Navigation – Plan du site
La science, à la recherche de l’encre et du papier

Diffusion d’un savoir et légitimation d’une pratique thérapeutique dans les revues médicales : l’exemple de la transplantation d’organes en Suisse entre 1950 et 1990

Alexia Cochand

Résumés

Cet article vise à identifier comment la transplantation d’organes est abordée dans deux revues médicales suisses entre les années 1950 et 1990. L’intérêt sera porté, dans un premier temps, sur la transmission d’informations alors que la transplantation d’organes n’est pas développée dans les hôpitaux suisses. Les moyens mis en œuvre pour traiter une pratique médicale qui ne fait l’objet d’aucune expertise à un niveau local feront l’objet d’une attention particulière. Dans un deuxième temps, l’accent sera mis sur le processus de diffusion d’information effectué par les acteurs impliqués dans l’émergence de la transplantation en Suisse entre les années 1970 et 1990.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Nous remercions vivement le Fonds national suisse de la recherche scientifique pour son soutien fin (...)
  • 2 A ce sujet, se référer, par exemple, à l‘étude du développement des rayons-x dans Dommann, Monika, (...)
  • 3 Sur le développement de la transplantation dans les hôpitaux suisses, voir : http://www.bag.admin.c (...)

1Si la transplantation d’organes est aujourd’hui commune et fait l’unanimité au sein du corps médical, elle le doit à un travail de vulgarisation qui tend à la rendre compréhensible, acceptable et souhaitable. Comme d’autres techniques médicales2, elle ne s’impose pas d’elle-même, mais fait l’objet de l’élaboration d’un discours et d’une diffusion qui vise à informer le corps médical dans son ensemble et à légitimer sa pratique. Au-delà de la différence de contenu liée aux lignes éditoriales de chaque revue, il paraît essentiel de saisir comment des articles relatifs à un savoir hautement spécialisé, comme la transplantation, sont réalisés et selon quelles modalités les connaissances qui s’y rapportent sont diffusées. Destinés à un lectorat composé de médecins essentiellement étrangers au domaine de la transplantation, ces articles ont pour objectifs aussi bien d’informer sur la pratique dans ses dimensions médicales et logistiques que de délimiter un champ d’expertise scientifique. Ainsi, cet article se propose de suivre l’apparition de la thématique de la transplantation dans deux revues médicales suisses, Médecine et Hygiène et Praxis entre 1950 et 1990. La diversité de la langue d’édition de ces deux hebdomadaires dédiée à la formation continue des praticiens vise à identifier le processus de diffusion « interprofessionnelles » des connaissances pour l’ensemble de la Suisse. La thématique de la transplantation est limitée aux organes solides, excluant de fait le développement de la transplantation de moelle, de tissu et cellules. Le choix de la période correspond à la phase d’émergence de la transplantation rénale dans certains centres spécialisés internationaux européens et américains et le début de la diversification de la transplantation d’organes dans les hôpitaux suisses. Le développement de la transplantation rénale fait l’objet d’expérimentation dès le milieu des années 1950 dans certains centres hospitaliers internationaux. Ajoutée à l’offre thérapeutique des hôpitaux occidentaux dans le courant des années 1960, elle apparaît également sporadiquement dans les établissements hospitaliers helvétiques à la même période. À partir du début des années 1970, des programmes de transplantations rénales commencent à être mis en œuvre dans six hôpitaux3.

2Sur cette base, il conviendra d’abord de s’atteler à une brève présentation de la ligne éditoriale des deux revues. Cet aspect, qui influence aussi bien le type d’article que son contenu informatif, est un élément essentiel pour saisir le rôle que les revues assument dans le partage des savoirs liés à la pratique de la transplantation. Nous suivrons ensuite le traitement de cette thématique en nous arrêtant sur le processus de vulgarisation et de diffusion dont elle est l’objet ; l‘accent sera mis sur la phase expérimentale, développée à l’étranger, pour identifier comment et par quels acteurs le thème de la transplantation est abordé et saisir dans quel contexte de transmission des connaissances il est inséré. Est-ce réalisé par le biais de médecins extérieurs à la revue et impliqués dans l’émergence de cette pratique ? A-t-on recours à des articles de revues médicales dites « de références » ? Nous nous intéresserons enfin à la circulation des savoirs entourant la mise en œuvre de cette pratique dans les hôpitaux helvétiques. Les nombreuses formes sous lesquelles se développe la transplantation offrent la possibilité de mettre en évidence les points communs et les particularités du travail de vulgarisation effectué à différentes périodes dans des contextes socio-économiques changeants par des acteurs liés à des spécialisations variées.

Ligne éditoriale des revues

3La presse médicale suisse présente la caractéristique d’être essentiellement composée de revues indépendantes les unes des autres, basées sur un mode de gestion centré sur le bénévolat. C’est dans ce contexte fragmenté que s’inscrivent les deux revues dont il est question ici.

4Éditée chaque semaine depuis 1943 à Genève, Médecine et Hygiène est l’unique revue médicale, à posséder un poste de rédacteur en chef à temps complet. Le comité de rédaction se réunit de manière hebdomadaire et peut compter sur un réseau de correspondants à l’étranger. Sa ligne éditoriale est double : informative, en communiquant rapidement après la survenue de l’événement médical et scientifique en publiant de nombreux articles originaux.

5Publiée depuis 1909, Praxis est une revue de formation continue alémanique dont la ligne éditoriale est essentiellement centrée sur la diffusion d’articles scientifiques. Parallèlement à la publication d’articles originaux, la revue se charge de recenser et de résumer des articles de revues internationales. Elle publie également les comptes rendus de sociétés médicales régionales.

La transplantation d’organes dans les revues 

6La transplantation d’organes dans les revues médicales fait l’objet d’un double travail de diffusion. Le premier est constitué par les articles rédigés par le comité de rédaction. Ce type de procédé rédactionnel est particulièrement identifiable dans le cas de l’émergence de la transplantation rénale, dans les années 1950. Le second consiste en la publication d’articles originaux, rédigés par les acteurs impliqués directement dans le développement de la transplantation. La diffusion d’informations sur la mise en œuvre de cette pratique médicale dans les hôpitaux suisses et la délimitation du domaine d’expertise qu’elle induit suivent principalement ce modèle.

L’émergence de la transplantation rénale 

  • 4 « Murray G. et Holden R. : Transplantation de reins : expérience et cas humains », Praxis, n° 37, B (...)
  • 5 « Infektionen bei Leberertransplantatpfänger », Praxis, op. cit., 1969, n° 43, p. 1386.
  • 6 « Tentative d’homogreffe rénale (rein maternel) après néphrectomie pour traumatisme d’un rein uniqu (...)

7Avant son apparition dans les établissements helvétiques, elle fait déjà l’objet de publications dans les deux revues. La diffusion d’information sur la transplantation débute simultanément à la réalisation des premières expérimentations dans le milieu des années 1950. Le travail de transmission de ce savoir médical en pleine élaboration est alors très fermement lié à la ligne éditoriale de chacune des revues. Durant cette période d’émergence située entre 1950 et 1970, il est, en effet, essentiellement traité par le biais d’articles de rédaction. Dans Praxis, c’est par le biais de la rubrique « Revues » que la transmission d’informations sur le développement de la transplantation est abordée. Ces articles, signés par des membres du comité de rédaction, proposent le résumé d’un fait médical publié précédemment dans une revue internationale. Il est difficile d’évaluer la proximité de l’auteur du recensement avec le domaine de la transplantation ou d’identifier la spécialisation médicale qu’il exerce. Une recherche prosopographique consacrée aux différents rédacteurs de la revue reste à établir. Par ce biais, les expérimentations menées par les pionniers de la transplantation, comme J. Murray4 à Boston, T.E. Starlz5 à Denver ou encore J. Hamburger à Paris6, sont transmises dès le début des années 1950. Si ces articles sont brefs se limitant à présenter succinctement l’information, ils permettent un accès condensé pour le lecteur non initié à l’essentiel de l’avancée des connaissances acquises dans ces centres de référence. Par exemple, un article résumant les expériences menées à Paris sur le phénomène de compatibilité tissulaire entre jumeaux dizygotes, souvent pressentie, jusque dans les années 1960, comme plus forte que dans les cas de parenté simples, permet de présenter brièvement au lecteur les résultats obtenus :

  • 7 « Homotransplantation rénale chez l’homme », Praxis, n° 49, Berne, Hans Huber, 1962, p. 1253.

Il ne semble pas que dans ce cas l’influence de la coexistence in utero s’ajoute à la parenté. En effet la recherche attentive d’une chimère hématologique s’est montrée négative, la greffe de peau du receveur au donneur a été rejetée.7

8Il s’agit donc moins d’un travail de vulgarisation que de redistribution de l’information, réalisée en trois étapes : repérage par le rédacteur de Praxis, résumé et publication.

9Dans Médecine et Hygiène le recensement d’article ne fait pas l’objet d’une rubrique particulière. La pratique rédactionnelle courante est la réalisation de publications basées sur une recherche publiée dans une revue internationale. Plus développés que les brefs recensements proposés dans Praxis, ces articles sont rédigés par des membres de la rédaction. Leur importance dans la diffusion d’informations demeure dans les réflexions que leurs auteurs évoquent. En effet, sans se contenter de relater simplement la publication originale, ils offrent des pistes de recherches, comme l’illustre cet exemple :

  • 8 « La greffe de rein réalisé pour la première fois en France », Médecine et Hygiène, n° 188, Genève, (...)

Cette première greffe est un succès spectaculaire. Mais on ne peut parler encore de succès fonctionnel, car la quantité d’urine émise est faible et l’on souhaiterait connaitre sa composition et savoir ce que sont devenus les taux sanguins de l’urée […]. En bref il s’agit de savoir si la greffe a été efficace, et si un rein privé d’innervation comme l’est un rein greffé peut fonctionner normalement.8

10La diffusion des connaissances passe également dans cette revue, par une rubrique dévolue à la présentation générale des nouvelles connaissances acquise dans le domaine médical. Sous l’appellation « Acquisitions thérapeutiques », cette rubrique donne l’occasion dans la catégorie « néphrologie » ou « chirurgie » de transmettre des informations internationales sur la transplantation. Le lecteur non initié peut y suivre, par l’entremise de brefs bilans, les avancées techniques ou simplement avoir connaissance de l’état des pratiques dans les centres hospitaliers de référence :

  • 9 Roth, Hermann., « Néphrologie », Médecine et Hygiène, n° 762, Genève, 1967, p. 3.

La situation des greffés est dépeinte dans un rapport récent du groupe de Starzl, Denver USA. Une première série de 119 transplantations fut entreprise dès 1964, puis revue en 1965. Après un arrêt servant à faire le point, une deuxième série fût commencée. […] De l’état actuel de 89 greffes, 58 sont en vie (56 %) dont 33 depuis plus de vingt-quatre mois.9

11Comme c’est le cas pour la revue Praxis, la proximité des auteurs de ces articles avec le thème de la transplantation reste encore à établir.

12Le deuxième moyen utilisé par les revues est la publication de comptes-rendus de conférences, rédigés par un membre du comité de rédaction. Leur édition représente un choix éditorial significatif de la part de la revue. Elle prouve l’intérêt que suscite cette thématique pour le comité de rédaction, mais illustre également la volonté de la transmettre à la connaissance du lectorat. Si l’organisation de conférences participe intrinsèquement au processus de vulgarisation et de transmission d’un savoir, grâce au rôle de relais endossé par les revues, la diffusion de leur contenu touche un public plus large.

  • 10 Alexander, G.P. J, « la transplantation rénale », ibid., pp 527-528.

13Enfin, le denier moyen à disposition pour diffuser de l’information sur la transplantation est la publication d’articles originaux. La politique d’édition de la revue a une importante influence sur la fréquence de cette pratique éditoriale. Praxis ne publie en effet aucun article original relatant l’émergence de la transplantation rénale à l’étranger. La revue est dévolue à la formation continue des praticiens locaux dont la renommée reste régionale. Médecine et Hygiène par les moyens logistiques à sa disposition, comme l’existence d’un réseau de correspondants, vise un public plus large. De ce fait, elle semble également jouir d’un rayonnement bien marqué dans le monde francophone et international. La publication transmise par un chirurgien de Louvain en Belgique, où un programme de transplantation rénale est sur pieds depuis 1963, le confirme10.

Diffusion et circulation des savoirs sur la transplantation dans les hôpitaux suisses

14C’est la mise en place de programmes de transplantation en Suisse qui donne l’occasion aux acteurs helvétiques impliqués de ce domaine de la médecine de diffuser des informations sur cette pratique. Absents jusque-là du processus de diffusion d’information, les « médecins-transplanteurs » visent un double objectif : porter la transplantation à la connaissance de confrères tout en participant à la délimitation d’un champ d’expertise.

Diffusion et revues : caractéristiques

15Le survol des articles sur la pratique de la transplantation en Suisse proposés dans Médecine et Hygiène permet de mettre en lumière un intense travail de diffusions réalisées par les acteurs médicaux genevois. Force est de constater qu’ils optent souvent pour cette revue dont la sphère d’influence est proche de leur zone d’activités professionnelles. Les relations informelles entre les « transplanteurs » et le comité de rédaction de la revue, composé de médecins, jouent un rôle essentiel. Lien d’amitié ou mise en jeu de connaissances poussent certainement les acteurs concernés à privilégier cette revue.

  • 11 Voir, par exemple, Sutter, Peter, « La transplantation cardiaque : surveillance et traitement posto (...)
  • 12 Au sujet des types de greffes réalisées à Zurich entre 1960 et 1990, voir : http://www.bag.admin.ch (...)

16L’édition de numéros spéciaux dont l’organisation et la réalisation sont confiées à un médecin de l’hôpital facilite le processus de diffusion d’information sur la transplantation : la rédaction d’articles est proposée « à l’interne » en fonction de la thématique. Un numéro, consacré aux soins intensifs, est par exemple délégué au chef de service de l’hôpital cantonal de Genève en 1987. Cet exemplaire donne l’occasion aux « transplanteurs » genevois de présenter des bilans des connaissances médicales actuelles et du développement clinique, par organe11. Si les liens informels influencent la politique de publication, le travail de diffusion effectué par les membres de la clinique chirurgicale de Genève ne semble toutefois pas anodin. La rareté d’articles relayant la pratique des transplantations à l’hôpital cantonal de Lausanne, inscrit pourtant dans les mêmes zones géographiques et linguistiques, tend à le confirmer. Pour la revue Praxis, les activités de transplantations de l’hôpital de Zurich sont les plus souvent représentées. La diversité des transplantations qui y sont menées et le rôle pionnier de cet établissement dans le développement de cette pratique médicale en Suisse expliquent cette omniprésence12. Les autres institutions qui pratiquent ce type d’intervention, comme Saint-Gall, Berne ou Bâle, ne présentent aucun bilan d’activités.

17La diversité des auteurs impliqués dans la diffusion d’information est également une caractéristique des articles qui abordent la pratique des transplantations. Chirurgiens, néphrologues, cardiologues ou spécialistes en immunologie ont tous une fonction spécifique dans le déroulement de la procédure opératoire entourant la réalisation d’une transplantation. Dans cet ensemble, quelques acteurs « clés » paraissent toutefois assumer un rôle particulièrement actif. Chefs des cliniques dans lesquelles se déroulent les transplantations ou à la tête d’une division de néphrologie ou encore de laboratoires d’histocompatibilité, leur statut administratif est garant de la validité de cette pratique médicale. Il est cependant difficile de mesurer avec précision leur influence uniquement à l’aune des signatures d’articles.

18Enfin, cette période est plutôt caractérisée par une diffusion d’information centrée sur le rein. Si d’autres formes de transplantation sont abordées, elles le sont plus rarement, laissant apparaitre une dépendance chronologique entre pratique et diffusion. À Genève, la transplantation rénale est mise en place en 1970, alors que les programmes de transplantation cardiaque et hépatique sont développés en 1986 et 1987. Comme par un effet d’échos, l’apparition d’articles sur ces thématiques commence à être identifiée à la fin de la période envisagée.

Légitimation d’une pratique médicale : présentation des résultats cliniques

19Un des moyens de diffusion de l’information auquel les acteurs impliqués dans le développement de la transplantation ont recours est la présentation de résultats cliniques. Plus que de seulement se limiter à la présentation des résultats en eux-mêmes, le but de ces articles est de rendre visible une activité médicale et de la justifier. Le lecteur non initié doit pouvoir saisir la complexité du processus médical et logistique garanti par le savoir et l’expérience des auteurs. Dès lors, on observe la constance d’un modèle de publication qui reste sensiblement identique, malgré l’évolution de la pratique et l’accumulation d’expérience entre les années 1970 et 1990.

  • 13 Mégevand, René, « La transplantation aujourd’hui et demain », Praxis, n° 63, Bern, Hallwag-Verlag, (...)
  • 14 Turina, Marco et Largiadèr, Felix, « Ogantransplantation am Beispiel in Zurich 1986 », ibid., n° 76 (...)

20La première caractéristique commune à l’ensemble des communications est la volonté d’ancrer la pratique de la transplantation dans une « tradition ». Pratique médicale dont l’application clinique est encore récente, la légitimation passe par la présentation de rétrospectives « historiques » fondées sur des dates ou moments clés, comme la première transplantation rénale entre jumeaux monozygotes ou donneurs apparentés13. L’introduction d’un article sur l’activité de transplantation à l’hôpital de Zurich en 1987 fait de cette pratique un rêve médical centenaire que les chirurgiens réussissent enfin à concrétiser14.

21La pratique de la transplantation fait également l’objet d’un discours qui vise à lui conférer une légitimation à trois niveaux : acquisition de compétences médicales spécifiques, existence administrative au sein de l’établissement hospitalier et reconnaissance institutionnelle de la transplantation à l’échelle (supra) nationale.

22Médicalement, les équipes de transplantation se doivent de posséder une expertise particulière qui les distingue d’autres équipes chirurgicales. L’acquisition de connaissances médico-chirurgicales passe par l’accumulation d’expérience qu’il est utile de mentionner, comme l’illustre un article qui relate les deux ans d’activités d’un service. En effet, on y rappelle comment l’activité de transplantation a débuté :

  • 15 Mégévand, René, « A propos de 16 cas de transplantations rénales à la clinique chirurgicale de l’hô (...)

Le 14 novembre 1970, à 3 heures, l’équipe de transplantation de Genève réalisait la première greffe de rein en Suisse romande, couronnant ainsi huit années de travaux préparatoires effectués sur l’animal et à l’Institut d’anatomie-pathologie sur le cadavre. De nombreux séjours dans les cliniques européennes et américaines s’occupant des greffes nous ont permis de nous familiariser avec les différents aspects du problème de la transplantation d’organes.15

  • 16 Mégévand René, « Huit ans de transplantations rénales à Genève », ibid., n° 36, 1978, p. 2337,
  • 17  Turina, Marcoet Largiadèr,Felix, op. cit., pp. 1129-1133.

23La pratique d’une transplantation implique la participation de nombreux acteurs issus de structures administratives variées. Dans l’ensemble du processus conduisant à la réalisation d’une transplantation rénale, la collaboration de néphrologues, d’urologues et d’acteurs issus de laboratoires d’immunologie est indispensable16. Dans ce contexte de partage de compétences, il convient de rappeler au lecteur l’existence, au sein de l’établissement, d’une structure administrative, chargée des réalisations des transplantations et de la coordination des éléments logistiques qu’elles induisent. Si la gestion des paramètres strictement médicaux est essentielle, celle de l’utilisation de locaux adéquats pour garantir les meilleurs résultats et la formation de personnel soignant spécifique l’est tout autant. Ces aspects organisationnels participent au processus d’ancrage de la pratique dans l’organigramme de l’institution hospitalière17. Enfin, la transplantation est replacée dans le contexte plus global du réseau d’échange suisse ou international qui lui confère une dimension institutionnelle. En effet, la mise en place de plateformes d’échange d’organes exige des moyens financiers et organisationnels qui dépassent la politique de gestion de l’établissement hospitalier. La diffusion d’information sur ces structures permet ainsi d’insérer la transplantation dans une normalité partagée par de nombreux pays et qui fonctionne grâce à la collaboration entre les centres de pointes. À ce titre, la légitimité de la pratique prend, dans le discours, d’autant plus d’ampleur que le réseau est étendu, comme laissent à penser les propos d’un chirurgien de Genève dans cet extrait de 1978 :

  • 18 Mégevand René, op. cit., pp 2337-2338.

Les reins de cadavres utilisés sont soit de provenance locale, soit de provenance extérieure, grâce aux échanges organisés dans le cadre de Suisse-transplant qui regroupe les centres de Zurich, Bâle, Berne, St-Gall et Lausanne ou de France-transplant, ou encore d’Eurostransplant, organisations qui assurent en outre les échanges avec les Anglais et es Scandinaves.18

  • 19 L’Académie Suisse des Sciences médicales élabore des critères de définition et de reconnaissance de (...)
  • 20 Mégévand, René, « A propos de 16 cas de transplantations rénales à la clinique chirurgicale de l’hô (...)
  • 21 Ibid., p 984.

24Dans la section dévolue à la présentation de la pratique médicale en elle-même, on constate qu’une large place est faite à l’énumération des différentes étapes qui entoure la réalisation d’une transplantation. Aux côtés de la description des aspects techniques comme la procédure opératoire ou les complications postopératoires, les critères de sélection du donneur et des receveurs représentent une thématique centrale. L’élaboration d’une catégorie de patients spécifiques permet de délimiter, selon des paradigmes médicaux établis, un domaine d’activité dans lequel la transplantation s’inscrit. Dans le cas du choix du donneur, c’est l’état de mort cérébrale qui donne sa validité scientifique à la procédure. Il jouit d’un statut médical et institutionnel indiscutable par la reconnaissance de l’Académie Suisse des Sciences médicales, institution officielle, dont il bénéficie19. En parlant de la première transplantation rénale effectuée à Genève en 1970, R. Mégévand, le chirurgien chargé avec d’autres médecins de l’opération, explique ainsi que le rein a été prélevé sur un donneur dont « le certificat de décès fut signé suivant les recommandations de l’Académie suisse des sciences médicales »20. Si les critères de sélection des receveurs varient d’une forme de transplantation à l’autre, ils font tous référence à un type de dégénérescence organique irréversible et à l’âge du malade. Ces deux critères visent à limiter la pratique de la transplantation aux cas pour lesquels aucune autre forme de traitement n’est envisageable. Pour le rein, la maîtrise de la procédure opératoire et la possibilité d’avoir recours à la dialyse en cas d’échec permettent une application que seuls les deux critères énoncés restreignent21. Dans le cas de la transplantation cardiaque, la liste fait l’objet, par contre, d’indications médicales plus strictes, comme l’illustrent les propos tenus par un chirurgien de la clinique de chirurgie vasculaire de Genève en 1986 :

  • 22 Faidutti, Bernard. « La transplantation en 1986 », Médecine et Hygiène, op. cit., n° 44, 1986, p. 1 (...)

Les patients doivent être âgés de moins de 50 ans et présenter une cardiopathie au stade terminal avec moins de 10 % d’espérance de survie à 6 mois. […]. Les patients ne doivent pas présenter d’altération irréversible des fonctions rénales et hépatiques. Ils ne doivent pas présenter ni diabète, ni tumeur, ni syndrome infectieux, ni ulcère gastro-duodénal, ni hypertension pulmonaire, ni embolie pulmonaire récente, ni enfin d’instabilité psychologique pouvant conduire à récuser la surveillance et le traitement médical à long terme.22

25Ces propos tenus peu de temps après la première transplantation cardiaque « genevoise » marquent aussi les limites que la pratique ne peut, pour l’instant, franchir. La diffusion d’informations est d’autant plus cruciale que seules la poursuite des recherches et des expérimentations pourront permettre d’obtenir de meilleurs résultats. Ainsi, critères de sélection et réalité clinique sont fermement liés dans le discours médical.

26La présentation des résultats varie également en fonction du type d’organes ou de l’expérience acquise au cours de la période. Deux aspects mesurables sont toutefois évoqués dans tous les cas : la durée de (sur) vie du patient transplanté et la période de fonctionnalité du greffon. Présentées sous forme de statistiques, ces données jouent le rôle d’étalon à partir duquel la poursuite de recherches scientifiques est validée. Si les chiffres sont encourageants, ils justifient par eux-mêmes la poursuite de la pratique, tandis que s’ils sont jugés décevants, ils servent de motifs pour continuer les investigations. Dans le cas de la transplantation du pancréas, par exemple, les résultats sont qualifiés jusqu’en 1986 de médiocres. Toutefois, le chirurgien indique :

  • 23 Ibid.

[…] avec le nouveau procédé que nous utilisons maintenant de dérivation transcutanée temporaire du système du canal pancréatique et son oblitération secondaire, nous pensons avoir réalisé un progrès important.23

  • 24 Brunner F.P, Largiadèr, Felix, « Dialyse und Nierentransplantation in der Schweiz », Praxis, n° 67,(...)

27Dans le cas de la diffusion d’informations sur la transplantation rénale, la présentation des résultats est plus développée en raison de la meilleure maîtrise de la pratique. La survie des patients est présentée sous forme de graphiques dans lesquels la durée de survie fait l’objet de courbes tracées selon différentes variables, comme le type de greffon, cadavérique ou de « donneur vivant ». La quantification des résultats permet de comparer et d’évaluer l’état d’une pratique avec celui d’autres centres en Suisse ou en Europe. La diffusion de ces informations participe à la création d’une objectivité incontestable, soutenue par des chiffres, dans le but d’offrir une base de réflexion pour un meilleur développement futur24.

28À ces deux critères se rajoute parfois, dans le cas de la transplantation rénale, celui de l’aptitude au travail retrouvée à la suite de l’intervention médicale. Cet aspect est le signe d’une réinsertion qui donne une validité plus forte à la pratique des transplantations. En plus de représenter une thérapeutique sans égale, elle offre, dans ce type de discours, un avantage économique à l’ensemble de la société, comme l’illustre clairement cet exemple proposé en 1990 par le transplanteur zurichois F.Largiadèr :

  • 25 Largiadère, Felix, « Amélioration de l’aptitude au travail et de l’état général après une transplan (...)

Pour résumer, on peut dire que la transplantation rénale réussie améliore l’aptitude au travail et la qualité de vie des malades, est supérieure à tous les procédés de dialyse, et a donc des incidences bénéfiques aussi bien sur le plan économique et financier que sur le plan social.25

Diffusion d’informations et création d’un domaine « d’expertise »

29Les revues permettent également aux chirurgiens et autres acteurs impliqués dans la réalisation de transplantation de créer un domaine d’expertise médicale spécifique. La transplantation, nouvelle segmentation au sein de spécialités médicales déjà tenues, fait l’objet d’aucune spécialisation officiellement instituée. La construction d’une reconnaissance tacite de l’expertise de ces acteurs médicaux passe par deux types articles mêlant vulgarisation et cloisonnement d’un champ d’activités.

  • 26 Ryffel, Bernhard, « Organtransplantation auf neuen Wegen », Praxis, n° 12, 1979, pp. 368-370.

30Les premiers concernent les transplantations dont les formes sont absentes de l’offre thérapeutique des hôpitaux helvétiques. Cette catégorie d’articles, rédigés uniquement par des chirurgiens, représente une possibilité de promouvoir la mise en place de programmes spécifiques. La forme est similaire à celle identifiée dans les rapports d’activités cliniques : « historique » retraçant le développement de la pratique, indication médicale ou critère de sélection, technique opératoire et résultat obtenu dans les centres de référence26. Le processus de diffusion est identique à celui effectué par les comités de rédaction lorsqu’aucune forme de transplantation n’était pratiquée en Suisse. Les acteurs impliqués dans la transplantation jouent le rôle de relai, mais plus encore, incarnent la fonction d’experts de ce domaine médical. Le style rédactionnel utilisé, l’article original, illustre ce changement. Absent de la période strictement centrée sur l’émergence de la transplantation rénale, il est l’apanage d’une « nouvelle » catégorie de médecins responsable de la communication sur le sujet de la transplantation en Suisse.

  • 27 Leski, Michel, « Expérience genevoise de la cyclosporine A : à propos de 114 cas », Médecine et Hyg (...)

31Les seconds sont centrés sur des problématiques médicales spécifiques, induites par la transplantation, comme l’amélioration de la gestion du rejet, très présente à cette période. La diffusion de ce genre d’informations en lien avec l’activité de transplantation représente un moyen pour les acteurs concernés de développer un domaine d’expertise ultraspécialisée27. Ce type de diffusion est celui que les représentants de secteurs thérapeutiques sans liens avec la chirurgie, comme les néphrologues par exemple, privilégient. Il ne s’agit pas de présenter la transplantation dans son application globale, mais de se confronter à un problème particulier. Impliqués dans la transplantation en amont et en aval de l’acte chirurgical, les néphrologues accumulent une expérience distincte. Mélange de compétences acquises par la pratique et des connaissances liées à la spécialisation principale du médecin, ce savoir n’est pas l’objet de diffusion dans les publications plus générales. Délimitant scientifiquement un domaine inédit qui doit être viabilisé, tout en restant l‘apanage d’experts, ce type d’articles est peu fréquent pour cette phase. Trois motifs peuvent être évoqués pour l’expliquer : d’abord, il est indéniable qu’à cette période, la transplantation jouit d’une liberté ténue dans l’organigramme des centres hospitaliers suisses : les unités de transplantion, lorsqu’elles existent, sont rattachées administrativement à différentes cliniques de chirurgies. La nécessité de mettre en place progressivement des programmes doit encore être démontrée, dès lors la diffusion d’information générale constitue un moyen propice. Ensuite, l’activité médicale des médecins impliqués dans la transplantation n’est pas limitée à cette seule pratique : urologie, chirurgie viscérale ou cardiaque ou cardiologue représente la spécialisation dans laquelle ils exercent principalement. Ainsi, l’activité de rédaction scientifique est plus marquée dans leur domaine d’activité principale. Enfin, le type de revue dans lequel la diffusion d’informations est effectuée n’est pas destiné à un lectorat spécialisé.

Conclusion 

32L’apparition d’une communauté de médecins actifs dans un domaine spécifique de la médecine influence considérablement le genre d’articles qui s’y rapportent dans les revues. En Suisse, la synchronisation entre la pratique de la transplantation et la production de publications originales par les acteurs impliqués est indéniable. Jusqu’à la mise en place de programmes de transplantation rénale, cette pratique, quelle qu’en soit sa forme, est une thématique traitée par les comités de rédaction. On constate qu’une fois actifs dans ce domaine, les chirurgiens effectuent un travail de vulgarisation sur des déclinaisons de transplantations variées, absentes de l’offre thérapeutique des établissements hospitaliers. La diffusion d’information est donc réalisée après acquisition d’expérience dans le cas de la transplantation rénale, alors que pour les autres formes, elle se pratique antérieurement. La création d’une expertise autour de la pratique de la transplantation semble donc largement liée à la validation acquise par la transplantation rénale appliquée dans les hôpitaux. Toutefois, le rôle des revues et de leur comité de rédaction est indéniable dans le processus de familiarisation du corps médical avec la thématique de la transplantation. L’ensemble des moyens éditoriaux évoqués permet aux revues la transmission d’informations et semble pallier l’impossibilité d’avoir recours à une expertise « locale ». La diffusion est certes moins directe, puisque transmise essentiellement par le biais d’articles de rédaction. Cependant, ces procédés ne constituent pas un frein à la transmission de connaissances entourant une pratique médicale, absente de l’offre thérapeutique. L’expérience acquise dans des centres spécialisés, le statut administratif dans l’organigramme des établissements hospitaliers, la collaboration avec des établissements étrangers sont des moyens d’inscrire la transplantation dans une réalité médico-institutionnelle plus large. Donner une légitimité à la pratique permet de développer un domaine dans lequel consolider une expertise en phase d’élaboration. Parallèlement et dans une moindre mesure se dessine, à cette période, la délimitation d’un domaine d’activités ultraspécialisées. La transmission d’informations sur les différentes formes de transplantation ou sur des problématiques spécifiques qu’elle induit conduit à légitimer la pratique, mais surtout, les compétences médicales et un savoir spécifique contracté.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions vivement le Fonds national suisse de la recherche scientifique pour son soutien financier. Le projet de recherche à l’origine de cet article s’intitule « La constitution du don d’organes comme problème public en Suisse : approches historique et sociologique » (projet n°137608). Il est dirigé par les Professeurs Raphaël Hammer (requérant principal, HESAV), Vincent Barras (co-requérant, IUHMSP), Manuel Pascual (co-requérant, CHUV, Centre de transplantation d’organes), et par Alexia Cochand et François Kaech (collaborateurs scientifiques).

2 A ce sujet, se référer, par exemple, à l‘étude du développement des rayons-x dans Dommann, Monika, Durchsicht, Einsicht. Vorsicht. Eine Geschichte der Röntgenstrahlen, 1896– 1963, Zürich, Chronos Verlag, 2003. Un autre ouvrage est consacré aux enjeux soulevés par des méthodes novatrices d’ostéosynthèse dans Schlich, Thomas, Surgery, Science and Industry. A Revolution in Fracture Care, 1950s–1990s, Basingstoke, Pallgrave Macmillan, 2002.

3 Sur le développement de la transplantation dans les hôpitaux suisses, voir : http://www.bag.admin.ch/transplantation/00699/02545/index.html ?lang =fr (consulté le 07.07.2015).

4 « Murray G. et Holden R. : Transplantation de reins : expérience et cas humains », Praxis, n° 37, Berne, Hans Huber, 1954, p. 794.

5 « Infektionen bei Leberertransplantatpfänger », Praxis, op. cit., 1969, n° 43, p. 1386.

6 « Tentative d’homogreffe rénale (rein maternel) après néphrectomie pour traumatisme d’un rein unique », Praxis, n° 19, Berne, Hans Huber, 1954, p. 415.

7 « Homotransplantation rénale chez l’homme », Praxis, n° 49, Berne, Hans Huber, 1962, p. 1253.

8 « La greffe de rein réalisé pour la première fois en France », Médecine et Hygiène, n° 188, Genève, 1951, p 72.

9 Roth, Hermann., « Néphrologie », Médecine et Hygiène, n° 762, Genève, 1967, p. 3.

10 Alexander, G.P. J, « la transplantation rénale », ibid., pp 527-528.

11 Voir, par exemple, Sutter, Peter, « La transplantation cardiaque : surveillance et traitement postopératoire », Médecine et Hygiène, n° 45, Genève, 1987, p. 263.

12 Au sujet des types de greffes réalisées à Zurich entre 1960 et 1990, voir : http://www.bag.admin.ch/transplantation/00696/02573/02581/index.html ?lang =fr (consultés le 29.04.2015).

13 Mégevand, René, « La transplantation aujourd’hui et demain », Praxis, n° 63, Bern, Hallwag-Verlag, 1974, p. 27.

14 Turina, Marco et Largiadèr, Felix, « Ogantransplantation am Beispiel in Zurich 1986 », ibid., n° 76, 1987, p. 1130

15 Mégévand, René, « A propos de 16 cas de transplantations rénales à la clinique chirurgicale de l’hôpital cantonal de Genève », Médecine et Hygiène, n° 1016, Genève, 1972, p. 982.

16 Mégévand René, « Huit ans de transplantations rénales à Genève », ibid., n° 36, 1978, p. 2337,

17  Turina, Marcoet Largiadèr,Felix, op. cit., pp. 1129-1133.

18 Mégevand René, op. cit., pp 2337-2338.

19 L’Académie Suisse des Sciences médicales élabore des critères de définition et de reconnaissance de l’état de mort cérébrale dès 1969. Voir : http://www.samw.ch/fr/Ethique/Directives/Archive.html (consulté le 07.07.2015).

20 Mégévand, René, « A propos de 16 cas de transplantations rénales à la clinique chirurgicale de l’hôpital cantonal de Genève », Médecine et Hygiène, n° 1016, Genève, 1972, 1016, p. 982.

21 Ibid., p 984.

22 Faidutti, Bernard. « La transplantation en 1986 », Médecine et Hygiène, op. cit., n° 44, 1986, p. 1742.

23 Ibid.

24 Brunner F.P, Largiadèr, Felix, « Dialyse und Nierentransplantation in der Schweiz », Praxis, n° 67, 1978, p. 621.

25 Largiadère, Felix, « Amélioration de l’aptitude au travail et de l’état général après une transplantation réussie », Médecine et Hygiène, n° 48, Genève, 1990, p. 1962.

26 Ryffel, Bernhard, « Organtransplantation auf neuen Wegen », Praxis, n° 12, 1979, pp. 368-370.

27 Leski, Michel, « Expérience genevoise de la cyclosporine A : à propos de 114 cas », Médecine et Hygiène, n° 46, Genève, 1988, pp 569-575.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Cochand, « Diffusion d’un savoir et légitimation d’une pratique thérapeutique dans les revues médicales : l’exemple de la transplantation d’organes en Suisse entre 1950 et 1990 », Amnis [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 07 décembre 2016. URL : http://amnis.revues.org/2530 ; DOI : 10.4000/amnis.2530

Haut de page

Auteur

Alexia Cochand

Institut d’histoire de la médecine et de la santé publique(IUHMSP), Lausanne ; Haute école de santé de Vaud (HESAV), Institut d’histoire contemporaine de l’université de Lausanne, UNIL, Suisse, alexia.cochand@gmail.com

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org