Navigation – Plan du site
Le retour du religieux

Etat et croyance(s) dans la Bolivie « plurinationale » d’Evo Morales

Christine Delfour

Résumés

« L’Eglise en Bolivie est le principal ennemi des réformes », certains « secteurs de l’Eglise catholique, la hiérarchie catholique sont les ennemis des transformations politiques », « une autre foi, une autre religion (hors Eglise catholique) et également une autre Eglise, tout ceci est positif, mes frères et sœurs ». Voici quelques citations d’Evo Morales, premier président indien de la Bolivie, qui illustrent les tensions existantes entre le gouvernement et l’Eglise catholique ainsi que la nouvelle réalité institutionnelle du pays en matière de religion : la liberté de culte et de pratiques spirituelles des peuples indigènes et de toute autre confession religieuse. La Nouvelle Constitution Politique de l’Etat Plurinational (février 2009) reconnaît l’indépendance de l’Etat en matière religieuse, un Etat qui « respecte et garantit la liberté de religion et de croyances spirituelles en accord avec les cosmovisions ». Il s’agit d’un changement radical par rapport à la Constitution de 1967 qui, dans son article 3, énonce que « l’Etat reconnaît et soutient la religion catholique, apostolique et romaine ». Dès lors, nous nous interrogerons, d’une part, sur les relations entre l’Eglise et l’Etat républicain et, d’autre part, sur la place des croyances (des rites et des symboles) dans le contexte politique de la « refondation » de la nation bolivienne et de l’Etat.

Haut de page

Texte intégral

1« L’Eglise en Bolivie est le principal ennemi des réformes », certains « secteurs de l’Eglise catholique, la hiérarchie catholique sont les ennemis des transformations politiques » ; « une autre foi, une autre religion (hors Eglise catholique) et également une autre Eglise, tout ceci est positif, mes frères et sœurs ». Voici quelques citations d’Evo Morales, premier président indien de la Bolivie, qui illustrent les tensions existantes entre le gouvernement et l’Eglise catholique ainsi que la nouvelle réalité institutionnelle du pays en matière de religion : la liberté de culte et de pratiques spirituelles des peuples indigènes et de toute autre confession religieuse.

  • 1 Nueva Constitución política del Estado (NCPE), La Paz, UPS Editorial, 2009, art.4, p. 5.

2De fait, la Nouvelle Constitution Politique de l’Etat Plurinational (février 2009) reconnaît l’indépendance de l’Etat sur le plan religieux, un Etat qui « respecte et garantit la liberté de religion et de croyances spirituelles en accord avec les cosmovisions »1. Il s’agit d’un changement radical par rapport à la Constitution de 1967 qui, dans son article 3, énonçait que « l’Etat reconnaît et soutient la religion catholique, apostolique et romaine ». La Bolivie rejoint ainsi le Mexique, en devenant le deuxième pays d’Amérique latine à se démarquer de l’emprise historique de l’Eglise. Néanmoins, la religion catholique, comme fait social, et l’Eglise, avec son organisation et ses fidèles, demeurent intimement liées à la construction de l’Etat national en Bolivie et, au-delà, en Amérique latine. Dès lors, nous nous interrogerons, d’une part, sur les relations entre l’Eglise et l’Etat républicain et, d’autre part, sur la place des croyances (des rites et des symboles) dans le contexte politique de la « refondation » de la nation bolivienne et de l’Etat.

Les relations Etat-Eglise : quelques repères historiques

Subordonner l’Eglise à l’Etat républicain

  • 2  La séparation effective de l’Eglise et de l’Etat s’établit de façon progressive à partir de 1899 e (...)
  • 3  Barnabas Josep. La Iglesia en la Colonia, La Paz, Plural, 2004, p. 37.

3Les liens entre l’Etat bolivien et l’Eglise catholique ne sont pas uniquement d’ordre juridique. Ils reposent aussi sur des coutumes et des traditions même si, au cours de l’histoire, les différents gouvernements ont, selon l’idéologie dominante, marqué de leur empreinte les relations avec l’Eglise. Celles-ci ont été fréquemment conflictuelles, et ce, dès la fondation de la République. Simon Bolivar et Antonio de Sucre, ont tenté de subordonner l’Eglise à l’Etat en voulant appliquer le « Patronat National », pratique héritée de l’époque coloniale et qui octroyait à la Couronne la faculté de nommer le clergé – du curé de campagne aux dignitaires ecclésiastiques (évêques et archevêques)2. La République se substituait ainsi à la monarchie, en héritière légitime, cette fois contre la volonté du Pape.3 Les membres du clergé devenaient de facto des fonctionnaires d’Etat, les biens immobiliers (couvents et terres) étaient expropriés et revendus, l’argent récupéré servant à financer la mise en place de l’instruction publique et la construction d’hôpitaux. Dans El Condor de Bolivia, les autorités justifièrent la mesure :

  • 4  « Como acto propio del moderno imperio de la razón ya que la supervisión en asuntos religiosos y l (...)

 Comme un acte propre à l’empire moderne de la raison étant donné que la supervision des affaires religieuses et l’autorité sur les ministres (du culte) est […sic…] un des droits les plus fondamentaux du gouvernement du peuple.4

Les idéaux de la philosophie libérale de l’Illustration

4La réforme de l’Eglise s’insère dans le cadre plus vaste des réformes entreprises pour organiser la République entre 1824 et 1828. Elle n’est pas le produit d’un anticléricalisme maçon primaire, mais la conséquence des idéaux de la philosophie libérale des Lumières (respect des libertés individuelles, de l’égalité, du droit à la propriété, etc.) ainsi que de la conception civiliste et laïque du rôle de l’Etat républicain. A ce titre, l’Eglise perd ses privilèges et surtout le pouvoir politique et idéologique qu’elle exerçait pendant la période coloniale. Elle perd l’initiative en tant qu’outil de la colonisation espagnole, pour se subordonner à la nouvelle organisation politique.

5Dans le projet de Constitution que Simon Bolivar adresse le 26 mai 1825, depuis le Pérou, au Congrès de Bolivie, il fait remarquer aux Constituants que ceux-ci ne trouveront dans le texte aucune référence à la religion :

  • 5  Bolívar Simón, » Mensaje al Congreso Constituyente de Bolivia desde Perú, 26 de mayo de 1825 », in (...)

Dans une constitution politique, on ne peut imposer une foi religieuse, car, selon les meilleurs doctrines sur les lois fondamentales, celles-ci garantissent les droits politiques et civils ; et comme la Religion n’a aucun lien avec ces droits, elle est donc de nature indéfinissable dans l‘ordre social et appartient à la morale intellectuelle. La Religion gouverne l’homme dans son foyer, en lui : elle seule a le droit d’examiner sa conscience intime. Les lois, au contraire, contemplent la superficie des choses : elles ne gouvernent qu’à l’extérieur de la demeure du citoyen ; [...] La Religion est la loi de la conscience. [...] Imposer une religion n’est pas tâche du législateur parce que celui-ci doit imposer des peines pour sanctionner la violation des lois, afin qu’elles ne se réduisent pas à de simples conseils. S’il n’y a pas de châtiments temporels, s’il n’y a pas de juges qui les appliquent, la loi cesse d’être la loi.5

  • 6  Décret de fiscalisation des biens de l’Eglise 11 décembre 1826 (gouvernement de Sucre).
  • 7 L’Eglise se réorganise en créant un vaste réseau d’établissements d’éducation scolaire : San Calixt (...)

6C’est cet idéal de justice sociale (et d’égalité) qui devient le cadre dans lequel, Sucre, Bolívar et plus tardivement Santa Cruz, réalisent une série de réformes, parmi celles-ci, les réformes de l’institution catholique et de l’éducation sont prioritaires. Il s’agit de jeter les bases d’un Etat laïque, fondé sur l’indépendance de la justice et le contrôle des revenus publics, dont ceux de l’Eglise6. Les réformes mises en place par Sucre tendent à affaiblir et à réduire le rôle que l’Eglise catholique joue dans la société bolivienne qui émerge après l’Indépendance. Andrès de Santa Cruz, quant à lui, va réorganiser l’institution religieuse en établissant des relations avec le Vatican, tout en imposant un cadre institutionnel à l’Eglise catholique qui se réorganise et se consacre à l’éducation7.

  • 8  Les positivistes participent et dirigent la vie politique comme le montrent les exemples suivants  (...)

7Certes, l’idéal libéral s’applique difficilement dans la société andine profondément marquée par les caractéristiques structurelles de la domination coloniale (différences raciales, sociales et culturelles, économiques), lesquelles agissent et interagissent comme des freins « naturels » au principe de justice sociale et d’égalité. Cet idéal est d’ailleurs clairement rejeté par le clergé. Il s’oppose au contrôle exercé par l’Etat en affirmant, d’une part, qu’il entraîne une rupture de la tradition culturelle chrétienne et, d’autre part, qu’il est mâtiné de cette idéologie positiviste, qui influence, à partir de la seconde moitié du XIXème siècle, la vie politique de divers pays d’Amérique latine8.

 Des alternances politiques et des relations avec l’Eglise

  • 9  Fuero : statut juridque.

8Au gré de l’alternance des gouvernements conservateurs et des gouvernements libéraux, l’Eglise en Bolivie (et au-delà en Amérique latine), fait cause commune avec les conservateurs, fidèles défenseurs des valeurs chrétiennes. Au gré de cette même alternance, les mesures à l’encontre ou en faveur de l’Eglise se succèdent. Pendant la période dite des Conservateurs (1879-1899), les relations Etat-Eglise sont bonnes, d’autant que l’oligarchie conservatrice se proclame la « protectrice de la foi » et s’auto-définit comme dépositaire des valeurs chrétiennes. Le début du XXe siècle est marqué par la présence de gouvernements libéraux (1904 à 1911), qui reprennent à leur compte des mesures anticléricales non appliquées ou annulées par les gouvernements conservateurs précédents : décret de suppression de l’enseignement religieux dans les établissements publics, loi sur la liberté de cultes, loi sur l’abolition du fuero9 ecclésiastique, loi de sécularisation des cimetières et loi du mariage civil.

  • 10  Guerre du Chaco : conflit qui oppose la Bolivie et le Paraguay entre 1932 et 1935. La Bolivie perd (...)
  • 11  Révolution nationaliste de 1952 à 1964. Création du ministère des affaires paysannes (MAC) et de l (...)
  • 12  Les principes fondateurs du Mouvement Nationaliste révolutionnaire in : Céspedes Augusto, El Dicta (...)

9La Guerre du Chaco10 et la révolution nationaliste de 195211 changent le panorama politique. L’idéal libéral est abandonné au profit de la lutte « contre la démocratie vendue à l’étranger ; pour la consolidation de l’Etat et la sécurité de la Patrie ; pour la libération économique et la souveraineté du peuple de Bolivie »12. La modernisation du pays, l’intégration des Indiens, leur conversion en « paysans, producteurs, consommateurs » deviennent prioritaires dans le projet national populaire. La place de l’Eglise dans la Nation et dans l’Etat n’est plus un enjeu fondamental. Pourtant, au cours des années suivantes, marquées par l’instauration de dictatures militaires, les relations Etat-Eglise deviennent particulièrement tendues, même si les militaires se revendiquent publiquement catholiques pratiquants.

  • 13 . Le Conseil Mondial des Eglises joue un rôle non négligeable au même titre que de grandes ONG ou d (...)
  • 14  Luis Espinal en Bolivie, Monseigneur Romero au Salvador.

10L’Eglise se fait alors la porte-parole des libertés démocratiques et des droits de l’homme13, même si ces positions se traduisent par l’assassinat de certains ecclésiastiques défendant ouvertement ce message14. Cette évolution est alimentée par le Concile de Vatican II (1962-1965), qui incite l’Eglise bolivienne à chercher une voie différente au sein de la nouvelle Eglise latino-américaine, ballotée entre les traditionnalistes et les tenants de la théologie de la libération. En dépit du changement, la hiérarchie ecclésiastique demeure néanmoins jusqu’à ce jour proche du Vatican.

11 Enfin, l’Eglise se cantonne à l’enseignement et aux œuvres sociales, mais elle reste aussi intimement liée à l’histoire du pays, à l’émergence de l’Etat-nation et à sa condition de religion d’Etat. Elle a su consolider un ancrage singulier non seulement parmi les populations indiennes, métisses et blanches, tant urbaines que rurales, n’hésitant pas à soutenir et à critiquer les changements politiques. C’est sans doute pour cette raison que 80 % de la population se considère encore catholique.

La religion dans le contexte politique de la « refondation » de l’Etat et de la nation

12 L’Etat doit garantir la possibilité pour chaque être humain d’élaborer ses propres croyances, ses propres rites et sa propre cosmovision religieuse. La Bolivie de l’Etat plurinational tend à œuvrer dans ce sens. Cependant, nombreux sont les Etats qui se sont identifiés dans le passé ou s’identifient aujourd’hui à une religion, comme le catholicisme et la religion musulmane par exemple.

13 Cependant, même si l’article 4 de la nouvelle constitution (NPCE) rappelle le caractère aconfessionnel de l’Etat, le préambule soulève certaines questions, surtout dans sa partie finale : « Accomplissant le mandat de nos peuples, avec la force de notre Pachamama et grâce à Dieu, nous refondons la Bolivie ». Cette double référence à la Pachamama et à Dieu marque d’un sceau particulier l’acte de refondation. Elle parcourt d’une part, tout le texte et coexiste, d’autre part, avec le cadre séculier et rationaliste de l’Etat plurinational. Par ailleurs, elle renvoie aux cérémonies d’investiture d’Evo Morales en 2006 et 2009, qui se déroulèrent chacune d’elles en deux temps : d’une part, son investiture en tant que président à La Paz, devant le parlement et la communauté internationale et, d’autre part, sa nomination à la fonction de « prêtre suprême » d’un animisme andin à Tiahuanacu, cité sacrée des Aymaras située près du Lac Titicaca.

  • 15  Peuples “indigène originaire paysans” : il s’agit du nouveau concept introduit par les constituant (...)

14 Comment dès lors interpréter cette double référence qui parcourt le texte constitutionnel et fait partie de la rhétorique discursive d’Evo Morales et plus largement du Mouvement vers le socialisme (MAS) ? Tout au long du texte constitutionnel se combinent des principes et des valeurs issus du monde rationaliste et universaliste judéo-chrétien : respect, égalité, souveraineté, dignité, harmonie, équité, citoyenneté. Ces principes s’adossent à des éléments animistes et ethniques : la nature, la Mère Terre, le « vivre bien », la coca, les cosmovisions indiennes, les droits collectifs, les peuples « indigène originaire paysans »15, la whipala, la justice coutumière, etc. Sommes-nous en présence d’un cadre constitutionnel qui postule un type de sécularisation rationaliste-animiste qui tend à diminuer l’esprit chrétien (sans l’éliminer totalement) tout en survalorisant les cosmovisions indigènes dans le cadre d’un Etat omniprésent et – pour certains analystes – surdimensionné ? Ou s’agit-il d’une nouvelle religion civile composée de valeurs représentatives de la « plurinationalité » de la Bolivie d’Evo Morales ? S’agit-il, en définitive, d’un texte qui condense les différents courants idéologiques qui constituent le MAS et, au-delà, le gouvernement ? L’analyse de ces courants permet de mieux comprendre le regard qu’ils portent sur la religion.

L’indigénisme radical

  • 16  Flores Elba, dossier : « Aproximación desde el conocimiento a la relación Estado-Iglesia », www. P (...)

15Il revendique la dimension spirituelle de la cosmovision des peuples indigènes. Le fondement de cette cosmovision est une explication mythologique du monde dont l’expression la plus visible est la pratique de l’animisme, c’est-à-dire la croyance en des êtres surnaturels dotés de raison, d’intelligence et de volonté qui habitent les objets animés et inanimés, en partant du postulat que « tout est vivant ». Par exemple, les peuples indigènes des Basses terres (partie amazonienne de la Bolivie) admettent l’existence d’un être suprême qui peut prendre des noms différents (el amo, el abuelo, el dueño). Il s’agit d’un protecteur ou d’un esprit (il peut en exister plusieurs) de la nature. Elba Flores, spécialiste des peuples indigènes des Basses Terres, rappelle que : Le maître de la nature détermine les règles indispensables à l’utilisation durable des ressources de la forêt16. Cette croyance repose sur la coexistence de divers esprits, qui ont pour fonction principale de protéger les habitants de la forêt : des arbres aux corps des êtres vivants.

  • 17  Autre exemple, les Cipayas des hautes terres de l’altiplano appellent la Vierge Marie « Virxinia » (...)

16 Il faut agréger à cette rhétorique animiste la théorie de la « néo-colonialité ». Celle-ci prétend que la société a toujours été discriminatoire pour des raisons ethnico-culturelles, générées en grande partie par le christianisme et son institution, l’Eglise catholique. L’indigénisme radical ignore le phénomène du syncrétisme religieux qui, depuis 1492, marque le christianisme catholique. Toujours, dans les Basses Terres, certains peuples indigènes, convertis par les missions catholiques ou évangéliques, ont ainsi adopté la croyance des colonisateurs et ont façonné un syncrétisme oscillant entre deux formes de religiosité. Chez les Mojos, par exemple, il est interdit de chasser pendant les fêtes de Pâques. Les Guaranis nomment le paradis « Tierra sin mal » alors que le peuple des Mojos le désigne sous le nom de « la Loma Santa »17.

  • 18  Nicolas Vincent, Modos originarios de resolución de conflictos en pueblos indígenas de las tierras (...)

17Le christianisme populaire tel qu’il se manifeste de nos jours est mâtiné d’une multiplicité de cosmovisions indiennes. On ne peut cependant affirmer, comme le soutient l’indigénisme radical, que la séparation et l’existence isolée des cosmovisions indiennes soient une réalité. La religion catholique a fusionné de telle sorte avec les religions pratiquées par les peuples indigènes que l’on peut parler d’une « diversité de catholicismes » pour reprendre l’expression de l’anthropologue Vincent Nicolas, qui considère que l’introduction de la liberté de culte et la déclaration d’un Etat laïque permet de « perfectionner ou achever un processus de modernisation de l’Etat »18.

L’athéisme doctrinal du marxisme militant

  • 19  Democratie « pactada » : nom donné aux alliances contre nature auxquelles ont été contraints les p (...)

18Ses partisans forment le second courant idéologique au sein du MAS. Ils estiment que le christianisme et l’Eglise catholique sont responsables de la dénommée catastrophe nationale du » temps court », qui caractérise, selon eux, la République et la démocratie « pactada »19 des années quatre-vingt. Ils pensent également que la négation de Dieu est indispensable pour fonder un « véritable » humanisme, une religion civile qui soit, d’une part, rationaliste, laïque et, d’autre part, pluriculturelle et sensible aux problèmes de l’environnement.

Le christianisme et/ou l’athéisme opportunistes

19Il inspire de larges secteurs de la société bolivienne, très présents au sein du MAS. Ceux-ci sont en train de perdre leur identité et leur statut de paysans, pour diverses raisons : la sécularisation galopante de la société ou/et l’urbanisation grandissante du pays. Structurés autour des nouvelles classes moyennes d’origine indienne, ces secteurs non seulement sont attachés (sans trop de conviction) à la tradition normative chrétienne, mais ils sont également séduits par certains idéaux véhiculés par la postmodernité et diverses formes de religiosité ou spiritualité, particulièrement en vogue dans la société bolivienne.

  • 20  Laruta Carlos Hugo, « La religión en el proceso de cambio social/institucional » in Nueva Crónica (...)

20Ces trois courants cohabitent au sein du MAS et chez les ministres du gouvernement d’Evo Morales. Parmi eux certains n’hésitent pas à rappeler qu’ils sont catholiques ou chrétiens, de même que certains leaders syndicaux et d’ONG se déclarent animistes ou agnostiques. Pour consolider la nouvelle communauté politique définie comme « plurinationale », ces trois courants idéologiques convergent sur un point essentiel : l’implantation de valeurs communes – certains parlent de « religion civile »20 de l’Etat – fondées sur la diversité culturelle, l’animisme, la prise de conscience environnementale, l’athéisme et le marxisme. Ces valeurs sont reprises dans la Nouvelle Constitution Politique de l’Etat plurinational. L’objectif est de construire une société multi, pluri et idéalement interculturelle, conjuguant le pluralisme, la démocratie et respectant la diversité culturelle et religieuse de la société bolivienne, la liberté de cultes devenant un « droit humain » comme le droit de l’eau ou le droit au logement.

  • 21  Flores Elba, in Nicolas Vincent et Fernández Marcelo, Modos Originarios de Resolución de Conflicto (...)
  • 22  La Constitution de 1967, en vigueur lors de l’ouverture de l’Assemblée constituante en 2006, stipu (...)
  • 23  Déclaration de Carlos Velásquez secrétaire exécutif de la Commission épiscopale Caritas Bolivia au (...)

21Lors des débats de l’Assemblée constituante, les peuples indigènes des Basses Terres insistaient sur la nécessaire liberté de culte et de pratiques religieuses. Leurs revendications impliquaient dès lors l’acceptation des diverses religions, religiosités et croyances existant en Bolivie, y compris celles des missions évangéliques, « Nuevas Tribus », responsables de la perte de spiritualité observée dans les pratiques de la médecine traditionnelle21. Les peuples indigènes des Basses Terres s’accordaient, comme les représentants des Aymaras et des Quechuas, à dire que toutes les religions devaient être mises sur un même pied d’égalité. Pour sa part, la hiérarchie catholique, quelques mois avant l’ouverture des sessions plénières de l’assemblée constituante, avait demandé la séparation entre l’Eglise et l’Etat22, afin de « promouvoir l’ouverture vers d’autres confessions religieuses »23.

  • 24  L’Eglise a créé des Communautés ecclésiales de base (CEBS) sorte d’espaces artificiels religieux à (...)

22Cette demande ne fait que confirmer la position paternaliste de l’Eglise bolivienne envers les religions indigènes, position qui se traduit par l’instauration d’un climat de « convivialité », empreint de tolérance et propice au dialogue24. Au-delà, cela a conduit l’Eglise à remplir certaines fonctions traditionnellement dévolues à l’Etat. Ainsi, dans certaines parties du pays, principalement dans le Nord de l’Amazonie bolivienne (le Beni), elle a pris en charge la scolarisation des enfants, essayé d’améliorer la santé des populations voire administrer la réforme agraire (saneamiento de tierras). Nombreuses sont les écoles et les collèges sous contrat dans ce département où l’Etat n’a été que très tardivement (vers les années 1980) présent. Les protestations pacifiques des peuples indigènes et leur demande de récupération des terres ancestrales ont également été activement soutenues par les congrégations et les organisations catholiques.

  • 25  En novembre 2010, l’évêque de Cochabamba, Tito Solari, dont le diocèse englobe la région des plant (...)
  • 26  Convenio marco de cooperación interinstitucional entre la iglesia católica en Bolivia y el gobiern (...)

23L’évolution de l’Eglise, cependant, ne modifie guère la donne : les relations avec l’Etat plurinational demeurent conflictuelles. L’Eglise se pose en gardienne des valeurs morales de la société25 et Evo Morales maintient une stratégie de confrontation discursive parfois violente et ce, malgré la signature d’un Accord entre le gouvernement et la hiérarchie catholique (20 août 2009). Celui-ci garantit « la reconnaissance de la liberté de conscience, de la foi, de l’enseignement religieux ainsi que de la spiritualité des nations et peuples indigènes » (article 4)26 dans les centres éducatifs. Il interdit donc toute forme de discrimination religieuse et reconnaît les centres éducatifs sous contrat avec l’Etat (article 6).

  • 27  Cárdenas Félix, déclaration au journal La Razón, La Paz, 28 novembre 2010.

24Le Parlement plurinational, encouragé en cela par Evo Morales et le gouvernement, envisage de modifier cet accord. L’objectif est, d’une part, de contraindre l’Eglise à payer des impôts et, d’autre part, de contrôler les subventions qu’elle perçoit pour l’enseignement primaire et secondaire. Enfin, il s’agit d’obliger l’Eglise à céder à l’Etat la plupart de ses biens, mesure que le vice-ministre de la décolonisation, Félix Cárdenas, justifie en affirmant qu’ « aucune Eglise ne peut bénéficier de plus de privilèges que les autres [...] L’Eglise catholique, devra donc payer des impôts ; elle ne l’a jamais fait et c’est un de ses privilèges »27.

25La présence de Dieu (sous ses multiples facettes : animiste ou catholique) existe chez les peuples et les cultures en Bolivie. Le défi pour l’Etat est d’instaurer un équilibre pertinent entre le cadre séculier du politique, le cadre religieux du christianisme, qui est un fait social en Bolivie où la majorité de la population est catholique et s’adonne à des pratiques animistes réinventées.

Haut de page

Notes

1 Nueva Constitución política del Estado (NCPE), La Paz, UPS Editorial, 2009, art.4, p. 5.

2  La séparation effective de l’Eglise et de l’Etat s’établit de façon progressive à partir de 1899 en Bolivie.

3  Barnabas Josep. La Iglesia en la Colonia, La Paz, Plural, 2004, p. 37.

4  « Como acto propio del moderno imperio de la razón ya que la supervisión en asuntos religiosos y la autoridad sobre los ministros constituye unos de los más importantes derecho del gobierno popular » Ibid, p. 73.

5  Bolívar Simón, » Mensaje al Congreso Constituyente de Bolivia desde Perú, 26 de mayo de 1825 », in Obra política y constitucional, Madrid, Tecnos, Clásicos del pensamiento, 2007, pp. 143-144. « En una constitución política no debe prescribirse una profesión religiosa, porque según las mejores doctrinas sobre las leyes fundamentales, éstas son las garantías de los derechos políticos y civiles ; y como la religión no toca a ninguno de estos derechos, ella es de naturaleza indefinible en el orden social, y pertenece a la moral intelectual. La religión gobierna al hombre en la casa, dentro de sí mismo : sólo ella tiene derecho de examinar su conciencia íntima. Las leyes, por el contrario, miran la superficie de las cosas : no gobiernan sino fuera de la casa del ciudadano. [...] La Religión es la ley de conciencia. [...] Prescribe, pues, la Religión, no toca al Legislador, porque éste debe señalar penas a las infracciones de las leyes para que no sean meros consejos. No habiendo castigos temporales, ni jueces que los apliquen, la ley deja de ser ley ».

6  Décret de fiscalisation des biens de l’Eglise 11 décembre 1826 (gouvernement de Sucre).

7 L’Eglise se réorganise en créant un vaste réseau d’établissements d’éducation scolaire : San Calixto (La Paz, 1882), Sagrados Corazones (La Paz 1883), Santa Ana (Cochabamba, 1882 ; La Paz, 1884 ; Sucre, 1885 ; Santa Cruz, 1892), Don Bosco (La Paz y Sucre, 1896) ; San Antonio (Tarija, 1912) ; La Salle (La Paz, 1920 ; Cochabamba, 1925), etc.

8  Les positivistes participent et dirigent la vie politique comme le montrent les exemples suivants : au Brésil, le fondateur de la Société positiviste de Rio, Benjamin Constant Botello de Magalhães, est un des principaux instigateurs de la révolution qui amène la république en 1889 ; au Mexique, la réorganisation de l’enseignement public est l’œuvre d’un prosélyte positiviste Gabino Berreda, etc.

9  Fuero : statut juridque.

10  Guerre du Chaco : conflit qui oppose la Bolivie et le Paraguay entre 1932 et 1935. La Bolivie perd 240 000 Km2 au profit du Paraguay au Sud du pays.

11  Révolution nationaliste de 1952 à 1964. Création du ministère des affaires paysannes (MAC) et de la Confédération ouvrière bolivienne (COB). Suffrage universel. Nationalisation des mines des barons de l’étain. Création de la Corporation minière bolivienne (COMIBOL). Suppression de l’armée professionnelle. 1953 : décret de la réforme agraire. Réouverture du Collège militaire.1956-60 : Présidence d’Hernan Siles. Plan Eder. Début des programmes de colonisation par l’armée-aménageur

12  Les principes fondateurs du Mouvement Nationaliste révolutionnaire in : Céspedes Augusto, El Dictador Suicida. 40 años de historia de Bolivia, Santiago de Chile, Editorial Universitaria, 1956, p. 249.

13 . Le Conseil Mondial des Eglises joue un rôle non négligeable au même titre que de grandes ONG ou des institutions internationales (Nations Unies, Groupe de Contadora) pour la promotion des droits de l’homme (et des populations indigènes) dans les années 70-80 accélérant l’activisme politique indien, en particulier, en Amérique latine (Conférence des Barbades sur le thème de la libération des Indiens en 1971)

14  Luis Espinal en Bolivie, Monseigneur Romero au Salvador.

15  Peuples “indigène originaire paysans” : il s’agit du nouveau concept introduit par les constituants dans la Nouvelle constitution politique de l’Etat plurinational (NCPE) doit être compris comme une « unité » » avec un « s » seulement à la fin du dernier mot. Albó Xavier, Romero Carlos, Autonomías indígenas en la realidad boliviana y su nueva constitución, La Paz, Vice presidencia del Estado, GTZ, 2009, P.3.

16  Flores Elba, dossier : « Aproximación desde el conocimiento a la relación Estado-Iglesia », www. PIEB.com.bo., 13 janvier 2009.

17  Autre exemple, les Cipayas des hautes terres de l’altiplano appellent la Vierge Marie « Virxinia » et ils y ajoutent le mot « tierra ». La Vierge devient « Virxinia taika ». Ils lui font des offrandes de coca, d’alcool, de fœtus de lamas et baisent la terre en signe de respect. Dans le culte de Cipayas, d’autres saints apparaissent, comme Saint Jérôme, Saint Philippe et Sainte Anne. Les Indiens se sont également appropriés du thème de la résurrection. OCAMPO LOPEZ Javier, « Mitos y creencias en los procesos de cambio », in ZEA Leopoldo, América latina en sus ideas, , México, Siglo XXI, Unesco, 1996 p.408. Voir également les ouvrages de l’ethnologue bolivienne Teresa Gisbert, en particulier Iconografía y mitos indígenas en el Arte, La Paz, Los Amigos del Libro, 1980.

18  Nicolas Vincent, Modos originarios de resolución de conflictos en pueblos indígenas de las tierras altas y bajas de Bolivia, 2007, La Paz, UNIR-PIEB), Ayllusninchismanta parlarispa. Antología de historias orales de Tinkipaya, La Paz, PIEB, 2004 et Los Ayllus de Tinkipaya. Estudio etnohistórico de su organización social y territorial, La Paz, PIEB, 2002, pp. 46-51.

19  Democratie « pactada » : nom donné aux alliances contre nature auxquelles ont été contraints les partis politiques pour gouverner en l’absence de majorité absolue lors de élections nationales de 1980 à 2005, jusqu’à la victoire du MAS d’Evo Morales.

20  Laruta Carlos Hugo, « La religión en el proceso de cambio social/institucional » in Nueva Crónica y Buen gobierno, La Paz, Instituto Prisma, Editorial Plural, 6/19 de febrero de 2009, pp. 10-11.

21  Flores Elba, in Nicolas Vincent et Fernández Marcelo, Modos Originarios de Resolución de Conflictos en los pueblos indígenas de Bolivia, La Paz, Fundación UNIR Bolivia y el Programa de Investigación Estratégica de Bolivia (PIEB), 2007.

22  La Constitution de 1967, en vigueur lors de l’ouverture de l’Assemblée constituante en 2006, stipulait dans l’article 3 que « l’Etat reconnaît et soutient la religion catholique, apostolique et romaine ».

23  Déclaration de Carlos Velásquez secrétaire exécutif de la Commission épiscopale Caritas Bolivia aux medias en 2007.

24  L’Eglise a créé des Communautés ecclésiales de base (CEBS) sorte d’espaces artificiels religieux à l’intérieur des communautés originaires ainsi que des centres de formations à partir des années soixante ordonnant des prêtres indiens. Dans les années quatre-vingt-dix, les diacres poussent la hiérarchie catholique à évangéliser à partir de leur vision et des valeurs de la culture andine mais les prêtes s’y refusent. Cependant de nombreuses expériences de vie religieuse interculturelle se déroulent sur l’altiplano bolivien. Llanque Chano Domingo (y otros), « La presencia de los andinos en la iglesia católica », in Cuaderno de investigación en cultura y tecnología andina, Iquique, N° 11, IECTA, 2004, pp. 35 à 40.

25  En novembre 2010, l’évêque de Cochabamba, Tito Solari, dont le diocèse englobe la région des plantations de coca du Chaparé depuis laquelle Evo Morales se lança à l’arène politique, dénonce le fait que des jeunes élèves du secondaire travaillaient la nuit pour le trafic de coca

26  Convenio marco de cooperación interinstitucional entre la iglesia católica en Bolivia y el gobierno del estado plurinacional de Bolivia, 20 août 2009, La Paz, http://www.presidencia.gob.bo.

27  Cárdenas Félix, déclaration au journal La Razón, La Paz, 28 novembre 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Delfour, « Etat et croyance(s) dans la Bolivie « plurinationale » d’Evo Morales », Amnis [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 24 septembre 2014. URL : http://amnis.revues.org/1755 ; DOI : 10.4000/amnis.1755

Haut de page

Auteur

Christine Delfour

Université de Paris-Est Marne la Vallée LISAA/EMHIS EA 4120, France, christine.delfour@univ-mlv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org