Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  R. REMOND, Religion et société en Europe. Essai sur la sécularisation des sociétés européennes aux (...)
  • 2  H. MC LEOD, Secularisation in Western Europe, 1848-1914, London, 2000.

1Au sein des sciences sociales on a eu tendance à considérer que l’entrée des sociétés contemporaines dans la modernité était indissociable d’un processus de sécularisation, articulé traditionnellement autour de deux axes : d’une part, la séparation graduelle entre la religion et les fonctions politique, économique, normative et éducative, progressivement assumées par l’Etat et les pouvoirs publics ; d’autre part, le retrait de la religion de l’espace public et son confinement dans la sphère privée, en la limitant à une pratique individuelle de la foi1. L’évolution de la plupart des sociétés dans les dernières décennies paraît cependant remettre en question cette architecture. Ainsi, nous pouvons affirmer que, en ce début de XXIe siècle, la religion est loin d’être menacée de disparition ou confrontée à un déclin inexorable ; au contraire, elle émerge avec force et se « recompose », tant dans les pays développés que dans ceux en voie de développement, au point de devenir l’un des sujets majeurs du débat public et politique2.

  • 3  D. HERVIEU-LÉGER, Le pèlerin et le converti, Paris, 1999.

2Tout en abordant de manière critique les postulats propres à la théorie classique de la sécularisation, les articles présentés dans ce dossier permettent de concevoir autrement les relations entre religion et modernité. En effet, plus que d'un déclin du religieux, dans les contextes analysés il faut parler d'une résurgence du fait religieux, qui prend des formes multiples et diversifiées, souvent moyennant une superposition de tendances socio-religieuses de signe différent, voire contradictoires. L'athéisme prospère certes, mais sans mettre à mal la primauté du religieux ; bien que de façon non nécessairement identifiée aux religions formelles, les plus jeunes apparaissent en quête croissante de spiritualité. Les Églises historiques comme le christianisme s'adaptent avec facilité aux nouveaux contextes, marqués par la globalisation et le pluralisme religieux. Comment continuer de soutenir la thèse de la mort inévitable de la religion dans le monde moderne ? Des auteurs comme D. Hervieu-Léger remettent en question la théorie téléologique de la sécularisation et préfèrent parler de processus de « recompositions religieuses » dans les sociétés contemporaines. Ceci tout en décrivant une scène complexe marquée, d’une part, par le déclin des traditions religieuses face au rationalisme ou à l'individualisme et, d’autre part, par la revitalisation des formes traditionnelles de religiosité face aux défis propres à la globalisation, ou par l'apparition de nouvelles expressions de la spiritualité3.

  • 4  Y. LAMBERT, « Religion, modernité, ultramodernité: une analyse en terme de “tournant axial” », Arc (...)

3Comme l’indique Y. Lambert, les caractéristiques associées à la modernité – la rationalisation, le progrès scientifique et technologique, l’individualisation, l’émergence des masses, la différenciation fonctionnelle, le développement économique ou la globalisation – provoquent des effets très diversifiés sur l'évolution religieuse et donnent lieu à des phénomènes de déclin, mais aussi à des redéfinitions, et à des réactions qui entraînent toujours des processus d’innovation4.

4Les études empiriques réunies dans ce numéro de la revue Amnis portent sur des contextes diversifiés dans l’espace et le temps. Dans leur variété, ils permettent d'analyser, de manière particulièrement riche et toujours située, les évolutions complexes expérimentées par la religion face au phénomène historique de la sécularisation. Les travaux sont divisés en trois blocs qui suivent un ordre chronologico-thématique. Un premier bloc traite des transformations profondes subies par les religions institutionnalisées, en particulier par le catholicisme, suite aux défis générés par le processus de sécularisation durant les XIXe et XXe siècles. Ainsi, par exemple, le catholicisme s'approche de la femme et évolue vers un « féminisme acceptable » (R. Minguez Blasco) ; il renforce par ailleurs le culte marial en utilisant des moyens et des répertoires modernes, adaptés à la société de masses (F. J. Ramón Solans). Le catholicisme se situe aussi au centre des débats identitaires nationaux qui accompagnent les processus de construction des États-Nation (G. Martin) ou, encore, entre en dialogue avec les mouvements révolutionnaires les plus contemporains en dérivant vers une sorte d'humanisme chrétien (J.A. Zanca).

5Les difficultés et les limites que connaît le processus de sécularisation sont traitées dans les travaux inclus dans le deuxième bloc. La France, pays laïque par excellence, ne reste en ce sens pas à l’écart. Le caractère radical des lois de séparation de 1905 met en évidence non seulement l'importance que continuait d'avoir la religion dans ce pays malgré la rupture introduite par la Révolution mais, également, la difficulté des pouvoirs civils pour articuler une sacralité propre, différente de la sacralité religieuse traditionnelle (V. Petit). Comme l’illustre le cas de la franc-maçonnerie, même des mouvements situés aux antipodes de la religion ne réussissent à échapper au lourd héritage religieux. Il suffit de se pencher sur son langage, ses rites et ses symboles – des espaces qui lui sont propres – pour réaliser que l’on est devant un exemple évident de religion civile (C. Bryon-Portet). C’est en grande partie le cas du laïcisme républicain français, qui se révèle incapable de tolérer la présence de personnes religieusement engagées sur l’arène publique et doit instaurer leur exclusion comme un préalable à la mise en place effective du nouveau pacte social (J. Bouchet). Les idéologies modernes constituent aussi un domaine où s’observent des transferts constants de sacralité et des substitutions de religions traditionnelles par des religions civiques ou politiques. Plusieurs contextes sont analysés : celui du socialisme espagnol des commencements du XXe siècle (J. Louzao), le national-catholicisme italien des années 20 (M. Baragli) ou, encore, la version rénovée de la Romanitas, promue par Georg Moenius comme antidote à la crise européenne de l'entre guerres (J. Lehenert).

6Mais, comme on le voit bien dans le troisième bloc de ce numéro, ce qui caractérise le mieux l'ère actuelle ou « ultramoderne » est la vigueur du religieux, qui se manifeste sous des formes et des expressions multiples de spiritualité. L'ultramodernité entraîne une mutation du religieux, concrétisée dans l’effacement progressif des frontières entre les différentes religions, dans le pluralisme religieux ou dans la recomposition des religions traditionnelles sous des formes cultuelles plus ou moins syncrétiques. Nous sommes, selon l’expression d'Yves Lambert, devant un vrai « tournant axial » dans lequel la spiritualité s’empare de tout : les religions formelles et informelles, les mouvements de non-croyants, les cultures alternatives (D. Bisson).

7Tel est le cas du pentecôtisme, qui fait preuve de grande vitalité dans des contextes hautement sécularisés, comme la Suède (E. Mahieddin) ; ou des méga églises évangéliques en Argentine, qui envahissent progressivement l'espace public et en viennent à disputer l'hégémonie religieuse au catholicisme (J. Algranti). La Bolivie, dans un exemple clair de dualisme religieux, connaît la coexistence d’un État aconfessionnel, encadré par la Constitution de 2009 et des institutions qui promeuvent ouvertement la sécularisation, avec de nombreux éléments en provenance des religions indigènes (C. Delfour). Le shamanisme, très répandu parmi les indiens de l'ouest américain, offre un autre exemple de persistance religieuse où des traditions locales coexistent, dans un syncrétisme dynamique, avec le christianisme (F. Dorel). Les difficultés mêmes que les « non-croyants » américains rencontrent pour leur intégration comme citoyens de plein droit aux États-Unis rendent compte de l'énorme force sociale et symbolique que continue d'avoir la religion dans cette société (A. Barb). Finalement, la vigueur dont témoigne l'islam dans des sociétés sécularisées comme l'allemande, loin d'affaiblir les églises traditionnelles (catholique ou protestante) renforce celles-ci tout en les plaçant au centre du tissu politico - institutionnel national (S. Toscer-Angot).

8 Une telle diversité de phénomènes atteste de la force du religieux. Sa vigueur non seulement conduit à remettre en question le paradigme classique de la sécularisation, elle incite également à revisiter l’étude de la religion, en abordant, dans toute leur complexité, les relations que celle-ci entretient avec la politique, la société ou la culture.

Haut de page

Notes

1  R. REMOND, Religion et société en Europe. Essai sur la sécularisation des sociétés européennes aux XIXe et XXe siècles (1789-1998), Paris, 1998.

2  H. MC LEOD, Secularisation in Western Europe, 1848-1914, London, 2000.

3  D. HERVIEU-LÉGER, Le pèlerin et le converti, Paris, 1999.

4  Y. LAMBERT, « Religion, modernité, ultramodernité: une analyse en terme de “tournant axial” », Archives des sciences sociales des religions, n° 109, janvier-mars 2000, mis en ligne le 19 août, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maitane Ostolaza, « Avant-propos  », Amnis [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://amnis.revues.org/1836

Haut de page

Auteur

Maitane Ostolaza

Université Paris IV-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org