Navigation – Plan du site
Politiques du religieux et religions politiques

Le congréganiste hors la société ? Les dynamiques de laïcisation de la « République radicaliste » au prisme d’une approche d’anthropologie politique (France, 1902-1906)

Julien Bouchet

Résumés

Au début du XXe siècle, la France de la « Belle Époque » connaît un temps de fondation républicaine qui rend de nouveau manifeste un conflit ancien sur la place du (des) religieux dans le champ social. L’article porte sur l’exclusion des congréganistes du corps politique. Corollaire d’une laïcisation portée par les gauches parlementaires et soutenue par un anticléricalisme en recomposition, l’ostracisation des congréganistes passe par la stigmatisation de leurs corps, de leurs pratiques sociales et de leur appartenance à plusieurs entités essentialisées (« la Congrégation », « le parti noir »). Quoique pondérée par une domestication de la dissension, la violence de cet engagement appelle la fondation d’un nouveau contrat social car les autorités politiques restreignent par la coercition la capacité civile des congréganistes et leur interdisent d’enseigner tout en souhaitant accompagner leur « sortie de religion ». Le caractère a-libéral de cette idéologie acte les difficultés de l’État à penser ses relations avec les corps intermédiaires, et permet de discuter la thèse téléologique d’un procès de sécularisation qui se serait imposé en France sans heurts ni radicalisations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Décrets Lepère sur la dissolution de la compagnie de Jésus et la régularisation de la situation ju (...)
  • 2  Lalouette, Jacqueline et Machelon, Jean-Pierre (dir.), Les Congrégations hors la loi ?, Paris, Let (...)
  • 3  « Par laïcisation, l’historien désigne une action politique et juridique concertée, plus ou moins (...)
  • 4  Rebérioux, Madeleine, La République radicale ? (1898-1914), Paris, Éditions du Seuil, 1975, 258 p.
  • 5  Ce qui permet de dépasser la division des gauches sur la lutte des classes et le calendrier des ré (...)

1Vingt ans après les prolégomènes de la laïcisation engagée par les républicains1, la Troisième République connaît un nouveau temps de fondation caractérisé par l’union des gauches au parlement et le renouveau du militantisme anticlérical qui encouragent une politique discriminante à l’endroit des congréganistes dont le titre III de la loi sur le contrat d’association est l’exemple le plus probant2. Actant la mise en œuvre d’un programme juridico-politique de séparation des champs politique, scolaire et religieux3, l’accélération de la laïcisation est générée par les acteurs d’une « République radicaliste » en émergence. Ce néologisme heuristique désigne un approfondissement doctrinaire de la « République radicale »4 permis par la réunion des radicaux et des socialistes autour d’un programme d’action dont les fondements idéologiques sont plus radicaux que socialistes5, et par un retour aux racines du radicalisme au moyen de la promotion d’une doctrine anticléricale soutenue par une ferveur populaire. La résolution de la question congréganiste devient de ce fait un mot d’ordre mobilisateur en matière de construction de l’appartenance politique, un phénomène qui semble d’autant moins le révélateur d’une exception française qu’il est, pour partie, partagé avec les sociétés allemande (années 1870) et espagnole (années 1900). Dans ce contexte de crise symbolique manifestant une mise en concurrence d’identités collectives, la théâtralisation de la politique passe par plusieurs rites d’affrontement qui promeuvent, dans le camp laïc, un discours théorique et universel sur la citoyenneté. À l’occasion de ce dépassement d’idiolectes partisans, le congréganiste est souvent exclu du pacte social. Cette objectivation-ostracisme est fonction de l’acuité des dissensions sur la question religieuse (I). La dynamique discriminante actualise des stratégies de mise à l’écart d’une partie du corps politique (II). Cette sécularisation à marche forcée appelle la définition d’un nouveau pacte laïque sinon celle d’un contrat social (III).

Les principaux déterminants d’une objectivation-ostracisme

Le temps retrouvé de la laïcisation républicaine

  • 6  « Aucune congrégation religieuse ne peut se former sans une autorisation donnée par une loi qui dé (...)
  • 7  « Nul n’est admis à diriger, soit directement, soit par personnes interposée, un établissement d’e (...)
  • 8  L’Église et l’État en France, 1905 : la crise de la Séparation, Toulouse, Privat, 2005, p. 106.
  • 9  Tandis que Waldeck-Rousseau a voulu « faire une loi de régularisation », Combes la transforma en « (...)
  • 10  J.O. Lois et décrets, 27 juin 1902. 45 départements sont concernés. Les 127 établissements relèven (...)
  • 11  J.O. Lois et décrets, 1er août 1902.
  • 12  J.O. Débats, Chambre, 2 décembre 1902.
  • 13  Le ministre de l’Intérieur leur reproche de dépendre de Turin (ville de fondation de la congrégati (...)

2Après avoir poursuivi les Assomptionnistes antidreyfusards et les Jésuites, Pierre Waldeck-Rousseau, un gambettiste à la tête du ministère de « défense républicaine » constitué en juin 1899, fait voter la loi sur les associations (1er juillet 1901) dont les articles 136 et 147 restreignent l’autonomie des congrégations religieuses. Son application est assurée par le gouvernement Combes formé en juin 1902 après le renouvellement législatif de la Chambre des députés qui se caractérise par la victoire d’un bloc de gauches majoritairement anticléricales. Selon Maurice Larkin8 et Émile Poulat9, la praxis administrative du « petit père » constitue une rupture dans les pratiques de pouvoir républicaines. Il est manifeste que le leader anticlérical applique de manière stricte et coercitive le titre III de la loi. Le 27 juin 1902, un décret ordonne la fermeture de 127 écoles congréganistes10 qui ont été créées après le 1er juillet 1901. Dans une circulaire en date du 9 juillet, les directeurs de 2 500 écoles créées avant juillet 1901 sont informés de la fermeture de leur établissement sous huitaine. Cette lecture rétroactive viole l’article 13 en imposant des fermetures sans décret rendu en conseil des ministres. Regrettant l’application partielle de la circulaire, Émile Combes ordonne la mise sous scellés de 127 établissements de la Seine et de 61 écoles du Rhône (25 juillet 1902). Quelques jours plus tard, de nouveaux décrets font de même pour 237 établissements implantés dans 32 départements11. À l’instar de Jules Ferry à l’automne 1880, le président du Conseil cherche à éviter les protestations et les obstructions en faisant exécuter ces décrets pendant les vacances scolaires et parlementaires. La tâche est toutefois plus ample en 1902 que vingt ans auparavant, Ferry s’étant limité à dissoudre les congrégations d’hommes non autorisées. Combes prépare ensuite l’examen accéléré des demandes d’autorisation des congrégations. Un décret du 28 novembre 1902 ordonne que chaque dossier soit examiné par une seule des deux assemblées parlementaires. Quatre jours plus tard, le ministre dépose à la Chambre des députés les dossiers de 54 congrégations masculines12. La commission des congrégations proposant de ne pas passer à la discussion des articles et le cabinet engageant sa responsabilité, les députés contraignent à l’illégalité 25 congrégations enseignantes après seulement cinq séances de discussion générale (18 mars 1903). Six jours plus tard, il en est de même pour 28 congrégations prédicantes. Les 25 et 26 juin suivants, la chambre basse délibère sur les demandes de 81 congrégations enseignantes de femmes. Les députés refusent aussi de passer à la discussion des articles. Un peu plus modéré, le Sénat ne reçoit quant à lui que les demandes de six congrégations (2 décembre 1902). Les projets sont cette fois tous favorables à l’autorisation, exception faite de celui des Salésiens qui sont condamnés le 4 juillet 190313.

  • 14  Plusieurs mois de prison notamment.
  • 15  14 829 sur 21 394.

3Plusieurs mesures viennent par ailleurs compléter les dispositions de la loi de 1901. La première tend à réprimer l’ouverture ou la tenue d’établissements non autorisés. Promulguée le 4 décembre 1902, la réforme durcit l’article 16 en substituant aux sanctions administratives prévues des sanctions pénales14. La deuxième mesure amende le troisième paragraphe de l’article 18 en ce qui concerne la compétence des tribunaux qui ont ordonné la liquidation des congrégations, ceci pour accélérer les procédures qui concernent des structures en recomposition car plusieurs dizaines de religieux abandonnent alors formellement l’état congréganiste pour contourner la législation. La réouverture de la moitié des établissements fermés incite Paul Meunier et Léonce Levraud à déposer deux propositions tendant à compléter l’article 14 de la loi du 1er juillet 1901. Ces textes établissent une présomption de culpabilité pour une catégorie de citoyens qui n’est plus reconnue dans le droit français depuis février 1790. La réforme sur la sécularisation est finalement abandonnée. Elle manifeste cependant une maturité des réflexions politiques sur le devenir des congréganistes qui agit sur le processus d’exclusion symbolique des religieux. La suppression de l’enseignement congréganiste constitue le dernier prolongement des débats (loi du 7 juillet 1904). De juin 1902 à janvier 1905, sept établissements congréganistes français sur dix sont fermés15.

  • 16  Martineaud, Jean-Paul, Les Ordres religieux dans les hôpitaux de Paris. Les congrégations hospital (...)

4La laïcisation d’autres services de l’État est néanmoins plus laborieuse. Pour ce qui est des hôpitaux16, la dynamique de déconfessionnalisation engagée à Paris en 1878 se termine seulement en 1908 avec l’expulsion des Augustines de l’hôpital Saint-Louis et de l’Hôtel-Dieu. En province, les sœurs infirmières sont encore majoritaires. Émile Combes et ses collègues du gouvernement tentent de répondre aux doléances anticléricales en créant les conditions du remplacement des sœurs (écoles d’infirmières) et en ordonnant de nouvelles laïcisations. Le ministre de la Marine laïcise les hôpitaux de Toulon et de Brest (novembre 1903). Au printemps 1904, le ministre de la Guerre fait de même pour les hôpitaux de Saint-Martin, du Val-de-Grâce, de Versailles et de Vincennes.

La requalification inaboutie de l’idéologie anticléricale

  • 17  Dainville-Barbiche, Ségolène, « Les ordres religieux et la Révolution française », Revue d’histoir (...)
  • 18  J.O. Débats, Chambre, 16 mars 1903.
  • 19  Le 3 mai 1845, la Chambre des députés vote un ordre du jour tendant à la poursuite des Jésuites. C (...)
  • 20  J.O. Débats, Sénat, 23 juin 1904.

5L’anticongréganisme de la République radicaliste crée un espace de réflexion sur la place du (des) religieux dans le champ social. Lorsqu’ils se livrent à une relecture téléologique du procès de sécularisation de la France, la plupart des anticléricaux renvoient aux luttes du « parti républicain ». Leur référence historique fondatrice est la législation révolutionnaire, notamment la loi des 13-19 février 1790 prohibant les vœux monastiques et celle du 18 août 1792 supprimant les congrégations séculières et les confréries17. En mars 1903, Ferdinand Buisson justifie par exemple les décisions fermes de la commission des congrégations au motif du non-reniement de « la tradition révolutionnaire »18. Plusieurs combats du « parti républicain » présentés comme héroïques sont tour à tour évoqués, en particulier les sursauts d’anti-jésuitisme de la monarchie censitaire19 et les conquêtes libérales des années 1880, spécifiquement les lois Ferry portant promotion de l’école primaire laïque. Ces captations historiques tendent à lier l’à-venir heureux d’une République refondée à son passé mythifié. Lié à cette construction historicisée, le constat de la poursuite de l’intervention politique du clergé structure l’anticléricalisme de cette Belle Époque en trompe-l’œil. Pour Émile Combes, le « cléricalisme » reste le « parti politique qui veut se faire de la religion un instrument de domination civile »20. Traduction idéologique de la division du corps politique, l’anticléricalisme est de ce fait un bon terrain de rassemblement des républicains, ce que relève un journaliste du Radical :

  • 21  Le Radical, 8 février 1903, Hector Depasse, « Fâcheuses utilités ».

De toutes les formes que peut prendre la politique dans cette démocratie républicaine, sous le règne de l’opinion, il n’en est pas de plus populaire, qui réunisse des majorités plus larges, remue les masses plus profondes, que la lutte contre le cléricalisme.21

  • 22  « Hacia la república laica : proyectos secularizadores para el estado republicano », De la Cueva, (...)

6Cet objet de réunion n’est du reste pas un phénomène isolé en Europe. Julio de la Cueva Merino note que « pour le républicanisme espagnol, l’opposition au cléricalisme est l’une de ces bases identitaires qui délimiteront sa spécificité politique face à d’autres forces en présence et, surtout, face à la droite « catholique »22.

  • 23  J.O. Débats, Sénat, 23 juin 1904.

7Au seuil du XXe siècle, l’anticléricalisme français est toutefois en recomposition, une mutation accélérée par une nouvelle séquence de disputes violentes dans laquelle la presse d’opinion joue un rôle de premier ordre. Des dessins de presse et des caricatures sont insérés dans les feuilles d’extrême-gauche, spécialement La Lanterne et L’Assiette au beurre. Le nombre de titres anticléricaux augmente, un nouvel hebdomadaire satirique illustré, L’Internationale, paraît en 1904 alors que plusieurs polémistes dénoncent « l’invasion noire » dans les pays qui accueillent des congréganistes en exil (Belgique, Espagne, Italie). En France, l’échec constaté du ralliement de catholiques à la République et les inconséquences de leur engagement dans la crise de l’affaire Dreyfus deviennent de nouveaux motifs d’une protestation républicaine défensive. La promotion de cet anticléricalisme politique tend à maintenir stable la majorité parlementaire. Cette stratégie devient pérenne jusqu’en 1905, ce que regrette le sénateur royaliste Ponthier de Chamaillard lorsqu’il évoque le « rocher de Sisyphe de l’anticléricalisme »23. Les combistes entretiennent le dualisme de la « guerre des deux France » pour justifier une politique religieuse offensive, ce qui favorise la bipolarisation du champ politique et, corrélativement, des excès de verbe sinon de plume.

8L’objectivation-rejet des congréganistes est donc contemporaine de réformes de laïcisation conséquentes et de la recomposition inaboutie des forces anticléricales. Se pose dès lors la question de la construction d’une dynamique vexatrice qui convoque un appareil symbolique nourri de divisions contingentes et d’héritages doctrinaires pour partie anciens.

Les voies de l’exclusion

De la stigmatisation du corps du religieux au rejet de ses pratiques sociales

  • 24  Le Men, Ségolène, « Les images sociales du corps », Histoire du corps, sous la direction de : Corb (...)
  • 25  Le Breton, David, Anthropologie du corps et modernité, Paris, P.U.F./Quadrige, 2011 [1990], 330 p.
  • 26  Fragonard, Marie-Madeleine, « Anticléricalisme et plaisanteries douteuses sur le clergé en milieu (...)

9Le corps du congréganiste subit des mises en objet dépréciatives, ce qui invite à réfléchir, dans une perspective anthropologique, aux « images sociales du corps »24. « Racine identitaire de l’individu »25, cette matérialité devient le vecteur d’un message protestataire qui est notamment rendu signifiant par le biais de productions iconographiques. Tour à tour gras, varioleux et sale, le corps du religieux porte les stigmates de la déviance (avidité au gain, gourmandise, luxure) quand il ne disparaît pas sous un habit monastique, signe de l’aliénation de l’individu à une règle qui l’ignore. Le clerc et son visage sont aussi animalisés (cochon, corbeau, rat). Ces représentations symboliques pour partie héritières des schèmes métaphoriques du Moyen Âge et de la Réforme26, tendent, par un carnaval des signes de l’appartenance, à discuter la dimension sacrée de l’engagement religieux et à démontrer, par outrance caustique, le non-sens de la vie consacrée. Ce processus de construction d’une altérité moquée fait du corps un marqueur essentiel, le corps-mal devenant un objet de dégoût sinon de peur.

10Les anticléricaux dénoncent aussi l’abnégation de citoyenneté qui fait suite à la prononciation des vœux perpétuels (obéissance, pauvreté et chasteté), l’engagement religieux actant de ce point de vue une mise à l’écart du corps des citoyens :

  • 27  J.O. Débats, Chambre, 18 mars 1903.

En émettant ses vœux, déclare Émile Combes devant les députés, le congréganiste est sorti de la société. […] Tout son être moral est en désaccord avec les mouvements de son être extérieur. Son monde est désormais le couvent.27

  • 28  La Parra, Émilio, « Anticlericalismo y proceso de secularización en la España del primer tercio de (...)
  • 29  Lettre du sous-préfet de Florac au préfet de Lozère, 9 février 1903, Archives départementales de L (...)
  • 30  J.O. Débats, Chambre, 16 octobre 1902.

11Justifiant cette exclusion, la stigmatisation d’hétérodoxies comportementales est un sujet choisi des polémistes, en France tout comme en Espagne28. Prétextes à des généralisations sur les vices du clergé, des attaques ad hominem nourrissent la violence de la campagne anticléricale. Quelques prêtres sont inculpés d’attouchement sexuel sur mineur, par exemple le curé de Bédouès qui est finalement acquitté par la cour d’Assises de Lozère en 190329. Plusieurs maisons congréganistes accueillant des pauvres sont en outre accusées d’exploiter l’enfance. En octobre 1902, le député Jules-Louis Breton dépose une demande d’interpellation « sur les nouveaux scandales qui viennent d’être révélés relativement au fonctionnement des établissements congréganistes d’assistance »30. Le franc-maçon Lafferre fait de même le 10 mars suivant. Une semaine auparavant, Sigismond Lacroix avait dénoncé « le scandale des bagnes cléricaux » dans le Radical, la cour de Nancy ayant condamné les religieuses du Bon Pasteur pour leurs ouvroirs charitables.

Condamner le congréganiste en fustigeant une catégorie-ennemi

  • 31  Bouchet, Julien, « La recomposition de la figure de l’ennemi. « La Congrégation » pensée par ses a (...)

12Dépassant la micro-échelle de l’individu ou de la communauté religieuse, une autre stratégie d’exclusion réside dans la construction d’entités symboliques, en premier lieu « la Congrégation »31. Appartenant au stock lexical de l’anti-jésuitisme de la monarchie censitaire, ce mot-thème critique réunit en un même ensemble un archipel d’individus et de structures pour mieux caractériser l’ennemi à combattre, au risque de décontextualiser la lutte. Simplification-assimilation, la référence devient un outil rhétorique servant à l’exposition de thèses extrêmes, tel ce programme anticatholique prôné par l’Action du 19 février 1904 : « Après la Congrégation, l’Église ; après le cléricalisme, le catholicisme ».

  • 32  France, Anatole, Le Parti noir, Paris, Les Introuvables, 1994 [1904], 64 p.

13Ce totem patronymique n’est toutefois pas le seul qui est convoqué par les précepteurs de la République radicaliste. Quatre autres catégories-adversaires sont l’objet de publicité : « l’obscurantisme » (ancien schème diffusé par le grammairien Dumarsais dans l’article de L’Encyclopédie relatif au philosophe), le « parti noir »32 (liaison métonymique avec la soutane), le « parti clérical » (héritage lexical gambettiste) et la « réaction » (requalification circonstanciée de toutes les oppositions au bloc des gauches), des constructions qui sont partagées lors des dimanches de la sociabilité républicaine : réunions de conseils municipaux, banquets, fêtes du 14 juillet. Lors des cérémonies de 1902, le président du comité républicain des Herbiers exprime au préfet de Vendée sa satisfaction et ses craintes post-électorales en convoquant un appareil symbolique fleuri, le signe d’une réception-assimilation des mots du politique en province et d’une large politisation urbaine des terres de mission de la République :

  • 33  Archives départementales de Vendée, 1 M 475.

Tous les démocrates ont lieu de se réjouir : les idées sociales se font jour, l’obscurantisme organisé et entretenu par la réaction va à tout jamais disparaître pour faire place à la lumière, à la Vérité. […] Pourtant, Messieurs, il y a dans ce tableau un point noir : pendant que la France entière s’affranchit du joug clérical, la Vendée, au contraire, semble reculer.33

14Les conservateurs anti-combistes, notamment les antiparlementaires « césariens » (nationalistes, maurrassiens), proposent en réaction plusieurs constructions tout aussi englobantes : « la Congrégation maçonnique », « le judéo-maçonnisme ».

15 Singularisation-essentialisation, le processus symbolique d’exclusion du congréganiste génère un nouveau pacte laïc sinon un contrat social amendé.

La promotion d’un nouveau contrat social

Le congréganiste hors l’école mais dans le siècle

16Émile Combes et ses partisans souhaitent priver les religieux de la formation de la jeunesse, ce qui manifeste une volonté politique de mettre à l’écart une partie du corps citoyen frappé d’incapacité :

  • 34  J.O. Débats, Chambre, 18 mars 1903.

En déclarant la Congrégation inapte à l’enseignement, l’État ne force ni n’outrepasse son droit. Il ne va pas plus loin, il ne fait ni plus ni moins qu’en déclarant incapable d’enseigner quiconque est dépourvu des grades requis à cet effet. Ce n’est pas le citoyen qui est atteint par cette déclaration d’inaptitude ; ce n’est pas la personne morale qui est blessée par cette mise en dehors d’une fonction sociale ; c’est le congréganiste seul qui est touché ; c’est le membre d’une association religieuse, qui a perdu, en y entrant, avec sa propre liberté, la liberté de se réclamer des facultés reconnues aux citoyens, aux membres de la société civile.34

  • 35  Discours du président du Conseil au congrès des amicales d’instituteurs et institutrices de Marsei (...)
  • 36  Discours de Combes, J.O. Débats, Sénat, 24 juin 1904.
  • 37  Cabanel, Patrick, « La violence républicaine : les intellectuels face à la politique anticongrégan (...)

17 « Apôtres de l’idée républicaine »35, les instituteurs publics ont donc pour fonction d’instruire la nation. L’avènement de « l’unité morale » de la France est ainsi promis, « une unité plus large et plus haute, pour l’union des esprits et des cœurs dans une même foi aux principes de la démocratie et un même attachement aux institutions de la République »36. Pour le ministre de l’Intérieur, c’est un renvoi à l’adage « une foi, une loi, un roi », une unicité retrouvée selon lui en 1904 par la symbiose entre la foi laïque, la loi républicaine et le peuple-roi. Se pose alors la question des bornes libérales de cette religion civile, requalification déclinée de l’espoir émancipateur de l’an II. « La République aurait-elle connu une sorte de tentation suprême, celle d’assurer pour le présent et l’avenir, selon une expression du temps, « l’unité morale du pays » ? Unité morale : l’un n’est-il pas le tout, et le totalitarisme ne pointe-t-il pas ici ? »37 Il convient de mettre à distance des sources émises dans un contexte de surenchère idéologique. Si le combisme désigne un moment d’anticléricalisme étatiste et coercitif, les combistes ne se déclarent pas fermement partisans du monopole de l’enseignement. En cherchant à contrôler les congrégations, ils souhaitent surtout affaiblir les Églises au moyen de la promotion d’un gallicanisme administratif.

18Sortant de l’école ou du convent en quittant l’habit monastique et en reniant ses vœux et son apostolat, le congréganiste conclut ainsi une nouvelle alliance avec son siècle, la fondation symbolique d’une régénération citoyenne :

  • 38  Discours du président du Conseil au banquet du comité républicain du commerce et de l’industrie,   (...)

Le nouveau laïque, en se mêlant au monde, en adopte peu à peu les goûts. […] Une année ne s’écoulera pas sans que la vie sociale ait reconquis cette foule de jeunes hommes et de jeunes filles qui s’en étaient isolés sous l’empire d’une trompeuse fascination.38

  • 39  Neveu, Catherine, « Anthropologie de la citoyenneté », Anthropologie du politique, sous la directi (...)

19La sortie de religion devient de ce point de vue un sas de légitimation sociale. La citoyenneté est donc considérée comme un « processus social et politique, base et source de représentations et de légitimations individuelles et collectives »39. L’État-émancipateur devient même un État-protecteur des libertés du citoyen sécularisé. Pour reprendre la terminologie kantienne, l’apprentissage de la « majorité » est accompagné par l’autorité publique.

Les relations conflictuelles entre l’autorité étatique et les « communautés restreintes »

20Lorsqu’il se fait théoricien de l’idée républicaine, Émile Combes défend une conception quelque peu a-libérale du modèle républicain au nom du monisme révolutionnaire :

  • 40  Discours du président du Conseil au banquet démocratique d’Auxerre, 4 septembre 1904, Combes, Émil (...)

Le système politique [que j’ai fondé] consiste dans la subordination de tous les corps, de toutes les institutions, quelles qu’elles soient, à la suprématie de l’État républicain et laïque. Il a pour base, en thèse générale, le principe fondamental de la Révolution, la souveraineté nationale, pour formule dernière et pour conclusion, la sécularisation complète de la société.40

  • 41  Première lettre aux Corinthiens, 12 ; Romains, 12.

21Émerge ainsi la pyramide idéelle de la République radicaliste dont les quatre pierres de touche sont la souveraineté du peuple, la surveillance des administrés, une politique d’enracinement de la République et un programme de sécularisation de la société, l’autorité supérieure de l’État constituant le sommet de l’édifice symbolique. Apparaît dès lors la question des bornes des libertés civiles et politiques. Dans la déclinaison laïcisée de la métaphore paulienne de « l’Église, corps du christ »41 (la société, corps de la République), l’individu ne semble pas toujours libre de faire des choix d’appartenance confessionnelle ou partisane alors même que les deux premiers titres de la loi sur les associations rendent possible un essor des fondations d’associations laïques et politiques. Cette conception holistique de la société politique semble contrevenir à la dynamique libérale de promotion de l’individualisme. Elle produit donc en quelque sorte un nouveau contrat social rendant absolu le pacte laïc. Au nom de l’unité et du caractère indivisible de la nation, des corps intermédiaires constitués sont rendus suspects par l’existence de plus en plus fantasmée d’un nombre certain de complots objectivés (menaces antiparlementaires sur la République, formation à la sédition politique dans les écoles congréganistes).

Conclusion

  • 42  Rosanvallon, Pierre, Le Modèle politique français. La société civile contre le jacobinisme de 1789 (...)

22La réification récurrente du congréganiste accompagne une sécularisation de la société française qui est rendue plus efficiente par une laïcisation accélérée mais partielle. Cette dynamique potentiellement vexatrice met à jour une « démocratie illibérale »42 qui semble faire de la déconstruction de toute identification collective étrangère à la citoyenneté laïque, l’un des fondements du vivre-ensemble. Ce processus d’exclusion appelle une refondation du contrat social car le citoyen-congréganiste ne peut à la fois honorer son serment restreint (ses vœux) et son serment général (son appartenance-participation au corps politique). De ce fait, le rapport entre les champs politique et religieux est très conflictuel, le monde des convents étant renvoyé dans les limbes de l’histoire. Cette idéologie est fortement remise en cause par les droites et une partie des républicains qui refusent, en faisant la promotion d’un libéralisme contractualiste tout autant objet de travestissements et de radicalisations, d’apporter leur caution à une République radicaliste absolue. Elle a pourtant été l’un des déterminants d’une adhésion parlementaire et populaire à la séparation des Églises et de l’État.

Haut de page

Notes

1  Décrets Lepère sur la dissolution de la compagnie de Jésus et la régularisation de la situation juridique des congrégations dépourvues d’autorisation (mars 1880), loi Naquet sur le divorce (juillet 1884), loi Goblet sur la laïcisation de l’enseignement (octobre 1886).

2  Lalouette, Jacqueline et Machelon, Jean-Pierre (dir.), Les Congrégations hors la loi ?, Paris, Letouzet et Ané, 2002, 472 p.

3  « Par laïcisation, l’historien désigne une action politique et juridique concertée, plus ou moins violente et rapide, consistant à éliminer d’un certain nombre d’institutions ou de domaines les représentants, les emblèmes (crucifix, croix…), les mots des Églises » : Cabanel, Patrick, Les Mots de la religion dans l’Europe contemporaine, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2001, p. 64.

4  Rebérioux, Madeleine, La République radicale ? (1898-1914), Paris, Éditions du Seuil, 1975, 258 p.

5  Ce qui permet de dépasser la division des gauches sur la lutte des classes et le calendrier des réformes sociales (impôt sur le revenu, retraites).

6  « Aucune congrégation religieuse ne peut se former sans une autorisation donnée par une loi qui déterminera les conditions de son fonctionnement. Elle ne pourra fonder aucun nouvel établissement qu’en vertu d’un décret rendu en conseil d’État. La dissolution de la congrégation ou la fermeture de tout établissement pourront être prononcées par décret rendu en conseil des ministres ».

7  « Nul n’est admis à diriger, soit directement, soit par personnes interposée, un établissement d’enseignement, de quelque ordre qu’il soit, ni à y donner l’enseignement, s’il appartient à une congrégation religieuse non autorisée ».

8  L’Église et l’État en France, 1905 : la crise de la Séparation, Toulouse, Privat, 2005, p. 106.

9  Tandis que Waldeck-Rousseau a voulu « faire une loi de régularisation », Combes la transforma en « loi de liquidation » : Notre Laïcité publique, Berg International, 2004, p. 219.

10  J.O. Lois et décrets, 27 juin 1902. 45 départements sont concernés. Les 127 établissements relèvent de 46 congrégations. On compte 9 établissements d’hommes et 118 de femmes.

11  J.O. Lois et décrets, 1er août 1902.

12  J.O. Débats, Chambre, 2 décembre 1902.

13  Le ministre de l’Intérieur leur reproche de dépendre de Turin (ville de fondation de la congrégation par Jean Bosco en 1859) et de tenir des écoles professionnelles.

14  Plusieurs mois de prison notamment.

15  14 829 sur 21 394.

16  Martineaud, Jean-Paul, Les Ordres religieux dans les hôpitaux de Paris. Les congrégations hospitalières dans les hôpitaux de l’assistance publique à Paris : des fondations à la laïcisation, Paris, L’Harmattan, 2002, 430 p.

17  Dainville-Barbiche, Ségolène, « Les ordres religieux et la Révolution française », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 83, n° 211, 1997, pp. 445-450.

18  J.O. Débats, Chambre, 16 mars 1903.

19  Le 3 mai 1845, la Chambre des députés vote un ordre du jour tendant à la poursuite des Jésuites. C’est toutefois une assemblée orléaniste qui se prononce à ce moment-là.

20  J.O. Débats, Sénat, 23 juin 1904.

21  Le Radical, 8 février 1903, Hector Depasse, « Fâcheuses utilités ».

22  « Hacia la república laica : proyectos secularizadores para el estado republicano », De la Cueva, Julio y Montero, Feliciano (ed.), Laicismo y catolicismo. El conflicto político-religioso en la Segunda República, Alcalá de Henares, Publicaciones de la Universidad de Alcalá, 2009, p. 26.

23  J.O. Débats, Sénat, 23 juin 1904.

24  Le Men, Ségolène, « Les images sociales du corps », Histoire du corps, sous la direction de : Corbin, Alain, Courtine, Jean-Jacques et Vigarello, Georges, t.II : « De la Révolution à la Grande Guerre », Paris, Éditions du Seuil, 2005, pp. 119-143. L’auteur analyse « la fabrique de « types » en tant que construction d’un nouveau langage corporel distinct du système iconologique traditionnel, et fondée sur l’observation du costume, de la physionomie et de la silhouette des contemporains » (p. 120).

25  Le Breton, David, Anthropologie du corps et modernité, Paris, P.U.F./Quadrige, 2011 [1990], 330 p.

26  Fragonard, Marie-Madeleine, « Anticléricalisme et plaisanteries douteuses sur le clergé en milieu protestant », L’Humaniste, le protestant et le clerc. De l’anticléricalisme croyant au XVIe siècle, sous la direction de : Wanegffelen, Thierry, Siècles, 18, 2003, pp. 73-91.

27  J.O. Débats, Chambre, 18 mars 1903.

28  La Parra, Émilio, « Anticlericalismo y proceso de secularización en la España del primer tercio del siglo XX », La Iglesia y la II república, sous la direction de : Castañeda Delgado, Paulino et García de Lomas Mier, Josemaría, Córdoba, CajaSur, 2009, p. 21.

29  Lettre du sous-préfet de Florac au préfet de Lozère, 9 février 1903, Archives départementales de Lozère, M 11 362.

30  J.O. Débats, Chambre, 16 octobre 1902.

31  Bouchet, Julien, « La recomposition de la figure de l’ennemi. « La Congrégation » pensée par ses adversaires sous le ministère Combes (1902-1905) », L’identification de l’ennemi, sous la direction de : Caron, Jean-Claude, Siècles (à paraître).

32  France, Anatole, Le Parti noir, Paris, Les Introuvables, 1994 [1904], 64 p.

33  Archives départementales de Vendée, 1 M 475.

34  J.O. Débats, Chambre, 18 mars 1903.

35  Discours du président du Conseil au congrès des amicales d’instituteurs et institutrices de Marseille,         8 août 1903, Combes, Émile, Une Campagne laïque (1902-1903), Paris, Simonis Empis, 1904, p. 320.

36  Discours de Combes, J.O. Débats, Sénat, 24 juin 1904.

37  Cabanel, Patrick, « La violence républicaine : les intellectuels face à la politique anticongréganiste de la Troisième République (1875-1904) », Violences et pouvoirs politiques, sous la direction de : Bertrand, Michel, Laurent, Natacha et Taillefer Michel, Toulouse, P.U.M., 1996, p. 33.

38  Discours du président du Conseil au banquet du comité républicain du commerce et de l’industrie,         11 janvier 1904, Combes, Émile, Une deuxième Campagne laïque. Vers la Séparation, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 1905, pp. 73-74.

39  Neveu, Catherine, « Anthropologie de la citoyenneté », Anthropologie du politique, sous la direction de : Abélès, Marc et Jeudy, Henri-Pierre, Paris, Armand Colin, 1997, p. 75.

40  Discours du président du Conseil au banquet démocratique d’Auxerre, 4 septembre 1904, Combes, Émile, Une deuxième Campagne laïque…, op.cit., p. 302.

41  Première lettre aux Corinthiens, 12 ; Romains, 12.

42  Rosanvallon, Pierre, Le Modèle politique français. La société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 2004, p. 229.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bouchet, « Le congréganiste hors la société ? Les dynamiques de laïcisation de la « République radicaliste » au prisme d’une approche d’anthropologie politique (France, 1902-1906) », Amnis [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://amnis.revues.org/1684 ; DOI : 10.4000/amnis.1684

Haut de page

Auteur

Julien Bouchet

Université Blaise-Pascal, Clermont-Université, Centre d’histoire espaces et cultures, France, sapereaude@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org