Navigation – Plan du site
La science, à la recherche de l’encre et du papier

Importer et diffuser la littérature scientifique européenne en Géorgie dans la seconde moitié du XIXe siècle : le discours de vulgarisation de la presse géorgienne

Tamara Svanidzé

Résumés

Le présent travail montre dans quelle mesure la presse géorgienne de la seconde moitié du XIXe siècle qui constitue une source historique précieuse de l’époque, offre une vision globale de l’évolution des transferts culturels d’Europe vers la Géorgie dans le domaine de la littérature de vulgarisation scientifique. Il propose une observation des principaux mécanismes qui rendent possible les flux d’importation dans ce domaine, tels que l’élaboration d’une nouvelle terminologie, la mise en place des critères de sélection des textes étrangers et le développement de stratégies discursives facilitant leur diffusion. Les différentes modalités de la référence à la modernité scientifique européenne sont également abordées. En élucidant les critères qui sous-tendent la sélection des textes traduits ou le choix des références, nous essayons de montrer de quelle manière le discours géorgien développé autour de la science se fait le reflet d’un contexte historique caractérisé par l’émergence d’une conscience nationale et d’idéologies concurrentes. Nous tentons de comprendre dans quelle mesure les traducteurs, à la fois collaborateurs des périodiques les plus importants et figures éminentes de la modernisation du pays, utilisent ces discours de vulgarisation scientifique pour renforcer leurs positions dans le système intellectuel géorgien émergent.

Haut de page

Texte intégral

1En 1863, paraît dans le premier numéro de Sakhartvelos Moambé (Messager de la Géorgie), la revue qui marque l’avènement d’un mouvement réformiste en Géorgie, l’article programmatique signé par un jeune publiciste, Ilia Chavchavadzé, qui sera érigé au fil du temps en modèle d’identification nationale. Le texte développe une réflexion sur l’importance de la diffusion de « la littérature populaire » :

  • 1 Sakartvelos Moambé, 1863, n° 1, p. 120.

La littérature populaire » ou encore la littérature simple a pour but de rendre possible la récolte des fruits de la science et de l’art par tout le monde, de simplifier les notions difficilement compréhensibles, de faciliter et de diffuser ainsi le savoir et les informations utiles dans le peuple. Une revue peut faire partie de ce genre de littérature, particulièrement celle qu’on appelle communément « revue populaire ». Voici la mission dont nous investissons notre « Sakartvelos Moambé.1

  • 2 Mtskemsi, 1892, n° 9, p. 10.

2Désormais, tous les périodiques en langue géorgienne, y compris la presse religieuse, s’assigneront l’objectif explicite de diffuser le progrès scientifique et technique. Ainsi en est-il de la revue Mtskemsi (Berger), pour qui l’éducation scientifique est un moyen d’« éradiquer la faveur méprisable dont jouissent les superstitions et la magie »2.

  • 3 Espagne, Michel et Werner, Michael, « La constitution d’une référence culturelle allemande en Franc (...)

3Ce besoin de littérature « utile » rend impérative la traduction des ouvrages occidentaux, faute de production originale. Ainsi, la diffusion de la littérature scientifique soulève la problématique du transfert culturel, à savoir la dynamique du passage des éléments d’un système culturel à un autre3. La question qui se pose alors est de comprendre dans quelle mesure des savoirs transférés parviennent à façonner les débats propres au terrain d’accueil. Les passeurs sélectionnent, traduisent, adaptent, vulgarisent ces savoirs, se faisant les vecteurs de ces transferts. Les choix qu’ils effectuent obéissent à la logique des pôles idéologiques et politiques dans lesquels ils se situent à l’intérieur du système intellectuel géorgien de l’époque.

4La seconde moitié du XIXe siècle joue un rôle crucial dans l’histoire de la Géorgie. C’est au cours de cette période que s’opère la construction idéologique de la nation géorgienne par la valorisation de son passé héroïque, sa culture et sa langue millénaires. Tout cela vise à contester l’assujettissement à l’Empire russe. En effet, à la fin du XVIIIe siècle, la Géorgie, épuisée par les guerres incessantes qu’elle livre aux envahisseurs musulmans, sollicite l’aide de la Russie et accepte un traité pour se placer sous la protection de l’Empire russe, mais, en 1801, elle est brutalement annexée. Cependant, l’intégration des élites locales à l’aristocratie tsariste qui, tout en restant nostalgiques de la royauté abolie, adhèrent rapidement au projet des administrateurs russes d’adopter les modèles culturels européens, crée des conditions favorables à l’éclosion du mouvement romantique. Dans les années 1860, l’idée moderne de nation, portée par l’intelligentsia réformiste, est appelée à accompagner et à guider la modernisation du pays et l’évolution de sa structure sociale. Toutefois, au cours des dernières décennies du XIXe siècle, le système intellectuel géorgien devient un lieu de concurrence entre plusieurs formations politiques et idéologiques qui ont pour but d’imposer leurs catégories de pensée et de perception. Dans cet affrontement de représentations chaque formation fait appel à des références européennes qui reflètent ainsi plus qu’une imprégnation des lectures européennes ; elles dévoilent un mécanisme plus profond de recherche de légitimité. La période qui encadre notre étude est aussi celle de l’essor d’un espace public moderne qui révèle un dynamisme de la presse.

5L’étude du discours de vulgarisation de la littérature scientifique européenne par des périodiques géorgiens renvoie aux mêmes interrogations méthodologiques et thématiques que celles mises en œuvre pour analyser la tradition européenne dans ce domaine. Pourtant, notre travail, en écartant le paradigme de l’« influence » et en remettant en question l’attention exclusivement axée par l’historiographie géorgienne sur les chefs de file du renouveau national, est susceptible de renouveler l’image que l’histoire traditionnelle a entérinée de la Géorgie du XIXe siècle.

6Sans prétendre offrir un panorama complet du phénomène de vulgarisation dont la presse géorgienne est à cette époque un lieu privilégié d’expression et de débat, nous avons choisi d’en repérer quelques grandes lignes tout en essayant de dégager l’originalité du discours sur la science dans la Géorgie de la seconde moitié du XIXe siècle. L’étude se base sur une sélection de textes comprenant essentiellement le discours « éditorial », tels que les comptes rendus critiques, les préfaces et les notes de traducteurs, ainsi que certaines publications sans lien apparent avec une activité de traduction mais qui questionnent le progrès scientifique.

  • 4 Dauchvili, Rusudan, Evropuli saistorio mtserloba XIX saukunis meore nakhevris sakartvelochi, Tbilis (...)

7Nous constatons ainsi que, malgré leur appartenance à une diversité de domaines et d’époques, les textes traduits obéissent aux tendances générales suivantes : dans les années 1860, les traducteurs proposent des traductions utilisant un appareil lexical simple, truffé de russismes et de latinismes. L’auteur, le traducteur et la langue originale ne sont pas toujours indiqués. Les modifications sont dictées par une impérieuse nécessité de clarté afin de permettre une meilleure compréhension du texte par le lecteur. Les notes de traducteurs ont davantage une fonction informative qu’une valeur scientifique. A partir de 1881, l’institution d’une censure rigide à la suite de l’assassinat du tsar Alexandre II touche les traductions dont le nombre diminue dans la presse géorgienne. Elles sont remplacées par des informations neutres ou aseptisées. Durant la dernière décennie du XIXe siècle, le rythme des traductions reprend son cours. Toutefois, le lancement de la revue Moambé (Messager) en 1894 est freiné durant une année par la censure, en raison de sa rubrique consacrée aux sciences4. Les traducteurs abandonnent l’adaptation hâtive et se tournent vers une transposition fidèle et soignée dans l’idiome national. Du moins en est-il ainsi pour les revues, les quotidiens ne pouvant offrir au lecteur que des comptes rendus et de courts extraits.

8Comme la plupart des échanges entre la Géorgie et l’Europe sont effectués par le biais de la médiation russe, on peut supposer que le public géorgien lit ce que la Russie sélectionne et assimile. Il n’en reste pas moins que la puissance dominante lui transmet une foison d’œuvres occidentales. Néanmoins, plus on avance dans le siècle plus on remarque la diminution du recours au relais russe et l’augmentation des versions directement dérivées des langues originales, sans constater pour autant une disparition totale des traductions indirectes. L’ampleur du recours à l’intermédiaire russe au début de la seconde moitié du XIXe siècle s’explique par la mauvaise connaissance des langues européennes (l’enseignement des langues vivantes figure rarement dans les programmes scolaires à cette époque) et les difficultés d’acquisitions des originaux.

  • 5 Iveria, 1893, n° 240, p. 2.

9La Russie est alors perçue comme un exemple de réussite dont la Géorgie doit tirer des enseignements, sans pour autant en calquer le modèle. Les intellectuels géorgiens reconnaissent que l’état enviable dans lequel se trouve l’édition scientifique russe par rapport à l’édition géorgienne résulte des efforts déployés par les Russes pour élaborer une terminologie scientifique et l’utiliser dans l’enseignement supérieur. Et ce, malgré le retard de la langue russe du début du XIXe siècle qui ne lui permettait pas de se substituer totalement à l’allemand et au latin dans la diffusion du savoir5.

10En effet, les préfaces des textes transposés mettent souvent en exergue le retard linguistique géorgien dans le domaine des sciences. Dans ses mémoires, I. Mansvetachvili, un collaborateur d’Iveria (Ibérie, 1879-1906), expliquant les conditions dans lesquelles les publicistes géorgiens sont amenés à travailler, insiste sur « les tâtonnements de la langue scientifique » où il voit une cause directe de l’absence d’articles de vulgarisation : 

  • 6 Mansvetachvili, Iakob, Mogonebebi : Nakhuli da gagonili, Tbilisi, Sabchota Sakartvelo, 1985, p. 71.

Prenez les publications scientifiques. Leur parution dans la presse était certes fort utile, mais comment y parvenir ? Nous n’avions ni Université et ni la moindre terminologie scientifique. Il fallait y arriver quitte à chercher dans les ressources de notre langue, forcer l’esprit, inventer, créer, se faire violence. Oui, nous y parvenions, mais le lecteur ne pouvait pas soupçonner les affres par lesquelles nous étions passés. Si une ou deux heures étaient suffisantes pour la traduction d’un texte en russe, il fallait deux jours de travail pour établir sa version géorgienne.6

  • 7 Dauchvili, Rusudan, op. cit., pp. 31-32.

11Les discussions s’enflamment pour établir un consensus afin de définir préalablement un répertoire qui constituera une norme de référence. En effet, l’élaboration d’une terminologie scientifique met en évidence la nécessité d’un travail collectif pour éviter la multiplication des initiatives personnelles et une commission spéciale voit ainsi le jour en 1882. Des voix s’étaient déjà fait entendre dans les années 1870 afin de créer un tel organisme, mais c’est une situation d’urgence, à savoir la défense de l’enseignement en langue géorgienne contre ses détracteurs, qui met réellement en branle la constitution de cette commission. A cette période Kiril Ianovskij, auxiliaire de la politique de russification au Caucase, jouit du soutien indéfectible du gouverneur du Caucase. En 1882, lors d’une réunion d’enseignants du séminaire de la ville de Gori, le directeur de cet établissement défend le renforcement du monopole de l’enseignement en russe du fait des déficiences de la langue géorgienne en outils linguistiques. En réaction, la revue Droéba (Temps, 1866-1885) annonce immédiatement une réunion en vue d’« élaborer les termes géorgiens dans toutes les matières d’enseignement » et tient par la suite le lecteur régulièrement informé des nouvelles de la commission7.

  • 8 Iveria, 1894, n° 15, p. 2.

12Les publicistes tentent de résoudre le problème issu du décalage entre les réalités occidentales et celles de la Géorgie en modernisant la langue nationale à l’aide d’emprunts linguistiques et d’abondantes annotations. Certaines réalités sont transposées en géorgien, en russe ou en langues latines. Faute de leur trouver un sens équivalent en géorgien, les auteurs ont recours à la simple transcription du terme. Dans ce cas, le terme est accompagné d’une définition mise entre parenthèses ou d’une note. Souhaitant que leur action soit plus efficace ils sollicitent parfois le lecteur en lui demandant sa contribution, comme l’illustre le témoignage d’un collaborateur de la revue Iveria qui cherchait à élaborer une terminologie pharmaceutique : « Je m’adresse à tous les Géorgiens, soucieux du développement de la littérature scientifique, les priant instamment de ne pas se ménager et de m’aider en me corrigeant par des remarques astucieuses »8.

  • 9 Sakartvelos Moambe, 1863, n° 11, pp. 34-72, n° 12, pp. 62-87.

13Portés par le désir de mettre l’original à la portée du lecteur, les traducteurs vulgarisent à outrance des termes spécifiques sous forme de notes qui occupent parfois une place égale au corps du texte, comme en témoigne la publication en 1863 de l’histoire de l’esclavage aux Etats-Unis, dont les 80 pages comptent 29 annotations très détaillées portant sur des concepts tels que démocratie, parlement, maire etc.9. C’est précisément cette profusion d’annotations, destinée à ancrer le vocabulaire spécialisé dans la langue vernaculaire, qui incite les traducteurs à débattre publiquement des termes de certaines définitions afin de parvenir à leur usage concerté. L’abondance de remarques explicatives, l’adjonction d’annotations personnelles ou bien la recherche des équivalents géorgiens tirés des dictionnaires anciens finissent par provoquer une certaine confusion dans l’emploi de telle ou telle notion. Le conseil qu’un agronome émet à ce sujet sur le mode sarcastique rend compte de cette situation :

  • 10 Tsnobis purtseli, 1898, n° 489, p. 3.

Souvent un livre scientifique en géorgien est sans queue ni tête. Pour cette raison, il serait préférable d’adjoindre à toutes les notions empruntées les termes en langues originales. Certains Géorgiens essaient de puiser obstinément les termes scientifiques dans les ouvrages géorgiens d’antan et oublient qu’on n’exprime pas les opinions modernes avec les mots anciens.10

  • 11 Iveria, 1904, n° 141, p. 3.

14Pourtant, à mesure que les emprunts linguistiques deviennent inéluctables puisqu’ils constituent un outil de la diffusion du savoir, ils commencent à être ressentis comme une invasion susceptible de dénaturer la langue nationale. Ainsi, dans la presse des années 1880, on relève plusieurs tentatives de défense du géorgien afin de le préserver des influences des autres langues. Un lecteur d’Iveria dénonce la presse pour son recours excessif aux éléments étrangers responsables de l’altération de l’idiome national : « Quand la langue maternelle ne détient pas son propre outil pour désigner une notion, emprunter un terme à une langue étrangère n’est pas condamnable. Mais si elle est pourvue d’un mot approprié, ce serait un péché »11. De cette façon, et afin d’éviter l’avilissement du géorgien « déjà déprécié par le monde entier », il préconise l’emploi à la place de « tunnel » du mot « gvirabi » qui aurait été déjà utilisé au XIIIe siècle. Ainsi, l’exclusion des termes étrangers du géorgien concerne essentiellement ceux qui y possèdent un équivalent. Ce discours s’inscrit sans doute dans le contexte du renouveau national qui exalte la tradition d’ancienneté et de pureté de la langue géorgienne.

  • 12 Ferieri, E., Darvinizmi, Tfilisi, E. Kheladzis st., 1896, p. 2.
  • 13 Mnatobi, 1869, n° 1, p. 4.
  • 14 Kvali, 1896, n° 43, p. 774.

15Les annonces de parution des œuvres de vulgarisation dans les rubriques bibliographiques ainsi que les discours éditoriaux des traducteurs nous fournissent des informations sur les critères en vigueur pour leur sélection et pour leur diffusion. Ainsi, lors de la publication du Darwinisme d’Emile Ferrière en version géorgienne, sa notoriété en Europe et son succès éditorial européen sont mis en avant pour justifier la nécessité évidente de sa traduction12, alors que les arguments en faveur de la traduction des descriptions anatomiques de Joseph-Nicolas Massé reposent sur le besoin de suppléer la déficience de connaissances en Géorgie dans ce domaine13. Le critère privilégié de diffusion résulte également de l’aptitude d’un texte original à exposer des connaissances spécifiques à un public non initié : « le mérite de ce livre consiste dans le fait qu’il nous livre la théorie de Darwin brièvement et dans une langue compréhensible. Celui qui le lira pourra en tirer une vision générale »14. Cette annonce témoigne bien d’une tendance générale pendant toute notre période qui cherche avant tout à rendre accessible tous les thèmes traités, la remise en question de la popularisation au nom de la complexification et de la spécialisation du savoir s’amorçant seulement à partir du XXe siècle.

16Afin que l’imprimé remplisse sa mission éducative de former la nation, il doit être diffusé sur le mode de la détente. En 1872, l’écrivain, publiciste et homme public N. Nikoladzé, qui avait longuement vécu en Russie et en France, se montre confiant quant aux effets bénéfiques de la diffusion de cette « littérature facile ». En raison de son faible niveau d’instruction, le lecteur géorgien n’est pas encore enclin aux analyses rigoureuses et la « littérature facile » peut éveiller son esprit et aiguiser son goût de lecture :

  • 15 Nikoladzé, Niko, Tkhzulebani, vol. 3, Tbilisi, TSU, 1963, pp. 40-41.

On a beau prodiguer des prêches à notre société d’une manière appliquée et insistante, lui écrire des livres et des traités pleins de sagesse, ces derniers ne toucheront pas son cœur et son esprit qui ne pourra pas digérer une nourriture aussi grasse. Elle a besoin d’une nourriture plus légère qui le distraira, réveillera son appétit et laissera des traces dans son cerveau.15

  • 16 Kvali, 1898, n° 15, pp. 260-262, n° 16, pp. 277-278.

17De cette façon, la presse commence à accorder une place de choix dans ses colonnes à l’actualité scientifique et technique qu’elle présente souvent sous forme d’un rapport divertissant. On trouve dans Kvali (1893-1904) un long article de G. Tsereteli, intitulé « Sametsniero saubari », dérivé d’un journal français, qui présente un panorama des avancées de l’année précédente en matière d’énergie hydroélectrique, de photographie, de découvertes géographiques, etc.16. Si les chroniques scientifiques traitent d’une thématique variée, ce sont surtout des inventions fraîchement importées en Géorgie qui bénéficient d’une popularité grandissante. Ainsi, nombreux articles d’Iveria et de Droéba nous indiquent en quelques lignes toute l’importance de l’introduction du télégraphe, du téléphone, de la radiologie médicale, du phonographe, etc. sur le sol géorgien, considérés comme autant de preuves de la marche du pays vers le progrès.

  • 17 La première revue médicale en langue géorgienne voit le jour en 1908.

18La presse géorgienne manifeste un intérêt pour l’avancée des sciences médicales également, surtout quand il s’agit de questions plus spécifiques telles que l’hygiène et la propagation des connaissances pratiques afin de lutter contre les maladies infectieuses dont la transmission est associée à l’ignorance des règles élémentaires d’hygiène. Pour la période de 1819-1910 le nombre d’entrées bibliographiques dans le catalogue informatisé des journaux de la Bibliothèque Nationale de Géorgie consacrées à une seule épidémie de choléra en Géorgie s’élève à 118, 608 aux maladies infectieuses en général et 391à l’hygiène17.

19Le transfert de la littérature scientifique européenne est essentiellement l’œuvre des collaborateurs des journaux et des revues qui exercent des fonctions polymorphes d’écrivain, d’avocat, de médecin, d’instituteur, etc. De ce fait, leur entreprise de diffusion des savoirs est davantage dictée par le souci d’affirmation des nouvelles valeurs idéologiques. Dotés d’une culture générale solide, ils n’hésitent pas à vulgariser des sujets variés pour accomplir leur devoir : mettre leur plume au service de la nation et du peuple. Pourtant, à partir des années 1870, les quotidiens Droéba et Iveria publient des nombreux articles signés par des auteurs ayant des connaissances spécifiques, ainsi que sous les pseudonymes d’« agronome », de « médecin » ou d’« ingénieur ». Pour ces derniers, la science semble perdre sa valeur de revendication politique afin de devenir davantage un enjeu de progrès.

20Dans la première moitié du XIXe siècle, la génération des romantiques s’attelle à la traduction d’ouvrages de nature philosophique, politico-historique et théologique parmi lesquels les auteurs de l’Antiquité côtoient ceux du siècle des Lumières (Quinte-Curce, Plutarque, Abbé Millot, Voltaire, etc). Cela résulte des contextes politiques mouvementés qui ont ponctués les siècles précédents et qui retardent considérablement la pénétration de la production littéraire européenne dans le domaine des sciences et des techniques. Malgré l’effort des romantiques pour remédier à ce phénomène de désynchronisation, l’absence d’organe de presse en langue géorgienne et la suspension des activités des imprimeries empêche la large diffusion de leurs traductions. Toutefois, l’institutionnalisation de la culture et du savoir par les administrateurs russes permet dans les années 1850 l’apparition d’un opéra, un théâtre, un lycée, une bibliothèque et une annexe de la Société impériale de géographie. Par la suite, les Géorgiens, mus par la mission d’« éveiller » le peuple non seulement par la force du verbe mais aussi par l’action, créent plusieurs sociétés à vocation savante, culturelle ou éducative.

21C’est la revue Tsiskari (Aurore, 1852-1875), qui réalise au début de la seconde moitié du XIXe siècle une introduction massive des auteurs russes et européens appartenant à des modèles esthétiques et à des genres différents sans se préoccuper de sélection. Cette diffusion « chaotique » correspond au profil de la revue qui s’adresse, à ses débuts, à un public homogène et restreint de lettrés, en raison de l’apparition plus tardive du public de masse et des lectorats spécifiques. C’est avec le développement de l’éducation et la hausse de la production d’imprimé que s’amorce la segmentation progressive des périodiques selon des sensibilités politiques différentes et des centres d’intérêt divergents. Parallèlement, alors que, dans les années 1860, une série d’articles de Tsiskari, intitulée « Sciences naturelles », fait cohabiter des sujets ayant trait à la chimie, la physique, l’anatomie ou à la botanique, sans le mentionner directement, on assiste dès lors à une lente redéfinition et une séparation des disciplines. En outre, au cours de cette période, dans la presse, se produit une redistribution des genres au sein de l’ensemble de la littérature importée. Au terme de ce processus, la fiction perd du terrain au profit de la littérature scientifique qui tend dès lors à occuper une place centrale. Les entrées du catalogue des périodiques de la Bibliothèque Nationale de la Géorgie en apportent la démonstration. Seules 6 entrées sont consacrées au mot Science pour Tsiskari, tandis que le nombre s’élève à 31 pour Kvali, l’organe de presse de tendance social-démocrate qui a, certes, une vocation scientifique plus prononcée.

  • 18 Burjanadzé, Ketevan, Me-19 saukunis kaartuli mkhatvruli targmanis istoriis sakitkhebi, Tbilisi, TSU (...)
  • 19 Iveria,1882, n° 3, pp. 103-129.
  • 20 Ibid., 1894, n° 79, pp. 1-2.
  • 21 Ibid., 1890, n° 107, pp. 1-2.

22A partir des années 1860 se dessine un mouvement de rupture avec les méthodes de traduction de Tsiskari, entrepris par l’intelligentsia réformiste. Ses chefs de file dénoncent l’absence de critères de sélections en matière d’importation de la production intellectuelle étrangère18. A l’ancien modèle importé, essentiellement littéraire, adapté au goût sentimental et au style pathétique de l’époque et qui s’imposait par la langue archaïque doit se substituer la production intellectuelle moderne, utile, édifiante, didactique et d’inspiration populaire, répondant aux besoins du public géorgien et lui faisant connaître le progrès scientifique et culturel occidental. Leur périodique, Iveria, se fait l’écho de leurs préoccupations axées sur l’idéal national et la modernisation du pays. Il publie une profusion d’articles qui tendent à diffuser sans jamais trop les théoriser les études historiques européennes. Iveria permet également d’évaluer l’importance de la question nationale grâce à la parution de « Qu’est-ce qu’une nation ? » d’Ernest Renan19, du « Rôle du caractère dans la vie des peuples » de Gustave Le Bon20 et d’un ouvrage de Paolo Mantegazza21 présenté sous le titre « L’amour fort pour la patrie ou l’extase » et aux vives réactions qu’ils suscitent. La clé du succès de ces auteurs (19 entrées bibliographiques pour Renan, la réédition du texte de Mantegazza sous forme de monographie) passe par les interrogations sur le phénomène national à travers les prismes historique, anthropologique ou psychologique.

  • 22 Ibid., 1888, n° 139-141.
  • 23 Ibid., 1898, n° 143-144.

23En outre, l’évolution des rapports marchands et familiaux liée à la désintégration du monde ancien, difficilement acceptée par tous les segments de la population, incite les journalistes à publier une série de traductions-annotations des ouvrages de l’anthropologue français Charles Letourneau, ainsi que des écrits sur les mœurs conjugales aux Etats-Unis22 et sur l’histoire de la monétisation des rapports sociaux dont nous n’avons pas pu identifier les auteurs des originaux23.

24Si les réformistes utilisent les transferts intellectuels pour réaffirmer leur conception de la nation et font d’eux un instrument supplémentaire à l’appui de leur position dans le système intellectuel géorgien, l’évolution de ce dernier, avec l’émergence des nouvelles catégories de pensée, suscite la contestation de la position dominante des rédacteurs d’Iveria. Les nouvelles générations collaborent aux périodiques Mnatobi, Almanakhi, Imedi et Kvali et poursuivent la polémique sur la traduction pour tenter introduire de nouvelles conceptions de la production intellectuelle, en accord avec leurs propres sensibilités idéologiques.

25Les transformations agraires, provoquées par l’abolition du servage (1864-1871) et l’avènement de la société capitaliste mettent la question du développement économique et social à l’ordre du jour. Ainsi, à partir de la fin des années 1860, nombre de sympathisants des idées sociales commencent à puiser dans la pensée européenne des idées variées et fécondes, essentiellement importées de Russie. Ceux qui se montrent réceptifs au socialisme utopique et au populisme russes se mobilisent autour de la nouvelle revue Mnatobi (Astre, 1869-1872). S’ils n’exercent qu’une influence réduite en restant cantonnés à un cercle restreint d’intellectuels, les idées utopiques et le mouvement populiste contribuent toutefois à l’enrichissement de la culture politique géorgienne en y introduisant de nouvelles idées. Pour défendre leurs idées de l’organisation agraire, basée sur le partage de terre, ou de la création d’associations ouvrières, Mnatobi avance des arguments à l’appui des extraits traduits des théories de Fourrier, Saint-Simon, Owen, Proudhon, Louis Blanc, Lassalle, Schulze-Delizcsh.

  • 24 Kalandadzé, Aleksandré, Kartuli jurnalistikis istoria, IV, Tbilisi, Ganatleba, 1986, p. 70.
  • 25 Purtseladzé, Anton, Publitsisturi tserilébi, Tbilisi, 2000, pp. 186-207.

26Mnatobi s’illustre par la diffusion des théories évolutionnistes en s’inspirant de la revue russe Delo qui prône les idées du populisme et du matérialisme24. Dans cette optique, il est intéressant de s’attarder sur une lettre d’A. Purtseladzé, publiée en 1871 et intitulée « Chveni chkouis dzala » (La force de notre intelligence)25. Dans ce texte, l’intérêt que Purtseladzé porte aux théories de Charles Darwin et de Henry Buckle tient avant tout à la lecture particulière qu’il en fait. Cette lecture est tributaire à la fois de la tradition romantique qui suppose la promotion de la culture et de l’histoire au rang d’essence de l’identité d’une nation pour légitimer son existence et d’une idée de la loi universelle de l’évolution qui conçoit l’histoire comme un processus inéluctable vers le progrès. Purtseladzé commence par présenter aux lecteurs les lois darwiniennes de « la lutte pour l’existence » et de « la sélection naturelle » comme les vecteurs de l’évolution de la civilisation. Le recours fréquent à la notion de civilisation nous conduit à penser qu’elle représente une valeur de référence majeure pour l’auteur. Celle-ci contribue, en effet, à donner sens à l’histoire de la Géorgie et à consolider l’affirmation de l’entité culturelle, partie prenante de l’évolution universelle. La science donne l’explication des lois biologiques et est conviée à fonder une certaine vision de l’identité géorgienne. « Examinons l’état dans lequel se trouvait le peuple géorgien à ses origines ». Dans la reconstitution de ces temps reculés, l’auteur s’attarde sur le caractère guerrier des Géorgiens qui, se trouvant au point de contact des civilisations, étaient exposés à diverses invasions. « Si ces invasions dévastaient la Géorgie, elles façonnaient positivement l’esprit et la constitution physique de ses habitants ». Et l’auteur semble rendre hommage aux envahisseurs qui, soumis eux mêmes à « une sélection naturelle » aux cours de leurs pérégrinations guerrières, apportaient toutes leurs qualités aux peuples soumis. La confrontation et l’assimilation de l’altérité hostile apparaissent ainsi comme génératrices de sélections positives dont les bienfaits se manifesteraient pendant les brèves périodes de paix où les Géorgiens ont produit des modèles de civilisations dans les domaines de la médecine, de l’architecture, de la viniculture ou de la création littéraire. L’auteur souligne également la façon dont les conditions climatiques et la constitution physique du pays ont modelé les caractères physiques et les capacités intellectuelles de ses habitants : « Les phénomènes naturels et la nature de notre pays, non seulement n’accablaient pas notre population mais, bien au contraire, lui suggéraient à chaque pas qu’elle pourrait les maîtriser sans difficultés ». Il convient de noter que le recours à l’environnement naturel comme facteur explicatif du développement des différents peuples trouve ses fondements dans le déterminisme géographique que Buckle applique à l’évolution intellectuelle de l’homme. Purtseladzé le cite à plusieurs reprises. Toutes ces démonstrations servent à renforcer le sentiment d’avoir participé au progrès universel malgré la conscience du retard accumulé. Le phénomène général du passage du « développement naturel » au « progrès artificiel » serait à l’origine de ce retard. Le progrès était en effet devenu inaccessible pour les Géorgiens en raison de la situation historique tumultueuse de la région qui avait freiné la pénétration de la modernité scientifique. En d’autres termes, depuis que l’émulation pour le progrès devient scientifique, la Géorgie ne peut plus compter uniquement sur son environnement naturel et peine à se maintenir sur l’axe de la civilisation. D’où la conclusion de Purtseladzé selon laquelle « le rattrapage des peuples avancés » doit passer impérativement par l’acquisition du « savoir systémique ».

27Les théories évolutionnistes reviennent en force dans les années 1890 quand la radicalisation de leurs positions suscite une confrontation ouverte entre Iveria et Kvali, notamment à propos de la controverse sur la « banqueroute » des sciences, défendue par Ferdinand Brunetière. Du reste, le nombre d’entrées bibliographiques consacrées à Darwin dans le catalogue des périodiques pour la seconde moitié du XIXe siècle s’élève à 52.

28Enfin, il faut noter que le nombre important de références à la littérature scientifique donne lieu à des polémiques ; les périodiques se reprochent mutuellement de diffuser un savoir futile ou en décalage avec la réalité géorgienne :

  • 26 Kalandadzé, Aleksandré, Kartuli jurnalistikis istoria, V, Tbilisi, Ganatleba, 1987, p. 182.

Ils ne trouvent rien d’autre à discuter que les théories de Darwin et de Buckle. […] Ils parlent au lecteur géorgien des dernières paroles de la science. […] Comment puis-je m’y intéresser, moi, simple lecteur, accablé que je suis par la pauvreté et l’injustice ? […] En regardant leurs écrits, vous aurez l’impression de lire les publicistes européens.26

29Ainsi, dans la seconde moitié du XIXe siècle, le travail de traduction et de médiation réalisé par la presse géorgienne pour diffuser le savoir permet de mesurer l’ampleur des transferts intellectuels européens en Géorgie. L’observation des textes de vulgarisation scientifique nous fait prendre conscience des enjeux idéologiques de cette littérature qui participe activement à la formation de la nation géorgienne et à l’émergence des orientations politiques alternatives et concurrentielles.

Haut de page

Notes

1 Sakartvelos Moambé, 1863, n° 1, p. 120.

2 Mtskemsi, 1892, n° 9, p. 10.

3 Espagne, Michel et Werner, Michael, « La constitution d’une référence culturelle allemande en France. Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ESC, n° 4, 1987, pp. 969-992.

4 Dauchvili, Rusudan, Evropuli saistorio mtserloba XIX saukunis meore nakhevris sakartvelochi, Tbilisi, 2003, p. 68.

5 Iveria, 1893, n° 240, p. 2.

6 Mansvetachvili, Iakob, Mogonebebi : Nakhuli da gagonili, Tbilisi, Sabchota Sakartvelo, 1985, p. 71.

7 Dauchvili, Rusudan, op. cit., pp. 31-32.

8 Iveria, 1894, n° 15, p. 2.

9 Sakartvelos Moambe, 1863, n° 11, pp. 34-72, n° 12, pp. 62-87.

10 Tsnobis purtseli, 1898, n° 489, p. 3.

11 Iveria, 1904, n° 141, p. 3.

12 Ferieri, E., Darvinizmi, Tfilisi, E. Kheladzis st., 1896, p. 2.

13 Mnatobi, 1869, n° 1, p. 4.

14 Kvali, 1896, n° 43, p. 774.

15 Nikoladzé, Niko, Tkhzulebani, vol. 3, Tbilisi, TSU, 1963, pp. 40-41.

16 Kvali, 1898, n° 15, pp. 260-262, n° 16, pp. 277-278.

17 La première revue médicale en langue géorgienne voit le jour en 1908.

18 Burjanadzé, Ketevan, Me-19 saukunis kaartuli mkhatvruli targmanis istoriis sakitkhebi, Tbilisi, TSU, 1992, pp. 143-158.

19 Iveria,1882, n° 3, pp. 103-129.

20 Ibid., 1894, n° 79, pp. 1-2.

21 Ibid., 1890, n° 107, pp. 1-2.

22 Ibid., 1888, n° 139-141.

23 Ibid., 1898, n° 143-144.

24 Kalandadzé, Aleksandré, Kartuli jurnalistikis istoria, IV, Tbilisi, Ganatleba, 1986, p. 70.

25 Purtseladzé, Anton, Publitsisturi tserilébi, Tbilisi, 2000, pp. 186-207.

26 Kalandadzé, Aleksandré, Kartuli jurnalistikis istoria, V, Tbilisi, Ganatleba, 1987, p. 182.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tamara Svanidzé, « Importer et diffuser la littérature scientifique européenne en Géorgie dans la seconde moitié du XIXe siècle : le discours de vulgarisation de la presse géorgienne », Amnis [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://amnis.revues.org/2499 ; DOI : 10.4000/amnis.2499

Haut de page

Auteur

Tamara Svanidzé

Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE), Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), France, tamarasvan@hotmail.com

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org