Navigation – Plan du site
Le catholicisme et la sécularisation : dialectique et adaptation

La «Roma del Perú» au tournant du siècle : catholicisme, libéralisme et identité locale à Arequipa (1890-1915)

Guillemette Martin

Résumés

Cette étude a pour fil conducteur une approche à la fois locale et discursive des tensions qui accompagnent le processus de sécularisation au Pérou au tournant des XIXe et XXe siècles, à partir de l’étude du cas, à la fois extrême et exemplaire, de la ville d’Arequipa. Durant cette période, la presse arequipénienne est le théâtre d’un débat intense entre des libéraux soucieux de faire entrer la ville dans la modernité et la frange catholique et conservatrice de la population, qui voit ce débat menacer directement le pouvoir politique et moral qu’elle exerce depuis des générations sur l’ensemble de la région. Du fait de la virulence des débats opposant libéraux et catholiques conservateurs, mais également en raison de la dimension clairement identitaire et régionaliste que prend ce conflit dans la capitale mistiana, Arequipa présente sans conteste un terrain privilégié pour analyser les limites, voire les échecs d’une sécularisation en profond décalage avec les aspirations locales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  «C’est un grand honneur et un grand bonheur […] pour un peuple que d’abriter l’ardeur du sentiment (...)

Gran honor y felicidad, es […] para un pueblo, que en él viva ardiente, el sentimiento religioso, único fundamento inconmovible de la vida moral. El catolicismo ha penetrado profundamente en nuestro ser, y a él debe atribuirse esa honradez, esa nobleza, esa grandeza de alma que, en la próspera o en la adversa fortuna, ostentó siempre el pueblo de Arequipa.1

1Considérée depuis sa fondation en 1540 comme la cité la plus catholique du Pérou, la ville d’Arequipa se voit confrontée au tournant des XIXe et XXe siècles à un véritable raz-de-marée libéral, opéré par une poignée d’intellectuels qui luttent en faveur d’une sécularisation de la vie politique et sociale locale, dans un discours animé par un anticléricalisme agressif. Ces débats qui opposent libéraux et catholiques à Arequipa sont le reflet fidèle, quoiqu’intensifié, des tensions qui émaillent l’ensemble de la société péruvienne durant cette période, à un moment où le retrait de l’Église de la sphère publique représente plus que jamais un véritable enjeu de la construction nationale.

  • 2  «Cronológicamente, el proceso secularizador se inició con el surgimiento de la república en 1821 [ (...)

D’un point de vue chronologique, le processus de sécularisation a démarré avec l’apparition de la république en 1821 – […] et a pris fin en 1919, quatre ans après l’introduction de la liberté de culte dans la constitution péruvienne.2

  • 3  Pour une approche des antécédents du processus de sécularisation, voir notamment Armas Asin, Ferna (...)

2Si le processus de sécularisation n’est donc pas nouveau en 18903, la période qui sépare la reconstruction de l’après Guerre du Pacifique (1884-1890) de la ratification par le gouvernement péruvien de la liberté de culte (1915) voit néanmoins se mettre en place une nouvelle configuration des rapports de force entre l’Église et le pouvoir politique, dans un débat qui prend une ampleur toute particulière à Arequipa. Ce sont ces rapports de force que l’on se propose d’analyser ici, en s’attachant principalement à deux objectifs.

  • 4  Appelée ainsi du fait de la présence toute proche du volcan Misti.

3Tout d’abord, la lutte sans merci que se mènent les libéraux et les catholiques aréquipéniens par voie de presse interposée durant la première décennie du XXe sièclenous offre un accès privilégié aux enjeux à la fois nationaux et régionaux des débats sur la sécularisation. Il s’agira de les mettre au jour. Ensuite, l’approche régionale de la question met en lumière un aspect encore trop peu traité de ces débats, à savoir celui qui concerne la formation des identités collectives et régionales autour de l’élément religieux. Alors que pour les libéraux, il s’agit de convertir Arequipa «la fanatique» en une ville progressiste et moderne, les catholiques conservateurs défendent les valeurs qui ont fait de la capitale mistiana4 le dernier bastion d’une religion en perte de vitesse.

Arequipa, la «Roma del Perú»

  • 5  Tristan, Flora, «Les couvens d’Arequipa», Extrait de Pérégrinations d’une paria, Bruxelles, Revue (...)

4Si Arequipa doit en partie son surnom de «Rome du Pérou» à l’attachement historique de ses habitants au catholicisme, c’est néanmoins sa physionomie et son architecture qui consacrent son caractère religieux. Une multitude de couvents et d’églises ponctuent en effet le paysage urbain local, comme l’ont souligné de nombreux voyageurs, par exemple Flora Tristan, dans ses célèbres Pérégrinations d’une paria5.

  • 6  «En Perú se es muy católico […] Sólo en Arequipa el peruano es fanático. En todas partes del país (...)

Le Pérou est généralement très catholique […]. Ce n’est qu’à Arequipa que le péruvien est fanatique. Partout dans le pays le curé est puissant, à Arequipa il est souverain, sa parole enflamme les masses. Entouré et soutenu par la société, suivi par le peuple, le religieux jouit dans cette ville du rôle de maître absolu, vénéré […] et obéi sans scrupules.6

5Il est ainsi essentiel de rappeler que, plus encore qu’une autorité morale, le haut clergé constitue une force politique incontournable à Arequipa. Dans une étude approfondie et détaillée du parti libéral aréquipénien, l’historien Francisco Villena rappelle ainsi que :

  • 7  «En el Perú y de manera particular en Arequipa se identificaron con suma facilidad los intereses c (...)

Au Pérou et en particulier à Arequipa se sont identifiés avec une grande facilité les intérêts conservateurs avec les intérêts religieux, dans la mesure où le pouvoir de l’Église faisait partie du pouvoir aristocratique dominant. Tous deux, pouvoir civil conservateur et hiérarchie religieuse, veillaient sur le maintien et la validité du statu quo obsolète et anachronique, défendaient la tradition et l’autorité rigide, verticale ainsi que paternaliste ; en un mot ils présidaient la société décadente traditionnelle, héritière des relations économiques et des valeurs culturelles du colonialisme espagnol.7

6Évêché depuis 1619, la ville d’Arequipa maintient en effet jusque dans les années 1920 une organisation sociale et politique directement héritée de la période coloniale, et clairement dominée par les autorités à la fois aristocratiques et religieuses, regroupées dans les mêmes cercles d’influence. La mise en place de la «Unión Católica» au sortir de la guerre contre le Chili est une claire illustration de l’importance de ces alliances conservatrices. Fondée officiellement le 2 août 1887, cette organisation expose ses principaux objectifs de la manière suivante :

  • 8  «La Unión Católica es una institución religiosa y social que tiene por objeto procurar : 1°-La uni (...)

L’Union Catholique est une institution religieuse et sociale qui a pour objectif de favoriser : 1°-L’union étroite et permanente des catholiques ; 2°-La défense et la propagation des principes et des œuvres catholiques, et plus spécialement la défense de la liberté et des droits de l’Église, surtout dans le domaine de la vie publique […].8

  • 9  20 mai 1892, «La religión católica en peligro», La Bolsa.
  • 10  Eduardo López de Romaña (1847-1912) préside le Pérou de 1899 à 1903.

7Concrètement, il s’agit pour cette organisation de s’opposer à toute forme de sécularisation, en s’unissant d’une part contre les projets de loi allant dans le sens d’un retrait de l’Église de la vie publique, en favorisant d’autre part la candidature des membres de l’Union Catholique aux élections législatives9. Présidée de façon honorifique par le prélat diocésain, l’Union Catholique d’Arequipa est principalement composée des membres de l’aristocratie locale, tels que les héritiers de la dynastie Vargas, Belaunde, ou encore López de Romaña. L’Union Catholique est ainsi dirigée par Juan M. López de Romaña, membre éminent de l’aristocratie locale, grand propriétaire terrien, et père du futur président de la République péruvienne, Eduardo López de Romaña10.

8Expression autant sociale que politique de l’influence encore importante des milieux aristocratiques, catholiques et conservateurs, l’Union illustre bien un resserrement des rangs catholiques face à un processus sécularisateur clairement perçu comme une menace. L’historienne Pilar García Jordan interprète ainsi la formation de cette organisation comme une «radicalisation de certains secteurs catholiques», qui œuvrent à une reconquête des «espaces de pouvoir perdus».Cette entreprise se fait alors en étroite collaboration avec certains secteurs traditionnellement influents de la société locale, mais en claire perte de vitesse au tournant des XIXe et XXe siècles.

  • 11  «La ideología católica permitió a algunos grupos socioeconómicos regionales, desplazados del poder (...)

L’idéologie catholique a permis à quelques groupes socioéconomiques régionaux, éloignés du pouvoir économique et politique par un État économiquement de plus en plus orienté vers l’extérieur, politiquement plus centralisé et culturellement, au moins en théorie, plus moderne, l’utilisation du drapeau religieux comme couverture idéologique qui leur a permis de défendre leurs propres objectifs de groupe.11

  • 12  Cette question de la reformation des pouvoirs régionaux au tournant des XIXe et XXe siècles face a (...)

9Les stratégies de pouvoir impliquées dans la fondation de cette Union Catholique dépassent donc clairement les seuls intérêts religieux, puisqu’elles sont directement liées au déclin du pouvoir traditionnel de certains groupes dans la société aréquipénienne, groupes qui voient leur influence réduite sous le double effet de l’intégration du Pérou à l’économie de marché et du centralisme croissant exercé par la capitale du pays12. À ce durcissement des positions catholiques et conservatrices à Arequipa répond logiquement une réaction libérale virulente, bien décidée à occuper désormais une place de première importance sur l’échiquier politique local.

Arequipa face au choc libéral : le meeting du 8 janvier 1901

  • 13  Entre autres ouvrages, on peut citer le travail déjà mentionné de Francisco Villena, ou encore cel (...)

10Abondamment étudié et documenté par l’historiographie locale13, le mouvement libéral arequipénien peut se comprendre sur différents niveaux – local et national – et en fonction d’une série d’enjeux qui en compliquent parfois l’analyse. Nous nous attacherons simplement ici à montrer comment ce mouvement en vient à bouleverser l’ensemble du système de valeurs local, dans un conflit ouvert avec les groupes détenant traditionnellement le pouvoir.

  • 14  Ballón Lozada, Héctor, Análisis socio-jurídico de la religión en Arequipa (catolicismo, protestant (...)
  • 15  Ballón Lozada, Héctor, La vida política en la Arequipa republicana 1890-2009, Arequipa, Universida (...)

11Dans un important ouvrage sur l’analyse socio-juridique de la religion à Arequipa14, le sociologue Héctor Ballón Lozada explique que le mouvement libéral tel qu’il surgit en 1900 n’apparaît pas brusquement. Il s’inscrit au contraire dans la continuité d’une polarisation des forces politiques locales rendue évidente en 1887, entre les catholiques conservateurs de l’Union Catholique, et des organisations de tendance libérale comme la Nouvelle Société des Artisans, fondée en 1888, ou encore l’Association Patriotique, fondée en 189015.

  • 16  «Esta interrelación de liberalismo y masas produjo la vertebración del movimiento liberal, conform (...)
  • 17  «Como expresión de su alineamiento y ‘fusión’ con el Partido Liberal de Augusto Durand en Lima», I (...)

12À la différence de ces associations, la Ligue Indépendante qui se crée en 1900 à Arequipa déplace le débat politique du simple domaine idéologique sur le terrain d’une véritable remise en cause de la société traditionnelle locale et de ses représentants. Cette «troisième génération» de libéraux opère une réelle rupture dans la société arequipénienne, en mobilisant des groupes socio-économiques jusqu’à présent peu considérés dans le jeu politique local16. La Ligue Indépendante se constitue en parti politique officiel en mai 1901, appelé dans un premier temps Partido Liberal Independiente, puis Partido Liberal, «comme expression de son alignement et de sa ‘fusion’ avec le Parti Libéral de Augusto Durand, à Lima»17.Dirigée officiellement par Lino Urquieta, la Ligue Indépendante déchaîne rapidement les passions à Arequipa, et ce, avant même de se constituer officiellement en parti politique. Très vite perçue comme une menace à l’ordre traditionnel et religieux local, l’organisation libérale est ainsi vivement attaquée par tout un secteur de la population lors d’un meeting organisé le 8 janvier 1901.

  • 18  19 janvier 1901, La Bolsa.

13Ce jour-là, et à l’annonce de la fondation de la Ligue Indépendante, un groupe de catholiques – des femmes principalement – se réunit dans le centre-ville pour manifester son mécontentement, réunion qui dégénère rapidement en déchaînement de violence et aboutit à l’attaque de la maison du leader libéral Lino Urquieta. Véritable scandale au sein de l’opinion publique locale et bientôt nationale, ce fameux meeting met au grand jour une série de tensions internes à la société arequipénienne, dont la presse se fait clairement l’écho. Alors que le journal El Deber, organe officiel de l’Union Catholique, soutient les manifestantes, le journal catholique modéré La Bolsa critique ouvertement le mouvement, accusant El Deber de desservir la cause catholique en soutenant une manifestation de violence qui déshonore la haute société aréquipénienne18. L’affaire n’en reste pas là : le scandale gagne bientôt la capitale et provoque l’indignation nationale. Le 26 janvier 1901, La Bolsa reproduit dans ses colonnes un article paru le 12 janvier dans le journal liménien El Comercio, dans lequel il est fait mention de l’éventuelle révocation des autorités politiques arequipéniennes, pour n’avoir pas su – ou pas voulu – empêcher ce meeting :

  • 19  «El Gobierno procederá con tino, si, como parece están dispuesto a hacerlo, remueve a las autorida (...)

Le Gouvernement fera preuve de tact si, comme il semble disposé à le faire, il révoque les autorités d’Arequipa qui, par ineptie ou par esprit sectaire, ont assumé la responsabilité des débordements embarrassants qui se sont récemment produits […]. Les scandaleuses démonstrations des fanatiques d’Arequipa sont d’autant plus surprenantes qu’y ont participé des dames de la haute société […]. Il semblerait que les catholiques d’Arequipa, emportés par la passion religieuse, n’ont pas pris le temps de considérer tous les dangers que comportent pour le pays leurs emportements puérils et sectaires. […].19

  • 20  30 janvier 1901- Lo de Arequipa. La Bolsa.

14Le propos est ici sans ambigüité. Pour les journalistes de la capitale, les évènements du 8 janvier 1901 à Arequipa sont une nouvelle fois la preuve de l’extrémisme religieux de la population aréquipénienne, traditionnellement considérée comme fanatique. Plus grave encore, ces manifestations menacent non plus seulement l’équilibre local, mais également l’ensemble de la nation, alors en voie de sécularisation. Suite aux réactions scandalisées de l’opinion publique nationale, les autorités ecclésiastiques d’Arequipa, par la voix de leur évêque, s’empressent de calmer le jeu en interdisant officiellement toute nouvelle manifestation à caractère religieux20.

15Plus qu’anecdotique, ce meeting et les interminables débats qu’il a engendrés illustrent cette tension croissante qui divise la société d’Arequipa, entre une frange catholique conservatrice qui, se sentant menacée par les avancées libérales durcit son opposition, et le reste de la population, dont une part de plus en plus importante se rallie à la cause menée par Urquieta. L’affrontement se fait clairement perceptible dans la presse, qui joue le rôle non seulement de témoin, mais plus encore d’acteur à part entière d’un conflit qu’elle attise volontiers autour de la question sans cesse renouvelée de l’anticléricalisme.

 Identité religieuse, identité régionale : quand la «muraille idéologique»21 se fissure 

  • 21  Villena, op.cit., p. 83.

16Deux journaux s’opposent principalement sur cette question de l’identité religieuse locale : le journal El Deber, porte-parole des intérêts catholiques conservateurs, et le journal El Ariete, fondé en 1901 par les libéraux Lino Urquieta et Francisco Mostajo. De part et d’autre l’argumentaire est simple, voire caricatural : les catholiques de El Deber accusent les libéraux de vouloir diviser la société locale, de ne pas respecter les valeurs traditionnelles arequipéniennes et d’adopter un discours impie. De leur côté, les libéraux d’El Ariete sont ouvertement anticléricaux, considérant l’autorité du clergé comme le principal frein au développement local.

  • 22  Ballón Lozada, Héctor, Análisis sociojurídico…op.cit.

17Si l’opposition aux abus commis par les autorités religieuses à Arequipa n’est, en soi, pas nouvelle22, la teneur sociale et politique de l’anticléricalisme d’El Ariete illustre, elle, une évolution importante au sein de la société locale.

  • 23  «Cuando el ‘pueblo liberal’ empezó a atacar al clero, a su intolerancia religiosa e intromisión po (...)

Quand le «peuple libéral» a commencé à attaquer le clergé, son intolérance religieuse et son intromission politique, il opérait plus qu’un simple rejet religieux, il attaquait les symboles mêmes de la société traditionnelle, personnifiés par l’Église comme par le noyau aristocratique. De telle sorte que les attaques à l’Église ont correspondu en même temps à une attaque à la société traditionnelle, et les masses se sont révélées hautement sensibles à cette lutte. Elles n’auraient pas compris un affrontement purement religieux et l’auraient encore moins accepté. Elles se sont identifiées à la lutte parce que derrière les «critiques religieuses», ce sont les fondements économiques et sociaux du régime aristocratique qui étaient attaqués.23

18L’un des meilleurs représentants de cette posture anticléricale est sans nul doute le journaliste et historien Francisco Mostajo, qui signe la plupart des diatribes adressées à El Deber dans les années 1900. Sa plume bien reconnaissable, de même que son statut reconnu d’intellectuel local, en font un personnage incontournable des débats de l’époque. Parmi les nombreux articles qu’il publie à l’époque dans El Ariete, on peut citer celui-ci, publié le 20 janvier 1902 et exemplaire du discours anticlérical tel qu’il se développe durant toute la première décennie du XXe siècle à Arequipa. Nous préférons ici en reproduire la version originale, seule capable de restituer le style si particulier de Mostajo.

  • 24  20 janvier 1902, «Gracias», El Ariete, n° 10, p. 2.

La tacañería conservadora vuelve a enristrar sus lapiceros de colegiales, […] contra los que desde hace un año venimos recomendando al pueblo que se mire las manos...bastante vigorosas para estrangular a raquíticos explotadores, profundamente degenerados por la masturbación teológica, si se perdona la palabreja [...]. A qué desperdiciar papel en repetir a los borregos clericales que no entienden de la misa la media y que mienten más descaradamente que su catecismo ? [...]Hemos perdido la fe ultramontana – lo sabe todo Arequipa – pero, en cambio, hemos adquirido esa otra fe, más ardiente, más robusta, en el progreso de los pueblos, en su evolución redentora [...]. Qué somos revolucionarios ? Psht ! Lindísima acusación ! Famoso descubrimiento ! En ésta edad de demoliciones colosales, solamente los estúpidos no lo son. [...]No hay remedio : al suelo la casa vieja ! [...].24

19Le ton est donné : il s’agit de se révolter contre l’autorité de l’Église telle qu’elle s’exerce à Arequipa depuis plusieurs siècles, et de renverser un ordre social et politique qui ne bénéficie qu’à une minorité. Plus encore, il s’agit pour les libéraux de mettre à bas cette réputation de ville fanatique dont pâtit Arequipa depuis des décennies aux yeux du reste du pays. El Ariete lutte ainsi avec vigueur contre :

  • 25  Il s’agit là évidemment d’une référence directe aux évènements du 8 mai 1901.
  • 26  «Los que han deshonrado a Arequipa ante los extranjeros con sus desbordes de fanatismo, con los ap (...)

ceux qui ont déshonoré Arequipa face aux étrangers avec leurs débordements de fanatisme, avec la lapidation de domiciles qui ne sentaient pas la sacristie, avec leurs défilés de paysannes hydrophobes et de sacristains stupides25«, rappelant sans relâche que «les cléricaux sont heureusement peu nombreux : ils ne forment que la minorité de la population aréquipénienne.26

20Cela étant, en dépit de la virulence du débat et d’une mobilisation croissante de la population en faveur de l’un ou l’autre camp, il semblerait néanmoins qu’une grande partie de l’opinion souhaite rester en dehors de la bataille, se contentant de relayer avec plus ou moins de régularité les dernières attaques verbales échangées entre El Ariete y El Deber. Le journal catholique La Bolsa, par exemple, exprime dès janvier 1901 sa volonté de rester en dehors du conflit, considérant le débat comme stérile et source de désordre.

  • 27 «Nunca trató LA BOLSA cuestiones religiosas. Ha procedido en este orden con sensatez y cordura, pue (...)

LA BOLSA n’a jamais traité de questions religieuses. Elle a procédé dans ce domaine avec bon sens et courtoisie, puisque comme chacun sait, il n’est pas du domaine de la presse de discuter de thèmes religieux […]. La religion souffre lorsqu’on la sort du sanctuaire pour la livrer aux manipulations de la multitude. Le résultat de ces polémiques ou luttes n’est autre que de semer la zizanie, de réveiller la haine, d’encourager la rancœur et de créer des divisions au sein de la société, en perturbant la marche harmonieuse et tranquille que celle-ci requiert pour remplir ses objectifs […].27

21Il apparaît clairement dans cet article de La Bolsa que le violent débat qui oppose El Deber à El Ariete, s’il témoigne incontestablement d’une évolution des mentalités locales, il ne saurait néanmoins les résumer, le rapport au sentiment religieux étant beaucoup moins manichéen que ne le laisse supposer cet affrontement.

22Il est en effet important de noter que, bien que virulent, le discours anticlérical tel que le développent des intellectuels comme Mostajo ne met en réalité jamais en cause la religion dans ses principes, mais critique uniquement les abus commis par un clergé qui outrepasse ses droits. En clair, il s’agit de défendre la liberté de culte et la sécularisation, sans pour autant prôner une décatholicisation de la société. Ainsi, c’est ce même Francisco Mostajo, auteur des plus violentes diatribes à l’encontre du clergé local, qui préside quinze ans plus tard la première conférence évangélique organisée à Arequipa et inaugurée sous le signe de la réconciliation.

  • 28  «Damas. Caballeros : Por qué yo, que considérome fuera de todas las confesiones religiosas, me enc (...)

Mesdames, Messieurs. Pourquoi moi, alors que je me considère hors de toute confession religieuse, je me retrouve en ces lieux, présidant une manifestation durant laquelle de fervents esprits vont exposer face aux regards de la société, et plus encore de la morale, l’œuvre qu’ils réalisent, inspirés par leur croyance ? Simplement parce que c’est le premier acte durant lequel s’affirme à Arequipa la liberté religieuse, cette liberté qui fait face à l’homme et qui en résumé signifie l’invulnérabilité de sa conscience, la respectabilité de sa foi et de l’espace pour sa pensée.28

23Ce discours marque l’officialisation de la liberté de culte à Arequipa, deux ans après sa proclamation par le gouvernement péruvien en janvier 1915. Arequipa semble alors s’être totalement et définitivement défaite de sa réputation de ville fanatique.

Peut-on réellement parler d’un déclin du catholicisme à Arequipa au début du XXe siècle ?

  • 29  20 novembre 1915, «Fundación del Partido Católico», La Luz.
  • 30  Sur la formation et l’activité du Partido Católico à Arequipa, voir Ballón Lozada, La vida polític (...)

24Face à l’âpreté du combat que se livrent libéraux et catholiques tout au long de la première décennie du XXe siècle se pose la question suivante : si la sécularisation a bien fait des progrès concrets à Arequipa dans les années 1900 et 1910, peut-on pour autant parler d’un déclin du catholicisme dans la société aréquipénienne ? La fondation d’un Parti Catholique en 1915 nous invite à répondre par la négative, puisqu’elle témoigne incontestablement d’une résistance encore importante des milieux catholiques traditionnels aréquipéniens au processus de sécularisation29. Pour autant, cette initiative politique se solde finalement par un échec et n’a qu’un faible impact sur le débat public local, notamment en raison de son total décalage avec les intérêts populaires30.

  • 31  18 septembre 1920, Sobre la ley del divorcio- «La sociedad de Arequipa repugna tan torpe atentado (...)

25À l’inverse, le journal El Deber présente quant à lui une longévité significative, puisqu’il est publié – et donc diffusé – jusqu’en 1961, ce qui confirme la présence d’un lectorat catholique, voire conservateur, conséquent durant toute cette période. Tout au long de la première moitié du XXe siècle, El Deber défend ainsi les idéaux des catholiques conservateurs d’Arequipa, en luttant systématiquement contre les mesures modernisatrices proposées par le pouvoir central. Le journal mène ainsi en 1920 une campagne virulente contre le projet de loi destiné à autoriser le divorce31. Difficile de conclure, donc, à un réel essoufflement des valeurs catholiques à Arequipa. Il s’agirait plus exactement d’une réorganisation du discours catholique sur un plan plus exclusivement moral. El Deber se fait notamment l’écho d’une critique constante de la décadence des mœurs qu’incarnent aussi bien le cinéma que la jupe-culotte.

26Cela étant – et dans cette nuance réside sans doute toute l’originalité de l’identité locale – on ne saurait opposer à Arequipa deux systèmes de valeurs, l’un traditionnel et l’autre moderne, l’un qui serait défendu par les élites conservatrices de la ville, l’autre par les libéraux. La réalité est beaucoup plus complexe. Bien que décriée dans sa version conservatrice voire fanatique, la religion catholique reste en effet une composante incontournable de la construction de l’identité arequipénienne, de même que le cadre traditionnel de la vie quotidienne locale.

  • 32  Ballón Landa, Alberto, «Arequipa religiosa», El Pueblo, 28 juillet 1923.

27Dans un article publié dans le journal local El Pueblo le 28 juillet 1923, le sociologue Alberto Ballón Landa explique ainsi que, si effectivement la société aréquipénienne des années 1920 s’est modernisée, la religiosité reste l’un des principaux fondements de ce qu’il appelle la «psychologie populaire» locale32. Arequipa est et restera le berceau d’une grande religiosité. C’est en ce sens qu’il faut comprendre cette synthèse proposée par Ballón Lozada au sujet des premières décennies du XXe siècle aréquipénien.

  • 33  «Mientras Arequipa tiene un pueblo encendidamente católico, religioso y creyente sin embargo en lo (...)

Tandis qu’Arequipa possède un peuple passionnément catholique, religieux et croyant, cependant au début du XXe siècle ce même peuple était le fervent partisan et le fidèle disciple des libéraux […]. C’est-à-dire un peuple croyant était le disciple de leaders athées.33

28L’une des clés de l’évolution identitaire aréquipénienne réside donc dans cette contradiction subtile entre les motifs traditionnels de l’identité locale et la volonté d’intégrer pleinement le processus de modernisation dans lequel s’engage l’ensemble du pays au début du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1  «C’est un grand honneur et un grand bonheur […] pour un peuple que d’abriter l’ardeur du sentiment religieux, unique et immuable fondement de la vie morale. Le catholicisme a pénétré profondément notre être, et c’est à lui que l’on doit attribuer cette honnêteté, cette noblesse, cette grandeur d’âme dont a toujours fait preuve dans la bonne comme dans la mauvaise fortune, le peuple d’Arequipa».Polar, Jorge. Arequipa, Arequipa, Festival del libro arequipeño, 1958, p. 147. [Première Edition : 1891].

2  «Cronológicamente, el proceso secularizador se inició con el surgimiento de la república en 1821 […], y concluyó en 1919, cuatro años después de la introducción de la tolerancia de cultos en la constitución peruana».García Jordan, Pilar, Iglesia y poder en el Perú contemporáneo 1821-1919, Cusco, Centro de Estudios Regionales Andinos Bartolomé de las Casas, 1991, p. 14.

3  Pour une approche des antécédents du processus de sécularisation, voir notamment Armas Asin, Fernando, Iglesias, bienes y rentas, secularización liberal y reorganización patrimonial en Lima, 1820-1950, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2007.

4  Appelée ainsi du fait de la présence toute proche du volcan Misti.

5  Tristan, Flora, «Les couvens d’Arequipa», Extrait de Pérégrinations d’une paria, Bruxelles, Revue de Paris, H. Dumont Libraire-éditeur, 1836, p. 2. : «Arequipa est une des villes du Pérou qui renferme le plus de couvents d’hommes et de femmes».

6  «En Perú se es muy católico […] Sólo en Arequipa el peruano es fanático. En todas partes del país el cura es poderoso, en Arequipa es soberano, su palabra inflama a las masas, rodeado y sostenido por la sociedad, seguido por el pueblo, el religioso goza en esta ciudad del papel de amo absoluto, venerado […] y obedecido sin escrúpulos».Extrait de Charles Wiener, «Arequipa», 1875, in Rivera Martínez, Edgardo, Imagen y leyenda de Arequipa-Antología 1540-1990, Lima, Fundación M.J. Bustamante de la Fuente, 1996, p. 359.

7  «En el Perú y de manera particular en Arequipa se identificaron con suma facilidad los intereses conservadores con los religiosos, ya que el poder de la Iglesia era parte del poder aristocrático dominante. Ambos, poder civil conservador y jerarquía religiosa, velaban por la mantención y vigencia del statu quo obsoleto y anacrónico ; defendían la tradición y la autoridad rígida, vertical y también paternalista ; en una palabra presidían la sociedad decadente tradicional, heredera de relaciones económicas y valores culturales del colonialismo español». Villena, Francisco, «La sociedad arequipeña y el partido liberal 1885-1920», Arequipa, Análisis, n° 8-9, 1979, p. 84.

8  «La Unión Católica es una institución religiosa y social que tiene por objeto procurar : 1°-La unión íntima y permanente de los católicos ; 2°- La defensa y propagación de los principios y obras católicas, y muy especialmente la defensa de la liberta y derechos de la Iglesia, sobre todo en los ramos de la vida pública […]», Extrait du Reglamento de la ‘Unión Católica’ de Arequipa, Arequipa, Tip. Cáceres, Bolívar 50ª, 1887.

9  20 mai 1892, «La religión católica en peligro», La Bolsa.

10  Eduardo López de Romaña (1847-1912) préside le Pérou de 1899 à 1903.

11  «La ideología católica permitió a algunos grupos socioeconómicos regionales, desplazados del poder económico y político por un Estado económicamente cada vez más orientado al exterior, políticamente más centralizado, y culturalmente, al menos en teoría, más moderno, la utilización de la bandera religiosa como cobertura ideológica que les permitió defender sus propios objetivos de grupo», Extrait de García Jordan, Pilar, op.cit., p. 218.

12  Cette question de la reformation des pouvoirs régionaux au tournant des XIXe et XXe siècles face au centralisme croissant de la capitale est au cœur de la thèse de doctorat que nous rédigeons actuellement, sous le titre provisoire de «Conscience régionale et construction de la nation : une comparaison Mexique Pérou- 1884-1930» (IHEAL, Université Paris III-Sorbonne nouvelle).

13  Entre autres ouvrages, on peut citer le travail déjà mentionné de Francisco Villena, ou encore celui de Raúl Fernandez Llerena, Los origenes del movimiento obrero en Arequipa. El partido liberal y el 1ero de mayo de 1906, Arequipa, Amauta, «Tarea», 1984.

14  Ballón Lozada, Héctor, Análisis socio-jurídico de la religión en Arequipa (catolicismo, protestantismo y sectas), Arequipa, Ed. UNSA, 2004.

15  Ballón Lozada, Héctor, La vida política en la Arequipa republicana 1890-2009, Arequipa, Universidad Católica de Santa María, 2009.

16  «Esta interrelación de liberalismo y masas produjo la vertebración del movimiento liberal, conformado principalmente por núcleos de artesanos, intelectuales, profesionales, pequeños propietarios agrícolas y empleados de comercio»,Villena Francisco, op.cit., pp. 91-92.

17  «Como expresión de su alineamiento y ‘fusión’ con el Partido Liberal de Augusto Durand en Lima», Idem, p. 97.

18  19 janvier 1901, La Bolsa.

19  «El Gobierno procederá con tino, si, como parece están dispuesto a hacerlo, remueve a las autoridades de Arequipa que, por ineptitud o por espíritu sectario, han asumido la responsabilidad de los bochornosos desórdenes habidos recientemente allí […]. Las escandalosas demostraciones de los fanáticos de Arequipa, causan mayor sorpresa por haber intervenido en ellas algunas señoras de esa sociedad […]. Probablemente los católicos de Arequipa, ofuscados por la pasión religiosa, no se han detenido a considerar todos los peligros que encierran para el país sus pueriles alardes sectarios […]». 26 janvier 1901- «De El Comercio del 12». La Bolsa.

20  30 janvier 1901- Lo de Arequipa. La Bolsa.

21  Villena, op.cit., p. 83.

22  Ballón Lozada, Héctor, Análisis sociojurídico…op.cit.

23  «Cuando el ‘pueblo liberal’ empezó a atacar al clero, a su intolerancia religiosa e intromisión política, estaba yendo más allá de un rechazo de connotaciones puramente religiosas, estaba atacando a los símbolos mismos de la sociedad tradicional, pues la Iglesia así como el núcleo de clase aristocrático la personificaban. De modo que los ataques a la Iglesia fueron al mismo tiempo ataques a la sociedad tradicional y las masas fueron altamente sensibles a este sentimiento y a esta lucha. Un enfrentamiento puramente religioso no lo hubieran entendido y menos lo habrían aceptado. Se identificaron porque tras las ‘críticas religiosas’ se estaban atacando los fundamentos económicos-sociales que sostenían al régimen aristocrático», Villena, Francisco, op.cit., p. 95.

24  20 janvier 1902, «Gracias», El Ariete, n° 10, p. 2.

25  Il s’agit là évidemment d’une référence directe aux évènements du 8 mai 1901.

26  «Los que han deshonrado a Arequipa ante los extranjeros con sus desbordes de fanatismo, con los apedreamientos de domicilios que no tenían olor a sacristía, con sus desfiles de campesinas hidrofóbicas y sacristanes idiotas […]. Felizmente los clericales van siendo pocos : forman la minoría del pueblo arequipeño [...].» El Ariete, 6 février 1902.

27 «Nunca trató LA BOLSA cuestiones religiosas. Ha procedido en este orden con sensatez y cordura, pues que, nadie ignora que no es propiamente del dominio de la prensa la discusión de temas religiosos. […]Sufre la religión cuando se la saca del santuario para entregarla al manoseo de las multitudes. Y el resultado de esas polémicas o luchas no es otro que el sembrar la zizaña, despertar odios, fomentar rencores y crear divisiones en el seno de la sociedad, perturbando la marcha armónica y tranquila que ésta requiere para llenar sus fines […]». 10 janvier 1901- «La cuestión religiosa», La Bolsa

28  «Damas. Caballeros : Por qué yo, que considérome fuera de todas las confesiones religiosas, me encuentro en este sitio, presidiendo una actuación en que férvidos espíritus a exponer van las miras sociales, más que sociales, morales, de la obra que realizan, inspirados por su creencia ? Sencillamente porque este es el primer acto en que se afirma en Arequipa la libertad religiosa, esa libertad cara al hombre y que en resumen significa invulnerabilidad para su conciencia, respetabilidad para su fe y espacio para su pensamiento», 21 mars 1917, La Federación.

29  20 novembre 1915, «Fundación del Partido Católico», La Luz.

30  Sur la formation et l’activité du Partido Católico à Arequipa, voir Ballón Lozada, La vida política… op.cit., pp. 45-49, ou encore la presse de l’époque, qui ne relaie que modestement cette initiative : La Federación, 14 novembre 1915.

31  18 septembre 1920, Sobre la ley del divorcio- «La sociedad de Arequipa repugna tan torpe atentado contra el matrimonio», El Deber.

32  Ballón Landa, Alberto, «Arequipa religiosa», El Pueblo, 28 juillet 1923.

33  «Mientras Arequipa tiene un pueblo encendidamente católico, religioso y creyente sin embargo en los inicios del siglo XX ese mismo pueblo era fervoroso partidario y fiel seguidor de los liberales […].Es decir un pueblo creyente era seguidor de líderes ateos». Ballón Lozada, Héctor, Crisis de la autoridad eclesiástica y sus luchas con los liberales de la tercera generación y los protestantes 1900-1940, Arequipa, Revista Historia UNSA, 2001, p. 156.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillemette Martin, « La «Roma del Perú» au tournant du siècle : catholicisme, libéralisme et identité locale à Arequipa (1890-1915) », Amnis [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 29 novembre 2014. URL : http://amnis.revues.org/1642 ; DOI : 10.4000/amnis.1642

Haut de page

Auteur

Guillemette Martin

IHEAL-Université Paris III-Sorbonne nouvelle, ED 122/ CREDA-UMR7227, Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines, México, martinguillemette@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org