Navigation – Plan du site
Les politiques culturelles en Europe et en Espagne

Politique culturelle et internationalisation : le cas de la communauté autonome du Pays Basque

Géraldine Galeote

Texte intégral

  • 1  Article 2 de la Constitution espagnole : « La Constitución se fundamenta en la indisoluble unidad (...)
  • 2  Article 148.1.17 de la Constitution espagnole : « Las Comunidades Autónomas podrán asumir competen (...)
  • 3  Article 149.2 de la Constitution espagnole : « Sin perjuicio de las competencias que podrán asumir (...)

1 La forme autonomique de l’État espagnol a permis aux diverses nationalités et régions1 d’acquérir, de manière progressive, toute une série de compétences assumées par le biais d’un système institutionnel duel faisant coexister l’étatique et l’infra-étatique. Ainsi, les dix-sept Communautés autonomes sont dotées d’un pouvoir exécutif exercé par un président et un gouvernement propre à chacune d’elles, d’un pouvoir législatif avec une assemblée parlementaire et enfin d’un pouvoir judiciaire dont le dernier ressort est le tribunal supérieur de justice. L’État autonomique ayant pour caractéristiques majeures d’être une forme d’État ouverte et à géométrie variable, la répartition des compétences au sein de celui-ci s’est faite sur la base de la Constitution de 1978 et des statuts d’autonomie, au cours d’un long processus arbitré par le Tribunal constitutionnel. Le domaine de la culture fait partie des compétences dites « partagées » entre l’État central et les Communautés autonomes. Ainsi, la Constitution espagnole stipule à l’article 148.1.172 que les Communautés autonomes peuvent assumer les compétences en matière de développement de la culture et à l’article 149.2 que, sans préjudice des compétences que les Communautés autonomes peuvent assumer, l’État doit considérer le service de la culture comme un devoir et une attribution essentielle et faciliter la communication culturelle entre les Communautés autonomes3. La volonté de respecter la diversité des cultures existantes en Espagne a conduit les constituants de 1978 à ne pas dessiner un schéma prédéfini de la répartition des compétences en matière de culture entre l’État central et les Communautés autonomes et à considérer que ces dernières pouvaient mettre en œuvre des politiques culturelles dynamiques, tel que l’a souligné le Tribunal constitutionnel :

  • 4  Fundamento jurídico 6, STC 49/1984 de 5 de abril, BOE de 25 de abril de 1944, suplemento al número (...)

[…] la culture relève de la compétence propre et institutionnelle tant de l’État que des Communautés autonomes, et nous pourrions même ajouter d’autres Communautés, car là où vit une communauté a lieu une manifestation culturelle sur laquelle les structures publiques représentatives peuvent exercer leurs compétences, ce qui dans un sens non obligatoirement technique et administratif peut être compris comme étant le « développement de la culture ». C’est le sens de l’article 149.2 de la Constitution espagnole, dans lequel après qu’est reconnue la compétence autonomique, est affirmée une compétence étatique, en mettant l’accent sur le service de la culture en tant que devoir et attribution essentielle. Il existe, enfin, une compétence étatique et une compétence autonomique dans le sens où plus qu’une répartition verticale des compétences, il se produit un partage des compétences dans le but de préserver et de stimuler les valeurs culturelles propres au corps social depuis l’instance publique correspondante.4

  • 5  Article 149.1.3 de la Constitution espagnole : « El Estado tiene competencia exclusiva sobre las s (...)

2 La problématique de la répartition des compétences entre l’État central et les Communautés autonomes se complexifie lorsque l’on aborde la dimension internationale des politiques culturelles des Communautés autonomes. Se pose alors la question de savoir si ces dernières jouissent d’un droit à mener des politiques publiques hors de leurs territoires respectifs dans la mesure où elles ne sont que des entités infra-étatiques. En effet, l’article 149.1.3 de la Constitution espagnole consacre le principe selon lequel les relations internationales relèvent de la compétence exclusive de l’État espagnol et ne mentionne aucune attribution des Communautés autonomes en la matière5. Il a fallu, de nouveau, avoir recours au Tribunal constitutionnel pour trancher cette question de répartition des compétences d’une importance majeure à l’heure où le processus de mondialisation ne cesse de prendre de l’ampleur.

3 Le gouvernement espagnol prit l’initiative de saisir le Tribunal constitutionnel en 1994, pour qu’il statue sur la violation de l’article 149.1.3 de la Constitution par le gouvernement basque, celui-ci ayant créé un bureau de représentation et de conseil dans ses relations avec les institutions européennes à Bruxelles. Le Tribunal constitutionnel se prononça en faveur de l’action extérieure des Communautés autonomes lorsque celle-ci ne peut être considérée comme entrant dans le cadre des relations internationales entre sujets de droit international :

  • 6  Fundamento de derecho 6, STC 165/1994, de 26 de mayo, BOE núm. 151 suplemento, de 25 de junio de 1 (...)

Ainsi, au vu de la portée de la compétence exclusive étatique, la possibilité pour les Communautés autonomes de mener des activités ayant une projection extérieure doit être entendue comme étant limitée à celles qui, étant nécessaires, ou tout du moins opportunes, pour l’exercice de leurs compétences, n’impliquent pas l’exercice d’un ius contrahendi, ne créent pas d’obligations immédiates et actuelles à l’égard des pouvoirs publics étrangers, n’ont aucune incidence sur la politique étrangère de l’État, et ne créent pas de responsabilité de celui-ci face à des États étrangers ou des organisations inter ou supra-nationales. […] En résumé et étant donnés les éléments exposés, il convient de déduire que toute « activité de relation extérieure » d’une Communauté autonome ne suppose pas obligatoirement une infraction à la réserve étatique de l’article 149.1.3 C.E.6

4 Cette décision du Tribunal constitutionnel permit l’ouverture des Communautés autonomes vers le monde extérieur, particulièrement dans le domaine culturel.

  • 7  Article 10 du Statut d’autonomie du Pays Basque : « La Comunidad Autónoma del País Vasco tiene com (...)
  • 8  Secretaría General de Acción Exterior.
  • 9  Dirección de Relaciones exteriores del Gobierno Vasco.
  • 10  Estrategia de Acción Exterior de la Comunidad Autónoma de Euskadi.

5 La Communauté autonome du Pays Basque, qui s’est juridiquement dotée de la compétence en matière de culture par le biais de l’article 10 de son statut d’autonomie7, est l’une des Communautés autonomes les plus impliquées dans cette dynamique d’ouverture vers l’extérieur de la création culturelle vers l’extérieur. Celle-ci s’inscrit dans une politique générale d’internationalisation menée par le gouvernement basque en vue de faire exister le Pays Basque par delà ses frontières. Dès 1991 fut créé un Secrétariat général de l’action extérieure8 et, en 2002, la Direction des relations extérieures du gouvernement basque9. La création de ces institutions permit au Conseil du gouvernement basque d’approuver ultérieurement, le 15 mars 2005, la Stratégie pour l’action extérieure de la Communauté autonome d’Euskadi10 dans le but de mettre en œuvre une politique extérieure cohérente et générale. A partir de ce moment-là, l’action politique du gouvernement basque n’aura de cesse d’inclure l’aspect extérieur de manière significative, quel que soit le domaine abordé. Les gouvernements du Parti nationaliste basque (PNV) qui se succédèrent au pouvoir entre 1980 et 2009 utilisèrent la dynamique extérieure non seulement pour des motifs économiques et d’appui aux entreprises ou encore culturels, mais aussi principalement avec une dimension politique stricto sensu afin de montrer une réalité différenciée de celle de l’État espagnol, une réalité d’Euskadi en tant que pays.

  • 11  El punto de partida es la existencia del “Pueblo Vasco, como Pueblo con identidad propia en el con (...)

Le point de départ est l’existence du « Peuple Basque, en tant que Peuple avec une identité propre au sein des peuples d’Europe, et dépositaire d’un patrimoine historique, social et culturel singulier ». En cohérence avec une histoire qui démontre que le Peuple Basque n’a jamais été un peuple isolé, mais qu’il a fait partie de l’Europe depuis ses origines, et en tant que la Communauté autonome d’Euskadi est une « partie intégrante du Peuple Basque, elle a le droit de disposer d’une voix propre en Europe et dans le monde ».11

  • 12  Cf. Géraldine Galeote, « La temática europea en el discurso del nacionalismo vasco », Revista de E (...)

6 Cette dynamique n’est pas nouvelle au sein du nationalisme basque puisque dès leur exil après la guerre d’Espagne, le lehendakari José Antonio Aguirre et Francisco Javier Landáburu, grande figure du nationalisme basque, s’intégrèrent au Mouvement européen – embryon de la future Communauté européenne – à travers les Nouvelles Équipes Internationales (NEI) pour que le Pays Basque prenne part à la construction européenne séparément de l’État espagnol. Le nouveau projet que ces dirigeants du PNV tentèrent de mettre en œuvre était fondé sur l’idée que, dans le double processus de perte des compétences des États pour les céder à une union politique commune, le Pays Basque pouvait se trouver, dans cette Europe, à un niveau d’auto-gouvernement semblable à celui des États intégrés dans cette union. Ainsi, les Basques, sans fractures historiques - tel qu’elles peuvent se produire lors de la création d’un État-nation classique - et sans la création de nouvelles frontières, allaient pouvoir obtenir le niveau d’auto-gouvernement qu’ils souhaitaient et leur développement en tant que peuple, avec une personnalité propre, dans cette Europe politique commune qui allait être créée ; une Euskadi sur un pied d’égalité avec les États fédérés de la future Europe. Ils misèrent ainsi sur l’étiolement à venir des États-nation et la recherche d’une alternative supra-nationale. Il convient de souligner que cette « Doctrine Aguirre », selon le nom qu’elle reçut ensuite, n’est en aucun cas obsolète au sein du nationalisme basque actuel12.

7 Au cours de la mandature du socialiste Patxi López, un Cadre stratégique pour l’action extérieure de la Communauté autonome d’Euskadi, fut adopté, en novembre 2011, qui réaffirme le caractère essentiel de l’internationalisation pour le Pays Basque :

  • 13 Marco estratégico de acción exterior de la comunidad autónoma de Euskadi, Vitoria, Servicio Central (...)

L’action extérieure constitue de ce fait un axe central de l’action publique et des politiques menées par le Gouvernement basque et le Lehendakari. Il s’agit d’une politique concrète, bien définie, mais qui du fait de sa nature transversale et tournée vers le monde, fonctionne comme un instrument clé pour atteindre des objectifs plus généraux. Il s’agit donc d’une politique de pays […] Ce que l’on recherche est tout autant la diffusion internationale de la connaissance de notre culture basque et de ses créateurs que l’élargissement des possibilités offertes à l’industrie culturelle basque et à ses secteurs.13

8 L’arrivée au pouvoir de Iñigo Urkullu - président du Parti nationaliste basque depuis 2007 -, en tant que lehendakari, à l’issu des élections autonomiques du 21 octobre 2012, a supposé un retour à la transcendance de la question relative au statut d’Euskadi et à ses liens avec l’État espagnol. Lors de son discours d’investiture, celui-ci a expressément énoncé sa volonté de mettre en route un nouveau processus politique pour le Pays Basque avec, en filigrane, l’évocation de la doctrine Aguirre :

  • 14  Discours de Iñigo Urkullu, Assemblée plénière d’investiture, 12 décembre 2012.

Nous entrons dans une nouvelle période et tout comme nous regardons vers l’Europe, à l’heure actuelle cette nouvelle Europe regarde également vers Euskadi. Je suis conscient, et je crois que nous devons l’être tous, de l’opportunité qui se présente à nous. L’opportunité d’actualiser notre statut d’auto-gouvernement sur des bases consensuelles et partagées par toutes les sensibilités politiques ici représentées […] Nous sommes majeurs. L’opportunité de défendre, de débattre et d’adopter au Parlement basque le Nouveau Statut pour l’Euskadi de demain s’offre à nous. Une opportunité historique qu’il nous appartient de concrétiser.14

  • 15 EAJ-PNV, Nuestro Compromiso con Euskadi, Programme électoral 2012, p. 206.

9 Il a ainsi repris dans son programme électoral la dynamique de ses prédécesseurs en remettant à l’ordre du jour l’association internationalisation/reconnaissance du Pays Basque dans le monde, la culture étant un domaine privilégié pour projeter une identité différenciée de celle de l’Espagne. L’intitulé « projection de notre identité et production culturelle » présenté dans ledit programme est un élément illustratif de cette relation15. L’identité et la culture basques sont donc étroitement liées.

  • 16  Baxok Erramun, Iñaki Martínez de Luna [et autres], Identidad y cultura vascas a comienzos del sigl (...)
  • 17 V Encuesta sociolingüística, Comunidad Autónoma Vasca, Comunidad Foral de Navarra y País Vasco Nort (...)
  • 18  Article 3 de la Constitution de 1978 : « 1. El castellano es la lengua española oficial del Estado (...)

10 Nonobstant, il convient de s’interroger sur ce que l’on peut entendre par « culture basque ». Quels sont ses paradigmes définitoires ? En effet, il n’existe pas une définition univoque de ce qu’est la culture basque. L’étude sociologique menée par des chercheurs basques, Identidad y cultura vascas a comienzos del siglo XXI16, a mis en exergue la possible existence de trois cas de figure que l’on pourrait retenir en tant qu’hypothèses de travail. Un premier, dans lequel l’élément caractéristique de la culture basque serait l’euskera ; un second, dans lequel le lieu géographique serait la référence, c’est-à-dire tout ce qui est produit dans l’espace géographique basque serait de la culture basque ; et enfin, le troisième cas de figure dans lequel la présence d’un référent basque, qui ne serait pas obligatoirement la langue, serait suffisant – par exemple, le rock radical basque. Le fait de prendre l’euskera pour seul marqueur de la culture basque pose le problème de l’exclusion d’une partie de la population qui n’est pas euskaldun. Or, la Vème enquête sociolinguistique menée par le gouvernement basque laisse apparaître la non maîtrise de l’euskera par une frange importante de la population résidant au Pays Basque. Seulement 32 % des habitants âgés de 16 ans ou plus sont bilingues et 50,6 % ne maîtrise que le castillan17. La notion de bilinguisme est utilisée dans la Communauté autonome du Pays Basque puisque la Constitution espagnole reconnaît dans son article 3 la co-officialité des langues autres que le castillan dans les Communautés autonomes respectives18. Il n’est donc pas concevable, au vu de la réalité sociolinguistique, de définir la culture basque exclusivement par rapport à l’euskera. D’un autre côté, il est également impossible d’assimiler la culture basque uniquement à la culture produite sur le territoire de la Communauté autonome du Pays Basque puisque la culture créée par la diaspora vivant hors du territoire basque peut également être incluse dans la culture basque lorsque tel est le souhait des personnes impliquées. Le dernier cas de figure, qui finalement est le plus large, et qui prend en compte l’autonomie de la volonté en considérant comme culture basque tout ce qui se revendique comme tel, est l’hypothèse qui semble être la plus adaptée à une situation plurielle, puisque la plus ouverte. Toutefois, il n’est pas aisé d’apporter une réponse définitive à ce questionnement de la définition de la culture basque car le terme même de culture est extrêmement complexe et mouvant. De plus, la problématique de la pluralité des identités au sein de la société basque est une question qui est encore en débat.

  • 19  Voir tableaux en annexe pour une étude comparée des Communautés autonomes.
  • 20  Voir tableau en annexe.
  • 21  Voir tableau en annexe.

11 Le domaine de la culture occupe une place relativement privilégiée au sein de la Communauté autonome du Pays Basque puisque si l’on compare les politiques publiques en la matière des dix-sept Communautés autonomes, il apparaît que le Pays Basque est l’une des quatre Communautés autonomes – aux côtés de la Catalogne, la Communauté Valencienne et Madrid – dont la dépense publique est la plus élevée dans le domaine culturel19. Il en est de même pour le nombre d’entreprises culturelles implantées dans la Communauté autonome20 – aux côtés de Madrid, la Catalogne et l’Andalousie – ou encore pour les activités culturelles par rapport au nombre de spectateurs ou aux recettes perçues, que ce soit pour le théâtre, la danse, les concerts ou le cinéma, par exemple21.

  • 22  En 2012, la Communauté autonome du Pays Basque a consacré un budget de 3 669 833 euros aux activit (...)
  • 23 Ley 3/2007, de 20 de abril, de creación y regulación del Instituto Vasco Etxepare Euskal Institutua (...)

12 La Communauté autonome du Pays Basque s’est dotée d’un certain nombre d’instruments favorisant l’internationalisation de sa culture. L’institution qui bénéficie du budget le plus important est l’Institut Etxepare22, entité publique de droit privé ayant une personnalité juridique propre rattachée au département de la culture du gouvernement basque23. L’article 1 de la loi du 20 avril 2007 portant création de l’Institut Etxepare définit la mission principale de celui-ci :

  • 24  Ibid., Article 1 de la loi 3/2007 du 20 avril 2007.

L’objet de cette loi est la création et la régulation de l’Institut Basque Etxepare Euskal Institutua/ Basque Institute, pour la promotion, la diffusion et la projection, hors de la Communauté autonome basque, de l’euskera et de la culture basque dans n’importe lesquels de ses langues officielles, manifestations, supports, moyens et formes d’expression.24

13Dans la pratique, le travail de l’Institut Etxepare revêt de nombreuses facettes. Il peut prendre la forme de l’octroi d’un large éventail d’aides institutionnelles, telle que l’offre de subventions pour la création artistique et sa diffusion25 ou encore les programmes d’aide à l’internationalisation de la production culturelle basque. Niniak est, par exemple, un programme ayant pour objet d’apporter un soutien à la participation de producteurs et de distributeurs indépendants de la Communauté autonome du Pays Basque à des manifestations audiovisuelles à caractère international ainsi que d’aider au développement d’activités diverses en vue de la diffusion hors des frontières nationales. Kimuak vise, quant à lui, à promouvoir la diffusion internationale de courts métrages basques par le biais de la conception d’un catalogue actualisé chaque année26. L’Institut Etxepare contribue aussi au rayonnement de la langue basque dans le monde entier et participe au développement de l’enseignement de la langue et de la culture basques dans les universités étrangères sous forme de lectorats ou de chaires – l’Université Goethe de Francfort a inauguré récemment la chaire Eduardo Chillida au sein de l’Institut d’histoire de l’art. En outre, il participe à la publication de collections et d’ouvrages ayant trait à la langue et à la culture basques. Une collection trilingue composée de 12 volumes a ainsi été publiée en 2012 afin de mieux faire connaître le Pays Basque et sa culture dans le monde. Son format électronique en permet une très large diffusion27. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont ainsi un instrument essentiel pour la visibilité internationale de la culture basque. Kulturklik en est un exemple illustratif puisqu’il représente un espace interactif de la culture basque dans lequel sont présentées toutes les manifestations culturelles qui se déroulent au Pays Basque, dans six langues, classées par thématiques – arts visuels, arts de la scène, littérature, musique, musées, etc. – mais aussi les créations les plus récentes ainsi qu’un annuaire des ressources culturelles basques par domaines d’activités et par thèmes.

  • 28  Il existe à l’heure actuelle 6 délégations : Délégation pour le Mercosur (Argentine, Brésil, Urugu (...)
  • 29  L’on compte 189 Euskal Etxeak légalement reconnues dans le monde.
  • 30  Ley 8/1994, de 27 de mayo, de relaciones con las colectividades y centros vascos en el exterior de (...)
  • 31  Eusko Jaurlaritza-Gobierno Vasco, V Congreso Mundial de Colectividades Vascas, Donostia-San Sebast (...)

14 L’internationalisation de la culture basque est un processus qui n’est pas uniquement généré depuis l’intérieur du pays. En effet, la présence de délégations du gouvernement basque sur les continents américain et européen28 ainsi que les Euskal Etxeak implantées dans 24 pays29 et, plus globalement, l’existence d’une diaspora basque par delà le territoire de la Communauté autonome du Pays Basque sont autant d’éléments à prendre en considération pour la projection extérieure de la culture basque. L’implantation d’entités visant à promouvoir la culture basque n’est pas un phénomène récent puisque la première Euskal Etxea a vu le jour à Montevideo, le 25 décembre 1876. La loi autonomique du 27 mai 1994, sur les relations avec les collectivités et les centres basques à l’extérieur, définit expressément quels sont les membres de la diaspora basque30. Son article 3 mentionne ainsi les trois catégories de personnes pouvant jouir du statut légal de membre des collectivités basques. En premier lieu, peuvent être considérés comme membres de la diaspora basque, les Basques qui résident à l’étranger ainsi que leurs descendants auxquels se réfère l’alinéa 2 de l’article 7 du Statut d’autonomie du Pays Basque, c’est-à-dire ceux qui auraient eu leur dernière résidence en Euskadi et qui auraient gardé leur nationalité espagnole. En second lieu, peuvent aussi être légalement membres des collectivités basques de l’extérieur les personnes qui naquirent au Pays Basque mais qui durent quitter le territoire du fait de la Guerre d’Espagne et qui résident actuellement à l’étranger. Il convient de souligner que pour cette catégorie il n’y a pas d’exigence de nationalité espagnole. Enfin, entrent dans la dernière catégorie, les membres des centres basques reconnus par le gouvernement basque. Celle-ci annule, in fine, toutes les restrictions imposées par les deux catégories précédentes puisque pour être membre d’une Euskal Etxea il suffit de s’acquitter du paiement d’une cotisation annuelle. Ces entités ont été après la guerre d’Espagne des lieux de sociabilité pour les Basques en exil puis des lieux de transmission de la culture basque traditionnelle. Originellement enclines à développer les activités culturelles les plus folkloriques, elles sont entrées dans une phase de modernisation afin de s’adapter aux mutations des sociétés dans le processus de mondialisation pour pouvoir continuer à être des courroies de transmission et de développement de la culture basque à l’extérieur31.

  • 32  La télévision basque EITB fut créée en 1982 : Ley 5/1982, de 20 de Mayo, de creación del Ente Públ (...)
  • 33  Les émissions de ETB Sat commencèrent à être diffusées régulièrement à partir de mai 2001.
  • 34  L’on peut citer par exemple Euskal Pintore eta Eskultoreak, Dantzagune ou encore ETB Kultura.

15 Les moyens de communication sont au cœur du processus d’internationalisation de la culture basque, tel que nous avons déjà pu le souligner en nous référant aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. EITB - Euskal Irrati Telebista – Radio Télévision Basque -32 a connu un développement important dans cette perspective d’ouverture et de transmission de la culture basque vers le monde extérieur. La première initiative visant à donner un caractère international à EITB fut l’expérience conjointe avec les télévisions galicienne – Televisión de Galicia – et catalane – Televisió de Catalunya –, dénommée Galeusca TV, qui fut émise sur le continent américain principalement en castillan mais aussi dans les langues vernaculaires, via satellite, de décembre 1996 à septembre 1998. Le développement de chaînes internationales spécifiques à chacune de ces Communautés autonomes fit rapidement échouer cette tentative commune. En effet, EITB créa ETB Sat33, pour être diffusée en Europe avec environ 50 % des programmes en euskera et Canal Vasco, pour être diffusée sur le continent américain, principalement en castillan. Ces deux chaînes internationales proposent des programmes empruntés à EITB-1 et à ETB-2 mais également des programmes spécifiques avec, en particulier, des documentaires visant à exporter l’histoire et la culture basques34. L’objectif de ces chaînes est d’être des traits d’union entre la culture basque et les personnes vivant hors des frontières de la Communauté autonome du Pays Basque. Il convient de souligner que depuis le 1er mai 2013 la chaîne de télévision internationale, Canal Sat, n’est plus diffusée en Europe via le satellite mais directement sur le site internet de EITB ou par câble. En effet, EITB a imaginé d’autres outils permettant l’accès à la culture basque depuis l’étranger puisque son site web, eitb.com, fut créé en même temps que la mise en marche du Canal Vasco, le 20 mai 2000. Il offre la possibilité de voir les émissions de télévision en direct mais également de consulter d’autres supports. Une rubrique, consacrée à la culture - musique, cinéma, art, bersolaritza, gastronomie, euskera -, propose non seulement de l’information sur les activités culturelles mais également la possibilité d’écouter de la musique, de visionner des films basques ou des vidéos en ligne, entre autres.

16 La culture basque connait également un rayonnement international par des événements culturels ayant une projection hors du territoire du Pays Basque tel que le festival international du film de San Sebastián35. Pour l’année 2012, celui-ci a en effet représenté 226 films projetés en 619 séances, 157 256 spectateurs, 2231 professionnels de l’industrie cinématographique de 69 pays, 206 journalistes étrangers, 18 000 apparitions comptabilisées dans plus de 520 médias au niveau mondial36. D’autres manifestations culturelles connaissent également un écho international ; par exemple, le festival international de musique classique Quincena Musical ou le festival de jazz Jazzaldia. L’élection de San Sebastian en tant que capitale européenne de la culture 201637 avec le projet « la culture pour le vivre ensemble », est un défi dans ce processus d’internationalisation mais aussi une opportunité de franchir un nouveau pas vers « l’européanisation » de la culture basque ou tout du moins vers une meilleure connaissance, voire une reconnaissance, européenne de la culture basque :

La Culture pour le « vivre ensemble » va nous permettre d’activer toute l’énergie et la créativité citoyenne afin de développer, à partir de la mise en valeur de notre particularité et notre singularité, des projets culturels partagés que nous allons construire en collaboration avec des réseaux locaux et européens ; d’approfondir notre sentiment de citoyenneté européenne à partir d’une candidature atlantique et transfrontalière au milieu de la grande Euroville Bilbao-Bayonne, en nous rapprochant, en comprenant et en mettant en valeur les langues et les cultures européennes en tant que patrimoine commun et en rendant possibles la mobilité et les connexions entre les personnes, les entreprises et les entités de l’Europe. En définitive, de contribuer à consolider le présent et le futur proche de l’Europe à partir de la réalité et de l’espoir en l’avenir du Pays Basque.38

  • 39  Ce rapport a été élaboré dans le cadre du renouvellement de l’accord de gestion souscrit avec Salo (...)

17 L’autre ville importante au sein de la Communauté autonome, Bilbao, a également beaucoup investi en développant de nombreuses infrastructures autour du musée Guggenheim, référence internationale dans le domaine de l’art contemporain. Si ce musée est reconnu internationalement et que nombre de personnes viennent du monde entier chaque année pour le visiter, il n’en demeure pas moins que le rapport d’évaluation sur la trajectoire du musée Guggenheim39, relève certaines déficiences quant à la projection internationale de la culture basque au sein du réseau Guggenheim :

  • 40  Parlamento Vasco, Comisión de Cultura y Juventud, Resolución en relación con el informe de la pone (...)

L’internationalisation de l’art basque, en tant qu’objectif prioritaire des responsables du Gouvernement basque signataires de l’accord, ne s’est pas suffisamment développée. Depuis 1997 seuls Chillida, Oteiza et Cristina Iglesias ont joui d’une diffusion extérieure et seule Cristina Iglesias a bénéficié d’une exposition de ses œuvres à New York (1997). Le puissant réseau international Guggenheim ne semble pas avoir été un vecteur suffisant pour la projection du monde artistique et créatif basque, malgré le fait que la naissance d’une puissante génération d’artistes basques au début du XXIème siècle soit un phénomène récent et parallèle au MGB. Une plus grande attention à l’art basque ne devrait pas entraîner une diminution du caractère international du musée. Préserver le caractère international de celui-ci est compatible avec l’ouverture de cet espace non seulement à l’art basque qui réunit les conditions d’excellence, mais aussi à des expériences innovantes et à de nouvelles pratiques artistiques qui soient locales et internationales à la fois.40

18 Ce texte révèle que l’implantation du musée Guggenheim à Bilbao avait pour objectif non seulement d’impulser le développement de la ville en attirant des visiteurs venus de tous horizons mais également d’être un tremplin pour promouvoir les artistes basques et leurs œuvres, soit localement soit dans les autres musées Guggenheim du reste du monde. Les attentes n’ont pas été comblées et plusieurs des recommandations émises dans cette résolution par la commission de la culture et de la jeunesse du Parlement basque ont trait à cette exigence d’internationalisation de l’art basque.

19 Le processus d’internationalisation de la culture basque s’inscrit dans une dynamique politique et économique plus large, tel que nous avons pu le mettre en exergue au début de ce travail. Cette dynamique est à nouveau renforcée par la stratégie Basque Country, élaborée par l’exécutif basque depuis une perspective globale et comprenant quatre axes : économie et industrie ; culture et éducation ; tourisme ; action extérieure institutionnelle. Lors de son discours de présentation, le 25 juin 2013, le lehendakari a souligné qu’il s’agissait d’une stratégie « de pays » : « Nous comptons avec des professionnels partout dans le monde au service de nos objectifs de Pays. Ils gardent tous un secret : la passion pour leur Pays, la passion pour Basque Country. Nous sommes un peuple petit mais qui agit comme un grand peuple. Nous avons cette ambition et nous voulons faire adhérer à ce défi global d’Euskadi »41. Au-delà du projet purement économique et culturel lato sensu, il s’agit de la mise en œuvre d’un projet politique mû par la volonté de faire du Pays Basque une entité autosuffisante qui puisse in fine représenter le peuple basque en dehors de l’Etat-nation qu’est l’Espagne. Le processus de reconnaissance au niveau européen, voire international, n’est finalement qu’une stratégie pour mettre à exécution le projet politique porté par le PNV depuis sa création.

Haut de page

Annexe

ANNEXE : TABLEAUX DES DONNÉES RELATIVES Á LA CULTURE DANS LA COMMUNAUTÉ AUTONOME DU PAYS BASQUE : ÉTUDE COMPARATIVE.

La Communauté Autonome du Pays Basque a un territoire dont la superficie est de 7 234 km2 sur une superficie de 505 990 km2 pour l’Espagne. Sa population compte 2 179 815 habitants sur une population de 47 021 031 habitants pour l’ensemble de l’Espagne.

SPECTATEURS AU THÉÂTRE 2006-2011

CCAA

(sur 17CCAA)

2006

Total

(%)

2007

Total

(%)

2008

Total

(%)

2009

Total

(%)

2010

Total

(%)

2011

Total

(%)

Madrid

4.231.528

28%

4.266.113

26,8%

4.547.920

27,3%

4.311.580

27,6%

4.052.249

28,1%

3.679.284

29%

Catalogne

2.781.296

18,4%

3.000.956

18,9%

3.034.143

18,2%

3.010.826

19,3%

2.800.423

19,4%

2.502.556

19,7%

Andalousie

1.015.496

6,7%

1.171.679

7,4%

1.140.229

6,8%

1.097.542

7%

1.090.487

7,6%

999.128

7,9%

Pays Basque

940.961

6,2%

960.976

6,0%

1.067.556

6,4%

1.118.617

7,2%

1.143.133

7,9%

887.851

7%

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel 2012.

RECETTES DU THÉÂTRE 2006-2011

CCAA

(sur 17 CCAA)

2006

Total

(%)

2007

Total

(%)

2008

Total

(%)

2009

Total

(%)

2010

Total

(%)

2011

Total

(%)

Madrid

97.536.732

54%

96.108.464

50,9%

104.412.002

52,1%

103.793.133

50,2%

99.161.205

49,4%

94.135.776

51,4%

Catalogne

38.939.214

21,6%

42.330.306

22,4%

44.036.773

22%

43.683.412

21,1%

41.476.869

20,7%

37.725.781

20,6%

Andalousie

6.590.388

3,7%

8.141.447

4,3%

9.776.851

4,9%

13.879.159

6,7%

12.337.443

6,1%

11.892.318

6,5%

Communauté

Valencienne

8.657.479

4,8%

9.899.635

5,2%

8.246.811

4,1%

8.338.005

4%

9.593.630

4,8%

9.231.003

5,0%

Pays Basque

7.776.885

4,3%

7.519.079

4%

8.299.605

4,1%

12.449.362

6,O%

12.488.720

6,2%

9.019.859

4,9%

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel 2012

SPECTATEURS EN DANSE 2006-2011

CCAA

(sur 17 CCAA)

2006

Total

(%)

2007

Total

(%)

2008

Total

(%)

2009

Total

(%)

2010

Total

(%)

2011

Total

(%)

Madrid

341.946

20,8%

338.969

20,6%

351.577

21,6%

333.400

22,6%

303.296

22,8%

255.047

22,1%

Catalogne

320.893

19,5%

310.525

18,8%

309.741

19%

300.949

20,4%

249.729

18,7%

212.006

18,3%

Andalousie

219.405
13,3%

218.986

13,3%

205.038

12,6%

183.911

12,5%

177.206

13,3%

156.690

13,6%

Pays Basque

101.166

6,2%

110.780

6,7%

104.889

6,4%

101.896

6,9%

144.324

10,8%

134.417

11,6%

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel 2012

RECETTES DE LA DANSE 2006-201

CCAA

(sur 17 CCAA)

2006

TOTAL

(%)

2007

TOTAL

(%)

2008

TOTAL

(%)

2009

TOTAL

(%)

2010

TOTAL

(%)

2011

TOTAL

(%)

Madrid

5.403.655

27,1%

5.310.340

27,3%

5.546.354

30,0%

5.491.244

30,5%

4.269.366

28,9%

3.992.163

33,1%

Catalogne

5.206.639

26,1%

4.976.134

25,5%

4.988.029

27%

4.756.606

26,4%

3.489.709

23,7%

2.796.350

23,2%

Andalousie

2.103.762

10,5%

2.265.607

11,6%

1.797.002

9,7%

1.777.658

9,9%

1.707.295

11,6%

1.216.192

10,1%

Pays Basque

1.383.612

6,9%

1.389.097

7,1%

1.303.560

7,1%

1.299.467

7,2%

1.521.549

10,3%

1.208.339

10,0%

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel 2012

ASSISTANCE À DES CONCERTS DE MUSIQUE (non classique) 2006-2011

CCAA

(sur 17 CCAA)

2006

TOTAL

(%)

2007

TOTAL

(%)

2008

TOTAL

(%)

2009

TOTAL

(%)

2010

TOTAL

(%)

2011

TOTAL

(%)

Andalousie

5.354.026

19,3%

6.299.203

21,2%

6.884.422

20,6%

6.470.967

21,1%

5.283.370

18,3%

5.061.866

19,9%

Catalogne

4.014.018

14,5%

4.782.929
16,1%

4.859.159

14,5%

5.300.259

17,3%

5.187.448

18%

4.440.987

17,4%

Madrid

3.985.291

14,4%

4.208.994

14,2%

5.314.325

15,9%

4.910.342

16%

4.748.050

16,5%

4.261.396

16,7%

Communauté

Valencienne

2.526.363

9,1%

2.598.407

8,8%

3.308.726

9,9%

2.374.031

7,7%

2.010.419

7%

1.748.705

6,9%

Pays Basque

1.717.890

6,2%

1.947.288

6,6%

1.717.792

5,1%

1.685.170

5,5%

1.541.941

5,4%

1.524.771

6%

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel 2012

RECETTES DES CONCERTS DE MUSIQUE (non classique) 2006-2011

CCAA

(sur 17 CCAA)

2006

TOTAL

(%)

2007

TOTAL

(%)

2008

TOTAL

(%)

2009

TOTAL

(%)

2010

TOTAL

(%)

2011

TOTAL

(%)

Madrid

26.550.558

19,3%

30.529.714

21%

32.611.465

21,7%

33.970.535

21,7%

33.392.596

21,8%

32.897.760

23,1%

Catalogne

28.432.413

20,6%

27.241.740

18,8%

27.712.046

18,5%

29.770.845

19%

29.678.970

19,4%

27.234.683
19,1%

Andalousie

21.113.605

15,3%

20.312.765

14%

19.455.713

13%

20.608.092

13,1%

20.552.168

13,4%

19.035.110

13,4%

Pays Basque

9.934.506

7,2%

8.619.435

5,9%

8.968.792

6%

11.574.945

7,4%

11.068.363

7,2%

10.947.587

7,7%

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel 2012

NOMBRE DE SPECTATEURS AU CINÉMA : ENTRÉES VENDUES 2011

CCAA (sur 17 CCAA)

TOTAL

(%)

Madrid

20.525.455

20,9

Catalogne

19.886.129

20,3

Andalousie

14.303.351

14,6

Communauté

Valencienne

10.927.419

11,1

Pays Basque

4.559.421

4,6

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel 2012

RECETTES DANS LES SALLES DE CINÉMA 2011

CCAA

(sur 17 CCAA)

TOTAL (euros)

(%)

Madrid

143.033.440

22,4

Catalogne

135.998.067

21,3

Andalousie

87.895.531

13,8

Communauté

Valencienne

68.284.819

10,7

Pays Basque

28.916.461

4,5

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel 2012

DÉPENSES EN CULTURE PAR L’ADMINISTRATION AUTONOMIQUE 2006-2010

CCAA (sur 17 CCAA)

2006

TOTAL (euros)

(%)

2007

TOTAL (euros)

(%)

2008

TOTAL (euros)

(%)

2009

TOTAL (euros)

(%)

2010

TOTAL (euros)

(%)

Catalogne

323.636

17,9%

388.312

19,6%

400.606

18,8%

387.097

18,9%

393.078

22,2%

Andalousie

263.195

14,6%

299.682

15,2%

309.944

14,6%

333.853

16,3%

252.890

14,3%

Communauté

Valencienne

139.436

7,7%

178.010

9,0%

181.620

8,5%

199.244

9,7%

173.468

9,8%

Pays Basque

93.395

5,2%

107.929

5,5%

112.219

5,3%

127.143

6,2%

138.827

7,8%

Madrid

203.415

11,3%

214.497

10,9%

190.502

8,9%

179.176

8,8%

111.707

6,3%

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel

POURCENTAGE DÉPENSES EN CULTURE PAR L’ADMINISTRATION AUTONOMIQUE PAR RAPPORT À LA DÉPENSE 2006-2010

CCAA

(sur 17CCAA)

2006

(%)

2007

(%)

2008

(%)

2009

(%)

2010

(%)

Pays Basque

1,20

1,26

1,21

1,23

1,34

Catalogne

1,27

1,36

1,30

1,10

1,21

Communauté

Valencienne

1,15

1,35

1,29

1,27

1,13

Andalousie

0,97

1,00

0,93

0,97

0,81

Madrid

1,23

1,24

1,04

0,89

0,62

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel

ENTREPRISES CULTURELLES 2010-2011

CCAA

(sur 17CCAA)

2010

(%)

2011

 (%)

Madrid

23.190

22,5%

23.017

22,3%

Catalogne

20.740

20,1%

20.132

19,5%

Andalousie

13.226

12,8%

13.519

13,1%

Pays Basque

5.882

5,7%

5.864

5,7%

Source : Élaboration propre à partir des données de l’Annuaire espagnol SGAE des Arts de la scène, de la musique et de l’audiovisuel

Haut de page

Notes

1  Article 2 de la Constitution espagnole : « La Constitución se fundamenta en la indisoluble unidad de la Nación española, patria común e indivisible de todos los españoles, y reconoce y garantiza el derecho a la autonomía de las nacionalidades y regiones que la integran y la solidaridad entre todas ellas. ».

2  Article 148.1.17 de la Constitution espagnole : « Las Comunidades Autónomas podrán asumir competencias en las siguientes materias : […]17.ªEl fomento de la cultura, de la investigación y, en su caso, de la enseñanza de la lengua de la Comunidad Autónoma. ».

3  Article 149.2 de la Constitution espagnole : « Sin perjuicio de las competencias que podrán asumir las Comunidades Autónomas, el Estado considerará el servicio de la cultura como deber y atribución esencial y facilitará la comunicación cultural entre las Comunidades Autónomas, de acuerdo con ellas. ».

4  Fundamento jurídico 6, STC 49/1984 de 5 de abril, BOE de 25 de abril de 1944, suplemento al número 99, p. 35.

« la cultura es algo de la competencia propia e institucional tanto del Estado como de las Comunidades Autónomas, y aún podríamos añadir de otras Comunidades, pues allí donde vive una comunidad hay una manifestación cultural respecto de la cual las estructuras públicas representativas pueden ostentar competencias, dentro de lo que entendido en un sentido no necesariamente técnico-administrativo puede comprenderse dentro de « fomento de la cultura ». Esta es la razón a que obedece el artículo 149.2 de la CE, en el que después de reconocer la competencia autonómica afirma una competencia estatal, poniendo el acento en el servicio de la cultura como deber y atribución esencial. Hay, en fin, una competencia estatal y una competencia autonómica en el sentido de que más que un reparto competencial vertical, lo que se produce es una concurrencia de competencias ordenada a la preservación y estímulo de los valores culturales propios del cuerpo social desde la instancia pública correspondiente ».

5  Article 149.1.3 de la Constitution espagnole : « El Estado tiene competencia exclusiva sobre las siguientes materias : […] 3.ª Relaciones internacionales. ».

6  Fundamento de derecho 6, STC 165/1994, de 26 de mayo, BOE núm. 151 suplemento, de 25 de junio de 1994, p. 73.

« A la vista del alcance de la competencia exclusiva estatal, pues, la posibilidad de las Comunidades Autónomas de llevar a cabo actividades que tengan una proyección exterior debe entenderse limitada a aquéllas que, siendo necesarias, o al menos convenientes, para el ejercicio de sus competencias, no impliquen el ejercicio de un ius contrahendi, no originen obligaciones inmediatas y actuales frente a poderes públicos extranjeros, no incidan en la política exterior del Estado, y no generen responsabilidad de éste frente a Estados extranjeros u organizaciones inter o supranacionales.[…] En resumen y de lo expuesto, debe deducirse que no toda « actividad de relación exterior » de una Comunidad Autónoma supondrá, en todo caso, una infracción de la reserva estatal del art. 149.1.3 C.E. » .

7  Article 10 du Statut d’autonomie du Pays Basque : « La Comunidad Autónoma del País Vasco tiene competencia exclusiva en las siguientes materias : […] 17/ Cultura sin perjuicio de lo dispuesto en el artículo 149.2 de la Constitución ».

8  Secretaría General de Acción Exterior.

9  Dirección de Relaciones exteriores del Gobierno Vasco.

10  Estrategia de Acción Exterior de la Comunidad Autónoma de Euskadi.

11  El punto de partida es la existencia del “Pueblo Vasco, como Pueblo con identidad propia en el conjunto de los pueblos de Europa, y depositario de un patrimonio histórico, social y cultural singular”. Consecuente con una historia que demuestra que el Pueblo Vasco no ha sido nunca un pueblo aislado, sino que ha formado parte de Europa desde sus orígenes, y en tanto en cuanto la Comunidad Autónoma de Euskadi es una “parte integrante del Pueblo Vasco, tiene derecho a disponer de una voz propia en Europa y en el mundo”. »

12  Cf. Géraldine Galeote, « La temática europea en el discurso del nacionalismo vasco », Revista de Estudios Políticos, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, n° 103, janvier-mars 1999, pp. 259-278.

13 Marco estratégico de acción exterior de la comunidad autónoma de Euskadi, Vitoria, Servicio Central de Publicaciones del Gobierno Vasco, 2011, pp. 21/85.

« La acción exterior constituye por lo tanto un eje central de la acción pública y de las políticas del Gobierno Vasco y del Lehendakari. Es una política concreta, bien definida, pero que por su naturaleza transversal y volcada al mundo, funciona como un instrumento clave para el logro de metas más generales. Es, pues, una política de país […] Lo que se busca es tanto difundir internacionalmente el conocimiento de nuestra cultura vasca y de sus creadores, como facilitar e incrementar las posibilidades de la industria cultural vasca y de sus sectores. ».

14  Discours de Iñigo Urkullu, Assemblée plénière d’investiture, 12 décembre 2012.

« Iniciamos un nuevo tiempo, y de la misma manera que nosotros miramos a Europa, también esta nueva Europa está mirando hoy a Euskadi. Soy consciente, y creo que lo hemos de ser todos, de la oportunidad que se nos presenta. La oportunidad de actualizar nuestro estatus de autogobierno sobre una base acordada y compartida por todas las sensibilidades políticas aquí representadas. » […] Tenemos mayoría de edad. Tenemos ante nosotras y nosotros la oportunidad de defender, debatir y acordar en el Parlamento Vasco el Nuevo Estatus para la Euskadi del futuro. Una oportunidad histórica que nos corresponde hacer realidad. ».

15 EAJ-PNV, Nuestro Compromiso con Euskadi, Programme électoral 2012, p. 206.

« Iniciativa 6 : Proyección de nuestra identidad y producción cultural.

• Fomentar las relaciones culturales entre la Comunidad Autonómica Vasca y el resto de territorios de la cultura vasca.

• Proyectar la amplia red de infraestructuras y la rica producción cultural de Euskadi de manera adecuada, prioritariamente en Euskadi y también en el exterior.

• Realizar una política de promoción de la internacionalización de la producción cultural, como elemento imprescindible de la marca Euskadi, especialmente en los circuitos culturales europeos y americanos, impulsando a través del mundo la red de embajadores culturales de Euskadi.

• Desarrollar programas innovadores para proyectar internacionalmente nuestra producción cultural y los cánones de nuestra creatividad cultural, mediante el establecimiento en todas las disciplinas artísticas de redes de colaboración con organizaciones de otros países europeos.

• Creación del nuevo plan de movilidad internacional, con el fin de posibilitar el intercambio entre artistas y gestores culturales […] ».

16  Baxok Erramun, Iñaki Martínez de Luna [et autres], Identidad y cultura vascas a comienzos del siglo XXI, Donostia, Eusko Ikakuntza, 2006.

17 V Encuesta sociolingüística, Comunidad Autónoma Vasca, Comunidad Foral de Navarra y País Vasco Norte, Viceconsejería de Política Lingüística, Gobierno Vasco, Vitoria-Gasteiz, 16-07-2012, p. 9.

18  Article 3 de la Constitution de 1978 : « 1. El castellano es la lengua española oficial del Estado. Todos los españoles tienen el deber de conocerla y el derecho a usarla. 2. Las demás lenguas españolas serán también oficiales en las respectivas Comunidades Autónomas de acuerdo con sus Estatutos. 3. La riqueza de las distintas modalidades lingüísticas de España es un patrimonio cultural que será objeto de especial respeto y protección. ».

19  Voir tableaux en annexe pour une étude comparée des Communautés autonomes.

En 2012, la Communauté autonome du Pays Basque a dépensé 26 776 900 euros sur un budget total de 1 044 916 700, soit 2,56 % : 1 149 500 euros en frais généraux, 1 106 000 euros en frais de fonctionnement, 21 202 200 euros en transferts et subventions pour les frais courants, 461 600 euros en investissements réels, 2 585 900 euros en transferts et subventions pour des opérations de capitaux, 271 800 euros en actifs financiers. Source : Eustat.

20  Voir tableau en annexe.

21  Voir tableau en annexe.

22  En 2012, la Communauté autonome du Pays Basque a consacré un budget de 3 669 833 euros aux activités de diffusion de la culture basque à l’extérieur : Département d’éducation 124.233 euros, Département de la culture 3.545.600 euros, Bureau public de la langue basque 457.600 euros, Institut culturel basque 57.200 euros, Institut Etxepare 2.600.000 euros, Lectorats 65.800 euros, Institut pour l’Euskaldunización et l’Alphabétisation des Adultes (HABE) 365.000 euros. Source : Eustat.

23 Ley 3/2007, de 20 de abril, de creación y regulación del Instituto Vasco Etxepare Euskal Institutua/Basque Institute, Boletín Oficial del Estado n° 250, 17 octobre 2011, pp. 108279-108285.

24  Ibid., Article 1 de la loi 3/2007 du 20 avril 2007.

« Es objeto de esta ley la creación y regulación del Instituto Vasco Etxepare Euskal Institutua/Basque Institute, para la promoción, difusión y proyección, fuera de la Comunidad Autónoma vasca, del euskera y de la cultura vasca en cualquiera de sus lenguas oficiales, manifestaciones, soportes, medios y formas de expresión ».

25  Par exemple, en matière d’arts plastiques et visuels, l’Institut Etxepare a offert une subvention de 55 000 euros en 2013 pour l’organisation et la participation à des expositions ou des activités en lien avec l’art contemporain hors du territoire basque, dans lesquelles est diffusé le travail d’auteurs résidant dans la Communauté autonome du Pays Basque. En matière de tournées musicales l’Institut Etxepare a offert une subvention de 145 000 euros pour l’année 2013 et en matière de tournées de danse 30 000 euros.

Resolución de 19 de abril de 2013, de la Directora del Instituto Vasco Etxepare, por la que se establece el procedimiento para la concesión de subvenciones para la difusión de las artes plásticas y visuales, la música y las artes escénicas en 2013 fuera del ámbito territorial del euskera, Boletín Oficial del País Vasco, n° 85, 6 mai 2013.

26  Les sept courts métrages sélectionnés parmi les 75 propositions pour faire partie du catalogue pour l’année 2013 sont les suivants : A political story de Lander Camarero, Cólera de Aritz Moreno, Democracia de Borja Cobeaga, Hotzanak de Izibene Oñederra, Minerita de Raúl de la Fuente, Una hora, un paso de Aitor Iturriza et Bernat Gual et Zela Trovkede Asier Altuna.

27  http://www.etxepareinstitutua.net/es/publicaciones/

Volume 1 : Euskararen historia laburra, Breve Historia de la Lengua Vasca, A Brief History of the Basque Language ; Volume 2 : XX. Mendeko euskal literatura, Literatura vasca del siglo XX, Basque Literature in the Twentieth Century ; Volume 3 : Euskal musika klasikoa, Música clásica Vasca, Basque Classical Music ; Volume 4 : Arkitektura eta diseinua, Arquitectura y diseño, Architecture and Design ; Volume 5 : Euskal kantagintza ; pop, rock, folk, La canción vasca : pop, rock, folk, Basque Songwriting : Pop, Rock, Folk ; Volume 6 : Euskal kantagintza ; pop, rock, folk, La chanson basque : pop, rock, folk, Basque Songwriting : Pop, Rock, Folk ; Volume 7 : Estanpa bilduma, Colección de estampas, A collection of Prints ; Volume 8 : Euskal zinema, Cine Vasco, Basque Cinema ; Volume 9 : Euskal dantza, La danza vasca, Basque Dance ; Volume 10 : Bertsolaritza, El bertsolarismo, Bertsolaritza ; Volume 11 : Tradizioak, Tradiciones, Traditions ; Volume 12 : Euskal sukaldaritzaz, Sobre cocina vasca, On Basque Cuisine.

28  Il existe à l’heure actuelle 6 délégations : Délégation pour le Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay) à Buenos Aires ; Délégation pour le Venezuela, la Colombie et l’Amérique Centrale à Bogota ; Délégations pour l’ALENA (EEUU, Mexique et Canada) à New York et à Mexico DF ; Délégation pour le Chili et le Pérou à Santiago du Chili ; Délégation à Bruxelles pour l’Europe ; Délégation pour la coopération transfrontalière à San Sébastián.

29  L’on compte 189 Euskal Etxeak légalement reconnues dans le monde.

30  Ley 8/1994, de 27 de mayo, de relaciones con las colectividades y centros vascos en el exterior de la Comunidad Autónoma del País Vasco, Boletín Oficial del PaísVasco, 13 juin 1994.

31  Eusko Jaurlaritza-Gobierno Vasco, V Congreso Mundial de Colectividades Vascas, Donostia-San Sebastián, Centro de Publicaciones del Gobierno Vasco, 2012.

32  La télévision basque EITB fut créée en 1982 : Ley 5/1982, de 20 de Mayo, de creación del Ente Público “Radio Televisión Vasca”, Boletín Oficial del País Vasco, n° 71, 2 juin 1982.

Les Basques purent découvrir pour la première fois une chaîne en langue basque le 31 décembre 1982 à minuit. Le 31 mai 1986 fut créée une deuxième chaîne, ETB-2 en castillan et le 10 octobre 2008 ETB-3 diffusée en langue basque pour les enfants et les jeunes.

33  Les émissions de ETB Sat commencèrent à être diffusées régulièrement à partir de mai 2001.

34  L’on peut citer par exemple Euskal Pintore eta Eskultoreak, Dantzagune ou encore ETB Kultura.

35  La première Concha d’or au meilleur film fut décernée en 1953 au film La Guerra de Dios de Rafael Gil et le premier prix Donostia alla à Grégory Peck en 1986 pour l’ensemble de sa carrière. Le 61ème festival international du film de San Sebastián, de 2013, rend hommage à Carmen Maura en lui décernant le prix Donostia.

36  Cf. http://www.sansebastianfestival.com/es/pagina.php ?ap =1&id =3596.

Résultats d’une étude sur l’impact économique du festival international du film de San Sebastian.

37  L’élection de la capitale européenne de la culture a eu lieu sur la base de la Décision n° 1622/2006/CE du Parlement européen et du Conseil, du 24 octobre 2006, instituant une action communautaire en faveur de la manifestation « Capitale européenne de la culture » pour les années 2007 à 2019, Journal officiel de l’Union européenne, L 304, du 3 novembre 2006.

38  Proyecto final, Donostia/SanSebastián, Capital Europea de la Cultura, http://concursos.sansebastian2016.eu/proyecto/DSS2016EU_ES.pdf

« La Cultura para la Convivencia nos permitirá activar toda la energía y la creatividad ciudadana para, desde la puesta en valor de lo propio y singular, desarrollar proyectos culturales compartidos que construiremos en colaboración con redes locales y europeas ; para profundizar nuestro sentimiento de ciudadanía europea desde una candidatura atlántica y transfronteriza en medio de la gran Eurociudad Bilbao-Bayona, acercándonos, comprendiendo y valorando las lenguas y las culturas europeas como patrimonio común y propiciando la movilidad y las conexiones de personas, empresas y entidades de Europa. En definitiva, para contribuir desde la realidad y la esperanza de futuro del País Vasco a afianzar el hoy y el mañana cercano de Europa ».

39  Ce rapport a été élaboré dans le cadre du renouvellement de l’accord de gestion souscrit avec Salomon R.Guggengheim Foundation (SRGF) et approuvé par la Commission de la culture et de la jeunesse du Parlement basque en date du 18 juin 2012.

40  Parlamento Vasco, Comisión de Cultura y Juventud, Resolución en relación con el informe de la ponencia de análisis y evaluación de la trayectoria del Museo Guggenheim de Bilbao, Vitoria, pp. 6-7.

« La internacionalización del arte vasco, como objetivo prioritario de los responsables del Gobierno Vasco firmantes del acuerdo, no se ha desarrollado suficientemente. Desde 1997 solo Chillida, Oteiza y Cristina Iglesias han tenido alguna difusión exterior y solamente Cristina Iglesias ha tenido una exposición de su obra en Nueva York (1997). La potente red internacional Guggenheim no parece que haya sido un vector suficiente para la proyección del mundo artístico y creativo vasco, a pesar de que el nacimiento de una potente generación de artistas vascos a principios del siglo XXI sea un fenómeno coetáneo y paralelo al MGB. Una mayor atención al arte vasco no debería conllevar una rebaja en el carácter internacional del museo. Preservar el carácter internacional del mismo es compatible con abrir este espacio no sólo al arte vasco que reúna las condiciones de excelencia, sino también a aquellas experiencias innovadoras y a aquellas nuevas prácticas artísticas que son locales e internacionales al mismo tiempo ».

41 http://es.slideshare.net/Irekia/discurso-lehendakari-basque-country-estrategia

« Contamos con profesionales en todo el mundo al servicio de nuestros objetivos de País. Todos ellos atesoran un secreto : la pasión por su País, la pasión por Basque Country. Somos un pueblo pequeño pero que actúa como un pueblo grande. Tenemos esa ambición y queremos sumar adhesiones a este reto global de Euskadi ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Galeote, « Politique culturelle et internationalisation : le cas de la communauté autonome du Pays Basque », Amnis [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 20 novembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://amnis.revues.org/2054 ; DOI : 10.4000/amnis.2054

Haut de page

Auteur

Géraldine Galeote

Université Paris IV Sorbonne, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org