Navigation – Plan du site
Le retour du religieux

Eglises, identités non confessionnelles et islam en Allemagne

Sylvie Toscer-Angot

Résumés

Depuis les années 1980, la nature des relations entre politique et religion en RFA a fait l’objet de profondes mutations. L’Allemagne est en effet confrontée aujourd’hui à deux phénomènes en apparence contradictoires : elle doit faire face, d’une part, aux affirmations des identités non confessionnelles dans la sphère publique, et, d’autre part, aux revendications croissantes de communautés de croyances désireuses d’obtenir de nouveaux droits ainsi qu’une reconnaissance institutionnelle et une visibilité plus grande dans l’espace public. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ce mouvement d’ampleur : l’importance grandissante du nombre des « sans religion »1 qui s’est accélérée sous l’effet de la réunification, l’individualisation et la diversification des convictions et des pratiques religieuses ou encore la présence de plus en plus affirmée de l’islam. En réponse aux demandes suscitées par la diversité des confessions, des convictions ou des appartenances, les autorités publiques tentent de trouver des solutions politiques et juridiques, susceptibles de concilier les exigences de protection des libertés fondamentales (liberté de conscience et de religion), le principe de neutralité de l’Etat, l’égalité de traitement de toutes les communautés religieuses, et ce, dans le respect des traditions et des héritages. Dans un pays marqué par une structure fédérale, où les questions religieuses relèvent des compétences des Länder2, les réponses apportées aux différends politico-religieux varient très largement d’un Land à l’autre. Elles relativisent ainsi le dispositif historiquement constitué des relations Eglises-Etat en Allemagne et révèlent différentes façons de traiter le pluralisme religieux. A partir de la question de l’enseignement religieux à l’école, cette contribution se propose de mettre en évidence le processus de déconfessionnalisation en Allemagne ainsi que l’influence des Eglises sur la manière dont l’Etat conçoit ses rapports avec l’islam.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis quelques décennies, la nature des relations entre politique et religion en RFA a fait l’objet de profondes mutations. L’Allemagne est ainsi confrontée aujourd’hui à deux phénomènes en apparence contradictoires : elle doit faire face, d’une part, aux affirmations des identités non confessionnelles dans la sphère publique, et, d’autre part, aux revendications croissantes de communautés de croyances, notamment de l’islam, désireuses d’obtenir de nouveaux droits ainsi qu’une reconnaissance institutionnelle dans l’espace public.

2Les autorités publiques tentent ainsi de trouver des solutions susceptibles de concilier les exigences de protection des libertés fondamentales (liberté de conscience et de religion), le principe de neutralité de l’Etat et l’égalité de traitement de toutes les communautés religieuses. Dans un pays marqué par une structure fédérale, où les questions religieuses relèvent des compétences des Länder, les réponses apportées aux différends politico-religieux varient largement d’un Land à l’autre et relativisent ainsi le dispositif historiquement constitué des relations Eglises-Etat en Allemagne.

3En s’appuyant principalement sur la question de l’enseignement religieux à l’école, cette contribution se propose de mettre en évidence le processus de déchristianisation en Allemagne ainsi que l’influence des Eglises sur la manière dont l’Etat conçoit ses rapports avec l’islam.

La remise en question de l’enseignement religieux confessionnel à l’école à l’Est

4En intégrant les Eglises est-allemandes au dispositif juridique régissant les relations entre l’Etat et les Eglises en RFA, la réunification n’a aucunement effacé les différences entre les deux Allemagnes d’un point de vue religieux. La suppression de la référence à Dieu dans le préambule des Constitutions de plusieurs nouveaux Länder au début des années 1990 témoigne ainsi de la prise de distance vis-à-vis des références religieuses à l’Est. S’il est un domaine dans lequel les nouveaux Länder n’ont pas voulu s’aligner sur le modèle ouest-allemand, c’est notamment celui de l’enseignement religieux.

  • 3  Cf. Tous les chiffres mentionnés sont issus des données des Eglises et de celles de l’Office fédér (...)
  • 4  Article 7-3 de la Loi fondamentale de 1949 : « l’enseignement religieux est une matière régulière (...)
  • 5  Il s’agit des Länder de Saxe-Anhalt, du Mecklembourg-Poméranie occidentale, de la Thuringe et de l (...)

5Alors que plus des trois quarts de la population se déclarent sans confession à l’Est3 et qu’une majorité de la population ne se reconnaît pas dans les références chrétiennes, la question de la mise en œuvre du droit à l’instruction religieuse et de la légitimité d’un cours de religion confessionnel dans les écoles publiques s’est posée avec acuité. Peu désireux de se conformer à la législation ouest-allemande, en vertu de laquelle l’enseignement religieux est une matière d’enseignement scolaire obligatoire, placée sous le contrôle de l’Etat – c’est-à-dire de l’administration scolaire4-, les nouveaux Länder ont ainsi tenté de faire entendre leur voix en matière religieuse. Quatre d’entre eux5 ont décidé de proposer le choix entre enseignement religieux et enseignement d’éthique, ces deux disciplines étant dotées du même statut de matière obligatoire. Le Land du Brandebourg, quant à lui, n’a pas souhaité introduire un cours d’enseignement religieux confessionnel, contrairement aux autres nouveaux Länder, mais a choisi une voie originale.

  • 6 LER est l’abréviation de Lebensgestaltung-Ethik-Religionskunde.
  • 7  La nouvelle matière a été votée en 1996 par le parlement régional du Brandebourg, où les sociaux-d (...)
  • 8  Les chiffres de la pratique religieuse dans le Brandebourg révèlent des taux extrêmement faibles p (...)

6La décision du Brandebourg d’introduire au lendemain de l’unification dans les écoles publiques une matière obligatoire intitulée « Formation à la vie – Ethique – Sciences des religions » – dite LER6 – comme substitut au cours de religion traditionnel a suscité de vives controverses. Pour les Eglises locales, l’introduction d’un tel cours perpétuait le laïcisme agressif de l’ancien régime communiste. Lorsque le parlement régional du Brandebourg a voté en mars 1996 la loi introduisant le nouveau cours LER7, les Eglises catholique et protestante ainsi que les chrétiens démocrates ont saisi la Cour constitutionnelle pour obtenir l’annulation du projet de loi qu’ils estimaient non conforme à la Loi fondamentale (Art. 7-3). En vertu de « l’héritage chrétien de la culture allemande », les Eglises revendiquent alors le monopole pour la définition des valeurs, déniant à l’Etat toute compétence dans ce domaine. Les partisans du LER, quant à eux, invoquent la profonde sécularisation et la déchristianisation de la société8 pour dénoncer la légitimité d’un enseignement religieux confessionnel obligatoire. Ils défendent une approche disciplinaire plus conforme à la tradition des sciences religieuses (Religionswissenschaften).

7En décembre 2001, la Cour constitutionnelle a proposé aux Eglises et au Land du Brandebourg un compromis envisageant, d’une part, le maintien des dispositions relatives à la matière LER et, d’autre part, la mise en place dans toutes les écoles du Brandebourg d’un cours de religion confessionnel optionnel. Il était aussi prévu qu’un élève puisse n’assister qu’au cours d’enseignement religieux et être dispensé du cours de LER, ou également suivre les deux types de cours. Le gouvernement du Brandebourg et les Eglises ont accepté ce compromis et une nouvelle loi scolaire a été adoptée en juillet 2002, qui instaure un enseignement séculier sur les religions comme matière obligatoire – échappant totalement au contrôle des Eglises – ainsi qu’un enseignement religieux confessionnel comme alternative, à l’inverse du dispositif inscrit dans la Loi fondamentale.

8Toute la polémique autour du LER a mis en évidence la perte d’emprise des Eglises sur une grande partie de la population est-allemande. En témoigne également le référendum local – dit Pro Reli – qui a eu lieu à Berlin le 26 avril 2009, à l’initiative des Eglises, dont l’enjeu était de faire inscrire le cours de religion comme matière obligatoire dans les collèges berlinois. Depuis 2006, un cours commun obligatoire d’éthique et de culture religieuse, toutes confessions et convictions confondues, est en effet proposé dans les collèges berlinois, tandis que le cours d’enseignement religieux confessionnel n’est qu’une matière facultative. Le référendum, marqué par une très forte abstention, s’est soldé par un échec pour les initiateurs du projet : 51,3 % des votants ont préféré maintenir le statu quo. C’est donc le camp des partisans d’un enseignement non confessionnel de culture religieuse qui en est sorti vainqueur.

9Si la réunification a fragilisé la position des Eglises traditionnelles du fait de l’augmentation spectaculaire du nombre des sans confession, dans le même temps, les revendications d’un enseignement islamique à l’école ont permis aux Eglises de défendre leur leadership en matière de relations Eglises-Etat face aux acteurs musulmans.

Les revendications d’un enseignement religieux islamique dans les écoles publiques

  • 9  Parmi les musulmans vivant en Allemagne, près de 65 % sont d’origine turque. 76 % des musulmans vi (...)

10C’est à partir de la fin des années 1970 et au début des années 1980 que les musulmans revendiquent le droit à la pratique de l’islam en Allemagne. Au-delà de la garantie de la liberté religieuse individuelle, c’est la reconnaissance institutionnelle de l’islam qui se pose, notamment à propos des demandes d’enseignement islamique pour les élèves musulmans dans les écoles publiques. Cette revendication apparaît d’autant plus légitime aux acteurs musulmans que l’enseignement religieux est inscrit dans la Loi fondamentale. Cette spécificité culturelle allemande semble bien intériorisée par la majorité des Turcs vivant en Allemagne9, alors même que la Turquie se définit comme un Etat laïque.

Les premières réponses des pouvoirs publics face aux demandes des musulmans

11Dans un premier temps, les pouvoirs publics n’ont eu de cesse de souligner l’impossibilité d’organiser, au même titre que l’enseignement catholique ou protestant, un enseignement religieux islamique pour les élèves de confession musulmane dans les écoles publiques, en raison de l’absence d’instance représentative des musulmans unanimement reconnue. A la différence des Eglises chrétiennes, la communauté musulmane ne dispose pas du statut de corporation de droit public. L’octroi de ce statut, qui relève des compétences des Länder, suppose une garantie de durée et un nombre minimal d’adhérents. Cela signifie concrètement que la communauté qui demande l’obtention de ce statut doit être reconnue comme interlocuteur représentatif des autorités publiques dans le Land concerné. C’est précisément cette exigence qui pose problème pour l’islam, dans la mesure où nulle part en Allemagne n’a émergé à ce jour d’interlocuteur islamique suffisamment représentatif pour s’exprimer au nom des musulmans vivant dans tel ou tel Land. Cela tient entre autres à la dimension politique de beaucoup d’associations islamiques qui reproduisent souvent les clivages politiques de leur pays d’origine ou à leurs orientations confessionnelles différentes. A ces raisons organisationnelles et institutionnelles viennent s’ajouter des raisons plus idéologiques relatives à la compatibilité d’un enseignement islamique avec les valeurs de la Loi fondamentale.

12Malgré le rejet des demandes de reconnaissance juridique en provenance d’associations musulmanes, plusieurs Länder accèdent toutefois, dans les années 1980, aux demandes des musulmans de bénéficier d’un enseignement islamique, afin de garantir le principe d’égalité de traitement des religions. Les responsables politiques, à l’échelle des Länder, font alors généralement le choix de déléguer à l’Etat turc la question de l’enseignement musulman à l’école, ce qui conduit souvent à insérer l’enseignement musulman dans le cadre des cours de langue turque. L’objectif des pouvoirs publics est de s’opposer à la création d’écoles privées musulmanes, financées par des fonds privés avec le soutien du gouvernement turc ou d’autres pays musulmans.

  • 10  Sur les différents modèles d’enseignement islamique dans chacun des 16 Länder, voir le site de la (...)
  • 11  L’Union turco-islamique pour les affaires religieuses (DITIB) est une fédération d’associations is (...)

13Des expériences pédagogiques variées sont ainsi tentées dans les différents Länder10. En Bavière, un cours de religion islamique est institué dès 1986, intégré à l’enseignement du turc. Son contenu est élaboré en coopération avec l’Union turco-islamique pour les Affaires religieuses (DITIB)11 et placé sous le contrôle des services compétents de l’ambassade turque. En Rhénanie du Nord-Westphalie, un enseignement sur l’islam en langue turque, dispensé par des professeurs musulmans, généralement mis à disposition par la Turquie, est mis en place dès 1986 à l’école primaire, puis étendu plus tard à l’enseignement secondaire. Au fil des ans, on voit émerger peu à peu la volonté des autorités publiques d’institutionnaliser l’islam, tout en l’affranchissant autant que possible des influences étrangères et en réaffirmant la souveraineté de l’Etat. C’est ainsi que les pouvoirs publics rhénans, soucieux de contrôler cet enseignement musulman, souhaitent prendre en charge eux-mêmes la question. Aussi proposent-ils à partir de 1999 un cours de religion islamique en langue allemande, confié à des professeurs de théologie, des universitaires et des pédagogues.

14En Basse-Saxe, un projet pilote intitulé « cours de religion islamique en langue allemande » est mis en œuvre à partir de 2002, dans un cadre juridique proche de celui défini dans la Loi fondamentale, à la différence près que les associations musulmanes en charge du projet ne sont pas reconnues comme communautés religieuses.

15La question de la reconnaissance institutionnelle par un Land de telle ou telle association musulmane demeure donc plus que jamais d’actualité en vue de l’organisation et la mise en œuvre d’un enseignement islamique à l’école. Chaque Land a en principe toute liberté, dans le respect des principes fixés par la Loi fondamentale, d’organiser ses rapports avec l’islam et ses représentants. Dans ce domaine, Berlin fait figure de pionnier, puisque c’est dans la capitale allemande que pour la première fois des associations islamiques ont été reconnues comme communautés religieuses.

Le rôle pionnier de Berlin en matière de reconnaissance des communautés musulmanes

  • 12  Cf. Tietze, Nikola, « Institutionnalisation de l’islam et intégration nationale en Allemagne », Ca (...)
  • 13  Une « communauté religieuse » (Religionsgemeinschaft) doit pouvoir faire état d’un regroupement du (...)

16En mai 1980, la Fédération islamique de Berlin (Islamische Föderation Berlin IFB), une fédération qui coiffe plusieurs organisations islamiques, revendique pour la première fois auprès des autorités scolaires berlinoises le droit de dispenser des cours d’enseignement islamique dans les écoles publiques berlinoises12. Cette requête est refusée à plusieurs reprises par la direction des affaires scolaires de la ville de Berlin et la juridiction administrative au motif que l’IFB manque d’une structure organisationnelle et qu’elle est simplement une association à caractère religieux, et non une « communauté religieuse » au sens de la loi scolaire berlinoise13.

  • 14  La clause dite de Brême (article 141 de la loi fondamentale) précise que l'article 7-3 ne s’appliq (...)
  • 15  Voir l’article 13 de la Loi scolaire berlinoise (§13 Berliner Schulgesetz).

17Il importe de noter qu’à titre dérogatoire, en vertu de la clause dite de Brême14, l’enseignement religieux dans les écoles publiques berlinoises n’est pas soumis à l’article 7-3 de la Loi Fondamentale. Contrairement à ce qui se passe dans la majorité des Länder, la responsabilité du cours de religion relève du seul contrôle des autorités religieuses accréditées15.

  • 16  Des associations sunnites berlinoises ou encore une association alévie (Kulturzentrum Anatolischer (...)
  • 17  Milli Görus fait l’objet d’une attention particulière des services de renseignements allemands du (...)

18En 1998, au terme d’une bataille judiciaire qui a duré près de vingt ans, la Cour administrative d’appel (Oberverwaltungsgericht) de Berlin fait valoir dans son jugement que l’IFB remplit tous les critères d’une « communauté religieuse », lui accordant ainsi le droit de dispenser un enseignement religieux à l’école. Ce jugement, confirmé par la Cour administrative fédérale en février 2000, suscite un tollé de protestations de la part des organisations musulmanes non représentées au sein de cette fédération16, qui contestent la représentativité de l’IFB. Il provoque aussi de vives inquiétudes de la part des services de renseignements allemands et du Sénat berlinois, au vu des liens attestés entre l’IFB et le Milli Görus17, une association musulmane turque qualifiée d’organisation islamiste fondamentaliste par l’Office fédéral pour la protection de la Constitution.

19En 2001, une nouvelle décision de justice confirme le droit de la Fédération islamique de Berlin de dispenser des cours de religion islamique, consacrant ainsi la tentative victorieuse d’une association islamique d’organiser des cours de religion placés sous sa seule responsabilité. Les chrétiens démocrates (CDU) et une partie des sociaux-démocrates (SPD) berlinois expriment alors leur intention de contourner cette décision en mettant un terme à l’exception berlinoise en matière d’instruction religieuse, c’est-à-dire en remplaçant l’enseignement religieux facultatif par un cours obligatoire placé sous le contrôle des autorités scolaires, afin de ne pas en laisser la responsabilité aux communautés religieuses. Ces tentatives n’ont guère abouti jusqu’à présent. Depuis la rentrée 2001, l’IFB dispense ainsi des cours de religion dans une trentaine d’écoles berlinoises et se voit ainsi dotée d’une nouvelle légitimité comme interlocuteur officiel des pouvoirs publics berlinois.

Vers une reconnaissance plus large des communautés musulmanes

20Cette décision a fait des émules. En 2002, la demande d’une association alévie d’origine anatolienne (Kulturzentrum Anatolischer Aleviten), visant à obtenir le statut de communauté religieuse, a reçu un accueil favorable des autorités publiques berlinoises. A l’inverse de la démarche de l’IFB à Berlin, l’octroi de ce statut n’a pas donné lieu à une procédure juridique complexe, alors même que les alévis ne représentent pas la confession musulmane majoritaire en Allemagne, ni à Berlin. Cela tient sans doute à la volonté des pouvoirs publics berlinois de diversifier les acteurs responsables de l’enseignement islamique, ainsi qu’à l’image positive et modérée dont bénéficient les alévis sur la scène berlinoise, ainsi qu’à leur degré d’organisation.

21Dans le prolongement de ces décisions, plusieurs Länder (le Bade-Wurtemberg, la Rhénanie du Nord-Westphalie, la Bavière, la Hesse) ont accordé de manière conjointe, à la fin de l’année 2004, le statut de communauté religieuse à la Communauté alévie d’Allemagne (Alevitische Gemeinde Deutschlands). Celle-ci est donc désormais habilitée à organiser un enseignement religieux alévi à l’école, conformément à l’article 7-3 de la Loi fondamentale. Dans ces Länder, un cours de religion alévie a pu être mis en place dans plusieurs écoles primaires, placé sous l’autorité des ministres de l’éducation concernés, et en concertation avec la communauté alévie d’Allemagne. L’expérience introduite dès 2006 dans le Bade-Wurtemberg, puis en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Bavière, se poursuit dans quelques écoles primaires en Hesse depuis 2009, mais reste encore très marginale.

22Le 13 février 2011, dans un discours consacré à l’enseignement religieux islamique à l’école, le ministre de l’intérieur, Thomas de Maizière, a annoncé que cette expérience, qui ne concerne que les élèves de confession alévie, allait être progressivement étendue aux musulmans sunnites et aux chiites sur l’ensemble du territoire allemand, insistant sur le fait que le cours de religion était un moyen approprié pour « éduquer à la maturité religieuse et au dialogue » et un « antidote efficace à l’extrémisme »18.

23Paradoxalement, il apparaît que les demandes des musulmans, adossées à celles des Eglises chrétiennes, renforcent le monopole de ces dernières dans le champ religieux. C’est également ce qu’on peut observer concernant la question de la formation des « maîtres » musulmans, qui s’est imposée aux pouvoirs publics en lien avec l’organisation d’un enseignement islamique.

Des imams et des professeurs de religion islamique formés en Allemagne

  • 19  Le conseil scientifique (Wissenschaftsrat) est un organe consultatif, composé de scientifiques, d’ (...)

24Le projet de formation de professeurs de religion et d’imams au sein d’instituts de théologie islamique, intégrés aux universités allemandes, présenté par le Conseil scientifique19 en février 2011, a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire de l’institutionnalisation de l’islam en Allemagne.

  • 20  Les imams envoyés par la Turquie en Europe bénéficient généralement d’un salaire versé par l’Etat (...)

25Jusqu’alors, les pouvoirs publics allemands avaient en effet confié la question de l’enseignement islamique aux Etats dont sont originaires les musulmans vivant en Allemagne. Dès la fin des années 1970, la Turquie a ainsi commencé à envoyer des imams turcs20 et des conseillers consulaires aux affaires religieuses, notamment pour y organiser le culte islamique et mettre un frein à l’influence croissante des organisations kurdes ou islamistes. Les professeurs de religion islamique et les imams formés dans des instituts islamiques présents sur le sol allemand constituaient donc jusqu’à présent une exception.

26Outre la volonté d’intégrer l’islam dans le paysage institutionnel allemand, l’objectif actuel des autorités allemandes est de mieux contrôler le champ islamique et d’éviter notamment que la formation des imams ou des professeurs de religion ne soit dispensée dans des institutions privées, échappant totalement au contrôle de l’Etat. La volonté d’encadrer l’islam ou de le « germaniser » n’est donc pas étrangère au projet de création de ces instituts, une initiative qui peut également être comprise comme une tentative de mettre l’islam en conformité avec les principaux dispositifs existant déjà pour les Eglises chrétiennes. Comme dans d’autres domaines précédemment évoqués, le projet de formation des imams et des professeurs de religion vise à un alignement progressif du statut de l’islam sur celui des Eglises chrétiennes.C’est en effet dans les facultés de théologie catholique ou protestante intégrées aux universités publiques que sont formés les professeurs de religion (catholique ou protestante) ainsi que les futurs prêtres ou pasteurs. 

  • 21  Ces instituts islamiques privés sont placés sous le contrôle de la Fédération des centres culturel (...)

27Cette initiative a été saluée par la majorité des acteurs politiques et religieux (chrétiens et musulmans), à l’exception de l’Union turco-islamique pour les affaires religieuses (DITIB) et de la Fédération des centres culturels islamiques (VIKZ)21 qui lui ont réservé un accueil négatif. Cela n’a rien de surprenant, dans la mesure où, jusqu’à ce jour, c’est le DITIB qui est chargé d’« importer » en Allemagne des imams et des professeurs de religion islamique en provenance de Turquie. Aussi craint-il de perdre ce monopole. Quant à la réaction très mitigée de la Fédération des centres culturels islamiques, elle s’explique aisément, puisque c’est la seule fédération islamique présente sur le sol allemand qui s’occupe de la formation des imams.

28La mise en place de cursus de formation islamique universitaires pour les imams et les professeurs de religion est ainsi effective depuis la rentrée universitaire d’octobre 2011 dans trois établissements d’enseignement supérieur : à Tübingen, Münster et Osnabrück. Les futurs imams et professeurs de religion islamique peuvent désormais suivre leur formation intégrale en Allemagne.

  • 22  Le Conseil de coordination des musulmans, dont la présidence tourne tous les six mois, regroupe le (...)

29Le Conseil scientifique, maître d’œuvre du projet, a dû surmonter de nombreux obstacles de nature différente pour mener le projet à son terme. En premier lieu, s’est posée la question du choix de l’interlocuteur et de sa représentativité face à la multitude des organisations islamiques présentes en Allemagne, étant donné que les universités ne peuvent décider seules du contenu des formations théologiques, mais qu’elles ont besoin de la légitimation des communautés religieuses. Les ministères de l’éducation des différents Länder refusaient d’avoir pour interlocuteurs des organisations musulmanes rattachées à un Etat, une confession particulière ou une orientation politique ou idéologique déterminée, puisque c’est la confession musulmane qui est placée sous la protection de la Loi fondamentale, et non des traditions culturelles particulières. Finalement, c’est le Conseil de coordination des musulmans (KRM)22, une instance créée en avril 2007, qui a été retenu comme interlocuteur par le Conseil scientifique.

30En second lieu, le projet s’est heurté à des difficultés d’ordre scientifique, disciplinaire et épistémologique, qui tiennent au statut et aux traditions des disciplines universitaires, et notamment aux conflits préexistants entre sciences religieuses et théologie. D’une part, la théologie islamique ne bénéficie pas d’une longue tradition dans les universités allemandes. D’autre part, ces débats renvoient à la concurrence qui existe dans les universités allemandes entre les facultés de théologie, richement dotées en chaires malgré un nombre d’étudiants en déclin et largement soutenues par les Eglises traditionnelles, et les filières de sciences religieuses qui sont en plein essor en termes d’effectifs, mais qui font figure de parent pauvre pour ce qui est de leur dotation en postes. Les discussions ont ainsi opposé, d’un côté les partisans d’un rattachement des cursus de formation islamique aux filières d’études orientales ou de sciences religieuses, et de l’autre les Eglises qui n’imaginent pas autre chose que la création d’instituts de théologie islamique alignés sur les facultés de théologie protestante ou catholique. C’est cette dernière option qui a été retenue aux dépens de la suggestion de créer des filières où coexisteraient sur un pied d’égalité deux pôles – théologie et sciences religieuses-, ou du moins de rapprocher la théologie des sciences religieuses. Une fois de plus, on voit que l’Etat peine à se détacher des représentationsd’un modèle marqué par la prédominance des Eglises chrétiennes.

Conclusion

31Comme on l’a vu à travers l’exemple de l’enseignement religieux, les Eglises chrétiennes voient leur situation de monopole remise en question en raison de la déchristianisation profonde de larges couches de la société allemande, ce qui se traduit par un mouvement de déconfessionnalisation de la vie publique. Dans le même temps, les demandes des musulmans remettent les Eglises au centre du champ politico-religieux, dans la mesure où les droits accordés aux communautés musulmanes sont alignés sur ceux dont bénéficient les Eglises. Il est clair que ces dernières exercent de manière plus ou moins explicite une influence sur la gestion publique de l’islam, ou plus exactement des communautés islamiques, et du pluralisme religieux en général. La reconnaissance progressive de la légitimité de l’islam dans la vie publique suppose en effet que l’islam « se coule » dans le dispositif institutionnel de régulation des relations Eglises-Etat. En ce sens, les Eglises traditionnelles se voient confortées dans leur rôle de leader, à la tête d’un front commun des acteurs religieux, face aux acteurs politiques.

Haut de page

Notes

1  Cette appellation commune est utilisée pour désigner les personnes qui déclarent n’adhérer à aucune religion.

2  Du fait de la structure fédérale de la RFA, bon nombre de domaines relèvent exclusivement des prérogatives législatives des 16 Länder. C’est notamment le cas de l’enseignement, de la culture et des questions religieuses.

3  Cf. Tous les chiffres mentionnés sont issus des données des Eglises et de celles de l’Office fédéral de la Statistique publiées chaque année : Statistisches Jahrbuch für die Bundesrepublik Deutschland, Wiesbaden.

4  Article 7-3 de la Loi fondamentale de 1949 : « l’enseignement religieux est une matière régulière dans les écoles publiques à l’exception des écoles non-confessionnelles. Il est dispensé conformément aux principes des communautés religieuses, sans préjudice du droit de contrôle de l’Etat. »

5  Il s’agit des Länder de Saxe-Anhalt, du Mecklembourg-Poméranie occidentale, de la Thuringe et de la Saxe.

6 LER est l’abréviation de Lebensgestaltung-Ethik-Religionskunde.

7  La nouvelle matière a été votée en 1996 par le parlement régional du Brandebourg, où les sociaux-démocrates disposaient d’une majorité absolue.

8  Les chiffres de la pratique religieuse dans le Brandebourg révèlent des taux extrêmement faibles pour le nombre de baptêmes (5 %), de confirmations (6 %), de mariages religieux (entre 1,5 et 2 %).

9  Parmi les musulmans vivant en Allemagne, près de 65 % sont d’origine turque. 76 % des musulmans vivant en Allemagne sont favorables à un enseignement islamique dans les écoles publiques.

10  Sur les différents modèles d’enseignement islamique dans chacun des 16 Länder, voir le site de la Conférence allemande sur l’Islam :

http://www.deutsche-islam-konferenz.de/cln_117/nn_1864580/SubSites/DIK/DE/ReligionsunterrichtImame

11  L’Union turco-islamique pour les affaires religieuses (DITIB) est une fédération d’associations islamiques, contrôlée par l’Etat turc, créée à Berlin en 1982 et dont le siège est à Cologne depuis 1985. Elle s’occupe notamment de la construction et de la gestion des lieux de culte et fait venir en Allemagne des imams et des enseignants de religion en provenance de Turquie.

12  Cf. Tietze, Nikola, « Institutionnalisation de l’islam et intégration nationale en Allemagne », Capelle-Pogacean Antonela, Michel Patrick, Pace Enzo (sous la direction de), Religion(s) et identités en Europe, Paris, Presses de Sciences po, 2008.

13  Une « communauté religieuse » (Religionsgemeinschaft) doit pouvoir faire état d’un regroupement durable de personnes, d’un consensus religieux de la communauté et d’une attestation de ce consensus. Les associations qui font la demande du statut de communauté religieuse doivent également prouver qu’elles agissent conformément aux principes de l’Etat de droit et de la démocratie.

14  La clause dite de Brême (article 141 de la loi fondamentale) précise que l'article 7-3 ne s’applique pas dans un Land où une disposition contraire était en vigueur au 1er janvier 1949. Cette clause est actuellement appliquée à Brême, à Berlin et dans le Brandebourg.

15  Voir l’article 13 de la Loi scolaire berlinoise (§13 Berliner Schulgesetz).

16  Des associations sunnites berlinoises ou encore une association alévie (Kulturzentrum Anatolischer Aleviten) ont tout particulièrement protesté contre cette décision.

17  Milli Görus fait l’objet d’une attention particulière des services de renseignements allemands du fait de ses propos antisémites et de ses orientations nationalistes radicales.

18 Discours de Thomas de Maizière, 13 février 2011 : http://www.bmi.bund.de/cln_183/SharedDocs/Reden/DE/2011/02/bm_nuernberg.html ?nn =109576

19  Le conseil scientifique (Wissenschaftsrat) est un organe consultatif, composé de scientifiques, d’universitaires, de délégués du gouvernement fédéral et de ministres des Länder, qui conseille le gouvernement fédéral et les Länder en matière de recherche et d’enseignement supérieur et de politique scientifique.

20  Les imams envoyés par la Turquie en Europe bénéficient généralement d’un salaire versé par l’Etat turc et sont généralement affectés pour une période de six ans dans les mosquées européennes.

21  Ces instituts islamiques privés sont placés sous le contrôle de la Fédération des centres culturels islamiques, créée en 1973, l’une des plus anciennes fédérations islamiques établies sur le sol allemand, à forte représentation turque, qui s’occupe des besoins religieux, culturels et sociaux des musulmans et prend notamment en charge l’instruction religieuse des musulmans. Elle assure même la formation de quelques imams, mais ces derniers ne représentent qu’une minorité par rapport aux imams formés en Turquie.

22  Le Conseil de coordination des musulmans, dont la présidence tourne tous les six mois, regroupe les quatre principales organisations islamiques qui représentent 2000 des 2600 lieux de culte musulmans présents sur le sol allemand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Toscer-Angot, « Eglises, identités non confessionnelles et islam en Allemagne », Amnis [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://amnis.revues.org/1799 ; DOI : 10.4000/amnis.1799

Haut de page

Auteur

Sylvie Toscer-Angot

Université Paris Est Créteil, Groupe Sociétés Religions Laïcités (EPHE-CNRS), France, angot.sylvie@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org