Navigation – Plan du site
Avant-propos

Les guerres civiles, réflexions sur les conflits fratricides à l’époque contemporaine

Severiano Rojo Hernández et Eduardo González Calleja

Texte intégral

  • 1 Barus-Michel, Jacqueline, « Crises et mutations. Les avatars du sujet social », Bulletin de psychol (...)

1Comme le montre la célébration du centenaire de la Première Guerre mondiale, la guerre constitue un objet d’étude qui soulève encore de nombreuses questions au sein de la communauté scientifique et, tout particulièrement, parmi les historiens. Malgré les milliers d’ouvrages sur la question, ce phénomène demeure un axe majeur de la recherche en sciences sociales et ce, pour une raison fondamentale : les conflits armés désagrègent les sociétés, génèrent une rupture du sens de l’histoire, une cassure sémiologique dans l’évolution des communautés humaines, car la guerre constitue une crise majeure, qui affecte les individus en tant que sujets sociaux dans leur capacité à se signifier et à faire sens1. Elle bouleverse les repères temporels et géographiques et plonge les communautés humaines dans une réalité nouvelle. Dès lors, par sa nature, la guerre ne peut que susciter de nombreuses interrogations et alimenter les débats, d’autant qu’elle se décline en une multitude de variantes qui rendent la tâche du chercheur particulièrement complexe.

  • 2 Cf. Kalyvas, Stathis, « The Ontology of “Political Violence” : Action and Identity in Civil Wars », (...)
  • 3 Duby, Georges, L’histoire continue, Paris, Éditions Odile Jacob, 1991, p. 15.

2Parmi ces variantes figure la guerre civile, une catégorie d’affrontement dont on pensait maîtriser la définition, mais qui est devenu, depuis les années 1990, un objet beaucoup plus complexe en raison, d’une part, de l’accroissement considérable des recherches qui lui sont consacrées et, d’autre part, du renouvellement des questionnements que les diverses études ont alimentés. Ces recherches ont notamment mis l’accent sur le fait que la guerre civile constitue, depuis plusieurs siècles, l’une des principales modalités de l’affrontement guerrier, de nombreuses guerres dites conventionnelles étant, contrairement à ce que l’on pensait, des affrontements fratricides. Certains chercheurs, de surcroît, ont montré qu’aucune guerre civile ne peut se réduire à une lutte idéologique. D'innombrables conflits locaux, voire privés, viennent se greffer et transforment cette catégorie d'affrontement « en une agrégation imparfaite et fluide de multiples guerres civiles localisées, plus petites, diverses, se chevauchant plus ou moins »2. Dès lors, ce type de conflagration a été soumis à un processus de « banalisation historique » et de complexification théorique qui s’explique par l’invalidation des analyses autour desquelles était bâtie sa représentation traditionnelle. Certes, on essaie encore de comprendre quelles sont les ruptures qui génèrent de tels basculements, comment se forgent au sein d’un même territoire des logiques d’affrontement caractérisées par une violence symbolique et physique aux dimensions paroxystiques. Mais, on essaie également de mieux appréhender et évaluer la multiplicité des facteurs à l’origine des guerres civiles et, surtout, les relations existant entre ces facteurs, des relations qui « ne sont pas de cause à effet mais de corrélation, d’interférences », pour reprendre les termes qu’emploie Georges Duby lorsqu’il analyse le fonctionnement d’une société3. Les guerres civiles sont ainsi apparues comme des phénomènes de nature extrêmement variable, mais également fort utiles pour l’étude des dynamiques orientant les rapports entre les individus, les groupes et les institutions car, plus que tout autre conflit, les guerres civiles exhument les nombreux dysfonctionnements et problèmes d’ordre structurel dont souffre une société.

3Cela dit, il ne fait aucun doute que l’on continuera encore à débattre pendant de nombreuses années de la capacité de transformation de la réalité politique, sociale et culturelle dont disposent les guerres civiles. On continuera également à réfléchir sur l’identité politique de leurs principaux acteurs (acteurs appartenant aux sphères de l’Etat ou aux organismes paraétatiques), sur leur impact géopolitique (local, régional, national ou supranational), sur les types de violences qu’elles génèrent (guerre conventionnelle, guérilla rurale ou urbaine, insurrection, coup d’Etat, répression, etc.), sur les modes de résolution de ces conflits (intervention, médiation, négociation ou pacification) ou sur leurs conséquences matérielles et morales. Mais, le principal défi que doivent relever les sciences sociales dans l’immédiat consiste à redonner aux guerres civiles leur sens premier, c’est-à-dire celui d’un affrontement extrême pour la conquête du pouvoir politique, qu’il soit ou pas détenu exclusivement par l’Etat.

4Le numéro que proposent les revues Hispania Nova et Amnis revient sur ces différents points, mais il se veut aussi un hommage à un grand historien, un grand spécialiste de la Guerre civile espagnole (1936-1939), Julio Aróstegui, qui nous a quitté le 28 janvier 2013. Julio Aróstegui a non seulement été essentiel à la connaissance de ce conflit, mais il a su également renforcer les synergies avec des chercheurs issus d’autres horizons, afin de faciliter l’étude de cet affrontement dans ses différentes articulations, notamment mémorielles. L’Université espagnole a donc perdu un chercheur exceptionnel, fondateur en 1998 de la Revue Hispania Nova aux côtés d’Ángel Martínez de Velasco, autre grand historien espagnol qui nous a quittés le 22 février 2002. Ce dernier fut, en partie, à l’origine de la revue Amnis, qui naquit de ses conseils et de son expérience sur internet. Par conséquent, la collaboration entre Amnis et Hispania Nova rend également hommage à son œuvre et conforte des liens que le temps ne saurait distendre.

  • 4  Voir, par exemple, Minehan, Philip B., Civil War and World War in Europe. Spain, Yugoslavia, and G (...)

5Au-delà, ce numéro matérialise l’une des principales voies qu’emprunte depuis les années 2000 la recherche sur les guerres civiles : la collaboration universitaire internationale et l’analyse comparative4. Ces deux revues, l’une française et l’autre espagnole, prétendent ainsi renforcer les dynamiques existantes en publiant une série d'articles consacrée à des conflits ayant eu lieu sur les continents européen et américain, entre le début du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, soit une période marquée par de profonds bouleversements et de nombreux affrontements intra- et interétatiques aux dimensions multiples. Il s’agit certes de consolider la réflexion sur un phénomène qui a marqué durablement l’histoire contemporaine de la plupart des sociétés appartenant à ces deux continents. Toutefois, nous avons aussi souhaité renforcer la visibilité de la production scientifique consacrée à l’étude d’un objet utile à la compréhension de la façon dont certaines sociétés perçoivent leur fonctionnement, leur évolution et leur rapport à l’histoire.

6Les différentes contributions publiées dans le cadre de ce numéro témoignent effectivement de cette dimension des guerres civiles, de leur capacité à rendre lisible les réalités sociétales. Bien que consacrés à des conflits ayant eu lieu dans des sociétés très diverses (Argentine, Ukraine, Finlande, Grèce, Etats-Unis, Espagne, Mexique, Italie), ces travaux, en outre, montrent à quel point cette catégorie d’affrontement fait émerger des problématiques récurrentes. Ainsi, si nous faisons abstraction de la chronologie et de l’espace géographique propre à chaque étude, nous voyons émerger plusieurs axes qui contribuent grandement à une réflexion transversale sur la question et permettent d'organiser les articles en plusieurs sous-ensembles.

7Le premier porte le titre suivant : « Autour de la conceptualisation et des théories sur les guerres civiles. Visions et révisions ». Cette partie propose de revenir sur certaines notions, tantôt générales, tantôt spécifiques, afin de contextualiser la période de violences nationales et internationales qu'a connue l'Europe entre 1914 et 1945. Dans l'article « Las guerras civiles : consideraciones teóricas desde las Ciencias Sociales », Eduardo González Calleja répertorie les nombreux problèmes rencontrés lorsque l'on analyse les conflits fratricides. Il en privilégie trois. En premier lieu, la question de la définition, de leur appartenance aux guerres conventionnelles dites « classiques » ou aux guerres « nouvelles » de basse intensité ; en second lieu, la multiplicité des hypothèses possibles quant à leur origine, durée et récurrence ; enfin, la complexité des dynamiques violentes que génèrent ces conflagrations et la diversité des alternatives permettant de les résoudre (l'intervention, la négociation ou la pacification). Romain Bonnet, pour sa part, examine dans son article « Réflexions et jeux d’échelles : autour de la notion de “guerre civile européenne” » la capacité heuristique dudit concept qui fut forgé par Ernst Nolte à la fin de la Guerre froide. Il signale que les processus de radicalisation et de polarisation sociopolitique de l'entre-deux-guerres ne correspondent pas au paradigme de la guerre civile (qui implique un espace territorial concret ou des fronts bien définis au sein d'une communauté politique nationale ou étatique), ni ne se limitent au seul contexte européen. A la place de la notion de « guerre civile européenne », Romain Bonnet propose celle d'« ère des extrêmes », conceptualisée par Eric J. Hobsbawm, laquelle permet une articulation beaucoup plus ambitieuse des échelles analytiques tant géographiques que chronologiques.

8Cet article de Romain Bonnet est en parfaite adéquation avec celui que nous propose Javier Rodrigo (« Furia e historia. Una aproximación a los relatos de las guerras civiles europeas (1919-49) »), qui étudie les récits consacrés aux guerres civiles européennes, diffusés pendant l’entre-deux-guerre et après 1945. L’auteur insiste sur les difficultés que rencontrent les sciences sociales pour définir et classer ce type de conflit, difficultés qui expliquent la douteuse efficacité et capacité heuristique du concept de « guerre civile » pour analyser et interpréter les différences existant, par exemple, entre les conflits fratricides « classiques », les confrontations ethniques et les « nouvelles guerres » déstructurées, caractéristiques de la postmodernité. Javier Rodrigo aborde également la question de l'élaboration de la mémoire des guerres civiles. Il rappelle l'importance de l’identité des groupes/institutions produisant les récits et met l’accent sur l'idée selon laquelle les narrations qui s'imposent en Russie, en Finlande ou en Espagne – lesquelles s'insèrent dans le macro-récit de la révolution-contre-révolution – sont moins complexes à étudier et à définir que les récits sur les guerres intestines se déroulant après la Seconde Guerre mondiale (par exemple, en Yougoslavie, en Italie ou en Grèce). Cette complexité s’explique par la nature des acteurs de la violence et leur multiplicité : les troupes de l’Axe, les Alliés, les partisans de diverses idéologies, les agents des régimes collaborateurs. Ainsi, bien qu’en Russie la guerre civile se soit diluée dans une mémoire où se croisent la révolution et la construction de l’Etat soviétique, les famines, les déplacements forcés, le goulag et la « Grande Guerre Patriotique », en Finlande et en Espagne les conflits fratricides apparaissent pendant de nombreuses années comme des guerres d’indépendance ou de libération, où la trahison nationale fait figure d’élément de consolidation identitaire face à un ennemi regroupé génériquement sous le terme de « communiste ». En Irlande, cependant, ce sont les vaincus de la guerre civile qui donnent à cet affrontement une dimension nationale et le décrivent comme le prolongement d’une guerre d’indépendance qui n'a jamais été vraiment résolue. Après la Seconde Guerre mondiale, d’autres phénomènes s’agrègent. En Grèce, l’oubli qui prédomine durant la période 1950-1967 fait place, dans les années 80, à une démythification du thème tabou de la guerre civile. En France, a contrario, le récit gaulliste selon lequel le peuple français aurait résisté et se serait libéré d’un régime (celui de Vichy) illégal, illégitime et appuyé par une petite portion de traîtres, s’impose et continue d’alimenter la mémoire consensuelle dominante. Guerre de classes, lutte pour l’indépendance, Croisade, Guerre Patriotique, Liberazione, Libération… sont, de fait, autant de formatages narratifs qui occultent ou subliment les conflits fratricides qui se sont produits en Europe entre et après les deux guerres mondiales. Dans « La Guerra de España en el contexto de la crisis internacional de entreguerras », David Jorge revient justement sur cette période, en s’interrogeant sur le caractère opératoire du concept de « crise d'entre-deux-guerres ». Pour cela, il rappelle que les années vingt consacrent le modèle de diplomatie ouverte et multilatérale de la Société des Nations. Ce n’est qu’à partir des années trente, que l’on assiste au déclin de ce modèle et à la destruction des mécanismes de sauvegarde de la paix prévus dans le Traité de Versailles. La mise à mal de ce traité débute en Manchourie et se poursuit lors du conflit italo-éthiopien. Il connaît une dernière chance en Espagne, où la guerre civile a une importante dimension internationale qui provoque, à cause des politiques d'agression ou d'apaisement menées par les grandes puissances, une nouvelle conflagration générale.

  • 5 Canal, Jordi, « Guerra civil y contrarrevolución en la Europa del sur en el siglo XIX : reflexiones (...)

9Le second sous-ensemble a été intitulé « Guerres civiles, violences et construction de l’Etat ». Il aborde notamment la question du rôle des guerres civiles dans le façonnement, voire la disparition, des institutions sur lesquelles reposent les sociétés contemporaines. L’article d’Alejandro M. Rabinovich (« Milices et guérillas paysannes face à l’armée régulière : le combat asymétrique au Rio de la Plata et la fragmentation territoriale [1810-1852] ») est, de ce point de vue, particulièrement intéressant. Cet auteur décrit les conflits hispano-américains de la première moitié du XIXe siècle et montre dans quelle mesure les caractéristiques militaires de ces affrontements, ainsi que l’ampleur des violences qui s’y déploient, constituent des éléments essentiels à la configuration politique des différentes sociétés de l’Amérique postcoloniale. Alejandro M. Rabinovich revient, en particulier, sur le cas des conflits ayant lieu dans la région du Rio de la Plata. Il étudie les pratiques de guerres (modes de mobilisation, organisation des troupes, formes de combats, type de violence exercé à l’encontre de l’ennemi et des populations civiles) et il insiste sur le fait qu’elles sont au cœur du processus de fragmentation territoriale qui se déroule à cette époque dans cette partie de l’Amérique du Sud. Le Travail de Pedro Rújula intitulé « Las guerras civiles contrarrevolucionarias europeas en el siglo XIX » précise, pour sa part, que les conflits fratricides qui ont dévasté le Vieux Continent pendant et après la Révolution Française ont été des objets que les historiens libéraux ont eu du mal à étudier en raison de leur incapacité à rompre avec une approche idéologique, fondée sur la légitimation des Etats nationaux unitaires. De nos jours, la situation a sensiblement évolué. Les études sur la contre-révolution européenne ont incorporé dans leur analyse le paradigme de la guerre civile pour expliquer ce mouvement idéologique, politique et social qui a traversé les traditionnelles frontières matérielles et temporelles. Comme le rappelle Jordi Canal, l’évolution a été telle qu'aujourd'hui la guerre civile est perçue comme un phénomène fréquent dans les sociétés en voie de changement5, au sein desquelles s'est propagée une identité nationaliste et monarchiste excluant le patriotisme révolutionnaire. Dans ces sociétés, le mouvement contre-révolutionnaire a alimenté des modes d’apprentissage politique fondés sur l’action militaire qui témoignent, comme le signale Pedro Rújula, de l'importance de l’expérience de guerre dans l'impact et la visibilité historique de la cause légitimiste.

10Autre exemple illustrant l’importance des guerres civiles dans la formation et l’évolution des sociétés contemporaines, le cas des Etats-Unis. L'article de Bertrand Van Ruymbeke (« Le Sud et la guerre civile américaine : le piège de la Sécession ») établit un bilan de ce conflit, en le resituant dans le récit historique étasunien. Il revient sur sa genèse et, tout spécialement, sur son impact dans les Etats du Sud, qui passent d'une position centrale sur le plan économique et politique à une position secondaire, à l'origine de nombreuses représentions profondément ancrées de nos jours dans l'imaginaire nord-américain. Bertrand Van Ruymbeke rappelle aussi que cet affrontement a été l'un des premiers conflits modernes et qu'il s'est caractérisé par des dévastations et un nombre de victimes sans précédent. Une telle violence explique, sans doute, la raison pour laquelle la guerre de Sécession a suscité des mobilisations par-delà les océans, et surtout en Europe. Mais, comme l'indique Daniele Fiorentino dans « Re-building the Nation-State : The American Civil War in a transnational perspective », les Européens se mobilisent surtout parce qu'ils effectuent une lecture de ce conflit profondément orientée par les combats qu'ils mènent sur leur propre sol. Dès lors on comprend mieux pourquoi les Italiens proches de Garibaldi optent pour l'Union qu'ils imaginent en lutte contre l'aristocratie et favorable à l'idéal républicain, tandis que de nombreux Irlandais défendent la cause des confédérés qu'ils interprètent comme un combat pour l'indépendance des peuples opprimés. La guerre de Sécession est au cœur des guerres civiles européennes. Elle alimente la réflexion des différents groupes sur leur lutte nationale, phénomène qui souligne au passage que l'impact des guerres civiles n'est pas circonscrit aux limites territoriales des Etats où se déroulent les opérations militaires. Le cas de l’Ukraine corrobore cette affirmation. Dans « De la guerre mondiale à la guerre civile. L’occupation austro-allemande de l’Ukraine en 1918 », Thomas Chopard analyse quelles sont les raisons pour lesquelles l’Ukraine indépendante – qui essaie de se protéger en 1918 des velléités russes en faisant appel à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie – est confrontée à une occupation militaire des plus violentes qui déstabilise l'ensemble de la région pendant plusieurs années. La militarisation de la gestion des populations ukrainiennes se traduit, dans cet Etat vassalisé, par l’émergence de formes de résistance populaire, tantôt armées tantôt passives, qui se consolident au cours de la guerre civile – ou plutôt des multiples guerres civiles – qui morcellent et désagrègent le pays entre 1918 et 1922. Au-delà, cet article témoigne du rôle fondamental que jouent la Première Guerre mondiale et la Révolution russe de 1917 dans l’accroissement des tensions politiques et sociales dans l’Europe de l’après-guerre. Éric Aunoble dans « "Communistes, aux armes !" : les unités à destination spéciale (TchON) au sortir de la guerre civile en Ukraine (1920-1924) » confirme l’impact de ces événements majeurs du XXe siècle. A travers l’étude des TchON, des milices du Parti communiste russe chargées d’aller combattre en Ukraine en 1919, il propose une réflexion sur le rôle répressif et politique des forces de combat non conventionnelles engagées dans les guerres civiles. Cette contribution montre à quel point ces unités sont déterminantes tant dans l’édification que dans la disparition d’un Etat (exemples de l'URSS et de l'Ukraine respectivement). Il rappelle également que les notions de répression, maintien de l’ordre et pacification désignent parfois une seule et même réalité, soit une reprise en main violente de la société. Dans « Excombatientes : ¿germen de guerras civiles ? », Ángel Alcalde aborde le problème des anciens combattants qui touche plusieurs pays d'Europe après la Première Guerre mondiale. Sa recherche confirme l'hypothèse selon laquelle les soldats démobilisés peuvent constituer une communauté capable de provoquer ou d'aggraver des explosions de violence sociale, un groupe susceptible, par conséquent, d'alimenter des situations de guerre civile. Ses conclusions, néanmoins, remettent en question la thèse de la « brutalisation » de George L. Mosse : parmi les millions d'anciens combattants de la Grande Guerre se manifestaient tant des cultures de la défaite que des cultures de la paix, des phénomènes relevant tant de la « brutalisation » que de l'internationalisme et du pacifisme. A partir d'une approche fondée sur les théories défendues par les sciences politiques, Ángel Alcalde examine les processus de désarmement, de démobilisation et de retour à la vie civile des anciens combattants, des processus essentiels, selon lui, à la compréhension des mécanismes conduisant à une éventuelle escalade de la violence.

11Angelo Ventrone (« Italia 1943-1945 : le ragioni della violenza ») aborde, quant à lui le cas de l’Italie. Il décrit le déploiement progressif de la guerre civile dans ce pays comme une rupture symbolique, qui acquiert rapidement une dimension sociale et politique. Ainsi, il affirme que la guerre civile a été occultée sous le voile de la « guerre de libération nationale » afin de légitimer la nouvelle république démocratique. Surgi des décombres de la Seconde Guerre mondiale, ce régime s'impose en opposant son origine combattante à l'abdication de la monarchie face à la montée du fascisme entre 1918 et 1922. Ventrone met l'accent sur le fait que la lutte armée et civile, contre l'occupant étranger et ses collaborateurs dans les dernières années de la guerre, a été un instrument efficace d'apprentissage politique pour la population. En effet, elle a permis de rompre émotionnellement avec le fascisme. Au-delà, il rappelle qu'il faut attendre la chute du mur de Berlin pour que les historiens italiens s'emparent de la notion de guerre civile afin de décrire ce qui s'est produit au cours de ces années. Ce difficile processus d'acceptation de la guerre civile comme phénomène structurant l'histoire d'un pays est également présent au Mexique. C'est du moins ce que montre Miguel Rodríguez (« El siglo XX mexicano : la bola, la Revolución, la guerra civil ») qui affirme que ladite Révolution mexicaine du début du XXe siècle n'est ni plus ni moins qu'une succession de guerres civiles. L'auteur revient, en particulier, sur la façon dont cet affrontement a été interprété, soulignant que les historiens et les écrivains sont passés de la justification à la critique, ou plutôt de l'idéalisation à la déconstruction de cet événement fondateur de la société mexicaine.

12L'idée de la permanence/résonnance des guerres civiles, de la persistance de leurs traces matérielles et symboliques dans le temps et l’espace est une donnée capitale, qui articule un autre groupe d’articles réunis sous le titre de « Mémoires, représentations et guerres civiles, les exemples finlandais, grec et argentin ». Dans cet ensemble, insistant sur la pluralité des mémoires et sur l’existence d’une mémoire hégémonique qui imprègne la société finlandaise depuis pratiquement un siècle, Maurice Carrez revient sur la guerre civile qui se déroule dans ce pays en 1918. Sa contribution (« Les violences de la guerre civile finlandaise : enjeux d’histoire, enjeux de mémoire ») démontre parfaitement qu’il s’agit d’un affrontement complexe, résultat d’un ensemble de facteurs internes/structurels (situation politique, sociale et économique) et externes/conjoncturels (Révolution russe), dont l’imbrication remet en question l’image d’une guerre livrée par les Finlandais contre les « traitres rouges » et l’envahisseur russe. Il rappelle notamment que les vainqueurs ont imposé leur mémoire du conflit, en passant sous silence les nombreuses violences auxquelles ils se sont livrés et en attribuant à leurs ennemis l’essentiel des massacres perpétrés au cours de la période. Maurice Carrez, de fait, insiste sur l’idée d’une confiscation de la mémoire, confiscation qui perdure malgré les progrès observés ces dernières années sur le plan politique (réhabilitation officielle des vaincus) et historique (études novatrices sur la portée et la nature du conflit). Cette « confiscation » de la mémoire s’est également produite en Grèce, du moins jusqu’aux années 1970 et le retour à la démocratie. Néanmoins, bien que Christina Alexopoulos y fasse allusion dans « Les représentations mémorielles de la guerre civile grecque dans le discours des vainqueurs et des vaincus », elle analyse aussi les profondes ruptures que sous-tendent les différents discours mémoriels présents au sein de la société grecque depuis la fin de la guerre civile (1946-1949). Son article revient, en particulier, sur la diversité des acteurs à l’origine de ces discours, une diversité qui ne se limite pas à l’opposition entre vainqueurs et vaincus. Chaque groupe se compose d’une multiplicité d’acteurs qui alimentent de nombreuses représentations, lesquelles reposent, paradoxalement, sur des rhétoriques fréquemment similaires. Pour Christina Alexopoulos, ce phénomène est révélateur de l’existence d’une « symétrie » mémorielle, qui ne peut, cependant, évacuer les profondes différences idéologiques et historiques sur lesquelles reposent ces mémoires concurrentes au cœur des antagonismes politiques du présent. Les conflits et divergences que génèrent l’histoire passée et sa représentation apparaissent également dans les interstices du texte que propose Néstor Ponce (« Luis Felipe Noé : pintura y conflicto civil argentino (1820-1830) a través de la serie federal »). Analysant des tableaux d’art abstrait où le chaos et le désordre doivent conduire à repenser le passé et à expliquer la politique et la culture du présent, Néstor Ponce présente l’œuvre de Luis Felipe Noé. Celui-ci s'approprie et met en scène la prétendue barbarie des peuples autochtones, essentielle à la cohérence et à la légitimité du récit historique sur lequel s’est bâtie la société argentine à partir du début du XIXe siècle. Dans les œuvres de la serie federal, dont le thème est la guerre civile qui frappe l’Argentine entre 1820 et 1830, Noé propose sa représentation de la violence qui caractérise cette période, afin de mettre en avant la rupture existant entre la réalité historique et le discours officiel. Mais, au-delà, il propose une réflexion sur la société argentine du XXe siècle et sur les menaces de guerre civile qui pèsent sur elle, des menaces qui prennent toutes leur ampleur lors de l’instauration en 1976 d’une dictature militaire parmi les plus sanglantes et répressives de l’histoire de l’Amérique latine.

  • 6 Des sociologues, des politologues, des économistes, des spécialistes en relations internationales, (...)

13L'étude systématique et comparative des guerres civiles en est à ses premiers balbutiements. L'intérêt des sciences sociales pour ce type de phénomène s'est accru considérablement au cours de la dernière décennie du XXe siècle, une période durant laquelle l'Europe et d'autres continents ont été confrontés à une recrudescence des conflits ethniques. Ces affrontements qui conditionnent encore la vie politique de nombreux pays ont ainsi joué le rôle de catalyseurs sur le plan scientifique. Mais, bien que dans le Vieux Continent – territoire auquel est consacrée une partie importante de ce dossier – les guerres civiles du XXe siècle soient encore envisagées comme des manifestations violentes intimement liées au déclenchement et aux conséquences des deux guerres mondiales, aujourd'hui les chercheurs en sciences sociales6 les considèrent comme des phénomènes globaux, intemporels, à géométrie variable, des confrontations armées de grande intensité parmi les plus fréquentes auxquelles soient confrontées les communautés politiques depuis la fin du XXe siècle. La guerre civile est éminemment transformatrice. Elle a une incidence sur les choix individuels, les conduites et les identités à cause de l'emploi massif de la violence. Ses origines, ses formes et ses développements doivent être évalués très précisément, au même titre que son extrême plasticité et sa capacité à produire des changements sociaux dans tous les domaines. Les auteurs de ce dossier espèrent que son contenu contribue à dynamiser un débat interdisciplinaire et transnational qui va, sans aucun doute, progresser et produire, dans les années à venir, d'importants et fructueux résultats.

Haut de page

Notes

1 Barus-Michel, Jacqueline, « Crises et mutations. Les avatars du sujet social », Bulletin de psychologie, t. 51 (1), n° 433, janvier-février 1998, p. 6.

2 Cf. Kalyvas, Stathis, « The Ontology of “Political Violence” : Action and Identity in Civil Wars », Perspectives on Politics, vol. 1, n° 3, sept. 2003, p. 479.

3 Duby, Georges, L’histoire continue, Paris, Éditions Odile Jacob, 1991, p. 15.

4  Voir, par exemple, Minehan, Philip B., Civil War and World War in Europe. Spain, Yugoslavia, and Greece, 1936-1949, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006 ou González Calleja, Eduardo et Canal, Jordi (eds.), Guerras civiles. Una clave para entender la Europa de los siglos XIX y XX, Madrid, Casa de Velázquez, 2012.

5 Canal, Jordi, « Guerra civil y contrarrevolución en la Europa del sur en el siglo XIX : reflexiones a partir del caso español », Ayer, nº 55, 2004, p. 58.

6 Des sociologues, des politologues, des économistes, des spécialistes en relations internationales, etc., dont une grande partie est liée à des institutions de coopération internationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernández et Eduardo González Calleja, « Les guerres civiles, réflexions sur les conflits fratricides à l’époque contemporaine », Amnis [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 30 janvier 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://amnis.revues.org/2476 ; DOI : 10.4000/amnis.2476

Haut de page

Auteurs

Severiano Rojo Hernández

Articles du même auteur

Eduardo González Calleja

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org