Navigation – Plan du site
Politiques du religieux et religions politiques

Catholicisme et nationalisme dans l’Italie fasciste : la réponse clérico-fasciste à la sécularisation d’une nation catholique (1919-1929)

Matteo BARAGLI

Résumés

L’article analyse le phénomène du clérico-fascisme, ou catholicisme national, dans l’Italie des années vingt. Suite à la prise de pouvoir du fascisme, les clérico-fascistes soutinrent le Régime, dans lequel ils virent l’opportunité d’un soutien catholique contre la sécularisation de la société italienne et des institutions libérales. Le terrain commun sur lequel les catholiques nationaux et les fascistes se rencontrèrent fut donc celui du nationalisme et le soutien d’une politique philo-catholique. L’attitude du Vatican à l’égard du clérico-fascisme fut complexe. Les hiérarchies catholiques apprécièrent la politique philo-catholique du Régime, mais en même temps elles se méfièrent de l’autonomie politique du fascisme et des clérico-fascistes par rapport au Saint-Siège. La signature des Accords du Latran ratifiait enfin la reconnaissance définitive de l’Italie comme « nation catholique ». Il s’agissait de la victoire – donnée comme modèle aux autres nations catholiques – de l’alternative nationale-catholique au sécularisme démocratique et libéral.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La prise de pouvoir du fascisme en Italie s'inscrivit dans le prolongement de la Marche sur Rome (28 octobre 1922), et intervint trois ans après la naissance du Parti Populaire (PPI), dirigé par le prêtre sicilien don Luigi Sturzo. Le Parti Populaire, démocrate, aconfessionnel mais d’inspiration chrétienne, était sorti victorieux des élections de 1919 et de 1921, en devenant le deuxième parti au sein du Parlement italien.

  • 1  « Interview à don Sturzo », La Stampa, 10 février 1924. Cf. Sturzo, Luigi, Popolarismo e fascismo, (...)

2Après la Marche sur Rome, les catholiques de droite – qualifiés de clérico-fascistes1 par don Sturzo – approuvèrent la participation du PPI à la coalition qui soutint le premier gouvernement Mussolini. L’expérience de la collaboration du PPI avec le fascisme fut brève, car en avril 1923, à l’issue du IVème Congrès du PPI, don Sturzo retira la délégation populaire au gouvernement et entra dans l’opposition au fascisme. C’est ainsi que les catholiques nationaux (ou, selon la définition de Sturzo, les clérico-fascistes) quittèrent le Parti Populaire et fondèrent le 12 août 1924 un rassemblement politique autonome et philo-fasciste, le Centro Nazionale Italiano (CNI).

  • 2  Becker, Annette, La Guerre et la Foi. De la mort à la mémoire 1914-1930, Paris, Colin, 1994 ; Chal (...)

3L’historiographie européenne a depuis longtemps mis en évidence les conditions dans lesquelles la Grande Guerre fit place dans toute l’Europe à une nouvelle phase de réconciliation ou d’intégration des catholiques dans les états nationaux. L’engagement des catholiques dans la guerre, la mobilisation intellectuelle autour des thèmes de la défense de la patrie et du nationalisme, la naissance d’une véritable « foi de guerre »2, contribuèrent à ce processus. En Italie, la convergence des catholiques autour du nationalisme se combina avec le nouveau phénomène que constituait le fascisme. Il en résulta une profonde division au sein des milieux proches de l’Eglise, entre les catholiques démocrates du PPI et les catholiques nationaux qui adhéraient au CNI.

Les raisons de la convergence entre catholiques et fascisme

  • 3  [s. a.], L’origine e gli scopi del Centro Nazionale Italiano, Roma, SACI, 1925, p. 5.

4Le programme du Centro Nazionale définissait comme son « but le plus important » la « défense et la valorisation sur le terrain politique [...] du principe religieux ». Ses adhérents, « convaincus de la nécessité de demeurer fidèles à la tradition catholique », dénonçaient la « profonde déviation » subie par le Parti Populaire, qui était passé dans les rangs de l’opposition au fascisme3. Leur ligne politique finissait ainsi par donner un soutien complet, politique et parlementaire (« fiancheggiamento » ou collaborationnisme) au nouveau régime.

5Leur vision politique demeurait centrée sur le lien indissoluble et « providentiel » entre catholicisme et nation italienne, qui trouvait sa manifestation visible dans la présence du pontife en terre italienne. Selon les clérico-fascistes, la politique fasciste d’exaltation nationale ne pouvait être que philo-catholique, puisque la religion catholique incarnait la plus solide tradition nationale. Par conséquent, les « vrais catholiques » ne pouvaient être que philo-fascistes, puisque l’affirmation nationale ne manquerait pas de redonner à la foi catholique toute l’importance qui lui revenait dans la sphère publique.

  • 4  Federzoni, Luigi, Atti Parlamentari, Roma, Senato del Regno, Legislatura XXVII, sess. 1925-26, Dis (...)

6Dans leur vision, au sein du fascisme, on aurait pu surmonter la contradiction entre le sécularisme de l’État italien et le catholicisme de la nation (« une des principales forces de cohésion spirituelle du Pays et d’élévation morale et civile de tout le peuple italien »)4 qui remontait à l’époque libérale. Grâce au fascisme il était possible rechristianiser la nation italienne ; le fascisme se présenta donc comme une réponse providentielle à la sécularisation d’une nation catholique. En même temps, le soutien catholique au fascisme pourrait considérablement renforcer le caractère national, c’est-à-dire modéré, conservateur et traditionnel, du Régime même.

  • 5  Sturzo, Luigi, « Per lo studio di un fenomeno etico-psicologico », Rassegna Nazionale, n. 47, févr (...)
  • 6  Lettre de Filippo Crispolti à Luciano Gennari, in Archivio Crispolti, b. H III 24, 19 décembre 192 (...)

7D’après Sturzo, ex-leader du PPI qui écrivait depuis son exil à Londres, le clérico-fascisme était né du conservatisme d’une grande partie des élites catholiques, et de leur « égoïsme de classe tacite et non confessé »5. En effet, les principaux porte-drapeaux des catholiques nationaux (Filippo Crispolti, Giovanni Grosoli, Carlo Santucci) étaient de vieux aristocrates qui, grâce à leur rôle exercé au sein du mouvement catholique, purent assurer au Centro Nazionale un vaste réseau d’amitiés dans la hiérarchie ecclésiastique, le contrôle de la finance catholique et d’une bonne partie de la presse catholique. La documentation privée montre chez eux, au cours des premières années, des oscillations, de la méfiance ainsi que des éléments de réticence. Le sénateur Crispolti écrivait par exemple en 1927 : « J’avoue que dès que j’appris, loin de Rome, l’avènement de ce dernier [Mussolini], j’en fus perturbé, d’un côté en raison de la façon révolutionnaire dont cela se passait, d’un autre parce que, connaissant la singularité de l’homme, je n’en connaissais ni ne pouvais en imaginer la capacité d’homme d’État »6.

8Mais grâce à la politique philo-catholique inaugurée par le nouveau Régime, ces éléments de perplexité s’évaporèrent très vite. Pour les clérico-fascistes, le fait que le Régime montrait un visage autoritaire de plus en plus répressif et totalitaire apparaissait secondaire. Du reste, la culture politique des catholiques nationaux avait toujours été essentiellement conditionnée par une conception politique intransigeante et antidémocratique. L’approbation de Mussolini, qui aurait pu assurer de nombreux bénéfices à la cause catholique, devint ainsi de plus en plus concrète, au fur et à mesure que le fascisme redonnait à la religion le rôle public qui naturellement lui revenait dans la vie de la nation.

  • 7  Carapelle, Aristide, Il Centro nazionale italiano : origini, scopi e attività, Roma, Corriere d’It (...)

9D’autre part, une nouvelle tendance se distinguait parmi les clérico-fascistes, plus sensible à la fascination du nationalisme et à l’idéologie du Régime. Il s’agissait d’une droite catholique plus moderne, comme celle de Martire, Carapelle, Mattei Gentili, ou encore de Nava et Cavazzoni. Les principales affinités politiques avec le fascisme avaient même persuadé ces derniers d’accepter des charges ministérielles lorsque le PPI retira sa délégation gouvernementale. Sur le plan idéologique, la critique du libéralisme, de l’individualisme, et la reconnaissance, par le fascisme, de l’Italie comme nation catholique et de Rome comme ville constituant le centre du monde, conduisaient ces membres du Centro Nazionale à une rhétorique nationaliste très prononcée. Par exemple, Carapelle développait une argumentation assez significative, écrivant en 1928 : « L’État totalitaire fasciste est la force vive de la collectivité. Exalter la Nation signifie développer les énergies spécifiques de la race, accumulées à travers son histoire, sa langue, son art, sa vertu »7.

  • 8  Archivio di Stato di Milano, Gabinetto della Prefettura, b.1015, Partito cattolico nazionale, 23 a (...)

10Dès lors, le fascisme ne pouvait que tirer profit du soutien des catholiques nationaux. C’est ainsi que le Ministre de l’Intérieur Luigi Federzoni, fasciste, catholique et ex-leader du Parti Nationaliste, envoya en 1925 un télégramme confidentiel à tous les préfets du royaume. Le gouvernement, affirmait-il, suivait « avec le plus grand intérêt » la naissance du Centro Nazionale « antinomique du Parti Populaire » et invitait les préfets à « soutenir, dans les formes qui convenaient », sa croissance, sa propagande et son recrutement, de préférence parmi ceux qui « gravitaient autour de l’actuel Parti Populaire », évitant « les interférences avec l’action du parti fasciste »8.

11Bien que la presse catholique indépendante ait quotidiennement dénoncé les violences fascistes contre les associations catholiques, les clérico-fascistes demeuraient convaincus que, dans le fascisme, la normalizzazione, c’est-à-dire l’exigence d’ordre et de conservation, l’emporterait enfin. Il s’agissait d’une illusion savamment alimentée par la politique ambiguë de Mussolini, qui selon les cas dosait, au fur et à mesure, le squadrismo et le « fascisme légalitaire ». Cela suffisait pour qu’aux yeux des clérico-fascistes les responsabilités du Régime apparaissent marginales au regard des bénéfices futurs dont l’Église allait pouvoir tirer profit.

Le rôle des catholiques nationaux dans le Régime et l’attitude du Saint-Siège

12L’historiographie italienne a depuis longtemps observé comment la ligne apolitique imposée par le pape Pie XI au mouvement catholique eut pour conséquence l’effondrement, peut-être souhaité, des catholiques démocrates. Le Parti Populaire Italien, qui n’avait jamais été apprécié en raison de son caractère aconfessionnel, fut donc abandonné à la répression fasciste sans aucune protection du Saint-Siège.

  • 9  Cf. [s.a.], « La parte dei cattolici e la divisione dei partiti »,La Civiltà Cattolica, vol. III, (...)

13En outre, à partir de l’été 1924, La Civiltà Cattolica et le pape lui-même désavouèrent publiquement le Parti Populaire en raison de l’hypothèse d’une alliance antifasciste proposée par le leader socialiste réformiste Turati et non exclue par le secrétaire du PPI Alcide De Gasperi9. A l’inverse, aucune voix ne s’éleva pour condamner la participation des catholiques nationaux au gouvernement Mussolini.

  • 10  Masetti-Zannini, Gianlodovico – Fappani, Antonio, Giovanni Maria Longinotti, Brescia, Cedoc, 1975, (...)
  • 11  Lettre de Filippo Crispolti à Mgr. E. Pucci, 12 août 1924, en Archivio Crispolti, b. H III 31.

14D’après ses adhérents, l’association clérico-fasciste Centro Nazionale jouissait de l’appui direct ou implicite de la Curie romaine10. Nous en avons eu la confirmation grâce à la découverte d’un important document qui atteste que le programme du CNI fut rédigé par Mgr. Enrico Pucci, fonctionnaire du Secrétariat d’État. Dans une lettre au marquis clérico-fasciste Crispolti, Mgr. Pucci révéla s’être vu confier cette tâche par un « personnage très important », probablement le cardinal Gasparri en personne11.

  • 12  ASV, AES, 573 (PO), 22, 15.

15Les clérico-fascistes jouissaient donc d’une bienveillance prudente mais concrète de la part de l’épiscopat, dont l’attitude en faveur du fascisme est un fait désormais largement reconnu par l’historiographie italienne. Déjà, en septembre 1923, un rapport conservé dans les Archives Vaticanes envisageait un « Programme de collaboration des catholiques avec le gouvernement de Mussolini ». On y soutenait que « les catholiques, grâce à plusieurs dispositions adoptées par le gouvernement conformément à leurs principes [...] ont dû convenir qu’aucun Gouvernement en Italie, et peut-être dans le monde entier, n’aurait pu, en une seule année, faire autant en faveur de la religion catholique. Les Catholiques ne peuvent que penser avec horreur à ce qui pourrait se passer en Italie si le Gouvernement de Mussolini devait céder face à une éventuelle insurrection des forces subversives ; ils ont par conséquent tout intérêt à le soutenir ». Le document suggérait donc de fusionner les éléments modérés du PPI avec les catholiques nationaux qui soutenaient déjà le cabinet, et de créer ensuite un parti catholique de droite de façon à ce que la masse des catholiques démocrates finisse « par se supprimer elle-même »12.

  • 13 Gentile, Emilio, Le religioni della politica : Fra democrazie e totalitarismi, Roma-Bari, Laterza, (...)

16L’action des clérico-fascistes connut cependant des oppositions internes de la part des fascistes radicaux (Farinacci), qui concevaient le fascisme comme une révolution permanente, laïque et anticléricale, et sa doctrine comme une « religion politique ». Mais Emilio Gentile, auquel nous devons la meilleure introduction critique sur cette question, a justement observé qu’en général les catholiques ne virent pas comme une contradiction la naissance d’une « religiosité politique » fasciste, et ils ne changèrent pas d’opinion même quand celle-ci prit l’allure d’une véritable « religion totalitaire »13.

  • 14  Voir la polémique entre le clérico-fasciste Crispolti et le fasciste « païen » Julius Evola : Evol (...)

17Il est toutefois certain que l’Église ne vécut pas sereinement la naissance d’une double dévotion religieuse à Dieu et à la politique, en particulier quand celle-ci la concurrençait, aussi bien sur le terrain spéculatif que sur celui du contrôle des masses. La levée de boucliers de quelques catholiques nationaux contre les fascistes qui insistaient sur la nature « païenne » de l’impérialisme fasciste fut, dans ce contexte, significative14.

  • 15  Crispolti, Filippo, « Un equivoco pericoloso », Il Momento, 31 janvier 1929.
  • 16  De Felice, Renzo, Mussolini il fascista : L’organizzazione dello Stato fascista (1925-1929), Torin (...)

18Cette question est également à relier avec la polémique que déclenchèrent les catholiques nationaux contre la « mode du culte de l’État [statolatria] aujourd’hui dominante », une polémique fondée sur un rejet de la conception laïciste de l’État, soit le fascisme d’origine idéaliste-libérale15. Il s’agissait d’une espèce de guérilla qui anticipa les Accords du Latran, dans laquelle intervinrent Giovanni Gentile, Arnaldo Mussolini, le frère du Duce, la presse vaticane et les journaux fascistes16. Quel allait être le rôle de la religion dans l’État après le Concordat ? L’Italie allait-elle devenir un état intégralement catholique ou un état laïque et concordataire ? D’après les clérico-fascistes, il n’y avait pas de doute que la Conciliation allait démentir les « spéculations philosophiques laïcistes ». L’« Italie nouvelle » du Duce allait finalement reconnaître la place de la tradition catholique dans le nouvel État Fasciste.

19Mais bientôt les rapports entre Régime et Saint Siège se révélèrent différents de ce que les catholiques nationaux avaient espéré. À l’exaltation du catholicisme romain, la propagande fasciste reliait le lyrisme de la Rome latine, guerrière, et païenne. Et, surtout, le fascisme se montrait de plus en plus réticent à céder des espaces de liberté à l’Église et aux associations catholiques.

  • 17  Pour cet événement je me limite à indiquer Sale, Giovanni, op. cit., pp. 275-309 et 405-430.

20En 1926, les clérico-fascistes subirent l'échec du projet de réforme de la législation ecclésiastique civile, proposé par le Régime et rédigé par le chef du Centro Nazionale clérico-fasciste, Mattei Gentili. Pie XI le rejeta d’une façon éclatante : même s’il en appréciait les intentions, l’Église n’aurait pu accepter une réforme unilatérale de l’État dans un domaine qui concernait les libertés de l’Église17.

  • 18  Pireddu, Giovanni, « Padre Enrico Rosa ed il fascismo (1919-1931) », Rassegna di Teologia, septemb (...)
  • 19  ASV, AES, 667 (PO), 101 et 667 N° 4 (PO), 123.

21En 1927 survint le conflit entre l’organisation de la jeunesse fasciste « Balilla » et celle de la jeunesse catholique « Esploratori Cattolici », en raison de l’interdiction fasciste de constituer de nouvelles associations de jeunesse catholiques et de la dissolution de toutes celles qui existaient déjà dans les centres de moins de 20.000 habitants. Encore une fois, le Saint-Siège, « dans cette circonstance particulière, n’estima pas devoir aller au-delà de la simple dénonciation de l’abus »18. Mais il put de nouveau se rendre compte que les visées totalitaires du Régime empêchaient l’Eglise d’obtenir de nouveaux espaces de liberté, même sur un terrain qui lui était particulièrement cher comme celui de l’éducation de la jeunesse. D’ailleurs, sur ce point-là également, les interventions médiatrices de Mattei Gentili, Président du Centro Nazionale, et de Mgr. Pucci se révélèrent décisives19.

  • 20  Agostino, Marc, Le pape Pie XI et l’opinion (1922-1939), Rome, Ecole Française de Rome, 1991, pp.  (...)

22La condamnation papale de l’Action Française, en décembre 1926, ajouta des éléments de tension supplémentaires. La presse clérico-fasciste commenta la nouvelle en quelques lignes ou avec un silence embarrassé : sa base « ne comprenait pas très bien la condamnation d’un mouvement proche du fascisme ». La Civiltà Cattolica tint à expliquer que l’événement ne concernait pas l’Italie et le fascisme, mais seulement les thèses « païennes » de Maurras20. Et pourtant une telle argumentation révélait une certaine gêne. L’Église se rendait désormais compte que les catholiques nationaux, en Italie comme en France, avec leur philo-fascisme acritique, se montraient très peu utiles à la cause du catholicisme. Pour défendre les intérêts de l’Église, l’Action Catholique (ACI) s’avérait être un organisme bien plus utile : « en dehors et au-dessus » de la politique, elle aurait pu suivre de manière parfaitement disciplinée et obéissante la ligne imposée par le pontife romain.

Le désaveu du clérico-fascisme et la Conciliation

  • 21  ASV, AES, 630a (PO), 64, 21-22, 11 novembre 1926.
  • 22  ASV, AES, 630a (PO), 52-53, 2 décembre 1926.

23La consolidation du Régime fasciste rendit la position des clérico-fascistes du Centro Nazionale de plus en plus délicate. La réduction des espaces d’autonomie politique à l’intérieur d’un fascisme qui s’était désormais consolidé, risquait de réduire les clérico-fascistes à de simples acolytes du Régime. Le malaise provoqué par la ligne toujours plus philo-fasciste du CNI était évident dans les rangs de l’Action Catholique, dont la base philo-populaire n’avait jamais nourri de sympathies pour le clérico-fascisme. Le Secrétaire Général de l’ACI, Mgr. Roveda, notait « dans la très grande majorité des catholiques organisés une aversion très profonde envers les hommes et les journalistes du Centro Nazionale, jusqu’à ne plus vouloir les considérer comme catholiques parce que coupables de soutenir un gouvernement qui persécute l’Action Catholique »21. À Turin, « les rapports entre Autorité ecclésiastique et dirigeants de l’Action Catholique avec le préfet sont assez bons [...]. Au contraire un malaise très grave est provoqué par le zèle excessif des catholiques du Centro Nazionale »22.

  • 23  ASV, AES, 667 N° 4 (PO), 123, 19-20, s.d. [janvier 1927].

24Mais la perplexité et l’irritation augmentaient jusque dans les hiérarchies vaticanes, faisant suite aux divergences entre Régime et Saint-Siège en raison de l’Action Catholique. Il est tout à fait symptomatique qu’une représentante ne pouvant en aucun cas être soupçonnée d’antifascisme comme la Marquise Maddalena Patrizi, Présidente des Femmes Catholiques, stigmatisait le clérico-fascisme conservateur et acritique du Centro Nazionale, qui faisait le jeu des fascistes au détriment des intérêts de l’Église. Dans une lettre inédite à Mgr. Pizzardo, Assistant Général de l’ACI, cette dame accusait le Centro Nazionale d’« incompréhension absolue » de la ligne de l’ACI, de « superficialité » et de « simplisme » dans le « conservatisme » qui était « habilement exploité » par les fascistes « francs-maçons libéraux »23.

25Au cours de l’année 1927, le Saint-Siège accentua peu à peu la méfiance envers les clérico-fascistes du Centro Nazionale, en considération du fait qu’on relevait également des difficultés sur un autre terrain de négociations : celles relatives au Concordat.

26En effet, les négociations en vue du Traité risquaient de s’enliser en raison de la réticence du Régime à concéder une partie du territoire romain au futur État du Vatican. Et celles relatives au Concordat rencontraient des difficultés encore plus grandes du fait des tensions générées par la question de l’Action Catholique. Mussolini était disposé à céder sur la question territoriale et sur les privilèges de l’Église, à la condition que celle-ci réduise les prétentions d’autonomie des associations catholiques.

27Le Vatican regardait donc avec méfiance la tendance des clérico-fascistes à développer une politique catholique autonome par rapport à celle des hiérarchies ecclésiales. Leur soutien acritique du fascisme allait contre le bras de fer que Pie XI était en train de livrer à Mussolini pour obtenir des conditions concordataires plus favorables à l’Eglise.

  • 24  Sgarbanti, Romeo, op. cit., pp. 195-197 ; « I Cattolici del Centro Nazionale riaffermano in Campid (...)

28Les raisons du reniement papal, qui enfin s’abattait sur le Centro Nazionale en mars 1928, semblent justement compréhensibles à la lumière de la Conciliation. En effet, le 18 mars 1928, le Centro Nazionale tint un important Congrès National au Campidoglio, à Rome. À cette occasion, le député Egilberto Martire prononça un long discours aux tonalités philo-fascistes enflammées. Mussolini lui répondit en félicitant le Centro Nazionale, dont le soutien inconditionnel au Régime faisait penser, avec un « viril optimisme », qu’on allait bientôt pouvoir parvenir à une résolution satisfaisante de la Questione Romana24. Il était assez évident que le Duce, en amplifiant l’appui que les catholiques nationaux prodiguaient à son gouvernement, pensait pouvoir forcer la main au Saint-Siège, imposant une conclusion des négociations en cours, même si le Vatican ne croyait pas encore que les temps étaient mûrs.

  • 25  L’Osservatore Romano, 26-27 mars 1928.

29C’est ainsi que le 25 mars 1928, à l’occasion d’un Conseil Diocésain de Rome de l’ACI, le pontife fit un discours très sévère dans lequel il ne nia pas « combien de bien fut fait » par le fascisme, mais il rappela « aussi les difficultés, les vexations, les obstacles, les menaces obscures ou manifestes et les vraies hostilités » dont souffrait l’Action Catholique. Il stigmatisa le fait que, à l’occasion du Congrès du CNI, les clérico-fascistes avaient invité le Duce mais n’avaient pas demandé audience au Pape. Il fit remarquer la réserve exprimée à l’égard de l’enthousiasme pour une résolution rapide de la Questione Romana : comparer, comme Martire l’avait fait, les droits du « Saint-Siège dépouillé » avec ceux de « l’État pilleur », « confirmait et démontrait un défaut avoué de toute compétence »25. En effet, le pontife confirmait l’existence de ce lien constitutif entre le catholicisme et la nation italienne que le CNI avait posé à la base de son programme ; mais il affirmait aussi qu’il n’entendait certainement pas en déléguer la gestion politique aux membres du Centro Nazionale.

30Il convient également de noter de quelle façon la condamnation du Centro Nazionale – qui au début avait été vu avec sympathie par le Vatican – ne fut, ni voulut être, une condamnation du philo-fascisme ou une condamnation d’une entente possible entre Église et fascisme. La Conciliation s’empressa bien vite de démentir les paroles enthousiastes que les populaires exilés écrivirent à l’occasion de la condamnation du CNI. Ce que le Saint-Siège voulut rappeler, ce fut que, dans les négociations avec le Régime, celui-ci n’appréciait plus les médiations d’aucun genre, mais il en assumait lui-même la direction.

31La condamnation du Centro Nazionale fut donc un signal que Mussolini comprit parfaitement. Après cet épisode, les négociations se conclurent rapidement. Le 11 février 1929, les Accords du Latran mirent fin à la Questione Romana et, en contrepartie, reconnurent le catholicisme comme religion d’État. Il s’agissait du succès – temporaire, mais donné comme modèle aux autres nations catholiques – de l’alternative nationale-catholique au sécularisme démocratique et libéral.

32Ainsi s’acheva la période du clérico-fascisme, qui céda la place à celle du national-catholicisme. Les catholiques ayant perdu toute forme d’autonomie politique, c’était donc à l’Église d’orienter réellement le fascisme vers un véritable modèle d’État catholique. Pour conduire cette action, l’Église avait renoncé à se servir de partis politiques autonomes, démocrates ou clérico-fascistes. Elle-même se présentait comme la seule interlocutrice du Régime. Cela renforçait évidemment l’autorité ecclésiastique et recomposait les rangs de l’Action Catholique sous la direction de l’Église. Mais cela l’exposait également, sans aucun type de médiation, aux compromis et aux éventuelles défaites, en faisant retomber sur elle-même les responsabilités et les contrecoups éventuels. La crise qui se consuma en 1931 à propos de l’Action Catholique et les relations instables entre le Vatican et Mussolini (« l’homme que la Providence nous a fait rencontrer ») allaient démontrer au pape Ratti, pendant toute la décennie suivante, les avantages mais également les risques qu’une telle ligne pouvait comporter.

Haut de page

Notes

1  « Interview à don Sturzo », La Stampa, 10 février 1924. Cf. Sturzo, Luigi, Popolarismo e fascismo, Torino, Gobetti, 1924 ; Id., « La politica dei clerico-fascisti », Pensiero antifascista, Torino, Gobetti, 1925, pp. 7-16.

2  Becker, Annette, La Guerre et la Foi. De la mort à la mémoire 1914-1930, Paris, Colin, 1994 ; Chaline, Nadine-Josette, Chrétiens dans la Première Guerre mondiale, Paris, Le Cerf, 1993 ; Blinkhorn, Martin, Fascism and the right in Europe, 1919-1945, Edimburg, Pearson, 2000 ; Atkin, Nicholas – Tallett, Frank, Priests, prelates and people : A History of European Catholicism Since 1750, Oxford, Oxford University Press, 2003.

3  [s. a.], L’origine e gli scopi del Centro Nazionale Italiano, Roma, SACI, 1925, p. 5.

4  Federzoni, Luigi, Atti Parlamentari, Roma, Senato del Regno, Legislatura XXVII, sess. 1925-26, Discussioni, séance du 15 décembre 1925, p. 4041.

5  Sturzo, Luigi, « Per lo studio di un fenomeno etico-psicologico », Rassegna Nazionale, n. 47, février 1925, pp. 73-86.

6  Lettre de Filippo Crispolti à Luciano Gennari, in Archivio Crispolti, b. H III 24, 19 décembre 1928.

7  Carapelle, Aristide, Il Centro nazionale italiano : origini, scopi e attività, Roma, Corriere d’Italia, 1928, p. 52.

8  Archivio di Stato di Milano, Gabinetto della Prefettura, b.1015, Partito cattolico nazionale, 23 août 1924.

9  Cf. [s.a.], « La parte dei cattolici e la divisione dei partiti »,La Civiltà Cattolica, vol. III, 1924, pp. 297-315 ; [s.a.], « L’eco del nostro articolo su la parte dei cattolici e la divisione dei partiti», in Ibid., pp. 481-494. Les articles furent voulus, revus et corrigés par le card. Gasparri et par le pontife même, cf. Sale, Giovanni Fascismo e Vaticano prima della Conciliazione, Roma, Jaka Book, 2007, pp. 169-182. Voir l’interview de Filippo Turati sur Il Popolo, 1 juillet 1924 et l’interview de Alcide De Gasperi sur Corriere della Sera, 16 juillet 1924. Pie XI intervint rudement le 8 septembre 1924 pour conjurer une alliance antifasciste entre les populaires et les socialistes : Archives Secrètes du Vatican (ASV), AES, 607 bis I (PO), 33, 62-65, Parole pronunciate dal Santo Padre ad un gruppo di giovani Universitari cattolici il giorno 8 settembre 1924, publié par la suite en La Civiltà Cattolica, vol. III, 1924, pp. 492-494.

10  Masetti-Zannini, Gianlodovico – Fappani, Antonio, Giovanni Maria Longinotti, Brescia, Cedoc, 1975, p. 235 ; Sgarbanti, Romeo, Ritratto politico di Giovanni Grosoli, Roma, Cinque Lune, 1957, p. 187, n. 26. Grosoli se serait décidé à y adhérer « après avoir eu une réponse encourageante du card. Gasparri, auquel il s’était adressé pour un conseil » ; Jemolo, Carlo Arturo, Chiesa e Stato in Italia, Torino, Einaudi, 1949, pp. 608-609.

11  Lettre de Filippo Crispolti à Mgr. E. Pucci, 12 août 1924, en Archivio Crispolti, b. H III 31.

12  ASV, AES, 573 (PO), 22, 15.

13 Gentile, Emilio, Le religioni della politica : Fra democrazie e totalitarismi, Roma-Bari, Laterza, 2001 ; Id., Contro Cesare. Cristianesimo e totalitarismo nell’epoca dei fascismi, Milano, Feltrinelli, 2010.

14  Voir la polémique entre le clérico-fasciste Crispolti et le fasciste « païen » Julius Evola : Evola, Julius, « Il fascismo quale volontà di impero e il cristianesimo », Critica Fascista, 15 décembre 1927 ; Crispolti, Filippo, « Velleità pagane in un Fascismo immaginario », Il Momento, 12 janvier ; Evola, Julius, Imperialismo pagano : Il fascismo dinanzi al pericolo euro-crisitiano, Atanòr, Todi-Roma, 1928.

15  Crispolti, Filippo, « Un equivoco pericoloso », Il Momento, 31 janvier 1929.

16  De Felice, Renzo, Mussolini il fascista : L’organizzazione dello Stato fascista (1925-1929), Torino, Einaudi, 1995, pp. 399-412.

17  Pour cet événement je me limite à indiquer Sale, Giovanni, op. cit., pp. 275-309 et 405-430.

18  Pireddu, Giovanni, « Padre Enrico Rosa ed il fascismo (1919-1931) », Rassegna di Teologia, septembre-octobre 2000, pp. 697-699. Cf. [s.a.], « I diritti della Chiesa su l’educazione dei giovani », La Civiltà Cattolica, vol. I, 1927, p. 201.

19  ASV, AES, 667 (PO), 101 et 667 N° 4 (PO), 123.

20  Agostino, Marc, Le pape Pie XI et l’opinion (1922-1939), Rome, Ecole Française de Rome, 1991, pp. 313-317.

21  ASV, AES, 630a (PO), 64, 21-22, 11 novembre 1926.

22  ASV, AES, 630a (PO), 52-53, 2 décembre 1926.

23  ASV, AES, 667 N° 4 (PO), 123, 19-20, s.d. [janvier 1927].

24  Sgarbanti, Romeo, op. cit., pp. 195-197 ; « I Cattolici del Centro Nazionale riaffermano in Campidoglio la fede operosa nella grandezza religiosa e civile dell’Italia fascista », Corriere d’Italia, 29 mars 1928 ; « La parola del Duce ai cattolici del Centro Nazionale », Ibid., 21 mars 1928.

25  L’Osservatore Romano, 26-27 mars 1928.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matteo BARAGLI, « Catholicisme et nationalisme dans l’Italie fasciste : la réponse clérico-fasciste à la sécularisation d’une nation catholique (1919-1929) », Amnis [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 28 août 2014. URL : http://amnis.revues.org/1709 ; DOI : 10.4000/amnis.1709

Haut de page

Auteur

Matteo BARAGLI

École Pratique des Hautes Études, France, matteo.baragli@libero.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org