Navegación – Mapa del sitio

De la robustesse du gouvernement représentatif face à la contestation. Réflexions à partir du cas argentin

Américo Mariani

Resúmenes

El gobierno representativo siempre es presentado como enfrentado con numerosos problemas y frágil, al borde del precipicio, por así decirlo. Partiendo de las consecuencias de los movimientos sociales del 2001 en Argentina, en este articulo trataremos de examinar la fortaleza del gobierno representativo. En ingeniería, se considera que un sistema es sólido cuando permanece eficiente a pesar de fuertes turbulencias. Si las instituciones representativas se entienden como enfocadas principalmente en la gobernabilidad y, por lo tanto, como necesariamente distintas de la democracia, es posible renovar el cuestionamiento en torno a la « crisis de representación ».

Inicio de página

Texto completo

1La crise des démocraties, crise de légitimité, crise de confiance, le thème est connu et il occupe autant les éditorialistes que les chercheurs, les comptoirs de café et les repas de famille. Ne pourrait-on pas considérer à l’inverse les gouvernements représentatifs pour leur pérennité ? Est-ce qu’il ne conviendrait pas d’inverser le regard et de se demander non pas ce qui les fragilise, mais ce qui les rend, au contraire, incroyablement robustes ? En ingénierie, un système est considéré comme robuste lorsqu’il reste performant malgré de fortes perturbations.

  • 1 Manin, Bernard, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.
  • 2 Rancière, Jacques, La haine de la démocratie, Paris, La fabrique éditions, 2005.
  • 3 Mineur, Didier, Archéologie de la représentation politique : structure et fondement d’une crise, P (...)
  • 4 Heurtin, Jean-Philippe, L’espace public parlementaire : essai sur les raisons du législateur, Pari (...)
  • 5 Un substantif pour montrer que ce qui s’est passé ne tient pas dans des limites temporelles ou dan (...)
  • 6 Mariani, Américo, De la démocratie en Argentine : représenter le peuple après le 2001, Thèse de do (...)
  • 7 Rancière, Jacques, Aux bords du politique, Paris, Gallimard, 1998.
  • 8 Foucault, Michel, De la gouvernementalité : leçons d’introduction aux cours des années 1978 et 197 (...)
  • 9 Leydet, Dominique, « Représentation et présence : la démocratie représentative en question », Poli (...)

2Le gouvernement représentatif décrit par B. Manin1 comme reposant sur les élections à intervalle régulier, l’indépendance des élus, la liberté d’expression des gouvernés et l’épreuve publique de la discussion ne sera pas confondu avec la question démocratique à qui nous préférerons laisser sa part de scandale et d’interruption plutôt que de la réduire à « l’organisation du vivre ensemble »2. La crise inhérente à la représentation3 ne serait dès lors que l’expression de cette robustesse qui permet à la sphère publique parlementaire4 de donner place à des expressions différentes et ce, en conservant le principe de délégation. C’est ce principe qui, nous le verrons, est mis à mal lors du 20015 en Argentine. Comprendre comment le gouvernement représentatif résiste et s’adapte à la pression démocratique, c’est le sens de la réflexion exposée ici, celle-ci s’appuie sur un travail de thèse en sociologie6. Le terrain de l’observation est l’institution parlementaire, entendue comme le lieu d’inscription d’une rencontre entre deux principes contraires : celui du gouvernement représentatif, qui a trait à la police7 et à la gouvernementalité8, et celui de la présence démocratique9, qui vient contrarier, interrompre, ces principes, mais semble comme condamnée à s’arrêter au seuil d’un changement profond.

3L’Argentine a commencé le siècle avec une séquence d’instabilité sociale, économique et politique importante dont le climax a été la démission du président d’alors, Fernando De la Rua, et son difficile remplacement sur fond de manifestations et d’émeutes. Cette période est marquée par l’émergence de formes d’agir politiques en rupture avec la délégation politique : réseaux de trocs, assemblées de quartier, mouvements de travailleurs sans emploi, entreprises autogérées, etc. Le slogan « que se vayan todos y que no quede ni uno solo » [qu’ils s’en aillent tous et qu’il n’en reste pas un seul] revient dans toutes les bouches lors des manifestations. Le personnel politique, en particulier les parlementaires, conspués, parfois agressés physiquement, sont obligés de se cacher.

  • 10 Cheresky, Isidoro, Ciudadania, sociedad civil y participacion política, Buenos Aires, Miño y Dávil (...)
  • 11 Balandier, Georges, Le pouvoir sur scènes, Paris, Fayard, 2006.
  • 12 Peut-on trouver un verbe qui puisse résumer la complexité de ces rapports, un verbe qui renvoie ta (...)

4L’enquête a permis de mettre à jour différents phénomènes : d’une part, le renforcement d’une dynamique représentative avec l’accroissement du rôle des ONGs qui, dans le même temps, déstabilisent le système de parti traditionnel et, d’autre part, des modalités d’autoreprésentation10 qui contestent la logique représentative sans pour autant la remettre totalement en cause. Et pour finir, le rôle majeur de la « place publique médiatique » comme lieu principal du reflet la vie collective11 et qui, en retour, participe de son organisation. La sphère publique désigne l’espace, dans les sociétés sous régime représentatif, où la participation politique se concrétise au moyen de discussions, évacuant autant que possible la dimension de confrontation, agonistique, voire violente du politique. La question est là : qui s’autorise à dire ou, pour être plus précis, qui et quoi peut être entendu comme une parole politique ? Il faut donc chercher dans l’organisation de la sphère publique les régimes tant du visible que du dicible, plutôt que d’y voir la surface neutre d’inscription du politique. L’enjeu du politique est l’existence et le fonctionnement de cet espace. Il y a à la base de la définition de la sphère publique une façon de se représenter la réalité, de découper dans l’infini du monde ce qui est visible et invisible, ce qui a place et ce qui n’a pas lieu, la parole et le bruit. Ce sont bien des publics et des contre publics subalternes qui se disputent12 la possibilité d’accéder à la parole politique, qui cherchent à agir sur la réalité. Postuler que le politique se déploie dans une sphère publique ce n’est pas dire que « c’est la force du meilleur argument qui prévaut », bien au contraire, c’est poser que la force de l’argument dépend de la configuration de cet espace et que celle-ci est en lien avec la politique, entendue comme fondamentalement conflictuelle. C’est de cette configuration, de cette esthétique, dont il est question ici. Pour cela, nous nous intéresserons dans un premier temps à deux formes apparemment antagonistes d’apparitions des représentés, les Organisations de la Société Civile et les émotions citoyennes, et dans second temps nous aborderons plus précisément la question de la sphère publique médiatique.

Société civile et apolitisme propositionnel

5La notion de société civile est en premier lieu, une réponse à une incertitude. Lorsque l’on peine à définir ce que peuvent être les acteurs collectifs représentatifs, société civile se propose comme une sorte de synonyme de « société ». Est rejetée alors, la vision d’unité attachée au terme de peuple, pour lui préférer celle d’une société fondamentalement divisée et complexe. La société civile devient une certitude dans un monde d’incertitudes. Elle devient un espace de solutions de conflits multiples, où le social et l’individuel, le politique et la famille ainsi que de nombreux conflits peuvent se canaliser, s’exprimer et arriver à se développer, constituant un nouvel univers de significations et de références. Définie par défaut, elle reste une notion floue dans son utilisation courante. Ici il s’agit plutôt de prendre acte d’un espace social particulier où la notion de société civile remplace la notion de peuple. Dans cet espace se détache un agent particulièrement important, les Organisations Non gouvernementales (ONGs), ces organisations composent un public bien particulier, à la fois reconnu par des organismes internationaux et par l’administration nationale et régionale :

6-comme partenaire dans l’élaboration des politiques publiques à travers l’expertise apportée, comme garantes de leurs applications et de leurs fonctionnements.

7-comme représentantes de la société civile voire, dans leur ensemble, comme La société civile.

  • 13 Fassin, Didier, « L’humanitaire contre l’Etat - tout contre », Vacarme, no 34, janvier 2006, pp. 1 (...)

8C’est à cette deuxième dimension que je vais m’intéresser en tâchant de démontrer que cette représentation repose sur une distinction effectuée entre le citoyen, au singulier, privé des capacités d’agir et les Organisations qui, elles, se retrouvent dans une situation de super citoyen chargé d’éduquer et d’informer le citoyen singulier et de représenter celui-ci au sein des administrations de l’État. Il est de plus en plus difficile dans la réalité de la fabrication de la loi et de l’activité du Congrès, de séparer ce qui serait purement parlementaire et ce qui serait du fait des ONGs. Se constitue un rapport direct avec le gouvernement, « un travail collectif », une collaboration d’égal à égal, d’autant que les ONGs s’appuient sur les organismes internationaux et jouent parfois des rôles de contrôle des administrations publiques. Didier Fassin pointe le même mécanisme au niveau mondial dans une analyse des acteurs non gouvernementaux de l’humanitaire : « Porte-parole autoproclamés des pauvres et des malheureux de la planète, ils se sont imposés dans l’espace public global comme des interlocuteurs incontournables des grands de ce monde. »13

  • 14 Arendt, Hannah, La crise de la culture : huit exercices de pensée politique, Paris, Gallimard, 198 (...)
  • 15 Boltanski, Luc, De la critique : précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

9Ce nouveau paradigme n’est pas simplement une façon différente d’appréhender les représentés, qui sous-entend de passer de la vision de peuple à celle d’individu. C’est aussi un changement de paradigme politique. C’est un remplacement du politique par le technique, la revendication par l’expertise, la contestation par la participation. Nous sommes dans le paradigme de la gouvernance, donc dans une vision institutionnaliste du renforcement de la « démocratie » (en réalité un renforcement des principes du gouvernement représentatif). Une sorte d’apolitisme propositionnel qui permet de prendre des distances avec des prises de position partisanes tout en poursuivant une volonté d’intervention dans le champ politique professionnel. Une intervention tempérée, comme s’il s’agissait de rester tout de même dans une dimension d’humilité, où il s’agit plutôt d’apporter « de petites propositions qui peuvent faire de grandes réformes ». Une opposition est faite entre force de propositions (apolitisme propositionnel) et les organisations partisanes, politiques ou syndicales, renvoyant à une « autre façon de faire de la politique ». Elle marque une différence avec celle des grands récits et des embrasements, des « nous voulons tout et tout de suite », ou de contestations stigmatisées comme manquant de propositions. Les ONGs vont alors être à la fois relais du pouvoir législatif auprès des « ciudadanos de a pie » et « représentantes de la société civile » auprès du pouvoir législatif. En se constituant en public, les ONGs produisent une double ouverture de l’espace parlementaire, en amont et en aval de la discussion en séance plénière. Elles se font alors le relais de l’activité parlementaire auprès de personnes supposées désintéressées ou en carence d’information et de formation pour intervenir. Une certaine logique, certains standards de l’intervention et de la participation politique s’imposent, privilégiant les « petits grands changements » et les diagnostics fondés sur une rationalité d’inspiration scientifique. Il s’agira donc de produire des montées en généralité permettant de dé-singulariser le point de vue. C’est une logique de la démonstration et du raisonnement qui implique une démodalisation du discours, un effacement du sujet de l’énonciation au profit des faits. Il s’agira d’établir des jugements qui sont vrais ou faux, valides ou non valides, non à partir d’un positionnement du locuteur, mais par la seule objectivité de l’association des faits évoqués dans le discours. Ces faits affirmés en « vérité » s’imposent d’eux-mêmes au-delà de l’accord, de la discussion, de l’opinion ou du consentement, « la vérité porte en elle-même un élément de coercition »14. Cette modalité d’énonciation du vrai qui doit dire ce qu’il en est de ce qui est selon l’expression de Luc Boltanski15 désarme justement la critique en se plaçant sur le terrain de l’expression du réel sans le filtre de l’intérêt. Ce qui, de fait, disqualifie ceux et celles qui s’incarnent dans une position particulière. Il semble que l’on peut pointer ici une expression du gouvernement représentatif comme dispositif de pacification qui correspond à un certain idéal dit « démocratique » conçu comme la mise à distance de la violence et de la confrontation. Mais cet idéal est en conflit avec la question de la présence, puisque les représentés sont alors confinés à l’extérieur de l’assemblée, en tant que purs spectateurs. En se définissant comme représentants de la société civile, les ONGs redoublent en fait la représentation et laissent en tiers exclu le « ciudadano de a pie ». En se posant en spécialistes, les personnels des ONGs accentuent la mise à l’écart des personnes dites « ordinaires ».

Émotions citoyennes et auto représentation

  • 16 En référence aux émotions populaires.
  • 17 Cheresky, Isidoro, « La ciudadania y la democracia inmediata », Ciudadanía, sociedad civil y parti (...)
  • 18 Moments ou mouvements ? L’émotion citoyenne semble être éphémère mais le débordement des instituti (...)
  • 19 Je renvoie à ma thèse pour un développement conséquent de ces trois cas, la surface de cet article (...)

10« Estadillo ciudadano » que je choisis de traduire par émotion citoyenne16 est une expression utilisée par I. Cheresky17 pour décrire ces « mouvements18 » qui, tout en n’empruntant pas les voies institutionnelles voire même en se mettant souvent à la marge de la légalité, ne contestent pas fondamentalement l’existence du gouvernement représentatif. Bien au contraire, c’est souvent son amélioration qui est visée et son dysfonctionnement qui est remis en question. Ici je ne m’intéresserai pas au champ de la protestation, de la contestation et de l’antagonisme social dans son entier. L’émotion citoyenne n’est pas totalement disjointe de cet ensemble plus large, voire même, ses possibilités d’apparition sont tributaires de celui-ci. C’est dans la séquence plus longue des luttes sociales et politiques ouvertes par le 2001, qu’il faut comprendre leurs apparitions. Plus qu’une catégorie de mouvements sociaux c’est un angle d’analyse, un point de vue, à partir de l’espace parlementaire. Après le 2001 les conditions d’apparition dans l’espace public ont changé. La rue n’est plus seulement une ressource pour des leaders politiques ou syndicaux. Il y a une volonté d’intervention directe sur le politique, une sorte d’autoreprésentation, dans des manifestations qui vont notamment utiliser la dénomination « auto convocado ». Convoqué par eux-mêmes et pour eux-mêmes dans l’optique de peser sur les décisions gouvernementales ou législatives. Ce n’est pas l’apanage de quelques groupes isolés. La violence, la coupure de routes, les escraches, etc. ont été depuis le 2001, et précédemment, d’un usage répandu dans les protestations en Argentine. Pourtant l’on a pu voir se dégager un ensemble de traits communs dans des protestations qui cherchaient à se démarquer des organisations traditionnelles. Il n’est question ici que de saisir une part infime de la complexité de ces mobilisations en ce qu’elles permettent de réfléchir sur la question de la représentation politique. Toutes ces mobilisations ont, avec plus ou moins de succès, tenté d’éviter d’être « politisées », soit placées dans le jeu politique de la conquête du pouvoir (au moins dans un premier temps). Elles ont joué sur un répertoire tendant à valoriser une spontanéité, une sincérité, une authenticité. D’une certaine façon, le contrepied aux maux attribués aux hommes politiques, la douleur face à un fléau universellement reconnu : la corruption, la pollution, le crime. Le hasard d’être dans une telle situation qui aurait pu toucher n’importe qui. Être justement n’importe qui, un parent parmi d’autres, un voisin comme tout le monde qui subit une situation que tous peuvent ressentir comme une injustice. C’est dans cette identification possible que des groupes minoritaires parviennent à s’imposer comme incontournables. On a vu ainsi des parents de jeunes gens morts dans l’incendie d’une discothèque obtenir la destitution du gouverneur de la ville de Buenos Aires, des organisations de voisins influer sur la politique étrangère de l’Argentine face à l’Uruguay, un père de famille inspirer des lois en matière de sécurité19.

11Il s’agit ici pour les mouvements sociaux d’intervenir directement sur les causes des problèmes, mais à travers l’appareil légal, sans médiation en quelque sorte du système politique. C’est un apolitisme encore une fois, une contre politique, fondé cette fois sur une identification radicale, une situation particulière qui se généralise à travers la désignation d’un mal transcendant. Cette fois-ci la représentation est en quelque sorte court-circuitée, l’indépendance des représentants est écornée, les institutions fonctionnent alors comme des chambres d’enregistrements. Il faut pourtant observer la conséquence de ce mouvement qui laisse comme seule place d’énonciation possible celle de victime d’un mal absolu. C’est en se faisant reconnaître comme touché dans sa chair et comme étant dénué de toute attache sociale spécifique que cette position devient efficace politiquement. D’une certaine manière, elle fait pendant à la position précédente qui se démodalise par le recours à une position d’expertise sur les sujets. Ici, c’est l’exact opposé, elle gagne un statut universel par une identification absolue. Pour autant, en dehors de la question très précise sur laquelle le groupe est identifié comme victime, aucune parole n’est possible. C’est une sorte de restriction de la parole, d’hyper spécialisation politique. Au final, de nouveau, uniquement la sphère politique institutionnelle apparaît comme capable de porter un intérêt général. Si ces interventions ponctuelles peuvent réparer un tort particulier, c’est dans le sens de la correction d’un dysfonctionnement ponctuel.

La représentation comme mise en scène et mise à distance

  • 20 Habermas, Jürgen, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la (...)
  • 21 Balandier, Georges, op. cit, p. 163.
  • 22 Darras, Eric, L’institution d’une tribune politique : genèse et usages du magazine politique de té (...)

12En faisant en sorte que la question de la publicité20 soit centrale, le gouvernement représentatif va donner à la question médiatique une place primordiale. Ce qui se constitue alors c’est une scène du politique qui n’est pas seulement un lieu d’interaction entre différents acteurs, c’est aussi un régime de mise en forme des causes et des torts qui procède par occultation et surexposition. Les médias se présentent comme un espace qui, constitué en scène, indique tout à la fois un espace du jeu et un espace du public, la création conjointe de deux espaces séparés. Il faut prendre l’espace public pour monter sur la scène médiatique. « L’espace médiatique est la grande scène où se situent les scènes principales de la vie collective ; elle les compose et elle les reflète »21. L’autoreprésentation, dont nous avons déjà précédemment parlé, relève de l’intention des acteurs mobilisés, mais leur existence dans le champ politique relève d’une conjonction de cette tentative d’autoreprésentation et d’une mise en scène médiatique qui aboutit à une représentation de l’opinion. Les médias vont mettre en place une série de dispositifs orientés dans le but de faire émerger cette parole « vraie », cette opinion publique diffuse ; les sondages bien sûr, mais aussi nombre d’émissions qui « donnent la parole » et rendent visibles les « questions de société »22. Elle fonctionne alors « comme si » elle était l’« opinion publique », c’est à dire l’opinion de tous ou du moins de la majorité et cela suffit pour faire sens. L’autoreprésentation des représentés se trouve de fait transformée en représentation médiatique, sous la forme « d’expression de l’opinion », personnifiée par des « gens », pour entrer dans le champ politique.

  • 23 Champagne, Patrick, « La manifestation. La production de l’événement politique », Actes de la rech (...)

13En étant tout à la fois composition et reflet, « la scène médiatique » assume une fonction paradoxale et contradictoire : elle crée une représentation de la réalité et elle la reflète, comme si celle-ci existait en dehors de toute mise en forme. Si l’analyse ne permet pas de considérer que les médias sont de près ou de loin un espace public, comme un lieu à l’usage de tous, il est tout aussi évident que leur importance tient à ce que ceux-ci soient considérés comme une sorte d’équivalent symbolique de la place publique. Loin d’être un « reflet », ou « un écho », ce qui se donne à voir comme tel se construit dans cette surexposition médiatique. À partir du moment où un thème, un événement, un groupe de personnes porteur de revendications « s’installe dans les médias », il se passe quelque chose de plus qu’une retranscription, qu’une mise en lumière. Par la simple publicisation, il y a une transformation majeure de l’événement. Il se passe alors quelque chose de paradoxal, où c’est la part de représentation médiatique qui va attribuer un surplus d’existence au fait. Ce surplus d’existence n’est pas une simple retransmission. Le fait se raconte et devient à travers le récit produit par les différents médias, un fait public, une « image sociale de l’événement [...] Ce qui est dit et vu de l’événement est le produit de la rencontre entre les propriétés du groupe qui se donnent à voir et les catégories de perception, sociales et politiques, du groupe social formé par les journalistes »23.

  • 24 Champagne, Patrick, Faire l’opinion : le nouveau jeu politique, Paris, les Éd. de Minuit, 1990, p (...)
  • 25 Wolton, Dominique, Éloge du grand public : une théorie critique de la télévision, Paris, Flammario (...)

14Dans les deux modalités d’apparitions des représentés que nous avons évoquées précédemment, ONGs et émotions citoyennes, la question médiatique est un enjeu de taille. Apparaître dans les médias est une condition de l’accès à la sphère politique. La « place publique médiatique » joue alors le rôle de catalyseur des tendances énoncées plus haut. Elle offre deux positions d’énonciation possibles, celle de l’expertise qui donne à penser un avis, légitimé par les données souvent chiffrées, et celle de la victime qui donne à voir un sentiment, fondé sur une expérience en général malheureuse. Cette mise en visibilité doit être réfléchie à l’aune de ce qui reste invisible. Il y a ce qui est renvoyé à de purs faits divers, c’est-à-dire à la platitude du fait cantonné à sa banalité, à sa localisation géographique et sociale. Et il y a ce qui est tout simplement rendu invisible parce que non montré, et parfois tout simplement non vu. Les médias se font intermédiaires entre ces « gens » et la classe politique comme lieu de construction des problèmes sociaux. La scène médiatique objective la réalité et fige les situations d’énonciations possibles. Une objectivité qui se construit du fait de la multitude des points de vue illustrés par la diversité des supports et des titres, même si cette dimension doit être relativisée en raison de l’hégémonie de certains d’entre eux. La mise en scène disparaît, l’effet de composition s’estompe, laissant une impression de reflet de la réalité sociale et c’est là certainement la plus grande force de l’illusion. « À la façon des lunettes, les journaux fabriquent des non-vu à partir duquel le monde est vu »24, illusion largement dévoilée par la recherche, et dont le public est loin d’être dupe25. Et pourtant, comme dans les jeux d’enfants on fait comme si les médias étaient la place publique.

Conclusion

  • 26 Ogien, Albert et Laugier, Sandra, Le principe démocratie : enquête sur les nouvelles formes du pol (...)

15Ce qui c’est passé en Argentine et le que se vayan todos s’est, depuis, largement reproduit. Du dégage ! des Printemps arabes, au Démocracia ya ! des places de l’État espagnol, l’action in-médiate exigeant des transformations profondes des systèmes, plus ou moins autoritaires ou plus ou moins démocratiques selon les contextes et les points de vue, a fait flores26. Cette présence d’une foule dans l’espace public échappant à l’emprise des organisations politiques a pris corps comme élément majeur des répertoires politiques et marque une époque où l’horizon du gouvernement représentatif semble indépassable. Les récents développements des occupations de place en France et surtout à Paris le montrent encore une fois. Ce que nous apprend la situation argentine c’est comment, l’apparente carence représentative des institutions n’est pas une faiblesse, mais une condition de leur robustesse. En conservant leur emprise sur les conditions d’élaboration des problèmes et de leurs résolutions, en imposant des modalités d’énonciation plus que les discours eux-mêmes, les institutions du gouvernement représentatif assurent une stabilité du modèle.

  • 27 Rosanvallon, Pierre, La légitimité démocratique : impartialité, réflexivité, proximité, Les Livres (...)
  • 28 Laclau, Ernesto, La razón populista, Sección de obras de sociología, Buenos Aires, Fondo de Cultur (...)
  • 29 Abélès, Marc, Penser au-delà de l’État, Paris, Belin, 2014 bien sur mais aussi Boltanski, Luc, De (...)

16Nous avons essayé de montrer dans ce bref article que le gouvernement représentatif organise, en premier lieu, une distribution des modalités d’énonciations des torts qui est avant tout un maintien de la coupure entre représentants et représentés, entre gouvernants et gouvernés. Ce qui se perpétue dans l’« inachèvement démocratique »27 c’est cette séparation qui prolonge et perpétue celle du politique et du social, de l’économique et du quotidien. Et cela ne donne pas lieu à une contre-démocratie, une démocratie d’opinion ou un tout autre modèle de démocratie à chapeau, mais bien à une continuité du modèle représentatif qui laisse à chacun sa part et sa place. Une sorte de conjuration du politique comme dissensus, du politique comme conflit. Il n’est dès lors pas très étonnant de voir lesdits « populismes » être les formes les plus abouties de la politique en rémige représentatif. L’agglomération de demandes28 reste la seule forme possible pour donner l’illusion d’un dissensus dans un gouvernement représentatif, en faisant frémir les curseurs sur des éléments sociétaux périphériques et non sur les conditions réelles du processus de production des biens et services. Si les mouvements sociaux se traduisent fréquemment par des impasses, c’est aussi par manque de ressources pour remettre en question le grand partage du politique. Et si ici et là des voix s’élèvent pour penser au-delà de l’État29, il faut aussi pouvoir penser au-delà du gouvernement représentatif.

Inicio de página

Notas

1 Manin, Bernard, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

2 Rancière, Jacques, La haine de la démocratie, Paris, La fabrique éditions, 2005.

3 Mineur, Didier, Archéologie de la représentation politique : structure et fondement d’une crise, Paris, Presses de Sciences Po, 2010.

4 Heurtin, Jean-Philippe, L’espace public parlementaire : essai sur les raisons du législateur, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

5 Un substantif pour montrer que ce qui s’est passé ne tient pas dans des limites temporelles ou dans une définition univoque. Lorsqu’un événement ne tient pas tout entier dans le moment où il a lieu, que les mots varient et évoluent pour le désigner, quand ses conséquences s’étendent dans le temps et dans l’espace, on peut parler d’un événement historique. Pour la définition d’un événement historique j’adopte ici la définition qu’en donne Suter, Andreas, « Histoire sociale et événements historiques. Pour une nouvelle approche », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 52, no 3, 1997, pp. 543‑67.

6 Mariani, Américo, De la démocratie en Argentine : représenter le peuple après le 2001, Thèse de doctorat, Toulouse2-Le Mirail, 2012.

7 Rancière, Jacques, Aux bords du politique, Paris, Gallimard, 1998.

8 Foucault, Michel, De la gouvernementalité : leçons d’introduction aux cours des années 1978 et 1979, Paris, Ed. du Seuil, 1989.

9 Leydet, Dominique, « Représentation et présence : la démocratie représentative en question », Politique et Sociétés 21, no 1, 2002, pp. 67‑88.

10 Cheresky, Isidoro, Ciudadania, sociedad civil y participacion política, Buenos Aires, Miño y Dávila, 2006.

11 Balandier, Georges, Le pouvoir sur scènes, Paris, Fayard, 2006.

12 Peut-on trouver un verbe qui puisse résumer la complexité de ces rapports, un verbe qui renvoie tant à des batailles, des luttes, des accords, des compositions, qu’à un processus de socialisation, à des représentations, à la structuration du social et enfin à la violence, symbolique et concrète, l’une ne fonctionnant pas sans l’autre ?

13 Fassin, Didier, « L’humanitaire contre l’Etat - tout contre », Vacarme, no 34, janvier 2006, pp. 15‑19.

14 Arendt, Hannah, La crise de la culture : huit exercices de pensée politique, Paris, Gallimard, 1989.

15 Boltanski, Luc, De la critique : précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009.

16 En référence aux émotions populaires.

17 Cheresky, Isidoro, « La ciudadania y la democracia inmediata », Ciudadanía, sociedad civil y participación política, Cheresky, Isidoro (dir.), Buenos Aires, Miño y Dávila, 2006 ; Cheresky, Isidoro, ¿ Qué cambió en la política argentina ? : elecciones, instituciones y ciudadanía en perspectiva comparada, Rosario, Homo Sapiens Ediciones, 2004.

18 Moments ou mouvements ? L’émotion citoyenne semble être éphémère mais le débordement des institutions, pas forcément violent, s’inscrit dans un répertoire de lutte plus large. Je choisi ici d’employer le terme « mouvement » pour prendre acte de cette continuité.

19 Je renvoie à ma thèse pour un développement conséquent de ces trois cas, la surface de cet article ne permettant pas de développer.

20 Habermas, Jürgen, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1993.

21 Balandier, Georges, op. cit, p. 163.

22 Darras, Eric, L’institution d’une tribune politique : genèse et usages du magazine politique de télévision, Thèse de doctorat, Université Panthéon-Assas (Paris), 1998, 727 p. J’effectue là une sorte de pari risqué, je considère que ce qui se constate en France et aux États-Unis pour le travail d’Eric Darras peut s’étendre à l’Argentine du fait d’une relative globalisation des programmes télévisuels. Il faudrait aussi s’étendre sur ce qu’est une « question de société » qui n’est dés lors plus une « question politique », cette séparation a un effet structurant sur nos façons de penser la politique.

23 Champagne, Patrick, « La manifestation. La production de l’événement politique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 52, n° 1, 1984, p. 20.

24 Champagne, Patrick, Faire l’opinion : le nouveau jeu politique, Paris, les Éd. de Minuit, 1990, p. 244.

25 Wolton, Dominique, Éloge du grand public : une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion, 1993 ; Wolton, Dominique, La télévision au pouvoir : omniprésente, irritante, irremplaçable, Paris, Universalis, 2004. On peut aussi trouver une réflexion pertinente sur la question dans Rancière, Jacques Le spectateur émancipé, Paris, la Fabrique, 2008.

26 Ogien, Albert et Laugier, Sandra, Le principe démocratie : enquête sur les nouvelles formes du politique, Paris, la Découverte, 2014.

27 Rosanvallon, Pierre, La légitimité démocratique : impartialité, réflexivité, proximité, Les Livres du nouveau monde, Paris, Éd. du Seuil, 2008.

28 Laclau, Ernesto, La razón populista, Sección de obras de sociología, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2005.

29 Abélès, Marc, Penser au-delà de l’État, Paris, Belin, 2014 bien sur mais aussi Boltanski, Luc, De la critique : précis de sociologie de l’émancipation, op. cit., qui dans la conclusion énonce cette nécessité.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Américo Mariani, « De la robustesse du gouvernement représentatif face à la contestation. Réflexions à partir du cas argentin », Amnis [En línea], 15 | 2016, Publicado el 01 septiembre 2016, consultado el 18 agosto 2017. URL : http://amnis.revues.org/2799 ; DOI : 10.4000/amnis.2799

Inicio de página

Autor

Américo Mariani

LISST-CERS, SCOOL Coopérative de recherches en SHS, France, mariani@univ-tlse2.fr

Inicio de página
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org