Navigation – Plan du site

Avant propos

La culture pour tous, le rôle des media dans la vulgarisation du savoir
Dolores Thion Soriano-Mollá et Inmaculada Rodríguez Moranta

Texte intégral

1Terme polysémique s’il en est, le concept de « moyen de communication », média, mass média, regroupe des domaines aussi divers que les outils et les plateformes permettant la vulgarisation du savoir et bien d’autres moyens de communication que ce numéro d’Amnis se propose d’aborder. La créativité, l’éducation, les technologies, les institutions publiques, les entreprises et les idéologies œuvrent de concert afin de rendre la culture accessible, et même parfois inaccessible, au plus grand nombre selon les idées, les croyances et les intérêts en jeu. Dans un ouvrage phare intitulé Pour comprendre les medias : les prolongements technologiques de l’homme, Marshal McLuhan livre cette citation anonyme mais éloquente :

Dans la pensée moderne (sinon dans les faits)

Rien n’existe sans agir,

Il est donc considéré sage

  • 1 McLuhan, Marshall, Comprender los medios de comunicación : las extensiones del ser humano, Barcelon (...)

De voir la plaie et non le mal.1

  • 2 Balle, Francis, Médias et société, Monchrestien, Lextenso éditions, 2009, pp. 9-11.

2Agir ou dire. Mais que dire, comment le dire et pourquoi le dire ? D’après Francis Balle, les medias se répartissent en trois catégories : les medias autonomes, qui ne sont pas tributaires d’outils technologiques perfectionnés, tels que les livres, les journaux, les disques, les Dvd, les vidéos et les fichiers informatiques ; les medias qui s’appuient sur le câble, le satellite ou les réseaux numériques ; et enfin, les média bilatéraux dont l’objet est d’établir une communication entre deux personnes ou entre un individu et une machine2. La stratégie de communication diffère en fonction de la catégorie à laquelle un média appartient, et cela a un impact considérable sur la façon de diffuser le savoir en fonction du public ciblé et des objectifs qui ont été fixés : informer, convaincre, former ou éduquer le public. Pour ce faire, chaque catégorie de média s’appuie sur des registres spécifiques et s’efforce d’établir un mode de communication adapté entre l’émetteur et le récepteur (interpersonnel, institutionnel, médiatique). Selon les informations, les savoirs et les valeurs qu’ils entendent véhiculer, ils ont recours à l’empathie, à la subjectivité, ou encore à une approche cognitive. Les cultures populaires, savantes ou de masse, le savoir académique, la littérature, les arts visuels et audiovisuels, les bulletins d’information et la propagande reposent sur un discours utopique qui vise à gommer les différences sociales. Le message à transmettre est ainsi soigneusement sélectionné, puis adapté aux attentes du public. S’il peut sembler illusoire de croire que la culture est à la portée de chacun, l’Histoire prouve qu’une telle approche est à l’origine de bon nombre d’initiatives et de projets visant à démocratiser le savoir.

3En premier lieu, la vulgarisation du savoir implique que le public ait conscience de son existence de son accessibilité. À l’aube de l’ère moderne, les Lumières ont œuvré à la démocratisation du savoir afin d’éduquer les masses à la citoyenneté et de leur permettre de s’adapter aux nouvelles valeurs véhiculées par le Libéralisme. Leur projet, à la fois politique, social, éducatif et moral fut relayé par le monde de l’édition et par la presse, en dépit de l’opposition persistante des élites privilégiées : « la culture pour presque tout le monde ».

4En matière de dissémination du savoir, il convient toutefois de ne pas minimiser l’influence croissante du journalisme depuis la fin du XVIIIe siècle, pas plus que l’impact des nombreuses innovations technologiques ou les nombreux changements qui ont affecté la perception littéraire et esthétique lors de l’avènement du Libéralisme (Ribao). Des tableaux et des graphiques austères venant illustrer le discours historique aux œuvres de fiction romantiques, en passant par les récits humanistes de Fin de Siècle, la diversification des modes de diffusion des connaissances scientifiques, artistiques, littéraires, historiques, politiques et sociales est manifeste. La démocratisation de la culture a bénéficié de l’émergence de nouvelles démocraties, de la diversification des modes et des réseaux de communication, des avancées technologiques et de la multiplication des cercles sociaux (Eiroa). L’objectif était de permettre l’avènement de « l’homme nouveau » ou la femme moderne (Eiroa), de sensibiliser le public et de partager la culture avec les masses. Il fallait pour cela rendre le savoir plus attrayant afin de susciter chez les gens le désir d’apprendre et de leur permettre de s’approprier les connaissances ainsi acquises. Les institutions publiques ont joué un rôle croissant dans ce qui constituait déjà un gage d’égalité (Lucci).

5Au début du XXe siècle, les innovations technologiques ont permis de développer des moyens et des réseaux de communication de plus en plus spécialisés. Le savoir a ainsi cessé d’être confiné au cadre restrictif de l’écriture et de la lecture pour gagner des domaines tels que les arts visuels et acoustiques. Il convenait alors de définir des nouvelles formes de savoir rationnel et subjectif et les médias ont souvent dû adopter une approche émotionnelle afin de façonner une nouvelle mémoire collective et un nouveau sens de l’identité (Campos, Pérez, Lucci). La cohabitation entre les différents moyens de communication était alors plus aisée qu’elle ne l’est à présent. L’article de Simó, intitulé Biblioteca de divulgación política, illustre parfaitement ce point puisqu’il s’intéresse à la manière dont certains éditeurs, dont l’investissement en matière de démocratisation du savoir est devenu célèbre, ont contribué à l’émergence d’une pensée civique et politique chez les citoyens tandis que les campagnes de désinformation se multipliaient en Espagne.

6Vivre au troisième millénaire implique l’acceptation de la diversité culturelle, le développement et la diversification des moyens, des modes et des stratégies d’expression et de communication, en particulier sur les médias en ligne dont l’influence ne cesse de croître (Equoy Hutin).

  • 3 Chaumier, Serge, L’inculture pour tous, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 21.
  • 4 Ibid., p. 51 ; Caune, Jean, La démocratisation culturelle. Une médiation à bout de souffle, Paris, (...)

7Pour citer Serge Chaumier, « la conception démocratique devient le paradigme dominant, qui veut que la culture n’ait de sens que partagé, et chasse une antique conception aristocratique qui trouve aberrant de prétendre la proposer aux autres catégories sociales »3. Il ne s’agit pas simplement d’éduquer les gens et de leur fournir des références morales, mais également de les extraire de quelque chose, de les conduire vers autre chose et de leur permettre d’atteindre cet objectif. Une telle stratégie rend possible la démocratisation, l’acquisition et l’appropriation du savoir. La culture prospère au rythme de l’industrie sur laquelle elle s’appuie pour diffuser les connaissances. Cependant, les nombreux systèmes de régulation (commerciaux, idéologiques, esthétiques et autres) qui se sont renforcés au fil du temps, ont eu des conséquences notables sur les productions artistiques, humanistes et scientifiques, ainsi que sur leur réception et sur leur avenir, tout particulièrement dans le cas d’Internet. Des phénomènes tels que l’appropriation, le plagiat, la réinvention, la déculturation et l’acculturation constituent-ils autant de menaces ou sont-ils simplement une étape nécessaire dans le processus de démocratisation du savoir ?4

8Ce quatorzième numéro de la revue Amnis constitue un espace de réflexion et de recherche transdisciplinaire sur le rôle passé et présent des médias (presse écrite, revues culturelles et littéraires, que ce soit dans leur version papier ou dans leur version numérique, télévision, cinéma, etc.), ainsi que des nombreuses spécificités et institutions culturelles ayant joué un rôle essentiel dans la démocratisation du savoir.

  • 5 Jianmin, Li, « Estudio sobre la popularización de la ciencia en las ciudades modernas », Quark, n°  (...)

9Une première série d’articles souligne combien il est ardu de démocratiser les savoirs scientifiques, non pas pour étayer un corpus de connaissances préexistant ou à destination d’autres chercheurs, mais à destination du grand public. Bien que la vulgarisation du discours scientifique remonte au XVIIIe siècle, son impact sur la société n’a été véritablement mesuré qu’à la fin du XXe siècle, en majeure partie grâce au développement de Web 2.0 qui a permis à un large public d’interagir et de participer activement à un scénario de plus en plus global. La vulgarisation du savoir scientifique résulte de cinq facteurs : 1) elle est devenue un enjeu politique ; 2) certains experts en ont fait une véritable profession, le nombre de musées dédiés aux sciences et aux techniques n’a cessé d’augmenter, et le discours scientifique s’est banalisé dans les médias, notamment lorsqu’ils traitent de situations délicates telles que les alertes sanitaires ou les crises économiques et environnementales ; 3) la science revêt une fonction récréative, en particulier dans les pays développés qui disposent de technologies de pointe ; 4) la science est au cœur de toutes les réformes de l’enseignement primaire et secondaire, même s’il ne s’agit pas d’un phénomène récent. À cet égard, l’article de Sablonnière s’intéresse à l’importance des travaux de Gaston Tissandier portant sur la fonction pédagogique du jeu dans les manuels de science publiés en Espagne au début du XXe siècle ; 5) notre rapport à la science a évolué et les scientifiques du XXIe siècle cherchent à communiquer avec le grand public. Si la vulgarisation scientifique était l’apanage de la presse au XIXe siècle, elle est depuis relayée par nombre d’autres supports de communication tels que les réseaux sociaux, les « science shops », les conférences, les cafés-science, etc., comme le souligne Svanidzé dans son article sur les transferts culturels entre la France et la Géorgie dans les ouvrages de vulgarisation scientifique5. L’article de Cochand offre, quant à lui, une analyse intéressante sur la vulgarisation des techniques de greffe d’organes dans deux revues médicales suisses publiées entre 1950 et 1990, à une époque où ce procédé était encore peu connu du grand public.

  • 6 Roqueplo, Philippe, Le partage du savoir. Science, culture, vulgarisation, Paris, Seuil, 1974.

10La démocratisation du savoir scientifique requiert de la précision, de l’objectivité et une légitimité et implique que l’on soit parvenu à gagner la confiance du public. Toutefois, il semble que la dissémination du savoir s’accompagne souvent d’une forme de discours pédagogique, aussi simpliste soit-il, lorsqu’il conviendrait précisément d’écarter toute considération superflue ou didactique6.

  • 7 Moreno Herná, UNED, 2006, p. 12.

11Aux débuts de l’imprimerie, les livres n’avaient pas pour fonction de transmettre le savoir au grand public et les droits d’auteur n’avaient donc aucune importance. De la même manière, il est difficile de prévoir l’impact qu’auront les nouveaux médias électroniques sur la diffusion de la culture. On peut toutefois penser que les « articles et les essais, par exemple, ne seront plus l’apanage des médias papier mais seront plutôt publiés sur support numérique »7. Dès lors, des considérations essentielles à la survie des médias papier, telles que le nombre d’abonnés, la compilation d’articles et la recherche de nouveaux formats, deviendront caduques. La démocratisation de la littérature a revêtu des formes diverses au XIXe, au XXe et au début du XXIe siècle. La deuxième équipe de chercheurs a donc tenté d’aborder le problème de la démocratisation du savoir sous une perspective historique (Ribao), afin de mesurer la portée de la réception des œuvres littéraires et de la communication transfrontalière (Rozeaux), d’évaluer le rôle des éléments visuels dans la vulgarisation de la culture savante dans les romans contemporains (Cáliz), ou de définir la manière dont les publication hebdomadaires et les maisons d’édition ont façonné les projets sociaux et politiques dans l’Espagne franquiste (Ripoll).

12La troisième partie, enfin, s’intéresse à la vulgarisation de l’histoire politique et sociale. Il s’agit d’un domaine très spécifique qui nécessite une étude rigoureuse des diverses formes de discours sur lesquelles il s’appuie (savant, populaire, populiste, auditif ou visuel) et qui offre au chercheur une palette de possibilités qui vont de la narration visuelle ou écrite, sans laquelle il est impossible de transmettre les valeurs et les idéologies, aux diverses façons d’interpréter, de représenter et même de façonner la réalité présente ou passée. Les articles rassemblés s’accordent à souligner que l’Histoire s’est attachée à définir et à perpétuer des modèles, à réviser les points de vue, à séduire, à informer ou à désinformer les gens, à leur offrir un sentiment de continuité et d’identité et à modeler les opinions et les consciences. Une telle approche, qu’elle soit éducative ou propagandiste, a contraint les medias à s’adapter à leur public et, lorsqu’ils sont parvenus à atteindre leur objectif suprême, aux citoyens et aux démocraties.

  • 8 Cazeneuve, Jean, La télévision et ses sept procès, Paris, Buchet-Castel, 1992.

13Si la quête utopique de la démocratisation du savoir, à un niveau populaire tout d’abord, puis à plus large échelle, pour tous et par tous, au-delà des limites spatiales et temporelles, a emprunté des chemins sinueux, de nouvelles questions ne cessent d’émerger et soulignent le caractère actuel du thème abordé dans ce numéro d’Amnis. L’immédiateté, le déséquilibre entre unité et mondialisation, entre connaissance et émotions, conséquences de la démocratisation du savoir, sont-ils autant de menaces qui pèsent sur notre société ? Si Max Weber avait en partie raison lorsqu’il affirmait que les médias n’offrent qu’une représentation partielle de la réalité et désacralisent ainsi le monde dans lequel nous vivons, Jean Cazeneuve à tout aussi raison d’observer que, de nos jours, par le biais des médias, l’humanité vit et s’observe en train de vivre comme si la vie était un simple objet ou un spectacle8.

14L’objectif de ce numéro d’Amnis est d’inciter le lecteur-citoyen à amorcer une réflexion sur la démocratisation du savoir à la lecture des articles qu’il rassemble et à prolonger cette réflexion au-delà de ces quelques pages. Après tout, il ne fait aucun doute qu’observer les medias permet d’observer et de comprendre la société dans laquelle nous vivons.

Haut de page

Notes

1 McLuhan, Marshall, Comprender los medios de comunicación : las extensiones del ser humano, Barcelona, ed. Paidós, 1996, p. 32. (Pour comprendre les médias : Les prolongements technologiques de l'homme, París, Le Seuil, 1968).

2 Balle, Francis, Médias et société, Monchrestien, Lextenso éditions, 2009, pp. 9-11.

3 Chaumier, Serge, L’inculture pour tous, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 21.

4 Ibid., p. 51 ; Caune, Jean, La démocratisation culturelle. Une médiation à bout de souffle, Paris, Presses Universitaires de Grenoble, 2006 ; Mattelart, Armand ; Delcourt, Xavier ; Mattelart, Michèle, La culture contre la démocratie ? L’audiovisuel à ‘heure transnationale, Paris, La Découverte, 1984.

5 Jianmin, Li, « Estudio sobre la popularización de la ciencia en las ciudades modernas », Quark, n° 37-38, 2005-2006, pp. 72-82.

6 Roqueplo, Philippe, Le partage du savoir. Science, culture, vulgarisation, Paris, Seuil, 1974.

7 Moreno Herná, UNED, 2006, p. 12.

8 Cazeneuve, Jean, La télévision et ses sept procès, Paris, Buchet-Castel, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dolores Thion Soriano-Mollá et Inmaculada Rodríguez Moranta, « Avant propos  », Amnis [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 27 juin 2016. URL : http://amnis.revues.org/2701

Haut de page

Auteurs

Dolores Thion Soriano-Mollá

Université de Pau et des Pays de l’Adour, France

Articles du même auteur

  • Prólogo [Texte intégral]
    Cultura para todos, el papel de los medios de comunicación en la popularización del saber
    Paru dans Amnis, 14 | 2015
  • Foreword [Texte intégral]
    Culture for everyone, the role of the media in popularizing knowledge
    Paru dans Amnis, 14 | 2015

Inmaculada Rodríguez Moranta

Universitat Rovira i Virgili, Espagne

Articles du même auteur

  • Prólogo [Texte intégral]
    Cultura para todos, el papel de los medios de comunicación en la popularización del saber
    Paru dans Amnis, 14 | 2015
  • Foreword [Texte intégral]
    Culture for everyone, the role of the media in popularizing knowledge
    Paru dans Amnis, 14 | 2015
Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org