Navigation – Plan du site
Varias

Sensibilité et esthétisme dans la pratique de l'histoire naturelle en France (XVIIIe-XIXe siècles) : un héritage de la culture de la curiosité

Marie Lemonnier

Résumés

La représentation de la nature comme source de jouissance à la fois esthétique et intellectuelle est une caractéristique des discours sur l'histoire naturelle du début du XIXe siècle. Cette conception sensible de la science est souvent associée au Romantisme et opposée au discours utilitariste des Lumières. Cet article se veut une courte réflexion sur l'origine de la convergence de l'esthétisme, de la sensibilité et de la science en histoire naturelle. L'affirmation de la sensibilité ne se serait pas fait en rupture mais plutôt dans la continuité d'un discours autour de la science, qui admet à la fois le plaisir et l'esthétisme de la nature, et qui a perduré tout au long du XVIIIe siècle. L'alliance de l'utile et de l'agréable s'inscrit dans une « culture de la curiosité », caractérisant les pratiques et discours entourant les cabinets d'histoire naturelle et les réseaux des curieux et amateurs du XVIIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Castrillon, Alberto, « Humboldt et la géographie des plantes », Revue d'histoire des sciences, tome (...)
  • 2 Drouin, Jean-Marc, Réinventer la nature, Paris, Desclée de Brouwer, p. 71.

1La nature comme source de jouissance à la fois esthétique et intellectuelle est un élément fondamental du discours d'Alexander Von Humboldt (1769-1859), naturaliste du début du XIXe siècle. La conception esthétique du savant d'origine prussienne s'insère dans une conception de l'histoire naturelle qui vise à comprendre la distribution géographique des végétaux1. Alexander Von Humboldt a contribué durant sa vie à enrichir la collection du Museum d'histoire naturelle de Paris de plus de 60 000 échantillons d'origine végétale provenant de son voyage en Amérique latine. L'approche de Humboldt est déterminante dans le développement de l'histoire naturelle et ses écrits ont influencé plusieurs naturalistes français du XIXe siècle comme Henri Lecoq (1802-1871). Lecoq, à l'image de Humboldt, refuse de négliger l'aspect esthétique de la botanique. Ses travaux seront notamment réutilisés et cités par Darwin2.

  • 3 Castrillon, Alberto, op. cit., p. 427.
  • 4 Drouin, Jean-Marc, op. cit., p. 205.
  • 5 Guipper, Andréas, « La nature : entre utilitarisme et esthétisation : l'abbé Pluche et la physico-t (...)
  • 6 Ibid.

2L'ambition scientifique de Humboldt n'entre donc pas en contradiction avec son désir de dévoiler les mystères de la nature et ne s'oppose pas non plus à la jouissance et à l'émerveillement engendrés par les vertus esthétiques de la nature. En ce sens, sa pensée se rapproche de celle de Kant pour qui « la sensibilité rend possible le passage de l'apparence esthétique à la raison pratique3. » Par sa célébration du « tableau de la nature », de sa beauté, son harmonie, son unité et sa variété ; par son refus d'une coupure entre les sciences de la nature et les beaux-arts4, Humboldt s'inscrit dans le courant propre à l'avènement du Romantisme. Quand on étudie cette question, il est en effet difficile de ne pas se retrouver confronté à une thèse qui oppose l'époque des Lumières et celle du Romantisme, la première étant caractérisée par une logique rationnelle utilitariste et la seconde comme une « réinterprétation foncièrement esthétique de la nature5. » L'idée des années autour de 1800 comme un « seuil historique », tend également à caractériser toutes manifestations antérieures de cette sensibilité « sur le mode de "pré" ou "proto6" ».

  • 7 Pomian, Kryzysztof, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Venise XVIe –XVIIIe siècle, Paris (...)

3Le présent article propose une courte réflexion sur cette convergence de l'esthétisme, de la sensibilité et de la science dans la pratique de l'histoire naturelle. Le but de cette étude n'est pas de traquer les indices culturels annonçant l'avènement du romantisme littéraire dans l'écriture de l'histoire naturelle. Il s'agit plutôt de proposer une façon d'envisager l'histoire naturelle qui n'oppose pas les expressions du savoir naturaliste du XVIIIe et celles du XIXe siècle. L'affirmation de la sensibilité dans le discours scientifique ne se serait pas fait en rupture mais plutôt dans la continuité d'un discours autour de la science, qui admet à la fois le plaisir et l'esthétisme de la nature, et qui a perduré tout au long du XVIIIe siècle. L'alliance de l'utile et de l'agréable s'inscrit dans ce que Pomian nomme une « culture de la curiosité7 », caractérisant les pratiques et discours entourant les cabinets d'histoire naturelle et les réseaux des curieux et amateurs du XVIIIe siècle.

Cabinets de curiosités, collectionneurs et collecteurs

  • 8 « Curiosité », Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 1re éd., 1694, p. 229 ; Féraud, Jean-Fr (...)
  • 9 Daston, Lorraine et Park, Katharine, Wonders and the order of nature (1150-1750), New York, Zone Bo (...)
  • 10 Drouhin, Marie-François (éd.), Magasin encyclopédique ou journal des sciences, des lettres et des a (...)
  • 11 Schnapper, Antoine, Le géant, la licorne et la tulipe : les cabinets de curiosités en France au XVI (...)

4 Passion, désir, empressement de voir, d'apprendre, de posséder des choses rares, singulières, nouvelles : c’est ainsi qu’est définie la curiosité dans les éditions de 1694 à 1835 du Dictionnaire de l’Académie française. Selon plusieurs dictionnaires et selon l’Encyclopédie8, la curiosité est donc d’abord un sentiment puissant, lié à la sensibilité humaine et à ses pulsions : pulsions de posséder, de consommer, mais également de découvrir, d’apprendre, d’élargir ses connaissances. La curiosité exige satisfaction et c'est cette satisfaction qui engendre le plaisir9. Selon le Magasin Encyclopédique ou journal des sciences, des lettres et des arts, provoque la curiosité ce qui est rare, nouveau, inhabituel, anormal, différent10. La curiosité réside dans les « diverses choses rares et merveilleuses que la nature principalement a produit11. »

  • 12 Blondel, Jean-François, « Cabinet », L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts (...)
  • 13 Mauriès, Patrick, Cabinets de curiosités, Paris, Gallimard, 2002, p. 10.
  • 14 Figeac, Michel, L’ancienne France au quotidien : Vie et choses de la vie sous l’ancien régime, Pari (...)

5Quant au cabinet de curiosités, au XVIIIe siècle, le mot « cabinet » désigne en premier lieu une pièce, un bureau consacré à l'étude et aux travaux intellectuels, à la discussion ; c'est aussi le meuble ou encore la ou les pièces qui, selon l'Encyclopédie, « contiennent ce que l'on a de plus précieux en tableaux, en bronzes, livres, curiosités, &c12. » Les cabinets de curiosités qui exhibent des spécimens naturels d'origine animale, végétale ou minérale existent depuis la Renaissance alors que la découverte de l'Amérique ouvre les esprits à une toute nouvelle flore et pharmacopée jusqu'alors inconnue. Les premiers propriétaires de cabinets de curiosités sont d'ailleurs en grande partie des professionnels de la santé, surtout des apothicaires13. L'apparition du cabinet de curiosités est également liée à un contexte de « dilatation des savoirs » et d'un intérêt pour les antiquités, encourageant ainsi le collectionnisme14.

  • 15 Coquery, Natacha, « Hôtel, luxe et société de cour : le marché aristocratique parisien au XVIIIe si (...)

6Dans les décennies 1720-1750, se développe en France, particulièrement à Paris, un engouement marqué pour les collections de coquillages. Les curieux et amateurs délaissent les collections de médailles qui prévalaient à la fin du XVIIe siècle pour s'intéresser aux « productions de la nature ». Cette mode est notamment l'œuvre d'un homme, un marchand de curiosités parisien, Edme François Gersaint. Les marchands de luxe, par leurs contacts avec l’élite urbaine, créent l’engouement pour certaines écoles de peinture ou des types spécifiques d’antiquités, mais également pour certaines branches de la science15. On doit par exemple au marchand Gersaint l’intérêt des Parisiens pour l’histoire naturelle :

  • 16 Remy, Pierre, Catalogue raisonné des Tableaux, estampes, coquilles , & autre curiosités après le dé (...)

En 1736 le goût de l’Histoire naturelle commença à se répandre dans Paris. Avant cette époque, personne ne s’étoit livré à l’étude de cette branche de la Physique, non moins utile qu’amusante. M. Gersaint […] fut celui qui y contribua le plus. Il avoit rapporté de Hollandes des Coquilles, de Médrapores, des Papillons & autres Curiosités.16

  • 17 Notamment dans le Magasin Encyclopédique.
  • 18 Laissus, Yves, « Les voyageurs naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d'histoire naturelle : es (...)
  • 19 Drouin, Jean-Marc, op. cit., p. 53.
  • 20 Regourd, François, « Capitale savante, capitale coloniale : sciences et savoirs coloniaux à Paris a (...)

7Les modes de consommation liés à la pratique du collectionnisme, s'ils y ont grandement contribué, ne sont cependant pas les seuls responsables du développement de l'histoire naturelle. Le verbe « collectionner » et l'identité du « collectionneur » n'apparaissent qu'au XIXe siècle. Cependant, on croise dans les sources les termes « collecter » et « collecteurs17 ». Si les collecteurs peuvent être des propriétaires de cabinet, ce mot désigne surtout les voyageurs envoyés par le roi et l'Académie des sciences dans les colonies pour y recueillir des curiosités de toutes sortes et pour « l'avancement de la science18 ». En effet, la constitution des collections des cabinets d'histoire naturelle était impensable sans les voyages d'explorations qui se multiplient à la même époque. Ces derniers ainsi que les études des naturalistes contribuent à modifier l'échelle du monde en même temps que le nombre d'espèces animales et végétales connues augmente de façon significative19. L’historien François Regourd, s’intéressant à la question des savoirs coloniaux, a souligné le rôle des collections et des collectionneurs dans l’enrichissement des savoirs naturalistes, zoologiques et topographiques, en contribuant à concentrer à Paris un nombre important de spécimens animaux et végétaux et de cartes géographiques en provenance des colonies20.

  • 21 C’est le cas de la mission de Leblond dont le but principal est la recherche du Quinquina, une plan (...)
  • 22 On peut penser par exemple à André Michaux envoyé en Amérique du Nord dans les années 1780 afin de (...)
  • 23 Laissus, Yves, op. cit., p. 267.
  • 24 Ibid., p. 307.

8La collection est à la fois un outil, un moteur et le fruit des explorations et des découvertes scientifiques. Bien que guidés avant tout par une passion personnelle, les voyageurs reçoivent leurs ordres de l’administration royale qui oriente leur quête. Les buts peuvent être extrêmement précis (rapporter une plante ou un minéral en particulier21) mais le plus souvent, ils sont très vagues (explorer, rapporter des curiosités22). Après la Révolution, le cabinet du roi converti en muséum d'histoire naturelle se chargera d'instruire les voyageurs. Alors qu'après 1815, la paix en Europe permet une véritable reprise des grands voyages scientifiques, ces voyageurs sont dorénavant considérés comme des naturalistes professionnels, ou du moins, des « amateurs bien formés23 ». Comme Yves Laissus le souligne dans son portrait des voyageurs naturalistes du cabinet du roi et du muséum, donc autant ceux du XVIIIe siècle que du siècle suivant, le point qu'ils ont probablement tous en commun est qu'ils sont d'abord et avant tout mus par la curiosité24.

La Curiosité : une culture tenace

  • 25 Mauriès, Patrick, op. cit., p. 65.
  • 26 Lemonnier, Marie, « Les amusements de l'esprit : réseaux sociaux, curiosité, plaisir et constructio (...)
  • 27 Pinton, Solange, « Des mots pour inventorier, ordonner, montrer », L’homme, 2000, pp. 84-85.
  • 28 Shnapper, Antoine, op. cit., p. 658.

9L'appellation de « cabinet de curiosités » chez les historiens est en elle-même controversée pour le XVIIIe siècle. Pour Patrick Mauriès, historien de l'art, le cabinet de curiosités est remplacé au cours du XVIIIe siècle par le cabinet d'amateurs, davantage soumis à des considérations esthétiques (primauté du décor), ou par la collection d'histoire naturelle, qui répond à des impératifs éducatifs25. La réalité n'est cependant pas aussi tranchée. Malgré qu'on observe en effet une certaine spécialisation des collections, les fonctionnaires royaux et les savants du cabinet du jardin du roi, continuent par exemple d'utiliser le terme de « curiosités » pour désigner certains objets et de parler de la curiosité comme synonyme d'intérêt scientifique26. Au XIXe siècle, les musées régionaux français continuent de recevoir des animaux exotiques naturalisés envoyés par le muséum d'histoire naturelle. Solange Pinton, dans son étude sur le musée de la Creuse, note que dans les années 1840, ces objets sont encore classés sous le nom de « curiosités », perpétuant ainsi « sans le vouloir » la vieille « tradition de la curiosité27 ». Antoine Shnapper, se référant à l'ouvrage pionnier de Pomian sur les cabinets de curiosités, admet la persistance remarquable d'une « culture de la curiosité » dans le contexte du XVIIIe siècle, illustrant ainsi un monde encore sensible au merveilleux28. La réflexion de Shnapper et de Pomian s'arrête cependant là et les héritages de cette culture au XIXe siècle restent largement inexplorés.

  • 29 Daston, Lorraine et Park, Katharine, op. cit., p. 275.
  • 30 Drouhin, Marie-François, op. cit., no11, 11 décembre 1792 ; no 31, 31 décembre 1941, p. 245.
  • 31 ANF, O1-1292-18, 1785, fol. 1 verso.
  • 32 Millin, Albin-Louis, « Histoire Naturelle », Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des l (...)

10Paradoxalement, si la « curiosité » est parfois utilisée aux XVIIIe et XIXe siècles comme antithèse à l’« utilité29 », le terme « curieux » est utilisé pour désigner ce qui semble nouveau et intéressant d'un point de vue savant. Dans un numéro de 1792, le Magasin encyclopédique annonce le « mémoire curieux » d’un savant sur un insecte nouvellement découvert, ainsi qu'une autre dissertation qualifiée de « curieuse et intéressante30 ». La curiosité comme motivation pour la collecte d’objets scientifiques passe même quelques fois avant les considérations utilitaristes. Dans une lettre de 1785, le directeur des bâtiments du roi écrit à M. de Guignes de la Compagnie des Indes à propos d’une résine élastique produite par un arbre qu’« il seroit à la fois curieux et peut-être utile à l’Europe de connaître31 ». La curiosité (qui semble certaine) passe avant l’utilité (qui est incertaine). En 1800, dans le Magasin Encyclopédique, l'expression a la même signification lorsque l'auteur parle par exemple d'observations « très-curieuses » de minéralogie32.

  • 33 Mauriès, Patrick, op. cit., p. 194.
  • 34 Ibid., p. 116.
  • 35 Daston , Lorraine et Park, Katharine, op. cit., p. 317.

11Pour Patrick Mauriès, le constat est clair et sans nuance : alors que disparaissent des cabinets les cornes de licornes, queues de sirènes et autres créatures imaginaires, le merveilleux au XVIIIe siècle est déclassé, même la curiosité devient suspecte, superstitieuse, ignorante. Selon lui, le XVIIIe siècle exprime une nouvelle dynamique de pensée, une « nouvelle économie de la vérité qui désenchante33 ». À la fin du XVIIe siècle, le merveilleux serait devenu synonyme de crédulité et la curiosité serait passée d'une culture savante à une « source triviale et ostentatoire de jouissance » liée à des croyances naïves34. Selon Katharine Park et Lorraine Daston, dans Wonders and the order of nature, à partir de la fin du XVIIe siècle, les philosophes insistent sur les effets néfastes de l’émerveillement qui tend à encourager l’ignorance35.

  • 36 Daubenton, Louis-Jean-Marie, Première adresse des officiers du Jardin des plantes , du Cabinet d'hi (...)
  • 37 Lacour, Pierre-Yves, « Les amours de Mars et de Flore aux cabinets. Les confiscations naturalistes (...)
  • 38 Daubenton, Louis-Jean-Marie, op. cit., p. 21.
  • 39 Chappey, Jean-Luc, « L’Anthropologie et l’histoire naturelle de l’homme en 1800. Les enjeux d’un hé (...)

12La logique utilitariste qui accompagne la constitution de collections dans le contexte plus tardif de la Révolution tend en apparence à corroborer l'hypothèse de Mauriès. En 1790, les anciens responsables du jardin des plantes et son cabinet demandent à l'assemblée nationale que le Cabinet du roi soit reconverti en Muséum d'histoire naturelle au service de la nation. Les grandes lignes de cette nouvelle orientation sont claires : le Muséum souhaite se consacrer au développement de la science au service de l'agriculture et de l'industrie française. Mais c'est davantage la volonté pédagogique de développer un goût pour la science parmi le peuple qui inspire les savants de l'ancienne institution royale36. Les professeurs du Muséum d'histoire naturelle sont mis à contribution par l'État pour procéder aux confiscations des cabinets de curiosités et d'histoire naturelle que possédaient plusieurs « ennemis de la Révolution ». Le discours officiel rejette les plaisirs exclusifs, narcissiques et luxueux que l'aristocratie recherchait à travers la constitution de cabinets privés37. Pourtant, le plaisir qui passe par le collectionnisme et par l'admiration de la nature ne disparaît pas ; il doit toutefois servir la formation d'un citoyen éclairé et doit être accessible au plus grand nombre. Marquant cette volonté de démocratisation du savoir, le plaisir doit se rendre utile. Ainsi, la requête des officiers du jardin des plantes à l'assemblée nationale affirme que la fréquentation du spectacle de la nature dans l'enceinte du jardin (qui est en quelque sorte l'extension vivante du cabinet d'histoire naturelle), « attache l'esprit par les jouissances les plus douces », et est par le fait même propre à favoriser l'apprentissage des élèves38. Le plaisir induit par la vue de la nature doit servir d'impulsion pour provoquer chez les jeunes citoyens un goût de voir et de savoir : une curiosité. Cette époque est aussi marquée en France par l'ouverture au public des collections d'État et des jardins. La multiplication des guides imprimés du promeneur au jardin à la même époque serait en quelque sorte « une résistance » à une science qui se rigidifie et s'enferme dans les institutions de savoir39. Cette visée pédagogique basée sur le plaisir de la nature ne disparaît pas avec la Révolution. En 1801, le Magasin Encyclopédique annonce des promenades à la campagne, organisées pour les jeunes gens et leurs parents. Ces promenades ont pour but

  • 40 Millin, Albin-Louis, Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, tome (...)

d'éveiller la curiosité des jeunes élèves [et de] fixer leur regard sur les beautés du spectacle de la nature […] où le plaisir seroit toujours à côté de l’instruction, où le cœur profiterait tout autant que l’esprit.40

  • 41 Schnapper, Antoine, op. cit., p. 664.
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid., p. 666.

13Antoine Schnapper, reprenant l’expression de Pomian, parle d’un « dressage de la curiosité41 ». Selon eux, durant tout le XVIIIe siècle, les savants des institutions officielles tentent d’épurer la curiosité de ses aspects fantastiques et merveilleux pour la mettre au pas et au service de la nouvelle science, mais ce dressage reste imparfait et toujours à recommencer42. Le paradigme de la curiosité ne s’est finalement pas complètement effacé et on en trouve encore des traces dans la muséologie du XIXe siècle qui en est l'héritière directe43.

La botanique de l'homme sensible

14Comme le souligne avec raison Patrick Mauriès, le secret fondateur du cabinet de curiosités est double :

  • 44 Mauriès, Patrick, op. cit., p. 25.

Il ne s’agit pas seulement d’isoler, de trouver, de posséder l’objet rare, la pièce unique, mais, au même moment, de l’inscrire dans un espace particulier, qui le charge de signification. Panneaux, armoires, cabinets et tiroirs ne répondant pas au seul souci de préserver ou de cacher, mais aussi d’insérer telle ou telle pièce dans un réseau de sens ou de correspondances.44

15Gersaint tient le même discours à propos de l'amateur Bonnier de la Mosson qui, selon lui, se faisait un point d’honneur de se renseigner sur toutes les curiosités qu’il achetait afin de les ordonner avec érudition dans sa collection. Gersaint ajoute : 

  • 45 Gersaint, Edme-François, Catalogue raisonné d’une collection considérable de diverses curiosités en (...)

c’est le véritable chemin que doit suivre un Amateur, qui ne se contente pas seulement de jouir et de se récréer à la vue de choses curieuses et agréables, mais qui, voulant en tirer un avantage plus solide, cherche à se mettre en état de connaître leur nature, leurs différences, leurs espèces, leur propriété, leur usage.45

  • 46 Duris, Pascal, Linné et la France : 1780-1850, Genève, Droz, 1994, pp. 164-179.
  • 47 Pratt, Mary Louise, Imperial Eyes :Travel Writing and Transculturation, Londres, Routhledge, 1992, (...)
  • 48 Anders Sparrman, Pehr Kalm et une dizaine de ses disciples sont envoyés aux quatre coins du monde p (...)
  • 49 Cuvier, Georges, « Extrait de l'éloge de Charles-Louis L'Héritier lu à la séance publique de l'inst (...)

16Il n'est pas difficile d'établir une filiation entre les cabinets de curiosité, le collectionnisme et l'ambition qu'avait l'histoire naturelle, en particulier la botanique, de classer les êtres et de les insérer dans des réseaux de correspondances. Le cabinet et sa collection est donc un outil de l'histoire naturelle, mais il agit également comme paradigme structurant. À l'image du collectionneur, le botaniste ou le naturaliste doit saisir la logique de la nature, lui donner un ordre. Le système de classification de Linné (1707-1778), basé sur les organes reproducteurs des plantes, sera critiqué mais non-moins influent jusqu'au milieu du XIXe siècle. La France, par exemple, voit apparaître de nombreuses sociétés Linnéennes qui fleurissent surtout dans les années 182046. Pour Linné, la nature est par essence chaotique et l'homme, par l'exercice de son esprit, doit y appliquer un ordre méthodique47. Ses travaux propulsent la nomenclature et la systématique botanique et sont à l'origine de nombreux voyages scientifiques48. La pulsion de collectionner se mue en pulsion d'herboriser. Tout espace mérite d'être exploré, inventorié et classifié. Charles-Louis L'Héritier de Brunelle (1746-1800) illustre cette frénésie. Amateur botaniste, il est proche des professeurs du Muséum d'histoire naturelle. L'Héritier prévoyait, juste avant son assassinat en 1800, de publier une "Flore de la Place Vendôme" à partir des mousses, lichens et herbes qu'il avait ramassés sur les murs et entre les pavés de ce secteur de Paris où il passait régulièrement alors qu'il travaillait pour le ministère de la justice49.

  • 50 Ibid., p. 337.
  • 51 Voir les exemples donnés par Castrillon, Alberto, op. cit., pp. 425-430, où il cite notamment le ré (...)
  • 52 Lemonnier, Marie, op. cit., pp. 92-94.

17Le Magasin encyclopédique identifie trois types de botanique et de botanistes50. D'abord, la botanique de l'homme sensible : contemplative, elle s'intéresse à l'élégance des végétaux, la symétrie de leurs formes, la fraîcheur et l'éclat de leurs couleurs. Cela n'est pas sans rappeler à la fois les descriptions de Humboldt51 de même que le discours des catalogues de cabinets de curiosités du milieu du XVIIIe siècle qui, pour décrire et vanter les objets d'histoire naturelle, déployait toute la palette lexicale de la beauté. Les couleurs vives et l'aspect esthétique sont d'ailleurs les arguments principaux de vente des objets de collection52. La botanique du nomenclateur classe et nomme quant à elle les végétaux. Enfin, la botanique du philosophe, cherche à « réduire sous des lois générales la variété si bizarre » des productions de la nature.

  • 53 Duris, Pascal, op. cit, p. 104.
  • 54 Ibid., p. 105.

18Ces trois types de botanique sont interconnectés et en quelque sorte indispensables au développement les unes des autres. La « botanique de l'homme sensible », on la retrouve notamment chez Rousseau, lui-même grand lecteur de Linné et profondément influencé par la science du botaniste suédois. Dans son analyse de la réception de Linné en France, Pascal Duris parle de la botanique à l'époque de Rousseau comme d'une « discipline qui hésite entre science et passion53. » Rousseau aurait contribué à l'éclosion d'une sensibilité « pré-romantique » et révolutionnaire en exaltant le sentiment de la nature et en transformant la science que Linné avait « sorti du chaos » pour en faire un divertissement à la mode54. Il est possible de relier cette sensibilité inspirée des efforts de Linné pour ordonner et classer la nature à une vision du plaisir intellectuel dont étaient pénétrés la curiosité et le collectionnisme.

La beauté intellectuelle et la nature

  • 55 Ibid., p. 106.
  • 56 Drouin, Jean-Marc, op. cit., pp. 38-40.
  • 57 Duris, Pascal, op. cit, p. 107.
  • 58 Daubenton, Louis-Jean-Marie et Diderot, Denis, « Cabinet d’histoire naturelle », L’Encyclopédie[], (...)

19La sensibilité révolutionnaire à laquelle Duris réfère s'observe notamment à travers le culte de la nature instauré lors de la Révolution qui, dans la foulée de Linné et des idées de Rousseau, s'érige en religion nationale55. La promotion de l'homme comme spectateur de la nature et de l'ordonnance de celle-ci, la recherche d'une intelligence créatrice de la nature qui ne fait en vain, ne sont pas nouvelles. Linné nomme cette intelligence l' « économie de la nature56 ». Ce culte, la Révolution l'attachera également à la collection, lors même que le Muséum d'histoire naturelle se présente comme un temple où l'on peut venir consulter la nature57. Cette idée existait déjà sous l'ancien régime alors que le garde du cabinet, Daubenton, exprime dans un article de l'Encyclopédie, son rêve de créer un « temple de la nature » où, dit-il, « l'on verroit la nature dans toutes ses variétés & ses dégradations58. » Tel temple serait une sorte de palais dédié à la totalité de la création divine et au plaisir engendré par l’observation de celle-ci : 

  • 59 Ibid.

Quel spectacle que celui de tout ce que la main du toutpuissant a répandu sur la surface de la terre, exposé dans un seul endroit ! Si je pouvois juger du goût des autres hommes par le mien, il me semble que pour joüir de ce spectacle, personne ne regretteroit un voyage de cinq ou six cents lieues.59

  • 60 Sulzer, Johann Georg, Nouvelle theorie des plaisirs par M. Sulzer de l’académie royale des sciences (...)
  • 61 Safier, Neil, « "Every day that I travel … is a page that I turn" : Reading and Observing in Eighte (...)
  • 62 Millin, Albin-Louis, « Histoire naturelle des colibris et des oiseaux-mouches par J.B. Audebert », (...)

20Dans sa Nouvelle théorie des plaisirs, publiée en 1767, le philosophe Johann Georg Sulzer explique que les « plaisirs intellectuels » sont provoqués dans l'esprit humain par la vue de ce qu'il nomme la « beauté intellectuelle 60 ». Ce plaisir intellectuel est aussi réputé pour fixer l’attention sur l’objet d’étude et participe par conséquent au processus d'acquisition des connaissances61. La curiosité et la démarche scientifique de l'observation se rejoignent ici. L'histoire naturelle doit « autant parler aux yeux qu'à l'esprit62. » À la fois l'action de constituer un cabinet et celle d'étudier l'histoire naturelle reflètent la primauté du sens de la vue : l'esthétisme et la compréhension scientifique agissant à partir des yeux sur l'esprit humain. Pour Sulzer, la beauté et le plaisir intellectuel sont la combinaison de trois éléments principaux : l’unité, la variété et la totalité. Pour lui,

  • 63 Sulzer, Johann Georg, op. cit., p. 79.

la beauté se trouve aussi dans ce qui est réuni et forme un tout. […] L’unité ou la totalité suppose nécessairement la multitude des parties & dans cette variété, il faut de la diversité pour que la chose nous paraisse belle.63

21C’est principalement dans l’étude de l’histoire naturelle ou de la botanique que se manifestent ces caractéristiques et ce qu’il nomme la « variété dans l’unité ». Il explique :

  • 64 Ibid., p. 94.

les genres de productions naturelles qui comportent plusieurs espèces différentes sont autant de formules, ou caractères généraux, qui renferment un grand nombre de cas particuliers, où nous avons visiblement la variété dans l’unité.64

22L'idée de mettre un ordre et d'harmoniser la « variété » dans le but de générer un savoir et une compréhension du monde tout en plaisant à l'œil et à l'esprit préfigure sans doute la sensibilité esthétique face à la nature qui se manifeste au début du XIXe siècle.

Conclusion

  • 65 Lalande, Jérôme, « Dictionnaire des merveilles de la Nature par A.S.D.J », Magasin encyclopédique, (...)
  • 66 Lacour, Pierre-Yves, op. cit., p. 89.

23Dans la première moitié du XIXe siècle, au moment où les naturalistes tentent encore de percer à jour la logique mystérieuse qui régit la nature, ne faudrait-il peut-être pas s'étonner de la parution en 1802 d'un Dictionnaire des merveilles de la nature compilant de multiples faits extraordinaires, des nègres blancs en passant par les mœurs des singes jusqu'aux grossesses multiples chez les humains65. Voilà qui n'est pas sans rappeler le cabinet de curiosités des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles avec leurs raretés et leurs monstres de toutes sortes. Si au moment de la Révolution, l'objectif pédagogique et utilitariste s'est imposé, c'est en revanche à travers le « spectacle » proposé par une mise en scène de la nature au Muséum d'histoire naturelle que cette volonté pédagogique se manifeste66. Le plaisir et la curiosité sont alors mis au service de cette volonté de cultiver la nation française en contentant les yeux pour ouvrir l'esprit.

24En 1800, Albin-Louis Millin, conservateur à la bibliothèque nationale et membre de plusieurs sociétés savantes, trace un portrait de l'histoire naturelle au tournant du siècle :

  • 67 Millin, Albin-Louis, « Physiologie végétale contenant une description des organes des plantes et un (...)

L’étude de la nature et celle de la végétation en particulier, offrent tant d’applications utiles aux arts et à l’agriculture, tant d'attraits pour l’esprit curieux, tant d’objets de méditation pour la raison éclairée, tant de charmes pour l’âme sensible, qu’il n’est pas étonnant qu’on s’en soit occupé avec ardeur. Tout ce qui nous parle des plantes nous plaît et nous intéresse, précisément parce qu’il nous éloigne des objets de nos passions et de nos discordes. Parmi ceux qui consacrent leur vie à cette étude attrayante, les uns affrontent les fatigues et les périls des voyages lointains, pour aller découvrir des plantes inconnues et les rapporter dans leur patrie ; d’autres, profitant des travaux des voyageurs, examinent et classent avec soin tous les végétaux connus afin de mettre de l’ordre au milieu de cette immensité d’objets.67

  • 68 Laissus, Yves, op. cit., p. 314.

25Au milieu du XIXe siècle, notamment avec les découvertes de Darwin, l'histoire naturelle s'efface au profit des sciences naturelles et les cabinets deviennent des laboratoires68. La science est alors de plus en plus conditionnée par des impératifs économiques. Sans doute est-ce là ce qui sonne le glas définitif des héritages de la curiosité et de l'admission d'une dimension sensible dans l'étude de la nature et des sciences en général. Ainsi, la première moitié du siècle n'était pas imperméable aux héritages de cette culture de la curiosité, culture dont l'étude par les historiens ne se limite pourtant traditionnellement qu'au XVIIe, le XVIIIe siècle étant censé la voir disparaître.

Haut de page

Notes

1 Castrillon, Alberto, « Humboldt et la géographie des plantes », Revue d'histoire des sciences, tome 45, no4, 1992, p. 422.

2 Drouin, Jean-Marc, Réinventer la nature, Paris, Desclée de Brouwer, p. 71.

3 Castrillon, Alberto, op. cit., p. 427.

4 Drouin, Jean-Marc, op. cit., p. 205.

5 Guipper, Andréas, « La nature : entre utilitarisme et esthétisation : l'abbé Pluche et la physico-théologie européenne », Écrire la nature au XVIIIe siècle autour de l'abbé Pluche, sous la direction de : Gevrey, Françoise, Boch, Julie et Haquette, Jean-Louis, Paris, PUPS, 2006, p. 27.

6 Ibid.

7 Pomian, Kryzysztof, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Venise XVIe –XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1987, p. 75.

8 « Curiosité », Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 1re éd., 1694, p. 229 ; Féraud, Jean-François, « Curiosité », Dictionaire critique de la langue française, Paris, 1787-1788, p. A651a ; Landois, Paul, « Curieux », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, 1754, p. 577 ; « Curiosité », Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 6e éd., tome 1, 1835, p. 466.

9 Daston, Lorraine et Park, Katharine, Wonders and the order of nature (1150-1750), New York, Zone Books, 2001, p. 328.

10 Drouhin, Marie-François (éd.), Magasin encyclopédique ou journal des sciences, des lettres et des arts, Paris, Imprimerie du Magasin encyclopédique, no 3, 3 décembre 1792, p. 19. Le Magasin encyclopédique, publié de 1792 à 1816, avait pour but « d’entretenir entre les savants, les littérateurs et les artistes la communication nécessaire aux travaux dont ils s'occupent » et d’encourager le « progrès des connaissances et d’offrir une lecture agréable, amusante et instructive ». Le Magasin encyclopédique est édité et rédigé sous la direction de Marie-François Drouhin pour les années 1792-1793 et par Aubin-Louis Millin de GrandMaison (membre de plusieurs sociétés savantes européennes) pour les années subséquentes. Le journal relate les dernières découvertes scientifiques, propose des comptes rendu des livres et imprimés qui circulent dans Paris et contient également des procès-verbaux de séances des sociétés savantes parisiennes ; notamment les éloges des savants défunts.

11 Schnapper, Antoine, Le géant, la licorne et la tulipe : les cabinets de curiosités en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2012, p. 487.

12 Blondel, Jean-François, « Cabinet », L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, 1751, tome 2, p. 488.

13 Mauriès, Patrick, Cabinets de curiosités, Paris, Gallimard, 2002, p. 10.

14 Figeac, Michel, L’ancienne France au quotidien : Vie et choses de la vie sous l’ancien régime, Paris, Armand Colin, 2007, p. 85.

15 Coquery, Natacha, « Hôtel, luxe et société de cour : le marché aristocratique parisien au XVIIIe siècle », Histoire & Mesure, vol. 10, n° 3-4, 1995, pp. 339-369.

16 Remy, Pierre, Catalogue raisonné des Tableaux, estampes, coquilles , & autre curiosités après le décès de Feu Monsieur Dazilier d’Argenville, Maitre des comptes, & membre des société royales des sciences de Londres et de Montpellier, Paris, chez Didot, 1766, p. VI.

17 Notamment dans le Magasin Encyclopédique.

18 Laissus, Yves, « Les voyageurs naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d'histoire naturelle : essai de portrait-robot », Revue d'histoire des sciences, no34, 1981, p. 263.

19 Drouin, Jean-Marc, op. cit., p. 53.

20 Regourd, François, « Capitale savante, capitale coloniale : sciences et savoirs coloniaux à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue d'histoire moderne et contemporaine, vol. 2, n° 55, 2008¸ pp. 121-151.

21 C’est le cas de la mission de Leblond dont le but principal est la recherche du Quinquina, une plante qui est réputée traiter les fièvres tropicales. Archives nationales de France (ANF), O1-1292-20, 18 juin 1788, fol. 1 recto.

22 On peut penser par exemple à André Michaux envoyé en Amérique du Nord dans les années 1780 afin de « faire passer en France toutes les curiosités du pays ». ANF, O1-2113-A6, 2 mars 1786, fol. 1 recto.

23 Laissus, Yves, op. cit., p. 267.

24 Ibid., p. 307.

25 Mauriès, Patrick, op. cit., p. 65.

26 Lemonnier, Marie, « Les amusements de l'esprit : réseaux sociaux, curiosité, plaisir et construction des savoirs à Paris au XVIIIe siècle », mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke, 2013, pp. 86-88.

27 Pinton, Solange, « Des mots pour inventorier, ordonner, montrer », L’homme, 2000, pp. 84-85.

28 Shnapper, Antoine, op. cit., p. 658.

29 Daston, Lorraine et Park, Katharine, op. cit., p. 275.

30 Drouhin, Marie-François, op. cit., no11, 11 décembre 1792 ; no 31, 31 décembre 1941, p. 245.

31 ANF, O1-1292-18, 1785, fol. 1 verso.

32 Millin, Albin-Louis, « Histoire Naturelle », Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, tome 1, 1800, p. 253.

33 Mauriès, Patrick, op. cit., p. 194.

34 Ibid., p. 116.

35 Daston , Lorraine et Park, Katharine, op. cit., p. 317.

36 Daubenton, Louis-Jean-Marie, Première adresse des officiers du Jardin des plantes , du Cabinet d'histoire naturelle, lue à l'Assemblée nationale, le 20 Août 1790 : Seconde adresse des officiers du Jardin des plantes à l'Assemblée nationale en lui présentant un projet de réglemens pour cet établissement, Paris, Bibliothèque royale, 1780, pp. 1-24.

37 Lacour, Pierre-Yves, « Les amours de Mars et de Flore aux cabinets. Les confiscations naturalistes en Europe septentrionale 1794-1794 », Annales historiques de la Révolution française, octobre-décembre 2009, pp. 73-94.

38 Daubenton, Louis-Jean-Marie, op. cit., p. 21.

39 Chappey, Jean-Luc, « L’Anthropologie et l’histoire naturelle de l’homme en 1800. Les enjeux d’un héritage », Annales historiques de la Révolution française, n° 320, avril-juin 2000,

pp. 47-54.

40 Millin, Albin-Louis, Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, tome 6, 1801, p. 552

41 Schnapper, Antoine, op. cit., p. 664.

42 Ibid.

43 Ibid., p. 666.

44 Mauriès, Patrick, op. cit., p. 25.

45 Gersaint, Edme-François, Catalogue raisonné d’une collection considérable de diverses curiosités en tous genres contenues dans le cabinet de feu M. Bonnier de la Mosson, Bailly et capitaine des chasses de la Varenne et des Tuileries & ancien colonel au régiment Dauphin , Paris, Chez Jacques Barois, 1744, p. iii.

46 Duris, Pascal, Linné et la France : 1780-1850, Genève, Droz, 1994, pp. 164-179.

47 Pratt, Mary Louise, Imperial Eyes :Travel Writing and Transculturation, Londres, Routhledge, 1992, p. 31.

48 Anders Sparrman, Pehr Kalm et une dizaine de ses disciples sont envoyés aux quatre coins du monde par Linné dans la seconde moitiée au XVIIIe siècle. Ibid., pp. 25-30.

49 Cuvier, Georges, « Extrait de l'éloge de Charles-Louis L'Héritier lu à la séance publique de l'institut national le 15 Germinal an 9 par G. Cuvier », Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, tome 6, 1801, p. 344.

50 Ibid., p. 337.

51 Voir les exemples donnés par Castrillon, Alberto, op. cit., pp. 425-430, où il cite notamment le récit du voyage de Humboldt et du français Bonpland en Amérique afin de montrer que pour Humboldt, c'est dans la beauté des formes de la nature, les harmonies et les contrastes que réside l'esthétique. C'est par la sensibilité à cet esthétisme que le naturaliste atteint la compréhension des rapports entre les éléments de la nature.

52 Lemonnier, Marie, op. cit., pp. 92-94.

53 Duris, Pascal, op. cit, p. 104.

54 Ibid., p. 105.

55 Ibid., p. 106.

56 Drouin, Jean-Marc, op. cit., pp. 38-40.

57 Duris, Pascal, op. cit, p. 107.

58 Daubenton, Louis-Jean-Marie et Diderot, Denis, « Cabinet d’histoire naturelle », L’Encyclopédie[], op. cit., p. 489.

59 Ibid.

60 Sulzer, Johann Georg, Nouvelle theorie des plaisirs par M. Sulzer de l’académie royale des sciences et des belles lettres de Berlin ; avec des reflexions sur l’origine du plaisir par M. Kaestner de la même académie, Paris, s.n., 1767, pp. 65-66.

61 Safier, Neil, « "Every day that I travel … is a page that I turn" : Reading and Observing in Eighteenth-

Century Amazonia », Huntington Library Quarterly, vol. 70, no 1, mars 2007, pp. 103-128.

62 Millin, Albin-Louis, « Histoire naturelle des colibris et des oiseaux-mouches par J.B. Audebert », Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, tome 6, 1801, pp. 557-558.

63 Sulzer, Johann Georg, op. cit., p. 79.

64 Ibid., p. 94.

65 Lalande, Jérôme, « Dictionnaire des merveilles de la Nature par A.S.D.J », Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, tome I, 1802, p. 326.

66 Lacour, Pierre-Yves, op. cit., p. 89.

67 Millin, Albin-Louis, « Physiologie végétale contenant une description des organes des plantes et une exposition des phénomènes produits par leur organisation par J Senedier », Magasin encyclopédique, ou Journal des sciences, des lettres et des arts, tome 3, 1800, p. 28.

68 Laissus, Yves, op. cit., p. 314.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Lemonnier, « Sensibilité et esthétisme dans la pratique de l'histoire naturelle en France (XVIIIe-XIXe siècles) : un héritage de la culture de la curiosité  », Amnis [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://amnis.revues.org/2121 ; DOI : 10.4000/amnis.2121

Haut de page

Auteur

Marie Lemonnier

Université du Québec à Montréal, Canada, lemonnier.marie@courrier.uqam.ca

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org