Navigation – Plan du site
La science, à la recherche de l’encre et du papier

Les récréations scientifiques : diffusion et succès de l’œuvre de vulgarisation de Gaston Tissandier en Espagne à la fin du XIXe siècle

Sablonnière Catherine

Résumés

Dans le dernier quart du XIXe siècle, Gaston Tissandier a produit une œuvre de vulgarisation scientifique originale en mettant à l’honneur l’enseignement par les jeux. Il innove par son écriture et les illustrations qui accompagnent ses ouvrages et articles. La plupart de ses ouvrages ont été traduits dans plusieurs langues dont l’espagnol. Des stratégies éditoriales expliquent en partie la diffusion de son œuvre hors de France, mais pas seulement. En Espagne, de nombreux extraits de la revue La Nature et des Récréations scientifiques paraissent dans la presse illustrée et dans les périodiques de tendance républicaine ou régénérationniste. G. Tissandier est rarement cité comme auteur de ces extraits. Cependant, leur présence révèle un engouement pour cette nouvelle pédagogie scientifique, défendue également par des réformateurs krausistes ayant lu F. Fröbel et M. Pape-Carpantier. Les œuvres de Tissandier, dans un contexte de relative pauvreté du marché de manuel scientifique, vont servir de modèle et inspirer des ouvrages scolaires et de vulgarisation originaux et modernes fécondés par l’approche laïque et d’une grande rigueur scientifique des productions de G. Tissandier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tissandier, Gaston, Les Récréations scientifiques, Paris, Masson, 1883, p. X.

1A l’instar de son illustre contemporain Camille Flammarion, Gaston Tissandier (1843-1899) a produit une œuvre de vulgarisation extrêmement importante et variée. Chimiste de formation, il publie ses premières œuvres à partir de 1867, quand Edouard Charton le sollicite pour écrire un volume sur l’eau, destiné à compléter la Bibliothèque des Merveilles qu’il dirige aux éditions Hachette. Tissandier publie dans cette collection La Houille, Les Merveilles de la photographie, Les Fossiles et enfin un ouvrage sur les voyages aériens qui s’inspire de ses propres expériences d’ascension en ballon aérostatique. Il collabore à plusieurs revues tel le Magasin Pittoresque. Ecrivain prolifique, il connaît réellement le succès à partir de 1873 quand il lance chez l’éditeur Georges Masson une revue de vulgarisation scientifique, La Nature, première revue dédiée exclusivement à cet objet. Fort de cette popularité croissante, Gaston Tissandier publie toujours chez Masson les Récréations scientifiques ou l’enseignement par les jeux en novembre 1880. Le succès est immédiat : « La première édition a été préparée comme ouvrage de Jour de l’An : il n’en restait plus un seul exemplaire chez l’éditeur dès le 10 décembre. La deuxième édition a été épuisée dans le cours de l’année suivante »1.

  • 2 Raichvarg, Daniel et Jacques, Jean, Savant et ignorants, Paris, Seuil, 1991, p. 64.
  • 3 Jeanneret, Yves, Ecrire la science, Paris, PUF, 1994.
  • 4 Ibid., pp. 248-49.
  • 5 Raichvarg, Daniel, op. cit., p. 64.
  • 6 Tesnière, Valérie, « Le livre de science en France au XIXe siècle », Romantisme, 1993, volume 23, (...)

2Certes moins connu que Flammarion2, Gaston Tissandier donne une impulsion décisive à la diffusion de principes scientifiques simples, observables chez soi, suscitant la curiosité de son public. D’après Y. Jeanneret3, il innove surtout en comprenant le rôle des illustrations, réalisées par son frère Albert et Louis Poyet, où se met à jour une « tension entre fonctionnalité didactique et esthétique ornementale, entre clarté conceptuelle et réalisme pittoresque, entre ordre contrôlé et imaginaire incontrôlable »4 . Ainsi, les ouvrages de Tissandier « se situent dans une tradition où Tom Tit va exceller »5. Arthur Good (1853-1928) alias Tom Tit, apparaît comme l’héritier de Gaston Tissandier : La science amusante publiée entre 1889 et 1893 est offerte comme livre de prix dans les écoles. Après 1895 le livre de science entre en crise, d’après Valérie Tesnière6, et se voit concurrencé par le manuel scolaire dont les tirages explosent avec l’école obligatoire.

  • 7 IMEC : Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine.
  • 8 Cantor, Geoffrey (et al.), « Reading the Magazine of Nature », Science in the nineteenth century p (...)
  • 9 Lightman, Bernard, Victorian Popularizers of Science : Designing Nature for New Audiences, Chicago (...)
  • 10 Govoni, Paula, « Nature à l’italienne. La presse de science populaire en Italie à la fin du XIXe s (...)
  • 11 La Naturaleza, traduction de la revue originale française, éditée par Perojo (Madrid 1877-1879). L (...)
  • 12 Sablonnière, Catherine, De l’image de la modernité scientifique aux débats d’idée dans l’Espagne i (...)
  • 13 En dehors des volumes cités appartenant à la Bibliothèque des Merveilles (Hachette), Gaston Tissan (...)

3La diffusion de l’œuvre de Tissandier hors de France reste à explorer. L’introduction à l’édition de 1883 des Récréations scientifiques précise que l’ouvrage a été traduit en anglais, italien, espagnol, suédois, norvégien, danois et russe. Ce choix de langue reflète probablement l’existence de réseaux éditoriaux entre Masson et des partenaires étrangers. L’investigation sur ces réseaux n’a pu aboutir, les archives de la maison Masson conservées à l’IMEC7 étant lacunaires et n’offrant que peu d’éléments de réponse. Quelques études cependant permettent de mesurer le succès de l’œuvre de Tissandier hors de France. En Angleterre, le magazine Boy’s Own Paper va puiser dans la revue française La Nature du matériel graphique de Poyet et A. Tissandier, d’abord paru dans Leisure Hour, et dont la revue a acheté les droits8. Ainsi, en dépit de l’existence de l’excellente revue Nature9 – éditée par Alexander Macmillan, ami de savants de renom comme Thomas Huxley et Herbert Spencer –, les directeurs de presse de vulgarisation anglaise étaient en quête d’un nouveau style pour transmettre l’esprit scientifique. En Italie10, le périodique La Natura, qui paraît entre janvier 1884 et juin 1885, est également tributaire de la revue de Tissandier sur bien des points, en tentant de réunir et synthétiser différentes visions contemporaines de la science. En Espagne, deux revues intitulées La Naturaleza11 publiées dans le dernier quart du XIXe siècle revendiquent dans leur titre leur dette envers les modèles français et anglais. L’œuvre de Tissandier est traduite et diffusée dans la presse espagnole qui reproduit maints articles de l’auteur sans toujours le citer ; la nouveauté par rapport à la période précédente12 est évidente. La bibliographie met en exergue la singularité des publications de Tissandier qui reprend une « tradition » pour la transformer, l’adapter aux exigences d’une société moderne et dont le succès est conditionné par les évolutions de la fin du XIXe siècle, l’essor de l’enseignement des sciences dans les écoles en France et l’apparition de manuels scolaires spécialisés. Cette œuvre variée témoigne également de la diversification des produits éditoriaux dans le domaine de la vulgarisation des sciences à la fin du XIXe siècle : l’auteur édite une revue, dirige une collection d’ouvrages de vulgarisation et rédige plusieurs volumes isolés13. Cependant, comment caractériser la modernité de l’œuvre de Gaston Tissandier, qui le différentierait des autres vulgarisateurs ? La diffusion et le succès de cette œuvre de vulgarisation en Espagne peuvent-ils être imputables à des stratégies éditoriales ou à des changements culturels plus profonds alors que s’ouvrent d’intenses débats sur la régénération du pays dans le dernier quart du XIXe siècle ?

Les récréations scientifiques : genèse et succès d’une formule

  • 14 Bachet, Claude, Problèmes plaisants et délectables qui se font par les nombres, Paris, P. Rigaud, (...)
  • 15 Leurechon, Jean, Recreation mathematicque. Composee de plusieurs problemes plaisants et facetieux. (...)

4Les « récréations scientifiques » qui connurent un si grand succès à la fin du XIXe siècle surgissent dans le paysage éditorial au XVIIe siècle. Des ouvrages de récréations mathématiques sont édités en France et en Angleterre. Celui de Claude Gaspar Bachet14 et surtout celui de Jean Leurechon15 furent les plus reconnus, repris et cités. Edité à Pont-à-Mousson puis à Paris par Charles Osmont, le livre de Leurechon connait de nombreuses rééditions, plus de neuf entre 1628 et 1660, enrichies par des notes de Claude Mydorge puis de Didier Henrion. Ce succès va inciter d’autres éditeurs à proposer des ouvrages similaires. Jacques Ozanam (1640-1718) publie ses Récréations mathématiques et physiques chez J. Jombert en 1694. Les éditions se succèdent, avec des réactualisations du contenu, jusqu’en 1778. Edme-Gilles Guyot (1706-1786) offre alors ses Nouvelles récréations mathématiques chez Gueffer à Paris, en 4 volumes in-8° plusieurs fois réédités. Entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe siècle, les auteurs d’ouvrages de jeux scientifiques se multiplient et se diversifient. Des traductions de l’anglais et de l’allemand viennent compléter un catalogue français jusqu’alors essentiellement centré sur les mathématiques : récréations physiques, économiques et chimiques (J.G. Model, 1774), récréations tirées de l’histoire naturelle (Wilhelm, 1798), récréations chimiques (Samuel Parkes, 1825). L’essor des publications périodiques pour les enfants, dès le début du XIXe siècle, permet à ces jeux scientifiques de trouver de nouveaux supports et formats de diffusion. D’abord répandue en Angleterre, l’association entre science et magie se diffuse en France, afin de séduire un public enfantin fasciné par les merveilles des tours de chimie proposés : le Manuel des sorciers (1815) ou encore le Petit Magicien amusant (1852) en sont des exemples. Les éditeurs perçoivent l’intérêt commercial de tels volumes. L’éditeur Roret propose ainsi un Manuel de chimie amusante, traduit de l’anglais par Armand Denis Vergnaud puis édité sous le nom d’auteur du seul traducteur sous le titre de Nouveau Manuel complet de chimie amusante en 1854. Enfin, les Récréations physiques de A. Castillon en 1861, publiées chez Hachette sont maintes fois rééditées. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle en France les éditeurs se livrent une bataille pour dominer le marché florissant des jeux scientifiques Après Roret et Hachette, Gauthier Villars édite les Récréations mathématiques de E. Lucas en 1881. La même année Georges Masson publie les Récréations scientifiques de Gaston Tissandier (en 1893 sort la 6e édition). J.B. Baillière fils propose Jeux et récréations scientifiques de A. Héraud en 1884 ; enfin, les éditions Flammarion livrent La science à la maison de G. Brunel en 1892. Ces exemples montrent à quel point la « science amusante » va se populariser et devenir un véritable marché pour les éditeurs. Les jeux scientifiques et les descriptions de petites expériences accessibles à tous avec un matériel réduit disponible à la maison conquièrent également les pages des journaux, au côté de rébus et autres devinettes. L’analyse des formats éditoriaux est donc essentielle pour comprendre le succès des productions de vulgarisation scientifique. Dans La Nature, Gaston Tissandier donne une place de choix aux expériences scientifiques amusantes réalisables chez soi ; il n’hésite pas à citer ses autres ouvrages publiés chez Masson, assurant ainsi leur promotion. Si Tissandier n’est point l’inventeur des jeux scientifiques, il va leur donner une forme et une portée inédites.

La science amusante selon Tissandier

  • 16 Tissandier, Gaston, « Préface », La Nature, N° 1, 1873, p. VII.
  • 17 « Si l’on voulait se borner à l’intelligence du texte, il suffirait de simples figures, analogues (...)
  • 18 Chemineau, Manuel, Fortunes de « La Nature » : (1873-1914), Vienne, LIT, 2012.
  • 19 Les Récréations scientifiques racontent la découverte de la nature lors de journées passées chez d (...)
  • 20 Castillon, A., Récréations physiques, Paris, Hachette, 1872, p. 13 (4e édition).
  • 21 Les titres des tours de science amusante se maintiennent dans la plupart des ouvrages même si le b (...)

5La mission que s’assigne Gaston Tissandier révèle son ambition : « nous efforcer de faire comprendre à tous que le sol de l’investigation scientifique, loin d’être aride et froid, est au contraire fertile, hospitalier, – véritable terre promise, toujours accessible à l’esprit laborieux ! »16 Se référant au physicien anglais John Tyndall qui a su marier rigueur et plaisir dans ses conférences, il médite également sur l’importance des illustrations accompagnant les expériences17. Les illustrations des expériences scientifiques parues dans La Nature, réalisées par Albert Tissandier et par Louis Poyet18, mettent en scène à minima l’opérateur et son matériel : une main et un bras revêtu d’une manche de costume, une table et quelques accessoires quotidiens, un verre gravé, une fourchette en argent, situent d’emblée l’univers de l’expérimentateur. La salle à manger ou la cuisine d’une famille bourgeoise deviennent laboratoire provisoire et lieu d’observation, d’expérimentation et de divertissement. Le style discursif de La Nature et surtout des Récréations scientifiques se démarque également des autres ouvrages cités par sa qualité littéraire et le souci d’harmoniser le jeu, le plaisir de la lecture et l’apprentissage. L’absence apparente d’artifice des Récréations19 contraste avec le style ampoulé d’A. Castillon dont les Récréations physiques sont publiées dans la fameuse Bibliothèque rose chez Hachette. En dépit de sa promesse – « c’est en jouant que je veux que tu apprennes cette redoutable science de la physique »20, Castillon ne s’affranchit pas du modèle des catéchismes où l’enseignement est dispensé sous la forme de questions et de réponses (Qu’est-ce que la physique ? Qu’entend-on par corps, molécules, atomes ? etc.) si bien que la trame narrative romanesque se trouve artificiellement soumise à des fins didactiques. De même, Auguste Héraud, dans ses Jeux et récréations scientifiques (ed. J.B. Baillière), compose en réalité un manuel de sciences, comme le révèle le titre des chapitres : « les infiniment petits », « les trois états de la matière », « les propriétés essentielles des corps », etc. Les autres ouvrages de récréations scientifiques se voulaient, pour les uns, des « pauses » dans l’étude, une gymnastique de l’esprit ; parfois, dans le cas des récréations chimiques, une incursion dans le domaine de la magie dans une démarche à la fois de démystification rationnelle et d’ouverture sur les merveilles du monde. G. Tissandier innove en apposant à ses récréations scientifiques le sous-titre « l’enseignement par les jeux ». Il oriente ainsi le contenu vers une réflexion pédagogique toute moderne. Il conserve, notamment dans La Nature, les titres et les contenus d’expériences de chimie et de physiques qui s’apparentent à des « tours » que ses prédécesseurs avaient déjà popularisés21, mais toujours l’exigence scientifique reprend le dessus, avec une véritable explication des phénomènes observés. Les jeux deviennent des composantes à part entière de l’enseignement, et non plus seulement des récréations, au sens de moment de délassement entre deux moments d’étude. L’enseignement n’est plus scolaire et répétitif, comme dans les catéchismes, il est désormais possible de lire des ouvrages scientifiques plaisants offrant une autre structure narrative et de raisonnement.

  • 22 Des ouvrages associant une réflexion sur l’enseignement des sciences et sur la nécessité d’une réf (...)

6Le succès des ouvrages de Tissandier laisse entendre qu’au-delà de la bataille éditoriale et des facteurs sociaux et culturels qui l’expliqueraient, l’auteur a su entrer en résonance avec les attentes particulières d’un certain lectorat bourgeois de la fin du XIXe siècle, en termes de didactique, d’esthétique et de pensée. Un rapprochement s’impose entre le « style Tissandier », caractérisé par la célébration de la science en plein air et de l’éducation associée au jeu tout en restant rigoureusement scientifique dans ses méthodes, et les travaux des pédagogues qui se sont penchés sur la question du jeu surtout à partir du XVIIIe siècle22. La traduction des Récréations scientifiques et de certains extraits de La Nature en espagnol se fait rapidement, dès 1877 pour la revue et 1881 pour le livre (des extraits paraissent aussitôt dans la presse). Cela coïncide avec le renouveau de la pensée éducative en Espagne sous la Restauration et ouvre de nouvelles perspectives d’analyse de son succès dans la péninsule, qu’il reste à mesurer.

Les récréations scientifiques en Espagne

  • 23 Bertrand, Alexandre, Recreaciones físicas o la Física al alcance de todos, Paris, Bossange, 1825. (...)

7Les études sur la vulgarisation des sciences en Espagne permettent d’affirmer que les traductions d’ouvrages et de revues anglais, français et allemands ont joué un rôle majeur dans la diffusion des progrès scientifiques au cours du XIXe siècle dans la péninsule, la presse relayant l’information émanant des institutions scientifiques les plus prestigieuses d’Europe. En revanche, les livres de science amusante qui circulent en Espagne le sont majoritairement en français. Aucune édition en espagnol de l’œuvre d’Ozanam n’a été trouvée, elle n’a sans doute pas été traduite bien que l’auteur fût connu pour ses travaux en mathématiques. Il est cité par Benito Feijoo dans la troisième des Lettres érudites et curieuses et dans les Erudits à la violette de José Cadalso, dans une liste recensant les grandes figures du génie mathématique : « Kirker, Newton, Leibnitz, Sauddero, Ozanam, Wolfio et les autres ». Le Diario de Madrid, périodique édité à la fin du XVIIIe siècle, propose des jeux mathématiques tirés pour certains des livres d’Ozanam, en première page du numéro du 25 octobre 1791 par exemple. La lutte contre l’oisiveté menée par les partisans des Lumières en Espagne aurait-elle frappé d’ostracisme les ouvrages de jeux scientifiques relevant du divertissement pur ? Les jeux mathématiques auraient été alors, si l’on peut dire, plus « nobles » que les tours de passe-passe des récréations physiques et chimiques. Les premiers livres de science amusante publiés en espagnol, dans l’état actuel des recherches, paraissent seulement en 1825 et 182723. Les temps changent, et l’idée de faire de la science une source de divertissement socialement acceptable est acquise, alors que le spiritisme et le mesmérisme font des adeptes à Madrid et Barcelone notamment. En 1845, les Recreaciones químicas y secretos útiles a toda clase de personas, dedicado al público, de P.B. y P. à Cuba précèdent les Recreaciones químicas de Tomas Arratta puis les Recreaciones físicas de A. Castillon, traduites et éditées chez Mellado à Madrid en 1863. Rosa y Bouret, qui depuis Paris édite des livres en espagnol pour le marché péninsulaire et surtout latino-américain, propose dans son Encyclopédie hispano-américaine en 1860 un volume dédié aux récréations scientifiques : Manual de química divertida o sea recreaciones químicas, par Eduardo Vélez de Paredes. Ces quelques titres révèlent la faiblesse du marché espagnol de livres de jeux scientifiques, si on le compare avec la France, eu égard au nombre de titres existants et d’éditions de ceux-ci. C’est donc d’abord la presse qui va s’emparer de la question de la popularisation des sciences. Au cours du XIXe siècle, les journaux libéraux se font les chantres du progrès et ouvrent leurs colonnes à la vulgarisation scientifique où divertissement et éducation se conjuguent en reprenant la formule bien connue d’Horace. Si de nombreux journaux parviennent à proposer une information scientifique de qualité, la notion de « récréation scientifique » reste une donnée marginale du champ de la vulgarisation des sciences. Il est rare de trouver des extraits des ouvrages mentionnés plus haut dans la presse espagnole de la seconde moitié du XIXe siècle.

  • 24 Tesnière, Valérie, Op.cit., pp. 69-73.
  • 25 Dhenin, Caroline, Les publications de la librairie Georges Masson entre 1872 et 1900, Mémoire DESS (...)
  • 26 L’éditeur Charles Bouret va « compiler » les œuvres de Tissandier et de Castillon dans Física y qu (...)

8Le succès de librairie des ouvrages de récréations scientifiques en France est probablement à l’origine de leur diffusion en Espagne. L’initiative de cette importation revient à la fois aux publicistes et aux éditeurs. A partir de la Restauration, avec la diffusion du krausisme dans la péninsule, un courant favorable à des techniques pédagogiques innovantes, inspirées par les méthodes alternatives de Fröbel, défend d’autres approches de l’enseignement axées sur le jeu. La démarche de Gaston Tissandier ne pouvait laisser indifférent. Masson, éditeur principal de ses œuvres, assure un nouveau débouché à sa production en investissant le marché péninsulaire et latino-américain alors que la bataille éditoriale fait rage en France et que le marché du livre de science amusante est menacé d’asphyxie dans les années 189024. Entre 1880 et 1890, la rareté des manuels scolaires spécialisés en sciences sur le marché espagnol va laisser le champ libre à des publications comme celles de G. Tissandier. En s’imposant face à la maison J.B. Baillière en 1872, Masson25 se trouve en position de force sur le marché français des éditions scientifiques et peut pénétrer facilement le marché espagnol par l’entremise de la maison Bailly-Baillière qui y est solidement implantée depuis 1848. C’est donc chez Carlos Bailly-Baillière que paraissent les Recreaciones científicas traduites par E. Sanchez Pardo en 1882. Hachette, qui a fait traduire sa Bibliothèque des Merveilles en espagnol, ne va pas défendre les récréations scientifiques de son auteur, A. Castillon, traduit en espagnol dès 1863 mais peu réédité26. La revue La Nature connaît une version en espagnol entre 1877 et 1879 qui peine à survivre dans un environnement journalistique dominé par des titres de presse encyclopédiques solidement implantés. El Globo, la Ilustración española y americana, la Revista contemporánea, la Ilustración artística, proposent entre 1881 et 1889 des extraits des œuvres de Tissandier sans jamais ou presque citer leurs sources. El Día en 1892 reproduit en première page plusieurs articles de Tissandier sans aucune référence à l’auteur. Dans la plupart des cas, ces articles sont accompagnés de gravures tirées de La Nature, ce qui facilite leur identification. Ce silence sur l’origine française des articles trouve une explication partielle dans la défense d’un concurrent de Tissandier, l’écrivain galicien Octavio Lois, qui publie en 1881 à Pontevedra un livre intitulé Recreaciones científicas dont El Globo et la Revista contemporánea annoncent la parution à plusieurs reprises dans leurs bulletins bibliographiques. Il n’a pas été possible de localiser cet ouvrage et les raisons motivant un tel traitement de faveur restent obscures. En revanche, Tissandier apparaît comme collaborateur du Correo de Ultramar, périodique destiné au lectorat latino-américain, en 1884 et 1885 : sa figure y est connue, des extraits de La Nature sont reproduits source à l’appui, et des comptes rendus favorables à la Bibliothèque de la Nature ou à ses ouvrages publiés dans la Bibliothèque des Merveilles sont publiés dans le bulletin scientifique.

  • 27 Fernández Sebastián, Javier, Fuentes, Juan Francisco, Historia del periodismo español, Madrid, Sín (...)
  • 28 Giner, Francisco, « Las reformas del Sr. Pidal en la enseñanza de las maestras », Revista de Españ (...)
  • 29 Alcántara García, Pedro, Educación intuitiva, lecciones de cosas y excursiones escolares, Madrid, (...)

9L’œuvre vulgarisatrice de Gaston Tissandier est donc diffusée par le biais de traductions et d’extraits dans la presse. Si son nom n’est pas toujours brandi en guise d’autorité, le contenu même de ses jeux scientifiques est reproduit abondamment et les illustrations de L. Poyet et d’A. Tissandier s’imposent comme des modèles d’illustration pour ce type de vulgarisation scientifique qui veut faire entrer la science dans la vie quotidienne du lecteur. Les revues où paraissent les extraits de La Nature se situent politiquement dans la mouvance libérale pour les revues illustrées, El Globo étant pro républicain27. El Día et la Revista contemporánea militent pour le régénérationnisme. La modernité de l’œuvre de vulgarisation de Tissandier a séduit les publicistes œuvrant à l’ouverture intellectuelle de l’Espagne. Les promoteurs de l’enseignement maternel et primaire laïque dans la péninsule vont défendre l’acquisition de savoirs scientifiques dans des conditions physiques et intellectuelles optimales. L’article de Francisco Giner dans la Revista de España en 188528 défend la pédagogie de Fröbel et une éducation nationale laïque. Tissandier, en dépoussiérant l’entreprise de vulgarisation, en invitant le lecteur à expérimenter lui-même, amorce ce processus de régénération auquel une partie des intellectuels aspire dans le dernier quart du XIXe siècle. Dans la revue de pédagogie Escuela Moderna, publié en 1894, les jeux scientifiques de Tissandier apparaissent en bonne place. La conception de la science en plein air de Tissandier, son style plus dépouillé que celui de ses contemporains, participent de la modernité d’un mouvement en faveur du savoir qui ne renonce pas à l’émerveillement que procure l’observation du monde, rejoignant ainsi les héritiers du krausisme en Espagne. Pedro de Alcantara García, fondateur de la Escuela Moderna, convaincu des bénéfices de l’« enseignement en action » de Mme Pape-Carpantier, le rappelle en 190229 : l’instruction doit être attirante et les récréations instructives.

10L’héritage de Tissandier dans la péninsule reflète bien les multiples facteurs expliquant son succès. Alors que les manuels scientifiques restent encore insuffisants, ses œuvres continuent d’être citées dans la presse jusqu’en 1910 environ. Après les années 1920 les Récréations scientifiques font toujours partie des ouvrages recommandés par les écoles normales, en Espagne et en Amérique latine où de nombreuses institutions d’enseignement sont abonnées à La Nature. Les manuels de leçon de choses espagnols vont s’inspirer de ce modèle. Dès 1892, Tomás de la Concha édite à Lugo Secretos de « La Naturaleza » o el libro de las escuelas, tratado de lectura científico-elemental, amena y recreativa. Les adaptations de Tom Tit, avatar français des récréations de Tissandier, achèvent d’assurer le succès de la « science amusante » (ciencia divertida).

Conclusion

11L’œuvre de Gaston Tissandier connaît le succès en France et en Espagne grâce à la conjonction de plusieurs facteurs. Les jeux scientifiques séduisent un public de plus en plus large dans un contexte d’alphabétisation et d’investissement par les politiques du champ de la culture scientifique au cours du XIXe siècle. Les éditeurs adaptent en conséquence les produits de science amusante : livres, collections, revues spécialisées. Gaston Tissandier se passionne pour l’entreprise de vulgarisation qu’il parvient à moderniser en s’éloignant des modèles des manuels traditionnels et en proposant des illustrations à la fois didactiques et esthétiques. En Espagne, ses œuvres vont dominer le panorama de la vulgarisation des sciences par le jeu. Si des stratégies éditoriales peuvent expliquer la traduction rapide de ses œuvres en espagnol, il est indéniable que le discours sur la science et la nature de Tissandier s’harmonisait à merveille avec celui des régénérationnistes et en particulier des pédagogues soucieux d’insuffler un vent de nouveauté dans les méthodes d’enseignement. Si le nom de Tissandier a pu faire autorité surtout dans le domaine de l’aérostation, il n’a pas joui d’une reconnaissance plus large. Les nombreuses traductions d’extraits de ses œuvres, parues anonymement dans la presse, montrent que les journaux espagnols ne disposaient probablement pas des droits de reproduction mais ne renonçaient pas pour autant à diffuser une œuvre de vulgarisation inédite, en accord avec leur vision du monde plus laïque et moderne. Cette diffusion de l’œuvre de Tissandier a ainsi permis la promotion de l’idée d’enseignement par les jeux et l’élaboration de manuels scientifiques novateurs au début du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Tissandier, Gaston, Les Récréations scientifiques, Paris, Masson, 1883, p. X.

2 Raichvarg, Daniel et Jacques, Jean, Savant et ignorants, Paris, Seuil, 1991, p. 64.

3 Jeanneret, Yves, Ecrire la science, Paris, PUF, 1994.

4 Ibid., pp. 248-49.

5 Raichvarg, Daniel, op. cit., p. 64.

6 Tesnière, Valérie, « Le livre de science en France au XIXe siècle », Romantisme, 1993, volume 23, n° 80, p. 68.

7 IMEC : Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine.

8 Cantor, Geoffrey (et al.), « Reading the Magazine of Nature », Science in the nineteenth century periodical, Cambridge, Cambridge university press, 2004, p. 120.

9 Lightman, Bernard, Victorian Popularizers of Science : Designing Nature for New Audiences, Chicago, The University of Chicago Press, 2007, p. 325.

10 Govoni, Paula, « Nature à l’italienne. La presse de science populaire en Italie à la fin du XIXe siècle », La science populaire dans la presse et l’édition, sous la direction de : Bensaude-Vincent, Bernadette et Rasmussen, Anne, Paris, CNRS, 1997, pp. 175-190.

11 La Naturaleza, traduction de la revue originale française, éditée par Perojo (Madrid 1877-1879). La Naturaleza de José Casas Barbosa et Ricardo Becerro de Bengoa (1890-1896 ?) propose davantage d’écrits originaux de plumes espagnoles ; la promotion des technologies électriques y est particulièrement présente. Dans une lettre à Marcelino Meléndez Pelayo du 8/12/1889, R. Becerro de Bengoa affirme : « Nous proposons de faire un hebdomadaire qui soit à la hauteur des meilleurs de sa catégorie à l’étranger » (Nos proponemos hacer un semanario a la altura de los mejores de su clase en el extranjero). R. Becerro est également le traducteur en espagnol de Tom Tit.

12 Sablonnière, Catherine, De l’image de la modernité scientifique aux débats d’idée dans l’Espagne isabéline, 1833-1868, thèse de doctorat, Université Paris-3, 2000.

13 En dehors des volumes cités appartenant à la Bibliothèque des Merveilles (Hachette), Gaston Tissandier compile les divers articles qu’il publie dans des revues généralistes, Le Magasin Pittoresque par exemple, et dans La Nature. La revue assure la promotion de tous ces ouvrages et propose une collection, la « Bibliothèque de la Nature ».

14 Bachet, Claude, Problèmes plaisants et délectables qui se font par les nombres, Paris, P. Rigaud, 1612. Réédité en 1624, l’ouvrage est repris et actualisé par l’éditeur scientifique Gauthier Villars en 1874.

15 Leurechon, Jean, Recreation mathematicque. Composee de plusieurs problemes plaisants et facetieux. En faict d'arithmeticque geometrie, mechanicque, opticque, & autres parties de ces belles sciences [sic], Pont-à-Mousson, Appier, 1626.

16 Tissandier, Gaston, « Préface », La Nature, N° 1, 1873, p. VII.

17 « Si l’on voulait se borner à l’intelligence du texte, il suffirait de simples figures, analogues à celles que publient les livres techniques […] Quel inconvénient y aurait-il à embellir une figure de sciences ? Pourquoi ne serait-elle pas une œuvre d’art si elle ne cesse d’être exacte et sérieuse […] », Ibid, p. VI.

18 Chemineau, Manuel, Fortunes de « La Nature » : (1873-1914), Vienne, LIT, 2012.

19 Les Récréations scientifiques racontent la découverte de la nature lors de journées passées chez des amis à la campagne. Il n’y a donc pas de « fiction » assumée comme telle, ni de reconstruction d’un univers infantile artificiel comme dans l’ouvrage d’A. Castillon où des enfants se font la leçon.

20 Castillon, A., Récréations physiques, Paris, Hachette, 1872, p. 13 (4e édition).

21 Les titres des tours de science amusante se maintiennent dans la plupart des ouvrages même si le but poursuivi diffère. Leurechon (1630) cherche le plaisir de l’artifice, il s’agit d’ « artistement tromper les autres » avec les tours suivants : « faire tenir un ballon droit sur le bout du doigt », « le moyen de faire bouillir sans feu ». Dans le Manuel des jeunes gens (Paris, 1831) on trouve : « la mouche intelligente », « le poisson magnétique », « les perspectives magiques » ; Georges Brunel dans La science à la maison (Flammarion) décrit « La pièce obéissante », « L’œuf à vapeur », « Le clou au plafond », etc. Ces formules contribuent au succès des expériences que l’on invite à reproduire.

22 Des ouvrages associant une réflexion sur l’enseignement des sciences et sur la nécessité d’une réforme de l’éducation existent dès la fin du XVIIIe siècle, comme en témoigne l’ouvrage au titre étonnant La Science sanculotisée,[sic] premier essai sur les moyens de faciliter l’étude de l’astronomie et d’opérer une révolution dans l’enseignement, Paris, L’auteur, an II (1793-94), 148 p. Par la suite, les travaux de Friedrich Fröbel (1782-1852) mettront la notion de jeu éducatif à l’honneur.

23 Bertrand, Alexandre, Recreaciones físicas o la Física al alcance de todos, Paris, Bossange, 1825. Herpin, J.C., Recreaciones químicas, Barcelone, Ifern, 1827.

24 Tesnière, Valérie, Op.cit., pp. 69-73.

25 Dhenin, Caroline, Les publications de la librairie Georges Masson entre 1872 et 1900, Mémoire DESS Informatique documentaire, Lyon-1, ENSSIB, 1992, p. 5.

26 L’éditeur Charles Bouret va « compiler » les œuvres de Tissandier et de Castillon dans Física y química recreativas, publié à Paris en 1884 pour le marché américain.

27 Fernández Sebastián, Javier, Fuentes, Juan Francisco, Historia del periodismo español, Madrid, Síntesis, 1998, p. 164.

28 Giner, Francisco, « Las reformas del Sr. Pidal en la enseñanza de las maestras », Revista de España, 1885/3, n° 103, pp. 495-508.

29 Alcántara García, Pedro, Educación intuitiva, lecciones de cosas y excursiones escolares, Madrid, Perlado, Páez y Cia, 1902, p. 35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sablonnière Catherine, « Les récréations scientifiques : diffusion et succès de l’œuvre de vulgarisation de Gaston Tissandier en Espagne à la fin du XIXe siècle », Amnis [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://amnis.revues.org/2513 ; DOI : 10.4000/amnis.2513

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org