Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La revue Amnis consacre son numéro quinze à la question des distances et espaces entre les mouvements sociaux et le(s) pouvoir(s) dans les sociétés européennes et américaines. Alors qu’au tournant du XXIe siècle on s’accordait pour reconnaître que l’Etat était fragilisé par la mondialisation, mais aussi par les différentes modalités de décentralisation, la montée des identités territoriales et ethniques et l’accélération des processus d’intégration économiques et politiques, on constate à présent que de nouveaux facteurs amplifient cette érosion. Dans de nombreux pays, les élites gouvernantes sont remises en question par une partie importante de la société civile, qui exige parallèlement – et paradoxalement – la mise en place d’un Etat fort d’un nouveau type. Ce phénomène est particulièrement perceptible en Europe du Sud. Est également touchée l’Amérique latine, où des organisations militantes nouvelles et des mouvements et organisations d’étudiants interpellent les gouvernements et interrogent les élites sur la qualité de la gestion démocratique du pouvoir.

2Une place conséquente est faite, dans ce numéro, aux mouvements sociaux en Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Chili, Colombie) et en Amérique centrale (Nicaragua, Mésoamérique) où il est vrai que, de par la nature de l’Etat, l’échec des politiques néolibérales, les inégalités structurelles et l’absence de redistribution des richesses, les mobilisations de toute nature ont été nombreuses dès la fin des années 1990. De nouveaux acteurs ont fait leur apparition bousculant la classe politique traditionnelle tout en prônant un autre modèle de vivre ensemble.

3Américo Mariani se situe dans une perspective policiste, misant sur une approche singulière de la question de la « crise des représentations » (Etat et démocratie) à l’aune des mobilisations de 2001 en Argentine. La présence d’une foule – les mouvements sociaux - dans l’espace public échappant à l’emprise des organisations politiques et syndicales est bien plus, pour ce chercheur, que l’expression d’une apparente faiblesse des institutions, mais, au contraire, une condition de leur robustesse. Les institutions assurent la stabilité du modèle démocratique, conservant leur emprise sur les conditions d’élaboration des problèmes et des solutions tout en libérant un espace où s’agglutinent les demandes. Bref, les institutions donnent l’illusion d’un dissensus dans le modèle représentatif et mettent en scène l’émergence supposée d’un autre modèle politique dont les mouvements sociaux sont les initiateurs.

4Certes, les luttes collectives, en Argentine, n’ont pas été l’occasion d’une remise en question des fondements de l’Etat, contrairement à la Bolivie, à l’Equateur ou au Venezuela. Elles ont, tout au plus, orienté des politiques sociales de réduction de la pauvreté et de lutte contre l’exclusion sociale tout en redonnant à l’Etat un rôle centralisateur. C’est ce que constate Virginia Manzano qui élabore, en ethnographe sociale, pour cette même période, une typologie des variables du pouvoir, à partir, d’une part, de la formation du mouvement des sans-emplois (« piqueteros ») dans le district de La Matanza – province de Buenos-Aires – et, d’autre part, de l’organisation de quartier Túpac Amaru dans la province de Jujuy. L’auteure considère qu’Etat et mouvements sociaux se rétro-alimentent. Les espaces où se mobilisent ces acteurs sont autant de lieux de rencontre et de lutte pour réaliser des compromis et négocier des engagements mutuels formant des « cartes » ou « topographies du pouvoir ».

5Amarela Varela propose une réflexion sur les formes d’action collective des mouvements sociaux d’une autre nature dans la composition et les revendications. Il s’agit, à travers l’exemple du Movimiento Migrante Mesoamericano (MMM) implanté au Salvador, Nicaragua, Honduras, Guatemala, Mexique et aux Etats Unis, de comprendre et de situer, tout d’abord, le phénomène du système migratoire le plus important au monde dans un contexte post-guerre civile de la région, pour analyser, dans un second temps, les actions du mouvement à partir de la nature de leurs revendications (respect des droits humains, recherche des disparus des zones de transit, etc.), de leurs idéaux normatifs et de leurs alliances stratégiques. L’auteure insiste sur la singularité de ces mouvements sociaux à la fois hybrides, pluriethniques et transnationaux face à la violence intrinsèque des Etats qui entendent contrôler les frontières et les flux de ces populations. Elle s’interroge enfin sur l’impact de la violence généralisée sur l’action collective du mouvement.

6Dans une perspective historiciste, Mario Sanchez fait un retour sur les luttes sociales au XXème siècle, au Nicaragua. Ces luttes sont l’expression collective des groupes traditionnellement les plus marginalisés (les indigènes, les femmes et les travailleurs) face aux acteurs traditionnellement dominants (l’Etat, les partis politiques et les classes dirigeantes). L’intérêt de cette contribution réside dans le constat qu’en fait son auteur : que ce soit sous la dictature des Somoza, au cours de la révolution populaire sandiniste ou dans la période néolibérale, les mouvements sociaux se manifestent contre la logique dominante du système pour garantir leur autonomie et leur identité.

7Flor Edilma Osorio Pérez porte son regard sur les luttes rurales en Colombie dans un contexte également de violence généralisée et de conflit armé. Elle enquête, d’une part, sur l’impact de la violence sur la nature des actions collectives des populations rurales, souvent déplacées et déracinées, au cours de ces dernières décennies de conflit et sur les années post-accord avec les FARC et, d’autre part, sur leur capacité à résister et à se projeter dans un avenir incertain chargé de nouveaux défis et menaces (récupération des terres, autonomie, respect d’un mode de fonctionnement communautaire, etc.).

8Christine Delfour s’interroge sur la place des mouvements sociaux dans le processus de changement intervenu en Bolivie ces dix dernières années et sur leurs interactions dans la gestion du pouvoir suite au refus de la majorité des électeurs d’entériner la réélection indéfinie du binôme Evo Morales/ Alvaro García Linera, le 21 février 2016 dernier. Elle esquisse un bilan des réussites et les échecs de la gestion de l’exécutif au nom des mouvements sociaux, pour conclure sur la nature de la culture politique bolivienne en termes de rupture ou de continuité 

9Dans un contexte urbain, celui du Chili, de 2011, Marcela Sandoval propose une réflexion sur le mouvement des étudiants à partir du concept de subjectivation politique de Jacques Rancière. Il s’agit de démontrer que les différentes revendications (école publique, gratuite et de qualité) sont révélatrices de la transformation des étudiants chiliens en sujet politique dans un contexte post-dictature. Les étudiants, en tant que « nouveaux » acteurs politiques, sont ainsi les révélateurs/dénonciateurs agissant du pseudo consensus des forces démocratiques qui ont conforté le modèle économique imposé par la dictature ces trente dernières années de transition.

10C’est précisément d’un autre processus de transition politique, celui de l’Espagne post-franquiste dont il s’agit avec l’article de Brice Chamouleau. Il s’intéresse à l’interprétation de l’émancipation LGBTQI (Lesbian, Gay, Bi,Trans, Queer, Intersex) à travers la théorie des nouveaux mouvements sociaux, dans le cadre d’une culture d’Etat naturalisée, peut-être moins évidente dans une « Espagne plurielle » instituant, d’une part, les droits des personnes LGBTQI comme symptômes du bon ordre démocratique d'une nation moderne, en avance même sur le monde occidental et, d’autre part, en les projetant dans les catégories citoyennes et juridiques produites par l’État du consensus réformiste.

11Dans un espace urbain – la ville de Florence en Italie, Tommasso Frangioni, étudie les politiques du logement. Il s’intéresse à l’organisation OMS (Mouvement de lutte pour le logement) qui mène des actions fortes et critiques contre les politiques de logement de la municipalité qui priorisent le développement du tourisme de luxe au détriment du « Droit à la ville » pour tous. Il insiste sur les points de convergence entre ce mouvement et les nouveaux mouvements sociaux tout en constatant qu’il rappelle les mouvements sociaux traditionnels, par exemple, dans la volonté de « faire société urbaine » pour reprendre l’expression d’Henri Lefebvre.

12Variété de formes et d’actions, multiplicités d’espaces dans ou en dehors des dispositifs institutionnels, diversité des modes d’agrégation tant en Amérique latine qu’en Europe du Sud, les approches ici présentées révèlent des engagements en situation, des lieux de face à face, des effervescences collectives qui, de façon incrémentale ou par rupture, produisent des effets. (politiques, sociaux, sociétaux, y compris émotionnels) qui légitiment leur existence et font sens dans le « champ politique » tel que l’entendait Pierre Bourdieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Delfour, « Avant-propos », Amnis [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://amnis.revues.org/2747

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org