Navigation – Plan du site
Conceptualisation et théories des guerres civiles : lectures et relectures

Réflexions et jeux d’échelles autour de la notion de « guerre civile européenne »

Romain Bonnet

Résumés

Le concept à la mode de « guerre civile européenne » cherche à appréhender les phénomènes de radicalisations et de polarisations socio-politiques violentes de l’entre-deux-guerres. Pourtant, ces réalités ne correspondirent ni à une guerre civile (car cela implique des fronts bien définis), ni ne se limitèrent au seul contexte européen de l’entre-deux-guerres (en effet, celui-ci est borné par deux conflits mondiaux, où se joua notamment la place de l’Europe dans un monde largement unifié par et pour elle depuis un demi-millénaire). Voilà pourquoi cet article propose une réflexion autour de la capacité d’articulation des échelles d’analyse chronologiques et géographiques du concept de « guerre civile européenne ». Premièrement, on esquisse une historicisation de ce concept dans le champ historiographique actuel, envisagé à l’aune du « court XXème siècle », qui fut si profondément marqué par l’entre-deux-guerres. Deuxièmement, on insiste sur la prédominance massive des mondes ruraux dans l’Europe de l’entre-deux-guerres, et, donc, sur leur importance cruciale à l’heure d’expliquer la « guerre civile européenne », et à plus forte raison au regard du relatif et paradoxal silence historiographique qui les entoure. On conclue en confrontant les concepts « guerre civile européenne » (E. Nolte) et d’ « âge des extrêmes » (E. Hobsbawm), en cherchant à dégager les potentialités explicatives qu’ils recouvrent en termes d’articulation des échelles d’analyse géographiques et chronologiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il faudrait bien entendu faire une histoire complète et chiffrée de la diffusion et de la réceptio (...)

1Le succès du concept de « guerre civile européenne » dans le champ historiographique actuel ne laisse pas d’interroger. En effet, la réalité que ce concept recouvre ne correspondit ni à une guerre civile, ni ne se limita au seul cadre européen. Dans une certaine mesure, le thème retenu dans le présent numéro de cette revue atteste du succès de ce concept dans le champ historiographique, ainsi que des questions qu’il suscite à l’heure actuelle1. C’est notamment depuis la fin de la guerre froide que ce concept est employé dans le champ historiographique, dont on peut retenir la définition suivante : les productions historiographiques que la corporation professionnelle et scientifique des historiens fait vivre et évoluer, tout en vivant d’elles. Ainsi, depuis la fin de la guerre froide le concept de « guerre civile européenne » est souvent employé dans le champ historiographique pour évoquer les radicalisations et polarisations socio-politiques caractéristiques de l’entre-deux-guerres européen, ainsi que la recrudescence de la violence politique qui les accompagna.

2Or, la « guerre civile européenne » ne fut pas une guerre civile, car cela implique l’existence de fronts relativement bien définis au sein d’une même communauté politique (en l’occurrence nationale et étatique à l’époque), ce qui n’était pas le cas à l’échelle européenne lors de l’entre-deux-guerres. En outre, ce que recouvre le concept de « guerre civile européenne » ne se limita pas au seul cadre européen, car ses bornes chronologiques correspondent en effet à deux guerres mondiales qui, par définition, impliquèrent tous les continents, et pas seulement la « vieille Europe », mais bien, dans une certaine mesure, l’humanité toute entière sur toute la surface du globe. Enfin, les phénomènes historiques que cherche à désigner le concept « guerre civile européenne » sont trop à l’étroit dans les bornes chronologiques (l’entre-deux-guerres) et spatiales (l’extrémité de l’espèce de péninsule européenne qui s’enfonce dans l’Atlantique) qui lui sont habituellement associées. En effet, les conflits qui fondaient sur le vieux continent lors de l’entre-deux-guerres impliquaient sa place géopolitique dans un monde largement unifié à son profit : depuis quasiment un demi-millénaire, et notamment suite aux Grandes Découvertes, concomitantes du développement progressif d’un capitalisme financier mondialisé, puis via une politique coloniale principalement menée par et pour les États européens lors du « long XIXème siècle ».

3Voilà pourquoi s’impose une réflexion quant à la valeur analytique de l’articulation des échelles d’analyse à la fois chronologiques et spatiales qui sont habituellement associées au concept de « guerre civile européenne ». Cette capacité d’articulation des échelles spatio-temporelles par-delà les seules configurations nationales fut d’ailleurs, en son temps (en l’occurrence à la fin de la guerre froide) ce qui fit la force innovante du concept de « guerre civile européenne » dans le champ historiographique international. En outre, et notamment à la faveur d’une politique de mondialisation dont il participe, le champ historiographique actuel est vraisemblablement moins recroquevillé qu’auparavant dans ses confinements nationaux. Par conséquent, cela appelle à une réflexion plus ambitieuse eu égard aux échelles d’analyse chronologiques et géographiques de la réalité que recouvre habituellement le concept de « guerre civile européenne ».

  • 2 Le ton hypothétique de la marche exploratoire sera souvent employé ici. Par ailleurs, les contrain (...)
  • 3 Vilar, Pierre, « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser », (...)
  • 4 En jouant un peu sur les mots, un « point », c’est d’ailleurs l’exact opposé d’une « constellation (...)

4En l’état actuel du champ historiographique, ce que recouvre le concept de « guerre civile européenne » ne peut être pleinement compris que dans une perspective globale, de longue durée et impliquant les masses. L’articulation des échelles d’analyse spatio-temporelles peut être conçue comme un outil intellectuel visant à faire sens historiquement : à travers l’analyse du temps et de l’espace pratiqués par les hommes en société. Un des paradoxes des jeux d’échelles proposées ici réside dans le fait que les contraintes éditoriales imposent la brièveté à cet article, ce qui le conduit naturellement à poser des questions plus qu’à y répondre2. C’est donc nécessairement dans le cadre d’une « histoire en construction » que cet article propose des pistes de réflexion visant à élaborer des « histoires problèmes »3. Tels sont d’ailleurs les enjeux de ces jeux d’échelles autour de la notion de « guerre civile européenne » : élargir les constellations des significations géographiques et chronologiques qui lui sont associées, afin d’en interroger le sens, quitte à ce que la recherche de cette complexité déroge aux actuels et ponctuels standards de clarté à la mode du « what is your point ? »4.

  • 5 Bloch, Marc, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1952 (1949), p.  (...)
  • 6  On emprunte cette expression au plus fameux des hispanistes français, Vilar, Pierre, Pensar histór (...)

5C’est notamment sur des citations issues de débats historiographiques que s’appuieront les réflexions développées ici. L’histoire est, selon la juste formule de François Simiand, « une connaissance par traces »5. Or, dans une certaine mesure l’historiographie peut être elle-aussi conçue comme une gigantesque accumulation de « traces » écrites. Celles-ci furent elles-aussi déposées par l’histoire, conformément aux règles de scientificités inhérentes au champ historiographique à un moment et dans un monde social donné. Autrement dit, ces « traces historiographiques » révèlent des règles de scientificité historiographiques elles-aussi soumises à des conditions d’historicité. Celles-ci permettent de penser historiquement celles-là (et vice versa), à condition de les envisager en tant que « traces » susceptibles de révéler une connaissance historique, conformément aux fondamentaux du métier d’historien. Dans une certaine mesure les « traces historiographiques » doivent être traitées comme des « traces archivistiques », afin de neutraliser l’aura scientifique qui tend à les déshistoriciser. Envisagées comme des « traces archivistiques », ces « traces historiographiques » mettent en effet sur la voie de la recherche des conditions de possibilité de leur émergence. Par conséquent, elles permettent de porter au jour des relations significatives dans le temps entre différentes constellations sociales entourant le champ historiographique. Celles-ci apparaissent comme disparates aussi longtemps qu’elles ne sont pas pensées historiquement6.

  • 7 Voir notamment Ankersmit, Fanklin, « Historiography and Postmodernism », History and Theory, vol.  (...)
  • 8 À propos de cette notion d’ « indice » (qui rappelle bien évidemment celle de « trace » empruntée (...)

6Peut-être d’ailleurs que l’historiographie doit être à plus forte raison considérée comme telle depuis la fin de la guerre froide, alors qu’elle est caractérisée par une inflation de ses productions paradoxalement concomitante d’une déflation de leur sens7. Ainsi, bien que non issues d’archives mais de rayons de bibliothèques, ces « traces historiographiques » demeurent bel et bien des indices et des indicateurs, conformément au « paradigme indiciaire » mis à jour par Carlo Ginzburg8. Ces « traces historiographiques » sont par conséquent conformes aux outils intellectuels les plus fondamentaux du champ historiographique. Elles permettent de les mettre en œuvre, en vivifiant les principes logiques qui les fondent au sein du champ historiographique. Par conséquent, ces « traces » historiographiques permettent de mener une enquête historique autour de la notion de « guerre civile européenne » dans le champ historiographique. Cela amène à penser historiquement trois conjonctures historiques consécutives et qui charpentent le « court XXème siècle » et ses suites : le contexte observé (qui correspond l’entre-deux-guerres européen), le contexte d’observation (qui correspond à notre contexte d’écriture) et le contexte d’accumulation de « traces historiographiques » (qui correspond à la guerre froide, et sépare notre contexte d’écriture et d’observation du contexte observé de l’entre-deux-guerres).

  • 9 Ces réflexions s’appuient sur une thèse doctorale en histoire comparée menée à l’Institut Universi (...)

7Cet article aborde le concept de « guerre civile européenne » à travers deux dimensions qui sont généralement passées sous silence et qui concernent l’articulation des échelles d’analyse spatio-temporelles de la réalité cruciale et mouvementée que ce concept cherche à appréhender. Dans un premier temps, nous reviendrons sur l’étrange succès du concept de « guerre civile européenne » : forgé dans les dernières années de la guerre froide, il se diffuse depuis lors dans le champ historiographique, alors qu’il se propose d’observer la réalité de l’entre-deux-guerres, qui avait justement débouché sur le contexte d’observation et d’élaboration conceptuelle de la guerre froide. Dans un deuxième temps, une dimension aussi cruciale que négligée sera évoquée : celle de la « guerre civile européenne » dans les mondes ruraux. En effet, ceux-ci demeuraient prédominants dans une bonne partie de l’Europe de l’entre-deux-guerres. Or, un relatif silence historiographique les entoure, de manière tout-à-fait paradoxale et conformément aux approches privilégiées dans le champ historiographique depuis la guerre froide et qui se focalisent notamment sur l’urbain et l’industriel9.

Un concept de guerre froide ?

  • 10 Nolte, Ernst, La guerre civile européenne, 1917-1945. Bolchevisme et national-socialisme, Paris, E (...)

8Le concept de « guerre civile européenne » connaît un succès dans le champ historiographique depuis les dernières années de la guerre froide. Ce concept fut donc forgé de manière paradoxalement consécutive à la réalité historique de l’entre-deux-guerres qu’il se propose d’observer. Celle-ci déboucha sur le contexte d’observation de la guerre froide, depuis laquelle fut justement élaboré le concept de « guerre civile européenne ». Ce dernier est donc le fruit d’une reformulation ex post survenue au sein du champ historiographique et qu’il s’agit d’historiciser. C’est en effet en 1987 que Ernst Nolte publia La guerre civile européenne, 1917-1945, dont le titre, le propos ainsi que les répercussions donnèrent une assise au concept de « guerre civile européenne » dans le champ historiographique10. Consacré au contexte crucial et mouvementé de l’entre-deux-guerres européen, qui fut aussi la première phase du « court XXème siècle », La guerre civile européenne de Ernst Nolte fut rédigée et publiée sous la guerre froide, qui fut la dernière phase du « court XXème siècle », que l’entre-deux-guerres marqua si durablement.

9En 1991, quatre ans seulement après la publication du livre de Nolte, l’URSS s’effondrait. Cela marquait la fin de la guerre froide, dernière phase du « court vingtième siècle ». Celui-ci avait démarré avec l’éclatement de la Grande Guerre dont on vient de commémorer le centenaire. C’est à la faveur de celle-ci que fut réalisée la Révolution Russe. Celle-ci enfanta l’URSS, qui survécut à la « guerre civile européenne », traversa le « court XXème siècle », et marqua fortement le contexte d’écriture de Ernst Nolte. Le concept de « guerre civile européenne », qui procède de la fin du « court vingtième siècle », qui fut si profondément marqué par l’entre-deux-guerres qu’il cherche à appréhender, est par conséquent un concept de guerre froide. Or, par certains égards, le succès de ce concept dans le champ historiographique depuis la fin de cette période, lui permet, dans une certaine mesure, et paradoxalement, de se prolonger hors d’elle même et jusque dans notre actuel contexte d’écriture : les lendemains qui déchantent du « court XXème siècle », où la guerre froide est pourtant révolue.

10Né en 1923 à Witten, dans la Westphalie-Rhénanie de l’Allemagne sortie défaite de la Grande Guerre, professeur d’histoire durant toute la guerre froide, en poste depuis 1973 à Berlin ouest, c’est-à-dire dans la ville symbole de la coupure du monde en deux, Ernst Nolte fait à jamais corps avec son objet d’étude désigné comme la « guerre civile européenne » à la fin de la guerre froide. Toutes ses coordonnées socio-historiques l’y renvoient et l’y rivent. Il est donc tout-à-fait logique que la double thèse de son ouvrage portant notamment sur l’Allemagne nazie s’en ressente fortement. Selon l’auteur, les fascismes qui s’imposèrent presque partout par la force dans l’entre-deux-guerres européen furent une réaction à la révolution russe, bolchevique et internationaliste. En outre, d’après Nolte, ceux-ci copièrent sur celle-là leurs méthodes expéditives. C’est bien ce second point qui fait débat. En effet, d’une pierre deux coups cela tend à décharger les fascismes de leurs responsabilités tout en inculpant la Russie révolutionnaire et l’URSS. Or, celle-ci persistait à exister à deux pas des murs entre lesquels Ernst Nolte travaillait à son ouvrage.

  • 11 Traverso, Enzo, « De l’anticommunisme. L’histoire du XXe siècle relue par Nolte, Furet et Courtois (...)

11En 2001, à l’occasion d’un compte-rendu critique évoquant cet ouvrage et son succès consécutif à la fin de la guerre froide, Enzo Traverso constatait : « Au lieu d’amorcer une historisation du XXème siècle dépassionnée et ‘‘désidéologisée’’, la chute de l’URSS et la fin de la guerre froide ont été à l’origine d’une nouvelle vague anticommuniste. Un anticommunisme ‘‘militant’’, combatif, d’autant plus paradoxal que son adversaire a cessé d’exister »11. Cela visait non seulement l’ouvrage de Ernst Nolte, mais également d’autres productions historiographiques du même acabit apparues de manière concomitantes. Pour ces auteurs ainsi que pour Ernst Nolte, au lendemain de la Grande Guerre se joua une lutte violente entre trois idéologies : libéralisme, fascisme et communisme. Après 1945 et à l’issue de la deuxième guerre mondiale deux d’entre-elles subsistèrent : libéralisme et communisme, dans une paix armée de guerre froide, et après avoir vaincu la troisième (le fascisme) grâce à une alliance contre-nature au cours de l’entre-deux-guerres. D’après-eux, cet affrontement s’acheva en 1991 avec la victoire du libéralisme.

  • 12 On trouvera les textes de cette querelle traduits en français dans Devant l’histoire. Les document (...)

12Par ailleurs, l’ouvrage publié en 1987 par Ernst Nolte doit être replacé dans son contexte d’écriture marqué par la « querelle des historiens allemands »12. Celle-ci fut précisément ouverte par Ernst Nolte, l’année précédente, en 1986. Elle concernait justement le rôle de l’Allemagne dans le contexte crucial, mouvementé et de violences massives de l’entre-deux-guerres européen. D’après Ernst Nolte, les origines du nazisme en Allemagne ne devaient pas être recherchées dans un cadre national, mais européen et global : comme une réaction à la Révolution Russe, bolchevique et internationaliste et à ses violences. Aussi, le concept de « guerre civile européenne » proposé par Ernst Nolte permettait une articulation des échelles d’analyse chronologiques et spatiales dans une perspective globale. Toutefois, comme on l’a vu, l’articlation des facteurs permettant d’utiliser ces échelles dans l’explication de Nolte faisaient et continuent à faire débat.Le mur de Berlin tombait trois ans après le déclenchement de la « querelle des historiens allemands » et deux ans après la parution de l’ouvrage de Nolte, en 1989. L’éclatement de l’URSS suivait à quelques mois d’intervalle, en 1991.

  • 13 Traverso, Enzo, A ferro e a fuoco : la guerra civile europea, Bologne, Il Mulino, 2007.
  • 14 Dans une certaine mesure, les concepts de « brutalisation » et de « totalitarisme », si souvent em (...)

13En 2007, Enzo Traverso consacrait un ouvrage à la « guerre civile européenne », dont le titre reprenait explicitement le concept que Ernst Nolte avait largement contribué à introduire dans le champ historiographique à la fin de la guerre froide13. Dans une certaine mesure, la reprise de ce concept de guerre froide par un historien qui en avait préalablement critiqué l’usage atteste d’un certain succès de celui-ci dans le champ historiographique.14 L’historiographie de l’entre-deux-guerres fut notamment constituée sous la guerre froide, ainsi que l’historiographie de la « guerre civile européenne » qui s’ensuivit. Or, un paradoxe traverse l’immense majorité de ces productions historiographiques : un silence relatif entoure les mondes ruraux. Ils demeuraient pourtant prédominants dans l’Europe de l’entre-deux-guerres, comme cela avait toujours été le cas depuis la plus haute Antiquité, dans l’Europe et dans le monde.

La guerre civile des mondes ruraux européens ?

14Lorsque l’on aborde les productions historiographiques qui concernent les mondes ruraux de l’Europe contemporaine on est saisi par une impression à tout le moins paradoxale. En effet, de nombreux travaux concernent les campagnes européennes du « long XIXème siècle » et ceux-ci sont relativement bien connues. Or, les productions historiographiques concernant les mondes ruraux de l’entre-deux-guerres sont relativement rares. Pourtant, les campagnes y demeuraient prédominantes. Ainsi, par le truchement de cet effet historiographique, les choses se passent comme si les mondes ruraux avaient subitement disparu du monde social à cette époque. Or, les mondes ruraux resurgissent dans l’historiographie qui interroge leur évolution consécutive à l’entre-deux-guerres. Elle le fit depuis un contexte d’observation marqué par l’intégration européenne dans le pôle capitaliste sous la guerre froide, ainsi que par la tertiarisation qui engendra une diminution du poids des mondes ruraux en Europe. Par conséquent, dans le champ historiographique et par un effet historiographique, les choses se passent parfois comme si la conflagration de la Grande Guerre avait subitement engloutie les mondes ruraux. Or, sur le vieux continent comme dans le monde, depuis la plus haute Antiquité jusqu’au début de la guerre froide, ces mondes ruraux étaient demeurés prédominants. Cela était vrai démographiquement et économiquement.

  • 15 Mayer, Arno, The Persistance of the Old regime : Europe to the Great War, New York, Pantheon, 1981
  • 16 Cobo Romero, Francisco et Ortega López, María Teresa (eds.), La España rural, siglos XIX y XX. Asp (...)

15Aussi, ni l’importance des mondes ruraux dans le monde social, ni l’influence politique de leurs élites (qui étaient souvent liées à la prédominance de la concentration de la grande propriété agraire et à de vieilles aristocraties foncières à l’assise sociale pluriséculaire) n’ont pu disparaître du jour au lendemain et avec l’éclatement de la Grande Guerre15. Ainsi, Francisco Cobo Romero et María Teresa Ortega López remarquaient récemment que l’étude de la politisation de la paysannerie européenne de l’entre-deux-guerres a été relativement ignorée jusqu’au début des années 199016. Cet effet historiographique à tout le moins paradoxal, réductionniste et biaisant les explications de la « guerre civile européenne » découle nécessairement de l’évolution du champ historiographique au cours de la guerre froide. En effet, c’est dans ce contexte d’écriture, qui fut immédiatement consécutif à l’entre-deux-guerres, que ces mondes ruraux, qui étaient demeurés prédominants jusque-là, tendirent paradoxalement à être passés sous silence dans l’historiographie. Ce contexte d’écriture marqué par la guerre froide privilégia notamment l’urbain et l’industriel.

  • 17 González Calleja, Eduardo, « Conflictividad sociolaboral y violencia colectiva en la Segunda Repúb (...)

16C’est également au cours de la guerre froide que s’est imposée une idée dominante qui persévère comme telle dans l’actuel champ historiographique. Celle-ci peut être résumée comme suit : les démocraties parlementaires de l’Europe de l’entre-deux-guerres ont été en quelque sorte prises en tenailles, affrontant les coups de la révolution russe, bolchevique et internationaliste sur leur gauche, et ceux des mouvements violents, nationalistes et antiparlementaires sur leur droite. Or, cette idée tend à figer les raisonnements là où ils devraient au contraire commencer. Comme Eduardo González Calleja l’écrivait récemment et fort justement à propos des radicalisations et polarisations violentes de la Deuxième République espagnole, nécessairement envisagées par l’historiographie à l’aune du contexte européen de l’entre-deux-guerres : « Jusqu’à présent ont prévalu les explications de l’échec de la République focalisant sur la diffusion à l’échelle nationale de la violence de partis. Cependant, ce paradigme dominant l’analyse des raisons de l’échec de la République en parvient pas à expliquer [...] de manière satisfaisante les multiples lignes de fracture économique, sociale ou culturelle qui commencèrent à se manifester à partir de 1934 sous la forme d’un antagonisme politique à l’échelle nationale symbolisé par la dichotomie réformisme-anti réformisme, fascisme-anti fascisme ou révolution-contre révolution »17.

  • 18 Tasca, Angelo, Naissance du fascisme, Paris, Gallimard, 2003 (1938), p. 346.
  • 19 Ibid., p. 351.
  • 20 Eu égard aux changements qui affectaient notamment les mondes ruraux de l’est de l’Allemagne depui (...)

17Il n’aura donc fallu attendre que près de trois quarts de siècle, notamment marqués par la guerre froide pesant sur le contexte d’écriture, pour que le champ historiographique retombe à nouveau sur la formidable problématique historique énoncée dès 1938 par Angelo Tasca : « Définir le fascisme, c’est avant tout en écrire l’histoire »18. En outre, Angelo Tasca (qui avait notamment travaillé sous la direction de Gramsci à la rédaction de L’Ordine Nuovo) remarquait : « L’absence de (réforme agraire) ou la lenteur excessive de son application a été en Italie, en Allemagne, en Espagne, l’une des causes du danger et du succès fascistes »19. Par conséquent, cette mention explicite des deux péninsules méditerranéennes de l’ouest de l’Europe (dont les mondes ruraux furent marqués par un premier pic de violence entre 1918-20 et 1931-33) et celle de l’Allemagne (notamment située à l’est de l’Elbe) appelle une réflexion qui est nécéssairement à la fois géographique et comparative20. Celle-ci concerne la construction historique de l’espace géographique européen. Celui-ci fut longtemps marqué par la prédominance des mondes ruraux, que les révolutions industrielles et le laisser-faire laisser-passer du « long XIXème siècle » mirent notamment en relation et en concurrence avec ceux du reste du globe.

  • 21 Voir par exemple Brunet, Roger, « Lignes de force de l’espace européen », Mappemonde, n° 66, vol.  (...)

18L’Europe méditerranéenne et danubienne évoqué par la réflexion de Tasca correspond à une bande horizontale courbe. Celle-ci borde la rive nord de la Méditerranée en s’enfonçant dans les terres du vieux continent, comme elle le fait en remontant à revers des Balkans situés à l’est de la Mer Noire (qui, via les Dardanelles, prolonge justement la Méditerranée) en avançant sur les terres du vieux continent jusqu’aux prolongements de la plaine russo-polonaise. Ce croissant horizontal et méditerranéen ouvert sur l’intérieur des terres de l’espace européen s’éloigne et s’oppose à un autre espace géographique européen s’apparentant à un croissant d’allure verticale. Celui-ci correspond à une bande de terre courbe qui s’étire verticalement de l’Angleterre, passe notamment par le couloir des Flandres et par la vallée du Rhin, et pousse jusqu’au Nord de l’Italie (d’où fut menée au milieu du XIXème siècle la conquête du Royaume des Deux Siciles, dont le nom évoque une double insularité qui renvoie nécessairement à l’espace méditerranéen). Dans une certaine mesure, ce croissant vertical qui se dresse perpendiculairement sur le bassin méditerranéen tourne le dos aux terres du vieux continent, pour s’ouvrir sur le grand large de l’Atlantique et de l’Amérique. Cet espace correspond à ce que les géographes nomment la « mégalopole européenne »21. Depuis la fin du XIXème siècle au moins, celle-ci est notamment caractérisée par sa forte industrialisation ainsi que par son urbanisation dense.

  • 22 Du « capitalisme » on peut retenir la définition suivante : modèle de société et société modelante (...)
  • 23 Braudel, Fernand, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 2008 (1985).
  • 24 Bien entendu, cela ne veut pas dire que ces mondes ruraux cessèrent d’avoir une importance lorsque (...)

19Cette géographie humaine de la « mégalopole européenne » appelle à une réflexion de « longue durée » faisant intervenir la fameuse thèse de Fernand Braudel, eu égard au développement du capitalisme financier et mondialisé dans la foulée des Grandes Découvertes et des voyages transatlantiques22. En effet, d’après Braudel, c’est dans le cadre de ce phénomène qu’au cours de la période moderne les « économies mondes » se déplacèrent depuis la Méditerranée vers le Nord de l’Europe. Au cours de la période contemporaine, cet espace était amené à devenir cette « mégalopole européenne » : cœur continental notamment industrialisé et urbain du capitalisme financier mondialisé23. Or, depuis la plus haute Antiquité les économies-mondes impliquant le vieux continent avaient toujours gravité autour du Mare Nostrum en étant notamment basées sur l’agriculture. Par conséquent, on peut supposer que plus on s’éloigna de cette bande verticale et nord européenne pour s’approcher de cette bande horizontale méditerranéenne et danubienne, plus l’importance des mondes ruraux tendait à s’accroître comme facteur explicatif direct des phénomènes de polarisations et de radicalisations socio-politiques violentes de l’entre-deux-guerres24.

  • 25 Peut-être d’ailleurs serait-il plus juste de parler de « guerre civile mondiale » pour désigner la (...)
  • 26 Toujours d’après la thèse de Braudel, Fernand, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 200 (...)
  • 27 Voilà d’ailleurs pourquoi ces catégories ont été systématiquement encadrées de guillemets : afin d (...)

20Les radicalisations et polarisations violentes de l’entre-deux-guerres débouchaient sur un contexte de guerre froide depuis lequel fut forgé le concept de « guerre civile européenne ». La guerre froide figea les rapports de force mondiaux autour de deux pôles majeurs dont tous les pays participaient.25 Or, depuis 1945 le centre de l’économie-monde capitaliste se déplaça de Londres et du nord de l’Europe vers New-York et les États-Unis (toujours selon la thèse de Braudel)26. C’est dans ce contexte de guerre froide marqué par une traversée de l’Atlantique de l’hégémonie du monde capitaliste que s’imposa dans le champ historiographique l’idée dominante selon laquelle les « démocraties » parlementaires de l’entre-deux-guerres européen avaient été en quelque sorte prises en tenaille entre « fascisme » et « communisme ». Or, ces catégories typologiques statiques (« communisme », « démocratie », « fascisme ») peuplent les trames des récits historiques sur l’entre-deux-guerres européen, qui furent justement élaborés dans le champ historiographique depuis la guerre froide. Or, dans le champ historiographique l’emploi récurrent de ces concepts aussi riches de significations qu’ils sont équivoques de sens contribue à embourber les raisonnements là où ils devraient au contraire commencer.27

  • 28 Bloch, Marc, « Économie-nature ou économie argent. Un pseudo dilemme », Annales d’histoire sociale(...)
  • 29 Durkheim, Émile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses Universitaires de France, 1 (...)

21Le père fondateur des Annales, Marc Bloch, écrivait déjà : « Maladie bien connue des sciences du monde physique, la sclérose de la nomenclature n’est pas moins dangereuse à celles de l’homme », et encore : « l’ A. B. C. de notre métier est de fuir ces grands noms abstraits (il venait d’évoquer le commandement militaire de l’État) pour chercher à rétablir, derrière eux, les seules réalités concrètes, que sont les hommes »28. Quant à Émile Durkheim (qui l’avait tant influencé), au seuil du siècle passé marqué par l’émergence des sciences sociales, il écrivait : « Dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne savons pas avec certitude ce que c’est que l’État, la souveraineté, la liberté politique, la démocratie, le socialisme, le communisme, etc., la méthode voudrait donc que l’on s’interdit tout usage de ces concepts. [...] Ils ne réveillent en nous que des notions confuses, mélanges indistincts d’impressions vagues, de préjugés et de passions »29.

22Or, le thème de la « guerre civile européenne », dans une certaine mesure hérité de l’évolution du champ historiographique au cours de la guerre froide, colporte souvent toute une batterie de ces vocables typologiques et souvent statiques. Or, ceux-ci appauvrissent les explications historiques des radicalisations et polarisations violentes qui emportèrent les « démocraties » parlementaires libérales de l’entre-deux-guerres, en les arrêtant souvent où elles devraient précisément débuter. De ce qui précède il ressort que les mondes ruraux doivent être inclus dans une réflexion articulant les échelles d’analyse de l’entre-deux-guerres européen. Cela permettra notamment de chercher à savoir à quoi correspondaient concrètement les réalités locales et principalement rurales de l’ « État », de la « démocratie », etc. En effet, leurs réalités massives et rurales différaient à coup sûr et très fortement de celles associées aux mêmes concepts employés pour les décrire par le champ historiographique lors de la guerre froide.

  • 30 John Markoff remarquait cette lacune historiographique quant à l’état de la connaissance de l’évol (...)
  • 31 Casanova, Julían, (dir.), El pasado oculto. Fascismo y violencia en Aragón (1936-1939), Huesca, Mi (...)

23Eu égard aux changements de formes politiques dans les mondes ruraux européens prédominants, ce qui est vrai de la période révolutionnaire consécutive à 1789 l’est également de celle consécutive à 1917 : ceux-ci restent largement à étudier30. Voilà également pourquoi certains historiens précurseurs ont pu signaler que l’abondance des comparaisons typologiques et statiques sur l’entre-deux-guerres (conformes à la « sclérose de la nomenclature » contre laquelle Marc Bloch mettait en garde, et qui conduit notamment à penser politiquement le politique) était, dans une certaine mesure, inversement proportionnel aux productions historiographiques envisageant de manière comparée leurs conditions de possibilité31. Or, celles-ci impliquaient nécessairement les mondes ruraux. Depuis la plus haute Antiquité jusqu’à la guerre froide une bonne partie des masses du vieux continent eut les pieds dans la glèbe. En ce sens, et dans une certaine mesure, l’entre-deux-guerres fut un point de rupture.

Conclusions

  • 32 Hobsbawm, Eric, The Age of Extremes : The Short Twentieth Centrury, 1914-1991, Londres, Michael Jo (...)
  • 33 Eric Hobsbawm emploie l’expression d’ « âge des catastrophes » (qui rappelle fortement celle d’ «  (...)
  • 34 De ce sensationnalisme historiographique souvent à la mode, il faut prendre un exemple concret : « (...)

24Ces réflexions et jeux d’échelles dont la notion de « guerre civile européenne » était l’enjeu nous conduisent à considérer que le concept d’ « âge des extrêmes », proposé par Eric Hobsbawm pour désigner la même réalité, possède, en vue de la penser historiquement, des potentialités explicatives supérieures car plus à même d’articuler les échelles d’analyse chronologiques et géographiques32. Dans cet article, on a d’ailleurs et dans une certaine mesure esquissé une historicisation du concept de « guerre civile européenne » en s’efforçant de coller aux lignes de celui d’ « âge des extrêmes »33. Ce dernier tend à garder de se complaire dans le piquant sordide d’effets narratifs projetés ex post sur les radicalisations et polarisations violentes de la « guerre civile européenne », et qui s’avèrent souvent scientifiquement stériles. Ce sensationnalisme récurant obère l’explication des causes et des effets dans une sorte de dynamisme historiographique de l’inerte34.

25En outre, le concept proposé par Hobsbawm permet une articulation plus ambitieuse des échelles d’analyse chronologiques et spatiales. En effet, le concept de « guerre civile européenne » tend à se référer au seul contexte européen (d’un point de vue géographique) de l’entre-deux-guerres (d’un point de vue chronologique). Au contraire, l’ « âge des extrêmes » tend à désigner non seulement la période cruciale et mouvementée de l’entre-deux-guerres européen (l’ « âge des catastrophes »), mais également l’intégralité du « court XXème siècle » envisagé dans une perspective globale. La notion d’ « âge des extrêmes » permet de penser historiquement la réalité que recouvre le concept de « guerre civile européenne », ainsi que la réalité de l’évolution de ce concept au sein du champ historiographique international lors du « court XXème siècle » et de ses suites. Cela implique une double articulation des échelles d’analyse : à la fois chronologiques et géographiques.

  • 35 Vilar, Pierre, « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser », (...)

26Le concept d’ « âge des extrêmes » aide à penser historiquement la géographie de l’Europe et son rapport au monde, au lieu de penser géographiquement son histoire à l’échelle restreinte du vieux continent, comme tend à le faire le concept de « guerre civile européenne ». En outre, cette dernière catégorie et les concepts voisins de celle-ci (comme celui de « crise de vingt ans ») tendent à couper le contexte observé du contexte d’observation. Au contraire, la notion d’ « âge des extrêmes » fait du temps un produit de l’histoire et non de l’histoire un produit du temps, qui ne peut être conçue comme telle qu’à la faveur d’une « crise de l’histoire »35.

Haut de page

Notes

1 Il faudrait bien entendu faire une histoire complète et chiffrée de la diffusion et de la réception de ce concept, ce que l’on ne peut faire ici qu’à titre d’illustration. Récemment (et peut-être un peu excessivement) Fernando del Rey Reguillo reconnaissait à propos de son propre champ historiographique national : « La historiografia española no se ha destacado ni por la altura de sus debates intelectuales, ni por la abundancia de los mismos » (del Rey, Fernando, « Revisionismos y anatemas. A vuelta con la II Republica », Historia Social, n° 72, 2012, pp. 155-172, p. 155). Or, il est frappant de constater que l’on retrouve le concept de « guerre civile européenne » dans la plupart des récents débats (et/ou écrits de controverses extrêmement stimulants) de l’historiographie espagnole autour de la Deuxième République (voir par exemple : del Rey Reguillo, Fernando, « Violencia de entreguerras : miradas comparadas », Ayer, n° 88, 2012, pp. 13-28, p. 14, Del Rey Reguillo, Fernando, « Acotaciones a una critica », Historia Agraria, n° 54, 2011, pp. 239-243, p. 241, Robledo, Ricardo, « Sobre la equiviolencia. Puntualizaciones a una réplica », Historia Agraria, 54, 2011, pp. 244-246, p. 246). Par conséquent, le fait que le concept de « guerre civile européenne » apparaisse dans ce champ historiographique national, dont certains parmi ses praticiens forts dynamiques reconnaissent eux-mêmes qu’il est plus prompt à s’adapter aux tendances des débats intellectuels internationaux plutôt qu’à les impulser, illustre, dans une certaine mesure, le succès et l’influence de ce concept de « guerre civile européenne » au sein du champ historiographique international actuel.

2 Le ton hypothétique de la marche exploratoire sera souvent employé ici. Par ailleurs, les contraintes éditoriales impliquent de limiter la longueur des développements ainsi que les références. La notion de « guerre civile européenne » est placée systématiquement entre guillemets. Dans cet article cette marque de ponctuation sert en général à mettre à distance les concepts qu’elle encadre. Cela permet d’interroger de manière plus efficace les significations qu’ils recouvrent. Quant à la notion de « jeux d’échelles », on la retrouve par exemple dans Revel, Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, Le Seuil, 1996.

3 Vilar, Pierre, « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser », Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, vol. 28, n° 1, 1973, pp. 165-198.

4 En jouant un peu sur les mots, un « point », c’est d’ailleurs l’exact opposé d’une « constellation », qui est un ensemble de points, apparaissant comme des formes, après avoir été cohérés par des liens adéquats imaginés. Le père des Annales, Lucien Febvre, s’insurgeait d’ailleurs contre ce qu’il nommait « l’esprit de pécialité », et évoquait avec un mépris amusé et teinté d’une rabelaisienne truculence (que les standards actuels d’écritue et d’édition censureraient peut-être) les « myopes » et les « taupes fouisseuses » dont il déplorait l’absurdité ainsi que le pullulement au sein sa corporation, Febvre, Lucien, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992 (1952), p. 103, 121. A la question « what is your point ? », il faudrait pouvoir répondre sans crainte : « Mon point c’est une constellation sociale, car c’est une histoire-problème, qui est nécessairement doublée d’une histoire en construction ».

5 Bloch, Marc, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1952 (1949), p. 21.

6  On emprunte cette expression au plus fameux des hispanistes français, Vilar, Pierre, Pensar históricamente, Barcelona, Critica, 1997.

7 Voir notamment Ankersmit, Fanklin, « Historiography and Postmodernism », History and Theory, vol. 28, n° 2, 1989, pp. 137-153.

8 À propos de cette notion d’ « indice » (qui rappelle bien évidemment celle de « trace » empruntée à François Simiand par Marc Bloch, que Carlo Ginzburg avait justement traduit en italien) voir notamment Ginzburg, Carlo, « Spie. Radici di un paradigma indiziario », in Gargani, Aldo (eds.), Crisi della Ragione, Turin, Einaudi, 1979, pp. 57-106.

9 Ces réflexions s’appuient sur une thèse doctorale en histoire comparée menée à l’Institut Universitaire Européen de Florence sous la direction du professeur Heinz-Gerhard Haupt : La terre et le plomb. Question agraire, violence politique et crise du parlementarisme libéral dans l’Italie du premier après-guerre (1918-1922) et dans l’Espagne républicaine (1931-1936).

10 Nolte, Ernst, La guerre civile européenne, 1917-1945. Bolchevisme et national-socialisme, Paris, Edition des Syrtes, 2000 (1987). Cet ouvrage a définitivement consacré le thème de la « guerre civile européenne » dans le champ historiographique même si les mots de « guerres civiles » peuvent, par exemple, être retrouvés dans certains débats parlementaires et nationaux d’époque comme ceux du premier après-guerre italien (1918-1922) ou de la Deuxième République espagnole (1931-1936).

11 Traverso, Enzo, « De l’anticommunisme. L’histoire du XXe siècle relue par Nolte, Furet et Courtois », L’homme et la société, n° 140-141, 2001, pp. 169-194, p. 169. Dans cet article, on trouvera également des traces d’occurrences antérieures du concept de « guerre civile européenne », parfois évoquée en temps réel et depuis cette période, mais toujours moins fructueuses dans le champ historiographique qu’à la suite des travaux de Ernst Nolte.

12 On trouvera les textes de cette querelle traduits en français dans Devant l’histoire. Les documents de la controverse sur la singularité de l’extermination des juifs par le régime nazi, Paris, Cerf, 1988.

13 Traverso, Enzo, A ferro e a fuoco : la guerra civile europea, Bologne, Il Mulino, 2007.

14 Dans une certaine mesure, les concepts de « brutalisation » et de « totalitarisme », si souvent employés dans l’historiographie qui porte sur l’entre-deux-guerres, sont également des concepts de guerre froide. Par conséquent, leur emploi fréquent dans le champ historiographique appelle également, à l’instar du concept de « guerre civile européenne », une historicisation critique de la part des jeunes générations d’historiens. Ernst Nolte, George Mosse et Hannah Arendt (qui diffusèrent largement ces trois concepts sous la guerre froide et dans un champ historiographique du monde capitaliste de plus en plus sous hégémonie anglophone) sont d’ailleurs tous trois nés en Allemagne, à une quinzaine d’années d’intervalles, peu avant ou peu après la Grande Guerre.

15 Mayer, Arno, The Persistance of the Old regime : Europe to the Great War, New York, Pantheon, 1981.

16 Cobo Romero, Francisco et Ortega López, María Teresa (eds.), La España rural, siglos XIX y XX. Aspectos políticos, sociales y culturales, Granada, Comares, 2011, p. XXI, et Cobo Romero, Francisco, ¿Fascismo o democracia ? Campesinado y política en la crisis del liberalismo europeo, 1870-1939, Grenade, Universidad de Granada, 2012, p. 379 (on trouvera également dans cet ouvrage des statistiques sur l’importance massive des mondes ruraux européens de l’entre-deux-guerres).

17 González Calleja, Eduardo, « Conflictividad sociolaboral y violencia colectiva en la Segunda República », Aróstegui, Julio (coord.), La República de los trabajadores : la Segunda República y el mundo del trabajo, Madrid, Fundación Largo Caballero, 2007, pp. 76-109, p. 77 : « Hasta la fecha han prevalecido unas explicaciones del fracaso de la República centradas en la difusión a escala nacional de la violencia estrictamente partidista. Sin embargo, este paradigma dominante el análisis de las razones del fracaso republicano no explica [...] de forma satisfactoria las múltiples líneas de fractura económica, social o cultural que comenzaron a resumirse a partir de 1934 en un antagonismo político a escala nacional simbolizado en las dicotomías reformismo-antireformismo, fascismo-antifascismo o revolución-contrarrevolución » (l’auteur est responsable des traductions et de leurs éventuelles limites). En Espagne, c’est d’ailleurs en 1934 qu’eut lieu la grande grève paysanne nationale, qui affecta près de 700 agglomérations dans 38 provinces, et à la suite de laquelle les sobriquets politiques et stygmatisant comme « ennemis de l’Espagne » se répandirent, comme cela est mentionné dans Sánchez Sánchez, Isidro (coord.), Castilla-La Mancha contemporánea (1800-1975), Madrid, Celeste, 1998, p. 167.

18 Tasca, Angelo, Naissance du fascisme, Paris, Gallimard, 2003 (1938), p. 346.

19 Ibid., p. 351.

20 Eu égard aux changements qui affectaient notamment les mondes ruraux de l’est de l’Allemagne depuis la fin du XIXe siècle, on peut par exemple se reporter à Weber, Max, « Enquête sur la situation des ouvriers agricoles à l’Est de l’Elbe. Conclusions prospectives », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 65, 1986, pp. 65-68.

21 Voir par exemple Brunet, Roger, « Lignes de force de l’espace européen », Mappemonde, n° 66, vol. 2, 2002, pp. 14-19.

22 Du « capitalisme » on peut retenir la définition suivante : modèle de société et société modelante qui tend à s’imposer et à s’étendre, où les activités humaines sont principalement guidées par des formes de rationalités dominantes tendant à être mécaniquement indexées sur la recherche de l’accumulation rapide de biens, de richesses et de profits financiers, sociaux et symboliques, qui sont d’ailleurs souvent enchevêtrées. Le développement du champ historiographique au sein d’un monde capitaliste n’échappe pas à ces calculs de rentabilités complexes et automatisés. Pourquoi sinon peut-on entendre des réflexions du type : « Il ne faut pas trop se fatiguer pour un article s’il doit être publié dans une revue à bas ‘‘ranking’’«  ?

23 Braudel, Fernand, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 2008 (1985).

24 Bien entendu, cela ne veut pas dire que ces mondes ruraux cessèrent d’avoir une importance lorsque l’on s’approchait de la « mégalopole européenne ». En outre, les frontières territoriales nationales se trouvaient parfois à cheval entre ces deux zones (« mégalopole européenne »et Europe méditerranéenne et danubienne), comme en atteste par exemple l’Allemagne située à l’est de l’Elbe. Par ailleurs, outre l’opposition industrie/agriculture, existait également le binôme consommateur/producteur (et, par-là, conflit sur les prix des denrées et sur ceux du travail), sur une multitude de géographies et de structures agraires. Enfin, ces mondes ruraux se trouvaient bien entendu en contact par voie de commerce avec les autres parties du monde. D’ailleurs, dans l’entre-deux-guerres, les suites des restructurations de la crise agricole de la fin du XIXème siècle se faisaient encore sentir. De plus en plus, des historiens pionniers mettent en avant les ententes transatlantiques et les responsabilités (à la fois économiques, culturelles et politiques, et touchant notamment les mondes ruraux) du monde anglophone (l’Empire britannique qui domina le « long XIXème siècle » et l’Empire US qui domina le monde capitaliste depuis la fin de la deuxième guerre mondiale) eu égard aux radicalisations et polarisations socio-politiques qui frappèrent l’Europe continentale de l’entre-deux-guerres (voir par exemple Boyce, Robert, The Great Interwar Crisis and the Collapse of Globalization, Basingstoke, Palgrave Macmilan, 2009, Offer, Avner, The First World War : An Agrarian Interpretation, Oxford, Oxford University Press, 1989). Un élément global entoure immanquablement l’importance cruciale des mondes ruraux de l’entre-deux-guerres européen. « On a quelquefois relégué l’intérêt intellectuel porté à la terre aux vieilles lunes vichystes où pétainistes » écrit Emmanuel Le Roy Ladurie dans une préface à un recueil de textes sur les mondes ruraux écrits par Marc Bloch dans l’entre-deux-guerres (Marc Bloch, La terre et le paysan, Paris, Armand Colin, 1999, p. XXII). Ces « vieilles lunes vichystes ou pétainistes », l’auteur d’une génération des Annales ayant grandi sous la guerre froide avait quelques raisons de les bien connaître, puisque son père ne fut autre que le Ministre de l’Agriculture du gouvernement vichyste et pétainiste de la collaboration avec l’Allemagne nazie, qui promettait de préserver ses intérêts économiques de propriétaire et de « notable rural » lié à de grands aristocrates au pouvoir social et terrien enraciné dans le Moyen Âge : « Jacques Leroy Ladurie s’est rallié tout naturellement au régime vichyste dont l’idéologie terrienne lui convenait. Cela peut étonner ou scandaliser de nos jours, mais la chose paraissait naturelle à beaucoup de gens à l’époque, qu’on le regrette on non », écrit-il de son père, originaire de Normandie, de l’ouest de la France, c’est-à-dire de la région aux antipodes nationales de la « Mégalopole européenne » (Le Roy Ladurie, Emmanuel et Liechtenan, Francine, Une vie avec l’histoire. Mémoires, Paris, Tallandier, 2014, p. 15, Barral, Pierre, « Un normand de fort caractère : Jacques Le Roy Ladurie », Annales de Normandie, vol. 58, pp. 183-187). Cet exemple par l’historiographie tend à illustrer le rôle crucial des mondes ruraux dans les processus de radicalisation et polarisation politique de l’entre-deux-guerres. En ce sens, il est peut-être de toute première instance que nous cherchions à écrire une histoire globale des échecs dramatiques de la globalisation capitaliste (en commençant par ne pas céder à une vision courante de l’économie, plus mathématique et symbolique que relationnelle et sociale). Cette histoire globale ambitieuse doit sans doute être une histoire comparée. Ce n’est pas un hasard si l’historien et hispaniste Pierre Vilar, qui fut un précurseur de l’ « histoire globale » (d’après Braudel, Fernand, « La Catalogne, plus l’Espagne, de Pierre Vilar », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 23, n° 2, 1968, pp. 375-389, p. 378) écrivit : « Il n’est d’histoire explicative que comparée », Vilar, Pierre, « Culture, Nation, Histoire », Revista Internacional de los Estudios Vascos, t. XXVIII, juillet-décembre 1983, p. 253-260, p. 253. En ceci, il partageait l’opinion du père des Annales pour qui l’avenir de l’histoire conçue comme une science sociale passait nécessairement par l’histoire comparée, Bloch, Marc, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, n° 46, pp. 15-50, p. 16 ; mais aussi celle du « pape de l’histoire » globale et de longue durée, Braudel, Fernand, Civilization and Capitalism, 15th-18th Century : vol. 2 The Wheels of Commerce, Londres, William Collins, 1982, p. 137. Derrière cette double dimension logique et géographique se tient quelque chose de l’ordre de la double finitude pascalienne (évoquée dans Bourdieu, Pierre, Chartier, Roger, « Gens à histoire, gens sans histoire », Politix, vol. 2, n° 6, 1989, pp. 53-60, p. 54). Or, au lieu de cette histoire comparée ambitieuse et apte à poser correctement les problèmes se développe souvent une histoire globale, qui n’est hélas dans bien des cas qu’une sorte d’esbroufe scalaire, élargissant l’emploi de catégories nationales dans des histoire-problèmes indigentes, mais dont la portée globale peut impressionner (notamment le bâilleur de fonds politique pressé, qui reconnaît ce terme). Ces limites ont été reconnu sur le plan théorique et par des épistémologues sachant que « rien n’a plus ralenti les progrès de la connaissance scientifique que la fausse doctrine du général » (Bachelard, Gaston, La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 2004 (1938), p. 67), aussi bien que par certains praticiens de l’histoire globale (O’Brien, Patrick, « Historiographical traditions and modern imperatives for the restoration of global history », Journal of Global History, n° 1, 2006, pp. 3-39).

25 Peut-être d’ailleurs serait-il plus juste de parler de « guerre civile mondiale » pour désigner la guerre froide, plutôt que de parler de « guerre civile européenne » pour désigner l’entre-deux-guerres.

26 Toujours d’après la thèse de Braudel, Fernand, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 2008 (1985).

27 Voilà d’ailleurs pourquoi ces catégories ont été systématiquement encadrées de guillemets : afin de protéger de l’emprise de leurs significations courantes et confuses cette réflexion autour du concept de « guerre civile européenne » et de ses échelles d’analyse.

28 Bloch, Marc, « Économie-nature ou économie argent. Un pseudo dilemme », Annales d’histoire sociale, t. 1, n° 1, 1939, pp. 7-16, p. 7. Bloch, Marc, L’étrange défaite, Paris, Société des éditions Francs Tireurs, 1946, p. 47.

29 Durkheim, Émile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses Universitaires de France, 1987 (1894), p. 22-23.

30 John Markoff remarquait cette lacune historiographique quant à l’état de la connaissance de l’évolution politique des mondes ruraux après 1789 dans Markoff, John, The Abolition of Feudalism. Peasants, Lords and Legislators in the French Revolution, University Park, The Pennsylvannia State University Press, 1996, p. 310.

31 Casanova, Julían, (dir.), El pasado oculto. Fascismo y violencia en Aragón (1936-1939), Huesca, Mira editores, 2001 (1992), p. 15, 25, Botti, Alfonso, « Los fantasmas de Clio. A propósito de franquismo y fascismo en la perspectiva de la historia comparada », Anales de la Universidad de Alicante. Historia contemporánea, n° 8-9, 1991-1992, pp. 21-34, pp. 32-33.

32 Hobsbawm, Eric, The Age of Extremes : The Short Twentieth Centrury, 1914-1991, Londres, Michael Joseph, 1994.

33 Eric Hobsbawm emploie l’expression d’ « âge des catastrophes » (qui rappelle fortement celle d’ « âge des extrêmes ») pour désigner l’entre-deux-guerres, et écrit : « In many ways this period of capitalist-communist alliance against fascism – essentially the 1930s and 1940s - forms the hinge of twentieth-century history and its decisive moment », Hobsbawm, Eric, The Age of Extremes : The Short Twentieth Centrury, 1914-1991, Londres, Michael Joseph, 1994, p. 7.

34 De ce sensationnalisme historiographique souvent à la mode, il faut prendre un exemple concret : « Uomini evirati, ‘‘toreati’’, crocifissi e smembrati prima di essere passati per le armi, donne stuprate e decapitate, gonfiate come pneumatici fino all’esplosione degli intestini ». Que peut bien révéler cette énumération infligée au lecteur, lorsqu’elle est concoctée par un historien qui admet quelques lignes plus loin : « molto spesso è impossibile districarsi tra fatti realmente avvenuti e voci, propaganda diffamatoria », si ce n’est la reconnaissance du consentement à l’élaboration d’un raisonnement historique en dépit des crasses carences épistémologiques dont il est perclus, et qui tendent à l’embourber où celui-ci devrait commencer : à partir de la « trace » documentaire ? Les choses se passent comme si, en se contentant d’évoquer rapidement les contradictions qui traversent les sources (et le lien complexe entre violence et violence symbolique), on pensait avoir épuisé les lourds problèmes épistémologiques que cela pose, et s’être dégagé la voie de l’élaboration d’un récit historique. Or, en choisissant d’infliger arbitrairement et gratuitement au lecteur cet inventaire « grand spectacle » de violence, tout en admettant par ailleurs qu’elle peut très bien ne correspondre à aucun fait avéré, l’auteur tend à lui dissimuler, derrière un récit sensationnaliste, les raisons de son choix narratif, les logiques herméneutiques et heuristiques qui devraient sous-tendre son travail, et surtout être vérifiables, donc explicites. Le père des Annales, lui, avait mené tout un travail épistémologique d’élaboration de la connaissance et du récit historique par erreur confrontée procédant des « fausses nouvelles de guerres » (Bloch, Marc, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de guerre », Revue de Synthèse Historique, vol. 33, n° 97-99, 1921, pp. 13-35). Ne serait-il pas possible et souhaitable d’élaborer sur ce modèle épistémologique par la négative un travail sur les « fausses nouvelles » de la violence politique de ce que l’on nomme la « guerre civile européenne » ? Bien sûr, ces enjeux épistémologiques et de connaissance historique (de fond) sont directement liés à des enjeux d’esthétique du récit historique (de forme), qui permettent de sortir l’écueil de ce sensationnalisme historiographique de la violence politique : celui-ci correspond rarement aux exigences d’une histoire conçue comme une science sociale. Ce sensationnalisme historiographique de la violence politique peut être défini comme une sorte d’émeute du logos historiographique, qui conduit naturellement à la perte de la logique historique. Dans ces conditions est-il si surprenant et à quel point est-il immérité de voir, depuis au moins trois décennies, les sociologues et autres chercheurs en sciences sociales ironiser si cruellement sur les explications avancées par les historiens en place, en écrivant par exemple que « les historiens sont les moins réflexifs des savants » et « historians’ general theories are usually common sense or poorly explicated, or both » (Bourdieu, Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012, p. 537, et Charles Tilly, As Sociology Meets History. Studies in Social Discontinuity, New York, Academic Press, 1981, p. 26) ? Les passages cités figurent dans Ranzato, Gabriele, « la guerra civile spagnola nella storia contemporanea della violenza », Ranzato, Gabriele (dir.), Guerre fratricide. Le guerre civili in età contemporanea, Bollati Boringhieri, Torino, 1994, p. 269-303, p. 272.

35 Vilar, Pierre, « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avec Althusser », Annales. Économie, Sociétés, Civilisations, vol. 28, n° 1, 1973, pp. 165-198, p. 188, 183.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Bonnet, « Réflexions et jeux d’échelles autour de la notion de « guerre civile européenne » », Amnis [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 30 janvier 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://amnis.revues.org/2282 ; DOI : 10.4000/amnis.2282

Haut de page

Auteur

Romain Bonnet

European University Institute, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Italie, France, Romain.Bonnet@EUI.eu

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org