Navigation – Plan du site
Politiques du religieux et religions politiques

Rome ou la solution à tous les problèmes européens : Georg Moenius et le concept de romanité durant l´entre-deux-guerres

Joris Lehnert

Résumés

Cet article se propose d´étudier l´interprétation par le prêtre allemand Georg Moenius (1890-1953) de la religion catholique romaine comme instrument nécessaire à la restauration spirituelle de l´Occident – de la civilisation européenne – la crise de l’Europe de l’entre-deux-guerres. Pacifiste et pourfendeur acharné de tout nationalisme (et en particulier du national-socialisme), il se mit en congé de son diocèse et livra, grâce à des relations de voyages en Italie et en France, une ébauche de sa pensée. A partir de 1929 éditeur de l´hebdomadaire catholiques munichois Allgemeine Rundschau, il s’employa, grâce à cette « arme intellectuelle » et jusqu'à son exil provoqué par l’arrivé d’Hitler au pouvoir, à diffuser et expliquer la nécessité de la Romanitas proposée par Gonzague de Reynold. Admirateur de Maurras, fréquentant les milieux de l’Action française lors de ses séjours parisiens, il traduisit également l’ouvrage programmatique d’Henri Massis, Défense de l’Occident qu’il accompagna d’une longue introduction. Celle-ci présentait à la manière d’un véritable manifeste le retour à l’esprit du Saint Empire Romain Germanique médiéval, spirituellement dirigé par Rome, comme la solution à tous les problèmes de l’Europe.

This article focuses on the ideas of the Bavarian priest Georg Moenius who saw the Roman Catholic Church as the necessary tool to spiritually restore the European civilization in times of the crisis of the interwar period. Pacifist and virulent opponent of all nationalism (and soon especially of the national-socialism), he took leave of his diocese and expressed his thoughts through travel books containing his impressions of Italy and of France. From 1929 until his exile provoked by Hitler’s accession to power, he was editor of the Allgemeine Rundschau, a catholic Bavarian weekly journal, and worked on the diffusion and explanation of the necessity of Gonzague de Reynold’s concept of Romanitas. Admirer of Maurras, he frequented the circles of the Action française and translated into German Henri Massis’ programmatic work The Defense of the West which he introduced with a long manifest describing a new Christian Empire guided by Rom, on the model of the medieval Holy Roman Empire, as the response to all European problems.

Este artículo se centra en las ideas del sacerdote alemán George Moenius (1890-1953) que veía la religión católica romana como instrumento necesario para la restauración espiritual de la civilización europea durante la crisis del periodo de entreguerras. Pacifista y encarnizado oponente de todo nacionalismo (y pronto en particular del nacionalsocialismo), abandonó su diócesis y expresó sus pensamientos a través de libros de viaje que contenían sus impresiones de Italia y Francia. Desde 1929 hasta su exilio, provocado por la ascensión de Hitler al poder, fue editor del semanario católico bávaro Allgemeine Rundschau y trabajó en la difusión y explicación de la necesidad del concepto de Romanitas propuesto por Gonzague de Reynold. Admirador de Maurras, frecuentaba los círculos de la Action française durante sus estancias en París y tradujo al alemán la obra programática de Henri Massis La defensa de Occidente, que acompañó de una larga introducción en la que planteaba un retorno al espíritu del Sacro Imperio Romano Germánico medieval, dirigido espiritualmente por Roma, como la solución a todos los problemas de Europa.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Hilckman, Anton, « Einer, den wir nicht vergessen sollten ! Zum 75. Geburtstag von Georg Moenius » (...)

1Aujourd’hui, et malgré l’appel pressant d’Anton Hilckman, au mitan des années 1960, à ne pas l’oublier1, le nom de Georg Moenius (1890-1953) reste très largement inconnu. Pourtant, ce prêtre bavarois idéaliste, essayiste et publiciste engagé, fut à la fin des années 1920 et au début des années 1930 au cœur des grands débats intellectuels et catholiques européens et allemands. Catholique de droite, admirateur de Charles Maurras et de Benito Mussolini, ce qui reste de lui aujourd’hui est avant tout son pacifisme convaincu et son anti national-socialisme féroce dès les premiers succès du parti hitlérien.

  • 2  Spengler, Oswald, Der Untergang des Abendlandes: Umrisse einer Morphologie der Weltgeschichte, Bd. (...)
  • 3  Massis, Henri, Défense de l’Occident, Paris, Le Roseau d’or, 1927.

2Suite à la publication de l’ouvrage majeur d’Oswald Spengler, Le déclin de l’Occident2, auquel répondait en 1927 la Défense de l’Occident d’Henri Massis3, le destin de la civilisation occidentale devint une interrogation – et dans ce cas précis une préoccupation – majeure des intellectuels européens. L’abbé Moenius prit une part active à ce débat, en introduisant notamment Henri Massis en Allemagne, en utilisant sa revue comme organe de combat intellectuel, et en usant de ses contacts et réseaux européens pour prêcher une conception théologique de l’Occident réuni dans la paix de l’Eglise catholique romaine, articulée autour d’une idée maîtresse : celle de Romanitas. Tout à la fois témoin, acteur et victime de son époque, il se comprenait avant tout comme un civis romanus, peu importe l’endroit où il put se trouver et les conditions de ses exils, volontaires ou forcés. Dans les dernières années de la République de Weimar, il édita l’Allgemeine Rundschau, une des plus importantes revues catholiques allemandes, conservatrice, antimilitariste et antinationaliste, où il put défendre cette idée. Toujours guidé par le même dévouement à ses principes romains et leur corollaire de paix, il plaidait pour une Europe qu’il imaginait comme un complexio oppositorum médiéval avec pour mission essentielle un ancrage de l’Allemagne dans l’Occident.

Civis romanussur les traces de l’Occident chrétien

  • 4  Le Lyzeum était une institution qui remplaçait alors la faculté de théologie et de philosophie qua (...)
  • 5  Concernant les aspects biographiques de Georg Moenius, cf. notamment l’ouvrage pionnier de G. Munr (...)
  • 6  Munro, Gregory, « Georg Moenius (1890-1953) », op. cit., p. 132.
  • 7 Hölderlin als Philosoph, Erlangen, Phil. Diss. v. 20. Okt. 1919, publiée aussi sous le titre : Höld (...)
  • 8 Der Kreuzfahrer, Bamberg, J. Kirsch, 1920; Der Stern, Paderborn, Junfermann, 1922. De plus, il publ (...)
  • 9  Cf. Munro, Gregory, Hitler's Bavarian Antagonist…, op.cit. p. 19.
  • 10 Ibid., p. 20. Il est à noter que cette même hiérarchie voyait de plus d’un mauvais œil son activité (...)

3Originaire de Haute-Franconie (Nord de la Bavière), Georg Moenius effectua sa scolarité à Nuremberg puis commença des études de philosophie à Munich avant de poursuivre au Lyzeum4 de Bamberg et d’y étudier également la théologie catholique5. Il fut finalement ordonné prêtre à l’âge de 25 ans et fut d’abord affecté comme chapelain à Rothenbach, petite commune des environs de Nuremberg. Commencèrent alors dix années de tumulte qui le virent être muté quatre fois. En raison de sa personnalité décrite alors comme « facilement irritable, passionnée et idéaliste »6, mais également – dès 1915 – de ses critiques publiques envers la politique de guerre allemande, il connut continûment des difficultés avec sa hiérarchie, le Zentrum bavarois (parti du centre catholique) et ses propres paroissiens. Entre temps devenu docteur en philosophie de l’université d’Erlangen après une thèse sur le poète Friedrich Hölderlin (1770-1843)7, il se tourna vers l’écriture8. Son journal personnel rend également compte d’une grande frustration intellectuelle liée à la vie de son diocèse9, et ses relations avec sa hiérarchie ecclésiastique se dégradèrent de plus en plus. Les jugements que comporte son journal à ce propos sont sans équivoque et démontrent un esprit peu enclin au compromis et tourmenté par ces carcans10.

4En butte constante avec l’autorité, muté dans de minuscules paroisses (il faut y voir des mesures disciplinaires) conduisant à une grande frustration personnelle, il obtint finalement un congé d’une année à partir de septembre 1924 afin de se consacrer à son projet de livre sur l’Italie. Cette demande fut renouvelée d’année en année, si bien que Moenius est toujours demeuré membre du clergé diocésain de Bamberg même s’il n’y occupa plus aucune fonction jusqu’à sa mort.

  • 11  Denzler, Georg, Widerstand ist nicht das richtige Wort. Katholische Priester, Bischöfe und Theolog (...)
  • 12 Italienische Reise, Freiburg in Brisgau, Herder, 1925.
  • 13 Paris, Frankreichs Herz, Munich, Limes-Verlag, 1928.

5Selon la formule de Georg Denzler, il se mit alors, avec ses voyages et ses livres, sur les traces du monde occidental et chrétien11. A son premier ouvrage majeur consacré à l’Italie (Voyage italien)12 succéda trois années plus tard un livre consacré au récit de son voyage en France en 1927 (Paris, cœur de la France) qu’il publia dans une maison d’édition qu’il venait de fonder et à laquelle il avait donné un nom programmatique : « Limes ». Le sceau aussi se voulait représentatif : un légionnaire romain veillant, bouclier et lance à la main, devant ce qui semble être Rome, accompagné d’une mention toutefois moins défensive, divide et impera13.

6Avec un talent littéraire certain, il proposait à travers ces relations de voyages une vision de l’Europe, de son histoire et de son présent brutal et fiévreux en rapport avec ses idéaux romains et pacifistes. Déjà ici se retrouvent exprimés ses idéaux de Romanitas et d’Imperium Romanum, leitmotivs complémentaires qu’il défendra ensuite continûment :

  • 14  « Italien kenne ich. Auch die lateinische Schwester, die geliebt wird von einer Welt, möchte der k (...)

Je connais l’Italie. Et qui vit de la symbiose des cultures […] veut aussi connaître sa sœur latine, qui est aimée du monde. A ce pays j’aspire, dont le peuple latinisé ne m’est pas lié par choix mais par le sang, car nous sommes tous de la tribu des Francs. Romanitas, l’aspiration à la civilisation, qui estime l’Esprit plus que le sang, nous unit. Charlemagne a gouverné l’Empire dans la force de l’Imperum Romanum, dont les villes impériales avaient pour nom Paris et Aix-la-Chapelle et qui fonctionnaient comme ellipses de celui-ci14.

  • 15  De cette époque certainement datent les premiers contacts qui conduiront à la traduction de L’impo (...)
  • 16  Comme il le dit lui-même ; cf.» Blicke auf die Zeit. An Charles Maurras », Allgemeine Rundschau, 1 (...)

7Durant son voyage en France (essentiellement parisien), Moenius fréquenta les milieux littéraires de l’Action française – récemment condamnée par le Pape – et s’y fit de nombreuses amitiés15. Il admirait les valeurs classiques qu’elle véhiculait et en particulier son maître, Charles Maurras, dont un portrait dédicacé ornait sa chambre16 :

  • 17  « Das heutige Frankreich weiß sich in stärkster Bindung dem lateinischen Kulturwillen nahe und ste (...)

La France d’aujourd’hui se reconnait, le plus étroitement, dans les aspirations civilisatrices latines et se tient prête, tantôt en rangs bien ordonnés comme un légionnaire de César, tantôt comme un bénédictin, pour défendre l’Occident. Il suffit d’énumérer des noms comme ceux de Charles Maurras, [Ernest] Seillière, [Pierre] Lasserre ou [Henri] Massis pour rendre clair combien la France spirituelle est biologiquement emplie de volonté civilisatrice. La France se sait attachée à Hellas. […] Charles Maurras comme Maurice Barrès ont voyagé en Grèce et aussi bien Anthinéa que Le voyage de Sparte démontrent ce que la France, via Rome, doit au Grecs.17

8Mais la célébration de son amour pour la France et de sa culture latine était également déjà un avertissement qui devait sonner aux oreilles de l’Allemagne, dont l’évolution représentait – Moenius en était convaincu – un danger constant pour l’Occident. Berlin incarnait ce danger et si la célébration de Paris était l’objet premier de son livre, elle devait aussi servir de rappel salvateur :

  • 18  « Paris ist nicht nur der politische und administratische Mittelpunkt des Landes. Ja, Paris ist so (...)

Paris n’est pas seulement le centre politique et administratif du pays. Oui, Paris est même plus que le simple centre culturel : c’est un centre religieux. […] Paris est le berceau de la civilisation ; Berlin est son lit de mort. […] Paris impulse le rythme au pays ; Berlin le paralyse. La culture allemande se trouvait depuis longtemps le long du Rhin et dans le Sud, alors que Berlin n’était encore qu’un village de pêcheurs wende et que les aurochs meuglaient dans ses bois. […] Comment l’Allemand pourrait-il aimer sa capitale comme le Français aime Paris ou l’Autrichien Vienne ! Sa capitale ne lui a rien donné mais beaucoup pris.18

  • 19  Hilckman, Anton, « Einer, den wir nicht vergessen sollten ! Zum 75. Geburtstag von Georg Moenius » (...)
  • 20  Moenius vécut en 1926 et 1927 à Vienne où il était membre de la rédaction de la revue.

9Catholique, philosophe, critique, essayiste, Moenius voulait toutefois davantage : ses idées devaient agir comme des « explosifs intellectuels »19. Il s’essaya alors à une activité de publiciste à laquelle il s’était déjà adonné lors d’un premier séjour viennois pour le compte de la revue catholique conservatrice Die Schönere Zukunft20.

Publiciste missionnaire en terre européenne au service d’un idéal impérial romain

  • 21  Philosophe, pédagogue et professeur à l’université de Munich, F.W. Foerster était un fervent parti (...)
  • 22  Fondée en 1904 par Armin Krausen, elle s’inscrivait à l’origine dans la ligne du programme du part (...)
  • 23  En particulier avec une série de quatre numéros spéciaux consacrés à l’invasion de la Belgique qui (...)

10Afin de toucher un public plus large que celui de ses livres, il acheta, vraisemblablement avec le concours financier de son mentor Friedrich Wilhelm Foerster21, la revue hebdomadaire munichoise Allgemeine Rundschau22qui se distingua au cours des quatre années sous sa direction notamment par ses prises de position pionnières en faveur de la reconnaissance de la culpabilité allemande dans le déclenchement de la guerre23.

11Dès le premier numéro, il donna le ton de l’orientation résolument offensive de son engagement et résuma les combats auxquels il voulait se vouer. Ils voyaient dans leurs objectifs un dépassement de ceux de Locarno et du simple rapprochement franco-allemand :

  • 24  « Fünf Lustren hat die Allgemeine Rundschau im katholischen Geistesleben gestanden. Bald strahlte (...)

L’Allgemeine Rundschau a, vingt-cinq ans durant, tenu sa place dans la vie intellectuelle catholique. Tantôt elle rayonnait, phare dans la mer déchaînée qui guidait les navires et bâtiments en danger ; tantôt elle s’élevait, beffroi dans la Civitas Dei, paisible et protégée. […] Les nouveaux propriétaires et l‘éditeur s’engagent aussi à une telle vocation. […] Une équipe de collaborateurs, qui représentera une élite de l’Europe catholique et à laquelle l’édifice européen des esprits et des actions tiendra à cœur, sera choisie avec une attention particulière. Quoi d’autre compose la substance de cette Europe […] sinon cette volonté commune attachée à la civilisation occidentale, sur laquelle a régné Pallas Athéné, qui a trouvé son corps dans l’Imperium Romanum et a reçu le baptême du Saint Esprit dans l’Eglise catholique ? Nous, catholiques, n’avons pas besoin d’apprendre un « européen à la Briand » : nous avons le latin catholique. Nous ressentons encore en nous le sang qui a naguère uni la Chrétienté, qui fut en vérité la société des nations du Moyen-âge, et au réveil de laquelle aujourd’hui les meilleures forces […] s’activent si ardemment.24

  • 25 La démocratie et la Suisse : Essai d'une philosophie de notre histoire nationale, Berne, Editions d (...)
  • 26  Mattioli, Aram, Gonzague de Reynold. Idéologue d’une Suisse autoritaire, Fribourg, éditions Univer (...)

12Forte de cette ligne éditoriale, l’Allgemeine Rundschau traita largement dans ses pages de l’avenir de l’Europe et, outre de nombreux articles de personnalités européennes, notamment de Gonzague de Reynold,y consacra également un certain nombre de numéros thématiques. Intellectuel catholique Suisse, proche de l’Action française, admirateur de Salazar et de Mussolini, Gonzague de Reynold avait réintroduit dans les cercles intellectuels catholiques l’idée de Romanitas avec son ouvrage La démocratie et la Suisse25. Signature appréciée des revues catholiques autrichiennes de l’entre-deux-guerres26, l’Allgemeine Rundschau lui ouvrit également ses colonnes où il put développer longuement, en ouverture du numéro spécial consacré à l’Occident, le concept de Romanitas – qu’il opposait à ceux de Latinitas, de pangermanisme ou toute autre forme de nationalisme :

  • 27  « Was verstehen wir unter Romanitas? […] Die Kirche ist zunächst katholisch, das heißt universal. (...)

Que comprenons-nous sous le terme de Romanitas ? […] L’Eglise est d’abord catholique, c’est-à-dire universelle. […] Enfin, elle est romaine, parce que sa tête visible, le successeur légitime de Saint Pierre, siège à Rome et parce qu’il la dirige de Rome.27

  • 28  « […] treu wie ein civis Romanus, als Legionär zum Wachtdienst und Kampfe bereit », « Zur Psycholo (...)

13Moenius ne cessera explicitement de faire référence à Gonzague de Reynold, représentant visiblement un idéal catholique : « fidèle comme un civis romanus »,» légionnaire prêt à monter la garde et à combattre »28. Cette Romanitas prenait tout son sens au regard de l’histoire européenne et se développait autour de trois traits fondamentaux hérités directement de l’empire romain :

  • 29  Edit de Caracalla (212 ap. J.C.) accordant la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l (...)
  • 30  « In erster Linie eignete dem römischen Reiche ein universaler Charakter. Er war nicht nur das Abe (...)

En premier lieu, l’empire romain avait une vocation universelle. Il n’était pas uniquement le seul Occident, il était aussi l’Orient. L’Occident n’était pas seulement Rome, pas seulement l’Italie, mais aussi l’Espagne, les contrées gauloises et celles du Danube, le monde grec, plus loin la Grande-Bretagne et presque toute la Germanie. En un mot, l’empire romain était déjà l’Europe. Ensuite, l’Imperium avait une autre caractéristique, d’universalité : l’idée de paix, la Pax Romana. […] Le troisième trait, et le plus important : l’empire romain était une terre d’adoption : Omnes qui in orbe romano sunt, cives romani efficiuntur29. […] A partir de ce moment-là, la Romanitas ne se confondait plus avec la Latinitas, à partir de ce moment-là, on pouvait être Germain et Romain, Slave et Romain, Celte et Romain, Africain et Romain ou Asiatique et Romain.30

  • 31  « Für mich hat das Wort Romanitas diesen universalen Sinn. Es bezeichnet das Wesen der europäische (...)
  • 32  « [dies Europa] ist ein germanisch-lateinisches Europa. Die Romanitas ist demnach die Versöhnung d (...)
  • 33  « Aus dieser universalen Idee von Ordnung und Frieden ist die christliche Welt des Mittelalters en (...)
  • 34  Citons par exemple, « Winter-Moenius, Romanitas. Ein Briefwechsel »,Allgemeine Rundschau, 22 févri (...)

14La Romanitasse voulait ainsi être plus qu’une simple construction intellectuelle, elle était l’incarnation des « idées universelles d’ordre et de paix », la « civilisation même »31, « la réconciliation des génies latin et germain dans une œuvre commune »32, déjà aboutie au Moyen-âge dans le Saint Empire Romain Germanique33. Moenius n’aura de cesse de se référer à cette vision de la romanité et s’emploiera à la propager au sein de la revue34, mais également au-delà. Il tentera aussi de l’expliquer dans les milieux catholiques proches de l’Action française et s’essaiera à un rôle de passeur entre les milieux catholiques conservateurs français et allemands, dans un contexte politique toujours plus pressant.

La Romanitas au service d’un complexio oppositorum comme réponse à la crise de l’Europe

  • 35  Moenius, Georges (sic), « Le germanisme contre la romanité (Témoignage d’un catholique allemand) » (...)
  • 36  Moenius, Georges (sic), « Saint Benoît le Romain », La Revue universelle, Tome XXXIX N° 17, 1er(...)
  • 37  Présentation de l’article et de l’auteur, ibid, p. 642.
  • 38  Repoussant les Alamans à la bataille de Strasbourg en 357 ap. J.C.

15Grâce aux contacts personnels noués lors de son séjour parisien, Moenius s’ouvrit les portes de la Revue universelle de Jacques Bainville et d’Henri Massis. Ainsi put-il publier en juin 1929 un article détaillant sa pensée en ouverture du numéro35et, quelques mois plus tard, le compléter avec une célébration de Saint Benoît à l’occasion du quatorzième centenaire du couvent du Mont Cassin36. Appuyées par la nationalité de son auteur, les attaques de Moenius contre le danger germanique pour l’Europe et l’«  œuvre diviseuse de la Réforme »37trouvaient volontiers leur place et leur légitimation dans un milieu dénonçant les mêmes périls. Moenius développait ici en français des arguments qu’il allait ensuite approfondir dans la longue introduction qu’il proposa à la traduction de l’œuvre phare d’Henri Massis, Défense de l’Occident, et dont il mit en exergue, en première page, les mots prêtés à l’empereur Julien38 : Romanae majestati reddere proprium decus.Il terminera par ailleurs également sa longue introduction « de combat » en rappelant cet épisode et en l’appuyant :

  • 39  « Als die Alemanen den Limes durchbrochen hatten und der Caesar Julian sie über den Rhein zurückzu (...)

Aujourd’hui aussi il s’agit pour l’Occident, au niveau spirituel, à nouveau de cela : « redonner à la majesté romaine son honneur ».39

16Il admirait Massis, qu’il décrit comme il a pu dépeindre Gonzague de Reynold, et le célébrait encore plus que Maurras, plus romain catholique que catholique romain :

  • 40  « Er trägt als römischer Legionar die funkelnden Zeichen S.P.Q.R. auf dem Lanzenschaft und auf sei (...)

Il porte, en légionnaire romain, les étincelantes lettres S.P.Q.R. au bout de sa hampe et, sur son bouclier, la croix. Il est un des meilleurs [représentants] de l’élite française d’esprit latin. Si la France celte et la France latine devaient s’affronter, il se tiendrait dans la phalange dont les généraux porteraient les noms de César à Maurras. […] Sa philosophie n’a pas un style romain, elle est fondamentalement romaine. Dans ce sens, Massis est encore plus romain que Maurras, c'est-à-dire catholique romain.40

17Cette introduction, véritable manifeste, reprenait l’essentiel de ses idées, avec en premier lieu le regret d’une Allemagne coupée en deux, dont le caractère romain ne survivait qu’au sein d’une petite élite

  • 41  « So existieren auch zwei Deutschland, von denen das römisch erzogene nur in einer kleinen Elite l (...)

alors que dans tous les domaines décisifs, le caractère teuton agit, soupçonne et violente celui animé par l’aspiration civilisatrice romaine. Il fut justement remarqué que la culture catholique ne se trouve aujourd’hui plus que là où autrefois se trouvait le Limes romain, de sorte qu’aujourd’hui comme jadis l’Allemagne est coupée en deux cultures.41

  • 42  Ibid., p. 21.
  • 43  Ibid., p. 44.
  • 44  Ibid., p. 29.

18Dans cette Allemagne, il fallait absolument renforcer l’influence civilisatrice romaine face à l’esprit prussien, continuateur du cours tragique de l’histoire allemande depuis Luther. Moenius voyait dans le père de la Réforme la source de tous les malheurs allemands et avec lui le premier pôle de la « trinité germanique » antilatine Luther – Hegel – Bismarck42dont l’œuvre était de célébrer l’individualisme « destructeur »43 de la race germanique, qui privilégiait l’ethos au logos conduisant au culte de cette même race44 :

  • 45 « Infolgedessen bedeutet der Protestantismus in seinem Zurückgehen auf völkische Instinkte keinen F (...)

En conséquence, avec ce retour aux instincts völkisch [racistes], le protestantisme ne signifie pas un progrès, mais un atavisme.45

  • 46  Ibid., p. 32.

19Contre ce « bacille völkisch »46résultant directement de la Réforme, le remède proposé était le même que celui avancé par de Reynold, la romanité, assimilatrice et porteuse de paix, dépassant tout idée de race menaçant la civilisation européenne :

  • 47  « Hier soll keine Rasse gegen eine andere ausgespielt werde […]. Ist doch die katholische Kirche, (...)

Ici, aucune race ne doit être jouée l’une contre l’autre […]. L’Eglise catholique, qui a assimilé les meilleurs forces du judaïsme et conduit à ce monde romain qui s’était lui-même approprié le monde grec, est bien une vaste synthèse et un complexio oppositorum dans lequel tous les éléments se retrouvent. La marque romaine de cette Eglise garantit en cela un équilibre dans une Pax Romana spirituelle.47

  • 48  Ibid., p. 66.

20Face aux dangers du temps, il appelait à une urgente prise de conscience et à un ancrage définitif de l’Allemagne à l’Occident, refusant les tentations orientalistes d’un Spengler ou d’un Keyserling, s’alarmant contre l’influence jugée dangereuse de l’esprit russe, anarchique et mystique, corrompu par la Prusse, anti-romain et incarné par Tolstoï, « le Rousseau slave »48, ou Dostoïevski, plus dangereux encore :

  • 49  « Die russische Gefahr für Deutschland heißt: Dostojewski. Dieser Slavophile und orthodoxe Reaktio (...)

Pour l’Allemagne, le danger russe s’appelle Dostoïevski. Ce slavophile et réactionnaire orthodoxe est plus encore que l’incarnation antioccidentale : il est l’incarnation de l’obstination anti-romaine. […] Un Limes romain doit être érigé contre lui. Si son influence devait grandir, alors l’Occident serait en effet en danger. Le danger est d’autant plus à prendre au sérieux que Dostoïevski ne fut pas une simple mode comme le fut un Bouddha accroupi.49

21Mais malgré l’acuité de ces dangers extérieurs, ils n’étaient pas les plus pressants. Il fallait d’abord résoudre les maux internes, par ailleurs également exportés (le réveil nationaliste en Asie) avant de s’intéresser aux autres :

  • 50  « Man domestiziert erst die Bestie im eigenen Land, bevor man sich vor den Tieren anderer Landstri (...)

On domestique d’abord la Bête chez soi, avant d’en craindre d’autres contrées ou avant de s’engager dans des safaris exotiques !50

22L’Europe portait donc en son sein même ce qui la menaçait le plus immédiatement. Moenius n’avait de cesse de dénoncer les folies nées des nationalismes et du progrès industriel (notamment les gaz de combat) qui avaient conduit l’Europe à s’entretuer à la face du monde. Un nécessaire retour au Moyen-âge s’imposait donc plus que tout, car au XIIIe siècle

  • 51 « Im 13. Jahrhundert […], wo der Franzose, Italiener, Engländer oder Deutsche in erster Linie Mensc (...)

le Français, l’Italien, l’Anglais ou l’Allemand était avant tout un Homme, citoyen d’une civilisation universelle qui avait une conception de sa langue, son esprit, sa foi, sa science, son art. Cette culture empreinte d’universalité correspondait avant tout à l’ordre du monde divin.51

23Ainsi,

  • 52  « Es ist außer Zweifel, daß eine Stärkung des Katholizismus eine Kräftigung europäischer Kulturzus (...)

il ne fait aucun doute qu’un renforcement du catholicisme signifierait un affermissement de la cohésion européenne. Le rattachement de l’Allemagne à la civilisation romaine résoudrait le problème franco-allemand. En ce sens, Rome est la réponse européenne à toutes les questions.52

Conclusion

24Tentation orientaliste mais surtout dérives nationalistes, tels étaient les périls qui, pour Moenius, menaçaient l’Allemagne et, à travers elle, l’Europe. Rome était pour lui la réponse à tous ces problèmes : une romanisation (spirituelle) de l’Allemagne, tout en assimilant l’esprit germanique dans ce qu’il avait de meilleur, devait permettre à la concrétisation d’un empire digne du Saint Empire du XIIIème siècle : une fédération chrétienne sous le signe de Rome, garantissant équilibre, stabilité et coexistence fraternelle dans la Pax Romana. Bien que considéré dans certains cercles de l’Action française, ravis de trouver un allemand « romain » ouvert à leurs conceptions du monde, il n’y trouva pas d’écho significatif face à l’antigermanisme radical maurrassien. Attaqué régulièrement par la presse et la propagande national-socialistes, Moenius dut abandonner la lutte en Allemagne et fuir dès mars 1933d’abord en Autriche, puis en Suisse, en Italie, en France, au Portugal pour finalement trouver refuge aux Etats-Unis.

  • 53  Moenius, Georg, Der neue Weltmonarch, Westheim bei Augsburg, G. Rost (Wiborada-Verlag), 1948. Cf. (...)

25Fidèle à sa conception spirituelle de Rome, devenu citoyen américain (il avait été déchu de la nationalité allemande), il avança ensuite l’idée d’une continuation de la Pax Romana sous l’égide américaine dans un dernier ouvrage paru peu après la fin de la guerre53. Esprit intransigeant, refusant et dénonçant les compromissions catholiques avec le national-socialisme, il demeura toute sa vie un civis romanus en mission,et revint près de vingt ans après son départ précipité pour mourir dans une Europe détruite dont il n’avait eu de cesse de défendre l’unité spirituelle et culturelle, au-delà des divisions apportées par la Réforme et le monde moderne.

Haut de page

Notes

1  Hilckman, Anton, « Einer, den wir nicht vergessen sollten ! Zum 75. Geburtstag von Georg Moenius », Begegnung : Zeitschrift für Kultur und Geistesleben, vol. 20, 1965, pp. 297-299. Anton Hilckman (1900-1970) publia durant l’entre-deux-guerres dans les plus grandes revues (catholiques) européennes, dont l’Allgemeine Rundschau de Moenius. Après-guerre, il fut professeur à l’université de Mayence. Cf. Stępień,Tomasz,» Anton Hilckman – Leben und Werk », Sous la direction de TomaszStępień,Anton Hilckman. Gesammelte Werke. Schriften zur Kulturwissenschaft, Teil 1: Die Wissenschaft von den Kulturen, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2011, pp. XI-XIII.

2  Spengler, Oswald, Der Untergang des Abendlandes: Umrisse einer Morphologie der Weltgeschichte, Bd. 1: Gestalt und Wirklichkeit, Wien, Leipzig, Braumüller, 1918; Bd. 2: Welthistorische Perspektiven, München, Beck, 1922 (Le déclin de l'Occident. Esquisse d'une morphologie de l'histoire universelle, T.1 : Forme et vérité, T. 2 : Perspectives de l'histoire universelle, Paris, Gallimard (3ème édition), 1948).

3  Massis, Henri, Défense de l’Occident, Paris, Le Roseau d’or, 1927.

4  Le Lyzeum était une institution qui remplaçait alors la faculté de théologie et de philosophie quand celles-ci n’étaient plus enseignées à l’université (suite aux effets de la sécularisation des principautés bavaroises au début du XIXe siècle) et servait de lieu de formation des futurs prêtres.

5  Concernant les aspects biographiques de Georg Moenius, cf. notamment l’ouvrage pionnier de G. Munro : Munro, Gregory, Hitler's Bavarian Antagonist : Georg Moenius and the Allgemeine Rundschau of Munich. 1929-1933, Lewiston, Edwin Mellen Press, 2006 (plus particulièrement pp. 17-25); également: Munro, Gregory, « Georg Moenius (1890-1953) », Zeitgeschichte in Lebensbildern. Aus dem deutschen Katholizismus des 19. und 20. Jahrhunderts, Band 10, Sous la direction de Jürgen Aretz, Rudolf Morsey et Anton Rauscher, Münster, 2001, pp. 131-141 et Denzler, Georg, Widerstand ist nicht das richtige Wort. Katholische Priester, Bischöfe und Theologen im Dritten Reich, Zürich, Pendo Verlag, 2003, pp. 130-144.

6  Munro, Gregory, « Georg Moenius (1890-1953) », op. cit., p. 132.

7 Hölderlin als Philosoph, Erlangen, Phil. Diss. v. 20. Okt. 1919, publiée aussi sous le titre : Hölderlin : Eine philosophische Studie, Bamberg, Kirsch, 1919.

8 Der Kreuzfahrer, Bamberg, J. Kirsch, 1920; Der Stern, Paderborn, Junfermann, 1922. De plus, il publia également une traduction de Félicité de Lamennais, Gedanken zur Nachfolge Christi, Mainz, Matthias-Grünewald-Verlag, 1924.

9  Cf. Munro, Gregory, Hitler's Bavarian Antagonist…, op.cit. p. 19.

10 Ibid., p. 20. Il est à noter que cette même hiérarchie voyait de plus d’un mauvais œil son activité d’écrivain.

11  Denzler, Georg, Widerstand ist nicht das richtige Wort. Katholische Priester, Bischöfe und Theologen im Dritten Reich, op. cit., p. 133.

12 Italienische Reise, Freiburg in Brisgau, Herder, 1925.

13 Paris, Frankreichs Herz, Munich, Limes-Verlag, 1928.

14  « Italien kenne ich. Auch die lateinische Schwester, die geliebt wird von einer Welt, möchte der kennen lernen, der aus der Symbiose von Kulturen lebt […]. Einem Lande strebe ich zu, dessen latinisiertes Volk mir nicht wahl – sondern blutsverwandt ist; denn wir sind vom Stamme der Franken. Romanitas, der Kulturwille, der den Geist höher schätzt als das Blut, einigt uns. Karl der Große hat in der Kraft des Imperium Romanum das Reich beherrscht, dessen Kaiserstädte Paris und Aachen hießen; Städte, welche die Elipsen jenes Reiches bildeten […]. », Paris, Frankreichs Herz, op. cit., p. 9.

15  De cette époque certainement datent les premiers contacts qui conduiront à la traduction de L’imposture et de La joie de Georges Bernanos (Der Abtrünnige : ein Roman, Hellerau, Hegner, 1929) ainsi que de La Défense de l’Occident d’Henri Massis (Verteidigung des Abendlandes, Hellerau, Hegner, 1930).

16  Comme il le dit lui-même ; cf.» Blicke auf die Zeit. An Charles Maurras », Allgemeine Rundschau, 19 avril 1933, p. 241.

17  « Das heutige Frankreich weiß sich in stärkster Bindung dem lateinischen Kulturwillen nahe und steht bald in wohlgegliederter Schlachtreihe wie ein Legionar Cäsars, blad wie ein benediktinischer Kultur-Pionier zum Schutze des Abendlandes bereit. Es genügt, Namen zu nennen, wie Charles Maurras, Seillière, Lasserre, Massis, um anschaulich zu machen, von welchem Willen das geistige Frankreich in biologischer Kulturkraft erfüllt ist. Frankreich weiß sich an Hellas angeschlossen. […] Charles Maurras sowie Maurice Barrès haben Reisen nach Griechenland gemacht und sowohl „Anthinéa“ als „Le voyage de Sparte“ offenbaren, was Frankreich den Griechen via Rom verdankt. », Paris, Frankreichs Herz, op. cit., pp. 116-117.

18  « Paris ist nicht nur der politische und administratische Mittelpunkt des Landes. Ja, Paris ist sogar mehr als nur der kulturelle Mittelpunkt, nämlich ein religiöser. […] Paris war die Wiege der Kultur; Berlin ist ihr Totenbett. […] Paris beschwingt den Kulturrythmus des Landes; Berlin lähmt ihn. Deutsche Kultur war längst am Rhein und im Süden, als Berlin noch ein wendisches Fischerdorf war und durch seine Wälder Auerochsen brüllten. […] Wie könnte der Deutsche seine Hauptstadt lieben, wie der Franzose Paris liebt und der Oesterreicher Wien ! Seine Hauptstadt hat ihm nichts gegeben, aber vieles genommen. », Paris, Frankreichs Herz, op. cit. pp. 36-37.

19  Hilckman, Anton, « Einer, den wir nicht vergessen sollten ! Zum 75. Geburtstag von Georg Moenius », op. cit., p. 298.

20  Moenius vécut en 1926 et 1927 à Vienne où il était membre de la rédaction de la revue.

21  Philosophe, pédagogue et professeur à l’université de Munich, F.W. Foerster était un fervent partisan d’une fédération chrétienne. Il eut une influence majeure sur Moenius et joua le rôle de » père spirituel » de la revue. Cf. Munro, Gregory, Hitler's Bavarian Antagonist…, op.cit. pp. 29-39.

22  Fondée en 1904 par Armin Krausen, elle s’inscrivait à l’origine dans la ligne du programme du parti catholique du Zentrum. Cf., outre l’ouvrage de Greory Munro : Hoser, Paul, « Allgemeine Rundschau. Wochenschrift für Politik und Kultur », Historisches Lexikon Bayerns, www.historisches-lexikon-bayerns.de/artikel/artikel_44653 (01.03.2011).

23  En particulier avec une série de quatre numéros spéciaux consacrés à l’invasion de la Belgique qui lui valurent de fortes animosités et la perte de nombreux soutiens. Cf. Munro, Gregory, Hitler's Bavarian Antagonist…, op.cit. pp. 265-296.

24  « Fünf Lustren hat die Allgemeine Rundschau im katholischen Geistesleben gestanden. Bald strahlte sie, ein Leuchtturm im brandenden Meer, der bedrohten Schiffen und Fahrzeugen Signale gab; bald ragte sie, ein Glockenturm in der ruhigen und umfriedeten Civitas Die. […] Ein solcher Dienst verpflichtet auch die neuen Verlagsinhaber sowie der Herausgeber. […] Drum wird hiermit mit besonderem Bedacht ein Mitarbeiterstab ausgewählt werden, der eine Elite des katholischen Europa darstellt und dem eine europäische Zusammenordnung der Geister und der Dinge am Herzen liegt. Was sonst mach die Substanz jenes Europa aus, […] als jene abendländische Kulturverbundenheit, über die Pallas Athene gewaltet hat, die im Imperium Romanum ihren Körper gefunden und in der katholischen Kirche die Taufe des Heiligen Geistes erhalten? Wir Katholiken brauchen nicht erst ein Briandsches Europäisch zu erlernen: wir haben das katholische Latein. Wir spüren noch das Blut in uns, das einst die Christenheit gefügt, die in Wahrheit der Völkerbund des Mittelalters war, an dessen Wiedererweckung heute die besten Kräfte […] so heißes bemühen setzen. », Moenius, Georg, « Zum Geleite! », Allgemeine Rundschau, 5 janvier 1929, p. 1.

25 La démocratie et la Suisse : Essai d'une philosophie de notre histoire nationale, Berne, Editions du Chandelier, 1929. Cf. notamment Munro, Gregory, Hitler's Bavarian Antagonist…, op.cit. pp. 121-145.

26  Mattioli, Aram, Gonzague de Reynold. Idéologue d’une Suisse autoritaire, Fribourg, éditions Universitaires Fribourg Suisse, 1997, p. 118.

27  « Was verstehen wir unter Romanitas? […] Die Kirche ist zunächst katholisch, das heißt universal. […] Endlich ist sie römisch, weil ihr sichtbares Haupt, der rechtmäßige Nachfolger des hl. Petrus, in Rom seinen Sitz hat und sie von Rom aus regiert. », de Reynold, Gonzague, « Romanitas », Allgemeine Rundschau, 5 octobre 1929 (Abendland-Nummer), p. 782.

28  « […] treu wie ein civis Romanus, als Legionär zum Wachtdienst und Kampfe bereit », « Zur Psychologie des abendländischen Geistes », Allgemeine Rundschau, 5 octobre 1929 (Abendland-Nummer), p. 787.

29  Edit de Caracalla (212 ap. J.C.) accordant la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l’Empire.

30  « In erster Linie eignete dem römischen Reiche ein universaler Charakter. Er war nicht nur das Abendland allein, es war auch das Morgenland. Im Abendland war es nicht nur Rom, nicht nur Italien, sondern auch Spanien, die gallischen und die Donauländer, die griechische Welt, ferner Großbritannien du fast ganz Germanien; mit einem Wort, das römische Reich war bereits Europa. Dann hatte das Imperium noch ein anderes Merkmal, ein anderes Kennzeichen der Universalität: die Idee des Friedens, die pax romana. […] den dritten und wichtigsten Zug: das römische Reich wurde eine Annahme an Kindesstatt, Omnes qui in orbe romano sunt, cives romani efficiuntur.[…] Von diesem Augenblick an deckt sich Romanitas nicht mehr mit Latinitas, von diesem Augenblick an kann einer Germane und Römer, Slave und Römer, Kelte und Römer, Afrikaner und Römer oder Asiat und Römer sein. », ibid.

31  « Für mich hat das Wort Romanitas diesen universalen Sinn. Es bezeichnet das Wesen der europäischen Zivilisation selbst. », ibid.

32  « [dies Europa] ist ein germanisch-lateinisches Europa. Die Romanitas ist demnach die Versöhnung des germanischen und des lateinischen Genius in einem gemeinsamen Werk. », ibid.

33  « Aus dieser universalen Idee von Ordnung und Frieden ist die christliche Welt des Mittelalters entsprungen, ist das Heilige römische Reich Deutscher Nation hervorgegangen. », ibid. A propos de l’idée impériale, cf. Munro, Gregory, « The Holy Roman Empire in German Roman Catholic Thought, 1929-33: Georg Moenius‘ Revival of Reichsideologie », Journal of Religious History, vol. 17, Issue 4, 1993, pp. 439-464.

34  Citons par exemple, « Winter-Moenius, Romanitas. Ein Briefwechsel »,Allgemeine Rundschau, 22 février 1930 (Abendland-Nummer); « Gespenster. Eine Auseinandersetzung mit Einwänden gegen die Romanitas », Allgemeine Rundschau, 13 septembre 1930; « Romanae majestati reddere proprium decus » (Abendland-Nummer), Allgemeine Rundschau, 22 février 1930; « Wir leben im Imperium Romanum », Allgemeine Rundschau, 5 janvier 1933 (Sondernummer Imperium Romanum).

35  Moenius, Georges (sic), « Le germanisme contre la romanité (Témoignage d’un catholique allemand) », La Revue universelle, Tome XXXVII N° 6, 15 juin 1929, pp. 641-658. Massis reprendra cet article en complément de son ouvrage publié après la Deuxième guerre mondiale : Massis, Henri, Allemagne d’hier et d’après demain, suivi de Germanisme etromanité, par Georg Moenius, Paris, Éditions du Conquistador, 1949.

36  Moenius, Georges (sic), « Saint Benoît le Romain », La Revue universelle, Tome XXXIX N° 17, 1er décembre 1929, pp. 572-576.

37  Présentation de l’article et de l’auteur, ibid, p. 642.

38  Repoussant les Alamans à la bataille de Strasbourg en 357 ap. J.C.

39  « Als die Alemanen den Limes durchbrochen hatten und der Caesar Julian sie über den Rhein zurückzuwerfen beschloß, ermunterte er sein Heer in der Schlacht bei Straßburg : Romanae majestati reddere proprium decus. Auch heute handelt es sich in geistigen Sinne für das Abendland aufs Neue darum : „der römischen Majestät ihre Ehre wiederzugeben“ », Introduction à : Massis, Henri, Verteidigung des Abendlandes, op. cit., p. 113.

40  « Er trägt als römischer Legionar die funkelnden Zeichen S.P.Q.R. auf dem Lanzenschaft und auf seinem Schilde das Kreuz. Er ist einer der besten aus der französischen Elite des lateinischen Geistes. Sollten das keltische und lateinische Frankreich aufeinanderprallen, so stünde er in der Phalanx, deren Feldherren Namen von Caesar bis Maurras bezeichnen. […]. Seine Philosophie ist nicht römisch stilisiert, sondern römisch fundiert. So ist Massis noch in einem höheren Sinne Römer als Maurras, nämlich römischer Katholik. », ibid., pp. 15-16.

41  « So existieren auch zwei Deutschland, von denen das römisch erzogene nur in einer kleinen Elite lebendig ist, während auf allen entscheidenden Gebieten das teutonische agiert und das von römischem Kulturwillen beseelte beargwöhnt und vergewaltigt. Es ist richtig bemerkt worden, daß katholische Kultur jetzt noch dort zu finden ist, wo einst der römische Limes lief, sodaß heute wie ehedem ein Limes Deutschland in zwei Kulturgebiete zerlegt. », ibid., p. 17.

42  Ibid., p. 21.

43  Ibid., p. 44.

44  Ibid., p. 29.

45 « Infolgedessen bedeutet der Protestantismus in seinem Zurückgehen auf völkische Instinkte keinen Fortschritt, sondern einen Atavismus. », ibid., p. 20.

46  Ibid., p. 32.

47  « Hier soll keine Rasse gegen eine andere ausgespielt werde […]. Ist doch die katholische Kirche, die sich die besten Kräfte des Judentums assimilierte und dann in jene römische Welt einging, nachdem diese selber schon die hellenische Welt in sich verarbeitet hatte, eine weite Synthese und eine complexio oppositorum, in der sich alle Elemente wiederfinden. Die römische Prägung dieser Kirche indes garantiert in einer geistigen Pax Romana das Gleichgewicht aller Kräfte », op. cit. p. 32.

48  Ibid., p. 66.

49  « Die russische Gefahr für Deutschland heißt: Dostojewski. Dieser Slavophile und orthodoxe Reaktionär ist mehr als nur der Typ des Antiwestlers: er ist die Verkörperung der antirömischen Renitenz. Der Deutsche ist allzu offen für Dostojewski gewesen; sogar nach Frankreich ist dieser Russe gedrungen. Gegen ihn muß ein römischer Limes aufgerichtet werden. Sollte sich sein Einfluß verstärken, so wäre in der Tat das Abendland in Gefahr. Die Gefahr ist durchaus ernst zu nehmen, da Dostojewski nicht bloß eine Mode war wie ein kauernder Buddha ». ibid., p. 68.

50  « Man domestiziert erst die Bestie im eigenen Land, bevor man sich vor den Tieren anderer Landstriche fürchtet oder auf exotische Jagdabenteuer geht! ». ibid., p. 96.

51 « Im 13. Jahrhundert […], wo der Franzose, Italiener, Engländer oder Deutsche in erster Linie Mensch war, Bürger einer universellen Kultur, die ihre Sprache, ihren Geist, ihren Glauben, ihre Wissenschaft, ihre Kunst, ihre Art zu empfinden hatte. Diese Kultur von universellem Gepräge entsprach am ersten der göttlichen Weltordnung », ibid., p. 17.

52  « Es ist außer Zweifel, daß eine Stärkung des Katholizismus eine Kräftigung europäischer Kulturzusammenhänge bedeutet. Der Anschluß Deutschlands an die römische Kulturwelt löst auch das deutsch-französische Problem. In diesem Sinne ist Rom die europäische Lösung aller Fragen ». ibid., p. 53.

53  Moenius, Georg, Der neue Weltmonarch, Westheim bei Augsburg, G. Rost (Wiborada-Verlag), 1948. Cf. Faber, Richard, « Vom heiligen römischen Reich zur euro-amerikanischen Weltordnung. Über christliche Abendland-Ideologie », Sous la direction de Richard Faber, Imperialismus in Geschichte und Gegenwart, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2005, pp. 21-39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joris Lehnert, « Rome ou la solution à tous les problèmes européens : Georg Moenius et le concept de romanité durant l´entre-deux-guerres », Amnis [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 16 avril 2014. URL : http://amnis.revues.org/1844

Haut de page

Auteur

Joris Lehnert

Freie Universität Berlin, Germany, joris.lehnert@web.de

Haut de page

Droits d'auteur

© tous droits réservés

Haut de page