Navigation – Plan du site
Mobilités transnationales et transferts culturels

Transmissions des enseignements mathématiques français à l’Académie militaire américaine de West Point (1815-1836)

Thomas Preveraud

Résumés

A la fin des années 1810, l’Académie militaire des Etats-Unis, basée à West Point, réforme la formation des officiers ingénieurs en s’inspirant, d’une part, des pratiques et méthodes mises en œuvre dans les établissements français et, d’autre part, des discours savants ayant cours en France sur l’enseignement scientifique. Nous montrons comment les processus contextuels de transmission des savoirs, principalement par le biais de traductions des manuels, agissent sur les contenus. En intégrant à l’analyse le rôle des colleges civils américains sur les productions de l’Académie, nous défendons l’idée que la circulation des manuels français contribue à un façonnement original de l’enseignement supérieur américain au XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Un panorama général est donné dans le chapitre premier de Parshall, Karen H., Rowe, David E., The (...)
  • 2  Terme désignant au 19e siècle les institutions civiles privées d’enseignement supérieur aux États- (...)

1Au cours des premières décennies du 19e siècle, l’instruction scientifique aux États-Unis connait un essor sans précédent, principalement du fait d’initiatives locales. Journaux, manuels, cours d’universités témoignent des prémisses de mutations que le pays connaît, tant dans l’accélération de la diffusion des savoirs scientifiques que dans l’organisation des enseignements1. L’un des premiers soubresauts se produit à l’Académie militaire américaine, basée à West Point, sur le terrain de l’enseignement des mathématiques. Seule institution du début du siècle à proposer une formation technique articulé autour des mathématiques pour l’instruction des officiers ingénieurs, elle transforme, à la fin des années 1810, ses méthodes d’enseignement au profit de techniques inspirées des écoles d’ingénieurs françaises. Elle remplace alors progressivement tous ses manuels de mathématiques par des ouvrages français puis par leurs traductions. Nous nous proposons d’analyser les contextes et processus d’intégration des enseignements scientifiques français au sein de l’Académie militaire. Pourquoi se tourner vers la France et avec quels objectifs dans la réforme de West Point ? Nous décrirons les modalités matérielles de la transmission transatlantique. S’effectue-t-elle directement depuis la France ? Emprunte-t-elle une voie orale et/ou écrite ? L’analyse sera étendue aux colleges2 américains en questionnant la diffusion des cours produits à l’Académie militaire et leur rôle croissant dans la formation des ingénieurs.

L’Académie et l’arrivée du Superintendant Sylvanus Thayer (1815-1817)

  • 3  Molloy, Peter Mickael, Technical education and the young republic : West Point as America’s École (...)

2En 1812, alors que débute la guerre anglo-américaine, l’administration centrale de Washington souhaite réformer la formation des ingénieurs militaires à West Point. L’École polytechnique de Paris attire l’attention car elle fournit des hommes à l’armée napoléonienne qui engrange les succès militaires. Le Secrétaire à la guerre, avec l’appui du Marquis de Lafayette, l’allié des premiers jours, projette d’envoyer des officiers américains à Paris pour apprendre les techniques militaires françaises et faire venir des ingénieurs français3. Il faut à West Point des enseignants rompus aux nouvelles méthodes de construction des édifices de défense militaire et des infrastructures des transports (ponts, chaussées, bateaux, arches, canaux, ports, machines). Trois années sont nécessaires pour voir ces plans se concrétiser.

  • 4  Cracker, Theodore J., West Point : A bicentennial history, Lawrence, University Press of Kansas, 2 (...)
  • 5  Hunter, Robert F., Dooley, Edwin L. Jr., Claudius Crozet : French Engineer in America, 1790-1864, (...)
  • 6  Thayer, Sylvanus, « Letter to Joseph G. Swift, 12 august 1816 », Adams, Cindy (coord.), The West P (...)
  • 7  Hunter, Robert F., Dooley, Edwin L. Jr., op. cit., pp. 16-17.

3En 1815, le Président des États-Unis, James Madison, envoie le Major Sylvanus Thayer et le Colonel William McRee en mission en France : ils sont chargés d’y inspecter les écoles militaires et les écoles d’ingénieurs4. À l’occasion de visites à l’École polytechnique, à l’École des mines, à l’École des ponts et chaussées ou à l’École de topographie, ils observent les emplois du temps des élèves officiers, les programmes d’enseignement, mais aussi les manuels5. Une partie du séjour se passe dans les librairies parisiennes où les deux officiers se consacrent à l’achat et à la reliure d’ouvrages français essentiellement scientifiques et militaires6. Ils recrutent Simon Bernard (X1794 et militaire de carrière dans l’armée de Napoléon Bonaparte), qui émigre aux États-Unis à l’été 1816 pour devenir directeur du génie au sein de l’administration du Président Madison. Sur le bateau qui traverse l’Atlantique, Bernard rencontre Claude Crozet, un autre polytechnicien et officier d’artillerie (X1807), démissionnaire de l’armée napoléonienne7, à qui il permet d’être engagé comme assistant du professeur du génie à West Point dès septembre 1816.

  • 8  Cracker, Theodore J., op. cit., p. 79.
  • 9  Mansfield, Edward D., « Military Academy at West Point », Barnard, Henry (coord.), American Journa (...)
  • 10  Nous renvoyons à Preveraud, Thomas, « A Course of Mathematics (1798-1841) : the American story of (...)
  • 11  Molloy, Peter Mickael, op. cit., p. 356.
  • 12  Cracker, Theodore J., op. cit., p. 78.

4Dans le même temps, le Superintendant en charge de l’Académie à West Point, Alden Partridge, n’a plus les faveurs de l’administration de Washington8. Le programme d’études et l’organisation de l’Académie sont mis en cause. En mathématiques, depuis 18029, l’enseignement s’appuie sur A Course of Mathematics10, un manuel anglais rédigé en 1798 par Charles Hutton, professeur à l’École militaire d’Angleterre. Le texte expose l’ensemble des connaissances en mathématiques jugées nécessaires à la formation d’un étudiant : arithmétique et algèbre élémentaires, géométrie plane et problèmes algébriques appliqués à la géométrie, problèmes d’arpentage, trigonométrie, mécanique et doctrine des fluxions. Ce plan d’étude et le manuel associé ne conviennent plus à la formation des ingénieurs militaires. Une certaine anarchie règne dans l’organisation de l’Académie. Les cadets ne sont pas divisés en classes par année de formation et reçoivent tous le même enseignement. Aucun examen final ne vient sanctionner la scolarité11. Par ailleurs, des tensions entre Partridge et le corps enseignant d’une part12, entre Partridge et le Secrétaire à la guerre d’autre part, ainsi que la pratique d’entraînements militaires d’un autre âge enveniment le fonctionnement de l’Académie.

  • 13  Graham, George, « Letter to Sylvanus Thayer, 6 august 1817 », The West Point Thayer Papers (1808-1 (...)
  • 14  Molloy, Peter Mickael, op. cit., p. 425.

5Pendant l’été 1817, Partridge est remplacé par Sylvanus Thayer, qui rentre de France, et à qui le Secrétaire à la guerre demande expressément de réformer l’Académie13. Il met immédiatement en place une discipline martiale autour d’une routine quotidienne suivie par tous les élèves, et semblable à celle observée à l’École polytechnique. Pour le Superintendant, il s’agit de contrôler au maximum la journée du cadet ainsi que son niveau académique. Un système d’évaluation complet impose dorénavant aux professeurs de noter oralement ou par écrit les élèves à l’occasion de séances de « répétitions »14. Le manuel devient alors un élément central de la formation des cadets.

L’achat d’ouvrages français pour la bibliothèque de l’Académie : analyse du « Fonds Thayer »

  • 15  Albree, Joe, Arney, David C., Rickey, Frederick, A station favorable to the pursuit of science : p (...)
  • 16  Dhombres, Nicole, Dhombres, Jean, Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France 1 (...)
  • 17  Berard, Claudius, « Letter to John C. CALHOUN, 14 august 1818 », The West Point Thayer Papers (180 (...)
  • 18  « consisted at that time of very few volumes […] has received large additions ». Ibid.
  • 19  Nous nous appuyons sur le catalogue des ouvrages achetés par Thayer et McRee, qui constitue le « F (...)

6Avant la mission française de Thayer et McRee, la bibliothèque de West Point est essentiellement constituée d’ouvrages anglais. Les professeurs de l’Académie se plaignent15 de l’absence des grands traités de mathématiques français. Il faut dire que la période 1795-1815 est celle des fastes de l’édition mathématique française autour de quelques grands mathématiciens et enseignants : Joseph Louis Lagrange, Gaspard Monge, Pierre Simon Laplace, Étienne Bézout, Adrien Marie Legendre, ou Sylvestre François Lacroix. Leurs ouvrages se caractérisent par un travail de synthèse et d’exposition des connaissances scientifiques, de « sédimentation et de clarification des méthodes mathématiques »16. Le bibliothécaire de l’Académie décrit l’arrivée des ouvrages français comme le moment où la bibliothèque quitte « son enfance »17 et voit sa collection « initialement constituée de quelques volumes […] recevoir de larges additions »18. Parmi les 320 titres (pour 1100 exemplaires) achetés à Paris, et dont la grande majorité concerne la tactique militaire, une centaine traite de mathématiques. L’analyse du fonds19 indique une prédominance des ouvrages de génie militaire, une science très consommatrice de mathématiques. C’est le cas de la fortification, l’art de construire des places fortes en France intéresse tout particulièrement le Secrétariat à la guerre américain. Thayer et McRee rapportent par exemple de Paris l’Architecture des forteresses de Charles François Mandar. Les ouvrages de balistique ne sont pas oubliés : tables de portée de canons ou traités sur le mouvement des projectiles comme le Traité du mouvement des projectiles appliqué au tir des bouches à feu de Jean-Louis Lombard (1796). Quelques ouvrages d’arpentage, notamment Le traité de topographie et de nivellement (1807) de Louis Puissant, viennent compléter l’arsenal du militaire ingénieur en campagne. Par ailleurs, la bibliothèque s’enrichit du Traité de Mécanique Céleste (1799-1805) de Laplace, des manuels à succès de Lacroix, professeur à l’École polytechnique et à l’École normale de l’an III, du traité de Géométrie descriptive de Gaspard Monge, des Exercices de calcul intégral (1811) de Legendre, ou de la traduction en français des Eléments d’Euclide par Peyrard (1814). Les ouvrages de géométrie achetés sont de deux ordres : des manuels élémentaires destinés prioritairement à l’enseignement comme les Eléments de Géométrie (édition de 1813) de Legendre, et des ouvrages plus difficiles qui exposent les nouvelles méthodes de résolution de problèmes à l’aide de la géométrie pure, comme la Géométrie de position (1803) de Carnot. Une telle partition existe aussi en algèbre. Les Élémens d'algèbre : à l'usage des aspirans à l'école polytechnique (1811) de Garnier sont indiqués pour un public étudiant à West Point, contrairement au texte plus avancé de Lagrange, le Traité de la résolution des équations numériques de tous les degrés : avec des notes sur plusieurs points de la théorie des équations algébriques (édition de 1808). En arithmétique, Thayer et McRee achètent, d’une part, des manuels destinés aux étudiants, où les méthodes et techniques de l’arithmétique exposées sont destinées à préparer le lecteur aux investigations des autres branches des mathématiques. D’autre part, ils se procurent des ouvrages pratiques, rédigés spécifiquement pour les militaires ou les ingénieurs comme le Traité d'arithmétique à l'usage des ingénieurs du cadastre (édition de 1804) de Reynaud. Enfin, en analyse, exception faite du Traité élémentaire de calcul différentiel et de calcul intégral de Lacroix, les textes choisis ne sont pas destinés à l’enseignement : les Réflexions sur la métaphysique du calcul infinitésimal (1813) de Carnot concernent des lecteurs avisés sur le sujet.

Transmission directe des savoirs français : cours oraux, textes en français et premières traductions (1817-1821)

  • 20  Thayer, Sylvanus, « Letter to George Graham, 28 august 1817 », The West Point Thayer Papers (1808- (...)
  • 21  Congress of United States, American State Papers : Class V. Military Affairs, August 10, 1789 to M (...)

7La période 1817-1821, au cours de laquelle l’enseignement des savoirs venus de France est initié à l’Académie, est marquée par une transmission directe des connaissances. À la fin des années 1810, dans la plupart des domaines des mathématiques, l’inexpérience des cadets dans le maniement du français oblige Thayer à privilégier encore les manuels anglais pour l’enseignement, même s’il pousse à les remplacer par des textes français rapportés de Paris. Le Superintendant introduit dans le cours de mathématiques le Traité élémentaire de calcul différentiel et intégral de Sylvestre François Lacroix, puis l’Essai de Géométrie analytique appliquée aux courbes et aux surfaces du second ordre, de Jean-Baptiste Biot. Les textes rédigés en langue française posent immédiatement la question de leur usage pour l’enseignement. Les cadets doivent lire dans la langue de Molière ; pour cela il leur faut des cours intensifs. Dès 1817, le français est enseigné aux premières années et Thayer impose le recrutement de nouveaux professeurs20. Les emplois du temps de 1824 indiquent que les cadets étudient et récitent le français trois heures par jour, six jours de la semaine pendant les deux premières années de formation21. Néanmoins, les ouvrages scientifiques français restent difficiles d’accès et leur enseignement dans leur langue d’origine ne rend pas la chose plus aisée. Pour en faciliter la pratique, West Point a besoin de traductions.

  • 22  Voir à ce sujet le chapitre I de Aldrich Kidwell, Peggy, Ackerberg-Hastings, Amy, Lindsay Robert, (...)

8Les attentes pédagogiques des éducateurs américains du début du 19e siècle22 nécessitent la transformation des ouvrages français. Aux États-Unis, la pratique de l’enseignement est structurée par la relation entre l’élève et le manuel ; en France, elle s’appuie davantage sur les apports du professeur. L’American Journal of Sciences décrit ainsi la pédagogie des manuels français : 

  • 23  « The course of the French mathematicians […] is to give an extensive investigation of principles, (...)

Le programme des mathématiciens français […] est de donner une investigation étendue des principes, et de répondre aux inéluctables remarques ; et de compter principalement sur l’enseignant pour juger si l’étudiant est tout à fait habile dans leur application pratique.23

9En France, le manuel transcrit donc la parole de l’auteur mathématicien en matière de théories et principes, et le professeur est tenu de fournir les explications complémentaires et les exercices. Aux États-Unis, un manuel, a fortiori une traduction, doit plutôt permettre à son utilisateur de s’exercer seul à la pratique et l’application des principes théoriques exposés.

  • 24  Au sujet de la géométrie descriptive, nous renvoyons à Sakarovitch, Joël, « La géométrie descripti (...)
  • 25  Brisson, Barnabé, Géométrie descriptive par G. Monge, augmentée d’une théorie des ombres et de la (...)
  • 26  Crozet, Claude, A Treatise on Descriptive Geometry, for the use of the cadets of the United States (...)
  • 27  Ibid.
  • 28  Cajori, Florian, The Teaching and History of Mathematics in the United States, Washington D.C., Bu (...)
  • 29  Dooley, Edwin L. Jr., « Napoleonic Emigres in America and Irish Emigres in the Napoleonic Army, Cl (...)
  • 30  Mansfield, Edward D., op. cit., p. 32.
  • 31  Se reporter à Kranakis, Eda, « Social Determinants of Engineering Practice : A Comparative View of (...)
  • 32  Crozet, Claude, op. cit., p. ix.

10À West Point, il y a urgence à se procurer un manuel dédié à l’enseignement de la géométrie descriptive, car la discipline est jugée cruciale dans la formation des militaires ingénieurs. L’objet de cette science, introduite par Monge à l’École polytechnique dès 1794, est de représenter en deux dimensions, sur une feuille de papier, des objets tridimensionnels24. Monge voyait dans l’enseignement de cette branche de la géométrie un apprentissage nécessaire à la représentation de tout projet technique (coupe des pierres, charpenterie, topographie, architecture, fortification). Ses cours donnés à l’École polytechnique ne furent pas sténographiés, contrairement à ceux qu’il prodigua à l’École normale de l’an III, ce qui permit à Jean Hachette de les assembler et d’en publier une grande partie dans Géométrie Descriptive (1799), complétée en 1820 par Barnabé Brisson25. À West Point, Claude Crozet, professeur assistant puis professeur du génie, décide d’enseigner aux cadets cette nouvelle méthode de représentation géométrique. Selon lui, cette « science de l’ingénieur »26 facilite notamment la « planification et l’organisation »27 d’un projet de construction. Dans les premières années de son enseignement, il donne les leçons sans manuel. Les figures sont reproduites devant les élèves sur tableau noir, ces derniers les copiant dans un cahier individuel avec les démonstrations28. Le succès de son cours et l’enthousiasme qu’il suscite sont considérables. À la demande de John C. Calhoun29, le Secrétaire à la guerre, Crozet rédige un manuel consacré à l’étude de cette nouvelle branche des mathématiques, qui paraît en 1821 sous le titre de A Treatise on Descriptive Geometry for the Use of the Cadets of the United States Military Academy. L’usage d’un manuel pour le cours de géométrie descriptive présente deux avantages. L’oralité de la transmission telle qu’elle était pratiquée entre 1817 et 1821 impliquait une forte dépendance vis-à-vis du maître. Si celui-ci part, comment pérenniser son enseignement ? Il convient de préciser qu’à l’époque, la géométrie descriptive est presqu’inconnue des scientifiques et enseignants américains : douze personnes, tout au plus, aux États-Unis, en connaissent l’existence et l’intérêt, mais aucune d’entre elles n’est en mesure de l’enseigner30. La présence du livre dispense également le professeur de reproduire toutes les figures puisque celles-ci sont dessinées sur des planches contenues à la fin de l’ouvrage. Pour l’écriture de ce manuel en anglais, Crozet s’inspire de l’édition des leçons de Monge préparée par Brisson (1820). Il ne s’agit pas d’une traduction littérale. Il réorganise les contenus afin d’adapter le propos du texte d’origine aux cadets américains. Leur niveau de connaissance mathématique est nettement inférieur à celui de leurs homologues français, bien que les exigences de leur formation aient été affinées par la réforme de Thayer31. Crozet réduit d’abord la part du contenu strictement théorique : les propriétés sont énoncées sèchement, sans les digressions du texte d’origine. Le style de Monge, riche et emphatique, était caractéristique d’une langue orale (les leçons ont été sténographiées alors que Monge les donnait simultanément). Crozet le remplace par des phrases courtes et directes. L’exécution typographique, également allégée, utilise titres de paragraphes et sauts de lignes. Par ailleurs, le nombre d’exemples qui illustraient les théorèmes est réduit. Il ajoute, au contraire, de nombreux problèmes d’application qui viennent servir d’exercices (leur nombre passe de onze à vingt-trois). Il n’oppose pas exemples et problèmes. Mais, selon lui, les premiers ne perfectionnent que l’aptitude au dessin, tandis que les seconds permettent de comprendre l’intérêt pratique de la géométrie descriptive32. Les choix opérés par Crozet dans la rédaction de son cours de géométrie descriptive caractérisent une étroitesse du lien structurant le trio lectorat-ouvrage-institution.

11Peu après, le monopole de cette relation directe entre acteurs, lieux et supports de l’instruction est contesté par la diversification des modes de transmission des savoirs français à l’Académie militaire. Après 1823, et même si les cours donnés à West Point sont toujours issus de textes français, ils sont traduits et adaptés en amont de leur arrivée à l’Académie.

Le rôle des colleges dans la circulation des manuels français à West Point (1823-1836) 

  • 33  Norton, Andrews, « Letter to Sylvanus Thayer, 13 august 1821 », The West Point Thayer Papers (1808 (...)

12À l’exception de celle de Géométrie descriptive, les traductions se font attendre. Dès 1821, Thayer est informé33 qu’un nouveau cours scientifique est utilisé à Harvard depuis 1818. Conçu par John Farrar, professeur de mathématiques, la formation repose sur des traductions d’une dizaine de manuels français, dont cinq concernent directement les mathématiques : An Elementary Treatise on Arithmetic et Elements of Alegbra, tous deuxtraduits de Lacroix (1818), Elements of Geometry (1819), une traduction des Éléments de géométrie de Legendre, une synthèse de manuels de Bézout et Lacroix dans An Elementary Treatise on Plane and Spherical Trigonometry (1820), et First Principles of the Differential and Integral Calculus adaptés de Bézout (1824). Ces ouvrages constituent des traductions littérales des contenus français, quoique légèrement adaptés aux pratiques de l’enseignement américain. Des notes de bas de page sont ajoutées pour clarifier ou prolonger les raisonnements ; les démonstrations trop complexes sont retirées ; des pages entières d’exercices d’application sont insérées.

  • 34  Molloy, Peter Mickael, op. cit., p. 443.
  • 35  Congress of United States, op. cit., p. 661.

13Fin 1821, George Ticknor et Andrews Norton, deux professeurs d’Harvard, se rendent à West Point34 pour promouvoir les ouvrages de Farrar auprès de Thayer. Deux ans plus tard, ces manuels apparaissent dans les programmes de l’Académie35. Dès lors, tous les ouvrages étudiés par les cadets sont rédigés en français ou traduits du français.

14Au moment où les manuels d’Harvard intègrent la formation proposée à West Point, Charles Davies, professeur de mathématiques en poste depuis 1823, entame la confection d’un nouveau cours complet de mathématiques pour l’enseignement des cadets, en adaptant lui aussi des ouvrages français. En un peu plus de dix ans, ses manuels remplacent un à un ceux de Farrar, de sorte qu’en 1839, l’instruction des cadets repose intégralement sur les « Davies »

  • 36  En 1830, deux autres traductions de l’algèbre de Bourdon sont publiées quasi-simultanément aux Éta (...)

15Entre 1826 et 1836, il adapte quatre manuels français à succès, tous précédemment traduits en anglais par des Américains, des Anglais ou des Ecossais. Davies fait explicitement référence dans ses préfaces, ainsi que dans le contenu des textes, à ces traductions antérieures. Le premier manuel qu’il rédige est un ouvrage de géométrie descriptive, Elements of Descriptive Geometry (1826). Même s’il ne cite pas le texte de Crozet, encore utilisé sur les bancs de West Point, son propos y fait largement référence. Dans Elements of Geometry (1828), il propose une version en anglais des Éléments de géométrie de Legendre (1794). L’adaptation que Davies produit est clairement indirecte : elle utilise une traduction en anglais extrêmement fidèle, parue en 1822 à Edimbourg, et rédigée par David Brewster (physicien, mathématicien et astronome écossais). En 1835, pour l’enseignement de l’algèbre, Davies traduit un autre bestseller français : les Éléments d’algèbre de Pierre Louis Marie Bourdon. Davies s’inspire36 d’une précédente traduction, Elements of Algebra (1831), œuvre d’Edward C. Ross, l’assistant de Davies entre 1824 et 1833. Enfin, en 1836, il offre, dans Elements of the Differential and Integral Calculus, une traduction du Traité élémentaire de calcul différentiel et intégral de Lacroix. Le traité de Lacroix a déjà bénéficié en 1816 d’une traduction dans An elementary treatise on the differential and integral calculus, par les Anglais Charles Babbage, George Peacock et John F. W. Herschell. Cet ouvrage circule aux États-Unis depuis le début des années 1820, notamment à l’université de Virginie.

  • 37  Belhoste, Bruno, La formation d’une technocratie : L’École polytechnique et ses élèves de la Révol (...)
  • 38  Kranakis, Eda, op. cit., p. 21.
  • 39  « American higher education has never been forced to conform to any one uniform pattern of organiz (...)
  • 40  Davies, Charles, Elements of Geometry and Trigonometry, New York, White, Gallaher & White, Collins (...)
  • 41  Davies, Charles, Elements of Geometry and Trigonometry, New-York, Barnes & Co., 1834.
  • 42  Terme emprunté à Amy Ackerberg-Hastings. Nous renvoyons au chapitre cinq de Ackerberg-Hastings, Am (...)

16Les manuels américains de Davies sont adaptés par l’auteur de façon à ce que l’on puisse les utiliser tant pour l’instruction des cadets que pour celle des étudiants des colleges. Nous étayons cette affirmation par deux arguments. Il convient d’abord d’insister sur l’absence de structuration de l’enseignement supérieur aux États-Unis. Au contraire, au début du 19e siècle, le système de l’enseignement supérieur français est cloisonné et hiérarchisé. Les diplômés de l’École polytechnique et ceux des écoles d’applications (École des ponts et chaussées, École des mines, etc.) forment principalement la « technocratie »37 des différents corps des ingénieurs d’État. À partir de 1829, les ingénieurs civils destinés aux métiers de l’industrie sont majoritairement issus des rangs d’une école d’ingénieur privée, l’École centrale des arts et manufactures. Une faible partie de l’enseignement supérieur est prodiguée dans les facultés (droit, théologie, sciences et lettres). Aux États-Unis, l’équivalent des corps des ingénieurs de l’État, the US Army and Navy Corps of Engineers n’est pas formé uniquement à West Point. Un entretien basé sur les compétences du candidat favorise la mixité du recrutement des ingénieurs, qui proviennent aussi de colleges civils38. Contrairement à la France, le parc universitaire américain est alors en pleine expansion : on y forme une partie des élites, autour d’un programme d’enseignement classique (lettres, mathématiques). Dans les années 1820, certains colleges américains commencent à élargir leurs offres de formation : les sciences y sont enseignées pour leurs applications pratiques. Dès 1828, l’Institut Rensselear, par exemple, propose des cursus de génie civil orientés vers la pratique expérimentale et industrielle. C’est une époque de multiplication, de variation et de diversification de l’offre de formation, justement parce que « l’enseignement supérieur américain n’a jamais été forcé de se conformer à un modèle uniforme d’organisation, d’administration ou de financement »39. La seconde raison qui pousse Davies à diversifier son lectorat est liée à des considérations éditoriales et économiques. Il est très tôt préoccupé par la vente et la diffusion de ses ouvrages au-delà des murs de West Point. L’évolution de la couverture d’Elements of Geometry en est une explicite illustration : en 1828, l’ouvrage est rédigé « pour l’usage de l’Académie militaire à West Point »40 alors qu’en 1834 c’est « l’instruction du cours de mathématiques aux États-Unis »41 qui est visée. Beaucoup décrivent Davies comme le premier businessman42 de l’édition mathématique. Ses relations étroites avec des éditeurs de New-York, puis du Connecticut, le mènent à stopper à plusieurs reprises ses activités d’enseignement pour se consacrer à la rédaction ou la réédition de manuels scolaires.

  • 43  Davies, Charles, Elements of Descriptive Geometry, Philadelphia, Carey and Lea, 1826, p. iv.
  • 44  Ibid., p. iii.
  • 45  Ibid., p. 3.
  • 46  Ibid.
  • 47  « It disciplines the untrained intellect, and conducts the untaught mind to the temple of the trut (...)
  • 48  Ross, Edward C., Elements of Algebra, New-York, Clayton, 1831, pp. 222-232.

17Dans Elements of Descriptive Geometry, Davies loue les opérations graphiques de cette science dans la formation des architectes et des ingénieurs et regrette que cette dernière ne soit pas enseignée dans les écoles et les colleges43. L’objet de son manuel vise donc la pratique de l’enseignement de la géométrie descriptive également en dehors de l’Académie militaire44. Le contenu de l’ouvrage de Davies découle directement des besoins de formation d’ingénieurs civils. Les parties théoriques (principes, définitions) sont énoncées sommairement, plus encore que Crozet ne le faisait. Davies s’autorise des digressions en jalonnant les premières pages de son propos de détails sur la façon pratique de projeter un point sur un plan ou un plan sur un autre. Il propose une vision très mécanique de la projection : le terme « hinge »45, la charnière entre les deux plans, autour de laquelle l’un va tourner autour de l’autre, fait explicitement référence à une liaison mécanique, de sorte qu’un lecteur rompu au maniement de pivots fera immédiatement le rapprochement. Il précise ainsi que la révolution d’un plan autour d’un axe est pareille à « celle d’une porte, par exemple, autour de ses gonds »46. Les problèmes sont abordés sans ambigüité comme des exercices d’application, chargés d’exposer avec la plus grande exhaustivité tous les cas de figures qu’un élève ingénieur peut rencontrer. Cet entraînement permet de dégager des familles de problèmes et des familles de méthodes de résolution, afin d’aider les élèves dans l’application des grands principes de la géométrie descriptive. Avec la traduction des Éléments de géométrie de Legendre et les modifications qu’il lui fait subir, Davies expose le rôle qu’il entend donner à la géométrie dans l’instruction de tout étudiant. Il s’agit « de discipliner l’esprit non entrainé, et conduire l’esprit apprenant vers le temple de la vérité »47. La géométrie issue des Éléments d’Euclide, construite sur un enchaînement hypothético-déductif de raisonnements répond à cette exigence. Mais il faut à Davies un texte modernisé des Éléments, adapté à des cadets de première année ou à des freshmen de colleges dont la plupart n’ont jamais étudié auparavant la géométrie. Le manuel qu’il propose, dans lequel la géométrie est arithmétisée et algébrisée et la théorie des proportions grandement simplifiée, lui apparaît comme une bonne alternative. Dans son manuel d’algèbre, comme Ross avant lui et ses « examples for practice »48, il plaide en faveur de l’introduction d’exercices pratiques, en trop petit nombre chez Bourdon. L’inflation du nombre de problèmes est flagrante lorsqu’il s’agit d’illustrer la résolution de situations pratiques à l’aide d’équations (vente d’animaux, calculs de dettes et d’intérêt, poids et capacités de marchandises, etc.), pour toucher, non plus seulement l’ingénieur, mais aussi le banquier, l’éleveur ou le marchand.

Conclusion

18Le virage académique, pédagogique et structurel qu’emprunte l’Académie militaire des États-Unis à la fin des années 1810 est issu d’une volonté politique indiscutable. Pour former des ingénieurs capables de construire et défendre les places fortes et d’aménager un territoire en pleine expansion, l’administration centrale de Washington s’inspire de méthodes éprouvées par l’enseignement supérieur français. Le processus d’importation comporte deux temps : en France, l’observation in situ et l’achat d’ouvrages ; aux États-Unis, la réforme de la structure des enseignements et la confection de manuels adaptés. La conception de l’enseignement et le rôle central dévolu au manuel dans l’instruction ainsi que les spécificités du contexte local poussent nécessairement à adapter les méthodes de l’instruction française.

19À la période initiale de transmission directe des enseignements (par les hommes, les cours oraux, les manuels en langue française ou la traduction directe de Géométrie descriptive par Crozet), succède une triple dynamique de transmission, France/Royaume-Uni/West Point, France/colleges/West Point, France/West Point/West Point. La transmission intra-américaine est caractérisée par une circulation horizontale, ou réciproque, des savoirs. En France, les exigences académiques du concours et des enseignements de l’École polytechnique conditionnent les programmes des lycées et l’écriture des manuels. L’excellence des mathématiques qui y sont enseignées, sans équivalent dans les autres institutions d’enseignement supérieur, vient nourrir les pratiques des universités et des écoles d’ingénieurs d’application grâce à la diffusion des cours et à la mobilité des élèves et des enseignants. Ce modèle descendant de circulation des savoirs est en partie inadapté pour décrire les mécanismes de transmission à West Point des savoirs entrants et sortants. Les échanges que nous avons décrits entre l’Académie et les colleges soulignent le rôle que ces derniers jouent dans la formation des ingénieurs aux États-Unis. Les grandes universités privées américaines, si elles ne rivalisent pas (encore) avec la formation dispensée à West Point, proposent des programmes, produisent des manuels et sont capables d’intégrer les enseignements de l’Académie ou même de les inspirer. Au milieu du 19e siècle, et contrairement à la France, la généralisation des très relevés engineering courses (comme à la Thayer School of Engineering à Dartmouth) ou des filières d’excellence (dont la Lawrence School d’Harvard) au sein même des universités, viendra définitivement contester la suprématie de l’Académie militaire dans la formation des ingénieurs et scientifiques américains.

Haut de page

Notes

1  Un panorama général est donné dans le chapitre premier de Parshall, Karen H., Rowe, David E., The Emergence of the American Mathematical Research Community, 1876-1900: J.J. Sylvester, Felix Klein, and E.H. Moore, Providence, American Mathematical Society, 1994, pp. 1-51.

2  Terme désignant au 19e siècle les institutions civiles privées d’enseignement supérieur aux États-Unis, et issues de la période coloniale.

3  Molloy, Peter Mickael, Technical education and the young republic : West Point as America’s École Polytechnique, 1802-1833, Providence, Brown University Press, 1975, p. 368.

4  Cracker, Theodore J., West Point : A bicentennial history, Lawrence, University Press of Kansas, 2002, p. 79.

5  Hunter, Robert F., Dooley, Edwin L. Jr., Claudius Crozet : French Engineer in America, 1790-1864, Charlottesville, University of Virginia Press, 1992, p. 19.

6  Thayer, Sylvanus, « Letter to Joseph G. Swift, 12 august 1816 », Adams, Cindy (coord.), The West Point Thayer Papers (1808-1872), West Point, Association of Graduates, 1965.

7  Hunter, Robert F., Dooley, Edwin L. Jr., op. cit., pp. 16-17.

8  Cracker, Theodore J., op. cit., p. 79.

9  Mansfield, Edward D., « Military Academy at West Point », Barnard, Henry (coord.), American Journal of Education, Hartford, Barnard, vol. XIII, 1863, p. 29.

10  Nous renvoyons à Preveraud, Thomas, « A Course of Mathematics (1798-1841) : the American story of a British textbook », Bjarnadottir, Kristin, Furinghetti, Fulvia, Matos, José Manuel, Schubring, Gert (coord.), Proceedings of the Second International Conference on the History of Mathematics Education, October 2-5, 2011, Lisbon, UIED, 2012, pp. 383-399.

11  Molloy, Peter Mickael, op. cit., p. 356.

12  Cracker, Theodore J., op. cit., p. 78.

13  Graham, George, « Letter to Sylvanus Thayer, 6 august 1817 », The West Point Thayer Papers (1808-1872), op. cit.

14  Molloy, Peter Mickael, op. cit., p. 425.

15  Albree, Joe, Arney, David C., Rickey, Frederick, A station favorable to the pursuit of science : primary materials in the history of mathematics at the United States military academy, Providence, American Mathematical Society, 2000, p. 23.

16  Dhombres, Nicole, Dhombres, Jean, Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France 1793-1824, Paris, Payot, 1989, p. 358.

17  Berard, Claudius, « Letter to John C. CALHOUN, 14 august 1818 », The West Point Thayer Papers (1808-1872), op. cit.

18  « consisted at that time of very few volumes […] has received large additions ». Ibid.

19  Nous nous appuyons sur le catalogue des ouvrages achetés par Thayer et McRee, qui constitue le « Fonds Thayer », et disponible sur le site de la bibliothèque de l’Académie de West Point à l’adresse http://usmalibrary.usma.edu (consulté le 3 mars 2013).

20  Thayer, Sylvanus, « Letter to George Graham, 28 august 1817 », The West Point Thayer Papers (1808-1872), op. cit.

21  Congress of United States, American State Papers : Class V. Military Affairs, August 10, 1789 to March 1, 1838, Washington, Gales and Seaton, vol. 2, 1832-1861, p. 658.

22  Voir à ce sujet le chapitre I de Aldrich Kidwell, Peggy, Ackerberg-Hastings, Amy, Lindsay Robert, David, Tools of American Mathematics Teaching, 1800-2000, Baltimore, The John Hopkins University Press, 2008.

23  « The course of the French mathematicians […] is to give an extensive investigation of principles, and supply all necessary remarks ; and to depend principally on the instructor to see that the student is thoroughly versed in the practical applications of them ». Auteur inconnu, « Review of the Cambridge Course of Mathematics », Silliman, Benjamin (coord.), American Journal of Sciences, New-Haven, Converse, vol. 5, 1822, p. 326.

24  Au sujet de la géométrie descriptive, nous renvoyons à Sakarovitch, Joël, « La géométrie descriptive, une reine déchue », Belhoste, Bruno, Dahan Dalmido, Amy, Picon, Antoine (coord.), La formation polytechnicienne, Paris, Dunod, 1994, pp. 77-93.

25  Brisson, Barnabé, Géométrie descriptive par G. Monge, augmentée d’une théorie des ombres et de la perspective, extraite des papiers de l’auteur, Paris, Courcier, 1820. 

26  Crozet, Claude, A Treatise on Descriptive Geometry, for the use of the cadets of the United States Military Academy, New-York, Goodrich and Co., 1821, p. vi.

27  Ibid.

28  Cajori, Florian, The Teaching and History of Mathematics in the United States, Washington D.C., Bureau of Education, 1890, p. 117.

29  Dooley, Edwin L. Jr., « Napoleonic Emigres in America and Irish Emigres in the Napoleonic Army, Claudius Crozet : Disseminator of French Technical Education to the United States », Specer, Warren (coord.), Proceedings of the consortium on revolutionary Europe (1750-1850), Athens, University of Georgia, 1986, p. 455.

30  Mansfield, Edward D., op. cit., p. 32.

31  Se reporter à Kranakis, Eda, « Social Determinants of Engineering Practice : A Comparative View of France and America in the Nineteenth Century », Social Studies of Science, vol. 19, No. 1, 1989, pp. 5-70.

32  Crozet, Claude, op. cit., p. ix.

33  Norton, Andrews, « Letter to Sylvanus Thayer, 13 august 1821 », The West Point Thayer Papers (1808-1872), op. cit.

34  Molloy, Peter Mickael, op. cit., p. 443.

35  Congress of United States, op. cit., p. 661.

36  En 1830, deux autres traductions de l’algèbre de Bourdon sont publiées quasi-simultanément aux États-Unis : l’une par John Farrar, mais qui ne sera jamais utilisé à Harvard, et l’autre par William Smyth, un professeur de Bowdoin College.

37  Belhoste, Bruno, La formation d’une technocratie : L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003, pp. 39-47.

38  Kranakis, Eda, op. cit., p. 21.

39  « American higher education has never been forced to conform to any one uniform pattern of organization, administration, or support ». Brubacher, John S., Rudy, Willis, Higher Education in Transition, New-York, Harper & Row, 1968, p. 61.

40  Davies, Charles, Elements of Geometry and Trigonometry, New York, White, Gallaher & White, Collins & Hannay, Ryan, 1828.

41  Davies, Charles, Elements of Geometry and Trigonometry, New-York, Barnes & Co., 1834.

42  Terme emprunté à Amy Ackerberg-Hastings. Nous renvoyons au chapitre cinq de Ackerberg-Hastings, Amy, Mathematics is a gentlemen Art : Analysis and Synthesis in American College Geometry Teaching (1790-1840), Ph. D. Dissertation, Ames, Iwo State University, 2000.

43  Davies, Charles, Elements of Descriptive Geometry, Philadelphia, Carey and Lea, 1826, p. iv.

44  Ibid., p. iii.

45  Ibid., p. 3.

46  Ibid.

47  « It disciplines the untrained intellect, and conducts the untaught mind to the temple of the truth ». Davies, Charles, 1828, op. cit., p. iv.

48  Ross, Edward C., Elements of Algebra, New-York, Clayton, 1831, pp. 222-232.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Preveraud, « Transmissions des enseignements mathématiques français à l’Académie militaire américaine de West Point (1815-1836) », Amnis [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://amnis.revues.org/1943 ; DOI : 10.4000/amnis.1943

Haut de page

Auteur

Thomas Preveraud

Université de Nantes, France, thomaspreveraud@yahoo.com

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org