Navigation – Plan du site
Varia

Le sens des mots : le vocabulaire du genre en Espagne

Sofía Rodríguez

Résumés

Cet article dresse le bilan des études de genre menées en Espagne et revient sur les concepts-clé ayant orienté la recherche dans ce domaine. Il montre la relation entre l´évolution du féminisme théorique et l´apparition progressive d´un vocabulaire qui défini les femmes comme des sujets politiques. Si les relations de pouvoir sont l´épicentre des catégories structurant l´analyse historique, la violence, les demandes sociales et le matérialisme traversent la société civile et s’inscrivent dans l´agenda des États. L´avenir, néanmoins, s’accompagne de nouveaux défis et dialogues interculturels qui, sans aucun doute, transformeront le discours des femmes et le langage des genres au XXIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Il n’est pas simple de réfléchir sur les mots que nous choisissons pour exprimer une réalité concrète, ni sur les raisons de nos choix. Comment les femmes pensent-elles les femmes et comment le font les hommes ? À partir de quand et où avons-nous commencé à parler de genre/s ? Comment ce concept est-il compris et utilisé en Espagne ? Quel est le rôle joué par le discours théorique et comment est-il reçu par la rue, ou plus exactement en dehors de l’Académie ? De quelle manière les sciences sociales utilisent-elles la catégorie analytique et relationnelle de sexe/genre ? Quelles différences peut-on tracer entre les usages des historien/nes – dans leurs divers courants – et ceux des sociologues ou des sémiologues, par exemple ?

2Voici le genre de questions posées ces dernières années surtout par les études culturelles et l’anthropologie. Les historiennes ont moins l’habitude de les formuler ainsi, autrement dit d’un point de vue épistémologique et d’une manière systématique. La traduction des travaux anglo-saxons marqués par le tournant linguistique ainsi que l’usage croissant d’une documentation orale requérant des techniques spécifiques d’interrogation ont cependant peu à peu fait changer les choses. Alors, nous – les historiennes – avons commencé à prendre du recul pour analyser ce que nous écrivions et disions, la manière dont nous raisonnions et enregistrions le passé et, enfin, pour comprendre de quelles significations nous dotions l’expérience des femmes.

3Il s’agit dans cet article de faire l’inventaire des termes les plus employés dans les études de genre en Espagne, en les historicisant au sens de Michel Foucault et en nous arrêtant sur leur valeur symbolique. Nous examinerons les contextes dans lesquels ces termes sont apparus, se sont développés et ont été abandonnés – toujours en relation avec l’évolution de ce champ d’études –. Nous nous attacherons également à décrire leurs usages sociaux et évaluer leur succès dans le domaine de la théorie féministe en distinguant quatre moments : les années 1970-1980, les années 1990, le tournant postcolonial des années 2000, et enfin le temps présent dans lequel coexistent un certain nombre de termes politiquement significatifs.

L’entrée des femmes dans l’écriture de l’histoire (années 1970-1980) : les problématiques sociales

  • 1  Scott,Joan W., « Gender: a useful category of historical analysis », American Historical Review, v (...)

4Le point de départ généralement retenu pour les études sur le genre correspond à la traduction de l’article de Joan Scott en 1990, soit quatre ans après sa publication aux Etats-Unis : « Le genre : une catégorie utile pour l’analyse historique »1. Jusqu’alors, la recherche sur la différence des sexes avait pour principal objectif de restituer aux femmes leur place dans l’histoire. Les hispanistes Mary Nash, Giuliana di Febo et Geraldine Scanlon furent les pionnières de ces travaux d’abord consacrés à l’histoire contemporaine. Révéler les femmes en tant qu’actrices politiques de la guerre civile, du franquisme et du court xxe siècle impliquait de poser de nouvelles questions et, surtout, d’apporter des réponses sur les espaces, les moments et les rôles que les Espagnoles avaient investis. Dans le contexte d’une dictature à peine terminée et plombée par un long silence, il fallait retrouver les visages effacés de ces « autres ».

  • 2 Scanlon, Geraldine, La polémica feminista en la España Contemporánea, 1868-1974, Madrid, Siglo XXI, (...)

5Les auteures ne tombèrent cependant pas dans le piège de la victimisation. Tout au contraire. La capacité de résistance et les stratégies de combat des Espagnoles étaient décrites dans leurs spécificités et mises en relation avec le contexte international. À l’instar de la nord américaine Nancy Chodorow, presque toutes insistaient sur le retard de la société espagnole par rapport aux modes de vie occidentaux. Le poids d’une éducation religieuse fondée sur la division des sphères – privée/publique – et renforcée par l’influence politique de l’Église étaient les principaux arguments avancés pour l’expliquer. Avec le temps, il sembla nécessaire de penser la relation des femmes avec le féminisme : n’y avait pas plusieurs féminismes ? Quant à la socialisation dans les réseaux du catholicisme social, avait-elle été oppressive ou, au contraire, n’avait-elle pas offert un espace spécifique pour des interventions féminines2 ?

  • 3 Capel,Rosa Mª, El sufragio femenino en la Segunda República española, Granada, Universidad de Grana (...)
  • 4 Falcón, Lidia, Mujer y sociedad, Barcelona, Fontanella, 1969 ; Capmany, María Aurèlia, El feminismo (...)
  • 5  Note des traductrices : il s’agit de la Falange Espanola Tradicitionalista - Juntas de Ofensiva Na (...)
  • 6  Barrachina, Marie-Aline, La Section Féminine de F.E.T et des J.O.N.S, puis du Mouvement National O (...)

6Certaines Espagnoles s’intéressèrent tôt à ces questions, ainsi Rosa María Capel, la première à mettre en relation la jeune démocratie avec l’héritage suffragiste de la Seconde République en Espagne ou Lourdes Benería qui, en 1977, publiait Femme, économie et patriarcat pendant l’Espagne franquiste3. Le désir de parler d’une période dont on venait de tourner la page était très fort. Des essayistes, avocates et journalistes s’associèrent aux universitaires pour écrire l’histoire de ce féminisme en plein dynamisme. Lidia Falcón, María Aurelia Capmany, Carmen Alcalde, Amparo Moreno, Inés Alberdi ou Antonina Rodrigo ne sont que quelques exemples parmi d’autres4. Aux biographies s’ajoutèrent les récits des prisonnières politiques, l’analyse des structures de pouvoir et, notamment, de la section féminine de FET-JONS5, l’organisme qui était chargé de l’encadrement des filles et des femmes adultes pendant la dictature. En ce sens, la thèse doctorale de Marie-Aline Barrachina s’est révélée extraordinairement clairvoyante6.

  • 7 Gallego,Mª Teresa, Mujer, Falange y Franquismo, Madrid, Taurus, 1981 ; VV.AA., Las mujeres y la Gue (...)
  • 8  Pastor, Reyna, « Para una historia social de la mujer hispano-medieval : problemática y puntos de (...)
  • 9  On désigne par cette expression un féminisme qui met en avant, et valorise, la différence sexuelle (...)
  • 10  Seminario de Estudios de la Mujer, Nuevas perspectivas sobre la mujer : actas de las Primeras Jorn (...)

7Signe de la relation étroite établie entre l’histoire des femmes au niveau académique et le contexte social, les études des années 1980 approfondirent les deux moments d’extrême bouleversement que furent la guerre et la dictature. Le débat universitaire était alors imprégné des notions issues de l’anti-franquisme et du féminisme socialiste, comme patriarcat, exploitation, double lutte… Le genre n’apparaissait pas encore. Des ouvrages comme Femme, Phalange et Franquisme de María Teresa Gallego furent publiées dans ces années-là et un colloque organisé à Salamanque sur Les femmes et la guerre civile espagnole mit à la disposition du public une documentation importante, sans cependant qu’il innove sur le plan de la terminologie7. La détermination de quelques universitaires à aborder leurs recherches du point de vue féministe et à inclure l’apport de ces études dans les programmes des étudiants permit également l’élargissement de l’horizon chronologique à l’époque moderne et au Moyen Âge8. Les progrès de la recherche favorisaient l’intégration des débats théoriques au sein des premiers séminaires universitaires. Entre 1981 et 1985, l’Université Autonome de Madrid a ainsi organisé cinq journées interdisciplinaires destinées à ouvrir « de nouvelles perspectives sur la femme » et à analyser la place faite aux femmes dans l’organisation juridique et dans les pratiques sociales des sociétés espagnoles du xvie au xxe siècles. En 1986 on pouvait compter, créés sur le territoire et sur le modèle de Madrid, douze séminaires. Citons celui de l’Université de Barcelone, créé en 1982 en association avec la Librairie des Femmes de Milan et le « féminisme de la différence »9, et celui de Grenade, qui en 1990 organisait sa première Rencontre scientifique sur la Femme en Andalousie10.

  • 11  Perinat, Adolfo & Marrades, Mª Isabel, Mujer, prensa y sociedad en España, 1800-1939, Madrid, CIS, (...)
  • 12  Carrasco, Cristina, El trabajo doméstico, Barcelona, Universidad de Barcelona, 1989 ; Borderías, C (...)

8Les recherches s’ouvrirent alors à de nouvelles thématiques, comme l’image des femmes diffusée par la presse (Mercedes Roig et Adolfo Perinat) ou la littérature (Guadalupe Gómez-Ferrer)11. Surtout, l’histoire des femmes investissait le domaine de prédilection de l’historiographie espagnole de l’époque, à savoir le mouvement ouvrier, afin d’explorer la place des femmes sur le marché du travail. La nouvelle génération, davantage liée à la sociologie et aux sciences économiques et poursuivant le travail de Rosa M. Capel et Lourdes Benería, s’est ainsi intéressée à la division sexuelle du travail, à la famille et à ses conditions de reproduction sociale, ainsi qu’à la féminisation de certaines professions. S’y distinguaient le groupe catalan de Cristina Carrasco, Cristina Borderías et Carmen Sarasúa ; le groupe madrilène de Gloria Nielfa, Paloma de Villota et María del Carmen García-Nieto ; les Basques Pilar Pérez-Fuentes et Mercedes Arbaiza, et, à Malaga, María Dolores Ramos et Concepción Campos Luque12.

Les échanges avec les Anglo-américaines et les Françaises (les années 1990)

  • 13  Querol, Ángeles, « Sobre palabras e ideas : el proyecto de investigación “la mujer en el origen de (...)
  • 14  AEIHM : Asociación Española de Investigación en Historia de las Mujeres.
  • 15  Nash, Mary et alii (eds.), Pautas históricas de sociabilidad femenina : rituales y modelos de repr (...)

9C’est par l’étude de l’économie et de la famille que l’histoire des femmes s’est ainsi faite une place importante en Espagne, dans des domaines, les sciences humaines et sociales, pas toujours bien valorisés. Les années 90 coïncidèrent avec son extension dans tous les départements universitaires, y compris la préhistoire (Ángeles Querol et Trinidad Escoriza) et l’antiquité (Ana Iriarte, María Dolores Mirón, Rosa Cid)13. L’article de Joan Scott était désormais traduit et le terme « género » avait fait de timides apparitions à partir de 1991 au sein de les bulletins de l’Association Universitaire des Etudes de la Femme puis, en 1994, dans les publications de l’Association espagnole de la recherche en histoire des femmes ? (cf article dans Genre et Histoire) (AEIHM14). Quatorze colloques internationaux attestent des efforts fournis par cette association pour synthétiser les principaux apports sur des thèmes aussi fondamentaux que le pouvoir, la guerre, la culture de paix, l’éducation, la sociabilité ou la représentation des femmes et la maternité15.

  • 16  Nash, Mary, « Desde la invisibilidad a la presencia de la mujer en la historia : corrientes histor (...)
  • 17  Duby, Georges & Perrot, Michelle (dirs.), Historia de las Mujeres…op. cit. ; Garrido, Elisa (ed.), (...)

10Mary Nash, en parallèle avec le travail développé en France par Françoise Thébaud, avait déjà publié, pionnière en ce domaine en Espagne, deux articles historiographiques sur les premières décennies d’études féministes en Espagne. Elle accomplit désormais cette tâche avec María Dolores Ramos16. Sa contribution, ainsi que celle de Danielle Bussy-Genevois, à l’œuvre magistrale de George Duby et Michelle Perrot a contribué à la reconnaissance de l’histoire des femmes espagnoles comme un domaine spécifique de recherches, alors fortement influencé par l’école française. Cette historiographie est aujourd’hui en croissance exponentielle comme l’attestent les nouveaux travaux d’Elisa Garrido en 1997 ou ceux d’Isabelle Morant en 2006, consacrés à l’Espagne et à l’Amérique latine17.

  • 18  Domínguez, Pilar et alii, « Interacción del pensamiento feminista e historiografía en España (1976 (...)

11À mesure que ces espaces étaient conquis, les relations entre le « campus » et la « rue » ont pu donner l’impression de s’estomper. En réalité, l’affaiblissement des mouvements sociaux suite à la consolidation de l’État-providence d’un côté et l’insertion professionnelle des militantes de l’autre, ont déplacé les revendications vers la sphère parlementaire, les ONGs et les groupes « anti-systèmes ». Il s’agissait moins d’un divorce entre préoccupations concrètes et spéculations abstraites que d’un déplacement général d’intérêts18.

  • 19  Gregorio, Carmen & Agrela, Belén (eds.), Mujeres de un solo mundo. Globalización y Multiculturalis (...)

12Les luttes pour le droit à l’avortement, la contraception ou les garderies avaient abouti à des mesures législatives et étaient garanties par les services sociaux de la planification familiale dès les années 90. L’égalité de traitement et d’accès au marché du travail ou l’entière intégration des Espagnoles en tant que citoyennes, étaient inscrits dans les agendas politiques et syndicaux mais restaient éloignées d’un traitement académique. Seule la sociologie s’intéressait à ce qui constituait toujours des problèmes majeurs ainsi la prostitution, la violence de genre ou l’immigration, des problèmes que l’histoire approcherait plus tardivement, au début du xxie siècle et à travers l’introduction par les études subalternes d’une nouvelle problématique, celle de l’identité19.

Les années 2000 ou le tournant postcolonial

13L’émiettement de l’histoire d’abord et la postmodernité ensuite ont entrainé une multiplication des centres d’intérêts liés au retour du sujet. Il semblerait que l’histoire des relations de genre fut la première à bénéficier de cette transition. Dépassant « l’histoire totale », héritière des Annales, dans laquelle la femme était considérée comme un collectif homogène soumis aux aléas politiques, les analyses portaient désormais sur cette construction sociale prétendue homogène, La Femme, et la complexité de ses rapports aux hommes et aux femmes singulières : les études s’intéressaient aux microsphères de pouvoir et à leurs interactions réciproques et mettaient en valeur la capacité d’agir des femmes.

  • 20  Díaz, José Javier, « Cuerpo a cuerpo con el giro lingüístico », Arenal. Revista de Historia de las (...)

14Au niveau international, le paradigme postsocial, postmétaphysique et de l’incorporation, comme le nomme Díaz Freire, réintroduisait alors l’expérience face à l’idéalisme abstrait. En Espagne c’est le choix de la « différence à l’intérieur de la différence » qui réhabilitait d’un point de vue théorique l’individu dans le « magma féminin » et dans le déterminisme historique, et qui soulignait les conflits de pouvoir existant entre les féminismes. L’article de Gayatry Spivak « La subalterne peut-elle parler ? » et dont le titre illustre ces questions sur l’hétérogénéité du féminin, paraissait en anglais en 1988 et n’était traduit en espagnol qu’en 2002, ce qui révèle la tardive pénétration des études postcoloniales dans le pays20.

  • 21  Nash, Mary, Multiculturalismos y género : un estudio interdisciplinar, Barcelona, Bellaterra, 2001 (...)

15Sans renier totalement l’héritage systémique, certains travaux, dans une production d’inégale qualité, renouvelaient alors la littérature existante : les titres montrent l’intérêt croissant pour l’identité, la citoyenneté, le corps, la violence, la vie quotidienne et la nouvelle histoire politique. Le défi consistait à équilibrer l’historiographie sociale et culturelle, ou pour le dire autrement à concilier –sans tomber dans le subjectivisme – l’étude des pratiques sociales avec celle des représentations et des discours dominants. Quelques travaux font désormais référence pour cette période. En premier lieu, la trajectoire toujours pionnière de Mary Nash, récemment nommée Docteure Honoris Causa : De l’étude du féminisme historique elle est passée à celle du multiculturalisme, considéré comme la caractéristique majeure de l’époque actuelle. On note également les travaux des historiennes basques Nerea Aresti et Miren Llona. La première a montré comment les masculinités nationales avaient été élaborées à la fois par l’Église et le langage médico-scientifique des débuts du xxe siècle. La seconde, qui a beaucoup fait pour que les sources orales soient définitivement intégrées à la recherche, a montré les contradictions existantes entre l’identité de genre et celle de classe de la « femme moderne »21.

  • 22  Morcillo, Aurora, True Catholic Womanhood. Gender ideology in Franco´s Spain, Illinois, Northern I (...)
  • 23  Note de la traductrice : capacité d’agir traduit ici empoderamiento qui est une traduction littéra (...)

16Il faut ajouter à tout cela le renouvellement apporté par Aurora G. Morcillo sur la construction culturelle de la féminité et le corps politique du Franquisme. Le débat avait été initié par Inmaculada Blasco dans sa comparaison de la mobilisation des femmes, catholiques et phalangistes, dans la guerre civile22. Par rapport au préjugé égalitariste des pionnières, plus occupées à condamner qu’à valoriser d’autres influences mobilisatrices, ces auteures analysent l’appropriation du maternalisme social par les femmes de droite. Dans la lignée de Karen Offen et de Nancy Cott, elles mettent en avant le potentiel d’un féminisme relationnel, plus enraciné dans la tradition espagnole que le modèle individualiste protestant. Pour la première fois, elles analysent le discours de la complémentarité et de l’excellence féminine comme une arme utilisée par les femmes elles-mêmes et non plus seulement comme un instrument de domination des hommes sur les femmes. Elles voient ainsi dans les réseaux de sociabilité conservatrice un espace favorisant la capacité d’action des femmes23, au delà du manque de liberté qui leur est laissé.

  • 24  Mujeres y Educación. Saberes, práctica y discursos en la Historia, Sevilla, Diputación Provincial, (...)
  • 25  Borderías, Cristina (ed.), Joan Scott y las políticas de la Historia, Barcelona, Icaria, 2006, pp. (...)

17Comme le montrent ces travaux, depuis que le retard espagnol est assumé, l’histoire du genre se débat entre la nécessité de se rénover et la résistance permanente des tenantes de l’expérience et de l’histoire positiviste contre celles qui placent le discours au centre de leurs études. Joan Scott elle même dénonçait dans le séminaire international organisé par l’Association Espagnole de la Recherche en Histoire des Femmes en 2005, l’altération et surtout la perte de la charge critique du concept de genre tel qu’elle l’avait formulé24. Sexe et genre ont été confondus et compris comme équivalents, dit-elle, au point de ne plus être considérés comme des constructions sociales. Les interrogations ne portent plus que sur les dimensions biologiques ou culturelles de ce qu’est ou devrait être une femme25.

  • 26  Izquierdo, Mª Jesús, « Uso y abuso del concepto de género », Vilanova, Mercedes (comp.), Pensar la (...)
  • 27  Kaplan, Temma, « Conciencia femenina y acción colectiva : El caso de Barcelona, 1910-1918 », Amela (...)

18María Jesús Izquierdo avait déjà dénoncé en 1994 les us et abus du concept de genre en Espagne mais c’est seulement à la fin des années 1990 qu’un certain consensus sur son sens et sur ses apports à la recherche historique se dégage26. Le rôle des historiennes anglo-saxonnes et françaises est alors fondamental et beaucoup d’articles, livres ou thèses réalisés en Espagne s’en inspirent. Si Joan Scott fournit toujours le cadre général, un autre concept, celui de « conscience féminine » introduit par l’hispaniste Temma Kaplan dans l’œuvre de Mary Nash, a désormais davantage de succès. L’étude de T. Kaplan sur les actions collectives réalisées dans les quartiers marginaux de Barcelone ou dans les champs andalous décrit les injustices qui ont historiquement mobilisées les Espagnoles27.

La critique du genre : derrière les mots, des contrastes politiques

  • 28  Durán, Mª Ángeles, Mujeres y hombres en la formación del pensamiento sociológico, Madrid, CIS, 199 (...)
  • 29  Bourdieu, Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998 [Trad. La dominación masculina, Barc (...)

19Les philosophes et les sociologues espagnoles n’ont pas tout à fait utilisé le même appareil conceptuel que les historiennes. Si l’étude des inégalités face à l’âge ou celle du « plafond de verre », analysé d’abord par Ángeles Durán, a trouvé un certain écho auprès des historiennes spécialistes de socio-économie, la bibliographie des historiennes n’a pas toujours été à la hauteur du débat intellectuel sur la différence introduit par Amelia Valcárcel, Alicia Puleo, Victoria Camps o Milagros Rivera 28. La magnifique analyse de l’Illustration et du contrat « sexuel » de Rousseau menée par Rosa Cobo, parallèlement à celle de Carole Pateman, a nourri la pratique pédagogique plus que l’épistémologie. Il en est de même pour la « microphysique du pouvoir » et les « dispositifs de la sexualité » de Michel Foucault, comme pour la « violence symbolique » de Pierre Bourdieu dont le travail a été traduit en 2000. Il reste toujours difficile de tendre des ponts entre les œuvres pionnières portant sur la définition de l’identité politique féminine, comme celle de Celia Amorós, et l’historiographie29.

  • 30  Butler, Judith, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990 (...)
  • 31  Beauvoir, Simone de, Le Deuxième Sexe, Paris, Gallimard, 1949 [Ce travail fut ainsi publié en 1954 (...)

20La traduction tardive d’ouvrages de référence comme Gender Trouble de Judith Butler – alors qu’ils étaient commentées en profondeur en Argentine par María Luisa Femenías30 – est encore plus inexplicable. Ce n’est pas que ces œuvres aient été ignorées par les auteures espagnoles mais leur diffusion est restée lente et circonscrite à des milieux spécialisés et déconnectés du public. Rappelons que même Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir ou la Mystique de la féminité de Betty Friedan ou encore la Politique sexuelle de Kate Mille, qui furent publiées dans les années 1950-1960, n’ont circulé que sous le manteau pendant la dictature de Franco31.

  • 32  Birriel, Margarita & Rodríguez, Pilar (coords.), Mujeres y fortaleza Europa, Granada, Universidad (...)

21La convergence entre les salles de classe et la rue, née avec le féminisme de l’égalité, s’est estompée à mesure que les études de la troisième vague se faisaient plus complexes, notamment parce qu’elles reliaient leurs revendications à la différence avec les collectifs subalternes. Or ceux-ci, du fait de leur atomisation, étaient peu visibles en tant que mouvements sociaux dans « l’Europe forteresse »32. Il faut dire que la majorité des Espagnols reste imperméable au riche jargon de combat des féministes historiques et au thésaurus académique initiés il y a plus de quarante ans par l’histoire des femmes. Ces problématiques et ce langage évoquent d’ailleurs deux – ou plus – types de dialectes, celui des institutions et celui de la population. Entre eux le fossé est grand. Et il faudrait ajouter les médias qui développent leur propre langage, lié à d’autres groupes de pression et d’intérêt.

  • 33  Voir, par exemple : Aresti, Nerea, « La nueva mujer sexual y el varón domesticado. El movimiento l (...)

22Nous avons montré que le genre a été un élément central, marqueur des débats féministes, notamment du saut théorique entre la catégorie de femme au singulier et celle des femmes au pluriel, une catégorie utilisée pour signaler l’hétérogénéité à l’intérieur du groupe – si tant est que ce groupe ait une existence transcendantale, au sens kantien. Nous avons utilisé les concepts de sexe et de différence sexuelle, phénomène biologique ou construction sociale, et tous les stéréotypes associés à la féminité (qualités culturelles du genre féminin : ange du foyer, beau sexe, sexe faible, etc.) face à la masculinité, son opposé. Cependant, par rapport aux sociologues et spécialistes de l’éducation, les travaux historiques sur la construction du masculin restent balbutiants, liés généralement à des études portant sur les discours, la sexualité, la violence ou le Front des Jeunesses Fascistes33.

23Entre féminité et masculinité, se sont glissés d’autres concepts pour lesquels on essaye de caractériser le contenu. Nous pensons à la domesticité et au maternalisme, deux stéréotypes associés à la femme universelle et qui incluent tout un ensemble de taches : activités de soins, production à bas rendement, pauvreté, dépendance, services sexuels et prostitution. Associés à ces notions on trouve les espaces de « sociabilité féminine », et parmi eux le plus évident : la famille (nucléaire ou étendue), mais aussi le commerce, les métiers en col blanc, les professions associées au « maternalisme social » (enseignement, infirmerie, service domestique), et l’Église. Etant donné le poids de la « tradition » catholique et la « religiosité » particulière des Espagnoles, se sont développés des substantifs particuliers, comme les señoritas, demoiselles ou jeunes filles à marier et de bonne réputation, ou les catequistas, catéchistes qui se consacrent à l’apostolat séculier et qui sont comparables aux maguis ou Magdalaine Sisters anglo-saxonnes.

  • 34  Núñez, Mirta, Mujeres caídas. Prostitutas legales y clandestinas durante el Franquismo, Madrid, Ob (...)
  • 35  Rodríguez, Sofía, « Mujeres perversas. La caricaturización femenina como expresión del poder entre (...)

24Celles qui transgressent les rôles assignés à la féminité ont également leurs surnoms : du gallicisme garçonne, issu de la Belle époque, aux viragos sufragistas et republicanas des années 1930, les mujeres caídas ou individuas de dudosa moral – femmes déchues ou de morale douteuse de l’après guerre – et enfin le générique feministas34. Celui-là renvoie à une image caricaturale de la femme célibataire dont l’autonomie est redoutée et l’implication politique dénoncée comme étant contre nature, une caricature caractéristique de l’étroitesse de vue et des lieux communs utilisés par le discours androcentique35.

  • 36  Scott, Joan W., La citoyenne paradoxale. Les féministes françaises et les droits de l´homme, París (...)

25Toutefois, même si les modèles féminins de subordination et de résistance ont été opposés de manière binaire et manichéenne, certains paradoxes spécifiques aux Espagnoles ont été relevés par Joan Scott elle même, Marie Aline Barrachina ou Inmaculada Blasco36. Nous pensons aux stéréotypes qui, devant la nécessité d’articuler une cause commune à toutes les femmes, ont été renforcés par la lutte politique. D’un côté les femmes qui ont dénoncé la différence sexuelle comme source de leur discrimination et ont cherché l’égalité se sont érigées en porte paroles de toutes les femmes – en légitimant leur capacité de représentation des femmes par la différence sexuelle. Inversement, celles qui défendent le système patriarcal et l’enracinent dans la biopolitique et la raison d’État contredisent l’assignation aux seules fonctions reproductives en profitant précisément de leur individualité. Les contradictions entre la théorie et l’action politique sont patentes dans les deux cas et pourraient se résumer par le proverbe : « fait ce que je dis et non ce que je fais ».

  • 37  Evans, Mary, Introducción al pensamiento feminista contemporáneo, Madrid, Minerva, 1997.

26Dans le champ sémantique de la masculinité, nous avons signalé l’usage généralisé du concept de patriarcat – associé à celui de pouvoir – dès les premières études. En 1969, Kate Millet l’avait désigné comme l’ennemi commun et universel de toutes les femmes et défini comme le système qui permet et perpétue l’exploitation sexuelle des femmes par les hommes, un système le plus souvent associé au capitalisme par le matérialisme historique. Une définition aussi grossière a rapidement fait l’objet de nombreuses critiques, notamment parce qu’elle occultait les différences entre femmes, entre hommes et entre sociétés. Certaines auteures ont préféré considérer le patriarcat comme une forme d’oppression possible parmi d’autres. Mais son usage, voire son succès, reste généralisé dans les publications académiques et les discours militants des féministes37.

27Aussi ancien que le patriarcat, le concept de pouvoir est un épicentre de la théorie politique. Entre patriarcat et pouvoir, un éventail de termes définit l’abus de pouvoir comme étant la base de la répression institutionnalisée et de la violence individuelle : l’exploitation (économique, sexuelle…), la discrimination (légale, salariale, éducative…), la pression (politique, le chantage émotionnel….), le viol (physique ou juridique)… La toile de fond de ces menaces toujours latentes serait la peur et le sujet protagoniste la femme victime, sans que de telles analyses ne tombent pour autant dans l’écueil de la victimisation.

28Par leur nombre, les morts provoqués par la violence de genre ont fait de cette dernière notion l’axe central des politiques gouvernementales qui la désignent par différents synonymes. Le code pénal utilisait la catégorie d’uxoricide et de maltraitance. Les médias continuent de parler de violence sexiste ou machiste parce que les féministes ont justement rappelé à plusieurs occasions que l’usage du terme « violence de genre », en faisant oublier qu’il y a un agresseur homme et une victime femme, risquait d’être un euphémisme qui dépolitise la question. L’expression violence domestique a également été critiquée au motif qu’elle peut donner l’impression que le problème est familial (et non pas masculin), privé voire quotidien et non pas politique. C’est pour ces raisons qu’on en vient à parler de « violence contre les femmes » ou à employer l’expression radicale de « terrorisme domestique », manière de rappeler que ses victimes annuelles sont plus importantes que celles perpétrées par ETA.

  • 38  Lorente, Miguel, Los nuevos hombres nuevos : los miedos de siempre en tiempos de igualdad, Barcelo (...)
  • 39  Moreno, Amparo, « Violencia, virilidad y feminidad », Segura, Cristina & Nielfa, Gloria (eds.), En (...)

29Depuis l’organisation en 2000 du premier séminaire international à l’Université de Malaga sur « Violence et Genre », les publications, partant d’un point de vue pénal, policier, éducatif ou artistique, se sont multipliées. Le médecin Miguel Lorente Acosta qui avait participé au séminaire pour faire appliquer les avancées des recherches à la médecine légale, est aujourd’hui délégué au gouvernement sur la violence de genre38. Malheureusement le nombre de décès causés chaque année par la « violence de genre » en Espagne ne correspond pas aux efforts faits pour l’éradiquer. Il existe donc des problèmes structuraux pour lesquels les théoriciennes n’ont pas de remèdes. On peut trouver mille explications à ce fardeau de l’histoire. La société espagnole est entièrement prisonnière de conceptions machistes, allant parfois jusqu’à faire de l’exercice de la violence une caractéristique de ce qui est tenu pour la virilité hispanique39.

  • 40  Kaplan, Temma, « Conciencia femenina y acción colectiva… », op. cit. ; Nash, Mary, « Maternidad, m (...)

30Les stratégies de lutte et de résistance comme les formes de l’oppression politique, économique et culturelle des femmes ont engendré à la fois un discours et un vocabulaire spécifiques. L’action quotidienne et spontanée du féminisme populaire a été qualifiée de « grève des ventres » (M. Nash), de « révoltes quotidiennes » (Di Febo y Cabrero) ou d’ « armes des faibles » (J. Scott). D’un autre côté, ce qui a rassemblé ces femmes en une identité auto-assumée est défini par Temma Kaplan comme une « conscience féminine et action collective » et par María Dolores Ramos comme un « maternalisme social » 40.

  • 41  Durán, Mª Ángeles & Gallego, Mª Teresa, « The Women's Movement in Spain and the New Spanish Democr (...)

31Le contenu des revendications et protestations, une fois articulées à l’intérieur d’un réel mouvement féministe, a donné lieu à la fin des années 60 à un discours théorique portant sur la double-lutte (politique-démocratique et féministe), la double-charge (professionnelle et familiale), les droits sociaux et reproductifs du corps des femmes, le fameux plafond de verre, toujours imposé aux exceptions qui parviennent à obtenir des promotions dans leur travail et à gagner des parts de pouvoir41. Dans les années 90 ce sont les quotas mis en place dans les partis politiques, le Parlement et le gouvernement – ce qui a abouti à l’actuelle parité – qui ont généré le plus de polémiques entre les hommes, les femmes et les milieux professionnels.

32En investissant l’académie, cette transition sociale et terminologique s’est accompagnée d’un redéploiement théorique du féminisme dans la voie de la déconstruction des mécanismes traditionnels du pouvoir pour leur substituer les micro-stratégies des femmes. Pour cela il fallait analyser la capacité d’action des femmes et organiser une plate-forme politique pour qu’avec l’aide des institutions et des réseaux sociaux, elles puissent obtenir une pleine citoyenneté. L’objectif final étant la participation et l’implication des femmes dans les politiques de développement, il était nécessaire de mettre en place une sensibilisation sociale et une éducation transversale qui permettent d’obtenir un nouveau consensus

  • 42  Marías, Javier, Corazón tan blanco, Madrid, Suma de Letras, 2004, p. 348 [1ª ed. 1992].

33Précisément, à l’heure actuelle, ce sont les femmes des pays décolonisés qui réorientent les études de genre en ouvrant une brèche dans le concept de citoyenneté en y faisant prévaloir la reconnaissance de la différence multiculturelle et de la subjectivité. Le discours s’est donc chargé de nouvelles catégories comme subalterne, insurrection, marginalité, centres et périphéries… La richesse de ces nouvelles politiques et manières de faire de l’histoire est aussi grande et complexe que le langage de leurs analyses. Mais si le féminisme veut rester politique, le discours théorique devra rester en contact avec les demandes des femmes. Comme le dit un refrain espagnol : « nous sommes maîtres de nos silences et esclaves de nos paroles », mais comme le précise le philologue madrilène Javier Marías : « se taire et parler sont deux façons d’intervenir sur le futur »42.

Haut de page

Notes

1  Scott,Joan W., « Gender: a useful category of historical analysis », American Historical Review, vol. 91, nº 5. En espagnol : « El género : Una categoría útil para el análisis histórico », Amelang,James S. y Nash, Mary, Historia y Género. Las mujeres en la Europa Moderna y Contemporánea, Valencia, Edicions Alfons el Magnànim, 1990, pp. 23-56.

2 Scanlon, Geraldine, La polémica feminista en la España Contemporánea, 1868-1974, Madrid, Siglo XXI, 1976 ; Nash, Mary, Mujeres Libres. España, 1936-1939, Barcelona, Tusquets, 1977 ; Di Febo, Giuliana, Resistencia y movimiento de mujeres en España, 1936-1976, Barcelona, Icaria, 1979. Chodorow attribue l’inégalité sexuelle et la reproduction du système patriarcal à la transmission mère-fille des rôles sociaux (Chodorow , Nancy, El ejercicio de la maternidad, Barcelona, Gedisa, 1984).

3 Capel,Rosa Mª, El sufragio femenino en la Segunda República española, Granada, Universidad de Granada, 1975 ; Benería, Lourdes, Mujer, economía y patriarcado durante la España franquista, Barcelona, Anagrama, 1977.

4 Falcón, Lidia, Mujer y sociedad, Barcelona, Fontanella, 1969 ; Capmany, María Aurèlia, El feminismo ibérico, Barcelona, Oikos-Tau, 1970 ; Alcalde, Carmen, La mujer en la Guerra Civil española, Madrid, Cambio 16, 1976 ; Moreno, Amparo, Mujeres en lucha (el movimiento feminista en lucha), Barcelona, Anagrama, 1977 ; Alberdi,Inés, ¿El fin de la familia ?, Barcelona, Bruguera, 1977 ; Rodrigo, Antonina, Mujeres de España, Barcelona, Plaza & Janés, 1977.

5  Note des traductrices : il s’agit de la Falange Espanola Tradicitionalista - Juntas de Ofensiva Nacional-Sindicalista.

6  Barrachina, Marie-Aline, La Section Féminine de F.E.T et des J.O.N.S, puis du Mouvement National Origines, genèse, influence, fin, 1933-1977, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, 1977.

7 Gallego,Mª Teresa, Mujer, Falange y Franquismo, Madrid, Taurus, 1981 ; VV.AA., Las mujeres y la Guerra Civil Española, III Jornadas de estudios monográficos. Salamanca, octubre 1989, Madrid, Ministerio de Asuntos Sociales-Instituto de la Mujer, 1991.

8  Pastor, Reyna, « Para una historia social de la mujer hispano-medieval : problemática y puntos de vista », La condición de la mujer en la edad media : actas del coloquio celebrado en la Casa de Velázquez, Madrid, Universidad Complutense, 1986, pp. 187-214 ; Segura, Cristina (ed.), Las mujeres medievales y su ámbito jurídico : actas de las Jornadas de Investigación Interdisciplinaria,Madrid,Universidad Autónoma, 1983 ; López-Cordón, Mª Victoria, « La situación de la mujer a finales del antiguo régimen (1760-1860) », Capel, Rosa Mª (coord.), Mujer y Sociedad en España (1700-1975), Madrid, Ministerio de Cultura, 1986, pp. 47-108 ; Ortega, Pilar, « Una reflexión sobre la historia de las mujeres en la Edad Moderna », Norba. Revista de historia, nº 8-9, 1987-1988, pp. 159-166 ; Morant, Isabel, « Cultura y poder de las mujeres en las sociedades del Antiguo Régimen : Una reflexión sobre el tema », Mujeres y hombres en la formación del pensamiento occidental, Madrid, Universidad Autónoma, 1989, pp. 209-220 ; Franco, Gloria,Incorporación de la mujer a la administración del estado, municipios y diputaciones, Madrid, Instituto de la Juventud, 1981.

9  On désigne par cette expression un féminisme qui met en avant, et valorise, la différence sexuelle.

10  Seminario de Estudios de la Mujer, Nuevas perspectivas sobre la mujer : actas de las Primeras Jornadas de Investigación Interdisciplinaria, Madrid, UAM, 1981 et La mujer en la historia de España (siglos XVI-XX) : II Jornadas, Madrid, UAM, 1982 ; García-Nieto, Mª Carmen (coord.), Ordenamiento jurídico y realidad social de las mujeres : siglos XVI a XX. IV Jornadas, Madrid, UAM, 1984 ; Garrido, Elisa (ed.), La mujer en el mundo antiguo : V Jornadas, Madrid, UAM, 1985 ; Segura, Cristina & Muñoz, Ángela (coords.), El trabajo de las mujeres en la Edad Media hispana : V Jornadas, Madrid, UAM, 1985 ; Vara, Mª Jesús & Maquieira, Virginia (coords.), El trabajo de las mujeres, siglos XVI-XX : VI Jornadas, Madrid, UAM, 1987 et Mujeres y hombres en la formación del pensamiento occidental : VII Jornadas, Madrid, UAM, 1988 ; Ballarín, Pilar & Ortiz,Teresa (eds.), La mujer en Andalucía, Tomo I. Encuentro Interdisciplinar de Estudios de la Mujer en Andalucía, Granada, Feminae-Seminario de Estudios de la Mujer de la Universidad de Granada, 1990. 

11  Perinat, Adolfo & Marrades, Mª Isabel, Mujer, prensa y sociedad en España, 1800-1939, Madrid, CIS, 1980 ; Roig, Mercedes, La mujer en la historia a través de la prensa : Francia, Italia, España. Siglos XVIII-XX, Madrid, Ministerio de Asuntos Sociales, 1989 ; Ferrer-Morant, Guadalupe, « La imagen de la mujer en la novela de la Restauración », Capel, Rosa Mª (coord.), op. cit., pp. 147-206.

12  Carrasco, Cristina, El trabajo doméstico, Barcelona, Universidad de Barcelona, 1989 ; Borderías, Cristina, « Trabajo e identidad femenina : una comparación internacional sobre la producción de las trayectorias sociales de las mujeres en España, Francia e Italia », Sociología del trabajo, 1988, pp. 71-90 ; Sarasúa, Carmen, « El servicio doméstico en el Madrid del siglo XIX », Historia 16, nº 89, 1983, pp. 19-26 ; Nielfa, Gloria, « Las mujeres en el comercio madrileño del primer tercio del siglo XX », Capel, Rosa Mª (coord.), op. cit., pp. 299-332 ; Villota, Paloma de, « Los motines de Castilla la Vieja de 1856 y la participación de la mujer : Aproximación a su estudio », Nuevas perspectivas sobre la mujerop. cit., pp. 136-162 ; García-Nieto, Mª Carmen, « Trabajo y oposición popular de las mujeres durante la dictadura franquista », Duby, Georges & Perrot, Michelle (dirs.), Historia de las mujeres. Siglo XX, Madrid, Taurus, 1993, pp. 661-672 ; Pérez-Fuentes, Pilar, « Notas acerca del modelo vasco de industrialización : la división del trabajo entre hombres y mujeres », Mujeres y hombres en la… op. cit., pp. 485-495 ; Ramos, Mª Dolores & Vera, Teresa (eds.), El trabajo de las mujeres : Pasado y Presente, Málaga, CEDMA, 1992.

13  Querol, Ángeles, « Sobre palabras e ideas : el proyecto de investigación “la mujer en el origen del hombre” », 3er. Congreso de Arqueología Peninsular, vol. 1, Madrid, ADECAP, 2000, pp. 337-344 ; Escoriza, Trinidad, « Una introducción a la mujer a través de los estudios prehistóricos », A la memoria de Agustín Díaz Toledo, Almería, Universidad de Almería, 1995, pp. 145-152 ; Iriarte, Ana, Las voces del enigma : voces femeninas en el pensamiento griego, Madrid, Taurus, 1990 ; Mirón, Mª Dolores, Las mujeres en la Antigüedad, Granada, Universidad de Granada, 1992 ; Cid, Rosa Mª, « La presencia femenina en los cultos cívicos de la religión romana imperial : El caso de las flaminicae-divae », Ritual y conciencia cívica en el mundo antiguo. Oviedo, Ediciones Clásicas, 1995, pp. 95-122.

14  AEIHM : Asociación Española de Investigación en Historia de las Mujeres.

15  Nash, Mary et alii (eds.), Pautas históricas de sociabilidad femenina : rituales y modelos de representación, Cádiz, Universidad de Cádiz, 1999 ; Aguado, Anna (ed.), Mujeres, regulación de conflictos y cultura de la paz, València, Institut Universitari d'Estudis de la Dona, 1999 ; Cerrada, Ana & Segura, Cristina (eds.), Las mujeres y el poder. Representaciones y prácticas de vida, Madrid, Almudayna, 2000 ; Pérez, Pilar & Ortega,Margarita (eds.), Las edades de las mujeres, Madrid, UAM, 2002 ; Nash, Mary & Tavera, Susanna (eds.), Las Mujeres y las Guerras, Barcelona, Universitat de Barcelona-Icaria, 2003 ; Amador, Pilar & Ruiz, Rosario, Representación, Construcción e Interpretación de la imagen visual de las Mujeres, Madrid, Archiviana, 2003 ; Del Val, Mª Isabel et alii (eds.), La Historia de las mujeres : una revisión historiográfica. Valladolid, Universidad de Valladolid, 2004 ; Flecha, Consuelo et alii (eds.), Mujeres y educación. Saberes, prácticas y discursos en la historia, Sevilla, Miño Dávila-Diputación Provincial de Sevilla, 2005 ; Borderías, Cristina (ed.), La Historia de las Mujeres : perspectivas actuales, Barcelona, Universidad de Barcelona, 2006.

16  Nash, Mary, « Desde la invisibilidad a la presencia de la mujer en la historia : corrientes historiográficas y marcos conceptuales de la nueva historia de la mujer », Nuevas perspectivas… op. cit., pp. 22-26 et « Dos décadas de Historia de las Mujeres en España : Una reconsideración », Historia Social, nº 9, 1991, pp. 137-161 ; Ramos, Mª Dolores, « Arquitectura y construcción de la historia de las mujeres en Andalucía : últimas aportaciones (1992-2000) », III Congreso de Historia de Andalucía, Córdoba, Cajasur, 2002, pp. 17-46 et « Arquitectura del conocimientos, historia de las mujeres, historia contemporánea. Una mirada española, 1990-2005 », Cuadernos de Historia Contemporánea, nº 28, 2006, pp. 17-40 ; Thébaud, Françoise, « Género e historia en Francia : los usos de un término y una categoría de análisis », Cuadernos de Historia Contemporánea, nº 28, 2006, pp. 17-56.

17  Duby, Georges & Perrot, Michelle (dirs.), Historia de las Mujeres…op. cit. ; Garrido, Elisa (ed.), Historia de las mujeres en España, Madrid, Síntesis, 1997 ; Morant, Isabel (dir.), Historia de las mujeres en España y América Latina, Madrid, Cátedra, 2006.

18  Domínguez, Pilar et alii, « Interacción del pensamiento feminista e historiografía en España (1976-1986) », Mujeres y hombres en la formación…op. cit., pp. 385-400 ; Nash, Mary, « Experiencia y aprendizaje : la formación histórica de los feminismos en España », Historia Social, nº 20, 1994, pp. 151-172 ; Ramos, Mª Dolores, « Identidad de género, feminismo y movimientos sociales en España », Historia Contemporánea, nº 21, 2000, pp. 523-552.

19  Gregorio, Carmen & Agrela, Belén (eds.), Mujeres de un solo mundo. Globalización y Multiculturalismo, Granada, Universidad de Granada, 2002.

20  Díaz, José Javier, « Cuerpo a cuerpo con el giro lingüístico », Arenal. Revista de Historia de las Mujeres, vol. 14, nº 1, 2007, pp. 5-29. Cette évolution aurait d’abord été signalée par des aproches comme celles de Nash, Mary, « Los nuevos sujetos históricos : perspectivas de fin de siglo. Género, identidades y nuevos sujetos históricos », Romeo, Mª Cruz & Saz, Ismael, (eds.), El siglo XX. Historiografía e historia, Valencia, Universitat de Valencia, 2002, pp. 85-100 et Los límites de la diferencia : alteridad cultural, género y prácticas sociales, Barcelona, Icaria, 2009 ; Spivak, Gayatry, « Can the subaltern speak ? », Cary, N. & Grossberg, L. (eds), Marxism and the Interpretation of Culture, Champaign-Urbana, University of Illinois Press, 1988, pp. 271-313.

21  Nash, Mary, Multiculturalismos y género : un estudio interdisciplinar, Barcelona, Bellaterra, 2001 ; Aresti, Nerea, Médicos, donjuanes y mujeres modernas : los ideales de feminidad y masculinidad en el primer tercio del siglo XX, Bilbao, Universidad del País Vasco, 2002 ; Llona, Miren, Entre señorita y garçonne. Historia oral de las mujeres bilbaínas de clase media (1919-1939), Málaga, Atenea, 2002.

22  Morcillo, Aurora, True Catholic Womanhood. Gender ideology in Franco´s Spain, Illinois, Northern Illinois University Press, 2000 ; Blasco, Inmaculada, Armas femeninas para la contrarrevolución : La Sección Femenina en Aragón (1936-1950), Málaga, Atenea, 1999 et Paradojas de la Ortodoxia. Política de masas y militancia católica femenina en España (1919-1939), Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza.

23  Note de la traductrice : capacité d’agir traduit ici empoderamiento qui est une traduction littérale de l’anglais empowerment. Voir : Offen, Karen, « Definir el feminismo : un análisis histórico comparativo », Historia Social, nº 9, 1991, pp. 103-136 ; Lannon, Frances, « Los cuerpos de las mujeres y el cuerpo político católico : autoridades e identidades en conflicto en España durante las décadas de 1920 y 1930 », Historia Social, nº 35, 1999, pp. 65-81 ; Vincent, Mary, « Gender and Morals in Spanish Catholic Youth Culture : A Case Study of the Marian Congregations 1930-1936 », Gender & History, vol. 13, nº 2, 1991, pp. 273-297 ; Kaplan, Temma, « El feminismo comparativo », Lectora : revista de dones i textualitat, nº 12, 2006, pp. 85-90 ; Rodríguez, Sofía, « Secularization versus the weight of Catholic Tradition among Spanish Women in the 20th Century », Kosmin, Barry & Keysar, Ariela (eds.), Secularism, Women & the State : The Mediterranean World in the 21st Century, Connecticut : Institute for the Study of Secularism in Society and Culture, 2009, pp. 177-194.

24  Mujeres y Educación. Saberes, práctica y discursos en la Historia, Sevilla, Diputación Provincial, 2005. Note des éditrices : J. Scott a formulé ces critiques aux Etats-Unis et ailleurs en Europe dès la fin des années 1990 : voir l’article traduit ici par M. Boussabah. Egalement, J. Scott, préface à la seconde édition de Gender and the Politics of History, New York, Columbia Press 1999, p. xii. Aussi : « Some more reflections on Gender and Politics », dans Myra Marx Ferree, Judith Lorber, Beth B. Hess, eds, Revisioning Gender, Thousand Oaks, Calif. : Sage Publications, 1999.

25  Borderías, Cristina (ed.), Joan Scott y las políticas de la Historia, Barcelona, Icaria, 2006, pp. 179-283.

26  Izquierdo, Mª Jesús, « Uso y abuso del concepto de género », Vilanova, Mercedes (comp.), Pensar las diferencias, Barcelona, Institut Catalá de la Dona, 1994, pp. 31-53 ; Jiménez, Mª José, Pensamiento, imagen, identidad : a la búsqueda de la definición de género, Málaga, Atenea, 1999 ; Caporale, Silvia & Montesinos, Nieves (eds.), Reflexiones en torno al género. La mujer como sujeto de discurso, Alicante,Universidad de Alicante, 2001.

27  Kaplan, Temma, « Conciencia femenina y acción colectiva : El caso de Barcelona, 1910-1918 », Amelang, James & Nash, Mary, op. cit., pp. 267-295 et « Redressing the Balance : Genderad Acts of Justice around the Mining Community of Rio Tinto in 1913 », Constructing Spanish Womanhood : female identity in Modern Spain, Albany, State University of New York Press, 1998, pp. 283-300.

28  Durán, Mª Ángeles, Mujeres y hombres en la formación del pensamiento sociológico, Madrid, CIS, 1994 ; Borderías, Cristina et alii, Las mujeres y el trabajo. Rupturas conceptuales, Barcelona, Icaria, 1994 ; Ramos, Mª Dolores, La medida del mundo : género y usos del tiempo en Andalucía, Sevilla, Instituto Andaluz de la Mujer, 1998 ; Valcárcel, Amelia, Sexo y filosofía : sobre mujer y poder, Barcelona, Anthropos, 1991 ; Puleo, Alicia, Dialéctica de la sexualidad : Género y sexo en la filosofía contemporánea, Madrid, Cátedra, 1992 ; Camps, Victoria, El siglo de las mujeres, Madrid, Cátedra, 1998 ; Rivera, Milagros, Nombrar el mundo en femenino. Pensamiento de las mujeres y teoría feminista, Barcelona, Icaria, 2003.

29  Bourdieu, Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998 [Trad. La dominación masculina, Barcelona, Anagrama, 2000] et Gil-Ambrona, Antonio, Historia de la violencia contra las mujeres : misoginia y conflicto matrimonial en España, Madrid, Cátedra, 2008 ; Cobo, Rosa, Fundamentos del patriarcado moderno. Jean Jacques Rousseau, Madrid, Cátedra, 1995 ; Pateman, Carole, The Sexual Contract, Oxford, Oxford University Press, 1988 ; Foucault, Michel, Histoire de la Sexualité, París, Gallimard, 1976[Trad. Historia de la Sexualidad. vol. I. La voluntad de saber, Madrid, Siglo XXI, 1995] ; Morcillo, Aurora G., The seduction of Francoist Spain. The female body at the center of sexual politics. Bucknell University Press, 2010 ; Amorós, Celia, « Espacio de los iguales, espacio de las idénticas. Notas sobre poder y principio de individuación », Arbor : Ciencia, pensamiento y cultura, nº 503-504, 1987, pp. 113-128 et 10 palabras clave sobre Mujer, Estella, Verbo Divino, 1995 ; Fraser, Nancy & Nicholson, Linda, « Social Criticism without Philosophy : An encounter between Feminism and Postmodernism », Feminism / Postmodernism, New York, Routledge, 1990, pp. 19-38.

30  Butler, Judith, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990 [Trad. El género en disputa. El feminismo y la subversión de la identidad, Barcelona, Paidós, 2007] et Femenías, Mª Luisa, Judith Butler, Madrid, Ediciones del Orto, 2003.

31  Beauvoir, Simone de, Le Deuxième Sexe, Paris, Gallimard, 1949 [Ce travail fut ainsi publié en 1954 à Buenos Aires par l’éditeur Siglo XX]. Friedan, Betty, The Feminine Mystique, W.W. Norton and Company Inc., 1963 et Millet, Kate, Sexual Politics, Granada Publishing, 1969.

32  Birriel, Margarita & Rodríguez, Pilar (coords.), Mujeres y fortaleza Europa, Granada, Universidad de Granada, 2001 et Bastida, Patricia et alii (coords.), Nación, diversidad y género : perspectivas críticas.Barcelona, Anthropos, 2010.

33  Voir, par exemple : Aresti, Nerea, « La nueva mujer sexual y el varón domesticado. El movimiento liberal para la reforma de la sexualidad », Arenal. Revista de historia de las mujeres, vol. 9, nº 1, 2002, pp. 125-150 ; Rodríguez, Óscar, « La construcción de Abel. Discurso visual del Frente de Juventudes », Amador, Pilar et alii (eds.), Primeras Jornadas Imagen, Cultura y Tecnología, Madrid, Universidad Carlos III, 2002, pp. 367-382 ; Vincent, Mary, « La reafirmación de la masculinidad en la cruzada franquista », Cuadernos de historia contemporánea, nº 28, 2006, pp. 135-151.

34  Núñez, Mirta, Mujeres caídas. Prostitutas legales y clandestinas durante el Franquismo, Madrid, Oberon, 2003 et Sánchez, Pura, Individuas de dudosa moral. La represión de las mujeres en Andalucía (1936-1958), Barcelona, Crítica, 2009.

35  Rodríguez, Sofía, « Mujeres perversas. La caricaturización femenina como expresión del poder entre la guerra civil y el franquismo », Asparkía, nº 16, 2005, pp. 177-199.

36  Scott, Joan W., La citoyenne paradoxale. Les féministes françaises et les droits de l´homme, París, Albin Michel, 1998 ; Barrachina, Marie Aline, « La femme nouvelle dans la propagande phalangiste », Clio. Histoire, femmes et societé, nº 5, 1997, pp. 139-146 ; Blasco, Inmaculada, Paradojas … op. cit.

37  Evans, Mary, Introducción al pensamiento feminista contemporáneo, Madrid, Minerva, 1997.

38  Lorente, Miguel, Los nuevos hombres nuevos : los miedos de siempre en tiempos de igualdad, Barcelona, Destino, 2009 et Jiménez, Mª José & Gil, Eva Mª (eds.), Violencia y Género. Actas del Congreso Interdisciplinar sobe violencia y género, Málaga, CEDMA, 2002.

39  Moreno, Amparo, « Violencia, virilidad y feminidad », Segura, Cristina & Nielfa, Gloria (eds.), Entre la marginación y el desarrollo : Mujeres y hombres en la historia, Madrid, Ed. del Orto, 1996, pp. 43-53.

40  Kaplan, Temma, « Conciencia femenina y acción colectiva… », op. cit. ; Nash, Mary, « Maternidad, maternología y reforma eugénica en España, 1900-1939 » et Ramos, Mª Dolores, « ¿Madres de la Revolución ? Mujeres en los movimientos sociales españoles, 1900-1930 », Duby, Georges & Perrot, Michelle (dirs.), op. cit. ; Di Febo, Giuliana, « Resistencias femeninas al franquismo. Para un estado de la cuestión », Cuadernos de historia contemporánea, nº 28, 2006, pp. 153-168 ; Cabrero, Claudia, Mujeres contra el Franquismo (Asturias 1937-1952). Vida cotidiana, represión y resistencia, Oviedo, KRK, 2006 ; Scott, James C., Weapons of the Week. Everyday Forms of Peasant Resistance. New Haven, 1985.

41  Durán, Mª Ángeles & Gallego, Mª Teresa, « The Women's Movement in Spain and the New Spanish Democracy », Dahlerup, Drude, The New Women's Movement : Feminism and Political Power in Europe and the USA, London, Sage, 1986, pp. 200-216.

42  Marías, Javier, Corazón tan blanco, Madrid, Suma de Letras, 2004, p. 348 [1ª ed. 1992].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofía Rodríguez, « Le sens des mots : le vocabulaire du genre en Espagne », Amnis [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 03 décembre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://amnis.revues.org/1533 ; DOI : 10.4000/amnis.1533

Haut de page

Auteur

Sofía Rodríguez

Doctora en Historia Contemporánea, Universidad de Almería, España, srodri@ual.es

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org