Navigation – Plan du site

Avant-propos

María José Fernández Vicente, Université de Bretagne Occidentale, Brest, France

Texte intégral

1Du fait des liens historiques et culturels particulièrement étroits, l’espace euro-américain a toujours été et reste un terrain particulièrement fertile en matière d’échanges, transferts et circulations, le tout ayant largement contribué à façonner les hommes ainsi que leur environnement des deux côtés de l’Atlantique.

  • 1  Compagnon, Olivier, « L’Euro-Amérique en question. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates, mis en l (...)

2En ce qui concerne les sciences sociales, ces échanges et transferts culturels ont longtemps été considérés en termes d’«  influence », voire de rayonnement, ce qui sous-entendait un rapport de domination culturelle. La question relative aux modalités de réception de ces échanges étant souvent délaissée, les transferts avaient pour la plupart un caractère unidirectionnel : est-ouest pour ce qui est des échanges Europe-Amérique latine, et nord-sud pour ceux concernant le continent américain. Or il est maintenant largement admis que les échanges sont plutôt multidirectionnels, avec de nombreux allers-retours, qu’ils peuvent avoir une dimension diachronique, et que les pôles de réception s’approprient de façon active et dynamique ces transferts culturels, qu’ils adaptent par la suite à leur contexte et environnement. Comme le soulignait Olivier Compagnon, le succès de la notion de transfert culturel « s’explique notamment par le fait qu’elle permet de contourner un certain nombre des écueils […] : en déplaçant résolument l’objet de l’analyse à la manière dont le produit culturel circule et se transforme par le fait même de la circulation, les transferts culturels autorisent des approches plus complexes de la circulation des idées ; celle-ci peut désormais plus facilement être pensée en termes d’échanges multilatéraux ou de va-et-vient, sans doute plus conformes à la complexité du réel ».1

  • 2  Fibbi, Rosita et D’Amato,Gianni, « Transnationalisme des migrants en Europe : une preuve par les f (...)
  • 3  Dufoix, Stéphane, « Un pont par-dessus la porte. Extraterritorialisation et transétatisation des i (...)

3Avec la notion de transfert culturel, celle de transnationalisme est venue également enrichir et complexifier le cadre dans lequel s’inséraient les études sur les échanges et les relations transfrontalières. En matière de mobilité de populations, le concept de transnationalisme sous-entend la construction de champs sociaux à travers lesquels les migrants créent un lien – imaginaire ou réel – entre pays d’origine et société d’accueil, mettent en place des relations (sociales, économiques etc.) et développent des activités qui transcendent les frontières classiques.2 De ce fait, la perspective transnationaliste nous montre à quel point la circulation des personnes contribue à dépasser et brouiller les frontières classiques des Etats-nations et à rapprocher des territoires lointains. Néanmoins, comme Stéphane Dufoix a très pertinemment signalé, la porosité liée à la mondialisation ne s’est pas toujours faite au détriment des États, dans la mesure où l’État et la Nation se « transétatisent » également dans le but de saisir leurs populations installées au-delà de leurs frontières étatiques.3

  • 4  Sur l’importance de tenir compte de l’intégration dialectique de concepts tels que spontanéité et (...)

4Les différentes études réunies dans ce douzième numéro de la revue Amnis montrent la variété, la richesse et la vitalité des échanges et des circulations à l’intérieur de l’espace euro-américain à l’époque contemporaine. A partir de contextes spatio-temporels très divers, les travaux ici réunis rendent compte également de l’influence des contextes nationaux et internationaux, des contraintes étatiques et des volontés individuelles, sur les projets de mobilité des acteurs sociaux.4

  • 5  Jofre Cabello, Ana, « Nuevo marco teórico-conceptual para el estudio de las migraciones. Una visió (...)

5Les travaux sont divisés en trois blocs thématiques. Le premier est consacré aux mécanismes et aux acteurs de la mobilité. Nous y observons ce que les études migratoires attestent depuis quelques décennies déjà, à savoir : l’importance des chaines et des réseaux migratoires5. Qu’il s’agisse de migrations libres ou d’exils politiques, le choix de la destination et la manière dont les déplacements ont lieu sont souvent déterminés par l’accès à l’information et à l’assistance matérielle fournies par des parents ou des connaissances précédemment émigrés (N. A de Cristóforis). Nonobstant, les travaux de ce premier bloc font également ressortir d’autres mécanismes favorisant les déplacements. C’est le cas des « connexions émotionnelles » liées à des sentiments d’amitié ou de solidarité existant entre les populations de différents pays, comme ce fut le cas entre la France et le Chili après la chute de Salvador Allende (N. Prognon).

6Avec les individus en déplacement, un deuxième type d’acteur se dégage des travaux de ce bloc : les États, dont leur importance dans les processus de mobilité reste très variable, pouvant aller d’une grande responsabilité et implication dans les processus et mécanismes de la mobilité – c’est le cas des États chiliens et français analysés par N. Prognon – aux actions d’une portée assez limitée des États espagnol (N. A de Cristóforis) et français (D. Díaz) dans les politiques de départ et de contrôle des individus en déplacement.

7Le deuxième bloc est consacré aux transferts culturels transatlantiques. De cet ensemble d’articles se dégage, tout premièrement, l’énorme richesse, la variété et la vivacité de ces transferts et échanges : les idées et les idéologies, les savoirs et les savoir-faire, les modèles aussi bien que les stéréotypes, les arts aussi bien que les sciences… circulent activement dans cet espace euro-américain. Dans cette circulation continue de savoirs, les travaux de ce deuxième bloc attribuent un rôle prépondérant aux « passeurs culturels ». En tant qu’intermédiaires entre deux mondes, des artistes (P. Cohen Avenel), des savants (M. Wastable), des traducteurs (T. Preveraud) ou des hommes politiques (K. Schembs) ont largement contribué à la circulation et aux échanges culturels à travers des époques et des contextes historiques et géographiques très différents.

8Avec l’image du « passeur culturel », la question de la « réception » traverse également l’ensemble des travaux réunis dans cette deuxième partie. Les différents articles soulignent le caractère variable et changeant – en fonction des contextes historiques et géographiques – de cette réception (P. Cohen-Avenel). De même, ils évoquent la manière dont les groupes récepteurs adaptent et se réapproprient ces échanges (T. Preveraud), allant parfois même jusqu’à la résistance et le rejet des transferts « forcés », comme ce fut le cas avec la propagande de l’Italie fasciste à destination des communautés italiennes installées en Argentine (K. Schembs).

9Naviguant entre la culture d’origine et celle du pays d’accueil, les populations migrantes sont obligées de composer avec cette double appartenance. Les travaux du troisième bloc, consacrés aux rapports entre mobilités transnationales et constructions identitaires, nous montrent, tout d’abord, la complexité et la diversité des rapports entre ces différentes identités : superposées (A. Le Lièvre) voire en claire concurrence (O. Álvarez Gila), elles sont souvent marquées par des enjeux nationaux et transnationaux (A. Le Lièvre). Oscillant entre volonté d’intégration et réaffirmation d’une identité « ethnique », les réponses aux tensions entre les différentes identités doivent également tenir compte de la dimension « générationnelle », car elles sont différentes, voire clairement divergentes entre la génération des primo-arrivants et celles de leurs enfants et petits enfants (O. Álvarez Gila). Dans tous les cas, l’ensemble de travaux de cette troisième partie vont dans le sens d’une approche constructiviste et non pas essentialiste des identités, leurs auteurs s’accordant sur le fait que celles-ci sont le résultat de constructions, qu’elles soient individuelles (Y. Denéchère) ou collectives, ou qu’elles aient comme but l’intégration (A. Le lièvre), l’affirmation ethnique (O. Álvarez Gila) ou bien la lutte collective (M. Schelotto).

10Témoins de la richesse et de la vivacité des relations et des échanges entre les deux rives de l’Atlantique, les travaux recueillis dans ce numéro nous permettent de mieux saisir les contours et les mécanismes de cette « culture de la mobilité » qui constitue l’essence même des relations entre les deux rives de l’Atlantique.

Haut de page

Notes

1  Compagnon, Olivier, « L’Euro-Amérique en question. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates, mis en ligne le 03 février 2009, consulté le 13 juin 2013. URL : http://nuevomundo.revues.org/54783

2  Fibbi, Rosita et D’Amato,Gianni, « Transnationalisme des migrants en Europe : une preuve par les faits », Revue Européenne des Migrations Internationales, n° 24, T 2, 2008, p. 7.

3  Dufoix, Stéphane, « Un pont par-dessus la porte. Extraterritorialisation et transétatisation des identifications nationales », Stéphane DUFOIX, Carine GUERASSIMOFF et Anne DE TINGUY (dir.), Loin des yeux, près du cœur. Les États et leurs expatries, Paris, Presses de la Fondation Nationale de Sciences Politiques, 2010, p. 17.

4  Sur l’importance de tenir compte de l’intégration dialectique de concepts tels que spontanéité et contrainte, push et pull, État et individu, structure et conjoncture, contraintes et volontés individuelles, etc. dans les mouvements de masse contemporains, voir Green, Nancy, Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002, p. 104.

5  Jofre Cabello, Ana, « Nuevo marco teórico-conceptual para el estudio de las migraciones. Una visión desde la Geografía », Ana JOFRE CABELLO (coord.), La teoría de las redes sociales y las migraciones de españoles a la Argentina (1860-1960), La Plata, Ediciones al Margen, 2000, pp. 15-26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

María José Fernández Vicente, Université de Bretagne Occidentale, Brest, France , « Avant-propos », Amnis [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://amnis.revues.org/1914

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org