Navigation – Plan du site
La mobilité transatlantique : mécanismes et acteurs

L’exil chilien en France entre mobilités transnationales et échanges

Nicolas Prognon

Résumés

Au cours du XXème siècle, on assiste à une multiplication des échanges et une diversification des transferts entre la France et le Chili ; ces derniers connaissent un essor fulgurant à partir des années 70 pour des raisons conjoncturelles et politiques. Avec l’élection de Salvador Allende à la présidence de la République chilienne, en septembre 1970, ce pays devient un centre d’intérêt pour une France fascinée par « la voie chilienne vers le socialisme ». Cette expérience politique alimente alors les réflexions de la gauche française. Des mobilités vers Santiago conduisent à des transferts d’idéologie puis à la mythification de l’Unité populaire et de Salvador Allende. Le coup d’Etat, du 11 septembre 1973, inverse ce mouvement et provoque un échange dirigé vers la France. Des milliers de Chiliens fuient leur pays et se réfugient en France où la résonance du pronunciamiento est très forte. Ce transfert de population conduit à un intense travail de dénonciation. Malgré le retour d’une frange de cette population, des liens indéfectibles se sont tissés, traces d’un transnationalisme culturel et politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Compagnon, Olivier, « L’Euro-Amérique en question. Comment penser les échanges culturels entre l’E (...)

1Lors de sa visite officielle au Chili, le 25 janvier 2013, le premier ministre français, Jean Marc Ayrault s’est rendu au cimetière général de Santiago pour se recueillir symboliquement sur la tombe de Salvador Allende. Ce geste fort de sens s’inscrit dans la continuité d’une histoire commune. En effet, au cours du XXe siècle, on assiste à une multiplication des échanges et une diversification des transferts entre la France et le Chili ; ce processus initialement de faible envergure connaît un essor fulgurant à partir des années 70 pour des raisons conjoncturelles et politiques. Car avec l’élection de Salvador Allende à la présidence de la République chilienne, en septembre 1970, ce pays devient un centre d’intérêt pour une France fascinée par l’expérience de « la voie chilienne vers le socialisme ». Elle répond point par point aux atermoiements d’une gauche française en pleine recomposition. Des mobilités vers Santiago voient le jour pour scruter cette actualité ; elles conduisent à des transferts d’idéologies puis à la mythification de l’Unité populaire et de Salvador Allende1. Le coup d’Etat du 11 septembre 1973 inverse ce mouvement et provoque un échange dirigé vers la France. Des milliers de Chiliens fuient leur pays et se réfugient en France où la résonance du pronunciamiento est très forte. Ils deviennent les dépositaires de la « lutte contre le fascisme et l’impérialisme américain » et, de fait, des réfugiés modèles. Par ces représentations mentales et ces transferts idéologiques, une politique d’accueil ad hoc se structure pour accueillir ces personnes. Ces dernières jouissent d’une solidarité hors norme pour une population exilée. Elles vont connaître un processus d’intégration marqué par le sceau de l’exil et leur composition sociologique particulière permet de nouer des échanges prégnants entre la société d’accueil et « leur » Chili. Ces transferts vont également alimenter un intense travail de dénonciation. Malgré le retour d’une frange de cette population, des liens indéfectibles se sont tissés, traces d’un transnationalisme plus culturel et politique qu’économique.

A l’origine des transferts culturels puis idéologiques

  • 2  Vayssière, Pierre, Le Chili d’Allende et de Pinochet dans la presse française : passions politique (...)
  • 3  Peyrefitte, Alain, C’était de Gaulle, Paris, Ed. de Fallois-Fayard, 1997, pp. 506-522.
  • 4  Couffignal, Georges, « La politique étrangère de la France vis-à-vis de l’Amérique latine », Monde (...)
  • 5  Vayssière, Pierre, op .cit.
  • 6  Dupoy, Georges, La chute d’Allende, Paris, Robert Laffont, 1983, pp. 8-14.
  • 7  Lepage, Claire, « Le parti socialiste français face à l’expérience de l’Unité populaire chilienne  (...)

2Longtemps, le Chili est resté un pays largement méconnu, « du bout du monde », isolé et marqué par l’influence de la colonisation espagnole. Pourtant, les rares Français qui débarquent, au demeurant critiques vis-à-vis d’une société archaïque et classiste, ne restent pas insensibles à son sens du politique. Ainsi, la constitution de 1833 considérée comme « l’une des plus sages de l’Amérique du Sud » positionne, déjà, ce pays comme étant l’un des plus légaliste du sous-continent et fortement attaché au poids d’une institution militaire placée sous le contrôle du pouvoir présidentiel qui n’hésite pourtant pas à intervenir lorsqu’elle estime le gouvernement civil dangereux comme ce fût le cas en 1924 et en 19732. Si les relations économiques et diplomatiques demeurent distendues, la culture échappe à ce manque d’investissement, avec l’Alliance française dont l’action est complétée par la présence de coopérants et scientifiques ; la création de deux instituts français à Santiago en 1947 et à Valparaiso en 1950 s’inscrit dans cette volonté de coopération culturelle entre la France et le Chili. Politiquement, lors de son séjour au Chili, du 29 septembre au 3 octobre 1964, le Général De Gaulle souligne l’appartenance de la France et de l’Amérique latine à une même communauté humaine dont les racines linguistiques, l’histoire, les valeurs, la civilisation, la religion sont communes3 ; ce qui active la coopération culturelle, technique et administrative de la France avec cette région4. Les accointances avec l’Hexagone se renforcent à partir de l’élection de Salvador Allende. L’espoir de la gauche se tourne alors vers le Chili dont l’ambassadeur en France est le poète et futur prix Nobel, Pablo Neruda. Dès le début de l’expérience de l’Unité Populaire, la « France de gauche » s’intéresse au nouvel élu avec une empathie militante, qui tranche avec sa quasi indifférence au sort des autres pays du Cône sud. Synchroniquement, les médias nationaux alimentent par un foisonnement d’articles hors du commun cet intérêt particulier. On peut estimer à plusieurs milliers le nombre d’articles relatifs à l’histoire contemporaine et immédiate du Chili5. Cet engouement médiatique est à mettre en lien avec l’évolution de la gauche française dès la fin des années soixante qui s’exerce à la convergence idéologique à l’instar de l’Unité populaire, regroupant les partis de gauche traditionnels : PSC, PCC et Parti radical auxquels s’ajoutent le MAPU, le Parti social démocrate et l’Action populaire indépendante. Dès 1969, sous l’impulsion d’Alain Savary, la Section Française de l’Internationale Ouvrière fusionne avec l'Union des clubs pour le renouveau de la Gauche pour donner naissance au Parti socialiste ; François Mitterrand en devient le premier secrétaire lors du congrès d’Epinay, en juin 1971. En outre, en 1972, le parti adopte le programme « changer la vie » et signe avec le Parti Communiste un Programme commun. Dès lors, ces formations entament une progressive reconquête du pouvoir. En ce sens, des analogies entre le socialisme à la française et l’expérience chilienne paraissent évidentes, sans oublier qu’Allende comme Mitterrand en 1981 est élu après plusieurs échecs6. Parallèlement, les principaux dirigeants de la gauche française n’ont de cesse d’observer l’expérience de la voie chilienne vers le socialisme. Suite à l’intronisation d’Allende, le dirigeant socialiste Claude Estier va à Santiago, en novembre 1970, et il rend compte de cet équilibre politique atypique entre le respect de la légalité et l’application d’un programme « révolutionnaire ». Au cours de la première année d’exercice du pouvoir, les socialistes français constatent que la transition vers le socialisme avance et, sans nier les difficultés rencontrées, il souligne l’unité qui perdure au sein de la gauche chilienne et le soutien affirmé du peuple chilien au président Allende. En novembre 1971, deux délégations partent séparément à Santiago, l’une communiste, avec Jacques Duclos et Etienne Fajon, et l’autre socialiste, conduite par François Mitterrand, Claude Estier et Gaston Defferre. Ils veulent évaluer ce laboratoire politique susceptible de devenir un modèle synthétisant à la fois la révolution sociale et la légalité dite bourgeoise.En tant que leader socialiste, Mitterrand démontre la volonté française d’instaurer une solidarité socialiste internationale avec le Chili. Il déclare au président chilien que « Le parti socialiste français souhaite parvenir à une conclusion d’un programme commun de gouvernement de toute la gauche comme vous l’avez fait vous-même. Ce n’est donc pas par hasard que nous avons réservé au Chili notre premier voyage » ; il est même surnommé dans la presse chilienne « l’Allende Français »7. Cette même année, les « Entretiens avec Allende sur la situation au Chili » rapportés par Régis Debray sont publiés chez Maspero pour clarifier les finalités de la politique chilienne. Coïncidence ou non, la signature du programme commun fait suite à ce voyage. En outre, le parti socialiste français ne manque pas de communiquer sur la réalité de la situation chilienne. Pour ce faire, divers comités de soutien se mettent en place dans l’Hexagone et de nombreuses réunions ont lieu à la Mutualité offrant la possibilité à des représentants politiques chiliens d’expliquer les enjeux de la crise et l’étendue des difficultés du passage au socialisme dans un pays latino-américain dépendant des Etats-Unis. Par pragmatisme, la finalité politique est d’éviter tout amalgame entre les situations française et chilienne. Il n’en demeure pas moins que pour certains l’Unité Populaire constitue un modèle potentiellement transférable pour « l’Union de la gauche ». Au mois de mars 1973, le Chili est sur le devant de la scène en raison des calendriers électoraux respectifs qui prévoient la tenue concomitante des élections législatives. Les résultats de ces dernières sont d’une importance cruciale pour les deux gauches, d’un côté elles peuvent confirmer le soutien du peuple chilien face à une droite séditieuse et de l’autre côté, elles peuvent représenter la première victoire électorale de la gauche sous la Ve république. Mais l’espoir est balayé le 11 septembre 1973. Le coup d’Etat militaire par sa violence participe à la mythification de cette utopie martyre et de son président défunt, qui s’inscrivent dans l’imaginaire collectif comme des parangons de la révolution et d’un socialisme à visage humain détaché d’un centralisme démocratique devenu suspect en pleine Guerre froide. L’hallali de l’Unité populaire a montré les erreurs à éviter et cela, les formations de gauche les plus pragmatiques ne l’ont pas oublié.

Le coup d’Etat et l’exil : transferts de population et de représentations mentales

  • 8  Ibid., p. 68.

3Les réactions au Coup d’Etat et l’accueil bienveillant vis-à-vis des ressortissants chiliens ne sont pas étrangers aux transferts idéologiques évoqués ci-dessus. Le premier maillon de cette chaine est l’ambassadeur de France, M. de Menthon, qui entre le 11 septembre et le 11 décembre 1973, accueille des Chiliens et il multiplie les concertations avec les autorités militaires pour faire libérer leurs proches. De ce fait, les portes de l’administration française sont ouvertes pour recevoir des réfugiés et des crédits alloués par le cabinet du ministre des Affaires étrangères, M. Jobert8. C’est pourquoi l’ambassade de France et la chancellerie deviennent des zones de protection étroitement surveillées par les militaires et les carabiniers. Aussi, à partir de la fin de l’année 1973, les flux en direction de la France ne sont plus gérés que par les associations humanitaires chiliennes, le Comité pro Paz, remplacé par le Vicariat de la Solidarité en janvier 1976, et la Fondation d’Aide Sociale des Eglises Chrétiennes (FASIC), les organisations internationales, le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) et le Comité Intergouvernemental pour les Migrations Européennes (CIME), des institutions françaises, et des associations humanitaires chargées de la solidarité avec le Chili.

  • 9  Vayssière, Pierre, op. cit., p. 145.
  • 10  « Seule l’extrême droite justifie le coup d’Etat », ibid., pp. 58-59.
  • 11  Parti communiste français, Parti socialiste, Mouvement des radicaux de gauche, Parti socialiste un (...)
  • 12  Prognon, Nicolas, Les 50 jours ayant suivi la chute de l’Unité populaire vus par la presse quotidi (...)
  • 13  Médigue, Alice, Mémoires latino-américaines contre l’oppression, témoignages d’exilés du Cône sud (...)
  • 14  Simalchik, Joan, « The material Culture of Chilean Exile : A Transnational Dialogue », Refuge, n°  (...)
  • 15  Del Rio, Luis, Les micro-médias imprimés : recherches sur la micropresse pendant la résistance chi (...)
  • 16  http://www.socialismo-chileno.org/
  • 17  Prognon, Nicolas, Les exilés chiliens en France, entre exil et retour (1973-1994), Saarbrücken, EU (...)

4L’échec de l’Unité populaire a une résonance exceptionnelle et ce vif intérêt s’enracine surtout dans la nostalgie et la quête d’un modèle socialiste à « visage humain »9. L’ensemble de l’opinion publique française est choqué par la violence du golpe10. Immédiatement, les partis politiques et les syndicats s’investissent dans la solidarité et des appels à manifester sont lancés dans toutes les villes pour dénoncer un coup d’État « fasciste » et l’ « assassinat » du président Salvador Allende. De plus, les députés et sénateurs des partis socialiste et communiste effectuent une série d’interventions parlementaires auprès du Premier ministre et du ministre des Affaires étrangères pour réclamer que la France se déclare officiellement prête à offrir l’asile politique à tous les réfugiés chiliens qui le demanderaient. De leurs côtés, les militants et sympathisants de gauche se mobilisent, dès le 12 septembre 1973, à l’appel des formations politiques et syndicales françaises, regroupées au sein du « Comité des 18 »11, tandis que s’organisent partout des Comités de solidarité. La lecture des différents éditoriaux publiés dans la presse française au lendemain du coup d’Etat témoigne de cet émoi12. La population est sollicitée pour collecter des fonds et soutenir les formations politiques chiliennes pourchassées par la Junte. Et, en novembre 1973, un Comité de coordination pour l’accueil des réfugiés est créé regroupant d’une part des organismes publics, le Ministère des Affaires étrangères, l’Office Français pour les Réfugiés et Apatrides (OFPRA), le Service Social d’Aide aux Emigrants (SSAE), et d’autre part des associations laïques, France Terre d’Asile (FTDA), et religieuses, la CIMADE, le secours Catholique et le Comité Juif d’aide sociale et de reconstruction13. Concrètement, la solidarité se structure dans les quelques mois consécutifs au coup d’Etat. Par conséquent, le renversement de Salvador Allende provoque un transfert de population et un renversement des représentations. Le Chili, devient à travers le régime militaire l’incarnation de l’intolérance et il est honni par la société française. De ce fait, la solidarité propre à cet exil trouve son origine à la fois dans l’histoire immédiate chilienne et l’importante population réfugiée en France14. Nous estimons celle-ci entre 5.000 et 15.000 personnes de 1973 à 1994. Majoritairement, ils militent dans des Comités de solidarité dans lesquels ils dénoncent les violations des droits de l’homme ; ces structures servent également de courroies de transmission entre les nouveaux arrivants et les organismes d’accueil. Cette lutte les pousse à créer des micro-médias dans les pays d’accueil où ils constituent des réponses à la répression des militaires15. Plus de 200 revues sont publiées par les exilés. Quel que soit leur contenu, poétique, littéraire, ou politique, elles critiquent la politique de la junte, afin que le temps n’efface point des mémoires l’actualité chilienne. Les partis politiques en exil profitent de cet élan de solidarité pour concevoir leur propre micro média d’opposition : le PCC avec les revues Canto libre et Araucaria de Chile, ou encore, la revue du Parti socialiste, Nous les Socialistes16 ; le Bulletin informatif de la CUT, édité par la CEXCUT est, de 1978 à 1988, la voix officielle des travailleurs chiliens en exil17. Certains micros-médias, bien que politisés, ont leur spécificité comme Voces de mujer, édité par un groupe de femmes, l’association franco-chilienne de Fontenay sous Bois, formé d’anciennes militantes de l’Unité populaire.

  • 18  Carrasco Pirard, Eduardo, « Exilio musical en Francia », Revista musical chilena, n° 199, Santiago (...)
  • 19  Stobinski, Peter, Gittis, Catherine, et Rückert, Bernd, 223 afiches de solidaridad con Chile, Edic (...)
  • 20 « Los chilenos exiliados », Que pasa, Santiago, 2 juin 1977.« Capitulo V : Los desterrados : vivir (...)
  • 21  « Capitulo V : Los desterrados : vivir sin Chile, cuando la creacion sale de viaje », Especial de (...)
  • 22  Leenhart, Jacques, et Kalfon, Pierre, Les Amériques latines en France, Paris, Découvertes Gallimar (...)

5Par ailleurs, des intellectuels chiliens en exil se regroupent pour unir leur projet de travail et œuvrer pour une nouvelle littérature latino-américaine. Des congrès d’écrivains se tiennent à Paris et en province, et, avec l’exil, sont publiées les premières anthologies de la poésie chilienne, supports de la dénonciation du vécu des Chiliens en exil. Parallèlement, nombre d’auteurs, de compositeurs, de chanteurs compositeurs et de groupes musicaux se réfugient en France, à l’instar d’Angel Parra, Patricio Manns ou des Quilapayún. Par syncrétisme, la nueva canción intègre les contingences de l’exil, comme le note Eduardo Carrasco Pirard, membre historique des Quilapayún, « En France, nous avons trouvé un milieu artistique plus ouvert et sophistiqué avec des institutions de musique qui couvrent amplement les nécessités de diffusion, de production et de formation18 ». L’iconographie est aussi un outil de dénonciation efficace et populaire qui utilise une symbolisation universelle pour rejeter les excès de la dictature. Les affiches accusent, dénoncent la faim, la misère et le chômage ; pleines d’espoir, elles expriment la liberté et mettent en exergue un message de solidarité19. De leur côté, les peintres de la brigade Pablo Neruda initient les pays d’accueil à l’art des murales avec de gigantesques fresques qui représentent la cordillère des Andes, tel un mur les séparant du Chili20. Dans la même optique, les créateurs chiliens coordonnent leur activité culturelle et militante à travers le cinéma. Leurs réalisations rompent avec les barrières esthétiques traditionnelles. Selon une chronologie effectuée par le Centre de documentation de la Cinémathèque de Paris, les cinéastes chiliens produisent plus de 178 films entre 1973 et 1984, dont 39 en France21. Les réalisateurs chiliens sont, pour les plus connus, Helvio Soto, Percy Matas, Valeria Sarmiento et Raúl Ruiz22. Le théâtre populaire rebondit avec l’exil. La troupe Aleph, dirigée par Oscar Castro, à Paris, poursuit le travail accompli par des artistes emprisonnés après le coup d’Etat. A l’activité du théâtre Aleph, se rajoute celle du groupe de Hugo Pertier engagé auprès des Chiliens. Or, la quasi-totalité des œuvres réalisées par les exilés sont inconnues au Chili à cause de la censure.  

Echanges humains et culturels à travers le retour des exilés

  • 23  Joutard, Philippe, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, p.  (...)
  • 24  Comité de défense du droit des peuples et la Protection de l’enfance meurtrie par les Etats d’urge (...)
  • 25  Jedlicki, Fanny, « Les exilés chiliens et l’affaire Pinochet. Retour et transmission de la mémoire (...)
  • 26  Guillamon, Julia, Literaturas del exilio, Barcelona, 2007, pp. 20-21.
  • 27  Norambuena, Carmen, « El exilio chileno, rio profundo de la cultura ibericoamericana », Cuadernos (...)
  • 28  Welsh, Henry, « Cinéma chilien : entre le pardon et l’oubli », Ciné-bulles, vol. 16, n° 4, Montréa (...)

6Avec le retour, chez les exilés se rassemblent les composantes d’une mémoire collective. Le passé douloureux a laissé des traces que nombre de Chiliens ont occultées alors qu’en exil, ils n’ont pas oublié et leur mémoire s’est enrichie des apports de la société d’accueil pour former un ensemble mnémonique construit autour des stigmates des souvenirs en commun. En rentrant, ils se sont trouvés être en décalage avec ce nouveau Chili. Le pays qu’ils ont laissé puis reconstruit en exil est différent de celui retrouvé et leurs codes ne sont alors intelligibles que pour eux-mêmes. Dès lors, leur mémoire, en tant qu’«  adoption d’une nouvelle vision historique qui ne dépend pas uniquement de la valeur de ses créateurs mais du climat d’une époque, des divers groupes sociaux et culturels qui l’acceptent, et, aussi des événements présents qui donnent un sens différent du passé »23, se trouve-t-elle dissonante pour ceux qui sont restés. En ce sens, la production culturelle a fixé une narration de l’histoire de l’Unité populaire en retenant du passé ce qui est resté vivant au sein de leur groupe pour tenter de démystifier les cadres sociaux fixés par l’héritage de la dictature. Elle favorise l’acceptation de cette réalité et elle permet de faire acte de résilience face à l’apathie de la société chilienne. Par conséquent, il n’est pas anodin que les retornados poursuivent une forme de militantisme au Chili dans le domaine des droits de l’homme afin de sortir leur pays, idéalisé en exil, de la léthargie dans laquelle les années de plomb et le système néolibéral l’ont plongé. Ils doivent, d’une certaine manière, contribuer à la reconstruction d’une histoire à partir de l’expérience de l’exil. Cette mémoire des exilés, quel que soit le moment du retour et qu’il ait eu lieu ou non, va trouver des créneaux d’expression au Chili sous la dictature militaire et la transition démocratique. Pour ceux rentrés sous la dictature, il s’agit de mener une action de solidarité avec la population en s’engageant directement dans l’opposition pour pouvoir vivre la résistance de l’intérieur et participer, ainsi, à la démocratisation du pays. D’autres choisissent de s’impliquer dans les secteurs social et associatif délaissés par le régime. On retrouve alors des exilés actifs au sein du Vicariat de la solidarité, de la FASIC, du CODEPU, de la PIDEE et de la commission chilienne des droits de l’homme24. L’extrême surveillance dont ils font l’objet restreint leur marge de manœuvre et il leur est presque impossible de s’investir de façon publique dans les sphères culturelles et académiques dont les portes restent closes. Cependant, d’une manière générale les retornados ne peuvent rester inactifs, et l’on retrouve cet engagement chez la seconde génération pour qui la confrontation avec un pays, qu’ils ne connaissent qu’à travers le regard idéalisé des parents, éveille un engouement réel25. A partir de 1988, des opportunités nouvelles sont offertes car des barrières administratives tombent. Si l’investissement social et sociétal se prolonge, les retornados réintègrent la sphère académique et disposent de moyens d’expression nouveaux. Désormais, ils peuvent mettre en exergue les réalisations inhérentes à l’exil et les faire découvrir à la société chilienne ; en outre, cette ouverture sur le monde permet d’avoir accès à des ressources jusque là interdites par la censure. Indéniablement, l’impact des exilés dans les domaines artistiques et littéraires est notable dans la créativité longtemps confinée par la dictature. Des expositions d’œuvres de Roberto Matta, de José Balmes et de Gracia Barrios sont organisées ; en 1999, J. Balmes reçoit le premier prix national des arts plastiques du Chili et, en 2002, le premier Altazor en 200226. Son œuvre est immortalisée par un documentaire de Pablo Trujillo Novoa en 2012, intitulé « Balmes El Doble Exilio De La Pintura ». La maison d’édition LOM fondée en 1990 par des retornados de France concrétise un projet culturel pluridisciplinaire visant à susciter l’envie de connaissance dans des matières autrefois prohibées par la publication d’ouvrages et la traduction de textes jusqu’alors inaccessibles ; depuis plus de 1300 titres ont été édités. Les universités du Chili, de Santiago, et des principales villes chiliennes réintègrent des enseignants, déchus de leurs fonctions à partir de 1973, dans les sciences humaines et sociales comme Eugenia Neves, Eugenia Horwitz ou Augusto Samaniego. Lentement ces domaines de recherche sortent de l’ombre, car il faut attendre l’élection de Michelle Bachelet, elle-même réfugiée en Australie puis en République démocratique allemande, pour que le gouvernement se décide à aider les Arts, les humanités et les sciences sociales en leur allouant une somme de 30 milliards de pesos27. Le cinéma de l’exil commence à être vu et les réalisateurs de la diaspora voient leur immense travail reconnu. Par exemple, le film de Raoul Ruiz, « Palomita Blanca » de 1973, jamais terminé dont les négatifs furent « perdus » pendant 15 ans est présenté au public chilien en 1992 au festival de Viña del Mar28. Une génération de chiliens, trop jeunes pour avoir vécu le pronunciamiento de 1973, découvre la réalité de l’Unité populaire à travers des documentaires et des longs métrages conçus en exil puis par des retornados. Ainsi, l’histoire immédiate du Chili est interrogée par le 7ème art. Le cinéma chilien s’immisce dans cette introspection à la fin des années 90 avec deux films, reconnus par la critique, « Amnesia », en 1994, de Gonzalo Justiniano et « Johny 100 Pesos », en 1993, réalisé par Gustavo Graef qui critiquent le manque de transparence de la société chilienne vis-à-vis de l’histoire ainsi que le décalage entre la situation économique et les inégalités sociales. Les années 2000 ne sont pas en reste sur ce thème. Patricio Guzman, internationalement reconnu pour sa fresque anthropologique sur l’Unité populaire, La Batalla de Chile, réalise en 2001 El caso Pinochet et, en 2004, Salvador Allende. Carmen Castillo se replonge dans son histoire avec Calle Santa Fe, en 2007. Marco-Henriquez Ominami, issu de la seconde génération de l’exil, et candidat à l’élection présidentielle de 2009 où il obtient 20.13 % des voix au premier tour, porte un regard critique sur les années de transition en dirigeant pour Arte, en 2002, le documentaire Los héroes están fatigados. La troupe de théâtre Aleph, poursuit son activité artistique entre la France et le Chili, inscrivant ses pièces dans le respect d’un certain universalisme qui côtoie l’Histoire et l’exil à l’instar du 11 septembre de Salvador Allende, en 2003, Pablo Neruda : ainsi la poésie n’aura pas chanté en vain, en 2004 ou Hasta la vida siempre, en 2007. Dans la plupart des secteurs sociétaux, l’empreinte de l’exil est palpable et assure le lien entre deux cultures nées des circonstances historiques.

  • 29  Bail, Raphaële, « L’affaire Pinochet : rencontre entre les médias et les Chiliens de France », htt (...)
  • 30  INE-DICOEX, Chilenos en el exterior Donde viven, cuántos son y qué hacen los chilenos en el exteri (...)

7Depuis quarante ans, le Chili et la France constituent les deux pôles de mobilités humaines et de transferts culturels reliés au delà des relations économiques inhérentes à la mondialisation. En cela, ces flux sont les résultantes d’histoires immédiates ayant connu, de façon synchrone, des rapprochements en termes culturels et idéologiques. L’impact de l’affaire Pinochet en France montre cette proximité29. Aujourd'hui, selon les données du Ministère des relations extérieures chilien (source), 15782 ressortissants vivent en France30. Cette présence est contingente à l'exil et à l'intégration de ces individus en France. Pour autant, environ 5000 sont rentrés au Chili et ont participé, dans une moindre mesure, à la transition vers la démocratie et, surtout, à une réécriture de leur histoire après les années de plomb. Désormais, ces pays sont liés par ces échanges multiformes et une diaspora chilienne, fortement imprégnée par les trajectoires familiales post coup d'Etat. Au delà des illusions passées, les anciens exilés sont devenus français d'adoption et restés Chiliens dans l'âme ; les nombreuses associations chiliennes en France illustrent cette volonté de préserver une identité sans renier l'accueil qui leur fut fait à leur arrivée. De ce fait, des réseaux transnationaux existent et peuvent participer à la construction du Chili du XXIe siècle mais ceci peut être envisagé avecl’intégration de ce passé douloureux aux conséquences qui transcendent les générations. Ainsi, retrouve-t-on des personnalités politiques, culturelles et académiques ayant souffert l’exil à des postes influents depuis l’avènement de la transition.

Haut de page

Notes

1  Compagnon, Olivier, « L’Euro-Amérique en question. Comment penser les échanges culturels entre l’Europe et l’Amérique latine ? », Nuevo Mundo-mundos nuevos, 2009, 12 p.

2  Vayssière, Pierre, Le Chili d’Allende et de Pinochet dans la presse française : passions politiques, informations et désinformation 1970-2005, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 7. Del Pozo, José, Histoire de l’Amérique latine et des Caraïbes, de 1825 à nos jours, Paris, Editions Nouveau Monde, 2006, pp. 82-84. Sarget, Marie-Noëlle, Histoire du Chili de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1996, pp. 67-77.

3  Peyrefitte, Alain, C’était de Gaulle, Paris, Ed. de Fallois-Fayard, 1997, pp. 506-522.

4  Couffignal, Georges, « La politique étrangère de la France vis-à-vis de l’Amérique latine », Mondes émergents : l’Amérique latine est bien partie, Paris, La documentation française-IHEAL, 2011, p. 62.

5  Vayssière, Pierre, op .cit.

6  Dupoy, Georges, La chute d’Allende, Paris, Robert Laffont, 1983, pp. 8-14.

7  Lepage, Claire, « Le parti socialiste français face à l’expérience de l’Unité populaire chilienne », La lettre n° 23, Paris, Institut François Mitterrand, 2008, p. 3

8  Ibid., p. 68.

9  Vayssière, Pierre, op. cit., p. 145.

10  « Seule l’extrême droite justifie le coup d’Etat », ibid., pp. 58-59.

11  Parti communiste français, Parti socialiste, Mouvement des radicaux de gauche, Parti socialiste unifié, Objectifs, CGT, CFDT, Fédération de l’Education nationale, Ligue des droits de l’homme, Unef, Union des grandes écoles, Uncal, Jeunesse des radicaux de gauche, Centres confédéraux des jeunes CGT et CFDT, Jeunesses ouvrières chrétiennes, Mouvement de la jeunesse communiste.

12  Prognon, Nicolas, Les 50 jours ayant suivi la chute de l’Unité populaire vus par la presse quotidienne française, mémoire de Maîtrise en histoire de l’Amérique latine, dirigé par Vayssière, Pierre, Toulouse, 1993, pp. 152-177.

13  Médigue, Alice, Mémoires latino-américaines contre l’oppression, témoignages d’exilés du Cône sud (1960-2000), Paris, Indigo, 2008, p. 109.

14  Simalchik, Joan, « The material Culture of Chilean Exile : A Transnational Dialogue », Refuge, n° 23, Toronto, 2006, pp. 95-105.

15  Del Rio, Luis, Les micro-médias imprimés : recherches sur la micropresse pendant la résistance chilienne 1973-1989, thèse de doctorat, Paris, Paris la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 7.

16  http://www.socialismo-chileno.org/

17  Prognon, Nicolas, Les exilés chiliens en France, entre exil et retour (1973-1994), Saarbrücken, EUE, 2011, pp. 347-351.

18  Carrasco Pirard, Eduardo, « Exilio musical en Francia », Revista musical chilena, n° 199, Santiago, 2003, p. 74.

19  Stobinski, Peter, Gittis, Catherine, et Rückert, Bernd, 223 afiches de solidaridad con Chile, Edicíon Comité de Solidaridad de la República Démocratica Alemana, 1981, 80 p.

20 « Los chilenos exiliados », Que pasa, Santiago, 2 juin 1977.« Capitulo V : Los desterrados : vivir sin Chile, cuando la creacion sale de viaje », Especial de Hoy, Santiago, 1984, pp. 41-43 ; www.chile.exilio.free/chap03b.htm,.

21  « Capitulo V : Los desterrados : vivir sin Chile, cuando la creacion sale de viaje », Especial de Hoy, Santiago, 1984, p. 41-43 ; www.chile.exilio.free/chap03b.htm.

22  Leenhart, Jacques, et Kalfon, Pierre, Les Amériques latines en France, Paris, Découvertes Gallimard, 1992, p. 79 ; www.lecinemaderaoulruiz.com.

23  Joutard, Philippe, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, p. 266.

24  Comité de défense du droit des peuples et la Protection de l’enfance meurtrie par les Etats d’urgence.

25  Jedlicki, Fanny, « Les exilés chiliens et l’affaire Pinochet. Retour et transmission de la mémoire », Cahiers de l’Urmis [En ligne], n° 7 | juin 2001, mis en ligne le 15 février 2004. URL : http://urmis.revues.org/index15.html

26  Guillamon, Julia, Literaturas del exilio, Barcelona, 2007, pp. 20-21.

27  Norambuena, Carmen, « El exilio chileno, rio profundo de la cultura ibericoamericana », Cuadernos del CISH, n° 23-24, Universidad Nacional de la Plata, 2008, p. 170.

28  Welsh, Henry, « Cinéma chilien : entre le pardon et l’oubli », Ciné-bulles, vol. 16, n° 4, Montréal, 1998, p. 10.

29  Bail, Raphaële, « L’affaire Pinochet : rencontre entre les médias et les Chiliens de France », http://alhim.revues.org/index416.html.

30  INE-DICOEX, Chilenos en el exterior Donde viven, cuántos son y qué hacen los chilenos en el exterior, Santiago, 2005, p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Prognon, « L’exil chilien en France entre mobilités transnationales et échanges », Amnis [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://amnis.revues.org/1931 ; DOI : 10.4000/amnis.1931

Haut de page

Auteur

Nicolas Prognon

FRAMESPA-GRHI, UTM, France n.prognon@laposte.net

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org