Navigation – Plan du site
La mobilité transatlantique : mécanismes et acteurs

Des Brésiliens dans la France des années 1820. Contribution à une histoire des mobilités transatlantiques au xixe siècle

Delphine Diaz

Résumés

S’inscrivant dans le cadre d’une histoire des circulations entre les deux rives de l’Océan atlantique, cette étude se propose d’éclairer les mobilités qui ont relié le nouvel Empire du Brésil, fondé en 1822, à la France de la Restauration. Si les circulations de Brésiliens vers la France peuvent s’expliquer par les exils politiques qui ont frappé, de manière individuelle ou collective, certains sujets de l’Empire du Brésil après la proclamation de son indépendance, les déplacements entre les deux rives de l’Atlantique ont avant tout trouvé leurs origines dans les circulations professionnelles et étudiantes, bien plus importantes numériquement, qui s’expliquaient par la capacité d’attraction et le degré d’ouverture du système d’enseignement supérieur français. Pour d’autres Brésiliens, le séjour en France était également synonyme de pur loisir, aussi bien dans la capitale qu’en province, où les aristocrates s’adonnaient aux joies des bains de mer et du « tourisme ». Grâce à des fonds d’archives policiers d’origine française, cette étude veut ainsi mettre en lumière la dimension plurielle de la présence brésilienne dans la France des années 1820.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Brasil, Francia, movilidades, siglo XIX
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cañizares-Esguerra, Jorge et Seeman, Erik R. (Dir.), The Atlantic in Global History, 1500-2000, Pe (...)
  • 2  Bender, Thomas, « Foreword », The Atlantic in Global History…, op. cit., p. xviii.

1Les échanges d’hommes, de biens et de savoirs entre l’Europe et l’Amérique constituent l’un des objets privilégiés par « l’histoire atlantique ». Né en pleine Guerre froide, ce paradigme a surtout été utilisé jusqu’il y a peu pour penser les liens entre les deux rives de l’Océan à l’époque moderne. Initialement, l’histoire atlantique s’est focalisée sur la question de l’expansion coloniale et de ses conséquences, comme par exemple la traite des esclaves, ou encore la circulation des idées et des modèles révolutionnaires au xviiie siècle. Ses récentes réinterprétations, telles qu’elles ont été par exemple énoncées dans l’ouvrage dirigé en 2006 par Jorge Cañizares-Esguerra et Erik Seeman – The Atlantic in Global History, 1500-20001–, tendent désormais à élargir son champ et à renouveler ses objets. Ainsi, alors que l’histoire atlantique s’était essentiellement attachée à l’étude de la période moderne, l’époque contemporaine n’est désormais plus en reste. De même, ce ne sont plus seulement les rives de l’Atlantique Nord qui sont aujourd’hui envisagées dans leurs interactions, mais l’ensemble des côtes bordant l’Océan, Amérique du Sud et Atlantique Sud compris2.

  • 3  Il s’agit des fonds F7 6731 à 6737 aux Archives nationales (AN), qui éclairent l’existence des Bré (...)

2C’est dans ce champ renouvelé de l’histoire des mobilités et des migrations transatlantiques que nous souhaiterions inscrire notre étude sur les circulations de Brésiliens vers la France des années 1820. En centrant l’essentiel de notre analyse sur les fonds d’archives policiers d’origine française3, nous nous proposons d’éclairer des déplacements entre l’Amérique du Sud et l’Europe au cours du premier xixe siècle. La présente étude veut en effet mettre en lumière les mobilités qui ont relié le nouvel Empire brésilien, proclamé indépendant du Portugal en 1822 par Dom Pedro Ier, à la France de la Restauration, en montrant que les Brésiliens n’empruntaient pas seulement l’ancien circuit colonial vers l’ex-métropole.

  • 4  En France, ce vocable tiré de l’anglais fait son apparition en 1816, dans le Voyage d’un Français (...)

3Si les circulations de Brésiliens vers la France peuvent s’expliquer par les exils politiques qui ont frappé, de manière individuelle ou collective, certains sujets de l’Empire du Brésil après la proclamation de son indépendance, les déplacements entre les deux rives de l’Atlantique ont avant tout trouvé leur origine dans les circulations savantes et étudiantes, bien plus importantes numériquement. Pour d’autres Brésiliens, le séjour en France était également synonyme de pur loisir, aussi bien dans la capitale qu’en province, où les aristocrates s’adonnaient aux joies des bains de mer et du « tourisme »4, pour emprunter un vocabulaire qui a précisément fait son apparition dans la langue française à cette époque.

4Les nombreux dossiers de police éclairant l’itinéraire des Brésiliens installés ou de passage dans la France des années 1820 permettent d’enquêter sur ces étrangers, parfois difficilement distingués des Portugais par les autorités françaises. Le séjour ou le simple passage des Brésiliens en France ne peut être compris isolément des mobilités européennes et transatlantiques dans lesquelles il s’insérait. Les exilés politiques brésiliens effectuaient de fréquents allers et retours entre la France et le Portugal, pays avec lequel ils continuaient à entretenir des liens étroits, mais aussi entre la France et le Brésil, à la faveur des grâces et des amnisties dont ils pouvaient faire l’objet au fil des années.

Exils et circulations politiques depuis le Brésil de Dom Pedro Ier vers la France des Bourbons

  • 5  Par exemple, sur la figure célèbre de José Bonifácio de Andrada, voir Enders, Armelle, Plutarque a (...)
  • 6  Rolland, Denis, « Mémoire, histoire et imaginaire de l’exil brésilien : introduction », L’Exil bré (...)
  • 7  Santos Monteiro, Cláudio Antônio, « France, terre fertile d’exil ? La mort de Dom Pedro II à Paris (...)
  • 8  En 1827, l’éditeur de l’Histoire de Jean VI estime ainsi à deux cents le nombre de Brésiliens viva (...)

5L’exil politique est sans nul doute l’une des origines les plus évidentes – mais pas forcément les plus fréquentes – des mobilités qui ont relié le Brésil à la France de la Restauration. Les migrations et circulations politiques depuis le nouvel « Empire du Brésil » vers la France du premier xixe siècle sont restées dans l’ombre des travaux historiques existants, si l’on met à part les biographies s’intéressant aux grandes figures brésiliennes contraintes de séjourner temporairement en France5. Un récent ouvrage collectif intitulé L’Exil brésilien en France, qui envisageait avant tout l’accueil des Brésiliens dans la France des années 1960-1970, évoquait le xixe siècle comme une période où le « tropisme francophile »6 des élites brésiliennes tendait à faire de la France un modèle tout à la fois politique et culturel et, par conséquent, une terre d’asile privilégiée. Mais sur les origines de la tradition d’un exil politique vers la France, remontant pourtant au xixe siècle, seul était mentionné le séjour forcé de l’empereur Dom Pedro II, qui avait trouvé refuge en France après la révolution républicaine de 1889, et auquel était consacrée l’une des contributions7. Rien, en revanche, sur les exilés brésiliens du premier xixe siècle qui, sans avoir été nombreux d’un point de vue purement quantitatif8, mériteraient pourtant une place dans l’histoire longue des flux d’émigration politique qui ont relié le Brésil à la France.

  • 9  Enders, Armelle, Nouvelle histoire du Brésil, Paris, Chandeigne, 2008, p. 104 : « Au Brésil, l’élé (...)

6Des simples soubresauts politiques aux véritables révolutions, plusieurs événements marquants de l’histoire intérieure du Brésil et du Portugal contribuent à expliquer les migrations politiques de Brésiliens vers la France des Bourbons. S’il n’y a pas de trace, du moins dans les archives françaises, d’exilés venus en France immédiatement après 1817, date de la grande révolte du Pernambouc, cette première insurrection constitue sans aucun doute une matrice essentielle pour comprendre le libéralisme et le républicanisme naissants dans le royaume du Brésil9. D’ailleurs, plusieurs leaders de la révolte pernamboucaine se retrouveront ensuite parmi les hommes politiques chassés du Brésil par son premier empereur, Dom Pedro Ier.

  • 10  Voir Archives Nationales de France (désormais AN), F7 6731, dossier n° 17.
  • 11  Pour reprendre l’expression d’Armelle Enders, dans Enders, Armelle, Nouvelle histoire du Brésil, o (...)
  • 12  AN, F7 6731, dossier n° 4, note du ministère de l’Intérieur, 25 octobre 1827.

7Son règne tumultueux commence en 1822, année où le prince-régent du trône de Portugal décide de ne pas rentrer en Europe, d’entrer en dissidence avec les Cortes de Lisbonne, pour finalement proclamer l’indépendance du Brésil en septembre. Rapidement, Dom Pedro utilise l’arme de la proscription pour évincer les personnalités politiques qu’il juge gênantes ou menaçantes. À la fin de l’année 1822, ce sont par exemple le père Januário da Cunha Barbosa, prédicateur royal depuis 1808, et José Clemente Pereira, président du conseil municipal de Rio, qui doivent s’exiler vers la France10. Une autre série d’exils politiques au départ du Brésil, plus violents encore, intervient au cours de l’année 1823. Si Dom Pedro avait constitué un nouveau gouvernement dès le mois de janvier 1822, et réuni une Assemblée constituante en juin, le nouvel empereur s’en est affranchi très rapidement. Après s’être débarrassé des principaux membres de son gouvernement, les frères Andrada, partisans d’un « pombalisme à la brésilienne »11, Dom Pedro dissout brutalement l’Assemblée constituante de Rio en novembre 1823. Dans ces circonstances, plusieurs des membres éminents du gouvernement et de l’Assemblée sont amenés à traverser l’Atlantique contre leur gré. Une note du ministère de l’Intérieur français décrit ainsi le long voyage de ces exilés politiques chassés de Rio de Janeiro à l’automne 1823 : ils touchent d’abord Vigo, en Espagne, où ils sont mal « accueillis par les autorités espagnoles »12, et arrivent finalement dans le port de Bordeaux à l’été 1824. Parmi les hommes politiques exilés du Brésil en 1823 et parvenus en France l’année suivante, se trouvent bien sûr les célèbres frères Andrada, à savoir l’ancien chef du gouvernement de Dom Pedro, José Bonifácio de Andrada e Silva, le « patriarche de l’Indépendance », ainsi qu’Antônio Carlos Ribeiro de Andrada Machado e Silva et Martim Francisco Ribeiro de Andrada. Tous trois fixent leur résidence dans le Sud-Ouest de la France (en Dordogne, puis en Gironde). Les accompagnent dans ce séjour d’exil des membres de l’Assemblée Constituante de Rio, comme Francisco Gê Acayaba de Montezuma ou José Joaquim da Rocha, qui obtiendront par la suite la permission de vivre à Paris. Paradoxalement, tous ces exilés politiques sont chassés par un roi qui a outrepassé ses pouvoirs et qui, en mars 1824, « octroie une charte » à son peuple, à la manière des Bourbons restaurés en France, pays qui joue pourtant le rôle d’une terre d’accueil pour les Brésiliens.

  • 13  Sur la définition progressive de cette catégorie, voir Mondonico-Torri, Cécile, « Les réfugiés en (...)
  • 14  Les autorités françaises voudraient traiter les exilés brésiliens comme les exilés libéraux espagn (...)
  • 15  Block, Maurice, Dictionnaire de l’administration française, Paris, Berger-Levrault et fils, 1856, (...)
  • 16  AN, F7 6731, dossier n° 4, lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur, (...)

8Néanmoins, le statut de ces exilés dans la France des années 1820 demeure incertain. Plusieurs raisons à cela : d’abord, même si la réglementation ministérielle sur les exilés et réfugiés étrangers prolifère dès la Restauration, il faut attendre la première loi relative aux « étrangers réfugiés » du 21 avril 1832 pour que soit proposée une ébauche de définition de cette catégorie particulière qui rassemble les étrangers reconnus comme tels par le gouvernement français, et secourus à ce titre13. Par ailleurs, les exilés brésiliens eux-mêmes tendent à brouiller leur identité sous la Restauration, en refusant le qualificatif d’« exilés » ou de « réfugiés », et en se présentant aux autorités françaises comme de simples victimes d’une disgrâce toute temporaire. En juillet 1824, les trois frères Andrada ainsi que José Joachim da Rocha et le père Belchior Pinheiro de Oliveira, tous alors en exil à Bordeaux, adressent une pétition collective au ministère de l’Intérieur afin d’échapper au traitement attaché à cette catégorie particulière d’étrangers que sont les réfugiés14. À l’appui de leur démonstration, ils affirment être arrivés en France munis de passeports en règle et d’une pension confortable versée par l’empereur du Brésil, autant d’éléments qui ne cadrent pas avec la situation habituellement connue par les réfugiés : ceux-ci se verront peu à peu définis comme des individus « sans passe-port, sans relation avec aucun ambassadeur, éloignés de leur pays par des causes politiques, [venant] demander l’hospitalité à la France […] »15. De même que pour les Brésiliens installés à Bordeaux, la situation d’Acayaba de Montezuma ne semble pas claire aux yeux de l’administration française, qui hésite à lui attribuer l’appellation d’« exilé », puisque ce Brésilien est lui aussi « pensionné de l’Empereur Dom Pedro, quoiqu’il [ait] été exilé pour des motifs politiques »16, deux éléments qui semblent alors profondément incompatibles.

  • 17  Basílio Quaresma Torreão (1787-1867) est l’auteur, en 1824, d’un Compendio de Geographia Universal(...)
  • 18  AN F7 6732, dossier n° 2, pétition de Quaresma Torreão, 18 janvier 1825.
  • 19  Sur l’arrivée et le traitement de ces exilés portugais en France, voir Tanguy, Jean-François, « Le (...)
  • 20  AN, F7 6736, dossier n° 36, lettre de la préfecture d’Ille-et-Vilaine au ministère de l’Intérieur, (...)

9Mais les bouleversements de l’année 1823 ne sont pas les seuls événements à provoquer le départ de Brésiliens en direction de la France, émigration politique que l’on observe jusqu’à la fin de la décennie. En 1824, certains leaders de l’insurrection pernamboucaine sont amenés à traverser l’Atlantique après la fin de leur incarcération. C’est le cas de Basílio Quaresma Torreão17, qui affirme dans une pétition aux autorités françaises, écrite depuis le bateau qui l’a amené au Havre au début de l’année 1825, que des « motifs politiques [l’]ont forcé, [lui] et [s]on fils, âgé de 13 ans, de quiter [sa] chère patrie, Pernambuco […], envelopés avec le Drapeau Français et sous la protection de ce gouvernement [sic] »18. L’arrivée d’exilés brésiliens sur les côtes françaises est attestée jusqu’à la fin des années 1820. En 1829, des libéraux brésiliens passés par le Portugal s’engagent aux côtés des partisans de Dom Pedro contre son frère Dom Miguel, qui a profité de la mort de leur père João VI pour s’accaparer le pouvoir au Portugal : certains de ces Brésiliens paient leur engagement politique au prix fort de l’exil. En janvier 1829, un groupe de plus de 600 exilés, forcés de quitter l’île de Terceira par les troupes miguélistes, débarquent en rade de Brest, puis sont disséminés et assignés à résidence dans trois « dépôts » de réfugiés de l’Ouest français19. Parmi eux, l’officier brésilien José Machado das Necesidades, interné au dépôt de Mayenne : il demande quelques mois plus tard à bénéficier de fonds consulaires pour pouvoir rentrer au Brésil. Sans statut ni reconnaissance, cet officier brésilien, que le ministère de l’Intérieur contraint aux mêmes obligations de résidence et de contrôle que les Portugais, ne bénéficie pourtant pas des secours qui sont alors attribués à ces derniers20.

  • 21  Cet itinéraire suggère ainsi à quel point il est nécessaire d’envisager ces exils comme des « péré (...)

10Au moment même où certains exilés brésiliens, perdus dans la masse des libéraux portugais, touchent le sol français, ceux arrivés dans les années 1822-1823 le quittent pour regagner « l’Empire du Brésil ». C’est en effet à la fin de la décennie que rentrent chez eux les frères Andrada, José Joachim da Rocha, ou encore Francisco Gé Acayaba de Montezuma, après un passage par la Belgique et l’Angleterre21. La révolution libérale d’avril 1831, consécutive au rassemblement du Campo de Santana, pousse l’empereur Dom Pedro Ier à abdiquer en faveur de son fils : il confie précisément la régence à un ancien exilé, José Bonifacio de Andrada, qui retrouve alors temporairement toute son influence au sommet de l’État.

Une mobilité professionnelle à double sens

  • 22 . Voir leur notice biographique respective dans Sisson, Sébastien Auguste, Galeria dos brasileiros (...)

11Au cours des années 1820, les mobilités entre le Brésil et la France et vice versa ne sauraient néanmoins se réduire aux allers et retours de cette poignée d’exilés au statut plus qu’incertain dans le pays d’accueil, qui jouissent généralement en rentrant au Brésil d’une position particulièrement privilégiée. Si José Bonifacio de Andrada devient pour un temps régent de l’Empire, José Joachim da Rocha, après son retour au Brésil, repart en 1831 pour Paris, mais cette fois-ci non plus comme exilé, mais comme ministre plénipotentiaire de l’Empire du Brésil en France ; Francisco Gé Acayaba de Montezuma rejoint l’Assemblée générale constituante de 1831, où il devient l’un des pionniers du mouvement d’abolition de l’esclavage22.

  • 23  Enders, Armelle, Nouvelle histoire du Brésil, Paris, Chandeigne, 2008, p. 102.

12Parallèlement aux exils politiques et aux migrations de retour qui font suite aux grâces et aux amnisties, les circulations de négociants et de marchands jettent elles aussi un pont entre les deux rives de l’Atlantique dans les années 1820. Soulignons d’abord que la mobilité professionnelle entre les deux pays ne s’est pas seulement faite à sens unique au cours du premier xixe siècle. Au début de son règne, en 1816, Louis XVIII avait ainsi envoyé au Brésil une « mission d’artistes et d’artisans » pour doter la colonie portugaise, à la demande de celle-ci, d’une école royale des sciences, arts et métiers. Confrontée à de nombreuses difficultés, la mission s’était assez vite dispersée, mais certains des artistes et artisans français qui en faisaient partie s’étaient installés plus durablement au Brésil, où ils avaient été à l’origine de la création de « l’Académie royale des Beaux-arts »23 en 1820.

  • 24  AN, F7 6732, dossier n° 1, lettre du sous-préfet du Havre au directeur général de la police, minis (...)
  • 25  AN, F7 6732, dossier n° 13, cas de Rocha Bastos, négociant originaire de Salvador de Bahia qui ven (...)
  • 26  AN, F7 6733, dossier n° 14, consacré au négociant Bento de Carvalho qui, selon une lettre de la pr (...)

13Dans la lignée de ces circulations économiques et transferts de savoir-faire, certains Brésiliens rejoignent aussi la France des années 1820 pour des motifs professionnels. Néanmoins, l’origine économique de leur déplacement n’exclut pas forcément une motivation politique. En 1825, le dossier individuel consacré par le ministre de l’Intérieur français à Manoel de Oliveira Arouca – ou Aronca, selon les orthographes employées par l’administration française – révèle toute la complexité de son parcours. Négociant portugais établi au Brésil depuis de nombreuses années, Arouca avait pris le parti des Portugais contre les Brésiliens, sans doute au moment de l’indépendance, et avait dû fuir la vindicte des indépendantistes pernamboucains en s’embarquant pour Le Havre. En 1825, néanmoins, il obtient un passeport pour rentrer au Brésil, mais a visiblement profité de son séjour contraint en France pour y tisser de nouveaux liens professionnels24. La frontière est donc poreuse entre l’exilé politique et le négociant en déplacement, deux figures pouvant aisément se superposer dans les faits à cette époque. D’ailleurs, la géographie des ports d’arrivée en France (Le Havre, Bordeaux, Brest), mais aussi celle des villes d’accueil correspond, peu ou prou, à celle des foyers économiques avec lesquels les négociants brésiliens sont en lien étroit. Spécialisés dans la vente de pierres, de métaux précieux et de bijoux25, mais aussi d’articles de verroterie et de quincaillerie26, ces Brésiliens effectuent de fréquents allers et retours entre la France et leur pays, nécessaires à la bonne marche de leurs affaires, et ce malgré la durée et la pénibilité du voyage.

  • 27  AN F7 6732, dossier n° 19, lettre de la préfecture de police au ministère de l’Intérieur, 29 décem (...)
  • 28  AN, F6732, dossier n° 38, cas du Père António Moniz Tavares, « religieux brésilien » qui reçoit (...)
  • 29  AN, F7 6732, dossier n° 13, lettre de la préfecture de police au ministère de l’Intérieur, 20 mars (...)
  • 30  AN, F7 6732, dossier n° 13, lettre de la préfecture de police au ministère de l’Intérieur, 20 mars (...)
  • 31  AN, F7 6735, dossier n° 27, lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur (...)

14La mobilité professionnelle depuis le Brésil vers la France n’implique pas seulement les réseaux de marchands et de négociants. Les prélats brésiliens sont eux aussi amenés à traverser l’Atlantique et la France, dans l’attente, généralement, d’une audition par le pape. En décembre 1824, l’évêque dom Vidigal, dont on sait qu’il a été chassé de son diocèse « par suite des […] troubles du Brésil »27, quitte Paris pour Rome avec ses compagnons de voyage. Là encore, l’origine du déplacement jusqu’à la France – à la fois politique et religieuse – est plurielle. À côté de l’exemple des dignitaires de l’Église catholique, qui parfois viennent aussi à Paris pour suivre des cours à la faculté de théologie28, les archives policières françaises mettent en lumière plusieurs cas de médecins et de chirurgiens brésiliens venus améliorer leur art dans les facultés de médecine françaises. Le « médecin brésilien mulâtre »29 Gomes, arrivé à Paris en 1823, est « avantageusement noté à l’École de médecine »30. De même, Antonio Gomes de Aranjo, chirurgien originaire de Rio, arrivé par le port du Havre en 1826, dit à la préfecture de police vouloir « rester plusieurs années à Paris pour se perfectionner dans cette science »31. Les médecins et chirurgiens confirmés ne sont d’ailleurs pas les seuls à passer par la faculté de médecine de Paris. La mobilité étudiante d’origine brésilienne, qui apparaît comme particulièrement intense dans les années 1820, requiert un examen à la fois statistique et analytique.

Des étudiants brésiliens en France : le résultat d’une politique universitaire attractive ?

  • 32  Voir un témoignage français sur l’enseignement supérieur brésilien dans Le Globe, t. 7, n° 95, 28 (...)
  • 33  Caron, Jean-Claude, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le quartier latin, Paris, A (...)

15La fréquentation des facultés françaises par les étudiants brésiliens des années 1820, qui s’explique par le caractère encore embryonnaire de l’enseignement supérieur au Brésil32, se fait jour à travers les registres d’inscription mais aussi dans les fonds policiers français éclairant leur itinéraire. Si les archives de police fournissent d’utiles renseignements de nature qualitative sur ces étrangers, il est en revanche plus difficile d’aboutir à une recension exhaustive de ces individus, tant les orthographes utilisées pour écrire leurs patronymes sont sans cesse modifiées dans les correspondances. Les étudiants brésiliens sont accueillis dans l’ensemble des facultés françaises, et plus particulièrement dans les facultés de médecine, vers lesquelles ils sont les plus nombreux à se diriger. Dans sa thèse sur les étudiants à Paris, Jean-Claude Caron a souligné la présence importante de Brésiliens engagés dans des études de médecine. D’après les registres d’inscription à partir desquels il a établi un utile appareil statistique, les Brésiliens représentent au cours du premier xixe siècle le deuxième groupe d’étudiants en provenance des Amériques, juste après ceux venus des États-Unis. En 1809, 4,79 % des étudiants étrangers inscrits à la faculté de médecine de Paris sont d’origine brésilienne, une statistique qui reste stable trente ans plus tard, avec 5,05 % des étudiants étrangers en 183933.

  • 34  C’est également ce qu’avait observé François-Xavier Guerra au sujet des étudiants latino-américain (...)
  • 35  AN, F7 6732, dossier n° 15, lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur (...)
  • 36  Caron, Jean-Claude, Générations romantiques, op. cit., p. 73.
  • 37  AN, F7 6733, dossier n° 39, lettre du directeur général des Ponts et Chaussées et des Mines au min (...)
  • 38  AN, F7 6735, dossier n° 63, liste d’étudiants brésiliens inscrits à la faculté de médecine de Mont (...)

16D’autres Brésiliens entreprennent des études de droit, en particulier lorsqu’ils proviennent des élites politiques les plus proches des hautes sphères du pouvoir34. C’est le cas de Carlos Carneiro de Campos, fils d’un ancien ministre brésilien35, qui fréquente en 1827 la faculté de droit de Paris, et qui deviendra lui-même ministre des Finances du Brésil entre 1864 et 1865. Le nombre moins élevé d’étudiants brésiliens – et de manière plus large, d’étudiants étrangers – sur les bancs de la faculté de droit de Paris s’explique en réalité par le caractère beaucoup plus « national » de l’enseignement de cette discipline par rapport à celui de la médecine36. Outre les étudiants en droit ou en médecine, près d’une dizaine de jeunes Brésiliens sont également admis dans les Écoles royales des Ponts et chaussées et des Mines à la fin de la décennie, ce qui témoigne de la vivacité d’une tradition d’échanges de savoirs et de savoir-faire entre la France et le Brésil37. Enfin, ce n’est pas seulement par la diversité des disciplines étudiées en France que les Brésiliens s’illustrent, mais aussi par leur répartition géographique sur le territoire national. Bien sûr, les facultés de Paris sont les plus recherchées, mais cela n’exclut pas que les Brésiliens soient aussi admis dans des facultés provinciales, comme celle de médecine de Montpellier, où sept étudiants brésiliens sont par exemple recensés en 182738.

  • 39 La surveillance exercée sur les étudiants étrangers n’est d’ailleurs pas seulement policière : comm (...)
  • 40  Sur les origines de la surveillance de la population étrangère à Paris, voir Milliot, Vincent, « L (...)
  • 41  AN, F7 6733, dossier n° 39, lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de l’Intérieu (...)
  • 42  AN, F7 6735, dossier n° 25, lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur (...)
  • 43  AN, F6732, dossier n° 13, note du ministère de l’Intérieur, octobre 1824.

17Formant une population à la fois jeune et d’origine étrangère, les étudiants brésiliens font à ce titre l’objet d’une surveillance policière intense39, qui explique l’abondance de détails dont on dispose sur leur vie quotidienne. À Paris, ce contrôle est celui traditionnellement appliqué aux étrangers par la préfecture de police40. Mais il est encore renforcé par les injonctions du gouvernement brésilien, qui appelle de ses vœux une surveillance plus étroite exercée sur certains de ces jeunes gens bénéficiant d’une pension de l’État pour pouvoir étudier en France. En 1826, le chargé d’affaires du Portugal envoie d’ailleurs au ministère des Affaires étrangères français la liste des jeunes gens en question, « avec l’indication de leurs adresses »41, pour faciliter les filatures de la police. Grâce à cette collaboration, la préfecture de police de Paris débusque les absentéistes, comme ce Januário José de Freitas, étudiant originaire de Bahia, inscrit en droit en 1829, mais connu pour fréquenter plus assidûment les maisons closes que les cours de la faculté42. Malgré ces quelques cas isolés, les étudiants brésiliens semblent jouir d’une bonne réputation aux yeux de la préfecture de police, qui se félicite que ces derniers ne cherchent pas à « prendre la moindre part aux troubles, et même[à] énoncer leurs opinions »43.

  • 44  La qualité de cet accueil apparaît avec d’autant plus de clarté si on la compare au traitement rés (...)
  • 45  AN, F6732, dossier n° 2, lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de l’Intérieur (...)

18Ce regard approbateur que portent les autorités françaises sur les étudiants brésiliens doit d’ailleurs nous inciter à interroger les facilités d’accueil offertes par la France aux jeunes élites d’un pays en voie de formation, qui se distinguent à la fois par leur origine lointaine et parfois par leur couleur de peau, lorsque les étudiants en question sont désignés comme « mulâtres » ou « nègres » dans les rapports de police. La France manifeste un intérêt prononcé pour la bonne intégration des Brésiliens à ses établissements d’enseignement44. Ainsi, lorsqu’en 1825, l’exilé Basílio Quaresma Torreão demande à ce que son fils, qui l’a accompagné dans son séjour contraint, puisse rejoindre une maison d’éducation française, le baron de Damas, ministre des Affaires étrangères, s’empresse d’écrire au ministre de l’Intérieur qu’il « est avantageux d’encourager les étrangers à faire élever leurs fils en France »45. De manière plus générale, une correspondance adressée deux ans plus tard par le ministère de l’Intérieur à son collègue de l’Instruction publique va exactement dans le même sens. La nécessité de réserver un bon accueil aux étudiants brésiliens y est même explicitement reliée à la naissance du nouvel État-nation, devenu indépendant du Portugal en 1822 :

  • 46  AN, F7 6735, lettre du ministère de l’Intérieur au ministère de l’Instruction publique, 18 mai 182 (...)

[…] il peut être avantageux pour nos relations avec l’Amérique du Sud que ces jeunes gens appartenant à des familles très distinguées reçoivent du gouvernement des marques d’intérêt et trouvent dans nos écoles les facilités convenables pour perfectionner leur éducation ; on ne saurait douter que beaucoup de personnes considérables de l’Amérique du Sud encouragées par cet exemple ne prennent dès lors le parti d’envoyer leurs enfants en France, au lieu de les faire passer en Angleterre.46

19Dès cette époque, la politique universitaire s’inscrit donc dans une géopolitique plus ample : l’Amérique du Sud, nouvel acteur des relations internationales, doit être arrimée à la France et l’accueil des étudiants américains constitue l’un des outils parmi d’autres de cette politique.

Une « culture de la mobilité » ?

  • 47  Roche, Daniel, Les Circulations dans l’Europe moderne, xviie-xviiie siècle, Paris, Fayard-Pluriel, (...)

20Qu’il s’agisse de tirer parti du système universitaire français, ou du refuge offert par le pays, les Brésiliens qui fréquentent la France des années 1820 semblent à première vue exclusivement tournés vers un objectif pragmatique, d’après le tableau que nous avons dépeint de leur séjour au pays des Bourbons. En réalité, quelques nuances peuvent y être apportées, car les circulations de Brésiliens vers la France doivent aussi être reliées à cette « culture de la mobilité »47 qui a été décrite, pour l’Europe de l’époque moderne, par Daniel Roche.

  • 48  AN, F7 6732, dossier n° 13, lettre de la préfecture de police au ministère de l’Intérieur, 24 sept (...)

21Aux yeux des Brésiliens, le séjour à Paris est avant tout synonyme de plaisirs en tous genres. Manoel de Cerqueira Lima, dont les autorités françaises n’arrivent pas à savoir s’il est un exilé, un étudiant ou bien, plus probablement, un espion au service de l’ambassade du Portugal, « se livre entièrement aux plaisirs que lui offre la capitale »48. Du théâtre à l’opéra, du café au cabinet de lecture, en passant par les réunions au domicile de certaines notabilités brésiliennes ou même par la maison close, il est vrai que multiples sont les espaces publics et privés fréquentés dans la capitale par ces « touristes » avant la lettre. D’ailleurs, la géographie des lieux de loisir des Brésiliens va bien au-delà du seul cadre parisien, puisque ceux qui sont accueillis dans la France de la Restauration n’hésitent pas à y circuler, parfois sans avoir obtenu de passeports pour l’intérieur, pourtant théoriquement nécessaires à ces voyages en province.

  • 49  Corbin, Alain, Le Territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, Flammari (...)
  • 50  AN, F7 6731, dossier n° 3, lettre de la sous-préfecture de Bayonne au ministère de l’Intérieur, 26 (...)
  • 51  AN, F7 6732, dossier n° 34, lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur (...)
  • 52  Sur cette notion, voir Le Temps des capitales culturelles : xviiie-xxe siècles, Charle, Christophe (...)
  • 53  AN, F7 6732, dossier n° 15, lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de l’Intérieu (...)
  • 54  AN, F7 6733, dossier n° 31, lettre du commandeur de Barros, chargé d’affaires brésilien à Paris, a (...)

22Outre Paris, les Brésiliens fréquentent en effet les stations thermales ainsi que les premiers établissements de bains qui s’ouvrent sur les côtes françaises à partir des années 1820, sous l’influence d’une mode britannique49. L’exilé Francisco Gé Acayaba de Montezuma profite de l’été 1824 pour prendre les bains de mer à Biarritz avec sa femme, au mépris de l’obligation qui lui avait été faite de se rendre à Orléans. C’est ce que relève un rapport du sous-préfet de Bayonne adressé au ministère de l’Intérieur50. En revanche, le fils de José Joachim da Rocha, Inocencio, obtient de la préfecture de police de Paris un passeport pour rejoindre la station thermale pyrénéenne des Eaux-Bonnes en 182851. C’est pendant son séjour contraint en exil, durant lequel Inocencio a même été menacé d’expulsion hors de France pour ne pas avoir respecté les injonctions de résidence qui lui avaient été adressées trois ans plus tôt, que ce Brésilien devient l’acteur d’une mobilité choisie. Preuve, là encore, de la nécessité de ne pas envisager ces circulations de manière trop cloisonnée. Celles-ci excèdent d’ailleurs le cadre français : dans certains cas, la France n’est que l’une des « capitales culturelles »52 où les Brésiliens séjournent au fil de leur « Grand Tour » européen, qui les amène généralement à passer par Londres, Paris et Rome. Pedro d’Aranjo Lima, qui demande en 1825 un passeport pour les États pontificaux, dit vouloir effectuer ce voyage « pour son agrément »53. Son cas n’est pas isolé, et d’autres dossiers, comme ceux de João Antonio Pereira, ou José de Barros Villela, confirment la fréquence des circulations de loisir entre l’Angleterre, la France et les États italiens54.


*

23En définitive,à travers l’exemple des circulations brésiliennes vers la France tout au long des années 1820, cette étude a voulu illustrer deux faits majeurs. D’abord, la vivacité des relations transatlantiques au cours de la décennie, entretenue par le développement du bateau à vapeur et par l’apparition des premières lignes commerciales entre l’Europe et l’Amérique. C’est aussi la porosité de ces déplacements, qui obéissent à de multiples régimes de causalité, que nous avons pu mettre en lumière. Les catégories de l’« exilé politique », de l’« émigré », du « voyageur » – qui nous semblent aujourd’hui si évidentes et si distinctes – se superposaient aisément au cours du premier xixe siècle, provoquant parfois la perplexité de la police parisienne qui ne parvenait pas toujours à identifier le statut de certains des étrangers qu’elle devait pourtant surveiller. Plutôt que de parler d’« exil ou de « migration », il faudrait ainsi retenir les termes de « pérégrination » ou de « circulation », plus adaptés aux déplacements de ces représentants d’une nation en formation, traités comme tels par la France de la Restauration.

Haut de page

Notes

1  Cañizares-Esguerra, Jorge et Seeman, Erik R. (Dir.), The Atlantic in Global History, 1500-2000, Pearson, Upper Saddle River, 2006.

2  Bender, Thomas, « Foreword », The Atlantic in Global History…, op. cit., p. xviii.

3  Il s’agit des fonds F7 6731 à 6737 aux Archives nationales (AN), qui éclairent l’existence des Brésiliens et Portugais en France entre 1822 et 1830. Nous tenterons autant que faire se peut de croiser ces sources françaises avec celles d’origine brésilienne, plus rares sur la question du séjour en France dans les années 1820.

4  En France, ce vocable tiré de l’anglais fait son apparition en 1816, dans le Voyage d’un Français en Angleterre de Louis Simond. Ce n’est toutefois qu’à partir de la monarchie de Juillet que le sens du terme « touriste » s’élargit, de même que son usage se popularise après la publication, en juin 1838, des Mémoires d’un touriste de Stendhal.

5  Par exemple, sur la figure célèbre de José Bonifácio de Andrada, voir Enders, Armelle, Plutarque au Brésil. Passé, héros et politique (1822-1922), Paris, Les Indes savantes, 2012, pp. 60-65. Sur José Bonifácio de Andrada, voir également la biographie de Cavalcante, Berenice, Razão e sensibilidade. José Bonifácio, uma historia em três tempos, Rio de Janeiro, FGV, 2001.

6  Rolland, Denis, « Mémoire, histoire et imaginaire de l’exil brésilien : introduction », L’Exil brésilien en France. Histoire et imaginaire, Muzart-Fonseca dos Santos, Idelette, et Rolland, Denis (Dir.), Paris, L’Harmattan, 2008, p. 8.

7  Santos Monteiro, Cláudio Antônio, « France, terre fertile d’exil ? La mort de Dom Pedro II à Paris et la construction française de la mythologie impériale », L’Exil brésilien…, op. cit., pp. 175-184.

8  En 1827, l’éditeur de l’Histoire de Jean VI estime ainsi à deux cents le nombre de Brésiliens vivant en France. Anonyme, Histoire de Jean VI, roi de Portugal, Paris, Ponthieu, 1827, p. 53.

9  Enders, Armelle, Nouvelle histoire du Brésil, Paris, Chandeigne, 2008, p. 104 : « Au Brésil, l’élévation au rang de royaume, annoncée en décembre 1815, transforme les capitaineries en provinces. La mesure ne fait pas naître pour autant un corps politique et a une portée surtout symbolique. L’organisation des pouvoirs, née du transfert de la cour à Rio de Janeiro, suscite […] des tensions dans la monarchie. Les premiers à se lever contre le nouvel ordre des choses sont les Pernamboucains qui se révoltent en février 1817, et proclament leur indépendance et la République. »

10  Voir Archives Nationales de France (désormais AN), F7 6731, dossier n° 17.

11  Pour reprendre l’expression d’Armelle Enders, dans Enders, Armelle, Nouvelle histoire du Brésil, op. cit., p. 120.

12  AN, F7 6731, dossier n° 4, note du ministère de l’Intérieur, 25 octobre 1827.

13  Sur la définition progressive de cette catégorie, voir Mondonico-Torri, Cécile, « Les réfugiés en France sous la monarchie de Juillet : l’impossible statut », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 47-4, octobre-décembre 2000, pp. 731-745 ; Diaz, Delphine, « Les réfugiés politiques étrangers dans la France des années 1830 : de la redéfinition des figures d’autorité à la contestation des normes », Hypothèses, 2011/1, pp. 267-278.

14  Les autorités françaises voudraient traiter les exilés brésiliens comme les exilés libéraux espagnols, et leur interdire le séjour à Bordeaux et plus largement dans le Sud-Ouest de la France, à cause de la trop grande proximité des frontières espagnoles. Voir AN, F7 6731, lettre du ministre de l’Intérieur au directeur général de la Police, 9 juillet 1824 : « […] si ces étrangers restent en France, la mesure qu’il importe de prendre avant tout à leur égard est de les éloigner de la frontière d’Espagne et de nos ports de mer. »

15  Block, Maurice, Dictionnaire de l’administration française, Paris, Berger-Levrault et fils, 1856, p. 1412.

16  AN, F7 6731, dossier n° 4, lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur, 7 avril 1829.

17  Basílio Quaresma Torreão (1787-1867) est l’auteur, en 1824, d’un Compendio de Geographia Universal, paru à Londres à la Thomson Library. Après son retour au Brésil, il devint un personnage politique central, d’abord président des provinces du Rio Grande do Norte entre 1833 et 1836, puis de Paraíba entre 1836 et 1838.

18  AN F7 6732, dossier n° 2, pétition de Quaresma Torreão, 18 janvier 1825.

19  Sur l’arrivée et le traitement de ces exilés portugais en France, voir Tanguy, Jean-François, « Les réfugiés portugais dans l’Ouest de 1829 à 1834 : l’émigration politique d’une élite. Autorités nationales, autorités locales face à un phénomène nouveau », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2002, vol. 109, n° 4, pp. 59-78.

20  AN, F7 6736, dossier n° 36, lettre de la préfecture d’Ille-et-Vilaine au ministère de l’Intérieur, 5 novembre 1829 : « […] il avait rejoint à Mayenne les Portugais de ce dépôt, mais sans participer aux secours qu’ils recevaient. »

21  Cet itinéraire suggère ainsi à quel point il est nécessaire d’envisager ces exils comme des « pérégrinations » ou des « circulations », et non comme des migrations unidirectionnelles allant d’un point à un autre de l’espace euro-atlantique. Sur la notion de « pérégrination politique », voir Pécout, Gilles, « The International Armed Volunteers : Pilgrims of a Transnational Risorgimento », Journal of Modern Italian Studies, 2009, 14 (4), pp. 413-426, et Aprile, Sylvie, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010.

22 . Voir leur notice biographique respective dans Sisson, Sébastien Auguste, Galeria dos brasileiros ilustres, Rio de Janeiro, Sisson, 1861, 2 tomes.

23  Enders, Armelle, Nouvelle histoire du Brésil, Paris, Chandeigne, 2008, p. 102.

24  AN, F7 6732, dossier n° 1, lettre du sous-préfet du Havre au directeur général de la police, ministère de l’Intérieur, 23 avril 1824. Cette lettre révèle que le négociant Ferreira, installé au Havre, se propose de répondre des actes d’Arouca auprès de l’administration.

25  AN, F7 6732, dossier n° 13, cas de Rocha Bastos, négociant originaire de Salvador de Bahia qui vend des bijoux et des pierreries à Paris en 1824, et AN, F7 6734, dossier n° 31, qui éclaire le cas de Pedro Fernandez Prateo, en relation avec le banquier Laffitte au cours de l’année 1826.

26  AN, F7 6733, dossier n° 14, consacré au négociant Bento de Carvalho qui, selon une lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur du 7 avril 1825, « paraît faire un commence assez considérable » et s’occupe de « diverses pacotilles de verroterie et de quincaillerie ».

27  AN F7 6732, dossier n° 19, lettre de la préfecture de police au ministère de l’Intérieur, 29 décembre 1824.

28  AN, F6732, dossier n° 38, cas du Père António Moniz Tavares, « religieux brésilien » qui reçoit le grade de bachelier à la Faculté de théologie de Paris.

29  AN, F7 6732, dossier n° 13, lettre de la préfecture de police au ministère de l’Intérieur, 20 mars 1824.

30  AN, F7 6732, dossier n° 13, lettre de la préfecture de police au ministère de l’Intérieur, 20 mars 1824.

31  AN, F7 6735, dossier n° 27, lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur, 2 octobre 1826.

32  Voir un témoignage français sur l’enseignement supérieur brésilien dans Le Globe, t. 7, n° 95, 28 novembre 1829, p. 753 : « […] la création d’une université pourrait seule réveiller le Brésil de son assoupissement intellectuel, et l’élever au rang d’un grand État. »

33  Caron, Jean-Claude, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le quartier latin, Paris, Armand Colin, 1991, p. 68.

34  C’est également ce qu’avait observé François-Xavier Guerra au sujet des étudiants latino-américains à Paris : Guerra, François-Xavier « La lumière et ses reflets : Paris et la politique latino-américaine », Le Paris des étrangers depuis un siècle, Kaspi, André et Marès, Antoine (Dir.), Paris, Imprimerie nationale, 1989, p. 174.

35  AN, F7 6732, dossier n° 15, lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur, 12 décembre 1827 : « Le Sieur Carlos Carneiro de Campos, […] fils d’un ancien ministre du Brésil, jouit d’une certaine considération parmi les jeunes gens de son pays font leurs études à Paris […]. Il suit les cours de l’École de droit […]. »

36  Caron, Jean-Claude, Générations romantiques, op. cit., p. 73.

37  AN, F7 6733, dossier n° 39, lettre du directeur général des Ponts et Chaussées et des Mines au ministère de l’Intérieur, 14 mars 1826.

38  AN, F7 6735, dossier n° 63, liste d’étudiants brésiliens inscrits à la faculté de médecine de Montpellier, 3 juillet 1827.

39 La surveillance exercée sur les étudiants étrangers n’est d’ailleurs pas seulement policière : comme les étudiants provinciaux, les étrangers doivent avoir un « répondant », une personne domiciliée dans la ville où ils étudient et qui se charge de répondre de leur bonne conduite. Voir Moulinier, Pierre, Les Étudiants étrangers à Paris au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 31.

40  Sur les origines de la surveillance de la population étrangère à Paris, voir Milliot, Vincent, « La surveillance des migrants et des lieux d’accueil à Paris du xvie siècle aux années 1830 », La Ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin xviie siècle-début xixe siècle, Roche, Daniel (Dir.), Paris, Fayard, 2000, pp. 21-76.

41  AN, F7 6733, dossier n° 39, lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de l’Intérieur, 24 février 1826. S’ensuit une liste de vingt-et-un individus qui, d’après les notes du ministère de l’Intérieur, ne sont pas tous connus des autorités françaises. Dix-huit d’entre eux vivent à Paris ; les trois autres sont établis respectivement à Choisy-le-Roi, Cherbourg et Montpellier.

42  AN, F7 6735, dossier n° 25, lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur, 27 mars 1829.

43  AN, F6732, dossier n° 13, note du ministère de l’Intérieur, octobre 1824.

44  La qualité de cet accueil apparaît avec d’autant plus de clarté si on la compare au traitement réservé aux jeunes Grecs au début de la Guerre d’indépendance contre l’Empire ottoman : Charles X avait d’abord voulu faire venir en France une cinquantaine d’enfants rachetés en Égypte pour les instruire qui, une fois arrivés à Toulon, avaient été renvoyés en Morée du fait du coût excessif de cette instruction à la charge de l’État. Voir Barau, Denys, « La dimension éducative du mouvement philhellène », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 39, 2009/2, p. 80.

45  AN, F6732, dossier n° 2, lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de l’Intérieur, 19 février 1825.

46  AN, F7 6735, lettre du ministère de l’Intérieur au ministère de l’Instruction publique, 18 mai 1827.

47  Roche, Daniel, Les Circulations dans l’Europe moderne, xviie-xviiie siècle, Paris, Fayard-Pluriel, 2011, p. 20.

48  AN, F7 6732, dossier n° 13, lettre de la préfecture de police au ministère de l’Intérieur, 24 septembre 1827.

49  Corbin, Alain, Le Territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, Flammarion, 2005, p. 291 et suivantes.

50  AN, F7 6731, dossier n° 3, lettre de la sous-préfecture de Bayonne au ministère de l’Intérieur, 26 août 1824.

51  AN, F7 6732, dossier n° 34, lettre de la préfecture de police de Paris au ministère de l’Intérieur, 16 juillet 1828.

52  Sur cette notion, voir Le Temps des capitales culturelles : xviiie-xxe siècles, Charle, Christophe (Dir.), Seyssel, Champ Vallon, 2010.

53  AN, F7 6732, dossier n° 15, lettre du ministère des Affaires étrangères au ministère de l’Intérieur, 8 novembre 1825.

54  AN, F7 6733, dossier n° 31, lettre du commandeur de Barros, chargé d’affaires brésilien à Paris, au directeur général de la police, ministère de l’Intérieur, 4 septembre 1825 : les deux individus en question doivent aller « le premier à Londres pour affaires de famille, et le second à Pise par conseils des médecins » et ont « besoin des passeports nécessaires pour faire leur voyage et revenir à Paris ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Diaz, « Des Brésiliens dans la France des années 1820. Contribution à une histoire des mobilités transatlantiques au xixe siècle », Amnis [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://amnis.revues.org/1919 ; DOI : 10.4000/amnis.1919

Haut de page

Auteur

Delphine Diaz

Université Paris-Sorbonne, France, delphine.diaz@paris-sorbonne.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org