire particulière

  • 8  Cet écrivain va en 1836 proposer une nouvelle traduction du Quichotte.

11L’écriture de tout individu quel qu’il soit est orientée par sa culture littéraire, son appartenance à un groupe social et sa culture politique. Les ouvrages que nous allons étudier s’inscrivent dans un mouvement ample de parution au XIXe siècle d’une littérature centrée sur l’Espagne et ses provinces (récits de voyage, articles de presse ou de revues, livres d’histoire, romans...) L’écrivain Louis Viardot8, dans la préface de ces Etudes sur l’Espagne parues en 1835, nous fait part des motifs de cet engouement caractéristique du XIXe siècle :

  • 9  Viardot, Louis, Etudes sur l’histoire des institutions, de la littérature, du théâtre et des beaux (...)

Depuis le commencement du présent siècle, la guerre de l’indépendance a remis l’Espagne en lumière, ses révolutions l’ont rejetée dans la sphère de la politique européenne, et maintenant elle a le privilège d’appeler l’attention générale sur toutes les crises dont elle est le théâtre. On dirait qu’entre les deux grands principes qui divisent l’Europe centrale et l’Europe du nord en deux coalitions à peu près d’égale force, l’Espagne doive par son poids, si léger qu’il puisse être, faire pencher la balance, et qu’elle soit une espèce de terrain neutre où ces deux principes se livrent les premières escarmouches avant d’engager la bataille rangée qui décidera de l’avenir du monde.9

  • 10  Voir Aymes, Jean-René, L’Espagne romantique (témoignages des voyageurs français), Paris, Métailié, (...)
  • 11  Ducasse, Hermann, Echos de la Navarre, Paris, Maison, 1840, p. 2.
  • 12  Henningsen, Charles Frederick, Mémoires sur Zumalacarregui et les premières campagnes de Navarre, (...)

12Depuis 1820 l’Espagne est à la mode pour bien des raisons qui sont détaillées par Jean-René Aymes dans son livre L’Espagne romantique10, et ces ouvrages, dont une grande partie se rapporte à une actualité toute récente, permettent de satisfaire la curiosité du lecteur de l’époque qui cherche à s’informer sur l’Espagne et le conflit qui se déroule de l’autre côté des Pyrénées. Louis Viardot souligne d’ailleurs dans la même préface, à propos de l’Espagne, qu’en France : « On ne connaît bien ni son état présent, ni son histoire passée ; et pourtant on a plus que le désir de les connaître, on en sent le besoin ». Un de nos auteurs, le capitaine Hermann Ducasse, fait lui aussi allusion à « cet intérêt si vif de curiosité, qui fixe les regards de l’Europe sur tout ce qui, depuis six ans, arrive au-delà des Pyrénées »11. En effet, si l’Espagne intéresse autant c’est aussi parce qu’elle est différente, encore mystérieuse et exotique, malgré sa proximité : « L’Espagne, qu’on la considère sous le rapport du caractère de ses habitants, de son histoire politique ou de la nature du pays, est infiniment plus éloignée de la France que ne semble l’indiquer la distance qu’on trouve dans le livre de poste »12, précise encore l’officier écossais Charles Frederick Henningsen.

  • 13  Rioux, Jean-Pierre et Sirinelli, Jean-François (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Le Seu (...)

13C’est cette considérable production littéraire sur l’Espagne qui engendre des phénomènes d’intertextualité au sein des ouvrages publiés par les auteurs que nous allons étudier. Si la culture est ce qui permet à l’individu de penser son expérience13, celle des légitimistes est bien représentative des écrits qui circulaient à l’époque et dont un certain nombre, comme les récits de voyages ou les Mémoires de militaires ayant participé aux campagnes napoléoniennes, correspondait parfaitement à la fois à leur profil d’auteurs engagés et à leur projet littéraire. C’est pourquoi, lors de ces diverses entreprises de création, de nombreux lieux communs ou de figures imposées sur l’Espagne et le peuple basque surgissent lorsqu’il s’agit de peindre les mœurs des populations du nord qu’ils ont rencontrées pendant la guerre. Comme leurs prédécesseurs, ils forgent une identité basque basée sur l’image du rude montagnard et sur l’ancienneté des traditions de ce peuple dont l’origine se perd dans la nuit des temps.

14Si l’on considère maintenant ces auteurs comme les représentants de la communauté légitimiste, on peut constater que leurs écrits insistent tout particulièrement sur des valeurs que l’on retrouve chez les carlistes espagnols (défense de la Monarchie d’Ancien régime, respect des croyances, combat contre l’usurpation) et qui sont partagées par cette communauté. Le stéréotype d’une Espagne traditionnaliste qui circule déjà depuis quelques années dans la littérature romantique est réactivé à cette occasion. Les légitimistes européens reprennent et exploitent politiquement ce discours qui cadre si bien avec leurs idéaux en l’adaptant à leur cause.

  • 14  Il s’agit du Traité qui met fin à la Première guerre carliste le 31 août 1839 et qui est signé par (...)
  • 15  Ducasse,Hermann, op. cit., p. 12.
  • 16  Barrès du Molard, Vicomte Alphonse de, Mémoires sur la guerre de la Navarre et des provinces basqu (...)
  • 17  La phrénologie est l’étude du caractère, des facultés dominantes, d’après la forme du crâne.

15Ce type d’ouvrage exige une interprétation forcément favorable de certains faits et une vision forcément élogieuse de certains personnages. Par exemple, tout partisan de don Carlos se doit d’inclure quelques passages obligés sur les figures mythiques du camp carliste que sont le prétendant don Carlos, qui est désigné avec le titre de Charles V, le général Zumalacarregui, devenu rapidement une légende suite à sa mort prématurée en pleine gloire militaire en 1835 et enfin l’infâme Maroto, le général traître à sa cause qui a osé rendre les armes et signer la convention de Vergara14. Cette figure de l’antihéros sert souvent de bouc émissaire car il est bien commode de faire de lui l’unique responsable de la défaite. Le capitaine d’infanterie Ducasse dans ses Souvenirs magnifie les deux héros de son camp, don Carlos et le général Zumalacarregui. Il fait de l’un « la représentation sacrée de la légitimité » et de l’autre « le type radieux de la gloire »15. Le colonel Barrès du Molard préfère souligner l’« odieuse trahison » de Maroto et le désigne comme un personnage « destiné à occuper une place si honteusement célèbre dans les fastes de l’histoire contemporaine des événements de la Péninsule »16. Mais c’est le baron de Los Valles, maréchal de camp de don Carlos, qui donne le portrait le plus élogieux et le plus détaillé de Thomas Zumalacarregui. Là aussi, comme Hermann Ducasse le fait pour le général Maroto, il déduit de son aspect physique des traits de caractère qui seraient à l’origine de ses actions et il y a dans les deux portraits une influence évidente d’une discipline très en vogue, la phrénologie17, à laquelle on croyait alors. En le lisant, on peut également y retrouver certains traits communs au type basque décrit par nos auteurs :

Je voyais pour la première fois le général Zumalacarreguy, et je fus frappé de l’impression qu’il produisit sur moi. Il y avait dans la manière noble, franche et respectueuse à la fois, avec laquelle il aborda le roi, quelque chose d’imposant qui rappelait le type du caractère espagnol des anciens temps.

  • 18  Los Valles, Auget de Saint-Sylvain, baron de, Un chapitre de l’histoire de Charles V, Paris, Dentu (...)

Le général Zumalacarreguy est petit, mais d’une organisation forte et robuste ; ses yeux gris sont vifs et animés, ils décèlent de l’esprit et de l’imagination ; son front large signale l’homme capable de grandes résolutions ; son teint est coloré, il y a de la réflexion et du courage sur cette mâle figure ; comme le grand Frédéric, il a une épaule un peu plus haute que l’autre, et comme lui il incline légèrement sa tête sur le côté, et cette attitude habituelle donne à l’ensemble de sa personne un mélange de fierté et d’audace très analogues à son caractère. En le voyant, on devine en lui toutes les grandes qualités qui le distinguent, et dans tous ses mouvements se révèle ce caractère impétueux et passionné qui règle toutes les grandes actions de sa vie.18

3 La continuation de l’expérience de guerre par le biais des mots

  • 19  Barrès du Molard, Alphonse de, op. cit., p. VI.
  • 20  Ducasse, Hermann, op. cit., p. 2.
  • 21  Barrès du Molard, Alphonse de, op. cit., p. VI.
  • 22  Sabatier, Alexis, Tío Tomás. Souvenirs d’un soldat de Charles V, Bordeaux, Granet, 1836, p. III.

16Il est intéressant de constater que les ouvrages des militaires légitimistes ne font jamais la part belle à leur auteur, même si celui-ci a souvent exercé un poste de commandement prestigieux ou accompli des faits héroïques reconnus par le prétendant don Carlos lui-même, qui a nommé par exemple l’officier anonyme M.A.T. chevalier de Saint-Ferdinand. Alphonse de Barrès du Molard précise ainsi dans son avant-propos : « On ne trouvera donc point dans cet ouvrage l’histoire particulière de quelques individus, et encore moins celle de l’auteur ; car il a pris grand soin d’éviter de parler de lui, malgré les grades et emplois qu’il a occupés et les services actifs qu’il a rendus »19. Si « le soldat », comme nous l’explique Hermann Ducasse, « est généralement conteur »20, ses écrits en revanche sont rarement autobiographiques. Quel est donc l’objet principal des préoccupations de ces conteurs particuliers ? Quelle est la chose que ces militaires considèrent plus importante que le fait d’étaler au grand jour leur gloire personnelle ? Si, comme le dit Alphonse de Barrès du Molard, ils ont eu soin « d’élaguer autant que possible les faits particuliers anecdotiques », c’est parce ceux-ci « détournent le plus souvent l’attention des événements politiques et militaires d’une guerre aussi active et aussi féconde »21. Un militaire, en effet, a comme devoir premier de servir son pays ou une cause par les armes en temps de guerre. Dans ce même esprit de devoir, écrire serait tout simplement une autre façon de servir une cause pour laquelle ils ont été prêts à sacrifier leur vie. Le colonel Alexis Sabatier informe son lecteur que : « La cause de la légitimité, comme toute autre cause politique, peut et doit être défendue de bien des manières : par le sabre, la plume, la parole et la bourse ; et c’est ainsi que tout homme dont le dévouement n’est point mensonge ou pusillanimité, peut contribuer à son triomphe »22.

  • 23  Ducasse, Hermann op. cit., p. 1.

17Un militaire qui n’est plus en campagne peut par conséquent encore être acteur d’un mouvement d’opinion favorable à sa cause. C’est ainsi qu’Alexis Sabatier en vient à penser que, même en temps de paix, il peut encore servir la cause légitimiste comme écrivain. Il y a donc un rapport évident entre ce groupe social particulier que constituent les militaires défenseurs de la cause du légitimisme et la forme d’expression privilégiée par ces auteurs que sont le plus souvent les Souvenirs ou les Mémoires. Ces Mémoires sont leur façon de réactiver une dernière fois leurs idéaux et leur combat. Hermann Ducasse affirme que : « Nos seuls bénéfices de nombreux travaux, à nous autres militaires, lorsque l’âge ou les blessures nous retirent d’une carrière ingrate arrosée de nos sueurs et de notre sang, ce sont nos souvenirs »23.

  • 24  Dans son ouvrage Les Enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Points Seuil, 2004, l’historien Phili (...)
  • 25  Ducasse, Hermann, op. cit., p. 3.

18Comme nous l’avons signalé, ces auteurs font partie d’un groupe social défini en tant que défenseurs du trône de don Carlos et, plus largement, comme partisans de la légitimité où qu’elle se trouve, surtout si elle est en danger. C’est cette identité qui se dégage de leurs écrits plus ou moins consciemment et que l’historien doit s’attacher à mettre à jour24. Certains n’hésitent pas à la proclamer haut et fort : « Royaliste français, j’avais juré, en allant offrir mon épée à Charles V, de défendre en Espagne, tant qu’il serait debout, le drapeau de la légitimité, lors même qu’il n’en resterait plus qu’un lambeau »25.

  • 26  Ibid., p. 7.

19Le souvenir de la Vendée, lui aussi partie intégrante et point de repère de la mémoire du légitimisme, est fréquemment convoqué par certains auteurs français, c’est le cas par exemple lorsque Hermann Ducasse fait un parallèle entre les exploits des camps vendéens et carlistes : « Des montagnes de la Navarre nous venaient de merveilleux récits, des combats de géants comme ceux de notre pauvre Vendée »26. C’est le cas également lorsque l’officier anonyme M.A.T., lui-même Vendéen, insiste sur cette filiation dans son avant-propos grâce à une petite anecdote :

  • 27  M.A.T., Campagnes et aventures d’un volontaire royaliste en Espagne,Le Mans, Monnoyer, 1869, p. VI

Aujourd’hui encore, si le lecteur me demandait comment et pourquoi m’est venue cette vocation, je ne pourrais qu’emprunter la réponse d’une brave paysanne du bas Maine, aussi chouanne que son fils était chouan. Un royaliste haut placé lui exprimait, en 1832, ses craintes sur l’inutilité des efforts des Vendéens et l’impuissance probable de leur dévouement. ‘Que voulez-vous, monsieur, lui dit-elle, j’ons ça dans le ventre’. Donc, j’avais ça dans le ventre, c’est-à-dire l’amour de la justice et le dévouement aux bonnes causes.27

  • 28  Ibid., p. 33.

20La distance culturelle évoquée entre l’Espagne et la France pour laquelle de nombreux écrivains romantiques français ont pu éprouver de la curiosité, de l’admiration ou de l’amusement (cela est vrai également pour nos auteurs lorsque, dans certains passages de leurs ouvrages, ils se livrent à une description des mœurs et des coutumes typiquement espagnoles) s’efface alors pour faire face à une identification presque sentimentale avec la cause embrassée par les carlistes espagnols. On le voit, par exemple, dans la façon dont M.A.T. justifie sa décision de s’engager aux côtés de don Carlos : « On se battait au delà des Pyrénées, et la cause qui enflammait le cœur de ces loyaux Espagnols, était celle de la légitimité dans tous les pays. Dès lors, tout mon désir fut de passer la frontière et de me joindre à eux »28.

  • 29  « Le royalisme qui leur a fait prendre les armes est, dans les paysans espagnols, ce sentiment qu’ (...)
  • 30  Cette préoccupation d’agir sur le présent se manifeste de façon concrète lors de la publication du (...)
  • 31  Il s’agit de Juan Antonio Zaratiegui qui était l’aide de camp et le secrétaire du général Zumalaca (...)

21Le carlisme et les provinces du Nord de l’Espagne deviennent alors des lieux de refuge d’une certaine vision de l’histoire, celle du légitimisme, qui transcende les frontières et explique l’engagement de ces militaires étrangers aux côtés des carlistes espagnols29. Les légitimistes s’approprient donc cette guerre civile en la pensant et en la représentant avec leurs propres référents, leur propre culture politique. A travers la première guerre carliste, ils parviennent à élaborer un ensemble cohérent de représentations destinées à souder leur camp. L’enjeu de ces écrits est avant tout politique et ces auteurs comptent sur l’impact que leur livre pourra avoir sur le lecteur pour le rallier à leur cause30. Cette influence immédiate sur l’opinion publique au travers d’écrits de circonstance est ce qu’espère également l’officier carliste Juan Antonio Zaratiegui31 lorsque, dans son Discours préliminaire, il déclare :

  • 32  Zaratiegui, Juan Antonio, Vie de Zumalacarregui, Paris, impr. De Lacour et Cie, 1845, p. 1.

Nous sommes persuadés qu’en publiant la vie de Zumalacarregui nous allons modifier l’opinion qu’ont aujourd’hui, relativement à la personne ou au mérite de ce général, plus d’un Espagnol et beaucoup d’étrangers qui, ne l’ayant connu que par le bruit de la renommée, ignorent faute de détails, ce qu’il fut réellement ainsi que la valeur de ses actions.32

22Il est donc évident que ces livres, écrits pour satisfaire les goûts et le besoin d’information d’un lecteur contemporain du conflit carliste, sont également des ouvrages de propagande en faveur du parti légitimiste. Mais il y a encore un autre enjeu, qui va au-delà de la vogue littéraire ou de l’idéologie du moment et cet enjeu est historique. Il existe en effet chez nos auteurs un objectif commun qui les fait participer, consciemment ou non, à un même projet. Plus que raconter, nos auteurs disent vouloir témoigner, c’est-à-dire avoir comme perspective le jugement de la postérité sur l’histoire de leur temps.

4 Une entreprise de transmission d’une histoire collective spécifique

23Cette mise en ordre du passé – un ordre tout à fait subjectif – ne se fait pas seulement pour répondre aux besoins d’un lecteur contemporain mais aussi dans un but de transmission du souvenir aux générations suivantes. C’est pourquoi Juan Antonio Zaratiegui fonde de grandes espérances sur la publication de son ouvrage :

  • 33  Ibid., pp. 1-2.

Les renseignements que nous allons mettre au jour sont tellement importants que, dès à présent, nous nourrissons l’espoir d’un résultat d’autant plus favorable au héros carliste que sa réputation sera assise sur une base solide, et que nous procurons ici aux écrivains qui voudraient entreprendre le travail difficile de transmettre aux générations futures les événements de notre malheureuse guerre civile, un guide sûr pour traiter avec toute l’extension possible ce qui est relatif à ce sujet.33

24Grâce à leur position privilégiée, nos auteurs prétendent vouloir faciliter la tâche des historiens en laissant une trace pour la postérité. Alexis Sabatier pressent qu’il fait partie d’un tout et qu’il n’est que l’un des vecteurs d’une œuvre et d’un destin collectif en train de se constituer :

  • 34  Sabatier, Alexis, op. cit., p. III.

[…] à l’historien d’une guerre, il faut des faits que le soldat seul peut fournir. Soldat de Charles V, je dis une partie de ce que j’ai vu sur les champs de bataille que deux fois j’ai arrosés de mon sang ; d’autres diront aussi ce qu’ils ont vu, et l’ensemble de ces témoignages fournira des pages impérissables aux annales militaires du monde34.

  • 35  C’est le cas de Charles Frederick Henningsen qui conteste certains propos défavorables à son camp (...)
  • 36  C’est la comtesse de Bocarmé qui a écrit la préface de l’ouvrage du prince Félix Lichnowsky, Souve (...)
  • 37  Ces partisans du légitimisme ont un besoin désespéré de reconnaissance dans un monde qui ne corres (...)

25Les auteurs que nous avons choisi d’étudier, de fait, se retrouvent tous dans le camp des perdants. Or, il y a un usage différent de la mémoire par les vaincus ou les vainqueurs. En tant que vaincus, ils ont conscience de faire partie d’un groupe social que l’on veut détruire. Leur entreprise de conservation de la mémoire vient alors s’opposer à une volonté d’oubli du côté des vainqueurs. Ils craignent une déformation partisane des faits qui se ferait à leurs dépens et ils ont peur d’être exclus de l’histoire officielle qui bien souvent est – ou n’est que, devrait-on dire – l’histoire des vainqueurs. C’est pourquoi, dans leurs écrits, ils sont constamment sur la défensive et ressentent la nécessité de plaider leur cause35. Leur but est en fait d’empêcher la transmission d’une interprétation univoque de leur histoire. Ils cherchent donc à impressionner le plus possible les esprits pour qu’on ne les oublie pas. Ils préfèrent ne pas laisser au temps le soin de juger de ce qu’il est important de divulguer aux générations futures. Eux seuls sont à même de comprendre et de décrire ce qui a de l’importance pour l’histoire du légitimisme. La conservation programmée du souvenir strictement sélectionné est alors confiée à l’écrit qui est censé pouvoir être un jour réactivé pour écrire l’histoire. C’est ainsi que la comtesse Ida de Bocarmé, tout en s’en remettant à la postérité, pense que « les souvenirs d’un témoin impartial de ce grand débat [seront] de quelque importance aux yeux des historiens qui, plus tard, s’occuperont de la Péninsule au XIXe siècle. »36 On comprend alors pourquoi leurs souvenirs n’ont presque rien d’autobiographique. Il s’agit d’une mémoire essentiellement tournée vers le public. Le projet de ces mémorialistes est celui d’une réhabilitation. Ils sont conscients du fait qu’il n’y a pas d’histoire innocente car il n’y a pas de mémoire innocente. Mais, si l’histoire est conçue comme une construction de la mémoire de la collectivité nationale, leurs écrits peuvent revendiquer leur place dans cet édifice37. Tous ces partisans de la légitimité vont au devant d’une mémoire collective qui leur contesterait le droit d’exister. Ils se font ainsi les gardiens de la mémoire du légitimisme en construisant une histoire spécifique de l’imaginaire du collectif légitimiste. C’est ainsi que la comtesse de Bocarmé justifie sa volonté de traduire de l’allemand le livre de Félix Lichnowsky ; elle explique clairement que son but est d’aller à l’encontre des mensonges de l’autre camp. Selon elle :

  • 38  Lichnowsky, Félix, op. cit., p. 4.

Ceux qui repoussent la légitimité par la légalité [il faut entendre les libéraux], comme si ce dernier mot pouvait se passer de l’autre, ont essayé pendant longtemps d’altérer l’histoire par des récits mensongers ; mais ce livre démontrera que ces sortes d’entreprises sur la justice sont toujours vaines. Tous les cœurs nobles et droits vont d’eux-mêmes à la vérité quand un cri généreux la leur découvre.38

  • 39  Henningsen, Charles Frederick, op. cit., p. XIII.

26C’est également une des raisons qu’avance le traducteur des Mémoires sur Zumalacarregui de Charles Frederick Henningsen lorsqu’il évoque les motifs qui l’ont poussé à traduire cet ouvrage : « Peut-être aussi (et nous sommes bien loin de le dissimuler) avons-nous été vivement intéressé par la sympathie de nos sentiments avec ceux de ce brave et loyal officier en faveur d’une cause qu’il a voulu soutenir de sa plume comme il l’avait soutenue de son épée »39.

  • 40  Il s’agit de ceux de Félix Lichnowsky, Juan Antonio Zaratiegui ou Charles Frederick Henningsen.

27Par ailleurs, la traduction en français de certains de ces ouvrages40 démontre que cette mémoire issue d’un collectif particulier est soutenue et organisée par un réseau cohérent de « porteurs de mémoire » groupés en un courant politique encore vivace. Après la première guerre carliste, tous ces ouvrages participent à une vague d’écrits destinés à faire briller – ou simplement survivre – la flamme du légitimisme le plus longtemps possible en Europe.

28Lorsque que débute la première guerre carliste en Espagne, les légitimistes européens, dans le but plus ou moins conscient de servir leur cause, assemblent dans leurs écrits diverses représentations des Basques et des Espagnols qui luttent contre le gouvernement libéral d’Isabelle II pour en faire un tout cohérent, un ensemble de représentations conformes aux idéaux qu’ils professent. Ils forgent ainsi une image caricaturale d’un peuple de guérilleros traditionalistes, ardents défenseurs de l’Autel et du Trône. Pour accroître la portée de cet ensemble de représentations, ils utilisent divers procédés (présentation de témoignages « dignes de foi », réutilisation des clichés déjà ancrés dans l’esprit des Français, répétition systématique des mêmes figures stéréotypées...) destinés à ce que le peuple basque serve de base à la création d’une identité espagnole conforme à leur opinion.

29Il faut se rappeler que le parti de la contre-révolution, naguère tout puissant, est en perte de vitesse dans toute l’Europe, ce qui n’échappe pas à la vigilance de ses propres membres. Cet imaginaire complet et combattant que leur offre le conflit carliste est une occasion inespérée de rassembler cette communauté. Dans une culture politique française où les alternances politiques ont été le fruit de révolutions et de conflits armés, le recours à un langage belliqueux et à des évocations guerrières est tout naturel : la politique est un combat armé, semblable à celui qui se livre en Espagne. Le parallèle est évident, et l’évocation des batailles livrées par les carlistes est le meilleur moyen de préparer le combat politique en France. Il est clair qu’en 1833 la cause légitimiste a tout autant besoin d’être défendue par les armes en Espagne que par la plume partout ailleurs en Europe, sous peine d’une disparition qui semble irréversible.

30Néanmoins, cette tentative apparaît vite désespérée, tout comme l’issue du conflit en Espagne, et bientôt l’objectif de ces écrits de guerre, en plus de chercher à convaincre l’opinion, sera d’écrire l’Histoire du légitimisme pour la postérité. La culture de guerre développée par la communauté légitimiste pendant le conflit carliste est dès lors réutilisée en vue d’un possible retournement futur de l’Histoire.

Haut de page

Notes

1  Voici par exemple comment se présentent à leurs lecteurs quelques grands journaux légitimistes de l’époque. L’Europe : journal des Intérêts Monarchiques et Populaires, La France : journal des Intérêts Monarchiques et Religieux de l’Europe, La Quotidienne : La religion, le roi et les lois.

2  Pour en savoir plus sur les aspirations et la doctrine du parti légitimiste français se reporter à l’ouvrage de Rémond, René, Les Droites en France, Paris, Aubier, 1982, pp. 72 à 83 et à celui de Lévêque, Pierre, Histoire des forces politiques en France : 1789-1880, tome 1, Paris, Armand Colin, 1992, pp. 161 à 196.

3  Les Basques et les Navarrais, qui soutiennent en majorité le prétendant don Carlos, luttent contre la nouvelle identité espagnole proposée par le régime libéral qui se met en place. Ils dénoncent, avec les carlistes, la modernisation que veut leur imposer le nouveau gouvernement libéral et souhaitent le maintien de leur société traditionnelle régie par des us et coutumes qui remontent au Moyen-âge, les fameux fueros. Le nouveau gouvernement cristino affiche des idées clairement centralisatrices qui sont perçues par les partisans du traditionalisme que l’on trouve dans ces provinces comme une volonté d'uniformisation du pays, et donc de destruction de leur identité particulière et de leurs privilèges locaux.

4  La France, 26 septembre 1835.

5  La Gazette de France, 6 juillet 1838.

6  La Quotidienne, 12 mars 1834. On remarque la tendance qu’ont ces journaux à généraliser le combat mené dans quelques provinces du Nord à toute l’Espagne comme si les partisans du régime libéral d’Isabelle étaient numériquement insignifiants et ne pouvaient pas être considérés comme étant réellement des Espagnols. C’est ce qu’exprime également Le Rénovateur du 20 octobre 1833 : « L’Espagne réalise par sa noble conduite le système de politique que nous cessons d’expliquer, et elle montre la différence qu’il faut faire entre la liberté et le libéralisme, la liberté fidèle aux rois, et le libéralisme ennemi des peuples, la liberté venue de Dieu, et le libéralisme rebelle à la religion ».

7  Consulter La Gazette de France à partir du mois de septembre 1839 jusqu’en juillet 1840, lorsque don Carlos est interné à Bourges, ainsi que la revue La Mode pour les mêmes dates.

8  Cet écrivain va en 1836 proposer une nouvelle traduction du Quichotte.

9  Viardot, Louis, Etudes sur l’histoire des institutions, de la littérature, du théâtre et des beaux-arts en Espagne, Paris, Paulin, 1835, p. I.

10  Voir Aymes, Jean-René, L’Espagne romantique (témoignages des voyageurs français), Paris, Métailié, 1983, 212 p.

11  Ducasse, Hermann, Echos de la Navarre, Paris, Maison, 1840, p. 2.

12  Henningsen, Charles Frederick, Mémoires sur Zumalacarregui et les premières campagnes de Navarre, Paris, H. Fournier, 1836, pp. 1-2.

13  Rioux, Jean-Pierre et Sirinelli, Jean-François (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Le Seuil, 1997, p. 215.

14  Il s’agit du Traité qui met fin à la Première guerre carliste le 31 août 1839 et qui est signé par le général libéral Espartero et le général carliste Maroto.

15  Ducasse,Hermann, op. cit., p. 12.

16  Barrès du Molard, Vicomte Alphonse de, Mémoires sur la guerre de la Navarre et des provinces basques, Paris, Dentu, 1842, p. 258. Plus loin dans cet ouvrage, Alphonse de Barrès du Molard va jusqu’à s’arrêter et entreprendre de faire la biographie du général Maroto afin de mieux appuyer ce qu’il avance et de montrer les origines de la noirceur de ce personnage. Il va même jusqu’à communiquer à son lecteur le dégoût qu’est sensé lui inspirer le fait de faire allusion à cet épisode particulier de la guerre carliste et qui contraste avec son plaisir d’avoir jusque là relaté des épisodes favorables à sa cause : « Il est pénible, après avoir raconté tant de combats et d’actions glorieuses pour les habitants de la Navarre et des provinces basques, d’entretenir désormais le lecteur d’intrigues et de trahisons. Témoin, malheureusement, d’une partie de ces honteux incidents, nous allons entrer dans des détails qui soulèveront le voile sur les opérations de Maroto et qui révèleront la marche suivie par ce général dès qu’il eut pris en main le commandement de l’armée. Un coup d’œil rapide sur les antécédents d’un homme que l’infamie seule a fait connaître, ne paraîtra point déplacé dans ce récit. » Barrès du Molard, Alphonse de, op. cit, pp. 262-263. Hermann Ducasse nous fait également un portrait de Maroto : « Je crois que ce fut alors que je remarquai pour la première fois, se perdant dans le groupe de l’état-major, un homme dont la physionomie me frappa. Sa figure pâle et bilieuse avait bien cette expression que donnent les passions haineuses. Il y avait là-dessus, de l’orgueil, de la jalousie, de l’ambition, mais de cette ambition méchante et hypocrite qui fait que l’on rampe jusqu’à ce qu’on puisse mordre. Cet homme me déplut : c’était Maroto !!! », Ducasse, Hermann, op. cit, p. 106.

17  La phrénologie est l’étude du caractère, des facultés dominantes, d’après la forme du crâne.

18  Los Valles, Auget de Saint-Sylvain, baron de, Un chapitre de l’histoire de Charles V, Paris, Dentu, 1835, pp. 202-203.

19  Barrès du Molard, Alphonse de, op. cit., p. VI.

20  Ducasse, Hermann, op. cit., p. 2.

21  Barrès du Molard, Alphonse de, op. cit., p. VI.

22  Sabatier, Alexis, Tío Tomás. Souvenirs d’un soldat de Charles V, Bordeaux, Granet, 1836, p. III.

23  Ducasse, Hermann op. cit., p. 1.

24  Dans son ouvrage Les Enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Points Seuil, 2004, l’historien Philippe Poirrier démontre qu’ « Il y a coïncidence entre la diffusion d’un certain type de culture et la formation d’une certaine catégorie sociale, consciente d’elle-même et apparaissant dans sa cohésion, son homogénéité aux autres groupes sociaux ». Alphonse de Barrès du Molard cite dans une note contenue dans son ouvrage les noms d’autres compagnons d’armes ayant écrit eux aussi leurs Mémoires (le baron de los Valles, Charles Frederick Henningsen, Alexis Sabatier et Juan Antonio Zaratiegui). Ce faisant, il est conscient que ses Mémoires l’intègrent à un groupe social particulier avec ses codes et ses idées toutes faites auquel il est fier d’appartenir et il montre qu’il n’est pas le seul à entreprendre une telle entreprise. Il en profite également pour faire de la publicité à un ouvrage qui n’est pas encore paru, celui de Juan Antonio Zaratiegui, ce qui montre qu’il ne se situe pas dans une optique de concurrence mais au contraire de filiation.

25  Ducasse, Hermann, op. cit., p. 3.

26  Ibid., p. 7.

27  M.A.T., Campagnes et aventures d’un volontaire royaliste en Espagne,Le Mans, Monnoyer, 1869, p. VI.

28  Ibid., p. 33.

29  « Le royalisme qui leur a fait prendre les armes est, dans les paysans espagnols, ce sentiment qu’on ne conçoit plus maintenant dans le reste de l’Europe ; cet esprit qui animait la France des siècles passés, lorsque les derniers mots sortant des lèvres d’un Français mourant, étaient : Pour Dieu et le roi ; ce sentiment de fidélité que la république, qui triompha de tous ses ennemis au dehors, ne put parvenir à éteindre dans la Vendée, l’une de ses plus faibles provinces. » Henningsen, Charles Frederick, op. cit., p. 18.

30  Cette préoccupation d’agir sur le présent se manifeste de façon concrète lors de la publication du livre d’Alphonse de Barrès du Molard qui « Se vend au profit des soldats de S. M. Charles V réfugiés en France ».

31  Il s’agit de Juan Antonio Zaratiegui qui était l’aide de camp et le secrétaire du général Zumalacarregui et qui choisit de publier son ouvrage en français afin de toucher un public bien plus étendu.

32  Zaratiegui, Juan Antonio, Vie de Zumalacarregui, Paris, impr. De Lacour et Cie, 1845, p. 1.

33  Ibid., pp. 1-2.

34  Sabatier, Alexis, op. cit., p. III.

35  C’est le cas de Charles Frederick Henningsen qui conteste certains propos défavorables à son camp colportés par quelques uns de ses contemporains : « Depuis mon retour en Angleterre, j’y ai souvent entendu dire que les engagements dans cette guerre civile n’étaient que de légères escarmouches, où il n’y avait ni dangers à braver, ni lauriers à cueillir. Le progrès des carlistes, ajoutait-on, n’étaient dus qu’à la lâcheté de leurs adversaires, et les premiers ne s’avançaient que parce que les autres se retiraient sans combattre. Rien n’est plus faux que ces assertions, et les avantages des carlistes, au contraire, n’étaient que trop souvent gagnés, et gagnés très chèrement au prix de leur sang. Je croirais manquer en même temps à la vérité et à l’honneur, si je laissais sans réponse d’aussi odieuses calomnies contre tant de braves compagnons d’armes, que j’ai vus tomber dans les champs de la Navarre et des provinces et dont la mort glorieuse ne doit pas rester dans l’oubli. » Hennningsen, Charles Frederick, op. cit., pp. 174-175.

36  C’est la comtesse de Bocarmé qui a écrit la préface de l’ouvrage du prince Félix Lichnowsky, Souvenirs de la guerre civile d’Espagne, Paris, J. Dumaine, 1844, tome 1, p. 3.

37  Ces partisans du légitimisme ont un besoin désespéré de reconnaissance dans un monde qui ne correspond plus aux valeurs qui sont les leurs. Dans leurs Mémoires, il s’agit avant tout de susciter un élan populaire en faveur de leur cause en rassemblant les éléments nécessaires pour convaincre un public a priori incrédule ou indifférent puisqu’exposé à la version officielle des faits. Certains tiennent à montrer que le courage et la noblesse d’âme ont également existé dans leur camp, même si c’est celui des vaincus.

38  Lichnowsky, Félix, op. cit., p. 4.

39  Henningsen, Charles Frederick, op. cit., p. XIII.

40  Il s’agit de ceux de Félix Lichnowsky, Juan Antonio Zaratiegui ou Charles Frederick Henningsen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Blanchard Rubio, « La Première guerre carliste ou la guerre de la dernière chance : la communauté légitimiste face à son destin », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://amnis.revues.org/1449 ; DOI : 10.4000/amnis.1449

Haut de page

Auteur

Laetitia Blanchard Rubio

Université Paris-Sorbonne – CRIMIC, l_blanchard_rubio@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org