Navigation – Plan du site
Dossier "De l'usage postcolonial de l'archive"

Avant-propos

Crystel Pinçonnat et Claudine Le Blanc

Texte intégral

1Pour aborder la question de l’usage postcolonial de l’archive, la revue Amnis ne s’est pas limitée aux territoires qu’elle explore traditionnellement. Il semblait en effet difficile de ne considérer que l’Amérique et l’Europe pour lancer une telle réflexion. L’espace américain est certes traversé par les questions coloniales et postcoloniales comme le montrent, dans des perspectives fort différentes, les trois contributions qui s’y attachent et servent d’autant de balises pour identifier certaines positions. Carine Trevisan s’intéresse, pour sa part, à un cas limite où – en l’absence d’archive – l’attitude coloniale l’emporte, transformant Ishi, dernier survivant d’une tribu amérindienne mort en 1916, en « homme-archive ». Avec « Anton de Kom, historiographe. La construction d’un passé national pour les esclaves du Surinam », Kim Andringa analyse, quant à elle, une perspective inverse. Fils d’un père né en esclavage, Anton de Kom (1898-1945) nourrit « le projet d’écrire un livre, une histoire du Surinam, pour, dit-il, éveiller la conscience de soi de son peuple, et lui donner ses propres héros nationaux. » À travers ces deux personnages quasi contemporains, se joue le changement de statut du subalterne qui d’objet devient sujet, un sujet-auteur qui doit toutefois travailler à partir de sources occidentales et procéder à leur relecture. Dans « Postcolonialité et archive : le cas du roman de l’après-guerre et l’héritage du conflit armé au Guatemala », Mónica Quijano s’intéresse, pour sa part, à un corpus beaucoup plus récent qui repose de façon inédite la question du subalterne. L’analyse de trois romans lui permet de montrer les relations complexes qui se tissent entre le témoin, généralement analphabète, ses paroles et l’homme de lettres qui retravaille ses témoignages, fragments de vie déposés dans des archives orales ou écrites. L’espace américain offre d’emblée, on le voit, à la fois, historiquement et géographiquement, une grande variété de cas. Toutefois, comme le montre le projet d’Anton de Kom, même au sein de l’espace américain, fréquemment, ce sont des sources historiques européennes qui, retravaillées, nourrissent les productions postcoloniales. Ces dernières font fi des frontières et créent de vastes espaces de circulation transatlantiques qui retracent, parfois à rebours, les anciennes voies maritimes de l’Empire. Aussi, afin de considérer les diverses opérations de writing back menées par les artistes contemporains sur les archives, ne fallait-il pas se limiter aux seuls blocs américains et européens. La question de l’archive a, de fait, été l’un des enjeux de l’émergence des Postcolonial Studies, qui se sont développées d’abord en anglais, dans les aires anciennement colonisées par la Grande-Bretagne. Il fallait donc prendre en compte le travail conduit en la matière par des artistes originaires des anciens empires : écrivains du monde arabe dans toute leur diversité (production analysée par Ines Horchani dans « D’Alger à Damas, des auteurs en mal d’archives ? »), Africains aussi différents que J. M. Coetzee et Tierno Monénembo ou encore figure de l’Indien, Amitav Ghosh, qui, tous à leur manière, réélaborent la mémoire coloniale. Si, chez certains, « le silence des archives rend vulnérable », l’écrivain peut certes enregistrer ce silence à l’instar du personnage de Jeanne dans Incendies (2003) de Wajdi Mouawad, mais il se condamne dès lors à demeurer « sans jamais savoir » (cf. Ines Horchani, « D’Alger à Damas, des auteurs en mal d’archives ? »). En revanche, quand le legs existe, comment l’aborder, le traiter, voire l’endosser quand on est, comme J. M. Coetzee, descendant de colons ou, à l’inverse, comme Tierno Monénembo, l’héritier des colonisés ? Si, comme le montre Odile Gannier dans son analyse de « The Narrative of Jacobus Coetzee », le romancier sud-africain opte pour le « faux et l’usage de faux », dans Le Roi de Kahel (2008), Tierno Monénembo choisit en revanche, comme l’analyse Florence Paravy, d’édulcorer le matériau livré par les carnets d’Aimé Victor Olivier de Sanderval, l’explorateur qui lui fournit ses sources. Dans un jeu plus complexe encore, Amitav Ghosh multiplie les approches. Dans In an Antique Land (1992), il produit sous la forme d’un « récit de voyage » (ou « travelogue ») un double de l’article qu’il a publié la même année dans la septième livraison des Subaltern Studies, « The Slave of MS. H.6 », une étude ethnographique. Deux textes donc qui, comme le précise Claudine Le Blanc dans » L’esclave du ms. H.6 et l’anthropologue romancier : In an Antique Land d’Amitav Ghosh, une utopie de l’archive », sont liés par un rapport « d’exclusion […] débouchant sur l’abandon par Ghosh de l’histoire au profit de la littérature ». Les stratégies sont multiples donc ; nous avons tenté d’en présenter un certain nombre à travers l’analyse de productions spécifiques représentatives, tout en proposant à partir d’elles une réflexion plus globale (cf. Crystel Pinçonnat, « De l’usage postcolonial de l’archive. Quelques pistes de réflexion »). Dans tous les cas de figure, une même donnée fait retour : l’hésitation entre l’histoire et la fiction, hésitation à la mesure du travail accompli par le romancier à partir du matériau archivistique, mais à la mesure aussi de l’effet recherché sur le lecteur. Car c’est bien le lecteur qui constitue la pierre de touche de cette production : contrairement à l’archive traditionnelle, commandée par un souci politique de conservation du passé, l’archive postcoloniale, littéraire ou artistique, se veut mémoire vive, inquiète, justicière, dévoilement d’une vérité qui passe parfois par le faux – au risque de la falsification – , substituant au refus de savoir un devoir de créer, par des procédés polyphoniques propres – structure narrative complexe, citation, démultiplication des voix, ironie – d’autres passés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Crystel Pinçonnat et Claudine Le Blanc, « Avant-propos », Amnis [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 27 septembre 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://amnis.revues.org/2185

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org