Navigation – Plan du site
La science, à la recherche de l’encre et du papier

La vulgarisation de la notion d’adolescence dans l’Europe de l’après-Seconde Guerre mondiale : échanges et circulations du savoir « psy » entre l’espace francophone européen et l’Italie

Laura Di Spurio

Résumés

Cet article interroge les usages de la notion d’adolescence dans l’Europe de l’après Seconde Guerre mondiale à travers l’analyse conjointe du savoir francophone et italien entre 1945 et 1958. Cette étude comparée examine les ressorts à travers lesquels la psychologie s’est imposée comme discipline experte de cet âge de la vie ainsi que les questions liées à sa vulgarisation. À travers l’analyse de l’intense production éditoriale que connaît cette période décisive dans l’élaboration des savoirs, cet article étudie les nombreux débats qui ont animé ce champ disciplinaire alors en pleine construction. La démarche comparative permet en outre d’en identifier les acteurs ainsi que la façon dont circulent les savoirs en Europe. Il apparaît ainsi que les Catholiques ont joué un rôle important dans la construction et dans la diffusion de ces savoirs tant dans l’espace francophone que dans l’espace italien.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Adolescencia, Francia, Italia, psicología
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Morin, Edgar, « Salut les copains ! », Le Monde, 6-7 juillet 1963.
  • 2 Bantigny, Ludivine, « Compte-Rendu de Carroy, Jacqueline, Ohayon, Annick et Plas, Régine, Histoire (...)
  • 3 Cimino, Guido and Foschi, Renato, « Italy », in Baker, David B. (Ed.), The Oxford Handbook of the (...)

1Cet article a pour but d’interroger les usages de la notion d’adolescence et sa vulgarisation dans l’Europe de l’après Seconde Guerre mondiale à travers l’analyse conjointe de l’espace francophone et italien entre 1945 et 1958. L’analyse comparée de ces deux contextes socioculturels devrait permettre de saisir les dynamiques à l’œuvre dans les usages d’une notion en passe de devenir une « sorte d’espace biologique, psychologique, social »1. Cette étude s’inscrit dans un mouvement historiographique qui tend à « nouer et à renouer les liens entre l’histoire et les sciences du psychisme »2. À la lumière des différents débats qui ont animé la psychologie du développement, il est question d’analyser les ressorts qui ont permis à cette discipline de s’imposer comme experte de cet âge de la vie. Il s’agit également d’étudier la nature de l’intense production éditoriale qui a vu le jour en Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à sa propre remise en cause par les psychologues francophones et italiens. Par ailleurs, les échanges du « savoir psy » entre ces deux espaces permettent d’explorer les relations entre Catholicisme et psychologie et d’inscrire la psychologie de l’adolescence dans une perspective internationale3.

Le problème de l’adolescence

  • 4 Debesse, Maurice, op. cit., 1943, p. 13.
  • 5 La synthèse de Maurice Debesse fait partie des 26 titres de la collection « Que sais-je ? » ayant (...)
  • 6 Zaffi, Pia, Età evolutiva : note di psico-pedagogie, Milano, Ancora, 1960, p. 223.

2« J’ai gardé mon ami le souvenir de votre air confus lorsque vous me questionniez sur les problèmes que pose l’adolescence. Vous paraissiez vous excuser de votre manque d’information. Votre cas n’est pas pendable. Consolez-vous en pensant qu’il est celui de la plupart des Français cultivés »4. Ce paragraphe tiré du « Que sais-je » que le pédagogue français Maurice Debesse consacre à l’adolescence en 1943 résume à lui seul la rhétorique dans laquelle s’inscrira la psychopédagogie aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale : elle y figure comme un problème encore inconnu que seule la psychologie pourra résoudre. Cet ouvrage impose Debesse comme le spécialiste de la discipline, le succès de cet ouvrage ne fait que le confirmer5. Traduit en Italien dès 1950, le travail du français est alors salué comme l’unique vue d’ensemble de l’adolescence6.

  • 7 Heuyer, Georges, « Caractères physiologiques de l’adolescence », L’École des parents, déc. 1952.
  • 8 Claude, Robert, « Initiation des jeunes au cinéma », La Revue Nouvelle, 1957/6, p. 621. 
  • 9 Desjardins, Gaston, L’amour en patience. La sexualité adolescente au Québec (1940-1960), Québec, P (...)
  • 10 Ibid., p. 234.

3C’est dans la problématique plus large de la jeunesse que s’inscrivent les préoccupations à l’égard de l’adolescence qui s’autonomise comme catégorie au cours de cette période. L’adolescence, « l’âge qui succède à l’enfance et qui commence avec les premiers signes de la puberté »7, est volontiers définie par les psychologues comme un » âge ingrât », un « âge difficile », une « période délicate » et même « dangereuse » dans le développement humain. C’est au nom des difficultés et des dangers que constitue cet « âge entre deux âges »8 que se cristallisent les discours sur l’adolescence. « Être adolescent, c’est devenir adulte dans une société elle-même en devenir »9 : cet âge de la vie devient au cours de cette période de bouleversements « le lieu par excellence où se joue le devenir social »10.

  • 11 Bantigny, Ludivine, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieus (...)
  • 12 Voir à ce sujet : Niget, David, « Le genre du risque. Expertise médico-pédagogique et délinquance (...)
  • 13 Debesse, op. cit., p. 21.
  • 14 Rouvroy, Maurice, « Le drame de l’adolescence », Éducation familiale, 1954, n° 3, p. 65.

4Une intense activité éditoriale « de l’ordre du déferlement et de l’infiltration »11 se met alors en branle : aucune maison d’édition n’épargne son lecteur d’un ouvrage sur l’adolescence. Au sein de cette production éditoriale, la psychologie tient le rôle titre. À travers cet âge de la vie, la figure du psychologue assoit son utilité sociale tant dans les institutions scolaires et judiciaires12 que dans les médias où son expertise sera réclamée au nom du problème que pose l’adolescence aux parents – aux mères, en priorité – et aux éducateurs. La psychologie s’impose alors comme seule à même de « faire comprendre et faire aimer »13 cet âge de la vie, qu’on connaît encore mal et sur lequel circule des idées fausses et préconçues14. C’est à travers des « manuels d’élevage d’enfants » que les psychologues vont s’attacher à décrire cette période de la vie dont l’argument de vente central se base sur l’idée d’une incompréhension générale des phénomènes qui président à l’adolescence.

Une discipline à construire

  • 15 Debesse, Maurice, L’adolescence, Paris, PUF, Que sais-je ?, 1943, p. 46.
  • 16 Ibid., p. 45.
  • 17 Ibid., p. 46.
  • 18 Debesse, Maurice, Comment étudier les adolescents ?, Paris, Puf, 1937, p. 25.
  • 19 Origlia, Dino et Ouillon, Honoré, L’adolescent, Paris, Les Éditions Sociales Françaises, 1968, p.  (...)

5Plus loin, Maurice Debesse remarquait avec le lyrisme qui caractérise sa synthèse : « En se penchant sur une carte de l’adolescence, on aperçoit, comme sur les cartes d’Afrique, datant du milieu du siècle dernier, des “blancs” significatifs »15. Debesse évoque alors « une exploration récente et difficile »16 autour de laquelle gravitent les noms de l’américain Stanley Hall, des allemands Eduard Spranger et Charlotte Bühler ou encore du français Pierre Mendousse. La psychologie de l’adolescence est alors composée de « véritables écoles nationales »17, Debesse en distingue trois : l’école américaine, la française – suisse, français et belges confondus – et l’allemande. Cette distinction en zones géographiques18 tend à disparaître après 1945. Toutefois, celle-ci est, comme le note encore en 1964 le psychologue italien Dino Origlia, « très importante car la psychologie appliquée demeure en rapport étroit avec les diverses caractéristiques des différents milieux. C’est ainsi qu’une psychologie de l’adolescence élaborée aux États-Unis peut se révéler en partie seulement véridique dans le monde latin, par exemple, étant donné les différences de structure sociale »19.

  • 20 Busnelli, Claudio, « Aspetti e problemi degli studi di psicologia genetica e dell’eta evolutiva in (...)
  • 21 Cimino, Guido and Foschi, Renato, op. cit.
  • 22 Lucia, Piero, Intellettuali italiani del secondo dopoguerra. Impegno, crisi, speranza, Napoli, Gui (...)
  • 23 Grasso, Pier G., « Umanesimo ed adolescenza. Punti interrogativi su di una recente pubblicazione » (...)

6Ce point de vue peut s’analyser en des termes éditoriaux, plus particulièrement dans le contexte italien de l’après Seconde Guerre mondiale. L’Italie est en effet l’une des grandes absentes du tour d’horizon de la psychologie de l’adolescence que fait Debesse. Des raisons historiques – le fascisme a en effet isolé les universités italiennes – et financières ont entravé le développement de centres dédiés à la psicologia dell’età evolutiva20. L’après Seconde Guerre mondiale italien se caractérise par une volonté de travailler au développement et au rayonnement international de la psychologie italienne dont le psychanalyste Cesare Musatti et le psychologue franciscain Agostino Gemelli sont les artisans21. À cela s’ajoute l’idée selon laquelle la société italienne demeure hostile à la psychologie et à la psychanalyse considérées alors comme « dangereuses et anormales22 ». Les années 50 constituent ainsi un tournant dans la construction des savoirs sur la jeunesse en Italie. Les nombreuses communications présentées au Congresso Nazionale degli Psicologici Italiani témoignent alors de l’intérêt des jeunes chercheurs pour la psychologie du développement alors qu’en mars 1955 est mise sur pied la « Libera Docenza in Psicologia dell’Età Evolutiva »23 qui signe la reconnaissance officielle de l’enfance et de l’adolescence comme objets de recherches au sein des universités.

  • 24 Lucia, Piero, op. cit., p. 223.

7Parallèlement à cette construction d’un savoir scientifique, l’idée de diffuser ce savoir au grand public émerge. La question de la divulgazione scientifica se pose dès le début des années cinquante aux deux forces politiques de cette période : les catholiques et les communistes. Ces derniers ont en effet souligné la nécessité de développer une formation scientifique, « “arme idéologique décisive” pour le développement démocratique du pays24 » sur le modèle des grands pays industrialisés.

  • 25 Carroy, Jacqueline, Ohayon, Annick et Plas, Régine, Histoire de la psychologie en France (19e-20e (...)

8Le grand public s’est en effet déjà emparé de la nouvelle « science » en France et en Belgique25. On peut noter la création en Belgique dès 1900 de la Ligue pour la vulgarisation des sciences pratiques pédagogiques et sociologiques dans les familles. En 1929, la création par Marguerite Vérine de l’École des Parents signe le début de la diffusion au sein des familles des pratiques de l’éducation. En 1956, l’association est reconnue d’utilité publique. En Italie, c’est au milieu des années cinquante que La Scuola dei Genitori est mise sur pied sur le modèle de l’école française sous la houlette de l’Unione Femminile Nazionale alors que l’enseignante et journaliste Ada Marchesini Gobetti crée Il Giornale dei Genitori en 1958. Les femmes ont donc joué un rôle central dans le développement d’une culture psychologique au sein des familles.

La position des catholiques italiens

  • 26 Famiglia di oggi e mondo sociale in transformazione, Roma, I.C.A.S., 1954.
  • 27 Seymour, Mark, « Steel Capsules and Discursive Monopolies. "Noi Donne" and Divorce in Italy, 1945- (...)
  • 28 Famiglia di oggi e mondo sociale in transformazione, Roma, I.C.A.S., 1954.
  • 29 « Non sia la più assimilabile da educatori latini a sensibilità prevalentemente e profondamente cr (...)
  • 30 « La tipica situazione italiana di continua interferenza religiosa nella vita familiare e scolasti (...)
  • 31 Grasso, Pier Giovani, » Hay-Shaw, Cecil, Voi e il vostro bambino, Milano, Bompiani, 1955 », 1955/5 (...)
  • 32 « Ottimo sussidio alle mamme e a tutti gli educatori » in Tozzi, Raffaella, Il figlio. Note psico- (...)
  • 33 Pseudonyme d’un collectif composé du Révérend René Boigelot, Madeleine d’Hanquet d’Andrimont, Robe (...)
  • 34 Titone, Renzo, « La psicologia al servizio della pedagogia familiare nei libri di Pierre Dufoyer » (...)
  • 35 « Un ciclo di lettura Dall’infanzia all’adolescenza », La Scuola dei Genitori, 1963/3, pp. 34-35. 

9La transition économique et culturelle que connaît l’Italie aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale conduit les élites politiques à examiner les mutations de la société italienne. Celles-ci entraînent notamment l’inquiétude des milieux catholiques qui s’interrogent sur la propagation des divertissements malsains, la diffusion des théories néo-malthusiennes et matérialistes26. La constitution catholique d’un savoir sur l’enfance et l’adolescence gagne du terrain : ce savoir constitue un moyen de sauvegarder le noyau sur lequel est constituée la société italienne : la famille27. L’une des résolutions prises au cours de la Settimana Sociale dei Cattolici d’Italia de 1954 consacrée à la famille en témoigne. Ceux-ci notent : « Il s’agit par ailleurs d’inciter les parents et tous les éducateurs à une connaissance approfondie et moderne de la psychologie du développement »28. Une certaine activité éditoriale voit alors le jour. Les catholiques italiens opèrent un travail de traduction ciblé sur les travaux francophones. Cette préférence éditoriale révèle un choix culturel et idéologique que l’on peut illustrer notamment par les recensions ou encore dans les préfaces aux traductions italiennes de certains ouvrages anglo-saxons. À titre d’exemple, la pédagogie exposée dans le manuel d’éducation de la britannique Cecil Hay Shaw est considérée par Orientamenti Pedagogici, revue des sciences de l’éducation de l’Università Salesiana, comme « non assimilable aux éducateurs latins et à sensibilité principalement et profondément chrétienne »29. La « situation typique italienne d’interférence religieuse dans la vie familiale et scolaire »30 oriente de fait les choix éditoriaux. Ainsi la littérature catholique française semble être plus à même de répondre à la spécificité culturelle italienne31. En réponse aux résolutions de la semaine sociale des catholiques italiens, les Éditions Paoline publient Il figlio. Note psico-pedagogiche de Raffaella Tozzi. Ce manuel d’éducation des enfants se propose comme un « excellente aide aux mamans et à tous les éducateurs »32. Le chapitre sur l’adolescence s’inspire très largement des travaux du collectif Pierre Dufoyer33, dont les travaux sont salués par Orientamenti Pedagogici comme une « psychologie au service de la pédagogie familiale »34. La laïque Scuola dei Genitori recommande également les travaux du collectif en saluant l’ouverture des catholiques français sur la « question sexuelle »35.

  • 36 Di Spurio, Laura, Le temps de l’amour. Jeunesse et sexualité en Belgique francophone (1945-1968), (...)
  • 37 Titone, Renzo, « A proposito di letteratura giovanile », Orientamenti Pedagogici, 1955/1, pp. 55-5 (...)

10Cette « question sexuelle » est essentielle dans la définition de l’adolescence36. S’interrogeant sur les caractéristiques fondamentales de cet âge de la vie, les universitaires catholiques italiens remettent en cause la prédominance du facteur sexuel mis en lumière, selon eux, par les scientifiques américains dans le développement de l’adolescent37. Cette question renvoie à la définition de l’adolescence qui suscite un débat virulent dans la communauté scientifique au cours de cette période.

Les conceptions de l’adolescence

  • 38 Rouvroy, Maurice, op. cit., p. 66.
  • 39 Claparède, Édouard, Psychologie de l’enfant et pédagogie expérimentale, Genève, 1916, p. 112.
  • 40 Ibid., p. 112.
  • 41 Tran-Thong, Stades et concept de stade de développement dans la psychologie contemporaine, Paris, (...)

11« Définir l’adolescence en la situant exactement dans le film de l’évolution bio-psychologique »38 constitue une des résolutions des spécialistes de l’adolescence. Cette question anime la psychologie du développement depuis son émergence. Ainsi, Claparède notait en 1916 que la « confusion la plus complète règne encore dans ces dénominations […] enfance, adolescence, puberté, jeunesse »39 réclamant des spécialistes qu’ils « apportent un peu d’unité dans cette terminologie »40. Ce n’est qu’en 1955 au cours du Symposium de l’Association psychologique scientifique de langue française que la psychologie se penche sur cette question. Les résultats de ces échanges n’ont cependant pas conduit à une homologation des stades existants, ni à une définition du concept de stades41.

  • 42 Dufoyer, Pierre, La psychologie des adolescentes expliquée aux mamans, Paris-Tournai, Casterman, 1 (...)

12À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la définition dominante est celle de Debesse. Sa conception de l’adolescence est profondément rousseauiste : la « crise » qui fut son sujet de thèse de doctorat en 1930 est au cœur de sa pensée et s’il note sa relativité, il rappelle néanmoins les lois éternelles et immuables qui président à l’adolescence. Cette vision est reprise en chœur par certains vulgarisateurs, notamment par le collectif Pierre Dufoyer. Au sein de cette littérature, l’adolescence est considérée comme une « seconde naissance » qui « signe d’une manière indubitable et universelle la naissance à la vie amoureuse »42 et donc à la sexualité. L’universel adolescent se diffuse donc très largement à travers l’opération vulgarisante de la psychologie.

  • 43 Heuyer, Georges, « Caractères physiologiques de l’adolescence », L’École des parents, déc. 1952, p (...)
  • 44 Guey, Emmanuelle & Boussion, Samuel, « Le fonds Georges Heuyer (1884-1977) : un XXe siècle scienti (...)
  • 45 Heuyer, Georges, op. cit., p. 8.
  • 46 Le problème des stades en psychologie de l'enfant, Paris, PUF, 1956, p. 56.
  • 47 Ibid., p. 69.
  • 48 Zazzo, Bianka, Psychologie différentielle de l'adolescence. Etudes de la représentations de soi, P (...)

13Cette définition profondément rousseauiste de l’adolescence est rapidement contestée. L’École des Parents et des Éducateurs se fera le relais d’un débat qui oppose Debesse à Georges Heuyer43, figure tutélaire de la pédopsychiatrie en France44. L’article publié en 1952 par cette institution condense les discussions, tant sur le plan méthodologiques que théorique. Parmi celles-ci, celle de sa définition s’avère capitale. Redevable aux théories psychanalytiques, la définition proposée par Heuyer s’éloigne résolument de la « seconde naissance ». La puberté n’est, selon lui, « pas une date, cela est important à retenir. La puberté n’est pas une crise, c’est une longue période qui dure au minimum cinq ans. Elle est la fin d’une évolution organique et sexuelle »45. À l’occasion du Symposium de 1955, l’échange entre le psychologue belge Paul Osterrieth et René Zazzo révèle que la notion d’adolescence reste floue et qu’elle continue de susciter de vifs débats au sein de la communauté scientifique. Alors qu’Osterrieth évoque » l’idée d’une “phase négative” que l’on retrouve chez beaucoup d’auteurs, phase brouillonne sur laquelle tout le monde est d’accord »46, Zazzo réplique : « Tout à l’heure notre ami Osterrieth disait qu’en ce qui concerne la puberté, tout le monde est d’accord : il y aurait là une crise incontestée. Il suffit d’écouter Tanner, qui n’est pas tellement d’accord, même sur ce point, pour en douter »47. C’est cette idée de « crise » qui cristallise tous les débats alors que « le thème de la délinquance juvénile entretient et stimule périodiquement [cette] notion »48.

  • 49 Ibid., p. 11.
  • 50 Le problème des stades en psychologie de l'enfant, Paris, PUF, 1956, p. 106.

14Au cours de cette période, la question de la définition de l’adolescence demeure donc non résolue. Aucun auteur, par ailleurs, ne s’accorde sur les limites de l’adolescence. La psychologue française Bianka Zazzo le remarque notamment en 1965 : « Ce qui frappe notamment, c’est la grande dispersion des âges considérés. Pour une trentaine de travaux où l’âge des sujets examinés est indiqué, la limite inférieure comme la limite supérieure sont variables à tel point qu’elles déterminent par leurs extrêmes une zone d’âge excessivement large : entre 8 et 24 ans »49. La question des stades et des limites d’âges renvoie à l’intense activité éditoriale de vulgarisation, esquissée par cette remarque de l’espagnol Mariano Yela : « On peut se demander si vraiment la notion de stade est indispensable. Il y a déjà le risque de voir les publications de vulgarisation réaliser ces stades et les transformer en principes explicatifs »50.

Les lois éternelles de l’adolescence

  • 51 Heuyer, Georges, « Caractères physiologiques de l’adolescence », L’École des parents, déc. 1952, p (...)
  • 52 Zazzo, Bianka, op. cit., p. 5.
  • 53 Mead, Margaret, Coming of Age in Samoa. A Psychological Study of Primitive Youth for Western Civil (...)
  • 54 En 1959, la loi Berthoin repousse l’instruction obligatoire de 14 à 16 ans en France.
  • 55 En Italie, en 1951, presque la moitié des 14-18 ans étaient considérés comme « analphabètes » in G (...)

15L’exposé fait à L’école des parents et des éducateurs est également l’occasion pour Georges Heuyer d’évoquer la négligence des conditions extérieures et du « milieu » dont font preuve les spécialistes de l’adolescence51. Car si cette littérature admet « l’influence du milieu […], c’est seulement comme favorisant ou entravant l’expression d’un absolu : l’adolescence avec ses lois propres et éternelles »52. C’est en effet dans ce courant que s’inscrit Debesse qui fait l’impasse sur les travaux de Margaret Mead53 dans le tour d’horizon qu’il propose aux francophones. Au cours de l’Entre-deux-Guerres, l’anthropologue américaine avait mis en doute le caractère biologique et universel construit par les premiers théoriciens de l’adolescence en démontrant que la « crise d’adolescence » n’avait pas lieu dans certaines sociétés dites « primitives ». Avec elle, l’adolescence devient un fait de culture. Cette omission volontaire trahit une construction de l’adolescence universaliste et biologique, et plus particulièrement la volonté d’ériger l’adolescence en « valeur » ou en vertu civilisatrice de l’homme héritée notamment de la pensée de Stanley Hall. Si le phénomène de l’adolescence est déjà réalisé aux États-Unis grâce notamment à une obligation scolaire très précoce, elle est loin de l’être en Europe au moment où Debesse écrit sa synthèse : de nombreux adolescents travaillent dès 14 ans en France54 et en Belgique alors qu’en Italie, la scolarité ne devient obligatoire jusqu’à 14 ans qu’en 196355.

  • 56 Debesse, Maurice, op. cit., p. 23.
  • 57 Fanciulli, Giuseppe, « Adolescenza mancata », Pedagogia e Vita. Quaderno dedicato all’educazione d (...)
  • 58 L’adolescenza, come struttura psicologica in correlazione alla cronologia della vita e alla fisiol (...)

16La volonté de voir se réaliser une « adolescence pour tous » sous-tend les débats sur l’adolescence au cours de cette période. Ainsi, Debesse concluait sa synthèse en rappelant la nécessité « de protéger ce répit trop bref d’une adolescence tronquée »56, celle des jeunes travailleurs, tandis que Giuseppe Fanciulli dans le Quaderni dedicato all’educazione dell’adolescenza en 1953 parle d’une « adolescence ratée »57, précisant que l’adolescence est avant tout « un luxe » : « L’adolescence, comme structure psychologique en corrélation à la chronologie de la vie et à la physiologie, apparaît nécessaire parce qu’elle est prédisposée et voulue par la nature. (…) La réduire signifie renoncer à un exercice indispensable, et se retrouver “dans une vie d’adulte” avec un psychique mal adapté »58.

  • 59 « Cercle de psychologie et de pédagogie », La Dernière Heure, 17 janvier 1954.

17En 1954, cette même idée émane des travaux d’Osterrieth, professeur à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université de Liège. Ce dernier évoque « la maturité retardée des adolescents ouvriers malgré leur adaptation au travail adulte, et malgré la précocité de leurs réalisations sexuelles nuisant gravement à une intégration affective harmonieuse »59. L’adolescence salariée – et la supposée « précocité sexuelle » des jeunes ouvriers – cristallise à cette époque une bonne part des angoisses collectives nourries à l’égard de la jeunesse.

Vers une nouvelle ère

  • 60 Heuyer, Georges, op. cit., p. 5.
  • 61 Voir à ce sujet : Thiercé, Agnès, Histoire de l’adolescence (1850-1914), Paris, Belin, 1999.
  • 62 « Mendousse, Pierre, L’âme de l’adolescente, Paris, PUF, 1928 », L’année psychologique, 1928/29, p (...)
  • 63 Mendousse, Pierre, L’anima dell’adolescente, Roma, AVE, 1948, p. 11.
  • 64 Gemelli, Agostino, op. cit., p. 13 & Debesse, Maurice, L’adolescenza, Roma, Ave, 1966, p. 8.

18La troisième critique émise par Georges Heuyer à l’occasion de son exposé à L’école des parents et des éducateurs concerne les méthodes des spécialistes de l’adolescence – parmi lesquels Stanley Hall, Pierre Mendousse et leur héritier direct Maurice Debesse. Ces méthodes, le pédopsychiatre juge trop » personnelles »60, sont hérités de la tendance morale qui caractérise le 19e siècle61. Cette critique était déjà au cœur du compte-rendu qu’effectuait L’Année Psychologique62 en 1929 au sujet de l’ouvrage de Pierre Mendousse devenu désormais un « classique » de la psychologie de l’adolescence. L’œuvre de Mendousse demeure ainsi, selon le pédagogue Luigi Volpicelli, « le traité le plus complet sur l’adolescence »63. Ses successeurs tant italiens que français reprendront cette méthode dite personnelle : Gemelli ou Debesse usent volontiers du terme « réflexions personnelles » lorsqu’ils évoquent leurs travaux64.

19C’est que le domaine de l’adolescence est marqué au cours de cette période par une vaste littérature que l’on peine à qualifier tandis que le statut des auteurs l’est encore plus. Les femmes, par exemple, s’imposent en tant que spécialistes dans le domaine de l’enfance et de l’adolescence mais c’est le plus souvent leur qualité de mère de famille que les maisons d’édition mettent en exergue pour garantir leur statut d’experte. C’est le cas notamment des pédagogues belges Fabienne Van Roy et Jeanne Taillieu ou encore de l’italienne Luisa Guarnero.

  • 65 Ricci Cerri, Marielda, « Saggio di bibliografia ragionata sull’adolescenza », L’adolescenza. Atti (...)

20En Italie, la critique de cette littérature se développe au milieu des années 1950, au moment où la psychologie tend à rattraper son retard par rapport à l’étranger. Le bilan bibliographique que propose la pédagogue italienne Marielda Ricci Cerri pour le Congresso nazionale Medico-Pedagogiche della Pontificia Opera Assistenza, en 1958, met en évidence la difficulté de rassembler en Italie les volumes traitant de l’adolescence. Cerri note, en préambule à cette bibliographie, la rareté des ouvrages répondant à une méthodologie scientifique alors que depuis 1945 de nombreuses enquêtes conduites par des journalistes ont été écrites65. Cette bibliographie révèle en effet que la grande majorité des œuvres italiennes sur le sujet sont des œuvres de vulgarisation tandis qu’un tiers d’entre elles se focalise plus particulièrement sur le « problème sexuel ». Ce « problème sexuel » qui ne dit jamais son nom – on parle alors en effet plus volontiers de « pureté » – est plus particulièrement couvert par les milieux catholiques (l’on y découvre notamment les noms de Giovani Barra, Rodolfo Bettazzi, Agostino Gemelli ou encore le couple Guarnero).

  • 66 « Parlare di psicologia è oggi difficile. È molto pericoloso che una scienza diventi di moda » in  (...)

21De nombreux auteurs se prêtent volontiers au jeu de la vulgarisation. Parmi eux, on compte le psychiatre et homme politique italien Adriano Ossicini qui marque néanmoins son ouvrage d’une réflexion dissidente au sein de cette littérature. La préface qu’il propose à son ouvrage constitue paradoxalement un long plaidoyer contre la vulgarisation qu’il considère comme une « erreur ». Il note ainsi : « Parler de psychologie est aujourd’hui difficile. Il est très dangereux qu’une science devienne à la mode »66. Ossicini se prête ici à une réelle critique du statut de la psychologie et du travail de vulgarisation, un témoignage rare au sein de la littérature de vulgarisation de langue française et italienne.

  • 67 Voir à ce sujet : Galland, Olivier, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, 2001 ; Piccone (...)
  • 68 « Quella ricerca ripresa col massimo rispetto della metodologia scientifica, considerando definiti (...)

22Vers le milieu des années cinquante, un tournant dans la production des savoirs sur l’adolescence tant dans les pays francophones qu’en Italie est opéré. C’est dans son sillage qu’émerge une « science sociale de la jeunesse »67 qui s’attache alors à décrire cet âge de la vie au moyen d’enquêtes répondant à une méthodologie scientifique. Le tournant historique marqué par la reconnaissance officielle de l’étude de l’enfance et de l’adolescence au sein des universités italiennes est animé par le vœu de voir s’ouvrir une ère nouvelle dans la construction des savoirs sur la jeunesse. Pier Giovani Grasso, l’auteur de l’une des premières enquêtes sociologiques sur la jeunesse italienne, appelle ainsi à une recherche respectant la méthodologie scientifique, considérant « définitivement finie l’époque des essais dans lesquels les données se retrouvent submergées dans une mer d’idées crypto-philosophiques faites d’hypothèses psychologiques hasardeuses »68.

  • 69 Marny, Jean, Les adolescents d’aujourd’hui. Culture, loisirs, idoles, amour, religion…, Paris, Édi (...)
  • 70 Debesse, Maurice, op. cit., 1958.

23Ces objectifs ne seront pas réalisés dans la décennie suivante qui se voit d’ailleurs consacrée comme le « temps de l’adolescence »69. Néanmoins, les différents débats évoqués dans cet article ont conduit les psychologues à s’interroger sur l’impact des discours qu’ils ont produits. C’est le cas notamment de Debesse qui, dans le numéro de la revue Enfance consacrée à l’adolescence en 195870, est revenu sur la notion de crise qu’il a contribué à diffuser au sein des sociétés européennes. Il justifie ainsi les conceptions divergentes de l’adolescence en expliquant que les discours des psychologues, à l’instar de l’adolescence elle-même, sont marqués par le contexte dans lequel ils évoluent. Et s’il réfute le « caractère absolu » de la crise de l’adolescence, il note cependant qu’elle est plus « naturelle dans les milieux traditionnalistes de nos vieux pays européens ». L’adolescence devient ainsi symbole de la crise que connaissent les sociétés européennes au lendemain du second conflit mondial.

  • 71 « La situazione adolescenziale come un punto di riferimento della crisi del nostro tempo, in cui l (...)

24Cette période marque le moment au cours duquel cette notion biopsychologique se transforme en catégorie sociale : les psychologues ont été les artisans de la traduction en termes institutionnels des caractéristiques de l’adolescence. L’ensemble des textes analysés dans cet article met en évidence l’odyssée étrange de l’adolescence en tant qu’objet d’études. De la rareté des discours à une certaine saturation, à peine une décennie s’est écoulée. Dans leur tentative de faire comprendre cet âge de la vie, les psychologues n’ont eu de cesse d’alimenter les angoisses collectives suscitées par la jeunesse. Ces discours sont par ailleurs difficiles à définir : entre la science et la morale, les frontières sont restées floues alors que le statut des experts l’est encore plus. Cette indétermination semble d’autant plus présente au sein de la littérature catholique qui a joué un rôle central dans la construction de ces discours et plus encore dans le brouillage de ces frontières. L’activité éditoriale dont ils ont fait preuve au moment où les catholiques ont dû se repositionner en tant que force normative prouve que cet âge de la vie est devenu un lieu de contrôle d’une société alors « en crise », que l’on peut notamment illustrer par le constat du professeur Franco Fornari, psychologue et élève de Cesare Musatti, qui analysera, en 1966, l’intérêt porté à l’adolescence en ces termes : « La situation adolescente [est] un point de repère de la crise de notre époque, dans laquelle les choses changent plus rapidement que notre capacité à nous orienter face à ces transformations »71.

Haut de page

Notes

1 Morin, Edgar, « Salut les copains ! », Le Monde, 6-7 juillet 1963.

2 Bantigny, Ludivine, « Compte-Rendu de Carroy, Jacqueline, Ohayon, Annick et Plas, Régine, Histoire de la psychologie en France (19e-20e siècles) », Vingtième Siècle, 2006/4, n° 92. www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2006-4-page-211.htm.

3 Cimino, Guido and Foschi, Renato, « Italy », in Baker, David B. (Ed.), The Oxford Handbook of the History of Psychology, Oxford University Press, 2012, p. 341.

4 Debesse, Maurice, op. cit., 1943, p. 13.

5 La synthèse de Maurice Debesse fait partie des 26 titres de la collection « Que sais-je ? » ayant dépassé les 100 000 exemplaires en 1971 in Feller, Jean, « "Que sais-je" : une collection qui a réponse à tout », Communications et Langages, 1975, vol. 28, p. 73.

6 Zaffi, Pia, Età evolutiva : note di psico-pedagogie, Milano, Ancora, 1960, p. 223.

7 Heuyer, Georges, « Caractères physiologiques de l’adolescence », L’École des parents, déc. 1952.

8 Claude, Robert, « Initiation des jeunes au cinéma », La Revue Nouvelle, 1957/6, p. 621. 

9 Desjardins, Gaston, L’amour en patience. La sexualité adolescente au Québec (1940-1960), Québec, Presses Universitaires du Québec, 1995, p. 234.

10 Ibid., p. 234.

11 Bantigny, Ludivine, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, p. 23.

12 Voir à ce sujet : Niget, David, « Le genre du risque. Expertise médico-pédagogique et délinquance juvénile en Belgique au 20e siècle », Histoire@Politique, culture, société, n° 14, mai-août 2011. http://www.histoire-politique.fr/index.php ?numero =14&rub =dossier&item =144

13 Debesse, op. cit., p. 21.

14 Rouvroy, Maurice, « Le drame de l’adolescence », Éducation familiale, 1954, n° 3, p. 65.

15 Debesse, Maurice, L’adolescence, Paris, PUF, Que sais-je ?, 1943, p. 46.

16 Ibid., p. 45.

17 Ibid., p. 46.

18 Debesse, Maurice, Comment étudier les adolescents ?, Paris, Puf, 1937, p. 25.

19 Origlia, Dino et Ouillon, Honoré, L’adolescent, Paris, Les Éditions Sociales Françaises, 1968, p. 13.

20 Busnelli, Claudio, « Aspetti e problemi degli studi di psicologia genetica e dell’eta evolutiva in Italia », Archivio di psicologia, 1956, p. 3.

21 Cimino, Guido and Foschi, Renato, op. cit.

22 Lucia, Piero, Intellettuali italiani del secondo dopoguerra. Impegno, crisi, speranza, Napoli, Guida, 2003, p. 222.

23 Grasso, Pier G., « Umanesimo ed adolescenza. Punti interrogativi su di una recente pubblicazione », 1956/4, p. 555.

24 Lucia, Piero, op. cit., p. 223.

25 Carroy, Jacqueline, Ohayon, Annick et Plas, Régine, Histoire de la psychologie en France (19e-20e siècles), Paris, La Découverte, 2006, pp. 178-186.

26 Famiglia di oggi e mondo sociale in transformazione, Roma, I.C.A.S., 1954.

27 Seymour, Mark, « Steel Capsules and Discursive Monopolies. "Noi Donne" and Divorce in Italy, 1945-1965 », Storicamente, 2010/6. http://storicamente.org/italian_divorce

28 Famiglia di oggi e mondo sociale in transformazione, Roma, I.C.A.S., 1954.

29 « Non sia la più assimilabile da educatori latini a sensibilità prevalentemente e profondamente cristiana »Pier Giovani Grasso, » Hay-Shaw, Cecil, Voi e il vostro bambino, Bompiani, Milano, 1954 », Orientamenti Pedagogici, 1955/5, p. 644. 

30 « La tipica situazione italiana di continua interferenza religiosa nella vita familiare e scolastica » in « (Recensione) Luisa Guarnero, Il mistero dell’amore : ciò che una adolescente del 20 secolo deve sapere, Torino, Marietti, 1953 », La Scuola dei Genitori, 1963/3, p. 24.

31 Grasso, Pier Giovani, » Hay-Shaw, Cecil, Voi e il vostro bambino, Milano, Bompiani, 1955 », 1955/5, p. 644. 

32 « Ottimo sussidio alle mamme e a tutti gli educatori » in Tozzi, Raffaella, Il figlio. Note psico-pedagogiche, Roma, Ed. Paoline, 1955.

33 Pseudonyme d’un collectif composé du Révérend René Boigelot, Madeleine d’Hanquet d’Andrimont, Robert Maistriaux et Claude Duval-Aumont.

34 Titone, Renzo, « La psicologia al servizio della pedagogia familiare nei libri di Pierre Dufoyer », Orientamenti Pedagogici, 1955/5, pp. 600-609.

35 « Un ciclo di lettura Dall’infanzia all’adolescenza », La Scuola dei Genitori, 1963/3, pp. 34-35. 

36 Di Spurio, Laura, Le temps de l’amour. Jeunesse et sexualité en Belgique francophone (1945-1968), Bruxelles, Le Cri, 2012.

37 Titone, Renzo, « A proposito di letteratura giovanile », Orientamenti Pedagogici, 1955/1, pp. 55-58.

38 Rouvroy, Maurice, op. cit., p. 66.

39 Claparède, Édouard, Psychologie de l’enfant et pédagogie expérimentale, Genève, 1916, p. 112.

40 Ibid., p. 112.

41 Tran-Thong, Stades et concept de stade de développement dans la psychologie contemporaine, Paris, Vrin, 1992, p. 13.

42 Dufoyer, Pierre, La psychologie des adolescentes expliquée aux mamans, Paris-Tournai, Casterman, 1952, p. 25.

43 Heuyer, Georges, « Caractères physiologiques de l’adolescence », L’École des parents, déc. 1952, p. 9.

44 Guey, Emmanuelle & Boussion, Samuel, « Le fonds Georges Heuyer (1884-1977) : un XXe siècle scientifique, à l’orée de la psychiatrie infantile et de ses ramifications. », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 2010/12, pp. 215-229.

45 Heuyer, Georges, op. cit., p. 8.

46 Le problème des stades en psychologie de l'enfant, Paris, PUF, 1956, p. 56.

47 Ibid., p. 69.

48 Zazzo, Bianka, Psychologie différentielle de l'adolescence. Etudes de la représentations de soi, Paris, PUF, 1966, p. 7.

49 Ibid., p. 11.

50 Le problème des stades en psychologie de l'enfant, Paris, PUF, 1956, p. 106.

51 Heuyer, Georges, « Caractères physiologiques de l’adolescence », L’École des parents, déc. 1952, p. 6.

52 Zazzo, Bianka, op. cit., p. 5.

53 Mead, Margaret, Coming of Age in Samoa. A Psychological Study of Primitive Youth for Western Civilization, William Morrow & Co, 1928.

54 En 1959, la loi Berthoin repousse l’instruction obligatoire de 14 à 16 ans en France.

55 En Italie, en 1951, presque la moitié des 14-18 ans étaient considérés comme « analphabètes » in Gozzer, Giovanni, « Il problema dell’adolescenza nelle prospettive scolastico-sociali », L’adolescenza. Atti del IV congresso nazionale medico-pedagogico della Pontificia Opera Assistenza, Roma, 1959, p. 81.

56 Debesse, Maurice, op. cit., p. 23.

57 Fanciulli, Giuseppe, « Adolescenza mancata », Pedagogia e Vita. Quaderno dedicato all’educazione dell’adolescenza, 1953/6, p. 473.

58 L’adolescenza, come struttura psicologica in correlazione alla cronologia della vita e alla fisiologia, appare necessaria proprio perché voluta, predisposta dalla natura. […] Fare a meno di questo periodo, ridurlo in termini troppo angusti, significa rinunziare ad una esercitazione indispensabile, e ritrovarsi poi « nella vita dell’adulto » con una psichicità male addestrata » in Fanciulli, Giuseppe, Ibid., p. 473.

59 « Cercle de psychologie et de pédagogie », La Dernière Heure, 17 janvier 1954.

60 Heuyer, Georges, op. cit., p. 5.

61 Voir à ce sujet : Thiercé, Agnès, Histoire de l’adolescence (1850-1914), Paris, Belin, 1999.

62 « Mendousse, Pierre, L’âme de l’adolescente, Paris, PUF, 1928 », L’année psychologique, 1928/29, p. 414.

63 Mendousse, Pierre, L’anima dell’adolescente, Roma, AVE, 1948, p. 11.

64 Gemelli, Agostino, op. cit., p. 13 & Debesse, Maurice, L’adolescenza, Roma, Ave, 1966, p. 8.

65 Ricci Cerri, Marielda, « Saggio di bibliografia ragionata sull’adolescenza », L’adolescenza. Atti del IV congresso nazionale medico-pedagogico della Pontificia Opera Assistenza, Roma, 1959, p. 218.

66 « Parlare di psicologia è oggi difficile. È molto pericoloso che una scienza diventi di moda » in Ossicini, Adriano, Problemi di psicologia dell’età evolutiva, Roma, Studium, 1953, p. 7.

67 Voir à ce sujet : Galland, Olivier, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, 2001 ; Piccone Stella, Simonetta, La prima generazione : ragazze e ragazzi nel miracolo economico italiano, Milano, FrancoAngeli, 1993.

68 « Quella ricerca ripresa col massimo rispetto della metodologia scientifica, considerando definitivamente chiusa l’epoca di quei saggi, suggestivi quanto evanescenti, in cui i pochi dati positivi si trovano sommersi in una mare di idee cripto-filosofiche e facevano da fragile supporto ad ipotesi psicologiche più o meno azzardate » in Grasso, Pier Giovani, « Umanesimo ed adolescenza. Punti interrogativi su di una recente pubblicazione », Orientamenti Pedagogici, 1956/4, n° 4, p. 555.

69 Marny, Jean, Les adolescents d’aujourd’hui. Culture, loisirs, idoles, amour, religion…, Paris, Éditions du Centurion, 1965, p. 9.

70 Debesse, Maurice, op. cit., 1958.

71 « La situazione adolescenziale come un punto di riferimento della crisi del nostro tempo, in cui le cose cambiano più rapidamente della nostra capacità di orientarci di fronte ai cambiamenti » in Lieta Harrison, L’iniziazione : come le adolescenti italiane diventano donne, Milano, Rizzoli, 1966, p. X.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Di Spurio, « La vulgarisation de la notion d’adolescence dans l’Europe de l’après-Seconde Guerre mondiale : échanges et circulations du savoir « psy » entre l’espace francophone européen et l’Italie », Amnis [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 29 août 2016. URL : http://amnis.revues.org/2715 ; DOI : 10.4000/amnis.2715

Haut de page

Auteur

Laura Di Spurio

Université Libre de Bruxelles, Belgique, ldispuri@ulb.ac.be

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org