Navigation – Plan du site
Mobilités transnationales et transferts culturels

Les géographes français et les États-Unis, XXe siècle

Marielle Wastable

Résumés

Cet article montrera quels sont les échanges, transferts et passeurs qui influencèrent les discours des géographes français sur les États-Unis au XXe siècle. On notera des périodes d'intérêt et d'autres de mise à distance vis-à-vis de ce pays, ce qui s'insère dans le contexte plus général de l'appréhension de ce territoire par les intellectuels français ainsi que des relations franco-américaines. 

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Schaffer, Simon, Roberts, Lissa, Raj, Kapil et Delbourgo, James, The Brockered World. Go-Between a (...)
  • 2 Pour la rédaction de cet article, des choix ont été effectués et de nombreux travaux et géographes (...)

1Le lien qu'entretiennent les géographes français avec les États-Unis s'insère dans le contexte plus général du rapport entre les intellectuels français et ce pays qui est pour eux un objet d'étude, une puissance mondiale admirée et décriée ainsi que la patrie d'écoles scientifiques de renom. Or, depuis la fin du XIXe siècle, voire même avant, la géographie française connaît des périodes de rapprochement et d'autres de mise à distance vis-à-vis des États-Unis. En mettant en avant la figure de quelques passeurs ou go-between1, qui ont servi d'intermédiaires entre les deux mondes, on cherchera à montrer quels sont les échanges et transferts qui influencèrent le discours des géographes français sur ce pays de la fin du XIXe siècle à nos jours2.

I - Une période d'ouverture : de 1901 aux années 1920

L'ère des excursions transcontinentales

  • 3 Alavoine-Muller, Soizic, (préface) dans Reclus, Elisée, Les États-Unis et la guerre de sécession. (...)
  • 4 Vidal de la Blache, Paul, « À travers l'Amérique du Nord », La revue de Paris, mars-avril 1905, pp (...)

2Plusieurs géographes français s'étaient déjà rendus aux États-Unis durant la seconde moitié du XIXe siècle, notamment le jeune Élisée Reclus qui part en Louisiane de 1852 à 1857 puis y retourne à la fin de sa vie, en 1889 et 18913. Mais c'est au tournant du XXe siècle que les géographes français découvrent véritablement dans ce pays un formidable terrain d'étude leur permettant d'être les témoins directs du développement d'une nouvelle civilisation, comme d'un nouveau monde scientifique. Paul Vidal de la Blache, fondateur de l'École française de géographie, écrira plus tard à propos des États-Unis : « il se crée là du nouveau »4.

  • 5 Portes, Jacques, Une fascination réticence. Les États-Unis devant l'opinion française, Nancy, Pres (...)

3Cet intérêt se développe considérablement à partir de 1901, après l'élection de Théodore Roosevelt à la présidence, qui inaugure une période de rapprochement politique, économique, et universitaire franco-américain5. À ce moment-là, les liens scientifiques se resserrent entre les deux pays dans de nombreuses disciplines. Plusieurs accords sont signés entre des universités françaises et américaines, notamment entre la Sorbonne et Harvard en 1904. C'est grâce à eux que le jeune géographe français Henri Baulig, part étudier puis enseigner outre-Atlantique. Il y rencontre alors un géomorphologue de Harvard, William Morris Davis, lequel enseignera à son tour à la Sorbonne en 1906.

4Jusqu'à la Première guerre mondiale, W. M. Davis, francophone et francophile, servira de passeur entre les deux pays. Il permet en effet aux géographes de chaque côté de l'Atlantique de se rapprocher, tant sur le point de vue scientifique qu'humain, en organisant notamment plusieurs excursions internationales en Amérique et en Europe.

5La première a lieu aux États-Unis en 1904, après le 8e Congrès international de géographie qui se déroule sous l'invitation de la Société de Géographie de Washington. À cette excursion sont conviés quatre-vingt géographes dont une quarantaine sont européens, et notamment, venant de France, Paul Vidal de la Blache, Henri Baulig et le géomorphologue Emmanuel de Martonne.

  • 6 Wolff, Denis, Albert Demangeon (1872-1940). De l'école communale à la chaire en Sorbonne, l'itinér (...)

6Après avoir organisé, en 1908 et 1911, deux excursions en Europe à destination de géographes américains notamment, W. M. Davis fait organiser une seconde excursion américaine en 1912. Il décide d'inviter aux États-Unis quarante géographes européens dont neuf français, parmi lesquels se trouve Albert Demangeon, élève de P. Vidal de la Blache. Cette deuxième expédition ne passe pas inaperçue en France car les Annales de géographie, périodique scientifique de référence créé par P. Vidal de la Blache, commandent en 1913 un article à chaque français ayant participé au voyage. Ces derniers proposent en majorité des articles sur l'Ouest américain car cette région est une révélation complète pour eux. « Nous venons d'un pays très petit et très vieux et nous arrivons alors dans un vaste et jeune pays, où tout est à une échelle immense et couvre d'énormes distances » indique Albert Demangeon6.

  • 7 Clout, Hugh, « Lessons from experience : French geographers and the transcontinental excursion of (...)

7Le contact avec le terrain aux États-Unis influence fortement les géographes français qui en font l'expérience7 et crée un attachement envers ce pays. En effet, H. Baulig sera par la suite considéré comme étant le spécialiste des États-Unis en France. A. Demangeon lui-même écrira des textes sur les États-Unis, bien qu'il n'ait pas fait de l'étude de ce pays sa spécialisation.

  • 8 Voir Hartog, François, Régimes d'historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2 (...)
  • 9 Robic, Marie-Claire et Tissier, Jean-Louis, « La référence américaine dans la géographie vidalienn (...)
  • 10 Portes, Jacques, op.cit., 1991
  • 11 Robic, Marie-Claire et Tissier, Jean-Louis, op. cit., 1992 a et b.

8Le cas de Paul Vidal de la Blache est peut-être le plus remarquable. En 1904, lorsqu'il se rend en Amérique du Nord pour la première fois, il n'a pas encore travaillé sur ce continent. Ce premier voyage ainsi que le deuxième de 1912, fait basculer la pensée du géographe d'un régime d'historicité8 ancien, où la référence au passé est fréquente, vers un régime moderne, orienté vers le futur9. Loin de se placer dans le contexte de la « fascination réticente »10 que semblent avoir éprouvée de nombreux voyageurs français vis-à-vis des Etats-Unis, P. Vidal de la Blache voit dans l'Amérique du Nord l'exemple par excellence du devenir qui s'affranchit du passé, de la modernité dont l'expression spatiale la plus aboutie est la ville. Il définit l'américanisme, qui correspond selon lui à une structure humaine spécifique et nouvelle que l'on observe à la fois dans l'espace et dans le temps. En d'autres termes, à la suite de ses voyages, P. Vidal de la Blache associe dans ses écrits universitaires l'espace nord-américain à une temporalité tournée vers l'avenir. Cela fera définitivement évoluer sa façon de penser les lieux à la fin de sa vie11.

La collaboration entre géographes français et américains pendant la Première Guerre mondiale

  • 12 Ter Minassian, Tina, « Les géographes français et la délimitation des frontières balkaniques à la (...)
  • 13 Hallair, Gaëlle, Le géographe Emmanuel de Martonne et l'Europe centrale, version remaniée d'un mém (...)

9Ces excursions ont permis aux géographes des deux pays de tisser des liens personnels et amicaux. C'est le cas notamment de l'américain Douglas Wilson Johnson et du français Emmanuel de Martonne qui se rencontrent en 1912. Ces liens auront des conséquences inattendues. En effet, durant la Première Guerre mondiale, aux États-Unis, de nombreux membres de l'American Geographical Society (AGS) font partie d'une commission composée de 126 chercheurs, et dénommée The Inquiry, créée en 1917 par le président Wilson. Le but de TheInquiry est de rassembler une documentation pour la future Conférence de Paris afin, notamment, de proposer les bases scientifiques de la délimitation des frontières des États issus du démantèlement de l'Empire Austro-hongrois et du Reich allemand. En France, à la demande d'Aristide Briand, le Ministère des Affaires Étrangères crée dès 1916 un Comité d'Études qui rassemble de nombreux savants, afin de mettre en place ce que seront les positions françaises dans une future conférence de la paix. L'historien Ernest Lavisse en accepte la présidence et Paul Vidal de la Blache la sous-présidence. Après le décès de P. Vidal de la Blache en avril 1918, E. de Martonne en reprend la vice-présidence. Il est envoyé en mission aux États-Unis la même année. Grâce à ses relations personnelles avec D. W. Johnson, il procède à un échange d'informations entre The Inquiry et le Comité d'Étude des Affaires Etrangères français. C'est l'amitié entre E. de Martonne et D. W. Johnson qui aurait expliqué la convergence des points de vue français et américains sur la division frontalière des Balkans et « l'existence, dans le milieu des experts, d'un axe franco-américain12 »13.

II- Vers un éloignement progressif entre écoles françaises et américaines dans l'Entre-deux guerres

  • 14 Clout, Hugh, op. cit., 2004.
  • 15 Claval, Paul, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan, 1998.
  • 16 Baulig, Henri, « L'Amérique septentrionale, Tome XIII, volume II Les États-Unis », Géographie univ (...)
  • 17 Juillard, Etienne, « Henri Baulig » (1877-1962) », Annales de géographie, volume 71, 1962, n. 388, (...)

10Grâce aux contacts développés lors des excursions, à l'influence d'E. de Martonne à l'université Columbia, ainsi qu'à celle du spécialiste de géographie alpine Raoul Blanchard alors installé à Harvard, plusieurs géographes français peuvent publier dix-huit articles de géographie régionale dans la GeographicalReview américaine des années 192014. Ces articles permettent au lectorat américain de se familiariser avec les méthodes françaises de géographie. En 1934, un numéro des Annals ofThe Association of American Geographers est consacré à l'art français de conduire des études régionales15, lesquelles constituent un modèle à suivre dans le monde universitaire de l'époque. De plus, la partie sur les États-Unis du volume « l'Amérique Septentrionale » de la Géographie Universelle, qui est écrite par H. Baulig et publiée en 193616, reçoit en 1948 la médaille Daly décernée par les membres de l'American Geographical Society, qui la nomment « la plus belle géographie des États-Unis dans quelque langue que ce soit »17. Durant tout l'Entre-deux guerres, l'École française de géographie connaît alors un « âge d'or » dans le monde scientifique occidental qui se poursuit bien après la mort de P. Vidal de la Blache.

  • 18 Robic, Marie-Claire (dir), Couvrir le monde. Un grand XX e siècle de géographie française, Paris, (...)
  • 19 Claval, Paul, « Thereception of American geography in France : enthusiasm, indifference, and criti (...)

11Mais les géographes français restent sur des positions conservatrices, les pratiques et les méthodes développées au début du siècle ne sont plus remises en question18. À cette époque, la majorité des échanges qui se développent entre les universités françaises et américaines se font avec celles de la côte Est, Princeton ou Harvard. Or, aux États-Unis, les centres d'innovation se déplacent vers l'ouest : à Chicago et à Berkeley notamment, et les recherches effectuée dans ces universités ont peu d'impact en France19. À partir de là, les écoles géographiques de chaque côté de l'Atlantique vont progressivement s'éloigner.

III – Des liens distendus (1945-1970)

Les géographes, le marxisme et les États-Unis

  • 20 Bataillon, Claude, « Six géographes en quête d'engagement : du communisme à l'aménagement du terri (...)
  • 21 Duroselle, Jean-Baptiste, La France et les États-Unis des origines à nos jours, Paris, Seuil, 1976
  • 22 Robic, Marie-Claire, op. cit., 2006.

12Après la guerre, le positionnement intellectuel et politique des géographes se fait alors « autour d'un consensus de gauche, plus que d'un militantisme pur et dur »20, mais ce milieu est sensible au discours du Parti Communiste Français qui se place dans une position ambigüe vis-à-vis des États-Unis. On remercie le libérateur, mais on redoute l'envahisseur21. Une nouvelle génération de géographes liés à ce parti, et qui ne sont plus les héritiers directs de P. Vidal de la Blache, occupent quelques-uns des postes-clés dans la discipline. Jean Dresch, spécialiste du Maroc, entré au PC Marocain en 1936 et le géomorphologue Jean Tricart, lié au PCF, entrent à la direction des Annales de géographie22; Pierre George, entré au PCF en 1935, est recruté comme maître de conférences à la Sorbonne en 1948. Ces derniers servent d'exemples à toute une génération d'étudiants et notamment au futur géographe Yves Lacoste.

  • 23 Pailhé, Joël, « Pierre George, la géographie et le marxisme », Espaces Temps, n° 18/19/20, 1981, p (...)

13De plus, alors que le monde connaît de profondes mutations qu'il faut expliquer avec de nouveaux outils, ce sont les théories et les concepts scientifiques d'inspiration marxiste qui connaissent un certain succès23. Certes, ce n'est pas parce que certains géographes français utilisent ces théories pour expliquer des faits géographiques, qu'ils rejettent en masse les États-Unis, grande puissance du bloc capitaliste. Mais leur sensibilité tend néanmoins à se diriger vers les pays d'économie socialiste plutôt que vers les États-Unis.

  • 24 George, Pierre,« Effort de guerre et reconversion aux États-Unis et en URSS. Essai d'étude d'écono (...)
  • 25 Suret-Canale, Jean, 1981, « Géographe, marxiste », Espaces temps n° 18/19/20, 1981, pp. 9-18.
  • 26 Tricart, Jean, « La géomorphologie et la pensée marxiste », La Pensée, n° 69, septembre-octobre 19 (...)

14Ainsi, en 1947, P. George publie un article intitulé « Effort de guerre et reconversion aux États-Unis et en URSS. Essai d'étude d'économie comparée »24, dans lequel il analyse la situation des deux puissances. Selon lui, alors que les États-Unis ont pu, en raison de leur éloignement du front, développer une industrie civile florissante durant la guerre, l'URSS a dû développer hors d'atteinte de l'ennemi les bases de fabrication nécessaires à sa défense. L'inégalité entre les deux États est flagrante, et cette différence a quelque chose d'injuste et d'amoral sous la plume de P. George. La géographie d'inspiration marxiste a, en effet, un aspect militant25. J. Tricart remet en cause certains héritages venus des États-Unis, notamment la géomorphologie développée par W.M. Davis, qu'il qualifie en 1956 de discipline bourgeoise qu'il faut renouveler26. L'immédiat après-guerre puis les années 1950 sont ainsi une période de relative fermeture de la part des géographes français à l'encontre des États-Unis, en tant que modèle politique et pays où se développent des écoles scientifiques.

Jean Gottmann, un « messager transatlantique »27

  • 27 Clout, Hugh, « Jean Gottmann comme messager transatlantique : les premières années », La Géographi (...)
  • 28 Gottmann, Jean, « L'essor des États-Unis et l'économie d'après guerre », Annales économies, sociét (...)
  • 29 Muscara, Luca, « Jean Gottmann's Atlantic « transhumance » and the development of his spatial theo (...)
  • 30 Loyer, Emmanuelle, « La débâcle, les universitaires et la Fondation Rockefeller : France/États-Uni (...)

15Dans ce contexte, le géographe Jean Gottmann reste en marge. Dans son article intitulé « L'essor des États-Unis et l'économie d'après-guerre » publié en 194628, il assimile les États-Unis à une puissance économique qui, comme toutes les autres, a ses atouts et ses défauts. Il regrettera d'ailleurs l'antiaméricanisme de ses collègues français29. Il faut dire qu'à cette époque, son choix semble fixé. Enseignant à l'Université Johns Hopkins sous la direction d'I. Bowman, J. Gottmann est installé aux États-Unis depuis décembre 1941 où il a pu s'établir, grâce aux recommandations d'Emmanuel de Martonne et d'Henri Baulig, pour fuir le nazisme30. Néanmoins, il garde toute sa vie un contact avec la France et demeure, selon sa propre expression, un « transhumant transatlantique ». Grâce à l'historien André Siegfried, il donne chaque année, de 1947 à 1960, un cours d'un semestre à l'Institut d'Études Politiques à Paris et, pendant les années 1960, il est professeur à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris avant de partir à Oxford en 1968 jusqu'à sa retraite en 1983.

  • 31 Gottmann, Jean, L'Amérique, Paris, Hachette, 1949.
  • 32 Gottmann, Jean, A Geography of Europe, Henri Holt, Rinehart and Winston, 1950.
  • 33 Gottmann, Jean, Virginia at mid-century, New York, Henry Holt, 1955.
  • 34 Gottmann, Jean, « De la méthode d'analyse en géographie humaine », Annales de géographie, t. 56, 1 (...)
  • 35 Gottmann, Jean, « La ville américaine », Geographia, 1955, 48, pp. 9-14.
  • 36 Gottmann, Jean, « Megalopolis or the urbanization of the Northeastern Seaboard », Economic geograp (...)
  • 37 Gottmann, Jean, Megalopolis : the urbanized northeastern seaboard of the United States, The MIT Pr (...)

16Après William Morris Davis, J. Gottmann est un autre passeur important entre la France et les États-Unis. En effet, dans les années 1940 et 1950, il écrit de nombreux articles sur les États-Unis à destination des Français et sur la France à destination des Américains. Il rédige par ailleurs deux manuels pour les étudiants des deux côtés de l'Atlantique : L'Amérique en 194931, Geography of Europe en 195032 et écrit en 1955 Virginia at mid-Century33qu'il définit comme une monographie régionale à la française, entreprise en Amérique. C'est à lui par ailleurs que revient la tâche de rédiger, pour la Geographical review, les rubriques nécrologiques de ses maîtres et amis français. Il sert aussi de point de connexion entre la France et les États-Unis dans la géographie appliquée : à la demande d'E. de Martonne, il écrit en 1947 un article intitulé « de la méthode d'analyse en géographie humaine »34 dans lequel il propose de nouvelles bases d'analyse pour la géographie humaine française, inspirées des méthodes américaines. Enfin, à partir de la seconde moitié des années 1950, J. Gottmann commence à publier des articles de géographie urbaine des États-Unis tels que « La ville américaine »35 en 1955 et « Megalopolis, or the urbanization of the Northeastern Seaboard »36 en 1956. Cet article sera un prélude à son ouvrage le plus célèbre, Megalopolis : The Urbanized Northeastern Seaboard of the United States37, paru en 1961, et qui ouvre des perspectives nouvelles dans la géographie française et américaine des années 1960.

17Mais malgré l'évidente qualité de son travail scientifique, J. Gottmann a été perçu comme quelqu'un en marge, aussi bien aux États-Unis qu'en France. Considéré comme un géographe américain en France et comme un géographe français aux États-Unis, il semble être resté plus ou moins un outsider dans les deux pays avant de trouver sa place en Grande-Bretagne.

IV- Une nouvelle période d'ouverture depuis 1970

L'influence de la géographie américaine sur la « Nouvelle Géographie » française

18Comme plusieurs sciences sociales à la même époque, la géographie française connaît une crise épistémologique à la fin des années 1960. C'est ce qui lui permettra d'adopter, au tournant des années 1970, des méthodes scientifiques différentes dans lesquelles l'influence d'écoles venant des États-Unis se fera à nouveau sentir.

  • 38 Levy, Jacques et Lussault, Michel, Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Pari (...)

19En effet, dès les années 1950, apparaît aux États-Unis ce que le géographe Peter Gould appellera en 1968 la New Geography. Cette dernière utilise des outils venant d'autres sciences, telles que les statistiques, les mathématiques, l'informatique et propose une conception de la géographie plus spatialisante et modélisatrice. Dix ans plus tard, naît aux États-Unis la Radical Geography, un mouvement de contestation scientifique d'inspiration marxiste pour lequel la structuration de l'espace est le résultat des inégalités sociales, qu'il faut combattre. Enfin, à la fin des années 1960 apparaît l'Humanistic Geography ou « Géographie Humaniste » qui s'intéresse notamment aux représentations mentales de l'espace38.

  • 39 Pumain, Denise et Robic, Marie-Claire, « Le rôle des mathématiques dans une « révolution » théoriq (...)
  • 40 Racine, Jean-Bernard, « Le modèle urbain américain. Les mots et les choses », Annales de géographi (...)
  • 41 Haggett, Peter, Locational analysis in human geography, Edward Arnold, 1965.
  • 42 Berry, Brian J.L., Géographie des marchés et du commerce de détail, Paris, A Colon (traduction B M (...)
  • 43 Mayer, Harold M. et Kohn, Clyde F., Readings in urban geography, The University of Chicago Press, (...)
  • 44 Lynch, Kevin, The Image of the city, Cambridge, MIT Press, 1960.

20Ces mouvements ont un fort impact sur de jeunes géographes alors en marge de la discipline « officielle »39. Ils leur parviennent tout d'abord par le témoignage de personnes : l'intervention de Bernard Marchand en 1970, les enseignements de W. Herzog, alors « visiting professor » à l'université de Paris I en 1970-71 et qui présente les recherches en cours dans la géographie américaine, l'article de Jean-Bernard Racine en 1971 sur les modèles urbains développés aux États-Unis40. Ils leur parviennent ensuite par la lecture en anglais et en français d'ouvrages tels que : L'analyse spatiale en géographie humaine de Peter Haggett41, La géographie des marchés et du commerce de détail de Brian J.L. Berry42, Readings in urban geography dirigé par Harold M. Mayer et Clyde F. Kohn43, qui rassemble des textes fondateurs de la géographie urbaine des États-Unis ou encore The Image of the city de Kevin Lynch44.

  • 45 Yves Guermond, Michel Chesnais et Franck Auriac firent aussi figure de précurseurs dans ce domaine
  • 46 Lacoste, Yves, 1976, La géographie ça sert, d'abord, à faire la guerre, Paris, Maspéro, 1976.

21Se développent alors les premiers travaux français de géographie théorique et quantitative, inspirés par ces ouvrages et menés notamment par de jeunes femmes qui deviendront par la suite de grandes dames de la géographie française : Denise Pumain, Thérèse Saint-Julien et Violette Rey45. De même, de nouveaux périodiques sont créés et notamment L'Espace Géographique, qui naît en 1972 sous la direction du géographe Roger Brunet et offre un espace de publication à toutes ces recherches. Une géographie des représentations française s'inspirera de la Humanistic Geography américaine, et des géographes inspirés par la Radical Geography reprocheront à la géographie française de faire le jeu du pouvoir en place. C'est notamment la thèse développée par Yves Lacoste dans son ouvrage le plus célèbre : La géographie, ça sert d'abord à faire la guerre46, lequel fonde aussi la revue Hérodote en 1976.

Une ouverture scientifique franco-américaine facilitée à la fin du XXe siècle

  • 47 Marchand, Bernard, La croissance de Los Angeles, Thèse de doctorat, Université de Paris I, sous la (...)
  • 48 Ghiglia, Anne-Marie, Les régions urbaines américaines,Thèse de doctorat, Université de Paris 1, so (...)
  • 49 Dorel, Gérard, L'entreprise capitaliste et ses stratégies : la grande culture aux États-Unis, Thès (...)
  • 50 Boquet, Yves, Le couloir Baltimore-Washington. Contribution à l'étude de l'aménagement au sud de l (...)

22A partir de la fin des années 1970, il devient plus facile pour les étudiants et les chercheurs de partir faire des recherches aux États-Unis et d'enseigner dans ce paysgrâce, notamment, à la diminution des coûts de transport aérien et au développement de programmes d'échange tels que Fulbright. Plusieurs géographes soutiennent alors des thèses de doctorat françaises sur ce pays : Bernard Marchand en 197847, Anne-Marie Ghiglia en 198248, Gérard Dorel en 198349, Yves Boquet en 199550 etc.

  • 51 Claval, Paul, La conquête de l'espace américain. Du Mayflower au Disneyworld, Paris, Flammarion, 1 (...)
  • 52 Bailly, Antoine, La perception de l'espace urbain : les concepts, les méthodes d'étude, leur utili (...)

23Par ailleurs, Paul Claval fonde une géographie culturelle en France dans les années 1980-1990 en s'inspirant des méthodes américaines de l'école de Berkeley et de la géographie culturelle anglophone en général, à laquelle il est sensible. Son ouvrage La conquête de l'espace américain. Du Mayflower au Disneyworld51, analyse la façon dont les sociétés façonnent l'espace nord-américain. Parce qu'il n'a eu de cesse de faire découvrir les géographies d'Amérique du Nord en France, P. Claval incarne à son tour un rôle de passeur entre la France et les États-Unis (et le Canada) et ce, dès la fin des années 1960 jusqu'à son départ en retraite en 1999. Claval dirigera un certain nombre de thèses qui s'inscrivent dans ces thématiques, notamment celle d'Antoine Bailly52.

  • 53 Bailly, Antoine, Dorel, Gérard, Racine, Jean-Bernard et Villeneuve Paul « États-Unis, Canada », (...)
  • 54 Ghorra-Gobin, Cynthia, Los Angeles, le mythe américain inachevé, Paris, Éditions du CNRS, 1997.

24Parmi tous les ouvrages de géographie des États-Unis parus à la fin du XXe siècle, celui qui aura peut-être le plus d'impact dans le monde universitaire et chez les enseignants du secondaire est la Géographie Universelle États-Unis, Canada parue en 1992 sous la direction de Roger Brunet dont la partie sur les États-Unis est écrite par G. Dorel et A. Bailly53. Cet ouvrage étudie les États-Unis sur un mode thématique. La géographie régionale n'est plus de mise et la géographie de cette période est de plus en plus influencée par des méthodes américaines : l'ouvrage de Cynthia Ghorra-Gobin Los Angeles, le mythe américain inachevé54, qui obtient le prix France-Amérique en 1997 en est un exemple, se plaçant à la croisée des chemins entre géographie urbaine et géographie culturelle, selon une approche anglo-saxonne.

Conclusion

  • 55 Staszack, Jean-François, Collignon, Béatrice, Chivallon, Chrstine, Géographie anglo-saxonne. Tenda (...)
  • 56 Milhaud, Olivier, « Les géographes parlent-ils tous du même monde ? Les réseaux intellectuels : hé (...)

25L'histoire des relations entre les géographes français et les États-Unis se déroule selon plusieurs temporalités. S'il y a une succession de périodes de rapprochement et d'éloignement, sur le temps long les géographes français se sont indéniablement rapprochés des États-Unis grâce, entre autres, à l'amélioration des moyens de communication et à la formation d'un ensemble de relations dans plusieurs domaines, dont le domaine intellectuel. Le régime de connaissance en est modifié et l'influence des États-Unis dans la sphère scientifique et géographique française est très nette. Selon J.-F. Staszak, « en géographie comme dans le champ des autres sciences sociales, la production scientifique anglophone joue un rôle de premier plan, du fait notamment du statut international de la langue anglaise et du poids des États-Unis dans le monde académique »55. Cette influence peut créer des crispations, qui ont été notamment soulignées par le jeune géographe Olivier Milhaud en 2005 : selon lui « les géographes anglo-américains ont su imposer leur hégémonie intellectuelle au plan mondial grâce à des réseaux très puissants » et ont « su rendre des lieux visibles (ceux dont ils parlent) et d'autres totalement invisibles (ceux qu'ils négligent.) »56 La géographie américaine, tout comme celle d'autres pays, influence la géographie française, mais il me semble qu'il faille plutôt y voir un facteur d'enrichissement.

Haut de page

Notes

1 Schaffer, Simon, Roberts, Lissa, Raj, Kapil et Delbourgo, James, The Brockered World. Go-Between and Global Intelligence, Science History Publications, Watson Publishing International LLC, 2009.

2 Pour la rédaction de cet article, des choix ont été effectués et de nombreux travaux et géographes américanistes ne sont pas mentionnés. Pour consulter un travail plus exhaustif, voir Wastable, Marielle, Les États-Unis au lycée, 1905-2004. Généalogie de la géographie des États-Unis en classe de terminale en France. Thèse de doctorat de géographie sous la direction de JL Tissier, Université de Paris I, 2011. Disponible sur Hal-SHS http://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00691557/

3 Alavoine-Muller, Soizic, (préface) dans Reclus, Elisée, Les États-Unis et la guerre de sécession. Articles publiés dans la Revue des Deux Mondes, Paris, éditions du CTHS, 2007.

4 Vidal de la Blache, Paul, « À travers l'Amérique du Nord », La revue de Paris, mars-avril 1905, pp. 513-531.

5 Portes, Jacques, Une fascination réticence. Les États-Unis devant l'opinion française, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1991.

6 Wolff, Denis, Albert Demangeon (1872-1940). De l'école communale à la chaire en Sorbonne, l'itinéraire d'un géographe moderne, Thèse de géographie, sous la direction de Marie-Claire Robic, Université de Paris I, 2005.

7 Clout, Hugh, « Lessons from experience : French geographers and the transcontinental excursion of 1912 », Progress in Human geography, 28,5, 2004, pp. 587-618.

8 Voir Hartog, François, Régimes d'historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

9 Robic, Marie-Claire et Tissier, Jean-Louis, « La référence américaine dans la géographie vidalienne : histoire de la géographie, épistémologie, prospective », 27e congrès de l'UGI, Washington,Août 1992 a ; Robic, Marie-Claire et Tissier, Jean-Louis, « Voir et penser le Nouveau Monde : le voyage transcontinental de Vidal de la Blache en 1904 », 27e congrès de l'UGI, Washington, Août 1992 b.

10 Portes, Jacques, op.cit., 1991

11 Robic, Marie-Claire et Tissier, Jean-Louis, op. cit., 1992 a et b.

12 Ter Minassian, Tina, « Les géographes français et la délimitation des frontières balkaniques à la conférence de la paix en 1919 », Revue d'histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1997, n° 44-2, pp. 252-286.

13 Hallair, Gaëlle, Le géographe Emmanuel de Martonne et l'Europe centrale, version remaniée d'un mémoire de DEA effectué en 2005 sous la direction de Jacques Le Rider, Grafigeo, 2007, disponible en ligne : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00282068/en/

14 Clout, Hugh, op. cit., 2004.

15 Claval, Paul, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan, 1998.

16 Baulig, Henri, « L'Amérique septentrionale, Tome XIII, volume II Les États-Unis », Géographie universelle Vidal-Lablache, Paris, Armand Colin, 1935.

17 Juillard, Etienne, « Henri Baulig » (1877-1962) », Annales de géographie, volume 71, 1962, n. 388, pp. 561-566.

18 Robic, Marie-Claire (dir), Couvrir le monde. Un grand XX e siècle de géographie française, Paris, Association pour la diffusion de la pensée française, ministère des affaires étrangères, 2006.

19 Claval, Paul, « Thereception of American geography in France : enthusiasm, indifference, and critical perspectives », Geojournal, 59, 2004, pp. 3-8.

20 Bataillon, Claude, « Six géographes en quête d'engagement : du communisme à l'aménagement du territoire. Essai sur une génération, Cybergéo n° 341, mis en ligne le 27 juin 2006. URL : http://cybergeo.revues.org/1739. Consulté le 29 mars 2011.

21 Duroselle, Jean-Baptiste, La France et les États-Unis des origines à nos jours, Paris, Seuil, 1976.

22 Robic, Marie-Claire, op. cit., 2006.

23 Pailhé, Joël, « Pierre George, la géographie et le marxisme », Espaces Temps, n° 18/19/20, 1981, pp. 19-29.

24 George, Pierre,« Effort de guerre et reconversion aux États-Unis et en URSS. Essai d'étude d'économie comparée », L'information géographique, 1, 1947, pp. 1-7.

25 Suret-Canale, Jean, 1981, « Géographe, marxiste », Espaces temps n° 18/19/20, 1981, pp. 9-18.

26 Tricart, Jean, « La géomorphologie et la pensée marxiste », La Pensée, n° 69, septembre-octobre 1956.

27 Clout, Hugh, « Jean Gottmann comme messager transatlantique : les premières années », La Géographie n° 1523 bis, Hors-Série, Janvier 2007, pp. 249-259.

28 Gottmann, Jean, « L'essor des États-Unis et l'économie d'après guerre », Annales économies, sociétés, civilisations, vol 1, 1946, n° 2, pp. 97-115.

29 Muscara, Luca, « Jean Gottmann's Atlantic « transhumance » and the development of his spatial theory », Finisterra, XXXIII, 1998, 65, pp. 159-172.

30 Loyer, Emmanuelle, « La débâcle, les universitaires et la Fondation Rockefeller : France/États-Unis, 1940-1941 », Revue d'histoire moderne et contemporaine, vol 48, 2001, n° 1, pp. 138-159.

31 Gottmann, Jean, L'Amérique, Paris, Hachette, 1949.

32 Gottmann, Jean, A Geography of Europe, Henri Holt, Rinehart and Winston, 1950.

33 Gottmann, Jean, Virginia at mid-century, New York, Henry Holt, 1955.

34 Gottmann, Jean, « De la méthode d'analyse en géographie humaine », Annales de géographie, t. 56, 1947, n° 301, pp. 1-12.

35 Gottmann, Jean, « La ville américaine », Geographia, 1955, 48, pp. 9-14.

36 Gottmann, Jean, « Megalopolis or the urbanization of the Northeastern Seaboard », Economic geography, 33, 1956, pp. 189-200.

37 Gottmann, Jean, Megalopolis : the urbanized northeastern seaboard of the United States, The MIT Press, 1961.

38 Levy, Jacques et Lussault, Michel, Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Paris, Belin, 2003.

39 Pumain, Denise et Robic, Marie-Claire, « Le rôle des mathématiques dans une « révolution » théorique et quantitative : la géographie française depuis les années 1970 », Revue d'histoire des sciences humaines, n° 6, 2002, pp. 123-144.

40 Racine, Jean-Bernard, « Le modèle urbain américain. Les mots et les choses », Annales de géographie, vol 80, 1971, n° 440, pp. 397-427.

41 Haggett, Peter, Locational analysis in human geography, Edward Arnold, 1965.

42 Berry, Brian J.L., Géographie des marchés et du commerce de détail, Paris, A Colon (traduction B Marchand), 1971.

43 Mayer, Harold M. et Kohn, Clyde F., Readings in urban geography, The University of Chicago Press, 1959

44 Lynch, Kevin, The Image of the city, Cambridge, MIT Press, 1960.

45 Yves Guermond, Michel Chesnais et Franck Auriac firent aussi figure de précurseurs dans ce domaine.

46 Lacoste, Yves, 1976, La géographie ça sert, d'abord, à faire la guerre, Paris, Maspéro, 1976.

47 Marchand, Bernard, La croissance de Los Angeles, Thèse de doctorat, Université de Paris I, sous la direction de Jacqueline Beaujeu-Garnier, 1978.

48 Ghiglia, Anne-Marie, Les régions urbaines américaines,Thèse de doctorat, Université de Paris 1, sous la direction de Jacqueline Beaujeu-Garnier, 1982.

49 Dorel, Gérard, L'entreprise capitaliste et ses stratégies : la grande culture aux États-Unis, Thèse de doctorat, Université de Paris I, sous la direction de Roger Brunet, 1983.

50 Boquet, Yves, Le couloir Baltimore-Washington. Contribution à l'étude de l'aménagement au sud de la Mégalopolis nord-américaine, thèse de doctorat d'histoire urbaine, Université de Paris IV, sous la direction de Bernard Dézert, 1995.

51 Claval, Paul, La conquête de l'espace américain. Du Mayflower au Disneyworld, Paris, Flammarion, 1989.

52 Bailly, Antoine, La perception de l'espace urbain : les concepts, les méthodes d'étude, leur utilisation dans la recherche géographique, Thèse pour le doctorat d'État, Université de Paris Sorbonne, sous la direction de Paul Claval, 1977.

53 Bailly, Antoine, Dorel, Gérard, Racine, Jean-Bernard et Villeneuve Paul « États-Unis, Canada », Géographie Universelle, Reclus, Paris, Hachette, 1992

54 Ghorra-Gobin, Cynthia, Los Angeles, le mythe américain inachevé, Paris, Éditions du CNRS, 1997.

55 Staszack, Jean-François, Collignon, Béatrice, Chivallon, Chrstine, Géographie anglo-saxonne. Tendances contemporaines, Paris, Belin, 2001.

56 Milhaud, Olivier, « Les géographes parlent-ils tous du même monde ? Les réseaux intellectuels : hégémonie anglo-américaine et vision du monde », Actes du festival de géographie de Saint-Dié, 2005, http://fig-stdie.education.fr/actes/actes_2005/milhaud/article.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marielle Wastable, « Les géographes français et les États-Unis, XXe siècle », Amnis [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://amnis.revues.org/1951 ; DOI : 10.4000/amnis.1951

Haut de page

Auteur

Marielle Wastable

UMR 8504 Géographie-cités, France, marielle.wastable@parisgeo.cnrs.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org