Navigation – Plan du site
Vulgariser pour faire de l’histoire politique et sociale

Intermédialité et vulgarisation des savoirs historiques à l’ère de la post-radiophonie : le cas de « Au cœur de l’histoire » (Europe 1)

Séverine Equoy Hutin

Résumés

Cette étude interroge les dynamiques de passage d’un média – la radio – à un autre – le web – et les modalités de mise en scène des savoirs historiques dans le cadre d’une approche sémio-pragmatique de la communication mass-médiatique. Comment fait-on de « l’histoire pour tous » à l’heure de la webradiophonie ? A travers une étude de cas consacrée à l’émission « Au cœur de l’Histoire » présentée par Franck Ferrand et diffusée sur la station Europe 1, nous montrons que le contexte d’intermédialité propose un accès spécifique à des savoirs et une appropriation qui modifie l’expérience radiophonique initiale. L’observation des modalités d’écritures et pratiques de vulgarisation des savoirs à destination du « grand public » et des « usagers » co-énonciateurs à partir de cette émission et des ramifications directes et indirectes qui en sont proposées sur le web permet de s’interroger sur les dispositifs comme espaces de rencontre et d’interaction entre les savoirs et le public.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Radio, Internet, histoire

Keywords :

Radio, Internet, History

Palabras claves :

Radio, Internet, Historia
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Veyrat-Masson, Isabelle, Télévision et histoire, la confusion des genres : docudramas docufictions (...)

1L’histoire bénéficie d’un engouement durable de la part des publics. Des travaux ont été conduits sur sa médiatisation dans le champ des écritures télévisuelles1: en revanche, peu de travaux se sont intéressés au traitement radiophonique et webradiophonique de l’histoire.

2Nous nous intéressons aux médiations de masse que l’on entend ici comme l’ensemble des actions et des dispositifs propres à faciliter l’accès aux savoirs. Nous souhaitons interroger les dynamiques de passage d’un média – la radio – à un autre – le web – et les modalités de mise en scène des savoirs historiques dans le cadre d’une approche sémio-pragmatique de la communication mass-médiatique qui met en relation des textes avec leur condition d’énonciation et d’interprétation et donc avec la question des modalités de la production du sens. L’intermédialité est appréhendée sous l’angle des processus de vulgarisation considérés comme des médiations communicationnelles.

  • 2 Glévarec, Hervé et Pinet, Michel, La radio et ses publics, Sociologie d'une fragmentation, Paris, é (...)
  • 3 Pignier, Nicole, Drouillat, Benoît, Sociale expérience du Webdesign, Paris, Collection « Forme et s (...)

3Comment fait-on de « l’histoire pour tous » à l’heure de la webradiophonie ? Après une mise au point théorique, contextuelle et méthodologique, nous proposerons une étude de cas consacrée à l’émission « Au cœur de l’Histoire » présentée par Franck Ferrand et diffusée sur la station Europe 1 en partant de l’hypothèse que le contexte d’intermédialité propose un accès spécifique à des savoirs, des effets de sens et une appropriation qui modifie l’expérience radiophonique initiale. L’objectif de ce travail est d’observer les modalités d’écritures et les pratiques de vulgarisation des savoirs à destination du « grand public »2 et des « usagers »3 co-énonciateurs, à partir de cette émission et des ramifications directes et indirectes qui en sont proposées sur le web. Dans quelle mesure ces dispositifs fonctionnent-ils comme des espaces de rencontre et d’interaction entre les savoirs et le public ? Quelles médiations des savoirs historiques, entre divertissement et apprentissage, une radio généraliste grand public pratique-t-elle ? Quelle expérience de l’histoire, à la fois individuelle et sociale, quelles relations aux savoirs, ces médiations produisent-elles ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles nous tenterons d’apporter des éléments de réponse.

Les médiations numériques comme médiations sociales

Média, médiations, dispositifs et matrices culturelles

  • 4 Martín Barbero, Jesús, Des médias aux médiations, Communication, culture et hégémonie, Paris, CNRS (...)
  • 5 Caillet, Elisabeth et Jacobi, Daniel, « Introduction », Culture & Musées, n° 3, dossier « Les média (...)

4Les médiations de masse4 s’inscrivent dans un processus de démocratisation culturelle : elles supposent des acteurs, un dispositif, un produit culturel, un public mais également un « ensemble d’actions ou de dispositifs propres à faciliter l’appropriation »5. Le numérique et l’ensemble des dispositifs de médiation qu’il propose conduisent à réinterroger ce processus de démocratisation du point de vue de l’identité des acteurs impliqués dans l’instance de production, de la nature des « produits » mis à disposition et des logiques d’appropriation adoptées par le public :

  • 6 Rueda Amanda, « Des médias aux médiations : quelles médiations, quels objets, quels enjeux ? », Les (...)

Interroger les objets culturels du point de vue des médiations – qu’ils soient le produit des médias ou bien de la création culturelle industrielle –, implique d’aller de l’objet à sa lecture, d’étudier sa place dans les trajets de consommation individuels et dans les tissus de relations qu’établissent les individus entre eux. Ces objets doivent être pensés comme des formes expressives et symboliques porteuses d’écritures, de discours, de valeurs et de représentations du monde, et, en fin de compte, de médiations qui visent à créer du lien : « perdre l’objet pour gagner les processus », écrit Martín Barbero (Martín Barbero, 1987, p. 220, traduit par nos soins). Ce questionnement renvoie aux écritures et aux formes narratives, aux logiques de production, aux publics, aux communautés discursives dont elles sont à l’origine, et à leurs « caractéristiques matérielles et signifiantes, techniques et sémiotiques ».6

5Ainsi, les médiations, les dispositifs et les formes d’écritures qui les sous-tendent organisent le rapport au public et esquissent des matrices culturelles du populaire qui correspondent aux stratégies commerciales des entreprises médiatiques et s’étendent au-delà, sur le plan de la mémoire et de l’imaginaire des masses.

  • 7 Rieder, Bernhard, « De la communauté à l’écume : quels concepts de sociabilité pour le « web social (...)

6Les dispositifs numériques de médiation proposent de nouvelles expériences via un espace de rencontre et d’interaction : il s’agit de prolonger l’expérience sociale et culturelle dans un continuum qui s’exerce avant/pendant/après et qui recouvre différentes fonctions : informer/inciter, accompagner, fidéliser. Ces nouvelles expériences sont à vivre en « co-isolation »7 dans des logiques d’usages que les dispositifs configurent.

Vulgarisation des savoirs et intermédialité

  • 8 Jacobi, Daniel, Schiele, Bernard et Cyr, Marie-France, Note de synthèse [La vulgarisation scientifi (...)
  • 9 Schiele, Bernard et Larocque, Gabriel, « Le message vulgarisateur », Communications, 33, Paris, 198 (...)

7Le processus de vulgarisation constitue une médiation communicationnelle entre le lieu de diffusion-création du savoir (musées, médias, sites internet…) et le public. Les discours vulgarisateurs se caractérisent par des procédés textuels récurrents tels que la paraphrase et la reformulation, le recours au récit et au paratexte (schéma, photo, imagerie scientifique…). La vulgarisation constitue un travail de signification sociale8 et la transmission de savoirs dépasse le simple transfert. C’est un phénomène culturel et social analysable en termes de processus de circulation, de transformation et d’altération. Le concept ne renvoie pas à la production de connaissances nouvelles mais à leur organisation et aux modalités de leur pénétration dans la sphère quotidienne du récepteur. De ce fait, les conditions de production-diffusion-réception influent nécessairement sur la nature et la matérialité du « message vulgarisateur »9.

  • 10 Badir, Sémir, « La sémiotique aux prises avec les médias », SEMEN 23, Besançon, PUFC, 2007, p. 37.
  • 11 Gaudreault, André et Marion, Philippe, « Transécriture et médiatique narrative. L'enjeu de l'interm (...)
  • 12 Merzeau, Louise, « Les âges successifs de l’image ne s’effacent pas », Médiamorphoses n° 16, Bry-su (...)
  • 13 Bensaude-Vincent, Bernadette, « Splendeur et décadence de la vulgarisation scientifique », Question (...)

8L’intermédialité c’est-à-dire l’ensemble des « relations existant entre œuvres manifestées à travers des médias distincts »10 suppose une prise en compte des potentialités de représentations spécifiques détenues par chaque média11. Le processus implique nécessairement des « remédiations », le média accueilli et le média accueillant supportant chacun l’influence de l’autre. Par-delà les textes et les discours, ce sont les pratiques dont les médias dépendent mais également celles qu’ils initient à travers les dispositifs qui se transforment par l’intermédialité. Si la vulgarisation scientifique, en tant que champ de recherche, concept et pratique, ne constitue pas une nouveauté, elle est à réinterroger dans le cadre de la dynamique des passages qui travaille les médiations des savoirs, du sens et de la culture. Elle est à appréhender du point de vue de la mémoire des étapes qu’un discours-source peut traverser. La transposition ne souffre pas d’amnésie et « chaque innovation affecte nos perceptions, nos croyances et nos comportements, non en remplaçant purement et simplement les pratiques anciennes, mais en interférant avec elles »12. Si la vulgarisation scientifique « se fonde et se légitime sur le postulat d’un fossé grandissant entre l’élite scientifique et la masse du public »13, quels sont les enjeux des régimes de communication scientifique et les changements qui s’esquissent à l’aube du XXIe siècle et quelles conséquences sur les régimes de savoirs peuvent avoir la prise en compte de l’opinion et l’introduction de techniques visant à impliquer des publics de plus en plus segmentés dans des formes visibles de co-construction des savoirs ?

Du radiophonique au postradiophonique : la radio mise à l’écran

  • 14 Pignier, Nicole, « De l’internet à la mémoire humaine. Présentation », MEI n° 32, Mémoire et Intern (...)
  • 15 Guglielmone, Isabel, « La radio enrichie. Nouveau support, nouveau récit ? », Recherches en communi (...)

9Analyser la dynamique de passage des savoirs du radiophonique au webradiophonique suppose de considérer le rapport d’inclusion qui s’établit sur le méta-medium14 entre une émission diffusée sur le réseau hertzien d’une part et les processus de transpositions, de transformations et d’augmentations15 qu’elle génère sur le web d’autre part.

Les spécificités du radiophonique

  • 16 Cheval, Jean-Jacques, « De la radio à la postradio », Médiamorphoses n° 23, Bry-sur-Marne, INA, 200 (...)
  • 17 Charaudeau, Patrick, Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Bruxelles, (...)
  • 18 Oliveira, Madalena, « L'esthétique de l'écoute », Sociétés 1/2011 (n° 111), 2011, p. 123.
  • 19 Ricoeur, Paul, Temps et Récit I, Paris, Seuil, 1983.

10Dans les processus de médiations de masse, le média, producteur de lien social, constitue un lieu de rencontre entre le savoir et le public. Les études sur la radio ont souligné la vitalité radiophonique16 et « la magie de la voix »17, des sons, de la musique et du bruit. Ce média « aveugle »18 n’en est pas pour autant privé d’images : de par sa nature même, il en appelle aux images mentales et auditives et propose une expérience sensorielle particulière qui recouvre une fonction esthétique. Le récit y trouve une place particulièrement stimulante propice à la refiguration d’un monde vécu19 directement ou indirectement et dans différents contextes (scolaires, loisirs…).

De la radio à la postradio

  • 20 Poulain, Sébastien, « Colloque », Le Temps des médias 1/2010 (n° 14), 2010, pp. 256-257. URL : www. (...)
  • 21 Guglielmone, Isabel, op cit., p. 131.
  • 22 Amoedo, Avelino, Martinez-Costa, Maria del Pilar et Moreno, Elsa, « La radio généraliste sur Intern (...)

11Le « tournant postradiophonique »20 peut s’observer du point de vue des mutations économiques, des incidences sur les modalités d’écoute (spatialisation, temporalisation, interactivité) et sur le plan des contenus (diversification, développement de la programmation artistique et documentaire) : la radio qui peut être encore écoutée en direct via un simple transistor, devient (ré)écoutable en tout ou partie par le biais d’un téléphone portable, d’un ordinateur ou d’une tablette. Incluse dans le méta-medium, elle dispose d’opportunités d’augmentation et d’enrichissement21 offertes par le numérique. Les modalités d’enrichissement et de gestion des contenus (sites internet, réseaux sociaux, blogs…) dépendent des stratégies développées par les stations : celles-ci s’orientent davantage vers une narrativité hypertextuelle, un déploiement des contenus à l’écran et par navigation « entre les écrans », une programmation moins séquentielle (« à la carte ») et une accentuation de la dimension participative et fidélisante des auditeurs qui va jusqu’à l’avènement de « communautés d’auditeurs »22.

Porter le son à l’écran

  • 23 Catoir, Marie-Julie et Lancien, Thierry, « Multiplication des écrans et relations aux médias : de l (...)
  • 24 Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Commun (...)
  • 25 Bonaccorsi, Julia, « Approches sémiologiques du web », Barats, Christine (dir.), Manuel d’analyse d (...)
  • 26 Ibid., p. 133.

12La radio est donc prise dans une tension entre son identité, fondée sur le tout sonore et une altérité produite par le fait d’exposer le contenu sonore sur un autre support : ce qui n’était que sons devient « hybride »23, combinaison de sons, d’images, de textes. Le passage de la radio à l’écran implique de tenir compte de la matérialité du dispositif d’accueil et d’observer la manière dont celui-ci transforme et conditionne le processus d’écriture24 et d’organisation des savoirs. Les écrits d’écran25, appréhendables sur les plans physique, symbolique et social, se caractérisent par une grande complexité et une hétérogénéité tant énonciative que sémiotique. Ils laissent transparaître des logiques de lisibilité (montré-caché, proportion, hiérarchisation), de mobilité hypertextuelle (d’un cadre à un autre via des signes passeurs) et d’usage (possibilité de manipulation, lecture-écriture) qui font sens et permettent de saisir des représentations culturelles et sociales. Sur le plan documentaire, la définition, la production et l’édition de contenus associés à un document source constituent des strates de médiation qui dépendent « des conditions d’inscription offertes par la matérialité spécifique des médias informatisés »26.

  • 27 Boutaud, Jean-Jacques, « Du sens, des sens. Sémiotique, marketing et communication en terrain sensi (...)

13Ce qui ne pouvait être qu’entendu une seule fois s’ouvre sur de l’écrit structuré, hétérogène, sur du lire et du faire dans un continuum qui peut, au plan de la temporalité, relever tout autant de la succession que de la simultanéité. Le passage à l’écran de la radio modifie l’expérience sensible27 et la représentation du produit radiophonique qui devient réécoutable, fragmentable et source de contenus hétérogènes mis en visibilité.

  • 28 Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, op. cit., p. 4.
  • 29 Davallon, Jean, « Le musée est-il vraiment un média ? », Publics et musée, n° 2, 1992, p. 103.
  • 30 Pignier, Nicole, op. cit, p. 9.
  • 31 Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, op. cit, p. 6.

14Nous formulons donc l’hypothèse que le web et les phénomènes d’inclusion et de prolongement des contenus médiatiques sources – l’émission radiophonique fabriquée, diffusée et accessible via un usage radiophonique hertzien – esquissent des matrices culturelles, mobilisent la mémoire et les imaginaires en relation avec la spécificité du média et des dispositifs médiatiques proposés mais aussi avec les choix éditoriaux comme « modes d’intervention »28 opérés par les médias dans leur « passage au web ». Quel autre « espace de rencontre et d’interaction avec le public – le récepteur – et les oeuvres »29 les prolongements d’un programme proposent-ils ? En tant que médium englobant et constituant un cadre d’énonciation et de co-énonciation30, cet espace propose nécessairement une expérience des contenus en relation avec la nature du médium source. Quelles traces de l’expérience radiophonique le webradiophonique conserve-t-il ? Comment le web reconfigure-t-il le sonore dans l’énonciation éditoriale31 d’un écrit d’écran ? Comment les savoirs sonorisés et scénarisés opèrent-ils ce passage ? Quelle représentation des savoirs, des pratiques, du public peut-on dégager de ces processus communicationnels ?

L’histoire pour tous : entre la radio et l’écran

Une approche sémio-pragmatique

  • 32 Odin, Roger, « La question du public, approche sémiopragmatique », Réseaux n° 99, 2000, p. 55.
  • 33 Ibid., p. 60.
  • 34 Ibid.

15L’approche sémiopragmatique de la communication mass-médiatique vise à s’intéresser « aux grandes modalités de la production du sens et d’affects (vs au sens produit) ainsi qu’à leurs conditions de mise en œuvre »32 : elle invite à repérer des modes de lecture dans les énoncés. Dans cette perspective, le public est un construit considéré comme une « communauté de faire »33 : « j’appelle public un ensemble réuni par la mise en œuvre d’un système de modes de production de sens (c’est-à-dire d’un programme de production textuelle) »34. Un énoncé (entendu au sens large) donne des indications sur les modes de sa lecture et c’est le contexte qui construit le public et régit la production du sens.

  • 35 Pignier, Nicole, « Pour une approche sémio-pragmatique de la communication », Questions de communic (...)
  • 36 Ibid., p. 5.
  • 37 Boutaud, Jean-Jacques, op. cit., p. 61.

16Dans son approche sémiopragmatique de la médiagénie, Pignier refuse une approche immanente du sens de l’énoncé mais également celle du sens immanent au média : elle propose « d’interroger les contraintes et les propositions d’usage, d’interaction avec l’usager, contraintes inscrites dans les pratiques et les supports-objets des énoncés »35 : le sens émerge de l’inscription d’un énoncé sur un support matériel lui-même inscrit dans des pratiques d’énonciation, de co-énonciation et d’interprétation ancrées dans des situations concrètes. Une pratique médiatique « conduit à utiliser tel et tel potentiel du média comme support formel et comme objet matériel, du genre auquel appartient l’énoncé mais aussi de l’énoncé lui-même. »36. Pour appréhender le processus de production du sens, différents niveaux entrent en jeu : l’énoncé, l’objet, la pratique d’énonciation et de co-énonciation et la pratique d’interprétation. Les genres de pratiques médiatiques supposent des stratégies en relation avec l’« expérience sensible »37 que le média, en tant que support et objet, propose.

17L’écoute classique de la radio et l’écoute de la radio sur le web constituent deux contextes bien différenciés qui appellent des pratiques elles-mêmes différenciées, des publics construits et des usagers face à des dispositifs et des proposition de modes de lectures différents. Ce qui nous intéresse ici ce sont précisément les modalités de diffusion et de réorganisation des savoirs dans ces ensembles hétérogènes que sont les écrits d’écran et dans le passage d’un média à un autre. Le radiophonique produit du sens dans son usage autonome, hors écran. Or, son passage à l’écran modifie sa lecture-écoute puisque l’accès au son passe préliminairement par l’accès à un écran.

Etude de cas : Au cœur de l’histoire, du sonore au … sonore

Présentation de l’émission

18Au cœur de l’histoire est une émission diffusée quotidiennement (du lundi au vendredi) sur la station généraliste et commerciale Europe 1 de 14 heures à 15 heures. Elle est soutenue par une double visée, d’information et de divertissement. Son présentateur, Franck Ferrand, est « à la fois historien38, écrivain et animateur d’émission à la télévision et à la radio. »39. L’émission propose une « formule enrichie pour faire revivre l’histoire des grands personnages, voyager à travers les époques et découvrir le passé des grands monuments et des villes de France »40.

  • 41 Le podcast est un fichier son diffusé sur internet, écoutable ou téléchargeable sur un ordinateur o (...)

19L’organisation de l’émission repose sur trois temps, avec des pauses publicitaires à l’antenne retirées des podcasts41 : la première partie est consacrée à un récit qui relate par exemple l’assassinat de Trotsky, la vie d’Aliénor d’Aquitaine ou l’histoire de certaines pratiques de consommation, politiques ou religieuses ; la deuxième partie prend la forme d’un entretien entre l’animateur et un invité expert du sujet traité ; enfin une courte chronique intitulée « Aux origines » remonte à la source d’une expression, d’un rituel ou d’une pratique sociale.

Structure et fonctionnement sonore de l’émission

20L’introduction de l’émission présente et contextualise le thème et l’invité du jour : le plus souvent la parution d’un ouvrage, l’annonce ou l’ouverture d’une exposition, une commémoration… justifient le choix du sujet.

  • 42 Jacobi, Daniel, Schiele, Bernard et Cyr, Marie-France,, op. cit., p. 92.
  • 43 Mathien Michel (dir), La médiatisation de l’histoire, ses risques et ses espoirs, Bruxelles, Bruyla (...)
  • 44 Ibid., p. 408.

21Très vite, l’émission invite l’auditeur à adopter une lecture fictionnalisante. En effet, le récit, d’une durée d’une vingtaine de minutes, plonge immédiatement l’auditeur dans un réel raconté qui repose sur différents procédés : on est d’emblée frappé par le ton dandy complice, le timbre et la prosodie particulière de l’animateur qui incarne le programme. Le récit est entrecoupé de deux ou trois extraits musicaux en lien avec le thème (bande originale de film, chanson, extrait d’œuvres musicales…) et de coupures publicitaires. Ce récit s’inscrit dans la définition du récit vulgarisateur : « opération par laquelle le vulgarisateur organise son message en une “histoire de savoir” immédiatement partageable par le grand public »42. Il répond à une exigence de dramatisation comme condition de portée du message de vulgarisation. Très dynamique, il s’organise autour de plusieurs procédés : interpellations récurrentes de l’auditeur (impératifs, deuxième personne), contextualisation géographique, culturelle, politique des évènements, recours à des expressions typiques d’époque, chronologie plus ou moins tendue comprenant des mouvements elliptiques, proleptiques, focalisations sur des scènes étayées de séquences descriptives précises, reformulations qui font voir et vivre les personnages, « entailles » dans le registre populaire… Les savoirs présents dans le récit sont de nature à niveler les informations et à mettre au jour les petites histoires de la grande histoire. Certes nos constats rejoignent ceux qui déplorent les procédés de simplification discursive, de stéréotypisation et de circonstancialisation du passé qui « se construit en fonctions des canons de l’actualité, des formats prédéfinis par les supports et des politiques éditoriales – ou managériales – des rédactions »43. Il s’agit bien souvent de dévoiler des lacunes, d’éclairer les mystères et de révéler les mensonges44 pour répondre aux enjeux de captation du public dans un contexte de fidélisation. Toutefois, il ne s’agit pas ici de juger mais de montrer que la contextualisation socio-culturelle des évènements donne à voir une histoire sociale et non l’histoire en tant que discipline. L’anecdote, les lieux communs de l’époque, les descriptions servent à expliquer les grands évènements et à percer les mystères des grands destins. L’animateur se pose en « montreur de l’histoire » et le ton adopté garantit l’ethos de l’histoire dans une sorte de réconciliation entre l’élite et le populaire.

  • 45 Odin, Roger, op. cit., p. 61.

22L’entretien qui suit est conduit par l’animateur qui partage sa position d’expert avec son/ses invité(s) (conférencier, professeur, conservateur, écrivain, homme politique…). Le récit se prolonge par la reprise de certaines ramifications sous le mode du dialogue-entretien : l’invité fournit un éclairage sous forme de nouvelles anecdotes, de définitions, d’explications étayées de citations d’auteurs reconnus rapportées, de conclusions-morales et d’articulations-comparaisons avec des pratiques contemporaines ou des évènements qui font résonner les évènements passés avec l’actualité. La permanence du genre « entretien » avec une personnalité garantit la crédibilité du discours qui vise un public sinon cultivé, tout du moins intéressé par la culture historique. Au final, alors que ce genre invite à une écoute documentarisante45, cette deuxième partie de l’émission fonctionne davantage sur la base de micro-récits.

23Enfin, notons qu’à plusieurs reprises au cours de l’émission sont opérés des renvois au web qui prennent la forme de sollicitations (invitation à poster un message ou à poser une question) ou de réponses à une sollicitation antérieure.

Quelques exemples de ramifications de l’émission sur le web

24La figure emblématique de l’émission, Franck Ferrand, est relayée par les photos de l’animateur publiées sur la page web de l’émission sur le site de la station :

  • 46 Nos sincères remerciements à Monsieur Franck Ferrand qui a donné son aimable autorisation pour l’ut (...)

Figure 1. Capture d’écran de la page de l’émission Au coeur de l’histoire sur le site de la station Europe 146.

  • 47 Bonaccorsi, Julia, op. cit, p 130.

25L’émission est présente sur le site de la station et réécoutable en totalité (« l’intégrale ») ou partiellement avec une valorisation du récit (« le récit »). Le sonore est en quelque sorte « dissimulé » derrière la photographie dupliquée de l’animateur sur un fond bleu qui reprend les codes graphiques de la station et accessible par le biais de plusieurs signes passeurs47 (icône en bas à droite de chaque photographie, les titres des séquences à réécouter.) La possibilité de contacter l’émission, de s’abonner au podcast ou de rejoindre sa page facebook s’effectue par ce biais.

26Les résumés suspensifs concernent aussi bien le « récit » que l’« intégrale » et constituent les seules traces des contenus historiques de l’émission sur cette page. Ils côtoient des encarts publicitaires autopromotionnels (le podium Europe 1, concours, miniaturisation du compte twitter de la station alimenté en temps réel) ou publics (publicité pour l’établissement français du sang). La « proposition d’histoire » en termes d’écoute est alimentée quotidiennement et se lie à deux catégories d’information : l’actualité de la station (tweets d’animateur), et l’actualité dans sa globalité (sport, international, média, politique, justice, culture…) mais telle qu’elle est traitée par la station (renvoi aux « dossiers du moment », aux articles « les plus lus », « les plus commentés »). Les contenus historiques de l’émission résident donc essentiellement dans le matériau sonore.

27À ce stade, les possibilités « d’échapper » à la station Europe 1 sont minces. Seule l’icone facebook permet de sortir du site pour rejoindre la page de l’émission sur le réseau social qui propose des vidéos (bandes annonces) mettant en scène l’animateur devant la station, rue François 1er, dans ses couloirs, dans la régie… (figure 2). Les contenus historiques en lien avec les émissions apparaissent par le biais de photographies, de reproductions de couvertures d’ouvrages (figure 2 bis).

Figure 2. Capture d’écran de la page facebook de l’émission.

Figure 2 bis. Capture d’écran de la page facebook de l’émission (suite).

28Dans l’encart des photographies, Jean des Cars et Franck Ferrand in situ à Europe 1 (14 avril 2015) côtoient Caroline Otero (photographie d’époque non datée), une capture d’affiche de l’exposition Kennedy à la Galerie Joseph (3ème arrondissement de Paris 3) et des couvertures d’ouvrage (La saga des favorites de Jean des Cars ; Kennedy, le roman des derniers jours de Philippe Legrand).

  • 48 Hashtag ou mot-dièse : Marqueur de métadonnées qui permet de marquer un contenu en le dotant d’un m (...)

29Les photographies (figure 3.) constituent des signes passeurs qui conduisent vers une reproduction de la photographie augmentée d’un commentaire contenant quelques éléments biographiques (historien, journaliste et écrivain »), le hashtag48 de l’émission et une citation attribuée à l’historien.

30Des sédiments d’histoire renvoyant à des temps différents se mêlent, se succèdent dans une hiérarchisation qui correspond à celle de la programmation de l’émission.

Figure 3. Photographie commentée de Jean des Cars en studio sur la page facebook de l’émission.

31La participation des internautes sur le réseau social ne porte que très peu sur les contenus historiques (figure 4) : les commentaires publiés tantôt valorisent l’animateur, tantôt formulent des propositions de sujets d’émission, tantôt encore témoignent de l’histoire familiale ou de l’interprétation-réaction de l’auditeur face à des propos tenus par l’animateur ou l’intervenant invité. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’interactivité proposée ne bénéficie que très peu aux contenus historiques : plus précisément, elle ne bénéficie qu’indirectement à ces contenus. L’interactivité agit davantage sur l’ethos de l’émission et de l’animateur médiateur. Les possibilités de participation qui sont offertes via le réseau social permettent un ancrage communautaire de l’écoute individuelle et alimentent le lien social autour des savoirs plus que la relation aux savoirs en tant que tels.

Figure 4. Capture d’écran de commentaires d’internautes sur facebook.

  • 49 À l’heure où nous rédigeons la présente contribution.

32Le site personnel de l’animateur n’est49 accessible ni depuis la page Europe 1 ni depuis la page facebook de l’émission. S’il renvoie à ces différentes compétences médiatiques (animateur TV, radio, écrivain, éditorialiste) (figure 5), le site constitue plus une passerelle vers les différents médias (TV, radio, livres, journaux) que vers des contenus historiques : la médiation numérique de contenus médiatiques revient à accueillir des contenus issus d’autres médias et à organiser ceux-ci autour de l’animateur médiateur.

Figure 5. Bandeau d’accueil du site de l’animateur

  • 50 Constats opérés en date du 15 avril 2015.

33L’onglet consacré aux prestations radiophoniques de Franck Ferrand reprend à l’identique le régime des possibilités de réécoute de l’émission (récit/intégrale). Le troisième tiers vertical (figure 6) s’organise en quatre rubriques : « Les rendez-vous », « vos commentaires », « les archives » et « facebook fan page ». La rubrique « Archives » qui contient l’accroche « Retrouvez tous les BONUS de l’émission radio ‘Au cœur de l ‘histoire’«  semble ici la plus pertinente dans le sens où elle promet du « savoir en plus ». Or, les Bonus proposés (lettre de Bonaparte à Joséphine, extrait de L’Allée du Roi de F. Chandernagor, photographie commentée du bureau du Président des Etats-Unis F. Roosevelt…) sont peu nombreux et ne sont pas mis à jour : le dernier ajout est daté du 24 octobre 201350 en référence à une émission consacrée aux 100 ans de la police judiciaire. Seuls 19 bonus sont proposés et la quantité de « j’aime » (71 au maximum), de « tweet » (64 au maximum) et de « partager » (0) est très modérée. Le peu de mouvement généré peut expliquer l’absence de mise à jour et incite à s’interroger sur les attentes supposées des publics et sur le statut de l’émission radiophonique source. L’autonomie de l’émission radiophonique transposée tend à valoriser le produit radiophonique en tant qu’objet culturel et l’expérience d’écoute que celui-ci propose.

Figure 6. Capture d’écran de la page du site de l’animateur consacrée à l’émission radiophonique.

Eléments de conclusion : quand la radio, mise à l’écran, mise sur l’écran

  • 51 Mathien Michel (dir), op. cit., p. 404.

Des professionnels de la communication ont succédé aux historiens pour valoriser, voire sacraliser, non plus les valeurs issues du passé, mais une sorte de présent recomposé à partir d’exemples tirés d’une histoire confinée à sa plus simple fonction mémorielle. Quitte parfois à instrumentaliser celle-ci à des fins politico-stratégiques lors de crises ouvertes comme il en a existé depuis ! L’anecdotique, le manichéen, le sensationnel et, surtout, le témoignage humain et vécu en tant que tel permettent une « scénarisation censée rendre l’histoire accessible au plus grand nombre.51 

  • 52 Spies, Virginie, « Le live-tweet ou le téléspectateur devenu acteur, un enjeu pour la télévision », (...)
  • 53 Proulx, Serge et Latzko-Toth, Guillaume, « La virtualité comme catégorie pour penser le social : l’ (...)
  • 54 Glevarec, Hervé et Pinet, Michel, « L’écoute de la radio en France. Hétérogénéité des pratiques et (...)

34Au-delà de ce constat, deux questions sont au cœur de cette conclusion. Elles concernent la nature des savoirs scénarisés et les fonctions que remplissent les prolongements de l’émission sur le web. En effet, nos observations tendent à montrer que les dispositifs de prolongement de l’émission sur le web ne servent pas véritablement à enrichir les contenus présents dans le matériau sonore, si ce n’est par quelques photographies qui orientent l’imaginaire et permettent de mettre un visage sur du son. Il semble par contre que le bénéfice du passage à une consommation du produit radiophonique sur le web se joue davantage sur d’autres plans : ceux-ci concernent d’une part les modalités voire les facilités d’accès qu’engendre une appropriation sensible nouvelle dans la mesure où l’écoute sur le web implique un engagement sensible et corporel lié aux propriétés du numérique. Les possibilités de manipulation via des signes passeurs induisent des trajets de consommation qui ne dépendent plus exclusivement des contraintes de la linéarité hertzienne. Le radio devient manipulable et maîtrisable. D’autre part, c’est davantage le lien fidélisant qui s’établit entre l’auditeur et une « figure » incarnant le programme mais aussi la station – Franck Ferrand faisant partie de ses animateurs phares – qui se trouve mis en scène dans une relation étroite aux savoirs : l’encart « photos » de la page facebook de l’émission est assez emblématique de cette mise en coprésence de l’histoire, de l’actualité culturelle et du moment de l’énonciation (l’animateur et son invité coiffés d’un casque, le premier tenant un document et s’adressant à son invité). La teneur des commentaires sur les réseaux sociaux constitue un second exemple : tel un téléspectateur, un auditeur peut tweeter et live-tweeter, c’est-à-dire publier des messages en direct, en utilisant un mot clé (hashtag)52. Il a l’opportunité de consommer le programme dans un accès « communautaire »53 aux savoirs. La fidélisation constitue un enjeu important pour une station généraliste comme Europe 1 : « Plus ‛grosse’ est une radio (en nombre d’auditeurs), plus gros est son cercle de fidèles, et cela de façon proportionnelle pour chaque radio. Plus une radio est ‛grosse’, plus elle a aussi des chances d’avoir un auditoire hétérogène, des auditeurs fréquents et des auditeurs ponctuels. »54. Cette hétérogénéité est à mettre en relation avec la nature des savoirs diffusés et les modalités de leur mise en scène : « faire de l’histoire pour tous » réside dans un « savoir raconter » et renvoie à des compétences narratives comme modalités de rencontre entre les savoirs et le public. Dans le cas présent, il semble donc que les enjeux du passage de la radio au numérique s’apparentent davantage à une capitalisation des possibilités offertes par le media en termes de fidélisation et d’auto-valorisation du média-source.

Haut de page

Notes

1 Veyrat-Masson, Isabelle, Télévision et histoire, la confusion des genres : docudramas docufictions et fictions du réel, Bruxelles, De Boeck, 2008.

2 Glévarec, Hervé et Pinet, Michel, La radio et ses publics, Sociologie d'une fragmentation, Paris, éditions Seteun, 2009.

3 Pignier, Nicole, Drouillat, Benoît, Sociale expérience du Webdesign, Paris, Collection « Forme et sens », Hermès Lavoisier, 2008.

4 Martín Barbero, Jesús, Des médias aux médiations, Communication, culture et hégémonie, Paris, CNRS Editions, 2002.

5 Caillet, Elisabeth et Jacobi, Daniel, « Introduction », Culture & Musées, n° 3, dossier « Les médiations de l'art contemporain », Actes Sud, 2004, p. 16.

6 Rueda Amanda, « Des médias aux médiations : quelles médiations, quels objets, quels enjeux ? », Les Enjeux de l'information et de la communication, 2010, pp. 88-103.

7 Rieder, Bernhard, « De la communauté à l’écume : quels concepts de sociabilité pour le « web social » ? », tic&société [En ligne], vol. 4, n° 1, 2010, mis en ligne le 17 mai 2010. URL : http://ticetsociete.revues.org/822.

8 Jacobi, Daniel, Schiele, Bernard et Cyr, Marie-France, Note de synthèse [La vulgarisation scientifique et l'éducation non formelle], Revue française de pédagogie. Volume 91, 1990, p. 103. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfp_0556-7807_1990_num_91_1_1390 ?_Prescripts_Search_tabs1 =standard&

9 Schiele, Bernard et Larocque, Gabriel, « Le message vulgarisateur », Communications, 33, Paris, 1981, pp. 165-183, p. 167. url : /web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1981_num_33_1_1498

10 Badir, Sémir, « La sémiotique aux prises avec les médias », SEMEN 23, Besançon, PUFC, 2007, p. 37.

11 Gaudreault, André et Marion, Philippe, « Transécriture et médiatique narrative. L'enjeu de l'intermédialité », in André Gaudreault (dir.), Thierry Groensteen (dir.), La Transécriture. Pour une théorie de l'adaptation, Québec/Angoulême, Nota Bene/Centre national de la bande dessinée et de l'image, 1998, pp. 31-52.

12 Merzeau, Louise, « Les âges successifs de l’image ne s’effacent pas », Médiamorphoses n° 16, Bry-sur-Marne, INA, 2006, p. 80.

13 Bensaude-Vincent, Bernadette, « Splendeur et décadence de la vulgarisation scientifique », Questions de communication [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 07 avril 2015. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/368, p. 3.

14 Pignier, Nicole, « De l’internet à la mémoire humaine. Présentation », MEI n° 32, Mémoire et Internet, 2011, pp. 7-13.

15 Guglielmone, Isabel, « La radio enrichie. Nouveau support, nouveau récit ? », Recherches en communication 37, Louvain-La-Neuve, 2012, pp. 129-142.

16 Cheval, Jean-Jacques, « De la radio à la postradio », Médiamorphoses n° 23, Bry-sur-Marne, INA, 2008, pp. 23-29.

17 Charaudeau, Patrick, Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Bruxelles, De Boeck-Ina, 2005, p. 87.

18 Oliveira, Madalena, « L'esthétique de l'écoute », Sociétés 1/2011 (n° 111), 2011, p. 123.

19 Ricoeur, Paul, Temps et Récit I, Paris, Seuil, 1983.

20 Poulain, Sébastien, « Colloque », Le Temps des médias 1/2010 (n° 14), 2010, pp. 256-257. URL : www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2010-1-page-256.htm. Voir également Poulain, Sébastien, « Postradiomorphoses : petit bilan des mutations radiophoniques à l’ère du numérique », 2013, URL : http://radiography.hypotheses.org/906 et Gago Laurent, « La radio du XXI e siècle : à la rencontre d’Internet », Médiamorphoses n° 23, INA, Bry-sur-Marne (FRA), 2008, pp. 127-132.

21 Guglielmone, Isabel, op cit., p. 131.

22 Amoedo, Avelino, Martinez-Costa, Maria del Pilar et Moreno, Elsa, « La radio généraliste sur Internet. Vers la construction d’un nouveau modèle », Recherches en communication 37, Louvain-La-Neuve, 2012, pp. 111-128.

23 Catoir, Marie-Julie et Lancien, Thierry, « Multiplication des écrans et relations aux médias : de l’écran d’ordinateur à celui du Smartphone », MEI 34 Ecrans et médias, sous la direction de : Lancien, Thierry, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 57.

24 Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication et Langages, n° 145, p. 5.

25 Bonaccorsi, Julia, « Approches sémiologiques du web », Barats, Christine (dir.), Manuel d’analyse du web, Paris, Armand Colin, 2013, p. 126.

26 Ibid., p. 133.

27 Boutaud, Jean-Jacques, « Du sens, des sens. Sémiotique, marketing et communication en terrain sensible », SEMEN 23, Besançon, PUFC, 2007, pp. 45-64.

28 Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, op. cit., p. 4.

29 Davallon, Jean, « Le musée est-il vraiment un média ? », Publics et musée, n° 2, 1992, p. 103.

30 Pignier, Nicole, op. cit, p. 9.

31 Jeanneret, Yves et Souchier, Emmanuël, op. cit, p. 6.

32 Odin, Roger, « La question du public, approche sémiopragmatique », Réseaux n° 99, 2000, p. 55.

33 Ibid., p. 60.

34 Ibid.

35 Pignier, Nicole, « Pour une approche sémio-pragmatique de la communication », Questions de communication [En ligne], n° 9, 2006, URL : http://questionsdecommunication.revues.org/7945.

36 Ibid., p. 5.

37 Boutaud, Jean-Jacques, op. cit., p. 61.

38 Franck Ferrand est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et titulaire d’un DEA d’Histoire et civilisation obtenu à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Source : http://www.france3.fr/emissions/l-ombre-d-un-doute/biographies

39 https://www.facebook.com/F.Franck.Ferrand/info ?tab =page_info

40 http://www.europe1.fr/emissions/au-coeur-de-l-histoire

41 Le podcast est un fichier son diffusé sur internet, écoutable ou téléchargeable sur un ordinateur ou un lecteur portable.

42 Jacobi, Daniel, Schiele, Bernard et Cyr, Marie-France,, op. cit., p. 92.

43 Mathien Michel (dir), La médiatisation de l’histoire, ses risques et ses espoirs, Bruxelles, Bruylant, 2005, p. 404.

44 Ibid., p. 408.

45 Odin, Roger, op. cit., p. 61.

46 Nos sincères remerciements à Monsieur Franck Ferrand qui a donné son aimable autorisation pour l’utilisation des captures d’écran qui figurent dans cette contribution.

47 Bonaccorsi, Julia, op. cit, p 130.

48 Hashtag ou mot-dièse : Marqueur de métadonnées qui permet de marquer un contenu en le dotant d’un mot-clé. Ce marqueur est à la base du fonctionnement du réseau social Twitter.

49 À l’heure où nous rédigeons la présente contribution.

50 Constats opérés en date du 15 avril 2015.

51 Mathien Michel (dir), op. cit., p. 404.

52 Spies, Virginie, « Le live-tweet ou le téléspectateur devenu acteur, un enjeu pour la télévision », Semioblog, 2011. URL : http://semiologie-television.com/ ?p =3580

53 Proulx, Serge et Latzko-Toth, Guillaume, « La virtualité comme catégorie pour penser le social : l’usage de la notion de communauté virtuelle », Sociologie et sociétés, vol. XXXII (2), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2000, pp. 99-122.

54 Glevarec, Hervé et Pinet, Michel, « L’écoute de la radio en France. Hétérogénéité des pratiques et spécialisation des auditoires », Questions de communication [En ligne], 12 | 2007, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 23 avril 2015. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/2435, p. 36.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Capture d’écran de la page de l’émission Au coeur de l’histoire sur le site de la station Europe 146.
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/2663/img-1.png
Fichier image/png, 342k
Légende Figure 2. Capture d’écran de la page facebook de l’émission.
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/2663/img-2.png
Fichier image/png, 295k
Légende Figure 2 bis. Capture d’écran de la page facebook de l’émission (suite).
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/2663/img-3.png
Fichier image/png, 238k
Légende Figure 3. Photographie commentée de Jean des Cars en studio sur la page facebook de l’émission.
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/2663/img-4.png
Fichier image/png, 117k
Légende Figure 4. Capture d’écran de commentaires d’internautes sur facebook.
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/2663/img-5.png
Fichier image/png, 158k
Légende Figure 5. Bandeau d’accueil du site de l’animateur
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/2663/img-6.png
Fichier image/png, 379k
Légende Figure 6. Capture d’écran de la page du site de l’animateur consacrée à l’émission radiophonique.
URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/2663/img-7.png
Fichier image/png, 589k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Equoy Hutin, « Intermédialité et vulgarisation des savoirs historiques à l’ère de la post-radiophonie : le cas de « Au cœur de l’histoire » (Europe 1) », Amnis [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://amnis.revues.org/2663 ; DOI : 10.4000/amnis.2663

Haut de page

Auteur

Séverine Equoy Hutin

ELLIADD, Université de Franche Comté, France, severine.equoy-hutin@univ-fcomte.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org